Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Activités, Manifestations diverses, Mouvement

  • Café Histoire de Toulon, ce mercredi 25 avril sur Napoléon III et le Mexique catholique

     

    La guerre du Mexique fut une épopée miliaire dont la France peut-être fière. Camerone en est un des nombreux témoignages. Mais au delà, il s agit d'un réel projet géopolitique français qui aurait pu modifier profondément l’histoire du continent américain et donc du monde. il y eu un temps ou la France croyait à sa dimension mondiale. Cette causerie sera aussi l'occasion de présenter la société française d’histoire du Souvenir Napoléonien.  

    Le Grall, Pub associatif des missionnaires de la Miséricorde (adhésion 1 €)
    377 avenue de la République, 83000 Toulon
    La soirée pourra se poursuivre autour d’une pizza (Participation aux frais)
    Contact : cafehistoiredetoulon@gmail.com

  • Très bonne nouvelle : L'unité des royalistes refaite en Provence

    François Bel Ker, président du CRAF* et Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale

     

    2293089609.14.jpgAutre bonne nouvelle en marge de notre « Colloque Maurras » réussi de samedi dernier.

    François Bel Ker, président du CRAF* et Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale ont en effet tous deux annoncé au cours de la soirée militante d'après-colloque que l'Action Française refaisait son unité en Provence, mettant fin à la division en deux camps (RN et CRAF) née il y a une vingtaine d'années. Cette décision est prise dans le cadre d'une évolution de même nature devant intervenir sur le plan national en 2018.

    Régionalement, ce regroupement se fait au sein de l'Union Royaliste Provençale, « canal historique » de l'Action Française en Provence, sous l'autorité de Jean Gugliotta, son cinquième président depuis la fondation de l'Action Française. Sur le plan national, ce regroupement se fait au sein du CRAF et ultérieurement au sein d'une Action Française réunie.

    Jean Gugliotta dirige donc désormais l'ensemble des royalistes d'Action Française de Provence. Il sera assisté de Guy Bertran en tant que vice-président et d'un adjoint pour les groupes de jeunes, Bertrand Raffaillac-Desfosse.   

    Cette unité reformée est gage d’une efficacité et d’un rayonnement accrus de l’Action Française en Provence.

    François Bel Ker et Jean Gugliotta ont travaillé pour la bonne cause.  •

     

    * CRAF : Centre Royaliste d’Action Française

  • Un colloque maintenu malgré l'ultra-gauche ...

    Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale ouvre le colloque avec Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine et de la Nouvelle Revue Universelle, et Christian Franchet d'Espèrey, rédacteur-en-chef 

     

    2293089609.14.jpgNous retrouverons  dès demain la grande actualité, l'actualité politique. Nous aurons le temps d'en traiter. Nous revenons ce lundi sur notre colloque de ce dernier samedi à Marseille. 

    Colloque que la gauche et l'ultra-gauche radicale prétendaient interdire par la menace ou par la force dont ils sont des habitués, et le faire annuler. Ce qui ne s'est pas produit. 

    Nous retraçons plus loin ces circonstances assez particulières et mouvementées parce qu'elles disent  la situation de notre pays ; de notre société.  

    Ce ne sont pas seulement les organisateurs du colloque, mais aussi les participants, qui ont dû s'organiser - ils l'ont fait de grand coeur - pour faire face à une situation qui a quelque chose à voir avec ce qu'en France on a appelé la Terreur, car la chose et le mot ont été inventés par et dans notre pays autour de 1793. 

    Ce qu'a été ce brillant colloque heureusement maintenu, ce qu'est sa teneur, nous ne le dirons pas ici car une vidéo que nous mettrons en ligne assez vite et plus tard des actes seront bientôt disponibles.   

    Disons seulement que ce colloque a été studieux, érudit et brillant. Joyeux aussi, parce que maintenu. Et parce que les équipes de jeunes ont su le prolonger au moment des repas - de midi et du soir - en organisant avec talent et avec dévouement de somptueux buffets où la discussion et l'amitié furent à l'honneur.   

    De beaux moments d'unité maurrassienne dans toute sa profondeur. Il faut en remercier les organisateurs et  les intervenants*. 

    « J'ai mes livres, j'ai mes disciples, j'ai l'avenir devant moi » avait lancé Maurras à ses indignes accusateurs de Lyon...  

