UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Social, economie...

  • A TOUS LES PERSONNELS SOIGNANTS DE FRANCE...

    MAIS AUSSI A TOUS CEUX QUI MAINTIENNENT LA FRANCE EN ETAT DE MARCHE :

    EBOUEURS, ROUTIERS/TRANSPORTEURS, CAISSIERES, TOUS CEUX QUI MALGRE TOUT RESTENT A LEUR POSTE DE TRAVAIL...

    MERCI !

    BRAVO !

  • Dans Politique Magazine, pourquoi tout est allé très vite, par Louis Anders.

    La chute de l’activité économique consécutive à l’épidémie de coronavirus atteint une intensité jamais vue. Elle met en péril les montagnes de dette d’entreprises émises ces dernières années.

    L’épidémie de coronavirus est mal tombée pour l’économie. Dès la fin d’année 2019 en effet, l’activité semblait avoir atteint un plafond. Dans la zone euro, le PIB n’avait augmenté que de 0,1% au dernier trimestre 2019 et la production industrielle allemande en décembre affichait un recul de 6,8% sur un an. Le Japon s’orientait déjà vers une récession. La Chine avait produit en 2019 son plus faible taux de croissance officielle en 30 ans (6,1%). Seuls les États-Unis, moins dépendants du reste du monde, sortaient du lot.

    Lire la suite

  • La guerre pour sauver l'économie, et sauver l'économie pour sauver la France ? Oui, mais...

    Comme d'habitude, il faut tout écouter et nous ne relèverons ici que quelques points particulièrement significatifs.

    1) Zemmour a beau jeu - et bien raison - de déclarer "ridicule" la façon dont Macron parle de "guerre" : certains dans son entourage vont même jusqu'à le comparer à Clemenceau ! On touche le fond de l'absurde.

    2) Zemmour a encore raison lorsqu'il note que cette mobilisation demandée aux français pour sauver l'économie est "tellement contradictoire" avec le confinement et le "restez chez vous"...

    3) Mais surtout, Zemmour rappelle avec raison la grande différence entre l'esprit public patriotique de 1914 et l'esprit public d'aujourd'hui. Il suffit de lire les lettres des Poilus ("Je me bats pour la France", "Je crois en Dieu"...) : aujourd'hui, dit Zemmour, on a tellement démoli le patriotisme qu'il va être très dur d'envoyer les gens au combat économique. Ce "on" c'est le ministère de la des-éducation nationale, c'est le Système qui s'acharne depuis 1875 à démolir tout ce qui faisait l'homme ancien pour le remplacer par l'homme nouveau, sans Dieu et sans Roi, sans Racines et sans Traditions, sans Passé et qui déteste son Histoire parcequ'on la lui a raconté d'une façon mensongère...

    4) Et donc maintenant, on nous sort 25 ordonnances pour sauver l'économie (dit-on)  sinon c'est la ruine de la France ! La semaine pourra aller jusqu'à 60 heures, au lieu des 48 heures maximales d'aujourd'hui (seul point positif, ce sera peut-être la fin - enfin ! - des 35 heures)...; il faudra travailler 7 jours sur 7 (donc le Dimanche) : "on va nous demander Germinal !" s'exclame Zemmour. En 1914, les français ont répondu présent, on peut rester dubitatif pour aujourd'hui lorsque l'on voit l'état de l'esprit public, créé par le Système !

    lafautearousseau

  • La date de l’explosion du Système dépendra de l’intensité de la crise sanitaire dans le monde, par Marc Rousset.

    Les Bourses européennes ont rebondi, ce vendredi, mais le Dow Jones a perdu 4,55 %, soit 17,3 % sur la semaine, pour finir à 19.173,98 points, c’est-à-dire sa pire semaine depuis la crise financière de 2008, les milliards de Trump et de la Fed, des gouvernements européens et de la BCE ne parvenant pas à éloigner les craintes d’une récession, tandis que le prix du baril de pétrole WTI continuait de dégringoler. L’indice VIX de la peur s’est élevé, le lundi 19 mars, jusqu’à 83, pour retomber à 74,8 mardi, soit un chiffre proche de 2008.

    Lire la suite

  • Dans Ouest France, Coronavirus. Pénurie de masques : comment en est-on arrivé là ?

