mercredi, 23 juillet 2014

Assez du conflit israélo-palestinien, la France n’est pas un champ de bataille, par Gabriel Robin *

4AD08D46AFDFDBBDBF4D33EE5E9A_h402_w598_m2_q90_cXykxGRvH.jpgEtrange sensation que d’assister, dans son propre pays, à un conflit violent qui oppose des intérêts étrangers, lesquels n’intéressent que très partiellement les Français. 

Une manifestation de soutien aux palestiniens, orgaisée dimanche 13 juillet à Paris, a dégénéré suite aux débordements de groupes de nervis islamistes aux abords de la synagogue de la rue de la Roquette dans le 20ème arrondissement. Etrange sensation que d’assister, dans son propre pays, à un conflit violent qui oppose des intérêts étrangers, lesquels n’intéressent que très partiellement les Français.

Parmi les protestataires soutenant la cause palestinienne, des manifestants affichaient ouvertement une idéologie takfiriste (des adeptes d’une idéologie violente, Ndlr) et s’étaient munis pour l’occasion de drapeaux représentant des groupes djihadistes, tel le désormais tristement célèbre « Etat Islamique en Irak et au Levant ». Ce monôme de terroristes en puissance scandait frénétiquement des slogans violents, appelant « à la mort des Juifs », rapportés par les témoins sur place et plusieurs médias.

Les manifestations pro-palestiniennes de dimanche faisaient suite aux vives oppositions armées entre l’état d’Israël et le Hamas. Je ne suis pas là pour distribuer des bons points ou décider lequel des deux camps est moralement irréprochable, tous ont leurs raisons de continuer cette guerre terrible et personne n’est à même d’avoir une idée fidèle du conflit depuis le canapé de son salon. Cette guerre est multiple ; à la fois territoriale et religieuse, elle échappe au cadre classique des guerres d’intérêts économiques contemporaines pour s’inscrire dans une eschatologie propre aux religions révélées.

Ce qui nous intéresse au premier chef est le fait qu’un tel conflit, qui ne nous regarde que peu, ait pu s’exporter ici. L’édifiante cinquième colonne islamiste a d’ailleurs démontré une bonne fois pour toutes, après les cas Merah ou Nemmouche, que l’antisémitisme véritable le plus virulent à l’heure actuelle en Europe est celui de l’islamisme radical. Mais la communauté juive n’est pas non plus exempte de reproches, des gens comme Arno Klarsfeld revendiquent une double appartenance patriotique et entraînent à leur suite l’ensemble des français de confession juive qui n’en demandaient probablement pas tant.

Vous n’entendrez pourtant pas le champion des « valeurs de la république », Manuel Valls, condamner tous les débordements avec la même fermeté que celle affichée pour les « Jours de Colère ». Et puis, nous savons fort bien, que les « factieux » qui « mettent en danger le pacte républicain » seront comme toujours les familles de la Manif Pour Tous ou les électeurs du Front national. Cibles bien commodes car pacifiques et n’appartenant pas à une micro-tribu privilégiée.

Eric Zemmour l’a bien dit : « Barrès à Tel Aviv et Zola à Paris, ça suffit ». Ceux, qui parmi nos compatriotes, se définissent politiquement selon leur « sionisme » ou leur « anti-sionisme » ne servent pas la France. Et pour ce qui concerne les islamistes radicaux aperçus dans les rues, peu importe leur nationalité administrative, ils ne sont définitivement pas français.

* Boulevard Voltaire

Ivan BLOT, L’EUROPE colonisée

couverture Blot Europe NEW.jpgL’Europe qui a colonisé le Monde, est aujourd’hui colonisée par ses anciennes colonies. Ce fut prévu par le président russe Vladimir Poutine. La colonisation démographique vient surtout du Sud. Elle prend la forme d’une immigration de masse peu qualifiée et incontrôlable, contre la volonté des majorités démocratiques impuissantes.

Mais il y a aussi une colonisation par le haut, politique, militaire, économique et financière. Celle-ci, depuis 1945, vient de l’Ouest. Elle est relayée, comme l’avait dénoncé de Gaulle, par les oligarchies politiques, notamment socialistes. Elle s’accompagne d’une colonisation culturelle : l’anglais et l’esprit anglo-saxon dominent tant nos élites que nos banlieues. L’Amérique aussi nous a colonisés.

Enfin, nos peuples subissent une colonisation intérieure : la démocratie est une façade qui masque le pouvoir réel d’une oligarchie d’Etat qui impose une pression scale insupportable et un endettement public catastrophique.

Comment sortir de ces colonisations multiples qui sont autant d’amoindrissement de nos libertés ? L’auteur trace des pistes de résistance en s’inspirant aussi bien de la Suisse que de l’exemple russe, très méconnus en France. Il faut ouvrir la classe politique à des catégories sociales nouvelles et utiliser le référendum pour faire participer le peuple aux décisions. Ainsi, nous retrouverons notre souveraineté perdue, notre croissance face aux puissances émergentes et notre identité nationale menacée.

 

Ivan Blot, ancien élève de l’ENA, docteur ès sciences économiques, fut député du Pas-de-Calais et au parlement européen. Il est aussi ancien membre d’un grand corps d’inspection de l’Etat, il est à présent consultant auprès de la radio « la Voix de la Russie ». Il a fondé le Club de l’Horloge dont il fut président de 1973 à 1986. Il anime l’Institut néo-socratique de philosophie politique (www.insoc.fr) et préside l’association « Agir pour une Démocratie Directe » (www.democratiedirecte.fr). Il est l’auteur de nombreux ouvrages de science et de philosophie politiques et enseigne dans plusieurs universités en France et en Russie.

 

www.apopsix.fr - Prix 20 €

 

Voulez-vous nous adresser un courriel ? Voici notre nouvelle adresse de messagerie

mail.jpgDans notre rubrique "Contacts" (colonne de gauche, en partie haute), outre notre adresse postale, vous trouverez notre nouvelle adresse de messagerie. Vous pouvez l'utiliser pour tout courriel que vous voudriez nous envoyer. (Cliquez).

A tous, merci de vouloir bien, désormais, faire usage de cette nouvelle adresse.

Ephéméride du 23 Juillet.

1317 : Robert d’Anjou, roi de Naples, confère le titre de miles (chevalier) à Simone Martini.

 

Il lui offre également un très riche apanage, en cette même année où le peintre réalise la grande "pala" représentant Saint Louis de Toulouse couronnant le roi Robert (la canonisation du saint franciscain, frère du roi, eut lieu cette année-là).

Ce furent les premiers contacts officiels connus entre le célébrisssime peintre italien de la Renaissance et la France.

Plus de vingt ans après, Simone Martini vint en France, suivant la cour papale en Avignon (1342) : il s'y lia d’amitié avec Pétrarque et illustra un codex de Virgile annoté par lui.

Simone Martini réalisa également des fresques pour la cathédrale Notre Dame des Doms, et travailla ensuite au Palais des Papes, où il dirigea une véritable école, dont fit partie Matteo Giovanetti. Mais, à la différence de ce dernier, qui retourna en Italie avec le pape Urbain V - lorsque celui-ci ramena la Papauté à Rome - Simone Martini retsa en Avignon, où il finit ses jours peu de temps après y être arrivé, en 1344...

 

            http://www.jmrw.com/Abroad/Sienne/Peintres/Martini/index....

            http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticl...

 

23 juillet,pétain,hitler,reynaud,resistance,collaboration,vichy,front populaire,decaux,morand,kessel,matignon,simone martini

Fresques dans la cathédrale Notre-Dame-des-Doms...

Lire la suite

mardi, 22 juillet 2014

"LA" question de fond ? La République a ruiné la France

Ce fut la première note de lafautearousseau.

Publiée le 28 février 2007, il y a plus de sept ans, souvent reprise, y compris tout récemment, par tout un ensemble de sites amis, nous n'avons, malheureusement, rien à y changer.

La situation de notre pays n'a fait qu'empirer; la responsabilité de notre régime politique n'est que plus patente. Combien de temps encore aurons-nous à subir ce système mortel ? C'est la question que nous posions, que nous posons en republiant, après sept ans, ces réflexions, hélas, lucides.

