UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine, Racines, Traditions

  • Sur Sacr TV : Versailles, cultivons la grandeur de la France ?

    Connaissez-vous Sacr TV ? Si oui, tant mieux (pour vous et pour ceux qui réalisent ce qu'elle propose); et, si non, nous allons vous donner ici, pendant quelques samedis, quelques une de ses dernières productions : gageons que vous en deviendrez fans !...

     

  • Aujourd'hui sur lafautearousseau : trois notes pour "faire le point" sur Notre-Dame de Paris, toujours en danger d'écroulement...

    1. Le très beau livre (à paraître prochainement) : La Nuit de Notre-Dame

    2. Les toutes dernières informations données par ceux qui oeuvrent au quotidien sur le chantier : si l'on peut raisonnablement espérer, il ne faut pas se voiler la face : Notre-Dame peut s'écrouler à chaque seconde...

    3. Le rappel des trois notes déjà parues sur lafautearousseau :

    - les deux très courtes, écrites quasiment en temps réel, pour raconter l'extraordinaire bravoure des sapeurs pompiers de Paris qui ont sauvé la cathédrale sur le moment...

    - l'autre, plus longue, parue le 27 août dernier, qui faisait déjà le point à ce moment précis : le diagnostic reste, héla, inchangé...

     

    lafautearousseau

  • Mini dossier Notre-Dame de Paris (1) : A paraître très bientôt : La Nuit de Notre-Dame

    La Nuit de Notre-Dame a été écrite par les sapeurs-pompiers engagés le 15 avril 2019 à Paris, en complicité avec le grand reporter Romain Gubert (Le Point).
     
    Le feu dans la plus célèbre cathédrale du monde.
    Un trésor de pierres et de vitraux que nul ne saurait plus bâtir aujourd’hui.
    Une charpente de chênes millénaires, les gargouilles célébrées par Hugo, la robe de sacre du roi de France et la couronne d’épines du christ sont en péril.
    C’est Paris qui tremble, c’est tout le pays et le monde entier qui retiennent son souffle.

    Lire la suite

  • Mini dossier Notre-Dame de Paris (2) : les toutes dernières informations des restaurateurs ne sont pas vraiment rassurantes...

    Macron avait tenu des propos en l'air, sous le coup de l'émotion (peut-être) en promettant une reconstruction pour "dans cinq ans" : demandez à n'importe quel spécialiste, à n'importe quelle personne un tant soit peu informée, et tout le monde vous répétera cette phrase inquiétante : "le chantier prend du retard"...

    Plusieurs menaces directes découlent de ce constat alarmant, que l'on aurait tort de dramatiser à l'excès mais qu'il serait fou de prendre à la légère...

    Lire la suite

  • Mini dossier Notre-Dame de Paris (3) : pour mémoire, les trois notes déjà parues sur lafautearousseau

    1. Sur les travaux eux-mêmes : Notre Dame de Paris n’est pas encore sauvée : entre urgence et précaution, les travaux de consolidation ont redémarré, enfin...

    2. Sur le sauvetage par les Pompiers de Paris le soir-même de l'incendie :

    - MAGNIFIQUES SAPEURS-POMPIERS DE PARIS : ILS NOUS ONT SAUVÉ NOTRE DAME !

    - Pour un 14 juillet dédié aux Pompiers qui ont gagné la bataille du feu de Notre-Dame !

     

    lafautearousseau

  • Tout ce qui est Racines est bon ! Vu - et apprécié - sur la page facebook de Julien Rémy...

    Un bagad Scout d'Europe/Scout Unitaire de France pour le pèlerinage de Province le 13 octobre 2019; une autre manière de vivre la fraternité scoute; petit retour en vidéo...

  • La Monnaie de Paris édite une médaille de Maxime Réal del Sarte

    La statue du "Vendéen" sculptée par le fondateur des Camelots du Roi Maxime Real del Sarte est désormais une pièce éditée par la Monnaie de Paris.

    Statue détruite à l'explosif par les communistes en 1944, en voici les restes conservés au Musée de Cholet. Le martyre jusque dans la pierre perpétré par les mémoricides...
     

    72640174_10221116580290371_5774571645297491968_n.jpg

    lafautearousseau

  • Laideur de la peinture dite moderne, beauté de la peinture classique, par Gilles Lenormand

    (ci dessus, le Livre d'Heures de Jeanne de Navarre)

    Jean Le Noir est un enlumineur français, actif entre 1331 et 1380, disciple de Jean Pucelle (mort 1334).

    Il est actif à Paris, puis il vit à Bourages aux environs de 1375. Sa fille Bourgot est également une miniaturiste de talent.

    Jean Le Noir est mentionné pour la première fois le 30 juin 1332, dans les registres criminels de la justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris, comme "enlumineur de pincel", c'est-à-dire miniaturiste, et non comme simple apprenti ou valet.

