Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LAFAUTEAROUSSEAU

  • A nos lecteurs : 2017 ... Pensez à Lafautearousseau !

    D'avance merci à tous ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il nous sera sans-doute difficile de remercier individuellement toutes les personnes qui ont déjà bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci ! 

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (78 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :

    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Chalon-sur-Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cyrq - Courbevoie - Draveil - Eguilles - Feucherolles – Fontaine – Gercy - Gergy - Grenoble - Guilherand Granges - - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Marseille – Martigues – Melun - Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Redon - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Rueil Malmaison – Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Sulpice-La-Pointe - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Versailles - Ville d’Avray. 

  • Ephéméride du 18 janvier

     Les Hospices de Beaune aujourd'hui

     

    1462 : Mort du Chancelier Nicolas Rolin 

    Grande figure politique de la Bourgogne et de la France du XVème siècle, il fut chancelier de Philippe le Bon, duc de Bourgogne durant 40 ans.

    Fondateur du célèbre Hospice de Beaune, il fut un homme politique clairvoyant et iintelligent : il sut gagner la confiance du duc de Bourgogne, Jean sans Peur, qui lui décerna le titre de conseiller et fit de lui son avocat au parlement de Paris. Après l'assassinat de Jean sans Peur, par des Armagnacs, en 1419, il se mit au service de Philippe le Bon, qui le nomma chancelier de Bourgogne en 1422.

    Après l'épopée de Jeanne d'Arc, Rolin jugea la cause anglaise perdue et incita Philippe le Bon à quitter la famille des Lancastre pour celle des Valois et à obtenir les faveurs de Charles VII, ce que fit Philippe le Bon lors du congrès d'Arras (1435), où le chancelier Rolin était le porte-parole du duc et de la duchesse de Bourgogne.

    C'est lui qui commanda la célébrissime Vierge du Chancelier Rolin, aujourd'hui unique oeuvre de Jan Van Eyck que possède la Louvre : 

    18 janvier,fronde,bainville,louis xiv,banque de france,napoleon,louvois,pontmain,becquerel 

    Sur la fondation des Hospices de Beaune, le 4 août 1443, voir notre éhéméride du 4 août; et l'éhéméride du 1er janvier, jour où ces Hospices ont reçu leur premier patient...

     

    18 janvier,fronde,bainville,louis xiv,banque de france,napoleon,louvois,pontmain,becquerel

    Lire la suite

  • Donald et « le Bon Dieu » ...

     

    Ne sont pas - encore - prises en compte ici les déclarations révolutionnaires de Donald Trump, le weekend dernier, sur le Brexit, la politique catastrophique d'Angela Merkel en matière de migrants, de surcroît les responsabilités économiques de l'Allemagne dans l'échec prévisible de l'Union Européenne, sur l'OTAN, obsolète et trop coûteux ... Etc.  

     

    Mur-bleu gds.jpgAvez-vous écouté la première Conférence de presse du « président élu » ? Si oui, vous l'avez entendu, si non, on vous le dit ici : au cours de cette longue mais jamais ennuyeuse prestation, celui qui n'est pas encore Président des Etats-Unis a évoqué deux fois Dieu. Et, lors de son installation officielle à la Maison Blanche, le 2O janvier prochain (date de la prise de fonction effective du Président des USA depuis 1937) il lancera son premier - et surement pas dernier - « God bless America » officiel, « Que Dieu bénisse l'Amérique... ». Rituel immuable...

    En 2009, lorsque Barack Obama fut élu, il appela également la bénédiction de Dieu sur lui-même et sur l'Amérique. Il se trouva que, à Moscou, au même moment (le premier février 2009 pour être précis, soit douze jours plus tard), le nouveau Patriarche Kyrill était intronisé. Et, pour l'occasion, Poutine et Medvedev côte à côte, avec leurs épouses et l'ensemble du gouvernement, se signèrent respectueusement, et prièrent eux aussi, à l'unisson de l'assemblée.

    A l'époque, nous n'avions pas manqué de relever ces deux faits, et d'opposer l'orgueilleuse nouvelle religion républicaine de notre Système - avec son laïcisme agressif déguisé en laïcité, qui interdit de parler de Dieu, se prenant lui-même pour Dieu - à ce qui se fait partout, dans le monde. Notre quotidien n'avait que deux ans (il fut fondé en 2007, le 28 février), il en aura dix dans un peu plus d'un mois. On pourra lire la courte note que nous avions consacrée à l'événement : y-a-t-il quelque chose à changer ? A ajouter ?

    Note à lire dans Lafautearousseau ...

    Il y a ceux qui se reconnaissent une autorité supérieure, et il y a l'orgueilleuse « République française » ...

  • Recherche des causes ... Les principales, les plus effectives ...