Lafautearousseau  

la-republique-dettes-crises.jpgComment en sommes-nous arrivés là ? La République a pris une France en bon état, elle nous laisse une France au plus mal.... nous étions le pays le plus peuplé d'Europe sous Louis XV et Louis XVI, nous avons été rattrapés puis dépassés par les autres, notre vitalité démographique a été brisée par les saignées effroyables directement liées à la Révolution et à la République: 800.000 morts (Révolution); 1.500.000 morts (folles guerres napoléoniennes); 500.000 habitants perdus en 1815 à cause des 100 jours, dernier mauvais coup porté à la France par l'orgueil délirant de Napoléon; I.5OO.000 morts en 14/18 et 600.000 en 39/45; total: 4.900.000 français "évaporés", disparus, sortis de l'Histoire par les conséquences directes ou indirectes de l'irruption des idées révolutionnaires et des politiques aberrantes des différentes républiques. Quel pays pourrait-il supporter de tels traumatismes à répétition ? La France y a perdu une part importante de sa substance, au sens fort du terme (physique, pourrait-on dire)...

Et que dire du rayonnement de la France, de l'attrait universel que sa culture, ses Arts, sa civilisation exerçaient sur l'Europe entière, et bien au-delà: tout le monde nous enviait et nous imitait sous Louis XV et Louis XVI: le Roi de Prusse commandait ses armées en français; Mozart commençait ses lettres à son père par "Mon cher père"; les écrivains russes parsemaient leurs ouvrages de mots français, et parfois de phrases entières; on construisait Washington (symbole d'un pays nouveau) en s'inspirant ouvertement du classicisme architectural français; presque tous les dirigeants européens se sont fait construire leur petit Versailles; dans tous les domaines, c'était la France qui donnait le ton, c'était vers Paris que convergeaient tous les regards: la France royale avait su amener la société à son plus haut degré de raffinement, et nous connaissions alors ce qu'était "la douceur de vivre"... : la France en est-elle toujours là aujourd'hui ? Séduit-elle toujours autant ? Tient-elle la même place, ou d'autres que nous donnent-ils le ton...?

Comment ne pas être frappé par la dégradation effarante du moral des français, de leur "mental"? Nous étions optimistes sous Louis XV et Louis XVI, car avec nos 29 millions d'habitants nous étions le mastodonte démographique de l'Europe, dont nous étions également, et de très loin, le pays le plus étendu: cette double sécurité nous rendait foncièrement optimistes, et c'est de cette époque que date ce dicton selon lequel "en France, tout finit par des chansons": aujourd'hui nous sommes un peuple frileux, qui doute, et qui est le champion d'Europe incontesté de la consommation d'anti-dépresseurs; et que dire de notre situation économique et de notre richesse: entre le quart et le tiers de notre patrimoine artistique a été détruit par la Révolution; notre pays ne cesse de reculer au classement mondial des performances, cependant que l'appauvrissement et la précarité ne cessent de s'étendre parmi nos concitoyens; la violence et l'insécurité (dans tous les domaines) ont littéralement explosé et sont devenus des réalités tristement quotidiennes; la classe politique est très largement discréditée - même si un grand nombre d'élus ne méritent pas de reproches particuliers - et l'opinion publique se détache de plus en plus de la "chose publique", n'ayant plus d'espoir en l'avenir et se laissant aller à un pessimisme nouveau dans notre Histoire...

Comment se fait-il donc, qu'en partant du pays le plus riche et le plus puissant d'Europe on en soit arrivé à un résultat aussi catastrophique et aussi désolant? Puisqu'on a appliqué à ce pays la plus merveilleuse des constructions intellectuelles qui soient, puisqu'on l'a régi en fonction des meilleurs principes qui aient jamais été inventés, en toute logique ce pays n'a pu que passer du stade de super puissance qui était le sien à celui de super puissance démultiplié! Nous devons donc nager dans le bonheur...sinon: cherchez l'erreur! Il est vrai qu'avec le conformisme que fait régner la république, un conformisme qui n'a jamais été aussi fort chez nous et qui confine à l'étouffement de la pensée, nos concitoyens ont du souci à se faire: dire que nous vivons sous le règne du politiquement correct, de la police de la pensée, du conformatage de l'opinion ne relève même plus du constat mais de la banalité...Qu'on se souvienne de la grande liberté de ton, de parole, d'action dont nous jouissions sous Louis XV et Louis XVI, et une seule question vient à l'esprit: tout ça, pour ça? Avec, si rien n'est fait, l'effacement continu, la disparition progressive de la France, sa sortie prochaine de l'histoire, du moins en tant que grande puissance, voire puissance tout court...