    * Hilaire de Crémiers, Christian Franchet d'Espèrey, Stéphane Blanchonnet, Jean-Philippe Chauvin, Jean-Baptiste Donnier, Bernard Pascaud, Gérard Leclerc et Jacques Trémolet de Villers.

  • Merci à l'ultra-gauche violente et aux médias qui l'ont relayée : notre «Colloque Maurras» s'est tenu, bien tenu, et a «fait le buzz» comme jamais !

    Entretien avec La Provence, samedi 21 avril

     

    2293089609.14.jpgLes médias sont à la fois partiaux et ignorants. En particulier à notre sujet... Ils ne s'expriment sur Maurras, sur nous-mêmes, qu'à coup de clichés, toujours les mêmes, sans savoir et sans comprendre. Leur « pensée » apparaît mécanisée. Et bien-sûr leur vocabulaire aussi ; il est de ce fait totalement prévisible, parfaitement  obligé, totalement répétitif d'un article l'autre. Leurs formules toutes faites, leur vocabulaire toujours identique à lui-même et dont l'on pourrait dresser un catalogue somme toute assez drôle et assez pauvre, suppléent en l'espèce à leur incompétence. Le tout est toujours malveillant.  

    Les médias que nous venons d'évoquer relayent en revanche systématiquement les haines et les slogans de l'ultra-gauche et des ligues dites antiracistes, en réalité antifrançaises. C'est le cas général : sur le plan national (France Inter, par exemple, qui a ouvert ses flashes d'information matinaux de jeudi et vendredi dernier sur l'indignation que notre colloque était censé soulever à Marseille. Faux !) comme sur le plan régional.  Et c'est tout particulièrement le cas de La Provence, quotidien en situation de quasi monopole local, qui, quoiqu'il s'en défende, compte parmi ses rédacteurs plusieurs  militants dits antifas. Situation absurde car nous ne sommes ni racistes, ni fascistes. Ils l'ignorent ou veulent l'ignorer. 

    Notre colloque devait se tenir à Marseille au Centre Cormier*, qui appartient à l'ordre dominicain. (Il s'agissait d'une location de salle). Alors, l'on a fait écrire pour la circonstance de vieux catholiques de gauche ou d'ex « résistants » indignés. Les « Jeunes socialistes » locaux (moins de 10 militants !) ont protesté par communiqué, l'on a interpellé l'archevêque de Marseille. Mais ce dernier a rappelé que les Dominicains sont une congrégation autonome et qu'il n'a pas autorité sur leur programmation. Et puis l'on a adressé aux pères dominicains des menaces plus agressives qui venaient des groupuscules de la gauche radicale, entraînés à les mettre à exécution dans toute la France, avec les plus extrêmes violences, contre les biens, les personnes, les forces de l'ordre et leurs adversaires politiques. Une autre forme de terrorisme dont tout le monde connaît les exactions. Les images de ces exactions sont dans toutes les mémoires. Très peu dans celle des médias... Il n'était pas impossible que le couvent soit victime d'agressions, que les messes soient troublées... En dernier ressort, les responsables des forces de l'ordre ont fait savoir qu'elles seraient trop occupées pour protéger le colloque... Le Centre Cormier, dans ce cas, avec notre parfait accord, ne pouvait plus continuer de mettre sa salle de conférence à notre disposition. Ceci fut décidé vendredi dernier à midi, pour un colloque devant s'ouvrir le lendemain matin, samedi, à 9 h 30... 

    Nous décrivons ce processus qui relève de la petite histoire, non par goût de l'étalage, que nous n'avons pas, mais pour pointer la situation dans laquelle notre pays, notre société, se trouvent aujourd'hui ; où en sont, chez nous, les libertés publiques et, en particulier tout simplement la liberté d'esprit et d'expression. C'est dans des circonstances analogues que les mêmes, il y a quelques semaines, avaient fait plier face à leur tapage le ministre de la Culture, Mme Nyssen, qui avait bel et bien inscrit Charles Maurras sur la liste des commémorations nationales pour 2018 et dut l'en retirer, mettre au pilon le catalogue y afférent et affronter la démission de dix des membres du Haut Comité chargé de les préparer, sur les douze qu'il comptait. Exit, d'ailleurs, le dit Haut Comité, désormais défunt.  

