Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LAFAUTEAROUSSEAU

  • Culture • Loisirs • Traditions

    Ce visuel est destiné à marquer l'unité des articles du samedi et du dimanche, publiés à la suite ; articles surtout culturels, historiques, littéraires ou de société. On dirait, aujourd'hui, métapolitiques. Ce qui ne signifie pas qu’ils aient une moindre importance.  LFAR

  • Famille de France • Quand « L’Incorrect » évoque le Prince Jean de France face aux « débats » en cours

    ®Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgCet article est paru sur le site de L’incorrect [17.01]. Il est consacré au Prince Jean de France et à ses dernières déclarations où le Dauphin de France se positionne dans les débats qui agitent le pays. C'est le style et la vision de l'Incorrect. Vif, incisif et intéressant.  LFAR

     

    Logo-Incorrect-Noir-896x150.jpg

    JEAN D’ORLÉANS S’ADRESSE DE NOUVEAU AUX FRANÇAIS

    Descendant du dernier roi des Français, Jean d’Orléans est un des potentiels héritiers au trône de France, vacant depuis la chute de la monarchie en 1848. En adressant ses vœux aux Français par le biais d’un communiqué mis en ligne sur son site officiel, le prince se positionne dans le grand débat institutionnel qui s’amorce dans « l’Hexagone ». 

    2128386616.jpgSa tribune publiée le 9 octobre dans le Figaro appelant « à rétablir la constitution dans la perspective tracée par de Gaulle », qui avait songé un temps à rétablir la monarchie, avait été saluée par les constitutionnalistes. Alors que la France est plongée dans une grave crise institutionnelle et sociale, avec le mouvement des gilets jaunes « qui cristallise toutes les fractures de notre société », le prince Jean d’Orléans pose les fondations d’un projet dont il dessine avec précaution les contours tout en gardant la hauteur que lui imposent son héritage et sa future charge, si le destin devait l’appeler un jour à ceindre la couronne de France. 

    Sur les réseaux sociaux, qu’il suit avec assiduité, les messages se sont multipliés ces derniers mois pour qu’il se montre aux Français et qu’il s’investisse plus dans le champ politique. Le prince est un homme de réflexion. Il entend suivre les pas de son grand-père, le comte de Paris, Henri d’Orléans avec lequel il partage les mêmes yeux bleus azurs.  « Un prince doit rester indépendant : pour faire de la politique, il ne faut pas en faire…Il faut aussi prendre le temps d’écouter.

    Il n’est pas nécessaire que j’intervienne à tout bout champ. Au contraire, mes propos auront d’autant plus de poids que je m’en tiendrai à l’essentiel (…). Pour beaucoup de nos compatriotes, les temps sont d’autant plus difficiles à vivre qu’ils ne savent pas où va la France. Les Français n’ont plus de repères. Il est donc de mon devoir de leur dire quels sont les miens (…). Ma passion, c’est la France !» déclare le prince Jean d’Orléans. 

    Le retour à la monarchie, une solution en ces temps troublés ? « Notre pays doit affronter depuis plusieurs années une profonde crise de structures. Malaise social, crise économique, mais crise aussi de nos institutions (…) qui s’expliquent par la tentation de nos gouvernants d’abandonner à l’Europe la direction de nos affaires.

    Bon nombre de Français s’interrogent (…) et si les Français se posent ces questions (et je sais qu’ils le font), s’ils s’inquiètent pour la France (et les nombreuses alternances que nous connaissons depuis un quart de siècle en sont un indice), alors je crois qu’ils viendront, tout naturellement, à peser dans leur réflexion, les avantages d’un régime, la monarchie qui vise à garantir l’indépendance, la stabilité et l’équité du pouvoir suprême »  affirme le duc de Vendôme, titre de courtoisie qu’il a reçu en 1987, et qui confessait encore récemment, sur les ondes de la radio Europe 1, son admiration pour la monarchie constitutionnelle espagnole. 

    « Croyez-moi, la monarchie est une idée neuve en Europe » surenchérit-il avec humour mais toujours avec le sérieux qui le caractérise comme on a pu l’apercevoir cette année sur la chaîne de télévision France 2,  lors d’une émission consacrée au monarchisme et pour laquelle il avait été brièvement interrogé.

    « La monarchie, c’est un prince dont l’arbitrage est admis par tous, n’étant l‘homme d’aucun camp, il ne peut être soupçonné de favoriser l’un au détriment de l’autre (…). La monarchie, enfin, c’est un rapport direct-personnel, entre le roi et le peuple. Ce lien s’établit entre autres, grâce au référendum, dont l’usage malheureusement se perd,  comme si l’on craignait que le peuple ne déjuge celui qu’il a élu ». 

    2307869059.jpgDrapé dans l’héritage capétien de Saint-Louis, ce père de 5 enfants a déjà tracé les lignes d’un début de programme, à travers un livre-entretien paru en 2004, intitulé  Jean de France, un prince français, évoquant tous les sujets dans lesquels il est investi tels que l’éducation, la justice, la foi, la culture, l’économie, la politique étrangère, la défense nationale ou encore celui des institutions.

    Dans ses vœux aux Français, le prince Jean d’Orléans semble s’afficher indubitablement comme un prétendant naturel, en arbitre crédible à l’heure où le peuple se cherche une authentique figure sacrée à laquelle se rattacher.  

    Frederic de Natal
    frederic.natal@lincorrect.fr
  • Littérature & Politique • LA FONTAINE ET BOUTANG

     Par Axel Tisserand 

    1964667714.jpgLa Fontaine politique de Pierre Boutang vient d'être réédité par les éditions les Provinciales. Quand langue, philosophie et politique trouvent leurs rythmes, leurs rimes et leurs sens.  