 

A ne pas manquer ...

LFAR 3 copie.jpgVendredi prochain, 25 juillet, ouverture de notre second site, lafautearousseau, grands auteurs ou acteurs de l'Histoire. A suivre...

Et si la France avait besoin d'un roi ?

et-si-la-france-avait-besoin-d-un-roi.jpg

Photo La Couronne

Question récurrente; question maintes fois posée, dans des circonstances diverses; question qui revient sans cesse et aujourd'hui particulièrement, dans la presse écrite, comme dans les médias audiovisuels, en raison de l'effondrement de nos Institutions politiques et des partis de Droite comme de Gauche. Question qui découle naturellement d'une forte impression de fin de règne, notamment à cause de l'insignifiance de l'actuel Chef de l'Etat ... Question que nous posons, ici, dans lafautearousseau depuis près de sept ans et demi. Question à laquelle pour nous la réponse ne fait pas de doute. 

 

Ephéméride du 22 Juillet.

1209 : Massacre de Béziers.

 

           Dans notre Album L'aventure France racontée par les cartes.... voir la photo "La Croisade des Albigeois...".

 

Bien qu'en majorité catholique, la ville refusait de livrer à Simon de Montfort et au légat du pape les cathares qu'elle protégeait.

La phrase célèbre "Tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens !" n'a jamais été prononcée: peut-être, tout simplement, parce que, comme l'explique Alain Decaux, la radicalisation des esprits était telle, et si forte leur imprégnation par la mentalité que révèle cette phrase apocryphe, qu'il n'était en fait nul besoin de la prononcer...

 

beziers.jpg

Lire la suite

lundi, 21 juillet 2014

Plein accord, là, pour le coup, avec Alain de Benoist : le but du sans-frontiérisme est de créer un homme hors sol

592bfe96545823139a07ac761c088575.pngEntretien avec Alain de Benoist réalisé par Nicolas Gauthier, mis en ligne le 17 juillet, dans Boulevard Voltaire.

Entre les uns qui veulent les abolir et les autres qui entendent les restaurer, les frontières semblent s’être réinvitées au cœur du débat politique ?

La « frontière » est à l’origine un terme militaire, qui désigne tout simplement la ligne de front et qui n’apparaît qu’assez tardivement (on se contentait auparavant de parler de « confins »). Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle, dans le contexte de la formation des États nationaux, puis avec la généralisation du modèle westphalien (1648), que le terme acquiert le sens politique et juridique que nous lui donnons. La frontière délimite alors le territoire sur lequel s’exerce l’autorité souveraine de l’État. Elle garantit du même coup l’identité de ceux qui vivent à l’intérieur de ce territoire, en leur permettant de jouir d’un mode de vie partagé. La frontière est par ailleurs une notion tellurique, liée à la logique de la Terre. Les « frontières maritimes » ne sont en effet que des conventions arbitraires, dont la définition dépend de l’existence de territoires terrestres, îles et littoraux (les « eaux territoriales »).

Les frontières existent toujours. Dans son bel Éloge des frontières, Régis Debray signale même que, depuis 1991, tandis que la mondialisation progressait à grands pas, 27 000 km de frontières nouvelles ont été créés en Europe en en Eurasie. « La plupart des peuples, ajoute-t-il, entretiennent avec leurs limites un rapport émotionnel et quasiment sacré ». Le problème, c’est que les frontières n’arrêtent plus grand-chose, ni les programmes d’information, ni les technologies, ni les flux financiers, ni les marchandises ou les migrations humaines. Elles étaient des écluses, elles deviennent des passoires. Elles restent pourtant indispensables sur le plan politique : il n’y a de démocratie possible qu’à l’intérieur de frontières territoriales déterminées, car c’est seulement dans un tel cadre qu’il est possible de distinguer entre citoyens et non-citoyens. « C’est à la frontière d’assurer la paix en permettant à chaque peuple de connaître et de faire connaître, de délimiter, de faire respecter et de défendre ses droits », écrit Hervé Juvin dans La grande séparation.

Faites-vous un distinguo entre les frontières naturelles et celles ne devant leur légitimité qu’au compas des géomètres, au Moyen-Orient ou en Afrique noire ?

C’est surtout à partir de la Révolution que se développe l’idée de « frontières naturelles », en particulièrement chez les Jacobins qui, acquis à l’esprit de géométrie, veulent faire de la nation un espace rigoureusement unifié. Le 31 janvier 1793, Danton assure que « les limites de la France sont marquées par la nature », laissant ainsi croire à une sorte de prédestination naturelle (ou providentielle) de l’Hexagone. Très en vogue au XIXe siècle, cette idée est aujourd’hui en grande partie abandonnée. La géographie physique explique beaucoup de choses, mais elle n’explique pas tout. Les grands fleuves, comme le Rhin, longtemps considéré comme la « borne naturelle des Gaules », unissent les peuples des deux rives autant qu’ils les séparent, comme c’est aussi le cas du Nil. Il en va de même de la plupart des chaînes de montagne : le peuple basque vit aujourd’hui des deux côtés des Pyrénées. Les mers elles-mêmes sont des frontières naturelles toutes relatives, comme le montre l’existence d’une « civilisation méditerranéenne ». Les véritables frontières naturelles relèvent en fait plutôt de la géographie humaine : ce sont celles qui séparent des peuples ou des cultures sociales-historiques distinctes.

Il est au fond plus facile d’identifier les frontières artificielles. À la fin de la Première guerre mondiale, le démantèlement des empires austro-hongrois et ottoman a créé des nations nouvelles totalement artificielles, comme la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie. Sous pression américaine, la carte de l’Europe fut ainsi redessinée. On sait ce qu’il en est advenu.

Certains militants européens souhaitent supprimer les frontières intra-européennes sans pour autant les renforcer à l’extérieur. Angélisme, suicide ou syndrome d’un Vieux monde fatigué ?

Un peu de tout cela sans doute. Mais le « sans-frontiérisme » me paraît moins développé chez les « militants européens » (qui, pour la plupart, sont parfaitement conscients des frontières de l’Europe) que chez les libéraux, dont le mot d’ordre a toujours été la maxime attribuée à Vincent de Gournay : « Laissez faire, laissez passer ». Depuis ses origines, le capitalisme est un système qui pousse à la suppression des frontières, puisqu’il est dans son essence d’aspirer à un libre marché toujours plus vaste. Tout ce qui fait obstacle à cette expansion doit être supprimé. Une certaine gauche qui se présente souvent comme « radicale », mais qui est en fait acquise aux idées libérales, aspire elle aussi à faire disparaître les frontières, qu’elle juge « archaïques » et dépassées. Le but est de créer un homme hors-sol, délié de toute appartenance, ouvert à tous les mélanges, à toutes les hybridations. Un monde de « citoyens du monde », qui oublient seulement qu’on ne peut être citoyen que d’une entité politique et que le « monde » n’en est pas une. On pourrait dire qu’avec le « sans-frontiérisme », la logique de la Terre s’efface au profit de celle de la Mer, qui ne connaît que des flux et des reflux.

Demain...

la-republique-dettes-crises.jpgDemain, vous aurez à lire, ou relire, la première note publiée dans lafautearousseau (28.02.207) :

"LA question de fond ? La République a ruiné la France".

 A ne manquer sous aucun prétexte.

Les mouvements royalistes et mouvements proches, informations

 3514564887_2 copie copie.jpg

cliquez sur l'image...

Vous trouverez ici une information détaillée sur les mouvements royalistes, leur presse, leurs sites et blogs, leurs organisations à Paris et en province, leurs manifestations, réunions, conférences, expositions, activités diverses. Principaux mouvements présents : La Restauration nationale, le Centre Royaliste d'Action Française, la Nouvelle Action royaliste, Dextra, le Groupe d'Action Royaliste, le Centre Charles Péguy etc. Mais aussi d'autres activités diverses qui, si elles n'émanent pas de groupes ou mouvements royalistes, vont néanmoins dans le sens de notre action...

Cette rubrique est ouverte aux mouvements royalistes et organisateurs d'activités ! N'hésitez pas à nous adresser vos annonces.   

Ephéméride du 21 Juillet.

303 : Martyre de Saint Victor à Marseille.