    La France dispose « d’un stock nul » de masques FFP2 alors qu’elle en comptait environ 700 millions il y a dix ans. Comment en est-on arrivé là ? Explications sur le manque de masques qui se fait cruellement sentir.

    En 2009, la France disposait d’un stock conséquent de masques : 723 millions de masques respiratoires (les FFP2 qui protègent le porteur contre l’inhalation d’agents infectieux) et d’un milliard de masques chirurgicaux qui permettent au malade de protéger son entourage. Un peu plus d’une décennie plus tard et en pleine épidémie de coronavirus, le pays n’a plus de stock national pour les masques FFP2 et seulement 150 millions de masques chirurgicaux. À quoi un tel retournement de situation est-il dû, alors qu’en 2011, le Haut conseil sur la santé publique considérait qu’en cas de crise importante telle que le Sras, la protection des masques de soins et respiratoires était d’une efficacité préventive élevée ?

    Lire la suite

  • La France, cinquième puissance mondiale ou pays en voie de développement ?, par François Renié.

    Le Parlement commence à débattre aujourd’hui même de la loi sur l’état d’urgence.

    Il est normal que l’État dispose de moyens exceptionnels pour agir, pour peu qu’il en ait la volonté. Il n’y a là aucun sujet à discussion.

    En revanche, avant d’approuver ce texte, nos parlementaires seraient fondés à demander au pouvoir d’éclaircir sa ligne sur quelques points :

    Lire la suite

  • Avec les royalistes du GAR, nous disons NON à la privatisation de l’Office National des Forêts

    (Vu sur la page FB du Lys Ecologique.

    Le Lys écologique

    En 1346, le roi Philippe VI de Valois créé le premier code forestier, preuve de tout l'intérêt que la royauté accorde aux forêts et à leur préservation. Aujourd'hui, en 2020, la République macronienne veut privatiser ce qui permet de la maintenir en bon état et de la renouveler au-delà des seuls aspects économiques.
    Non à la privatisation de l'ONF (Office National des Forêts) !
    Défendons la cause des arbres et des forêts de France !)

    Lire la suite

  • Carte blanche à Ludovic Granjeon : comme Zemmour, tant d'autres et... nous, il veut stopper l'éolien...

    (lafautearousseau vient d' "aimer" la page facebook Stop Eolien 87)

     

    La France a déjà dépensé 120 milliards d'euros dans les éoliennes, par LUDOVIC GRANGEON 

    Pendant la construction de 8000 éoliennes en France, terrible échec industriel, le budget de la santé a subi 8 milliards de crédits supprimés, 100 000 lits fermés, 95 services d’urgence éliminés, la moitié des maternités rayées de la carte.

    La comparaison est insupportable.

    Lire la suite

  • Dans Politique Magazine, Covid-19 : quels remèdes pour vaincre la crise économique ?, par François Schwerer.

    L’économie s’effondre car on ne produit plus. Les marchés financiers, perfusés de fausse monnaie, sont sous la menace d’une faillite des investisseurs. La mythique croissance s’éloigne toujours plus. Quand le politique va-t-il reprendre ses droits sur l’économique ?

    Le 16 mars au soir, le président Macron a martialement annoncé que l’Etat était prêt à faire un effort de 300 milliards d’euros pour aider les entreprises et les particuliers à passer le mauvais cap de la crise actuelle. Son annonce venait après celle de Madame Lagarde qui proposait que les prêts soient accordés aux entreprises « malades » du coronavirus à un taux négatif de moins 0,75 % et après celle de James Powell qui, au nom de la FED, avait proposé de baisser le taux des crédits. Malgré ces annonces, les Bourses ont continué à plonger. Et ce ne sont pas les demandes de Monsieur Le Maire de recourir à une politique budgétaire concertée entre Européens qui a changé quoi que ce soit. Cela est normal.

    Lire la suite

  • Crise du covid-19 : quels impacts potentiels sur le système économique mondial ?, par le Cercle Jean Bodin (Lyon).

    La crise sanitaire internationale induite par la pandémie du covid-19 donnera lieu à une crise économique et financière majeure. Cette analyse n’aura pas pour objectif de faire l’inventaire statistique de la récession économique internationale ; sur ce point, chacun pourra se documenter en sources de presse diverses sur l’état des économies nationales impactées par le covid-19. La chute constante des cours boursiers mondiaux en est l’un des témoins immédiats.
     