    Allions-nous plier, nous aussi, annuler le colloque, renoncer à le tenir ? C'est le bruit qui a couru. Mais ce n'était pas notre intention. Elle fut de trouver une salle de substitution**, de n'en rien dire à personne, surtout pas aux médias qui nous harcelaient de questions sur ce point précis, et de nous organiser de sorte que la totalité des inscrits, tous les participants ou presque, puissent être présents au colloque, non reporté mais seulement déplacé, le lendemain matin, avec très peu de retard, pour prendre part aux conférences et aux débats, ce qui fut tout à fait réussi. L'indignation avait changé de camp, une certaine colère s'y faisait sentir aussi, et les efforts de tous ont fait de cette journée de réflexions et d'échanges, une réussite remarquée.

    Le matin même était paru sur une page presque entière de La Provence l'entretien que nous y avons donné [Gérard POL pour Lafautearousseau] et que l'on pourra tenter de lire si l'on se reporte à l'illustration en haut de page. L'article répond aux caractéristiques habituelles des publications de La Provence, telles que nous les avons évoquées plus haut. Tout l'attirail habituel y est : le titre, les substantifs, les verbes, les adjectifs, les insinuations ... Les propos que nous y tenons sont à IMG_0853.JPGlire - au moins pour partie - au prisme de la partialité et de la propagande médiatique .... 

    Le Colloque a été ouvert autour de 10 heures par Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale et Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine et de la Nouvelle Revue Universelle, en compagnie de Christian Franchet d'Espèrey son rédacteur-en-chef, devant une salle comble.   

    * Rues Sainte-Victoire et Edmond Rostand à Marseille

    ** Novotel, avenue du Prado.  

  • Impressions d'une participante au colloque « Charles Maurras, l'homme de la politique »

    Hilaire de Crémiers, Christian Franchet d'Espèrey, l'assistance

     

    3214517770.jpgSympathique témoignage d'une participante au colloque : Madame Jacqueline Oliva, nouvelle venue à l'une de nos réunions. Elle s'était inscrite à ce colloque pour s'informer sur Charles Maurras. Elle y est venue malgré les aventures des derniers jours et les interdits lancés par l'extrême-gauche contre la liberté d'expression. La nôtre. Elle a donc trouvé ce qu'elle cherchait. Merci pour cette réaction !   Lafautearousseau

     

    « La salle était pleine à craquer.

    Merci aux organisateurs de ce brillant colloque.

    La belle France était au rendez-vous, celle de l'esprit, de la courtoisie et de l'érudition.

    « C'est de Français bien éduqués et instruits que viendra le grand changement » a dit un internaute avec juste raison ; ce samedi, nous en avons eu un bel aperçu. 

    Même pour tout néophyte, les différents intervenants ont parfaitement bien expliqué la parole de Maurras.

    Encore merci.  » 

  • « Colloque Maurras » : Quelques images supplémentaires ...

    Hilaire de Crémiers, Christian Franchet d'Espèrey

     

    Une suite de brillantes interventions

     

    IMG_0856.JPG

    Gérard Leclerc

     

    IMG_0855.JPG

    Jean-Baptiste Donnier

     

    IMG_0951 (002) - Copie.jpg

    Jean-Philippe Chauvin

     

    IMG_0960.JPG

    Bernard Pascaud

     

    IMG_0954.JPG

    Stéphane Blanchonnet

     

    IMG_0971.JPG

    Jacques Trémolet de Villers 

     

     

  • Grenoble ce lundi 23 avril, Centre Lesdiguières : conférence à deux voix avec Nadia Furlan & Damien Berthelemy

     

    Nadia Furlan, professeur de Lettres modernes, à la retraite

    Les parents sous-estiment le degré de folie du système éducatif de notre pays. Protégée par des média imposant la pensée unique, éliminant progressivement après mai 68 toute contradiction interne, une idéologie extrêmement politisée s'est propagée dans notre système éducatif, sans garde-fou, tels des lapins sur une île sans prédateurs vivant une surenchère
    continue et hallucinante jusqu'à l'année dernière... l'actuel ministre se contentant de geler la situation, et de faire paravent en fronçant légèrement les sourcils.

    Damien Berthelemy instituteur et professeur de mathématiques/sciences physiques, licencié

    Oui, forcément, « c'était mieux avant », et il ne faut avoir absolument aucun scrupule à le revendiquer, à le dire haut et fort. Cependant cela ne doit pas être une excuse pour céder à une forme de paresse intellectuelle. En particulier car toute ré flexion sensée en interne sur l'éducation nous a été confisquée depuis un demi-siècle. Quelles sont les perspectives d'amélioration ? Aller plus loin dans le délire ? Espérer que de l'autonomie des établissements jaillira naturellement la solution ? Ou « faire du neuf avec du vieux » ?

    CONTACT

    centreslesdiguieres@laposte.net

  • Décidément, le « Colloque Maurras » d'aujourd'hui à Marseille fait le buzz ! Mais avec des sommets de sectarisme et de désinformation !

     

    Des « indignations » peu nombreuses mais véhémentes, accusatrices, et en un sens liberticides, souvent assorties, même, de diverses menaces de violences physiques, se sont exprimées ici et là sur le fait qu'un Colloque Maurras doit se tenir aujourd'hui à Marseille. 

    L'affaire a été largement amplifiée par les médias qui ont parlé de Marseille comme d'une ville « indignée », prenant le sectarisme de quelques-uns pour le souci de toute une ville. Version évidemment ridicule ! Qui fait seulement le jeu des protestataires de l'ultra-gauche, soudainement transmués en indignés. relayés par le sulfureux Médiapart.  Quant à leur vision de Charles Maurras, elle est faite le plus généralement de simple méconnaissance, qui les amène à reprendre de purs clichés, et parfois faite de haine ou de rancoeurs anciennes, idéologiques ou communautaristes. 

    Vendredi matin, à 7 h 30, France Inter a même ouvert son flash d'information de 7 h 30 sur ce sujet. Nous mettons leur reportage en ligne, ci-dessous, pour que chacun puisse en prendre connaissance.  C'est, en effet, un sommet de sectarisme et de désinformation !

    Mais c'est confirmé : le colloque « Charles Maurras, l'homme de la politique » aura bien lieu aujourd'hui, samedi 21 avril. 

    A la une de France Inter hier matin au flash infos de 7h30 :  
     
    « Indignation à Marseille où l'Action Française organise un colloque sur Charles Maurras dans un couvent dominicain »
     

     

  • Lafautearousseau vous invite au colloque « Charles Maurras, l'homme de la politique pour le 150e anniversaire de sa naissance. Et c'est aujourd'hui !

     

    2293089609.14.jpgLe colloque aura bien lieu ce samedi 21 avril de 9 h 30 à 17 h 30. On peut y venir, même si l'on ne s'y est pas encore inscrit. Voir modalités ci-dessous.

    Pour les inscrits comme pour les non-inscrits se présenter devant le Centre Cormier, 35 rue Edmond Rostand, 13006 Marseille, à 9 h 30.  

    Colloque organisé par Lafautearousseau, la Fédération Royaliste Provençale, le Cercle de Flore et le Cercle Vauban. 

    Programme des interventions (9 h30 - 17 h 30)

     Modérateur : Hilaire de Crémiersdirecteur de Politique magazine et de La nouvelle Revue Universelle

    • Maurras, au-delà de la caricature, l’homme, par Christian Franchet d’Espérey, rédacteur en chef de La nouvelle Revue Universelle.

    • Maurras, l’homme de la liberté par Jean-Philippe Chauvin , professeur d’histoire.

    • Maurras, l’homme de l’ordre, par Stéphane Blanchonnet, président du comité directeur de l’Action française.

    • Maurras, l’homme de la paix par Bernard Pascaud, président de la Restauration Nationale.

    • Maurras, l’homme de la cité par Jean-Baptiste Donnier, professeur de Droit.

    • Maurras, l’homme de la Nation par Axel Tisserand, écrivain.

    • Maurras, l’homme de l’universel par Gérard Leclerc, journaliste et écrivain.

    • Maurras, l’homme du Roi par Jacques Trémolet de Villers, avocat et écrivain.

    PAF 10 € - Jeunes 6 € (Entrée et pauses-café) - Déjeuner libre. 

    Règlements sur place, pour les personnes n'ayant pas règlé. 

    Contact

    lafautearousseau@outlook.fr

    T.  06 08 31 54 97

     
  • Ne manquez pas notre colloque « Charles Maurras, l'homme de la politique », pour le 150e anniversaire de sa naissance

     

    « Charles Maurras, l'homme de la politique », le 21 avril à Marseille, de 9h30 à 17h30 !

    Inscriptions : lafautearousseau@outlook.fr

    Voir informations plus détaillées dans notre article ci-dessus

  • Lafautearousseau vous invite au colloque « Charles Maurras, l'homme de la politique » pour le 150e anniversaire de sa naissance. Et c'est demain !  

