Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité France

  • Réactions diverses à une actualité qui ne l'est pas moins [A suivre]

     

    Mur-bleu gds.jpgEnfants marocains fugueurs et snifeurs de la Goutte d'or

    France info nous l'apprend ce mercredi 22 mars : des enfants marocains, en grand nombre, dont certains ont moins de dix ans, courent sur les trottoirs, entre les gens, après avoir respiré colle et autres substances toxiques, dans le quartier de la Goutte d'Or, à Paris ! Dans leur état, ces malheureux gamins, évidemment, s'agressent : l'un d'eux a déjà eu la gorge tranchée, le SAMU ayant réussi à intervenir, de justesse. Le journaleux se demande, évidemment, avec gravité, ce que font les Services sociaux. Mais c'est lui qui semble avoir perdu la raison : à cet âge, quitter son pays, traverser l'Espagne pour « atterrir » à Paris, et vivre la vie que l'on vient, rapidement, de décrire, cela s'apparente à une fugue, débouchant sur un enfer. Il faut, de toute urgence, faire cesser l'une et l'autre. La solution, ce ne sont pas les Services sociaux qui la trouveront. La solution, c'est de réunir tous ces enfants, les remettre à l'ambassadeur du Maroc, à charge pour lui d'affréter un ou plusieurs avions, pour les ramener chez eux et les rendre à leurs familles.  

    Hamon, traître trahi, n'est pas content du PS !

    Voici que Benoît Hamon nous joue la version moderne, et tout aussi comique dans sa désarmante naïveté, de L'arroseur arrosé, qui fit la joie des spectateurs du cinéma, à ses débuts. Il n'a pas de mots assez durs, lui et ses « lieutenants » (!) contre ce PS qui le lâche, et va rallier (pour ceux qui ne l'ont pas déjà fait) cette sorte d'horreur absolue qu'incarne ... Macron ! Mais, de quoi se plaint-il ? C'est bien connu : un pur trouve toujours un « plus pur » qui l'épure. De même, un traître trouve toujours un plus traître qui le trahira à son tour... 

    Hamon participa au calamiteux gouvernement du calamiteux quinquennat du calamiteux Hollande ; il y embêta tout le monde, devenant même l'un des symboles des Frondeurs, tant et si bien qu'il s'en fit virer, avec son collègue Montebourg, par un Valls, père fouettard comme jamais. Oui mais ça, pense Hamon, c'était « avant » (comme dans la pub avec Alain Delon). Maintenant que petit Ben (dixit Martine, Aubry pour les intimes), tout étonné d'être là, se retrouve candidat, il ne sait plus quoi faire dans ce costume de toute évidence beaucoup trop large pour lui, pour sa « carrure ». Alors, il devient hargneux ; il appelle ses chers immigrés à la rescousse ; il trouve un lien qui bien sûr n'existe pas entre Jean Jaurès, Guy Môcquet et Ibrahim Ali ; bref il se lance dans une fuite en avant désespérée, il dit n'importe quoi pour tenter de meubler le grand vide sidéral qu'il représente : il ferait peine, s'il n'était pas repoussant, avec ses appels incessants et quasi hystériques aux grands ancêtres de la Révolution, de la Terreur, de la Commune, de la violence révolutionnaire sanguinaire...  

  • « La sale campagne » ? La seule véritable alternative ...

    Source : Action française Provence

  • La Fontaine avait « prédit » Macron dans sa fable de la Chauve-souris et des deux belettes

     

    1903076588.10.jpg« Je suis oiseau : voyez mes ailes !... Je suis souris : vivent les rats ! »

     

    Macron se moque du monde, avec ses ralliements en cascade, qui montrent bien son « parti clic » (il suffit de cliquer sur un clavier pour faire partie de son mouvement) pour ce qu'il est vraiment : un vrai grand magasin, genre Samaritaine, où « on trouve de tout » ; et il a raison puisque, pour un moment au moins, ça marche (c'est le cas de le dire, d'ailleurs, pour un parti qui s'appelle « En Marche » !).