  • Ivan Rioufol : « Le “ progressisme ” malade de ses dénis »

    Peuple en colère ... 

    Par Ivan Rioufol

    CHRONIQUE - Comprendre la désintégration de la nation invite à s'arrêter [Le Figaro du 12.01] sur le dérèglement intellectuel de cette gauche qui a tant fasciné la droite. De cette droite qui l'a tant suivie. Et parfois dépassée pour diverses raisons - dont celles liées à de puissants intérêts. Ainsi la désintégration de la nation qu'Ivan Rioufol pointe ici avec justesse a souvent été l'œuvre commune de la droite et de la gauche. Et François Fillon n'y a pas été toujours étranger, toujours opposé. C'est pourquoi ici, nous ne lui ferons ni confiance ni procès anticipés. S'il venait à être le futur Chef de l'Etat, nous le jugerions aux actes. Ni plus ni moins. Quant à la critique du prétendu progressisme à laquelle Rioufol se livre ici, y compris s'agissant du centrisme de Macron, elle rencontre naturellement notre accord.  Lafautearousseau.    

     

    picture-269762-59fn6n7.jpgSept fantômes du PS se sont disputés, jeudi soir à la télévision, la place de candidat à la présidentielle. Les Français les verront apparaître deux fois encore avant le premier tour de leur primaire, le 22 janvier: ce court délai devrait suffire pour faire le tour des programmes. Le manichéisme de Vincent Peillon, la démagogie de Benoît Hamon, la suffisance d'Arnaud Montebourg sont les vieux restes qui rappellent ce que fut le progressisme du temps de sa splendeur. Manuel Valls, qui avait ouvert le procès de ce socialisme infatué, ne cesse depuis de se renier pour tenter de rassembler une armée des ombres. L'entendre rejeter le libéralisme après avoir déclaré son « amour» de l'entreprise est une incongruité parmi d'autres. Lundi, un sondage du Figaro donnait l'ancien premier ministre perdant au second tour face à Montebourg, soutenu par les « socialos » morts-vivants. Valls se perd à vouloir séduire des zombies.

    Pour autant, comprendre la désintégration de la nation invite à s'arrêter sur le dérèglement intellectuel de cette gauche qui a tant fasciné la droite. Deux et deux n'ont jamais fait quatre dans ce monde qui marche sur la tête. « Faire plier les réalités » a toujours été l'orgueilleux objectif d'une idéologie rétive à la réflexion et aux résultats. Rien d'étonnant à ce que les candidats de la ronflante Belle Alliance Populaire reprennent l'héritage de la gauche marxiste, dépensière et immigrationniste. L'assistanat, la culture de l'excuse, le clientélisme restent les piliers des projets. Hamon est, avec Peillon, l'un des plus décomplexés dans le cynisme électoral. Pour plaire aux cités, il minimise le sexisme culturel qui s'y observe et soutient la cause palestinienne dans sa lutte contre l'existence d'Israël. « Il s'agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat de banlieue et des quartiers », s'était-il justifié en 2014.

    Redonner des responsabilités à ces laborantins de l'Homme nouveau reviendrait à asséner le coup de grâce à la nation sur les genoux. D'autant qu'aucun des grands sujets qui sont au cœur des inquiétudes des gens - l'immigration de peuplement, la cohabitation avec l'islam conquérant, le séparatisme territorial - n'a été pour l'instant abordé par la plupart des prétendants. Le débat ne peut se réduire au travail, à l'emploi et à la redistribution des richesses, alors même que la France est en guerre, depuis les attentats islamistes des 7 et 9 janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de Vincennes. Or c'est bien le déni qui fédère les survivants du socialisme. Valls fait figure d'intrus quand il tient tête à l'islam radical. Jeudi dernier, sur France 2, il n'a pas cédé au discours victimaire d'une femme voilée censée représenter les Françaises musulmanes. La gauche soumise déteste cette raideur.

    En fait, le courant humanitariste et universaliste s'asphyxie sous la vague conservatrice. Aux États-Unis, la gauche en perdition s'est retranchée derrière ses bastions des médias et de Hollywood pour faire feu sur Donald Trump. Lors de la soirée des Golden Globes, l'actrice Meryl Streep a porté l'indignation du camp du Bien devant un monde de paillettes, de strass et de dollars. Mercredi, CNN et le site BuzzFeed ont rendu publique une série d'infamies non sourcées et invérifiables. Barack Obama se réserve une sortie piteuse le 20 janvier, pour avoir mesquinement multiplié les chausse-trappes à l'intention de son successeur. Un sort similaire est promis à la gauche française, incapable de s'avouer dépassée par l'histoire. Certes, la forte audience que rencontre Emmanuel Macron dans ses meetings peut laisser croire en un renouveau du progressisme dont il se réclame avec talent. Mais cet Obama blanc, non plus, ne dit rien des réalités qui dérangent.