    La Fontaine aura accompagné Boutang toute sa vie. 

    arton771.jpgDes articles, à la fin des années quarante, sur celui que Sainte-Beuve appelait « notre Homère », salués à ce point par Maurras, alors prisonnier, que celui-ci lui demande de les récrire en vue d'un livre - la lettre de 1950 du prisonnier de Clairvaux servira de préface à ce La Fontaine politique qui ne sortira qu'en 1981, avant un autre livre, moins épais, La Fontaine. Les « Fables » ou la langue des dieux, en 1995 : Boutang et La Fontaine ne se sont jamais quittés. 

    Pourquoi « notre Homère » ? Parce que, comme l'Iliade et l'Odyssée pour les petits Athéniens, les Fables de La Fontaine sont, devraient redevenir, la maïeutique de chaque petit Français, à savoir le lieu où la langue exprime, au plus haut point, le lien entre l'âme et le corps, la cité et l'universel, la race - il ne faut pas avoir peur du mot, qui n'a ici rien de biologique - et la civilisation, la force, qu'il faut réhabiliter, en ces décennies d'hypocrite faiblesse, et le spirituel que pourrait signifier, sinon, la force d'âme ? —, enfin, entre la raison et l'imagination - plus encore qu'entre le concept, mot que n'aimait pas Boutang, et l'image : l'intelligence des choses, ni des hommes, encore moins du cœur, n'est réductible à la raison ratiocinante, contrairement à ce que pensait Descartes. L'analogie - merci Thomas, merci Vico - n'est-elle pas maître des Fables, comme de l'Odyssée ? C'est pourquoi, « chaque fois qu'un enfant apprend sa langue, il imite et prolonge l'aventure capétienne du rassemblement d'une terre dans l'unité de sa parole maîtresse, gardienne de l'unité du cœur. » 

    Poésie et politique, au plus vrai de l'être humain  

    Le corbeau, la gazelle, la tortue, et le rat.jpgAvec La Fontaine politique, nous entrons dans un registre, encore jamais étudié avant Boutang, celui de la jonction de la poésie et de la politique à partir de La Fontaine - qui n'est pas l'étude biographique des rapports de La Fontaine avec le pouvoir royal. Le premier enseignement, des multiples que contient l'ouvrage, est que restauration du politique et restauration du langage vont de pair, puisque le langage assure le lien entre les membres d'une communauté : « Comme au spirituel pur, celui de la transcendance, la charité commande tout ainsi au spirituel politique, le juste parler, la parole vivante sont toute la morale et le corps même des autres biens. » Il existe donc bien un spirituel politique, fondant le juste sens d'un politique d'abord que les fables illustrent à leur manière, essentielle. Car la restauration de l'intégrité de la langue, en cela véritable restauration nationale, est le préalable de la restauration politique à la condition, toutefois, de reposer sur la langue des dieux que parlent les Fables, depuis toujours, et non cette langue des hommes, qui est celle, post-cartésienne, de l'ère démocratique. Langue des dieux qu'ils parlent, suprême paradoxe de l'analogie, à travers des animaux qui livrent, dans les fables, pour l'homme, le secret de ces universaux fantastiques, de ces genere fantastici, ces « "généralités" sans abstraction », qui sont l'expression d'un universel analogique pré-rationnel. Sont-ce eux que l'enfant expérimente dans son besoin de nommer, cette connaissance préscientifique des formes ou des essences ? Au contraire, moderne, Descartes l'est, ou plutôt la modernité est cartésienne, en tant qu'il est le premier à tourner le dos à l'homme et à l'histoire par « sa réduction de l'homme, (et de l'histoire par là même annulée) au discours de "l'âge de l'homme': » Et Boutang d'ajouter : « Descartes abandonne tout le territoire de l'imagination à la machine, et avec l'imagination le monde effectivement réel de la vie ». 

    la-fontaine-politique.jpgCette édition est non seulement bienvenue - et nous ne pouvons que saluer le courage des éditions Les Provinciales qui republient, un à un, les textes essentiels de Boutang -, elle forme également un beau livre, dont la conception fait penser à l'édition de la traduction du Banquet de Platon par le même Boutang, chez Hermann, accompagnée de dessins de Maria Elena Vieira da Silva. L'édition présente est illustrée de trente-six animaux à l'encre de Chine de Gérard Breuil. De la belle ouvrage, pour les yeux et l'esprit.    

    font-couvR.jpg

    La Fontaine Politique,
    Pierre Boutang
    Ed. Les Provinciales. 352 p. 26 €
  • Cinéma • Casse-Noisette et les quatre royaumes

    Par Guilhem de Tarlé 

    A l’affiche : Casse-Noisette et les quatre royaumes, un film américain de Lasse Hallström et Joe Johnston, avec Mackenzie Foy (Clara), Morgan Freeman (Drosselmayer), Keira Knightley (la fée Dragée), Helen Mirren (Gingembre), Jayden Fowora-Knignt (Phillip), adapté du conte d’Hoffmann Casse-Noisette et le Roi des souris (1816).

    GT Champagne !.JPG

    C'est il y a 6 ans exactement, en décembre 2012, que nous sommes allés voir au cinéma le ballet de Tchaïkovski ... et nous en sommes partis, honteux, à l'entracte... en nous cachant de nos amis ou relations que nous avions croisés au début de cette soirée artistique et mondaine.

    Mais Casse-Noisette et les quatre  royaumes, j'en avais  entendu une bonne critique que je crois quand même justifiée.

    C'est surtout un film  pour enfants, et j'aurais pu m'y initier à la beauté d’un « ballet pour les nuls ».

    17626947lpw-17627169-article-jpg_5763011.jpgC'est raté, et même le jeune public qui remplissait la salle semblait davantage intéressé par ses paquets de bonbons et de pop-corn, si je me réfère au bruit qui couvrait les voix trop basses des actrices.

    J'espère qu'il a au moins bien assimilé le me(ti)ssage mondialiste qui impose à ce conte allemand  un quota de « diversité » avec, notamment, Drosselmayer, le parrain de Clara, et Phillip, le garde Casse-Noisette.    

    PS : vous pouvez retrouver ce « commentaire » et plusieurs dizaines d’autres sur mon blog Je ciné mate.

  • Marseille & Région, lundi 21 janvier, conférence-débat avec André Bercoff ... A ne pas manquer !

    Programme du lundi 21 janvier 2019 à Marseille

    À 19h, Messe à la mémoire du roi Louis XVI et des victimes de la Révolution, en la Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, chantée, avec musique et orgue, sera célébrée par Monseigneur Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. L'homélie sera donnée par le père Antoine Deveaux. 

     A 20h30, conférence-débat avec André Bercoff, invité exceptionnel 2019 : « SITUATION EXPLOSIVE DE LA FRANCE ET DU MONDE ». 

    Inscriptions urgentes

    Lieu de l'événement : Maison des Travaux Publics & du Bâtiment, 344 bd. Michelet - 13009 Marseille (Parking gratuit)

    Conférence-débat et buffet-dînatoire : 25 € - Jeunes 15 €

    Renseignements par courriel, texto ou téléphone 

    Courriel : urp@outlook.fr  - Téléphone : 06 08 31 54 97

    Règlements de préférence par PayPal (Noter : « 21 janvier »)

     
    Le nombre de places étant limité, il est conseillé de s'inscrire au plus tôt.
    A noter qu'il ne sera pas envoyé d'invitations par poste. Pour s'inscrire ou se renseigner, prière d'utiliser téléphone ou courriel.
    A faire suivre, diffuser, transmettre ... Merci.
  • LOUIS XVI 2019 ! Annonces ... Être présent !

     

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpg

    Nous publierons ici chaque jour la liste des messes, cérémonies, conférences et manifestations qui nous seront signalées, liste toujours très longue, mise à jour au fur et à mesure que nous en aurons connaissance.

    Par souci d'exactitude, nous n'y intégrons que les annonces complètes avec heure et la localisation exacte.

    Les organisateurs peuvent d'ores et déjà nous informer. 
    Courriel : lafautearousseau@outlook.fr  

    3142979974.jpgAnnonces 

    VENDREDI 18 JANVIER

     Épinal : 18h30, Église Saint Antoine, 12, rue Armand Colle.   

    SAMEDI 19 JANVIER

    Lyon : 10h30, Sanctuaire Saint- Bonaventure, 7 Place des Cordeliers (2ème). 

    ■ Toulouse : 10h30, Chapelle Saint-Jean-Baptiste, 7 rue Antonin Mercié. Métro Capitole ou Esquirol ou Parking Esquirol. Messe de requiem célébrée par le chanoine Thibaut d'Aviau de Ternay.  

    ■ Lanvallay (Côtes d'Armor) : 11h, Chapelle du Sacré-Coeur, Prieuré Sainte-Anne.

    ■ Vion, La Chapelle du Chêne (Sarthe) : 12h15, Messe en la Basilique Notre-Dame du Chème, suivie d'un déjeuner-débat avec Guillaume de Thieulloy. Renseignements : 06.64.91.52.45 - 02.43.98.43.44 - 09.86.25.43..27.

    ■ Amiens : 18h30, Chapelle Saint Vincent de Paul, 54 ter rue Jules Barni.

    ■ Équemauville (Calvados): 10h, Eglise Saint Pierre. .

    ■ Fontaine-les-Dijon (Côte d'Or) : 17h, Basilique de la Maison natale de Saint Bernard, Place des Feuillants.  

    ■ Coligny (Ain) : 10h30 Église Saint-Martin.

    ■ Montélimar : 17h30, Chapelle Notre-Dame de la Rose, 36 Avenue Saint-Martin.

    ■ Le Val (Var) : 11h Collégiale Notre-Dame-de-l’Assomption.  

    DIMANCHE 20 JANVIER

    ■ Paris

    → 10h30, Chapelle Expiatoire, Square Louis XVI, 62 rue d'Anjou (8ème).

    → 17h15 : Marche aux Flambeaux. Rendez-vous à l'Eglise Saint-Roch. L'abbé Thierry Laurent recevra les participants dans l'église pour une allocution d'introduction puis les accompagnera jusqu'à la Chapelle Expiatoire.

    ■  Biarritz : 10h, Église Saint-Martin, 4 Rue Saint-Martin.

    ■ Quimper : 10h30, Église Saint Mathieu, rue du Chapeau rouge.

    ■ Villejuif : 10h30, 24 rue Leon Moussinac.

    ■ Montargis : 10h Chapelle du Château. 

    ■ Aix-en Provence : 10h, Chapelle des Pénitents gris, dits Bourras, 15 rue Lieutaud.

    ■ Calais : 8H45, Chapelle Sainte Victoire, Hames Boucres (Près de Guines)

    ■ Bayonne : 10h30, Église Saint Amand, 52 Avenue Maréchal Soult.

    ■ Reims : 10h30, Église Sainte Jeanne d'Arc rue de Verdun

    ■ Limoges : 10H45, Chapelle Saint-Antoine, rue des Papillons.

    ■ Plouay (Morbihan) : 10h30, Chapelle expiatoire, 6 rue du Haras.

    ■ Belloy-en-France : 11h, Église paroissiale.

    Nantes : 12h15, dépôt de gerbes et lecture du testament du Roi, place Louis XVI, au pied de la colonne.