    Jean-Yves Le Driant, socialiste bon teint - et, nous l'avons dit, bon serviteur du Pays, comme ministre de la Défense - se rallie-t-il ? Ah, oui, mais je ne suis pas de gauche pour autant, voyez Bayrou, qui me soutient ! répond celui qui réussit le tour de force d'être le chouchou des Banques et le vrai continuateur du plus que calamiteux François Hollande, dont il inspira le programme tant qu'il resta à Bercy.

    Madelin, et Perben - donc, en gros, des gens réputés « à droite » - me soutiennent-ils ? Ah, oui, mais je ne suis pas de droite pour autant ! Voyez Robert Hue ou Daniel Cohn-Bendit autour de moi

    Ainsi la chauve-souris de La Fontaine sauva-t-elle par deux fois sa peau : « Je suis oiseau : voyez mes ailes » dit-elle d'abord, puis « Je suis souris : vivent les rats ».

    Quel jeu, autre que celui de la chauve-souris, nous joue donc notre Macron, la madone des Banquiers, le fils chéri du « capitaine de pédalo » (dit aussi « Flanby », ou « Fraise des bois », selon qu'on est chez Mélenchon ou Montebourg) ? Aucun ! Macron dit à chacun ce qu'il veut entendre, et il ajoute qu'il nous aime passionnément, et il peut parler sept minutes d'affilée (ouf !) sans que l'on puisse résumer ce qu'il a dit, comme le faisait justement remarquer Marine Le Pen, lors du premier débat télévisé de la bande des cinq, sur TF1...

    Le problème est qu'en réalité, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, on ne vote pas pour élire le président de la République. Du moins, pas seulement. On vote pour élire le président de la République, oui, mais un président qui devra être suivi, et emmener, une majorité à l'Assemblée, afin de gouverner normalement pendant cinq ans. Et c'est là que le bât blesse, pour notre illusionniste national, notre grand équilibriste permanent, notre Janus aux largement plus que deux visages...

    Quelle majorité ferait-il élire, si par malheur il était élu ? Les journaleux se gaussent des « Etats Désunis d’Amérique », après l'élection de Donald Trump - qui leur est insupportable et qu'ils n'ont toujours pas digérée. Mais, Macron élu, la majorité qu'il essaierait de faire entrer à l'Assemblée ne serait rien d'autre qu'un agrégat inconstitué de personnalités tellement disparates et hétéroclites qu'elles n'auraient qu'un seul lien entre elles : celui d'être.... désunies !

    Et Macron prétendrait gouverner avec « ça » ?

    C'est de l'escroquerie pure et simple...

    Allez, un peu d'air pur, de culture et de vent frais avec notre bon vieux La Fontaine !   

    jean-de-la-fontaine-0.jpg

    LA CHAUVE-SOURIS ET LES DEUX BELETTES

    Une Chauve-Souris donna tête baissée
    Dans un nid de Belette ; et sitôt qu'elle y fut,
    L'autre envers les Souris de longtemps courroucée,
    Pour la dévorer accourut.

    Quoi ! vous osez, dit-elle, à mes yeux vous produire,
    Après que votre race a tâché de me nuire !
    N'êtes-vous pas Souris ? Parlez sans fiction.
    Oui vous l'êtes, ou bien je ne suis pas Belette.
    Pardonnez-moi, dit la Pauvrette,
    Ce n'est pas ma profession.
    Moi Souris ! Des méchants vous ont dit ces nouvelles :
    Grâce à l'Auteur de l'univers,
    Je suis Oiseau : voyez mes ailes ;
    Vive la gent qui fend les airs ! 
    Sa raison plut, et sembla bonne.
    Elle fait si bien qu'on lui donne
    Liberté de se retirer.
    Deux jours après, notre étourdie
    Aveuglément se va fourrer
    Chez une autre Belette aux Oiseaux ennemie.