    Il est ainsi probablement déjà indépendant, alors que Pucelle est encore en vie.

    Lire la suite

  • Tous les articles parus sur lafautearousseau depuis le début de notre campagne "Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !"

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ? Y a-t-il eu vol(s) ou dégradation(s) que la Mairie voudrait ou devrait cacher ? Mais un vol arrive partout : on a même volé la Joconde au Louvre au début du siècle dernier...

    Alors, quoi ? On nous parle de travaux, depuis plus de deux ans, et on nous dit qu'il va encore y avoir des travaux, pendant plus de deux ans : qui peut le croire ? La maison est grande est belle, certes, mais elle n'a tout de même pas les dimensions du Louvre !

    La question est donc simple : la Mairie cache-t-elle quelque chose, ou bien attend-elle, placidement que, faute d'entretien et de "vie", tout simplement, la maison ne s'effondre ?

    Nous voulons savoir, car nous aimons ce lieu que nous connaissons bien, et même plus que très bien, et nous voulons, comme nous l'avons fait tant de fois, retrouver le libre accès à ce lieu magnifique, chargé de sens et d'émotions.

    Nous n'avons rien dit ni rien fait jusqu'à présent. Il faut dire que le sujet est délicat, car, que dire, et que faire ? Que pouvons-nous, que savons-nous, que voulons-nous faire ? Il n'est pas facile de répondre à cette question. Mais peut-être les amoureux du lieu ont-ils eu tort, jusqu'à présent, d'attendre; car, on le voit bien maintenant, attendre quoi ?

    Si les choses continuent comme cela, un jour ou l'autre la maison s'écroulera. Et plusieurs éléments du jardin étaient déjà dans un état "d'effacement en cours" lors de la dernière visite publique que nous y avons organisée, il y a plusieurs années de cela.

    Nous nous sommes donc résolus à nous emparer du sujet à l'occasion des 36ème Journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre dernier, et nous en parlerons tous les jours, jusqu'aux prochaines élections municipales des dimanches 15 et 22 mars prochain, en espérant que l'actuelle bande stalino-sectaire (admirez le pléonasme...) aura perdu la Mairie...

    En mars, on verra selon la tournure qu'auront prise les événements et on avisera, en fonction : commençons par secouer le cocotier, et on verra bien ce qui tombe...

    Voici la liste complète des articles publiées sur ce sujet par lafautearousseau, depuis le vendredi 14 septembre, veille des Journées du Patrimoine :

    Lire la suite

  • Tous les articles parus sur lafautearousseau depuis le début de notre campagne "Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !"

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ?

    Lire la suite

  • lafautearousseau "lanceur d'alerte" : Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !...

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ? Y a-t-il eu vol(s) ou dégradation(s) que la Mairie voudrait ou devrait cacher ? Mais un vol arrive partout : on a même volé la Joconde au Louvre au début du siècle dernier...

    Alors, quoi ? On nous parle de travaux, depuis plus de deux ans, et on nous dit qu'il va encore y avoir des travaux, pendant plus de deux ans : qui peut le croire ? La maison est grande est belle, certes, mais elle n'a tout de même pas les dimensions du Louvre !

    La question est donc simple : la Mairie cache-t-elle quelque chose, ou bien attend-elle, placidement que, faute d'entretien et de "vie", tout simplement, la maison ne s'effondre ?

    Nous voulons savoir, car nous aimons ce lieu que nous connaissons bien, et même plus que très bien, et nous voulons, comme nous l'avons fait tant de fois, retrouver le libre accès à ce lieu magnifique, chargé de sens et d'émotions.

    Nous n'avons rien dit ni rien fait jusqu'à présent. Il faut dire que le sujet est délicat, car, que dire, et que faire ? Que pouvons-nous, que savons-nous, que voulons-nous faire ? Il n'est pas facile de répondre à cette question. Mais peut-être les amoureux du lieu ont-ils eu tort, jusqu'à présent, d'attendre; car, on le voit bien maintenant, attendre quoi ?

    Si les choses continuent comme cela, un jour ou l'autre la maison s'écroulera. Et plusieurs éléments du jardin étaient déjà dans un état "d'effacement en cours" lors de la dernière visite publique que nous y avons organisée, il y a plusieurs années de cela.

    Nous nous sommes donc résolus à nous emparer du sujet à l'occasion des 36ème Journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre dernier, et nous en parlerons tous les jours, jusqu'aux prochaines élections municipales des dimanches 15 et 22 mars prochain, en espérant que l'actuelle bande stalino-sectaire (admirez le pléonasme...) aura perdu la Mairie...

    En mars, on verra selon la tournure qu'auront prise les événements et on avisera, en fonction : commençons par secouer le cocotier, et on verra bien ce qui tombe...