    LUNDI 21 JANVIER

     Paris

    → 10h, Rassemblement Place de la Concorde, devant la statue de Rouen, côté Hôtel Crillon, Ambassade des Etats-Unis. 

    → 12h, Saint-Germain-l'Auxerrois, paroisse des Rois de France, Messe célébrée à la demande du Cercle de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en présence des Princes de la Maison de France. 

    → 18h30, Saint Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins (5ème). Métro Maubert-Mutualité ligne 10.

    → 19h, Eglise Saint Eugène - Sainte Cécile, 4 Rue du Conservatoire (9ème).

     Marseille 

    19h, Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, dite à la demande de l'Union Royaliste Provençale (Action Française) et du Souvenir Bourbonien, sera célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. L'homélie sera donnée par le père Antoine Deveaux. Une soirée conférence-débat suivra avec André Bercoff, invité exceptionnel 2019.

    ■ Lyon : 18h30, Église St Georges, quai Fulchiron. 

    ■ Toulouse : 18h30, Chapelle du Férétra, 116 Rue du Férétra.  

    ■ Toulon : 18h30, Église Saint François de Paule, Place Louis Blanc. 

    ■ Novéant-sur-Moselle : 18h30, Église de Novéant.

    ■ Montpellier : 18h, Chapelle des Pénitents bleus, rue des Étuves (06 81 72 31 11).

    ■ Grenoble : 18h, Collégiale Saint André, ancienne Chapelle Royale, place Saint André.

    ■ Bayonne : 18h30, Église Saint Amand, 52 Avenue Maréchal Soult.

    ■ Biarritz : 18h, Église Saint Joseph, 9 Avenue Victor Hugo. 

    ■ Poitiers : 18h30, Église Notre Dame la Grande.

    ​​■ Chandai (Orne) : 10h30, Monastère Syro-Orthodoxe Notre-Dame de Miséricorde. 

    ​​ Béziers : 19h, Chapelle des Pénitents bleus, 4 rue du 4 septembre.

    ​​​■ Montauban : 18h, Église Saint -Jacques. 

    ​​​■ Tulle : 18h30, Cathédrale Notre-Dame. Messe à la mémoire du Roi Louis XVI et de sa famille. Seront associées à cette prière toutes les victimes de la barbarie humaine. 

    ​​​■ ​Fontainebleau : 19h. messe pour Louis XVI en l'église du Carmel 16 bis rue du Maréchal Foch. (Et le 26 janvier, à 14h30, Galette des rois à l'hôtel de l'aigle Noir, Place du Général de Gaulle).

    ■ Carcassonne : 11h, Basilique des saints Nazaire et Celse.

    ■ Vannes : 18h30, Église Saint-Patern.

    ■ Brest : 18h30, Chapelle sainte Anne, 43 rue Bruat.   

    ■ Chambéry : 19h, Cathédrale, place Métropole. 

    ■ Sées (Orne) : 18h30, Chapelle de l'Institut Croix des Vents, 55 rue d'Argentré.

     Perpignan

    → 18h30, Église Saint-Mathieu, Rue Grande la Monnaie.

    → 18h30, Prieuré du Christ-Roi, 113 avenue Joffre.

    ■ Tarbes : 18h30, Maison Saint-Paul 51 Rue de Traynes.

    ■ Nantes

    → 18h30, Chapelle du Christ-Roi, 88 rue d’Allonville.

    → 20h, Église Saint Clément.

    ■ Bordeaux

    → 19h, Église Saint-Bruno, 5 Place du 11 Novembre.

    ​→ 18h30, Grosse Cloche, rue Saint-James.

    ■ Caen : 18h45, Église Saint-Sauveur, place Pierre Bouchard.

     Unieux (Loire) : 16h30, 31 rue Holtzer.

    ​■ Chartres : 19h30, Eglise Saint Aignan. 

    ​■ Mérigny (Indre) : 11h, Chapelle de la Transfiguration, au lieu-dit « Le Bois ».

    ÉTRANGER

    ALLEMAGNE

     Sarrelouis : 18h30, Eglise Saint Pierre Canisius, Stifstrasse 18, Saarlouis.  

    BELGIQUE  

     Tournai : 11h, Cathédrale Notre-Dame.

    MONACO

     18h30, Église du Sacré-Coeur, 14 chemin de La Turbie.

    SAMEDI 26 JANVIER

    ■ Versailles : 19h, Chapelle Royale du Château de Versailles. Requiem de Cherubini, à la mémoire de Louis XVI. 

    ■ Nîmes : 11h, Église Saint Baudile,

    ■ Caumont-sur-Durance : 18h30, Eglise Saint Symphorien.

     Strasbourg :  16h, Cathédrale Notre-Dame, Messe dite à la demande du Cercle Merry del Val et du Cercle Saint Louis d’Alsace. Elle sera célébrée par M. l’Abbé Frédéric Martin, en la Chapelle Saint Laurent, avec la participation de la Psalette grégorienne de Strasbourg. 

    DIMANCHE 27 JANVIER

     Nancy : 10h30, Église Marie-Immaculée, 33 Avenue du Général Leclerc. A partir de 12h30, Fête des Rois de l'USRL et de La Lorraine Royaliste : repas à l'Auberge de Maître Marcel, angle route de Martinvaux et Maron-Chaligny (Renseignements : lalorraineroyaliste@yahoo.fr ou 06 65 64 73 17). 

    ■ Autun (Bourgogne) : 11h, Chapelle du Saint-Sacrement

    Sur le sens à donner à ces activités, lire : 

    LOUIS XVI 2019 ! Mémoire et acte politique fort : marquer le début de notre décadence

  • 2018 ... Plus que jamais pensez à Lafautearousseau !

    D'avance, merci à tous ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il nous sera sans-doute difficile de remercier individuellement toutes les personnes qui ont déjà bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci ! 

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (106 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :
    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bellac _ Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Camburat - Carignan de Bordeaux - Castres - Cergy - Chalon sur Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cirq - Cormontreuil - Courbevoie - Dammarie-les-Lys - Dignes-les-Bains - Draveil - Eguilles - Eyrans - Feucherolles – Fontaine – Fontainebleau - Fontenay-aux-Roses - Gercy - Gergy - Grenoble - Grosrouvre - Guilherand Granges - Langley - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Mâron - Marseille – Martigues – Melun - Menton - Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Montpellier - Montreuil - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - New-York - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Roquemaure - Roquevaire - Rueil Malmaison – Saint-Blaise-du-Buis - Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Nauphary- Saint-Paterne-Racan - Saint-Sulpice-La-Pointe - Sainte-Mère-Église - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Spa (Belgique) - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Varilhes - Versailles - Vichy - Ville d’Avray - Voreppe. 

  • Remerciements ...

     

    Courriel : lafautearousseau@outlook.fr 
    Chèques à l’ordre de : Les Amis de Lafautearousseau,
    Envois : 48 rue Sainte-Victoire, 13006 Marseille
    En ligne (en toute sécurité) : Via PayPal  
     
  • Paris 12 février aux Mardis de Politique magazine, une conférence de Philippe Mesnard à ne pas manquer !

     

    Rendez-vous à partir de 19 h 00 - Conférence à 19 h 30 précises
    Participation aux frais : 10 euros -  Etudiants et chômeurs : 5 euros

    Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° - Métro La Trinité, Saint-Lazare

    sans-titre pm.png

    Renseignements : Politique magazine, 1 rue de Courcelles Paris 8° - T. 01 42 57 43 22

  • Inscrivez-vous ! La Lettre de Lafautearousseau est gratuite, vous pouvez la recevoir tous les matins

     

    La lettre de Lafautearousseau est gratuite. Elle est adressée tous les matins  à la totalité des inscrits. Si ce n'est déjà fait, inscrivez-vous !

    Pour s'inscrire, il vous suffit de vous reporter à la rubrique Newsletter de notre page d'accueil, puis d'inscrire votre adresse de messagerie dans la case email et de cliquer sur Envoyer. (Colonne de droite, en partie haute).

    Ainsi, vous ne pourrez pas oublier de lire chaque jour nos nouvelles publications.

    Saisissons l'occasion pour remercier celui qui, tous les matins, vers 6h45 lance le processus d'envoi de La lettre de Lafautearousseau qui vous est destinée. Vous la recevrez assez tôt dans la matinée.

    Bien-sûr, il vous est de toute façon possible de lire Lafautearousseau au quotidien, quand vous le souhaitez, en l'intégrant à vos favoris ou en le recherchant sur Google. Bonne lecture à tous !   

    Lafautearousseau   

  • Ephéméride du 19 janvier

    Gustave Thibon (décédé le 19 janvier 2001) au rassemblement royaliste des Baux de Provence. Il y est venu pendant plus de vingt ans. 

     

    1771 : Renvoi des Parlements 

    « Y a-t-il un seul souverain ? Ou la France est-elle soumise à douze aristocraties ? » (Maupeou).

    Dans la nuit du 19 au 20 janvier 1771, Louis XV et Maupeou (ci dessous) cassent les Parlements, et leurs membres sont exilés. Chaque parlementaire reçoit par huissier copie de l'arrêté du Conseil du roi confisquant les charges et interdisant aux magistrats de rendre des arrêts, sous peine de faux.

    Maupeou forme un nouveau Parlement avec les magistrats qui approuvent sa politique, supprime la vénalité des offices et introduit l'égalité de tous les sujets devant la justice...

    Les parlementaires avaient contre eux une bonne partie des « philosophes », Voltaire en tête, qui écrivait à d'Alembert : « Quoi les boeufs-tigres pleurent ? On ne rend plus la justice ? Les plaideurs sont réduits à s'accommoder sans frais...»

    La "destruction" des Parlements, qui bloquaient toute réforme, par égoïsme corporatiste et en fonction de la préservation de leurs seuls intérêts et privilèges, était le début, et la condition sine qua non,  de la Révolution royale ; celle qui aurait apporté au pays les réformes nécessaires, et donc empêché la funeste Révolution idéologique.

    Celle-ci se produira malheureusement moins de vingt ans plus tard : le jeune Louis XVI (20 ans) commettra l'erreur - et la folie... - , à son avènement, en mai 1774, de restaurer les magistrats dans l'intégralité de leurs charges !...

    Fatale décision : « On peut sans exagération dire que la Révolution date de 1774 », écrit l'historien Jean Tulard... 

    maupeou.jpg
    Amer, et surtout lucide, Maupeou déclara : « ...le roi ne peut avoir d'autre reproche à me faire que mon trop de zèle pour le maintien de son autorité. Je lui avais fait gagner un procès qui durait depuis trois cents ans. Il veut le reprendre; il en est le maître...»
    Certains contemporains affirment l'avoir entendu dire, en aparté, « ...il est perdu...» (sur ce désastreux « rappel des Parlements », voir l'éphéméride du 12 novembre)

    Lire la suite

  • Vous avez dit la République ?

    Par Hilaire de Crémiers 

    1841978860.5.jpg

    Incontestablement nos dirigeants ont peur. Et pourtant… 

    Le gouvernement n’en a pas fini. Non seulement avec les Gilets jaunes, mais avec une révolte générale qui, pour le moment, sourd des profondeurs du pays et qui pourrait aussi bien jaillir en flux beaucoup plus violents à la moindre occasion.

    « Manager » la France

    Macron, Philippe, et leurs équipes, quand ils sont arrivés au pouvoir, ont cru que tout se ramenait à une question de gestion ; ils trancheraient avec les prédécesseurs ; ils auraient l’audace tranquille et franche de la direction « managériale » ; leur politique serait celle de bons gestionnaires, loin des discours partisans, des positions idéologiques, transcendant les clivages et s’imposant par son efficacité.

    La liste avait été établie de tous les points névralgiques où il fallait porter le fer de la bonne réforme. L’important était de rénover le système français qui devenait obsolète et, surtout, de dégager l’avenir afin de consacrer temps, argent, capital humain et financier aux richesses du futur dépendant des nouvelles technologies. Ce qui obligerait enfin la France à sortir d’elle-même et de ses vieux problèmes pour s’engager résolument sur les voies de la globalisation et de la mondialisation. A quoi il convenait d’ajouter le souci écologique qui devenait plus que jamais l’une des composantes de la vie et où la France brille singulièrement, comme chacun sait, par l’éclat de ses discours et de ses résolutions chiffrées, actées, trompettées.

    De telles prospectives supposent un maître d’œuvre. Et Macron était là ! Matignon assurerait le quotidien ; l’Élysée maintiendrait la vision. Il devait y avoir à tous les niveaux de direction gouvernementale et administrative un personnel capable de comprendre l’ampleur du dessein pour mieux en assurer l’exécution.

    Le reste était relativement secondaire. L’immigration dans l’imaginaire macronien n’était un problème qu’en raison des idéologies néfastes qui s’emparaient de la question, soit le refus xénophobe et raciste, soit le tout-va immigrationniste. Le réalisme était de comprendre le problème dans toute la complexité de ses données multiples. Il n’était pas jusqu’aux questions dites sociétales qui ne trouveraient leur solution dans un tel état d’esprit. Il n’y avait pas de métaphysique qui tenait ; l’esprit positif du gouvernement, tenant compte des progrès de la science et de la technique comme des revendications juridiquement valides des personnes et des couples, ferait valoir auprès de l’opinion la plus large « les avancées » qu’il était possible d’envisager.

    Restait à mettre les institutions au diapason de cet esprit de réforme générale. Les vieux « trucs » politiciens devaient disparaître devant des propositions claires et simples d’une dynamique modernité : plus de cumul des mandats ; plus de carrières politiciennes qui s’enkystent dans le système avec les reconductions dans les charges publiques ; moins d’élus de toutes sortes ; moins de strates politiques et administratives pour faire des économies d’échelle ; renouvellement dans et par la société civile de toute les fonctions publiques, assurant une participation de tous au débat citoyen et aux décisions collectives ; ouverture de certains scrutins à la proportionelle mais avec une sage pondération pour permettre une plus exacte représentation du corps électoral – et aussi pour finir d’affaiblir les partis traditionnels ! Et, peut-être, dans certains cas, de plus grandes possibilités de référendums.

    gangs-de-filles.jpgEt le président « présiderait » en majesté jupitérienne par la haute dignité de son intelligence –, ça, c’était pour le peuple français –, et, en même temps, en simplicité par son ouverture compréhensive à la vie d’aujourd’hui qui se doit d’accepter presque tout et de jouer le jeu de la vulgarité, s’il le faut jusqu’à la trivialité, avec cette idée qu’on ne perd rien à se mettre au niveau de la voyoucratie à la mode – et ça, c’était pour tous les bobos – dont les Macron font partie à leur manière – et les gars des banlieues qu’on se flattait de séduire.

    Ainsi Macron se faisait-il fort de résoudre le problème français. En cinq ans, avait-il annoncé, le temps d’un quinquennat. Il avait montré sa capacité à vaincre, en France d’abord, le populisme et l’hydre du nationalisme. Il était disposé à manifester la même capacité au niveau européen ; il s’en était expliqué dans un long discours à la Sorbonne ; il s’était engagé en janvier 2018 à Davos à faire de l’Europe, avec essentiellement l’aide de l’Allemagne, un modèle de société ouverte. Ce serait, après la rénovation du « contrat social » français, la restauration du « contrat social européen » dont l’Angleterre ne pourrait avoir qu’envie de redevenir partenaire. Il resterait alors à diligenter « le contrat social mondial », à le rééquilibrer ; et, là aussi, Macron exposait ses idées de multilatéralisme, de justice, de complémentarité, et tout le monde comprenait qu’il était, à ce niveau aussi, l’homme de la situation. Ce qui lui valut à Davos une standing ovation !

    Le divorce consommé

    Voilà donc Macron, tel qu’il est, tel qu’il se pense. Il ne fait, d’ailleurs, que rabâcher ce qu’il a appris dans ses cours, sans prendre de distance, et en se l’appropriant comme sa plus profonde réflexion. Il n’a aucune épaisseur de pensée, aucune profondeur de cœur ; il est figé dans des raisonnements de quatre sous et des considérations aussi générales que répétitives qui ne forment pas une politique. En un an il n’a pas changé ; il ne changera pas ; il ne peut pas changer ; il l’a dit ; c’est sa seule structure mentale et c’est sa psychologie de fond dans le rapport de son moi avec le monde. Ses vœux moralisateurs étaient du même acabit, sans chaleur, sans prise avec le réel : un cours récité.

    Alors, pourquoi faire ou refaire dans ces colonnes pareille synthèse de la pensée macronienne, aujourd’hui, en ce début d’année 2019 ? Uniquement pour montrer le décalage absolu entre la vision du chef de l’État et les préoccupations du peuple français. Il ne suffit pas de le constater et de le dire ; il faut en comprendre les raisons. Les grandes idées inconsistantes et concrètement destructrices des liens sociaux et historiques au motif d’une prétendue modernité ont toujours été rejetées par les peuples. C’est ainsi que la France et les Français ont rejeté toutes leurs républiques depuis plus de deux cents ans. L’État ne saurait être au service de plans concoctés dans des cervelles d’arrivistes plus ou moins intellectuels et qui finissent en chimères ; il se doit d’être le premier fonctionnaire du bien commun, c’est-à-dire de l’intérêt national. Et cela ne l’empêche nullement de s’intéresser aussi aux voitures de demain ! La Ve République subit en ce moment le sort des précédentes. Parce qu’elle ne sert plus maintenant qu’une idée et, avec Macron, une idée fausse.

    faux-gilets-jaunes-casseurs.jpgLes Français demandent à vivre. On les en empêche au nom de vastes considérations dont ils n’ont strictement rien à faire. L’abîme qui se creuse entre les gouvernants et ce qu’il est convenu d’appeler le peuple, est tel que la crise devient naturellement institutionnelle. « Macron, démission ! » n’est pas seulement un cri jeté en l’air. S’il faut déplorer comme tous les honnêtes gens les destructions inutiles qui sont essentiellement le fait de casseurs qu’on laisse faire depuis des décennies, il est en revanche dans les manifestations des actes et des slogans qui signifient clairement le rejet d’un État et de gouvernants qui méprisent la France et les Français. « C’est à la République qu’on s’en prend », reprennent en chœur les Castaner, les Griveaux et autres qui n’ont cessé d’insulter des Français pacifiques en les traitant de voyous. Juste retour des choses. Et d’ailleurs la légitimité de tout ce personnel, d’où vient-elle ? Historiquement, de têtes coupées, mises au bout d’une pique. N’est-ce pas ? Et ils en sont fiers ! Et ils le revendiquent ! Alors ?

    Malgré tous les discours, le pays réel n’est plus écouté par le pays légal. Le divorce aujourd’hui est complet. Le Conseil économique, social et environnemental propose-t-il une consultation ? La majorité des réponses demande en priorité l’abrogation de la loi Taubira. Qu’à cela ne tienne ! C’est traité comme un mauvais coup des réactionnaires ! Pas plus que la pétition des 700 000 signatures en 2014, ces revendications ne seront prises en compte.

    Le président écrit aux Français pour leur proposer un large débat et tout le monde devine que le débat est déjà clos. Il en profitera pour essayer de faire passer quelques points de sa réforme constitutionnelle avec l’aval populaire d’un référendum. On est dans l’astuce politicienne. Le monde nouveau de Macron rappelle étrangement le monde d’hier. La République continue à se ressembler à elle-même. Mais, il est vrai, que faire ? Les malins quittent le navire gouvernemental les uns après les autres. Qu’en sera-t-il quand le pilote arrivera sur l’écueil des élections européennes ? ■ 

    macron_41.jpg

    Hilaire de Crémiers

  • Bon à savoir ? Oui : Des souverainistes de gauche, ex-proches de Mélenchon, veulent lancer leur parti

     

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgC'est Le Figaro du 11 janvier qui nous l'apprend sous la plume de Sophie de Ravinel. Et pour qui participe au débat politique autrement que par voie d'injures et de polémique vulgaire, l'information est importante. Ce n'est pas autrement, mutatis mutandis, que s'est élaborée en Italie une convergence entre souverainistes de gauche et de droite qui a porté les populistes patriotes et eurosceptiques au Pouvoir. Nous n'en sommes pas là. Mais les lignes bougent. Suivons les affaires aussi de ce côté-là de l'échiquier politique !  LFAR  

    avatar-journalistes-defaut.jpgDes souverainistes de gauche, anciennement proches de Jean-Luc Mélenchon, présentent samedi à Paris les contours d'une nouvelle formation politique. Le concept de la nation y sera tout sauf tabou.

    Montage 3.jpgLa réunion est publique. Elle se déroule samedi dans le XIe arrondissement de Paris, rue de Charonne. Deux conditions pour s'y rendre: être souverainiste, et de gauche. Même si le mot gauche pour eux, n'a plus grand sens. Trois personnalités sont invitantes : le philosophe Denis Collin, le journaliste Jacques Cotta mais aussi Djordje Kuzmanovic (Photo, de gauche à droite), un spécialiste de géopolitique et jusqu'à il y a peu proche collaborateur de Jean-Luc Mélenchon sur les questions internationales. Tous trois s'apprêtent à proposer aux participants de monter une nouvelle formation politique. « Nous allons faire des propositions et nous verrons quelles sont les réponses », précise Jacques Cotta, qui souhaite s'orienter vers « un Collectif pour la souveraineté et la justice sociale ». « Ce mouvement sera à l'écoute de ce que dit le pays dans ce temps de crise exprimée par les « gilets jaunes ». Il n'exclura personne, ne niera pas les particularités mais rassemblera ». C'est Djordje Kuzmanovic qui devrait présenter les contours du projet.

    Jacques Cotta, qui a animé une émission à la télévision Le Media, a aussi été proche de Mélenchon. Quant à Denis Collin, son amitié avec le leader des Insoumis remonte à ses jeunes années de l'OCI (l'Organisation Communiste Internationaliste). Il l'a ensuite accompagné au PS et enfin au PG, avant que leurs chemins ne se séparent sur fond de divergences politiques et personnelles. Ce spécialiste de Karl Marx vient de publier Après la gauche aux Éditions Perspectives libres, un essai proche des thèses de Jean-Claude Michea. Sur le blog La Sociale qui rassemble ce clan souverainiste, un « Appel des 100 » a été publié, dans lequel les signataires - au-delà de leurs éventuelles divergences - défendent « la souveraineté de la Nation ». « Une force existe dans le pays pour la république laïque, démocratique et sociale, une et indivisible, une république souveraine au service du peuple de France », écrivent-ils.