    L'insécurité culturelle occultée

    Macron, comme Trump, symbolise le rejet d'une démocratie confisquée. Un besoin d'air frais les porte. Mais l'analogie s'arrête là. Si l'Américain sanguin a pris le parti des « ploucs » contre les « élites », le Français sophistiqué ensorcelle davantage les people que le peuple. Les fondamentaux de son programme sont ceux d'un centrisme angélique qui voit en Angela Merkel le modèle à suivre, dans les migrants le prétexte à l'ostentation des bons sentiments, dans l'Union européenne la protection des peuples. Macron a l'art de faire du neuf avec du vieux. Des juppéistes, des membres de l'UDI et du Modem, dont François Bayrou lui-même, sont appelés à rejoindre cet entre-deux qui leur ressemble. En marche ! pourrait aussi ringardiser définitivement le PS momifié. Cependant, nulle part n'apparaît, derrière cette belle figure, le chef de guerre attendu. Il est peu probable que ce rôle soit un jour endossé par celui qui préfère légaliser le cannabis. Trop de retenues empêchent Macron d'aborder l'insécurité culturelle qui taraude les peuples. Cette semaine, un sondage montre que 77 % des Belges ne se sentent plus chez eux.

    François Fillon, que les enquêtes d'opinion disent en perte de vitesse, a pour lui de vouloir s'émanciper du conformisme de la fausse droite et des humanitaristes professionnels. Si, sur la réforme de la sécurité sociale, il a donné le sentiment de reculer dès la première critique, sa résistance aux pressions de ses alliés corrige la faiblesse de caractère qu'il a laissé voir. Ceux qui veulent mettre leur grain de sel dans son projet ont jusqu'à présent été tous éconduits, sèchement concernant Laurent Wauquiez et sa proposition de rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires . « Les grilles de lecture du microcosme ne sont plus celles de cette France silencieuse et fiévreuse que j'ai parcourue de long en large », a-t-il expliqué mardi. Les combats contre l'islam politique et l'immigration remplaciste sont des thèmes qui, occultés par le PS et Macron, s'annoncent prometteurs si les réponses se montrent à la hauteur. « L'immigration doit être fermement contrôlée et réduite », a annoncé Fillon, mercredi à Nice. La concurrence du FN lui interdit tout recul.

    Cécité de l'Église

    Même le pape François, si décevant dans son refus de faire obstacle à la déculturation de l'Europe*, admet que l'immigration pose des problèmes. Lundi, devant le corps diplomatique, il a recommandé une nouvelle fois aux « autorités publiques » de suivre une « démarche prudente » pour l'accueil des migrants. L'Église sortirait-elle enfin de sa cécité ? 

    * Laurent Dandrieu, « Église et immigration. Le grand malaise », Presses de la Renaissance.

    Ivan Rioufol           

  • Marseille et région: Un 21 janvier avec Louis XVI et Jeanne d'Arc, deux martyrs français. On s'inscrit sans tarder!

     

    Entrée, apéro, conférence et buffet-dînatoire 20 €

    Couples : 30 € - Etudiants 15 €

    Inscriptions et renseignements par courriel ou par téléphone 

    Courriel : lafautearousseau@outlook.fr 

    Téléphone : 06 08 31 54 97

    Règlements de préférence par PayPal (Noter : « 21 janvier »)

     
    ou règlement sur place.
     
    Le nombre de places étant limité, il est conseillé de s'inscrire au plus tôt.
    A noter qu'il ne sera pas envoyé d'invitations par poste. Pour s'inscrire ou se renseigner, prière d'utiliser téléphone ou courriel.
    A faire suivre, diffuser, transmettre ... Merci.
     
    Messe chantée, programme
    Kyrie : Langlais ; Gloria : Gounod ; Sanctus : Gounod ; Agnus Dei : Bizet ; Offertoire : Pie Jesu, Lloyd Webber ; Communion : Pie Jesu, Fauré ; Ave Maria, Gounod - Bach. 

     

    Conférence à Notre-Dame du Liban

     

    maitre-jacques-tremolet-de-villers.jpgJacques Trémolet de Villers, avocat à la Cour et écrivain, signera son livre : Jeanne d'Arc, le procès de Rouen (Les Belles Lettres). 
    Il évoquera ce procès au cours de sa conférence. L'un des procès les plus fascinants et les plus décisifs de l'Histoire. Avec celui de Jésus et celui de Louis XVI.
    L'on sait aussi qu'il fut, en 2016, avec Nicolas et Philippe de Villiers, l'un des trois hommes qui ont permis le retour en France de l'anneau de Jeanne d'Arc. Depuis le 20 mars 2016, cet anneau se trouve justement en Vendée, au Puy du Fou.
    Au jour où, dans la France entière, l'on va commémorer de différentes façons, la mort du roi Louis XVI, lui aussi martyr français, on ne devrait manquer en aucun cas cette évocation de ces si puissants symboles du patriotisme français.  •
     
    Adresse de Notre-Dame du Liban : 5 avenue du Parc Borély - 13008 Marseille (Parking) 
  • 2017 ... La France sur un volcan ... Pensez à Lafautearousseau !

    D'avance, merci à ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il ne nous est pas possible de remercier individuellement toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci ! 

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (78 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :

    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Chalon sur Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cirq - Courbevoie - Draveil - Eguilles - Feucherolles – Fontaine – Gercy - Gergy - Grenoble - Guilherand Granges - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Marseille – Martigues – Melun - Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Redon - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Rueil Malmaison – Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Sulpice-La-Pointe - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Versailles - Ville d’Avray.  

     

  • Louis XVI 2OI7 !

     

    « On est près du grand mouvement de l’inversion ». Lequel ? Celui qui mettra en cause la Révolution, la Révolution historique (« La terreur est dans son ADN ») mais aussi la Révolution agissant aujourd’hui. « Il y a des signes du sursaut ; des gens qui bougent ; des voix qui s’élèvent et qui parlent de plus en plus fort ». Philippe de Villiers 

    Vous trouverez ici, au fur et à mesure qu'elles seront annoncées, les messes et activités prévues dans votre région - du moins, toutes celles dont nous aurons eu connaissance. Vous aurez certainement à cœur d'y prendre part. Il ne s'agit pas de simples commémorations et votre présence, nombreuse, leur donnera leur plein sens actuel.  

    Annonces

    Nous publierons ici la liste des messes, conférences, débats et manifestations dont nous aurons eu connaissance. Une très très longue liste ...

    Les organisateurs de messes et manifestations autour du 21 janvier 2017 peuvent, d'ores et déjà, nous en communiquer les détails, pour être publiés ici. Courriel : lafautearousseau@outlook.fr]

     

    DIMANCHE 15 JANVIER

    Nice : 10h,  Chapelle des Pénitents rouges, rue Jules Gilly (extrémité Est du Cours Saleya). A 12h, Déjeuner à l'Hôtel Aston, 12 Avenue Félix Faure. A 15h, conférence de Philippe Pichot-Bravard : « Louis XVI, sa personnalité, ses idées politiques, son attitude face à la révolution française ».

    VENDREDI 20 JANVIER

    Tournai [Belgique] : 11h, Cathédrale Notre-Dame de Tournai (Chapelle du Saint-Sacrement).

    SAMEDI 21 JANVIER

    Paris : 11h, Saint-Germain-l'Auxerrois, paroisse des Rois de France, Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en présence des Princes de la Maison de France. 

    - A 10h, cérémonie et dépôt de gerbe Place de la Concorde, devant la statue de Rouen et l'Hôtel Crillon. Participation du Choeur Montjoie Saint Denis.

    - 11h : Eglise Saint Eugène - Sainte Cécile, 4 Rue du Conservatoire, 75009.

    - 18h30 : Messe de Requiem avec Absoute à Saint Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins (5ème).

    Marseille : - 11h30 , Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, dite à la demande de la Fédération Royaliste Provençale et Action Française Provence, ainsi que du Souvenir Bourbonien, sera célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. Une rencontre suivra, dont le programme est donné par ailleurs. 

    - 16h30, Monastère Orthodoxe du Saint Archistratège Michel de Marseille, 2, rue Briffaut, pannichyde (Office des défunts http://fraterniteorthodoxe.blogspot.fr/).

    Saint Denis : 12h, Basilique royale.

    Bruxelles : 11h, Eglise du Couvent Sainte Anne, Avenue Léopold Wiener, 28, Bruxelles (1170).

    Lyon : - 10h30, Eglise de la Rédemption, Place Puvis de Chavannes (6ème).

    - 11h00, Eglise St Georges (5ème).

    18h30: Prieuré Saint Irénée, 23 quai Perrache (2ème).

    Bordeaux : - 12h, Eglise Saint Bruno.

    - 18H30, Eglise Saint Eloi de Bordeaux, 1 Rue Saint-James (près de la Grosse Cloche).

    • Bayonne : 12h, Cathédrale de Bayonne, Messe célébrée par Monseigneur Marc Aillet pour le roi Louis XVI et pour la France.

    Toulouse : 11h30, Chapelle Saint Jean Baptiste, 7 rue Antonin Mercié.

    Strasbourg : 17h30, Cathédrale Notre-Dame.

    Versailles : 19h à la  chapelle Notre Dame des Armées, Impasse des gendarmes.

    Lille : 11h, Chapelle Notre-Dame-de-la-Treille, 26 rue d'Angleterre.

    Amiens : 11h30, Chapelle Saint Vincent de Paul, 54ter rue Jules Barni.

    Grenoble : 11h, Collégiale Saint-André, Place Saint André.

    Dijon : 11h, Basilique Saint-Bernard-de-Fontaine-lès Dijon. A 17h, conférence à l'Hôtel Ibis Dijon Gare : « La personnalité et la modernité du roi Louis XVI », par le Prince Alexandre de Kisseley.

    Metz  : 18h, Eglise de l'Immaculée-Conception, 47 rue des Trois-Évêchés, Metz Queuleu.

    Montpellier : 18h, Chapelle des Pénitents bleus, 11 rue des Etuves.

    Toulon : 18h30, Eglise Saint-François de Paule, Place Louis Blanc.

    Fontainebleau : 18 h, Eglise du carmel, 8 Boulevard  du Gal. Leclerc.

    Limoges : - 10H30. Chapelle Saint Martial. 7 rue Guillaumin.

    -10H45, Chapelle Saint Antoine des Papillons, rue des Papillons.

    -11H15, Eglise Saint Michel des Lions, 15 Place Saint-Michel.

    Nimes : 11h, Chapelle Sainte Eugénie, rue Sainte Eugénie.

    Béziers : 17h30, Chapelle des Pénitents, rue du 4 septembre. Le dimanche 22, Fête des Rois à Nissan (renseignements : association.louisXVI@gmx.fr - Tel : 04 67 28 26 78 ; 06 70 32 65 88).

    Carcassonne : 10H, Basilique St Nazaire & St Celse.

    Saumur : 11h45, Eglise de Saint Lambert des Levées, 32 Avenue de la Croix de Guerre.

    Louailles : 11h, Eglise de Louailles (72.3000, à 8,5km de Sablé-sur-Sarthe, route de La Flèche-Tours). La Messe sera suivie, à 12h30, d'un Déjeuner-Débat, Salle Polyvalente de Vion (à 3,5km de Louailles) : « Transhumanisme, la fin de l'espèce humaine », par le Docteur Jean-Pierre Dickès. 

    Bazas (Gironde) : 15h, Cathédrale Saint Jean Baptiste, Place de la Cathédrale.

    Boulogne : 18h, Eglise Saint Louis, , rue Félix Adam.

    Nice : 11h, Eglise Saint Paul, Paroisse Saint Jérôme, Boulevard Pessicart.

     Nancy : - 11H, Chapelle du sacré Coeur, 65 rue Maréchal Oudinot.

    - 18H30, Chapelle du sacré-coeur, 65 rue du Maréchal Oudinot.

    Coligny (Ain) : 10h, Eglise Saint Martin, rue Saint Martin.

    La Gaubretière (Vendée) : 18h30, Chapelle Notre-Dame de la Sainte Famille, Ramberge (à 30 km à l'ouest de Mauléon, 10 km au nord-ouest des Herbiers).

    Vichy :  - 9h, Eglise Saint-Louis, 33 rue Sainte Cécile.

    - 19h, Chapelle du Sacré-Coeur de l'école Jeanne-d'Arc de Vichy, 12 rue du Maréchal-Joffre.

    La Roë (Mayenne) : 11h, Eglise de La Roë.

    Le Planquay (Eure) : 11h, Eglise du Planquay.

    Tarbes : 18h30. Cathédrale Notre Dame de la Sède, Place du Général de Gaulle.

    Butry-sur-Oise (Val d'Oise) : 10h00, Église du Cœur Immaculé de Marie.

    Troyes : 10h30, Eglise Saint Rémy, rue Pithou.

    Perpignan : 10H30, Eglise Saint-Matthieu.

    Tours : 18H, Chapelle Saint Grégoire des Minimes, 3 bis rue de la Préfecture.

    ​• Compiègne : 9H, Église Saint Jacques.

    ​• Montauban : 18H30, Eglise Saint-Jacques.

    La Chapelle d'Angillon : 18h30, Chapelle du château de la Chapelle d'Angillon. 

    Nantes : - 9h45, Eglise Saint Clement.

    - 11H, Le Christ Roi 88 rue d'Allonville. Lecture du Testament Place Louis XVI à 12h15.

    ​• Roullet (Charente): 11h, Église de Roullet. (Suivie d'un Repas à 13h, au Restaurant « la Vieille Étable », sur réservation (06 13 82 62 94)

    Bouloire (Sarthe) : Messe à 11h Place de l'église.

    ​• Massais (Deux-Sèvres) : 11h00 Église St Hilaire.

    Vannes (Morbihan) : 11H, Eglise Saint Patern à Vannes. (A 14 h 30 : Conférence à la Maison du Diocèse : « Louis XVI, sa personnalité, ses idées politiques, son attitude face à la révolution française ». par Philippe Pichot-Bravard et le Cercle Jean-Pierre Calloc'h).

    Chambéry (Savoie) : 19h, Cathédrale de Chambéry. (Attention : les portes de la cathédrale seront fermées pendant l’office. Arrivez entre 18h45 et 19h).

    DIMANCHE 22 JANVIER

    Paris : 10h30, Chapelle Expiatoire, 29 Rue Pasquier (8ème). 

    Calais : 8H45, Chapelle Sainte Victoire, Hames Boucres (entre Calais et Guines).

    Saint Quentin : 1Oh45, Chapelle de la Charité, 38 rue des Patriotes.

    Limoges : 10H30, Chapelle Saint Martial, 7 rue Guillaumin.

    Belloy-en-France (Val d'Oise) : 11h. Église St-Georges.

    La Nouvelle Orléans (Louisiane) :   9h30, Eglise Saint Patrick, 724 Camp Street.        

    LUNDI 23 JANVIER

    Mulhouse : 18h30, Eglise Saint-Etienne, Place de la Paix.

    Les Sables d'Olonne : 18h30. Chapelle du Sacré Coeur Place Jules Ferry.

    VENDREDI 27 JANVIER

    Epinal : 18h30, Eglise Saint Antoine, 12 rue Armand Colle.

    SAMEDI 28 JANVIER

    Tarascon : 17h30, Abbaye saint Michel de Frigolet (en présence de S.A.R le prince Sixte-Henri de Bourbon Parme).

    DIMANCHE 29 JANVIER

    Nancy : 10h30 : Eglise Marie Immaculée, 33 avenue du Général Leclerc. Ensuite, à partir de 12h15, Fête des Rois de La Lorraine Royaliste : repas, suivi de la Galette traditionnelle (restaurant « Chez Maître Marcel », au coin des rues Raymond Poincaré et de l'Armée Patton, à Nancy).

  • Café Histoire de Toulon, lundi 23 janvier : « Eric Zemmour et le fait religieux ». A ne pas manquer !

     

    Certains catholiques pensent que les "conservateurs" auraient gagné la suprématie culturelle et qu' Eric Zemmour est le représentant emblématique de ce retournement. Cependant connaissons-nous son positionnement vis à vis du fait religieux ? Lui qui est paradoxalement accusé d'anti-islamisme et fait l'objet d'une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme islamiste. C'est à cette question que tentera de répondre Danielle Masson, auteur d'un livre sur les "nouveaux philosophe", d'une biographie intellectuelle de Jean Madiran, du recueil et de la rédaction des mémoires de Gustave_Thibon, de la direction d'une large "Enquête sur les Nouveaux Réactionnaires" et d'un livre d'entretiens avec Emile Poulat, l’un des plus grands sociologues du fait religieux contemporain. 

    Le Grall, Pub associatif des missionnaires de la Miséricorde (adhésion 1 €)
    377 avenue de la République , 83000 Toulon
    La soirée pourra se poursuivre autour d’une pizza (Participation aux frais)
    Contact : cafehistoiredetoulon@gmail.com

  • A Paris, le 24 janvier, hommage aux résistants royalistes

     

    Paris mardi 24 janvier à 19 heures, rendez-vous place Jacques et Mireille Renouvin, pour rendre hommage aux résistants royalistes morts dans les camps nazis.

     

  • Ephéméride du 17 janvier

    La montagne Sainte-Victoire

     

    86 Avant Jésus-Christ : Mort du Consul Caius Marius  

    En 102 Avant Jésus-Christ, en Provence, il avait écrasé les Cimbres et les Teutons, sauvant Rome et la Civilisation. 

    gaius-marius-1.jpg
    Caius Marius, consul
     
     

    Faisons mémoire de ce grandiose évènement : on verra qu'il renferme bien des leçons pour le temps présent, et que dans nos angoisses d'aujourd'hui concernant la survie et la continuation de notre Civilisation, de notre Culture, de notre Être profond, nous pourrons trouver une splendide leçon de courage et d'espérance chez ce grand et noble romain qui, avec ses légions, est venu dans le pays qui est aujourd'hui « chez nous » pro salute non pro gloria certari (combattre non pour la gloire mais pour sa propre survie, nous dit Salluste) écrivant ainsi l'une des pages les plus extraordinaires non seulement de notre propre histoire mais de toute l'Histoire universelle. 

     
    17 janvier,caïus marius,rome,provence,cimbres,teutons,légion romaine,cesar,marthe,massalia,marseille,fos,aix• Évocation courte (12'2") : au Rassemblement Royaliste des Baux de Provence : http://vimeo.com/9698887
     
    • Évocation plus longue (26'26") : devant la stèle des Tremaïe, aux Baux : http://vimeo.com/15878420
     
    (Illustration : "Les Antiques", à Glanum, élevés en commémoration de l'évènement)

    Lire la suite

  • Grand corps malade

    Illustration de couverture du Figaro Magazine du 13.01.2017 

     

     

    par Louis-Joseph Delanglade

     

     

    Il y a un an, dans un entretien accordé au Corriere della Sera à propos de son livre Penser l’islam, M. Onfray constatait avec lucidité et non sans dépit  : « La France a renoncé à l'intelligence et à la raison, à la lucidité et à l'esprit critique. Houellebecq a raison : nous vivons déjà sous le régime de la soumission. » Soumission au terrorisme intellectuel pro-islamique. Aujourd’hui, invité à parler de son dernier ouvrage, Décadence, M. Onfray le présente volontiers, par exemple sur BFM/RMC le 11 janvier dernier, comme une sorte de pendant, disons « philosophique », au roman Soumission. Donnons-lui acte qu’il affirme bien que l’islam est « la goutte d’eau qui fait déborder le vase », c’est-à-dire porte en quelque sorte le coup de grâce à un Occident réputé chrétien, mais précisons qu’en ramenant l’action dudit islam à celle de ses « minorités agissantes », il élude la dimension culturelle voire civilisationnelle que pose hic et nunc la religion de Mahomet. Reconnaissons aussi que, à travers leurs propos et leurs écrits, MM. Onfray et Houellebecq semblent bien partager le même constat sur l’état de déliquescence morale de nos sociétés : à l’attitude veule du personnage central de Soumission fait écho la perte des valeurs dénoncée par l’auteur de Décadence (d’où sa question triviale à ses interlocuteurs journalistes : « vous connaissez quelqu’un prêt à mourir pour un smartphone ? »).

     

    En revanche, les deux ouvrages paraissent diverger quant à leur finalité et, de fait, ne produisent pas le même effet. Le roman de M. Houellebecq sonne plutôt comme un avertissement, une mise en garde ultime avant l’éventuelle catastrophe, qui surviendra(it) en l’absence de tout sursaut : rien n’interdit de penser que la fiction puisse avoir un effet cathartique et salvateur. A contrario, l’essai de M. Onfray se donne toutes les apparences d’une vérité définitive, assénée comme un diagnostic quasi médical : il suffit pour s’en convaincre de citer les différentes explicitations du titre, tantôt « vie et mort du judéo-christianisme », tantôt « De Jésus à Ben Laden - Vie et mort de l’Occident ». Mort clinique, donc, sous nos yeux, de l’Occident chrétien. A prophétiser la fin d’une civilisation on ne prend pas de risque - mais le verdict sans appel de M. Onfray est contestable du seul fait qu’il est improuvable : on peut bien penser comme lui que « les civilisations meurent à un moment donné », il n’empêche que la nôtre pourrait bien se survivre encore quelques décennies, voire quelques siècles.

     

    Néanmoins, M. Onfray a un grand mérite : intellectuel très médiatisé, il joue désormais le rôle bienvenu de lanceur d’alerte. En effet, même vivante, notre civilisation, et plus précisément nos sociétés « occidentales », mieux vaudrait dire européennes, sont bien malades. Deux siècles de matérialisme et de rationalisme effrénés conjugués à deux guerres « civiles » les ont fortement émoussées. Mais, peut-être, ce cycle touche-t-il à sa fin comme pourrait le laisser penser le renouveau intellectuel de ceux (contre-révolutionnaires ? réactionnaires ? anti-modernes ?) qui ne croient ni aux vertus de la post-modernité ni à celles de l’idéologie mondialiste. C’est l’avis de M. Buisson, lequel nous invite dans ses entretiens (Boulevard Voltaire, France Inter, TV Libertés) à intégrer la notion de temps long, si contraire au court-termisme contemporain : il va falloir être patient, laisser les idées pénétrer les esprits mais, explique-t-il, on voit déjà les prémices d’un nouveau cycle radicalement différent du cycle idéologique, forcément long, qui a commencé avec les Lumières et qui, lui, touche à sa fin. M. Buisson n’est ni romancier ni essayiste, son analyse a le mérite de reposer sur une grande culture historique et une pensée politique solide. 

     

  • Les lundis de Louis-Joseph Delanglade

    1377576916.jpg

    Information - Rappel

    Les Lundis de Louis-Joseph Delanglade ce sont des analyses et des réflexions - hebdomadaires (hors vacances scolaires) - sur l'actualité politique (politique intérieure et politique étrangère généralement alternées) qui synthétisent ou définissent les positions de Lafautearousseau. A savoir notre ligne politique. 

    C'est pourquoi ces chroniques sont regroupées depuis leur origine (20.11.2012) et toutes consultables dans une annexe de Lafautearousseau :  

    Les lundis de Louis-Joseph Delanglade

    Elles forment aujourd'hui une somme de plus de 120 chroniques traitant de différentes sortes de sujets d'importance nationale ou internationale. Dans un esprit d'Action Française actualisé.  

    Vous pouvez donc consulter l'ensemble des chroniques déjà parues, en cliquant sur le lien ci-dessus ou à défaut sur l'icône les lundis de Louis-Joseph Delanglade. (Page d'accueil, colonne de droite). 

  • Éducation : désertion en rase campagne

     

    par Olivier Pichon

     

    thU42DGU00.jpgUn rapport sénatorial fait état d’un fait que le ministre Najat Valaud-Belkacem s’est bien gardée de diffuser : la démission massive des candidats au poste d’instituteur et de professeur. Mais que sont devenus les avantages de la fonction publique, si protecteurs en cette période de chômage de masse ? 

    Les impétrants semblent préférer l’inconnu plutôt que l’enfer pédagogique. Inutile de préciser que les démissionnaires sont très éloignés des hussards noirs et même de l’apostolat pédagogico-antiraciste des années 90/2000.

    Une désertion en rase campagne donc, de ceux-là même que le président normal voulut massivement recruter au début de son mandat : « nous partîmes 60 000 (en fait le chiffre ne fut jamais atteint) et nous fûmes beaucoup moins en arrivant en ZEP » pour plagier Corneille…

    Un objectif soviétoïde

    En réalité le phénomène s’explique parfaitement. Les 60 000 postes étaient un objectif planifié quantitatif ( et non qualitatif) ; comme dans un plan soviétique, on recruta massivement sans sélection véritable le tout-venant, sans vocation ni compétence alors même qu’un apprentissage exigeant, avant un tel « lâcher sur zone », se révèle absolument indispensable.

    Résultat, la carences cognitive des uns le disputait au découragement des autres face à l’ampleur de la tâche, attestant en creux la noblesse du métier. L’objectif était électoraliste. Il s’agissait de perpétuer l’image d’une gauche « intellectuelle, – alors que la fonction enseignante est frappée par la désintellectualisation du métier – mais aussi d’une gauche sociale (qui crée des emplois budgétaires) dont la clientèle est traditionnellement celle des fonctionnaires.

    Las ! Les études montrent que la fonction publique bascule de plus en plus à droite ! Echec sur toute la ligne. Face à un tel spectacle, on cherche vainement l’excellence dans ce grand corps malade.

    L’excellence méconnue

    Il est nécessaire de dire que cette dernière se maintient tant bien que mal dans le secteur des classes préparatoires, secteur que les ministres de droite et de gauche n’ont pourtant cessé de vouloir faire disparaître.

    Une anecdote que je voudrais vous conter témoigne de l’effroyable impéritie de ce ministère qui, à vrai dire, n’est plus gouverné et ne connait même pas ce qui se passe en son sein. Un jeune professeur de classe préparatoire fait une demande d’inspection, afin d’avancer dans sa carrière, comme c’est l’usage.

    Après un assez long délai, se présente l’inspecteur, professeur en faculté reconnu et respecté pour ses travaux, plutôt de droite. L’inspection se présente sous le meilleures hauspices. Seulement, l’universitaire, totalement déconnecté du monde des classes préparatoires, se voit obligé d’avouer à l’enseignant sa méconnaissance absolue du système qu’il découvre… Embarrassé pour le noter, il finit par se ranger à l’avis de l’inspecté pour convenir des résultats de l’évaluation…

    Ce petit fait met en évidence que le navire n’a plus de capitaine et que le commandement ignore ce que contiennent ses cales ; sans gouvernail, il navigue au fil de l’eau à grands frais budgétaires. L’échouage ou les récifs sont pour bientôt, inévitables, et même, nécessaires, mais ils feront des victimes. Au premier rangs desquels les enfants et l’avenir de notre pays…   

     
    Politique magazine - 01.2017
  • 2017 ... Pensez à Lafautearousseau !

    D'avance, merci à tous ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il nous sera sans-doute difficile de remercier individuellement toutes les personnes qui ont déjà bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (78 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :

    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Chalon sur Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cirq - Courbevoie - Draveil - Eguilles - Feucherolles – Fontaine – Gercy - Gergy - Grenoble - Guilherand Granges - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Marseille – Martigues – Melun - Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Rueil Malmaison – Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Sulpice-La-Pointe - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Versailles - Ville d’Avray.