    La voilà derechef en danger de sa vie.
    La Dame du logis avec son long museau
    S'en allait la croquer en qualité d'Oiseau,
    Quand elle protesta qu'on lui faisait outrage :
    Moi pour telle passer ! vous n'y regardez pas :
    Qui fait l'oiseau ? C'est le plumage.
    Je suis Souris : vivent les Rats ;
    Jupiter confonde les Chats.
    Par cette adroite repartie
    Elle sauva deux fois sa vie.

    Plusieurs se sont trouvés, qui d'écharpe changeants,
    Aux dangers, ainsi qu'elle, ont souvent fait la figue.
    Le sage dit, selon les gens :
    Vive le Roi ! vive la Ligue !

     

  • MACRON À LA UNE..

     

    ENQUÊTE. Des accords avec quelques magnats de la presse, le soutien de l'Élysée et des communicants ambitieux : c'est le secret de la campagne médiatique d'intensité rare en faveur d'Emmanuel Macron. Décryptage.

     

    PAR LOUIS ANDERS 

    « On ne communique pas sur la com'... ». Au téléphone, la réaction du mouvement « En Marche » est nette : le service de presse ne souhaite pas divulguer d'informations sur sa force de frappe. Et pour cause : il est le coeur nucléaire du réacteur, celui grâce auquel un homme inconnu du grand public il y a encore trois ans peut désormais nourrir des espoirs d'accéder au second tour de la présidentielle. La communication d'Emmanuel Macron est en partie assurée par de jeunes loups aux vives ambitions. Son poisson-pilote, Ismaël Emelien, 29 ans, a été formé chez le géant de la publicité Euro RSCG, l'entreprise qui contrôle (avec Publicis) la majeure partie des annonces payantes passées dans les médias. Autour de lui figurent d'autres membres du cabinet de Macron quand il était ministre de l'Économie. Des garçons aux pratiques contestables : à Bercy, ces derniers n'hésitaient pas à bloquer pendant des mois les notes du secrétaire d'État au numérique, Axelle Lemaire, dans le but de réserver à leur employeur l'image de la modernité. En tout, le service de communication d'En Marche emploie à lui seul un quinzaine de personnes, soit le tiers des salariés du mouvement. Une véritable machine de guerre.

    DES UNES À LA PELLE

    Le résultat ? Des unes à la pelle dans Paris Match, des articles laudateurs dans Le Figaro ou L'Obs, des reportages sur la femme d'Emmanuel Macron dans la presse féminine, des passages positifs sur les grandes chaînes de radio et de télé alors que l'homme ne dispose pas encore de programme. Dernière opération réussie : les cinq pages consacrées au candidat à la présidentielle le 12 février dans le Journal du dimanche. Une opération de com destinée à déminer les interrogations qui commencent à poindre concernant les financements dont il bénéficie. Le dossier, réalisé « avec le concours du candidat d'En Marche » précise l'hebdomadaire, consiste en un déroulé d'informations lisses fournies par son propre porte-parole... S'y ajoutent des articles intitulés « En Marche visé par les hackers », « Pourquoi il les ensorcelle », ou « Macron, confidences sacrées » dans lequel l'homme « ne renie pas la dimension christique » du chemin qu'il suit... Vous avez dit propagande ?

    LES MAGNATS QUI LE SOUTIENNENT

    Les relais médiatiques, le candidat les a trouvés directement chez les propriétaires de la presse. Actionnaire important du groupe Le Monde SA (Le Monde, L'Obs, Challenges, Télérama, Huffington Post), Pierre Bergé a affirmé publiquement être au service d'Emmanuel Macron. Plus discrètement, l'homme d'affaires israélien Patrick Drahi soutiendrait également l'ex-secrétaire général adjoint de l'Élysée : c'est grâce à son intervention qu'il avait pu acheter le groupe SFR en dépit des blocages montés à l'époque par le ministre Arnaud Montebourg. Depuis, les titres du groupe SFR Presse (BFM, RMC, L'Express, Libération, etc.) apportent un soutien monolithique à Emmanuel Macron et relayent abondamment les attaques contre les autres candidats. Pour sa campagne, En Marche s'est directement attaché les services du président de SFR Presse, Bernard Mourad ; cet ancien banquier de Morgan Stanley a naguère travaillé pour le compte de la filiale médias d'Arnaud Lagardère (dont le groupe détient notamment Paris Match, Europe 1 et le JDD).