    L’objectif de cette analyse sera de se projeter sous un angle « méta-économique » et de réfléchir aux conséquences de fond que pourrait – devrait-on plutôt dire « devrait » - engendrer la crise du coronavirus sur la logique du système économique mondial, de son architecture. Comme toute crise, celle du covid-19 se traduira par des continuités. Cependant, elle pourra aussi donner aussi lieu à des ruptures majeures dans la manière de considérer la logique fondamentale du système économique international.

    Lire la suite

  • Liberté individuelle et indépendance nationale, par l'ASAF.

    La pandémie du coronavirus fait prendre conscience aux Français de la dépendance de leur pays dans de nombreux secteurs. La « mondialisation heureuse » n’était, jusqu’à présent, remise en question que pour des raisons de réchauffement climatique.

    Depuis des années, les entreprises délocalisaient pour rester compétitives et maintenir leurs profits. Mais depuis quelques semaines, elles prennent conscience des risques d’une trop grande dépendance de l’étranger.

    Dans la même logique, les Français, dits individualistes, pressent le gouvernement de donner des directives pour les rassurer, les protéger et anticiper les risques à venir. Ils découvrent que l’homme, seul, ne peut rien. La liberté individuelle ne peut exister qu’au sein d’une communauté organisée et puissante, c'est-à-dire soudée.

    Lire la suite

  • Sur Boulevard Voltaire, « Coronavirus : les politiques et Macron jouent plus leurs intérêts personnels que le bien commun », par Guillaume Bernard.

    Vous avez écouté le discours d’Emmanuel Macron qui portait sur la gestion de la crise de cette épidémie de coronavirus. Comment avez-vous trouvé le président de la République ?

    Je réagis quelques minutes après le discours, alors qu’il faut souvent un peu de temps pour décanter. À chaud, je vous dirai deux choses. De manière générale, il a été moins ondoyant, sans doute plus efficace et un peu plus crédible qu’il ne l’est d’habitude.
    Ensuite, il a voulu inscrire à la fois la crise sanitaire et les enjeux à venir dans le temps long. Il a vraiment annoncé que la crise serait très longue, plusieurs mois. Il a voulu faire une comparaison avec la fameuse grippe espagnole. Il a dit que cette crise était la plus grave depuis un siècle. Elle venait, elle aussi, de Chine. Je rappelle que cette grippe avait fait 50 millions de morts dans le monde entier, 2,5 millions en Europe et 400.000 en France. Il a essayé de s’inscrire dans le temps long pour inscrire son propre discours dans une certaine solennité.

    Lire la suite

  • Etats en faillite, explosion du Système d’ici 2021 au plus tard, par Marc Rousset.

    Le CAC 40 à 4118, 36, soit -32,35 %, depuis le 1er janvier, le Dow Jones à -25,71 %, après un rebond injustifié de 9,26 %, suite à la simple proclamation de l’état d’urgence, ce vendredi. En 2008, après le krach qui avait suivi la faillite de Lehman Brothers, les marchés avaient mis six mois pour toucher le fond. La « descente aux enfers » devrait continuer. On n’attend plus que les prochaines victimes parmi les « hedge fund « spéculatifs dans les prochaines semaines, les rumeurs les plus folles circulant sur H2O, une filiale de gestion de Natixis. Quant à l’indice VIX de la peur qui était de 15 en février, il a flambé jusqu’à à 70, soit au même niveau qu’en 2008.

    Lire la suite

  • Dans Politique Magazine : Les autorités politiques et la crise économique nouvelle, par François Schwerer.

    Macron et Xi sont sur la même trajectoire : de la minimisation de la crise (phase 1) au retour à la normale (phase 4) annoncé et proclamé, tout est fait pour maintenir l’illusion du contrôle.

    Depuis le début de la crise sanitaire provoquée par l’épidémie venue Chine, les hommes politiques rivalisent avec les journalistes pour s’adresser à la population et lui expliquer comment elle doit se comporter afin de pouvoir retrouver rapidement une vie normale. Devant cette débauche d’informations, pour maintenir l’attention en haleine, on a divisé sans le dire mais à l’image de ce que l’on a imaginé pour la crise sanitaire, la lutte contre le virus économique en trois stades.

    Lire la suite

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL