Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

henri iv

  • Ephéméride du 17 Février

     

    1596 : La ville de Marseille se replace sous l'autorité d'Henri IV 

    La ville était, alors, dominée par Charles de Casaulx, consul, et par Louis d'Aix, viguier, qui avaient profité des troubles politico-religieux pour s'emparer du pouvoir dans la ville. Ils s'apprêtaient à la livrer aux Espagnols lorsque Pierre de Libertat retourna la situation : Casaulx fut tué, Louis d'Aix parvint à s'évader, et la ville fit sa soumission à Henri IV. 

    17 fevrier,marseille,henri iv,moliere,louis xiv,quentin de la tour,louis xv
     
     
     
     
    Devenu premier consul grâce à la Ligue, Casaulx rêve de faire de Marseille une république catholique indépendante et la gère en despote.
     
    Il est assassiné, le 17 février 1596, par le Corse Pierre de Libertat, alors qu'une escadre espagnole vient le secourir. 

    Lire la suite

  • Epéhéméride du 13 février

    Benvenuto Cellini, la célèbre salière de François 1er 

    1571 : Mort de Benvenuto Cellini 

    Natif de Florence, Cellini ne vécut que cinq années en France, de 1540 à 1545.

    Il fait partie de cette cohorte d'artistes italiens que François premier, ébloui par toutes les beautés qu'il avait vues lors de ses expéditions en Italie, fit venir en France afin d'y donner une impulsion définitive non pas à « la Renaissance », mais à la Renaissance française : car, comme plus tard Lully ou Le Bernin - italiens eux aussi - tous ces artistes travaillèrent, avec les artistes locaux, non à la simple importation d'un art extérieur, mais à la création d'une façon française de vivre et penser la Renaissance : Léonard de Vinci, bien sûr, mais aussi Andrea del Sarto - ancêtre direct de Maxime Real del Sarte, fondateur des Camelots du Roi en 1908 - Le Boccador, Luca Penni, Rosso, Le Primatice...

    Si Léonard de Vinci et Le Boccador travaillèrent à Chambord (et Le Boccador à l'Hôtel de ville de Paris), Benvenuto Cellini, avec Luca Penni, Rosso et Le Primatice, fut essentiellement actif à Fontainebleau, à tel point qu'on a pu parler de l'Italie à Fontainebleau, ou de l'école de Fontainebleau...

    Tout à la fois dessinateur, orfèvre, fondeur, médailleur, sculpteur, Cellini appliqua les techniques et la précision de l'orfèvrerie à son travail de sculpteur. On aura dans les trois liens suivants un aperçu de son travail à Fontainebleau :  

    http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-nymphe-de-fontainebleau 

    http://www.panoramadelart.com/galerie-francois-1er-chateau-de-fontainebleau 

    http://expositions.bnf.fr/renais/arret/4/index2.htm 

    13 fevrier,henri iii,bainville,valois,charles ix,saint barthelemy,ligue,fronde,paris,henri iv,bourbons,duc de berry,louis xviii

    La nymphe de Fontainebleau, au Musée du Louvre

    Pour en savoir un peu plus sur le travail des Italiens au Château de Fontainebleau, voir notre éphéméride du 7 août :

    Louis VII pose la première pierre du château de Fontainebleau 

    Et pour en savoir un peu plus sur l'Ecole de Fontainebleau :

    http://www.italieaparis.net/ecolefontainebleau.php 

    13 fevrier,henri iii,bainville,valois,charles ix,saint barthelemy,ligue,fronde,paris,henri iv,bourbons,duc de berry,louis xviii

    Lire la suite

  • Ephéméride du 7 février

    Blason de Robert de Clermont, aux origines de la Maison de Bourbon

     

    1317 : Mort de Robert de Clermont, aux origines de la 3ème maison de Bourbon, aujourd'hui Famille de France 

    7 fevrier,françois premier,le havre,normandie,salamandre,henri iv,lyonPendant plusieurs siècles, le titre de Maison de Bourbon fut porté par celles et ceux qui possédaient la seigneurie de Bourbon l'Archambault et du Bourbonnais, ensuite appelée Duché de Bourbon, dans le nord de l'Auvergne, coeur de l'ancienne province du Bourbonnais.

    Il y eut d'abord deux premières familles de Bourbon, qui s'éteignirent assez rapidement et n'eurent jamais une grande importance, avant que le titre de sire de Bourbon n'entrât dans la famille des Capétiens directs, par le mariage de Robert de Clermont avec Béatrice de Bourgogne, dernière héritière de la deuxième famille propriétaire du duché :

    la première famille de Bourbon, qui s'éteignit du côté des mâles en 1171, puis du côté des femmes en 1216; par le mariage de la dernière descendante de cette famille, Mahaut de Bourbon, avec Guy de Dampierre, la seigneurie de Bourbon passa à une branche de la famille de Dampierre, en 1196;

    fondant la deuxième famille de Bourbon, le fils de Guy de Dampierre et de Mahaut de Bourbon, Archambaud VIII, ajouta le nom (et les armes) de sa mère à ceux de son père; mais cette Maison de Bourbon-Dampierre s'éteignit à son tour assez rapidement : du côté des mâles, en 1249 puis, du côté des femmes vers 1287. Par le mariage de la dernière héritière de cette famille, Agnès de Bourbon-Dampierre (morte vers 1287), avec Jean de Bourgogne, la seigneurie de Bourbon passa à leur unique enfant, leur fille Béatrice de Bourgogne. C'est cette dernière qui fit entrer le nom et titre de « Bourbon » dans la famille capétienne;

    fondateur, par son mariage avec Béatrice de Bourgogne, de la 3ème famille de Bourbon, Robert de Clermont était le dixième et avant-dernier des onze enfants de Louis IX (futur saint Louis) et Marguerite de Provence), et leur sixième et dernier garçon; il fut reconnu sire de Bourbon en 1283, possédant la terre de Bourbon par « le droit de la femme » (« de jure uxoris »).

    Cette troisième maison de Bourbon accèdera au trône de Navarre en 1555, puis au trône de France en 1589, avec Henri IV.

    La famille que fonda Robert de Clermont est donc ainsi, aujourd'hui encore, la Famille de France, et elle essaima également à l'étranger : Espagne, Parme, Naples (ou Sicile), et - par les femmes, et le jeu des alliances matrimoniales - Belgique, Luxembourg, Brésil... 

    7 fevrier,françois premier,le havre,normandie,salamandre,henri iv,lyon

    Forteresse de Bourbon l'Archambault : http://www.forteressebourbon.fr/

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 janvier

    1601 : Henri IV ratifie le Traité de Lyon 

    Signé le 17 janvier par les plénipotentiaires de France et de Savoie, ce traité met fin à la guerre entre les deux pays.

    La France s'agrandit du Bugey, de la Bresse, du Valromey et du Pays de Gex (dont elle perdra une partie lors du désatreux Traités de 1815, consécutif aux folies révolutionnaires et napoléoniennes (voir l'Ephéméride du 20 novembre)...

     

    FRANCE HENRI IV TRAITE DE LYON 1601.gif

    http://ch.revues.org/index227.html 

     

    Et, dans notre album L'aventure France racontée par les cartesvoir la photo « Traité de Lyon (17 janvier 1601) »

    21 janvier,henri iv,bugey,pere la chaise,anne d'autriche,louis xiii,louis xiv,louvre,mazarin,val de grace,moliere,ampere,la fontaine

    Lire la suite

  • Ephéméride du 22 décembre

    Sully, portrait, par Quesnel

     

    1641 : Mort de Sully 

    De Michel Mourre :

    « ...Il mena une politique d'économies et de remise en ordre, réduisit les tailles, supprima les charges inutiles, poursuivit partout les abus et les prodigalités, et réussit par sa gestion rigoureuse à faire entrer dans les caisses de l'Etat de 12 à 13 millions de livres entre 1600 et 1610. Pour relancer l'économie, il donna la liberté aux exportations de blé et de vin, abolit un grand nombre de péages, fit construire des routes, des ponts, des canaux (canal de Briare). Il encouragea surtout l'agriculture, soutint les efforts d'Olivier de Serres pour l'élevage des vers à soie et proclama que "labourage et pastourage sont les deux mamelles dont la France est alimentée... » 

    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 13 décembre

    Décembre 2009, le Prince Jean de France, à Rome, pour l'ouverture de l'Année Henri IV (ici, à Saint Jean de Latran, devant la statue de son ancêtre)

     

    1553 : Naissance du futur Henri IV 

    13 décembre,henri iv,bainville,ligue,latran,britannicus,racine,comedie française,joconde,louvre,sully,sabatierLe titre du chapitre X de l'Histoire de France de Jacques Bainville, qui lui est consacré, est fort explicite : Henri IV restaure la monarchie et relève l'Etat

    « ...Le 25 juillet 1593, Henri IV abjura en l'église Saint-Denis, à deux pas de Paris où la Ligue résista encore huit mois, sans espoir. Du moins son obstination prouvait-elle la puissance de l'idée d'où elle était sortie : quinze ans plus tard c'est encore sa passion qui armera Ravaillac. Dans sa défaite, la Ligue restait victorieuse : elle avait arraché l'État au protestantisme. Elle avait détruit la chance qu'avait eue un moment la cause calviniste, la chance qui avait voulu que le légitime héritier de la couronne fût un protestant. Mais ce que la Ligue avait méconnu, c'est-à-dire le caractère héréditaire et national de la monarchie, prenait aussi sa revanche. La France n'avait pas voulu d'un roi hérétique, mais elle n'avait pas voulu d'un roi étranger ou d'un roi élu. Ses institutions étaient sorties intactes de la tempête. La restauration d'Henri IV, car ce fut, comme pour Charles VII, une restauration, consolidait la monarchie dont l'avenir, depuis cinquante ans, était devenu douteux.

    Lire la suite

  • Ephéméride du 21 novembre

     

    1430  : Jeanne d'Arc livrée aux Anglais 

    Jean de Luxembourg, qui l'avait capturée à Compiègne, remet Jeanne d'Arc aux Anglais pour la somme de 10.000 livres.          

    jeanne d'arc.jpg
     
    Du point de vue humain, c'est pour elle le commencement de la fin, et de l'échec apparent : elle fut jugée à Rouen, au cours d'un procès instruit par Pierre Cauchon (évêque de Beauvais, car Jeanne avait été prise dans son diocèse) et par Jean Lemaître, vice-inquisiteur de France.
     
    Condamnée, elle sera brûlée vive le 30 mai 1431 sur la Place du Vieux-Marché, à Rouen.

    Et pourtant !...

    Du chapitre VI de l' Histoire de France, de Jacques Bainville :

    Lire la suite

  • Ephéméride du 9 novembre

    La salle des Rubens, au Louvre

     

    1600 : Marie de Médicis arrive en France 

    La nouvelle reine de France, seconde épouse de Henri IV - après la répudiation de la reine Margot, qui ne lui avait pas donné d'enfants (voir l'éphéméride du 24 octobre)... - débarque à Marseille, venant de Florence, via Libourne.

    La riche et plantureuse Florentine, âgée de bientôt vingt-sept ans, arrive à Marseille sur une galère de soixante-dix pieds de long, couverte « au-dedans comme au-dehors » de nacres, de dorures et de pierreries... et escortée des quelque dix-sept autres galères du grand-duc de Toscane.

    Ci dessous, son arrivée à Marseille, par Rubens. 

    marie a marseille.JPG
    A l'avant-plan, en plus des tritons et de Neptune, le peintre a représenté des Néréides, c'est-à-dire des nymphes marines. Dans une parfaite fusion entre l'histoire-réalité et l'allégorie-symbole, la reine débarquant d'une superbe galère aux armes des Médicis (très ornée et richement sculptée) est accueillie par la France en robe fleurdelisée et par la ville de Marseille, tandis que la Renommée porte la nouvelle au roi, façon de souligner l'enchaînement narratif inhérent à cette suite picturale.

    Lire la suite

  • Ephéméride du 8 novembre.

    Le Musée du Louvre aujourd'hui (inauguré le 8 novembre 1793)

     

    1622 : Louis XIII à Marseille 

    Âgé de 21 ans, le jeune roi se voit offrir un divertissement organisé par la Prud'homie des Pêcheurs de Marseille, dans la calanque de Morgiou.

    Pour l'occasion, un escalier, toujours largement utilisé aujourd'hui, est taillé dans le roc : l'escalier de Louis XIII. 

    8 novembre,louvre,galerie d'apollon,joyaux de la couronne,philippe auguste,henri iv,louis xiv,cour carrée,madame rolland,revolution,louis xiii

    La calanque et l'escalier de Louis XIII 

    1er novembre,saint hilaire,thomas becket,jean anouilh,philippe auguste,louis xiv,philippe v,bainville,boileau,levi strauss,la boëtie,folco de baroncelli

    Lire la suite

  • Ephéméride du 24 octobre

    Les Capétiens partout (Œuvre de Georges Mathieu) 

    996 : Mort d'Hugues Capet 

    Elu Roi en 987, il n'aura pas régné bien longtemps ! 

    Et pourtant Jacques Bainville - qui écrit avec raison  « ...les premiers règnes furent sans éclat...» - affirme que l'année 987, qui l'a vu accéder au trône, est néanmoins la date la plus importante de notre Histoire.