    N'en jetez plus ? En voilà encore. Le candidat de 39 ans serait également secondé par l'Élysée, si l'on en croit la très informée lettre Faits & Documents. Dans L'Obs du 19 janvier, Manuel Valls en personne n'affirmait-il pas : « J'en ai marre de voir que le secrétaire général de l'Élysée aide à lever des fonds pour celui qui veut tuer notre parti » ? Un coup de gueule qui fait écho au voyage récent du candidat Macron au Liban, lequel aurait été organisé en sous-main par l'exécutif ; et à la phrase prononcée par le président Hollande en personne devant deux journalistes : « Il faut liquider le PS pour créer un Parti du Progrès » (Un président ne devrait pas dire ça, éd. Stock, 2016). Une grille d'analyse qui pourrait expliquer la relative bienveillance dont bénéficie le candidat Macron dans les médias publics (AFP, Radio France et France Télévision).  

    Politique magazine mars 2017 -  Consulter ... S'abonner ...

  • LES MYSTÉRIEUX FINANCEMENTS DE M. MACRON


    400 000 euros pour le meeting de campagne à Lyon, 20 000 euros par mois pour le QG parisien, 50 salariés à temps plein, un baryton de l'opéra de Paris pour travailler la voix du candidat, des contrats passés avec l'agence de stratégie électorale Liegey Muller Pons, des déplacements en cascade y compris à l'étranger...

    Une campagne, ça coûte cher, très cher. Emmanuel Macron le sait, lui qui pourrait se voir opposer une plainte pour avoir dépensé des fonds publics à son profit quand il était ministre de l'Économie : selon les journalistes Frédéric Says et Marion L'Hour (Dans l'enfer de Bercy, éd. JC Lattes), l'homme a employé à lui seul et en huit mois seulement 80% des frais annuels de représentation du ministère afin de préparer sa campagne présidentielle. Il s'est aussi appuyé à temps plein sur trois collaborateurs parlementaires censés n'être détachés qu'à mi-temps. Une paille, par rapport aux dépenses actuelles.

    Qui finance En Marche ? Longtemps discrète sur l'origine de ses fonds, l'équipe de communication tente aujourd'hui de déminer le terrain. Le mouvement serait ainsi rémunéré par 18 000 donateurs, affirme son secrétaire général. Mais seuls 3% d'entre eux assureraient l'essentiel des dons avec des apports supérieurs à 4 000 euros. Le discours officiel du mouvement d'Emmanuel Macron est simple : c'est un parti politique à part entière qui ne peut recevoir plus de 7 500 euros par personne. Contactée par Politique magazine, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a confirmé l'existence d'un parti dénommé « En Marche ». « Une association loi 1901 a été inscrite à la Commission et elle répond aux critères pour financer ce que l'on définit comme un parti politique », nous explique-t-on. Le président de cette association est Emmanuel Macron, et la structure a été inscrite auprès de la Commission le 20 février 2016, quand l'homme était encore ministre de l'Économie...Les rumeurs courent à son sujet. Lors de sa création, ladite association était domiciliée à l'adresse personnelle de Laurent Bigorgne, le directeur de l'Institut Montaigne. Or, ce lobby libéral favorable à l'Union européenne et à l'immigration est directement financé par les plus grandes multinationales européennes et américaines et certaines banques de Wall Street. 

    Politique magazine mars 2017 -  Consulter ... S'abonner ...