    Voici la liste complète des articles publiées sur ce sujet par lafautearousseau, depuis le vendredi 14 septembre, veille des Journées du Patrimoine :

    Lire la suite

  • Intégrer la Maison de Maurras au réseau des Maisons des Illustres...

    Rappelons d'abord à nos lecteurs, à tous, que, désormais, depuis 1997, et conformément au vœu formellement exprimé par Maurras, "sa" maison de Martigues a été donnée à "sa" chère ville de Martigues ("Mon Martigues plus beau que tout" écrit-il dans l'un de ses plus beaux poèmes, Où suis je ?)

    Maurras avait d'ailleurs réglé lui-même, dans les détails, cette donation, faisant même le compte de sièges que devraient occuper les différents partis (MRP, Socialiste, Communiste...) dans le Conseil d'administration !

    Lire la suite

  • IL FAUT SAUVER LA MAISON DE MAURRAS A MARTIGUES ! QU'ON L'AJOUTE AUX "MAISONS DES ILLUSTRES" !

    Les 21 et 22 septembre dernier, se sont déroulées les 36ème Journées du Patrimoine.

    De nombreux lieux sont restés fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras.

    Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble "maison/jardin" fermé, et en interdire l'accès au public; et celui-ci se trouve donc comme enfermé par un invisible mais bien réel "dernier mur de Berlin d'Europe"...

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire pour sauver cette très belle demeure, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras...

    Oui, il faut agir, car le temps commence à presser !

    La maison de Maurras, magnifique édifice des XVIIème et XVIIIème siècle est peu, pas ou mal entretenue; si on ne fait rien, elle s'écroulera : magnifique perspective que nous offre une très riche mairie stalinienne, qui se croit encore au temps du "génial petit père des peuples"...

    Agissons tous ensemble ! Il faut sauver la maison de Maurras, au nom de la Culture, de l'Intelligence, de l'Esprit français et aussi de l'histoire des Idées, au nom de la culture universelle, tout simplement...

  • IL FAUT SAUVER LA MAISON DE MAURRAS A MARTIGUES ! QU'ON L'AJOUTE AUX "MAISONS DES ILLUSTRES" !

    Les 21 et 22 septembre dernier, se sont déroulées les 36ème Journées du Patrimoine.

    De nombreux lieux sont restés fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras.

    Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble "maison/jardin" fermé, et en interdire l'accès au public; et celui-ci se trouve donc comme enfermé par un invisible mais bien réel "dernier mur de Berlin d'Europe"...

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire pour sauver cette très belle demeure, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras...

    Oui, il faut agir, car le temps commence à presser !

    La maison de Maurras, magnifique édifice des XVIIème et XVIIIème siècle est peu, pas ou mal entretenue; si on ne fait rien, elle s'écroulera : magnifique perspective que nous offre une très riche mairie stalinienne, qui se croit encore au temps du "génial petit père des peuples"...

    Agissons tous ensemble ! Il faut sauver la maison de Maurras, au nom de la Culture, de l'Intelligence, de l'Esprit français et aussi de l'histoire des Idées, au nom de la culture universelle, tout simplement...

  • Sur le site officiel du Comte de Paris

    Les journées du patrimoine sont chaque année l’occasion de nous rappeler notre chance mais aussi notre responsabilité comme dépositaires de notre Histoire. Ce patrimoine, il nous appartient à tous selon nos moyens de le mettre en valeur, de l’enrichir, et de le défendre.

    Frappée par un terrible incendie le 15 avril dernier, la cathédrale Notre-Dame de Paris, toujours debout, reflète la fragilité de ce legs, mais aussi l’esprit de résistance qui a caractérisé la France. J’ai ainsi tenu à m’investir et me tenir informé de près de l’avancement des travaux actuels de sauvegarde de l’édifice, qui devraient durer jusqu’en 2020. J’ai notamment été heureux d’apprendre que le grand tapis de chœur, commandé par Charles X et offert à la cathédrale par mon aïeul Louis-Philippe Ier, avait pu être mis à l’abri à temps et était en cours de restauration. C'est d'ailleurs sous son règne que fut créée la première Commission des Monuments Historiques.

    N’oublions pas non plus notre patrimoine immatériel. La langue française en est le coeur. L’année 2020, qui marquera les 50 ans de la Francophonie, lors d’un Sommet en Tunisie, sera l’occasion pour 88 Etats de montrer leur attachement à cette langue et à cette Histoire qui nous relie.

    Notre patrimoine immatériel, c’est aussi la Maison de France, dont j’incarne aujourd’hui l’héritage et qu’il m’appartient de développer. Sa solidité, sa constance, sa fermeté au gré des difficultés que peut traverser notre pays, sont une des conditions pour que la France puisse incarner un destin digne de son illustre passé.

    Bonnes fêtes du patrimoine à tous.