    Ci dessous, en orangé, on voit ce qu'était réellement ce qui allait devenir « la France » à l'avènement d'Hugues Capet :  

    HistoCarte02.jpg

    Lire la suite

  • Ephéméride du 18 septembre

    Illuminations 2015 de la cathédrale de Reims

     

    1180 : Mort de Louis VII, Philippe Auguste roi de France  

    Louis VII avait accédé au pouvoir à l'âge de 16 ans, et était un homme extrêmement religieux : sa femme, Aliénor d'Aquitaine, le surnommait « le moine ». Il démontra sa foi en participant activement à la deuxième croisade et en s'affirmant tout au long de sa vie comme le protecteur de l'Église. Mais il n'oublia pas pour autant les intérêts de la dynastie capétienne.

    En prenant systématiquement le parti de l'Église contre les seigneurs abusifs, il réussit à affermir son autorité dans tout le royaume et même à agrandir le domaine en direction de la Bourgogne et de l'Auvergne. Comme ses prédécesseurs, Louis VII a contribué à l'affaiblissement du pouvoir féodal. 

    La France s'enrichit sous son règne, l'agriculture se transforme et gagne en productivité, la population augmente, le commerce et l'industrie se développent, une véritable renaissance intellectuelle apparaît, et le territoire se couve de châteaux forts construits en pierre.   

    Pourtant, problèmes et difficultés diverses ne manquaient pas au début du règne, comme le montrent les deux extraits suivants :  

    18 septembre,henri iv,pendule de foucault,panthéon,sully,louis vii,alienor d'aquitaine,reims,deneux

    Dans notre album L'aventure France racontée par les cartes, voir la photo « La France avant et après Philippe Auguste »

    Lire la suite

  • Ephéméride du 24 août

    Premier numéro de l'Action française le 21 mars 1908 (le journal cesse de paraître le 24 août 1944) 

    1572 : Massacre de la Saint-Barthélemy 

    saint barthelemy.JPG

    De Jacques Bainville, Histoire de France, chapitre IX, Les guerres civiles et religieuses remettent la France au bord de l'abîme :

    Lire la suite

  • Ephéméride du 7 août

     

    1169 : Louis VII pose la première pierre du château de Fontainebleau 

     

    La première mention officielle dont on dispose, à propos de Fontainebleau, remonte à 1137 : il s'agit de la charte de succession de Louis VI, mentionnant un château dans cette localité, mais très certainement fort modeste. C'est Louis VII qui lancera une suite de travaux qui ne s'arrêteront plus, et qui feront de Fontainebleau - selon le mot de Napoléon -  « la maison des siècles, vrai palais des Rois ».

    Et, probablement, celui qui aura hébergé le plus de souverains : 32.

    Encore les travaux seront-ils, eux aussi, en cette année 1169, bien modestes, puisqu'il s'agit seulement cette année-là pour Louis VII d'adjoindre une simple chapelle - dédiée à Saint-Saturnin - au logis de son père. Laquelle chapelle sera consacrée par Thomas Beckett, archevêque de Cantorbery, alors exilé en France.

    Il n'empêche : le mouvement est lancé, et il ne s'arrêtera plus. Même si, pour des époques aussi lointaines, planent toujours quelques incertitudes sur les dates exactes, il est juste de faire remonter à Louis VII, et à l'été 1169, le point de départ de la grande aventure de Fontainebleau...

    Lire la suite

  • Ephéméride du 2 Août

     

    1589 : Mort d'Henri III  

    Mortellement blessé la veille par le coup de poignard de Jacques Clément (voir l'éphéméride du 30 juillet), Henri III meurt à deux heures du matin, le deux août, après avoir reçu l'extrême-onction vers minuit. 

    HENRI III ASSASSINAT.JPG
    Jacques Clément assassine le roi (à gauche), avant d'être lui-même tué par les gardes (à droite)
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 25 juillet

    Vue de nuit des moulins et de la chapelle du Mont des Alouettes où 60.000 royalistes se rassemblèrent le 26 juillet 1926

     

    1120 : Incendie de Vézelay  

    Lors de la veillée de la Sainte-Madeleine, la charpente de l'abbatiale prend feu et s'effondre, causant la mort de plus de mille personnes; l'intégralité de la nef carolingienne de l'abbaye bénédictine est détruite. Il ne faudra que douze années à l'abbé Renaud de Semur, reparator monasterii Vezeliacensis, pour la reconstruire.       

    vezelay_auxois_2006.jpg
     

    25 juillet,vezelay,henri iv,chartres,andre chenier,bleriot,manche,brasillach

    Lire la suite