  • Printemps à Baden

    G20 à Baden-Baden - Lichtentaler Allee

     

     

    par Louis-Joseph Delanglade

     

     

    Moins de trente ans après la disparition de l’empire soviétique, ce qui reste du bloc occidental est peut-être en train d’imploser. Il aura suffi que M. Trump, par l’entremise de son représentant au dernier G20 réuni à Baden-Baden, s’oppose à ce que soient réitérées conjointement l’opposition à « toute forme de protectionnisme » et la sacro-sainte profession de foi libre-échangiste et multilatéraliste. M. Sapin, croyant peut-être faire un bon mot mais surtout assuré de ne pas participer au prochain G20, a parlé de « désaccords […] entre un pays et tous les autres » - feignant ainsi d’oublier que le « pays » en question reste quand même la première puissance mondiale, tout à fait capable d’imposer la plupart de ses vues. M. Sapin eût donc  été mieux inspiré de profiter de l’occasion pour en appeler à un commerce plus « juste », en l’occurrence un commerce dont les règles ne joueraient pas à sens unique en faveur de certains dont nous ne sommes pas.

     

    P170316-06-770x470.jpgSon pays non plus pour M. Trump qui rappelle que « les échanges internationaux sont un jeu à somme nulle dont les Etats-Unis ont été les grands perdants ». Le grand gagnant en Europe est l’Allemagne, les autres pays de l’Union étant bien incapables de faire autrement que de suivre, y compris à leur détriment. M. Perri, ancien journaliste devenu chef d’entreprise, répète volontiers que, tout étant affaire de bonne gestion, il est bien naturel que les excédents allemands ne cessent de s’accroître. Raisonnement d’économiste pour qui le facteur humain reste secondaire.

     

    Rappelons à M. Perri que la France n’est pas l’Allemagne et que les Français ne sont pas des Allemands : à chacun son tempérament et ses atouts. Il serait plus vrai de dire que l’U.E., parce qu’elle est historiquement et essentiellement fondée sur l’économie, le commerce, la monnaie, profite à une Allemagne laborieuse, tirée du néant après 1945 par les Etats-Unis qui en ont fait, notamment avec le dogme du libre-échange, leur plus fervent soutien et leur allié inconditionnel. On comprend bien, dès lors, pourquoi Mme Merkel affichait une mine si déconfite lors de son entretien à Washington avec M. Trump,  rencontre qualifiée de « glaciale » entre la femme de foi et l’entrepreneur pragmatique.

     

    Dans l’intérêt de la France, ni libre-échangisme ni protectionnisme ne devraient constituer une position de principe. C’est affaire de nécessité, d’opportunité et de choix politique. En l’état actuel, nul besoin d’être un grand spécialiste pour se convaincre que des pans entiers de notre tissu industriel et agricole ont été victimes d’une mondialisation sauvage dont il est impératif de nous protéger pour simplement continuer d’exister. Il n’est sans doute pas trop tard pour revitaliser les grands secteurs de notre économie, au prix bien évidemment de mesures protectrices susceptibles d’entraîner, pour un temps difficile à évaluer, une diminution conjuguée de nos importations et de nos exportations. Ce serait en tout cas profiter au mieux de la nouvelle donne économique voulue par les Etats-Unis de M. Trump. 

     

  • Où Léon Bloy (avril 1914) donne la description très exacte de notre chienlit

    Léon Bloy (1846-1917)

     

    « Atrophie universelle des intelligences, avachissement inouï des caractères, exécration endémique de la Beauté et de la Grandeur, obsèques nationales de toute autorité humaine ou divine, boulimie furieuse de jouissances, destruction de la famille et vivisection de la patrie, moeurs de cochons enragés, empoisonnement systématique de l'enfance, élection de chenapans ou de goîtreux dans les cavernes de la politique ou sur le trottoir des candidatures, etc., tels sont les fruits de l'arbre de la Liberté ».

            

    Léon Bloy, avril 1914

  • Médias • « L’Emission politique » est indigne du service public

     

    « Bienvenue dans la campagne la plus grotesque de l’histoire »

    Par David Desgouilles

    Une analyse pertinente avec laquelle on ne peut qu'être d'accord [Causeur et Antidote, le 24.03]. Les médias ont conquis un pouvoir illégitime non seulement de formatage de l'opinion mais aussi d'avilissement du politique.  LFAR  

     

    4021532882.pngFrançois Fillon scotché sous la barre des 20% dans les sondages, distancé de cinq à sept points d’un strapontin pour le deuxième tour, attendait beaucoup de son passage dans « L’émission politique » de France 2 hier soir. On ne sait s’il aura pu rebondir lors de cette émission. On peut en revanche être certain que la politique y aura beaucoup perdu.