     

    2293089609.14.jpgL'on peut encore s'inscrire au colloque. Mais en urgence ! Voir modalités ci-dessous.  

    Le 150ème anniversaire de la naissance de Charles Maurras sera par ailleurs commémoré le lendemain dimanche 22 avril.   

    Manifestations organisées conjointement par Lafautearousseau, la Fédération Royaliste Provençale, le Cercle de Flore et le Cercle Vauban. 

    Programme des interventions (9 h30 - 17 h 30)

    Modérateur : Hilaire de Crémiersdirecteur de Politique magazine et de La nouvelle Revue Universelle

    • Maurras, au-delà de la caricature, l’homme, par Christian Franchet d’Espérey, rédacteur en chef de La nouvelle Revue Universelle.

    • Maurras, l’homme de la liberté par Jean-Philippe Chauvin , professeur d’histoire.

    • Maurras, l’homme de l’ordre, par Stéphane Blanchonnet, président du comité directeur de l’Action française.

    • Maurras, l’homme de la paix par Bernard Pascaud, président de la Restauration Nationale.

    • Maurras, l’homme de la cité par Jean-Baptiste Donnier, professeur de Droit.

    • Maurras, l’homme de la Nation par Axel Tisserand, écrivain.

    • Maurras, l’homme de l’universel par Gérard Leclerc, journaliste et écrivain.

    • Maurras, l’homme du Roi par Jacques Trémolet de Villers, avocat et écrivain.

    PAF 10 € - Jeunes 6 € (Entrée et pauses-café) - Déjeuner libre. 

    Règlements par chèque à l'adresse suivante : Les Amis de Lafautearousseau, 48 rue Sainte-Victoire 13006 Marseille (Ordre Les Amis de Lafautearousseau).

    Ou par PayPal (ci-dessous) en spécifiant « Colloque »

    Contact

    lafautearousseau@outlook.fr

    T.  06 08 31 54 97

  • Politique magazine numéro d"avril : « Un héros mort pour la France »

     

    Un numéro de Politique magazine qui prélude aux colloques Maurras en cours de préparation en France, notamment celui qui aura lieu à Marseille samedi 21 avril : Charles Maurras, l'homme de la politique. Le cent-cinquantième anniversaire de sa naissance se passera avantageusement des commémorations officielles que les organisations d'extrême-gauche ont empêchées.  LFAR

    Au sommaire de ce nouveau numéro :

    UN DOSSIER : Maurras toujours vivant

    MAYOTTE : Sortir du piège

    HISTOIRE : Mme de Staël, géniale et exaspérante

    Et aussi dans ce numéro…  54 pages d’actualité et de culture !

    IMG.jpg

    S’abonner à Politique magazine

  • Paris ce 10 avril, Hilaire de Crémiers parlera de Charles Maurras aux Mardis de Politique magazine, une soirée à ne pas rater !

     

    Rendez-vous à partir de 19 h 00 - Conférence à 19 h 30 précises
    Participation aux frais : 10 euros -  Etudiants et chômeurs : 5 euros

    Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° - Métro La Trinité, Saint-Lazare

    sans-titre pm.png

    Renseignements : Politique magazine, 1 rue de Courcelles Paris 8° - T. 01 42 57 43 22

  • Café Actualité d'Aix-en-Provence, prochaine réunion exceptionnellement jeudi 5 avril. A ne pas rater !

    En 50 ans, l'enseignement catholique a disparu du paysage scolaire français pour se transformer en enseignement « libre » sous contrat d'association, simple auxiliaire du service public.

    Il serait facile d'incriminer la loi Debré qui a créé ces contrats d'association dans une logique d'intégration. Mais il s'agirait là d'une erreur d'analyse car l'enseignement catholique animé d'une passion « concordataire » s'est proprement suicidé.

    Exposé par Antoine de Crémiers témoin de ce suicide, ayant occupé durant plus de trente ans divers postes de responsabilité au sein de l’institution.  • 

    18 h 45 : accueil. Entrée libre.

    19 h : conférence et débat animé par Antoine de Crémiers

    20 h 30 : fin de la réunion.

    Participation sous forme de consommation.

    Consommations à commander et régler au bar en arrivant. Merci !

    Inscriptions et renseignements: 06 16 69 74 85