    Brenouvin.JPGOn y trouve des personnalités diverses comme l'essayiste Coralie Delaume proche de Natacha Polony, la militante féministe Fatiha Boudjahlat ou... l'ancien candidat royaliste à la présidentielle de 1974, Bertrand Renouvin (photo). Il est à la tête de la Nouvelle action royaliste, la NAR. Un mouvement non maurrassien soucieux d'instaurer une monarchie constitutionnelle en France.

    « Dupont-Aignan et Le Pen ne sont pas en faveur d'une véritable répartition des richesses »

    « Ce qui nous rassemble, c'est notre ADN de gauche antilibérale et un souverainisme assumé », explique Fatiha Boudjahlat. Elle ne sera pas à la réunion samedi mais se dit « très intéressée » par ce qui se construit. « Contrairement à La France Insoumise où Jean-Luc Mélenchon nuit à ses propres idées par son attitude autoritariste, personne ne cherche ici à capter la lumière ». Boudjahlat l'assure, ce projet n'a « rien à voir » avec Debout La France de Nicolas Dupont-Aignan, et « encore moins » avec le Rassemblement national de Marine Le Pen. « Chez nous, contrairement à Dupont-Aignan, le souverainisme n'est pas une fin en soi, c'est le moyen de récupérer l'autorité politique pour réaliser la République sociale ». « Et jamais, poursuit-elle, jamais nous ne nous serions unis à Marine Le Pen qui a une vision exclusive de la nationalité ». « Dupont-Aignan et Le Pen ne sont pas en faveur d'une véritable répartition des richesses », poursuit Cotta. « Quand ils affirment qu'il faut prendre sur les cotisations sociales, c'est-à-dire sur les salaires différés, pour les mettre sur les salaires et augmenter le Smic, ils sont sur une même position que l'Europe et Emmanuel Macron ! »

    Fatiha-inversion-des-valeurs-800x800.jpgReste que ces souverainistes de gauche, chez les « Gilets jaunes » et ailleurs, pêchent dans les mêmes eaux populaires. Avec une réhabilitation volontaire et très nette de la « nation ». « J'aime le mot nation, défend Boudjahlat (photo), c'est le mot qui exprime le mieux l'intérêt général. Le peuple, c'est devenu quantitatif...» Sur son blog La Sociale, Denis Collin vise clairement Jean-Luc Mélenchon. « Ceux qui parlent du peuple sans vouloir la nation (suivez mon regard), ne voient pas le peuple autrement qu'une masse coagulée par le charisme d'un chef, d'un « caudillo » et non pas le peuple politique, apte à délibérer dans le silence des passions ». Il reconnaît qu'il y a « des passions nationales qui peuvent être dangereuses ». Il pointe aussi la « xénophobie » qui à « l'amour de la patrie substitue la haine des étrangers ». Mais il va jusqu'à prétendre qu'« une certaine xénophobie est plus ou moins inévitable ». « Il n'y a pas de nation s'il n'y a pas une forme de préférence nationale », ajoute-t-il encore, avouant avec ironie « dire une horreur ».  

    picture-252767-61oh53rm.jpg

    Sophie de Ravinel

  • À la « Une » du Figaro d'aujourd'hui qui pour une fois ne fait pas dans l'euphémisme ...

    Et cette brouille, résultat, entre autres, de la politique immigrationniste, européiste et droit-de-l'hommiste d'Emmanuel Macron n'est de l'intérêt d'aucune des parties, dont l'Europe en général ... 

  • Ephéméride du 18 janvier

     Les Hospices de Beaune, aujourd'hui 

    1462 : Mort du Chancelier Nicolas Rolin 

    Grande figure politique de la Bourgogne et de la France du XVème siècle, il fut chancelier de Philippe le Bon, duc de Bourgogne durant 40 ans.

    Fondateur du célèbre Hospice de Beaune, il fut un homme politique clairvoyant et intelligent : il sut gagner la confiance du duc de Bourgogne, Jean sans Peur, qui lui décerna le titre de conseiller et fit de lui son avocat au parlement de Paris. Après l'assassinat de Jean sans Peur, par des Armagnacs, en 1419, il se mit au service de Philippe le Bon, qui le nomma chancelier de Bourgogne en 1422.

    Après l'épopée de Jeanne d'Arc, Rolin jugea la cause anglaise perdue et incita Philippe le Bon à quitter la famille des Lancastre pour celle des Valois et à obtenir les faveurs de Charles VII, ce que fit Philippe le Bon lors du congrès d'Arras (1435), où le chancelier Rolin était le porte-parole du duc et de la duchesse de Bourgogne.

    C'est lui qui commanda la célébrissime Vierge du Chancelier Rolin, aujourd'hui unique oeuvre de Jan Van Eyck que possède la Louvre : 

    18 janvier,fronde,bainville,louis xiv,banque de france,napoleon,louvois,pontmain,becquerel 

    Sur la fondation des Hospices de Beaune, le 4 août 1443, voir notre éhéméride du 4 août ; et l'éhéméride du 1er janvier, jour où ces Hospices ont reçu leur premier patient.

    Et, sur les causes profondes de la guerre entre la France et la Maison de Bourgogne, voir l'éphéméride du 24 juin et l'éphéméride du 3 octobre.

    18 janvier,fronde,bainville,louis xiv,banque de france,napoleon,louvois,pontmain,becquerel

    Lire la suite