    Pire que les tweets de Trump?

    Peu importe le sort de François Fillon, en fait. Cela fait des mois que cette émission fait honte à la politique française. Avec ses invités-mystères ridicules, avec ses « Français anonymes » triés sur le volet dont on découvre l’identité ultra-militante les jours suivants, avec son humoriste pas drôle à la fin. Ce jeudi soir, nous avons décroché le pompon : Christine Angot, l’invitée-mystère venue interpeller le candidat. La romancière préférée de Libé est venue faire son esclandre et Pujadas ne pouvait évidemment pas l’ignorer. Pour le spectacle. Pour la « punchline » comme on dit aujourd’hui. Echange consternant. Indigne d’une vieille démocratie comme la nôtre.

    Quand Karim Rissouli est venu annoncer le record du nombre de tweets (170 000), David Pujadas pouvait jubiler. C’est pourtant davantage François Fillon et ses accusations portées contre l’Elysée qui avaient suscité cette explosion de commentaires sur les réseaux sociaux que la consternante confrontation avec Christine Angot. Mais peu importe. L’important, c’est de faire du buzz, du tweet. Et de l’audience alors qu’il n’y a pas plus de publicité sur le service public de télévision à cette heure. La prochaine fois, que nous réservera l’émission-phare de la politique 2017 ? Un de mes amis taquins propose Isaac de Bankolé face à Marine Le Pen et Douchka face à Emmanuel Macron.

    Un dernier mot sur François Fillon qui s’est montré à la hauteur de l’émission en expliquant avec un culot d’acier qu’il avait créé sa société de conseil au moment où il pensait arrêter la politique, mi-2012, c’est-à-dire pile au moment où il briguait la présidence de l’UMP dans une bagarre dont on se rappelle tous très bien – Copé a dû bien rire. Et qu’il a aussi rendu les costumes sur-mesure à Robert Bourgi dont on se demande bien ce qu’il pourra en faire.

    Au moment d’éteindre sa télé, on se demande tout de même si on n’est pas victime d’une caméra cachée géante, si Jean-Paul Rouland et Marcel Béliveau ne sont pas finalement encore de ce monde, et associés pour nous piéger, et vont enfin débarquer pour nous rassurer. On se demande aussi s’il était bien raisonnable de moquer le niveau des élections présidentielles américaines et des tweets de Trump. Jusqu’où ira la décomposition de notre vie politique et de son orchestration médiatique ? Peut-on descendre encore dans l’indignité ? Il faut y croire. Ces gens ne connaissent pas de limites. 

    David Desgouilles
    Blogueur et romancier.

    Retrouvez tous les articles de David Desgouilles sur son blog Antidote

  • Fillon et le racisme anti-Français : l'homme occidental toujours coupable, jamais victime ?

     

    HUMEUR- François Fillon a parlé jeudi dernier, 16 mars, de « racisme anti-Français », s'attirant les foudres d'une partie de la presse. Gilles-William Goldnadel expose ici avec pertinence [Figarovox, 17.03] en quoi ce racisme est une réalité à combattre.

     

    1762865742.jpgIl peut arriver qu'en politique, comme souvent en psychanalyse, sous la couche superficielle du discours, on découvre la vérité des choses.

    Les propos de François Fillon, jeudi dernier à Caen déclarant exécrer tous les racismes «dont le racisme anti-Français» et surtout les réactions réflexes et critiques qu'elles ont inspirées à la gauche médiatique confirment ce postulat.

    Que François Fillon, en retard selon les sondages sur Marine Le Pen, n'ait utilisé à dessein cette expression peu employée par lui que pour tenter de rattraper sa rivale fait assez peu de doutes. Mais que la gauche (Libération «trumpisation», Le Nouvel Obs «discours d'extrême droite») y voie la marque infamante d'une dangereuse dérive droitière est, sur le fond, infiniment plus instructif.

    Après tout, le concept de racisme anti-Français n'est ni nouveau ni original. Mais la réaction pavlovienne de la gauche en dit long sur la béance de sa pensée.

    À aucun moment les deux journaux cités, ni plus grand monde à gauche, n'osent contester vraiment ce racisme. Mais il serait toujours aussi malséant de l'évoquer ou même de le nommer.

    Et pour cause, c'est le racisme anti-occidental ou pour parler encore plus crûment anti-blanc, et dont le caractère anti-Français n'est qu'un avatar local, qui est à l'origine même du mal qui ronge le corps social depuis trois décennies.

    J'ai essayé de montrer en 2011 dans mes Réflexions sur la question blanche qu'il était à la racine même de toutes les grandes questions actuelles et que son origine dans l'inconscient collectif occidental post-chrétien prenait sa source dans la honteuse détestation de partager la même couleur que l'Antéchrist nazi criminel qui commît la nouvelle crucifixion.

    Voilà pourquoi l'État-nation occidental, et ses institutions régaliennes (armée, police) font l'objet d'une critique permanente lorsqu'elles utilisent légalement une violence répressive devenue révulsive.

    Voilà pourquoi, l'État-nation est tétanisé donc émasculé lorsqu'il voudrait faire respecter par sa police, les lois républicaines en matière de régulation des flux migratoires, à l'encontre de populations fantasmatiquement identifiées aux nouveaux juifs souffrants.

    Article après article, ces derniers mois, je tente de montrer les ravages qu'aura occasionnés ce que je nomme «l'islamo-gauchisme».

    À plusieurs reprises, je l'ai défini comme l'interdiction de critiquer l'islam ou la radicalité arabo-islamique sous peine d'être taxé d'islamophobe ou de raciste.

    Mais il faut bien comprendre que dans le creux de la posture, bien au fond, niche ce fameux racisme anti- occidental ou en l'espèce anti-Français que l'on ne doit ni dénoncer ni même nommer sous peine d'être condamné.

    Chaque semaine pourrait nous apporter son lot d'exemples affligeants.

    Défense d'évoquer le cas de cet élue du Front de Gauche de la région parisienne , Assia Benziane qui twittait ironiquement, précisément s'agissant de François Fillon, «qu'il n'y avait que des blancs» dans ses meetings. Mon imagination est impuissante à décrire la réaction de Libération ou du Nouvel Obs, si, hypothèse improbable, un élu Républicain se serait pris à gazouiller qu'il n'y avait que des noirs ou des arabes dans les meetings de Jean-Luc Mélenchon…déclarations racistes et antisémites de Mehdi Meklat

    On se souvient que les mêmes sont restés assez cois après les invraisemblables déclarations racistes et antisémites de Mehdi Meklat ou de deux ses amies orientales fraîchement césarisées.

    En revanche, et pour les mêmes raisons que les critiques émises à l'encontre de la déclaration de François Fillon, l'antiracisme de gauche aura voulu punir Georges Bensoussan d'avoir osé évoquer l'antisémitisme d'une bonne partie de la population musulmane.

    Voilà pourquoi, sous les condamnations sélectives de cet antiracisme dévoyé, se dissimule, de plus en plus maladroitement, le racisme anti-blanc et anti-Français.

    On le voit désormais émerger en surface. Et de tous les milieux, et de tous les esprits mêmes les mieux structurés, tant ce racisme réflexe tient plus de la névrose occidentale que la réflexion.

    Un jour c'est une féministe, qui traque le machisme partout dès l'instant où il émanerait du mâle blanc mais qui refuse aveuglément de l'apercevoir dans la condition misérable faite aux femmes d'Orient. Un autre, c'est une députée de Guyane qui veut punir la négation de la traite transatlantique mais refuse de condamner la traite esclavagiste si elle est arabique, pour ne pas désespérer la jeunesse des banlieues. Un troisième, c'est un candidat à la présidence qui voit dans la colonisation française un crime contre l'humanité mais ne le distingue pas dans les massacres commis par le FLN.