 

L'abbaye construite sur la tombe du martyr et de ses compagnons est le plus ancien établissement monastique de l'Europe de l'Ouest: on a trouvé, lors de fouilles, une monnaie de l'empereur Dèce (249-251) dans les grottes et cavités - naturelles ou creusées par les premiers chrétiens - qui sont la base et le fondement de l'Abbaye que nous voyons aujourd'hui.

Du moins ce que la Révolution nous en a laissé...

 

         http://www.saintvictor.net/

 

saint victor.JPG

Lire la suite

dimanche, 20 juillet 2014

Lire Jacques Bainville (XLIV) : Evolution

Jl'homme-descend-du-singe.jpge regrette de ne plus savoir dans quel journal j'ai lu par hasard l'autre jour (comme on lit en chemin de fer) une chronique scientifique où se trouvait une remarque excellente. L'auteur (je regrette aussi d'avoir oublié son nom) y parlait de certains champignons que les transformistes regardent  comme étant à l'origine de toutes les plantes. Alors, demandait-il, pourquoi ont-ils subsisté ? Pourquoi restent-ils tels qu'ils étaient au principe de toute botanique ? Pourquoi n'ont-ils pas évolué ?

Evidemment. Si nous descendons du singe, on ne comprend pas pourquoi il y a encore des singes. Ou bien c'est qu'il y avait dès la genèse des singes-singes et des singes qui n'étaient pas singes. Si l'homme est un singe supérieur, il y a autant de raisons pour que le singe soit un homme dégénéré.

Qui nous assure d'ailleurs qu'au lieu de venir du protoplasma primitif nous n'allons pas à la cellule finale, que la marche n'est pas du simple au composé mais du composé au simple ? La paléontologie nous fait connaître des fossiles bien plus compliqués que les animaux qui existent aujourd'hui. Survivance des plus aptes ? Alors le plus apte serait peut-être l'infiniment petit. Nous retournerions à l'atome. 

 

Lectures (Fayard, 1937, pages 109 - 110)

Quand Patrick Cohen, Bernard Guetta et Thomas Legrand sont en vacances, un été avec Baudelaire, sur France Inter : ce qu'il pense de l'idée de progrès

  

par Antoine Compagnon, du lundi au vendredi à 7h55 

l'émission du vendredi 18 juillet 2014

Courbet-Portrait_of_Baudelaire.jpg

 

 

 

 

 

 

 

L'idée de progrès 

Bouton de lecture     (ré)écouter cette émission

disponible jusqu’au 12/04/2017 07h54 

Baudelaire n'a pas aimé son époque, caractérisée à ses yeux par la croyance dans le progrès, technique, social, moral, artistique.

« Il est encore une erreur fort à la mode, de laquelle je veux me garder comme de l’enfer. — Je veux parler de l’idée du progrès. Ce fanal obscur, invention du philosophisme actuel, breveté sans garantie de la Nature ou de la Divinité, cette lanterne moderne jette des ténèbres sur tous les objets de la connaissance ; la liberté s’évanouit, le châtiment disparaît. Qui veut y voir clair dans l’histoire doit avant tout éteindre ce fanal perfide. Cette idée grotesque, qui a fleuri sur le terrain pourri de la fatuité moderne, a déchargé chacun de son devoir, délivré toute âme de sa responsabilité, dégagé la volonté de tous les liens que lui imposait l’amour du beau : et les races amoindries, si cette navrante folie dure longtemps, s’endormiront sur l’oreiller de la fatalité dans le sommeil radoteur de la décrépitude. Cette infatuation est le diagnostic d’une décadence déjà trop visible. » (II, 580)

 

Baudelaire lance cette diatribe contre l’idéologie du progrès à l’occasion de l’Exposition universelle de 1855, grande fête organisée par le régime impérial pour célébrer sa modernité, quelques années après l’Exposition de Londres, qui avait inauguré cette mode en 1851. Il forge d’ironiques alliances de termes pour saisir le progrès dans sa contradiction, « lanterne moderne » et « fanal obscur », c’est-à-dire lanterne peu magique et qui « jette des ténèbres ». 

42-58693131.jpg

 

Rions un peu... même s'il n'y a vraiment pas de quoi !

Dessin réalisé par le caricaturiste Dilem, publié le lundi 09 juin 2014 dans l’édition du quotidien algérien « Liberté », sous le titre : « Exploitation du gaz de schiste : Fabius veut convaincre les Algériens ».

algérie invasion.jpg