    Et surtout, comment ne pas vouloir voir que dans les attentats commis récemment sur le sol français qui contre des chrétiens, qui contre des juifs, qui plus généralement contre des Français de France, et au-delà du fanatisme religieux, habite le ressentiment raciste contre l'Occidental, figure permanente du racisme blanc colonial.

    Cette sourde détestation, tellement profonde, tellement permanente, tellement entretenue, tellement obsessionnelle, qu'elle va jusqu'à lui interdire de revendiquer des racines, une histoire, une culture en propre.

    Oui, derrière la critique à l'encontre des déclarations somme toute assez banales de François Fillon, contre tous les racismes y compris le racisme anti-Français, habitent au sous-sol, dans les profonds cloaques, un racisme d'autant plus sombre et sournois qu'il a revêtu les habits de lumière de l'antiracisme militant.   

    Gilles William Goldnadel           

  • Supercherie intégrale

     

    Par François Marcilhac

     

    4115840658.jpgLes média de l’oligarchie ont déjà écrit le scénario – le meilleur à leurs yeux, le pire pour la France : le second tour de l’élection présidentielle opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen et ce sera évidemment le premier qui l’emportera haut la main. Ce faisant, ils donnent raison à la présidente du Front national qui n’a de cesse de répéter que la vie politique française est désormais scindée entre mondialistes et patriotes. Macron n’est en effet que la créature du trouple formé par les milieux d’affaires, les grands média qui sont leurs courroies de transmission auprès de l’opinion publique et cette partie du pays légal qui a définitivement bradé la France. Qu’importe qu’il soit le dauphin de François Hollande, le clone de Juppé avec trente ans de moins ou encore le dépeceur d’un Parti socialiste en voie de décomposition avancée. Toutes ces éventualités, plus complémentaires qu’exclusives, ne concernent que les écuries électorales. Ce qui intéresse les Français, c’est que ce mondialiste décomplexé n’est que le prête-nom d’une finance internationale qui a trouvé en lui son meilleur ennemi, au sens où François Hollande l’a été durant son quinquennat.

    Tout n’est pas écrit d’avance

    Le pire n’est évidemment jamais certain. Les Britanniques devaient voter en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne et les Américains élire Hillary Clinton. Non seulement Juppé était le vainqueur proclamé de la primaire de la droite, mais il avait déjà remporté l’élection présidentielle. Quant à Valls, il était déjà le candidat officiel du Parti socialiste désigné par les primaires citoyennes. Il ne faisait qu’une bouchée de Macron et renvoyait Mélenchon aux marges de la gauche de la gauche. Tout cela, c’était avant. Avant que les Britanniques ne choisissent le Brexit, les Américains Donald Trump, les électeurs de la droite parlementaire François Fillon et les socialistes le mari de la responsable des affaires publiques du groupe de luxe LVMH. Avant, aussi, que Fillon, devenu le nouvel élu par anticipation de l’élection présidentielle, ne trébuche sur de minables affaires d’assistants parlementaires et de costards, révélées tout exprès à quelques semaines du premier tour. Avant, aussi, que des Français médusés par le spectacle particulièrement dégradant d’une campagne électorale située à la page « faits divers » des journaux n’envisagent de bouder le premier tour de l’élection présidentielle. Ainsi, le régime aura fini par dégoûter nos compatriotes même de l’élection-phare de la Ve République, à laquelle ils n’avaient pourtant, jusqu’à présent, jamais manqué de participer en masse, leur faisant habituellement délaisser, contrairement à la lettre des institutions dont ils se contrefichent, les législatives qui suivent de peu le scrutin présidentiel : il appartient en effet au gouvernement responsable devant le parlement de déterminer et de conduire la politique de la nation. Vestige de mentalité monarchique, qui leur fait considérer le souverain – ou son ersatz républicain – plus déterminant qu’un parlement aux mains des partis politiques…

    Bruxelles dicte sa loi

    Quoi qu’il en soit, la démocratie représentative est mal en point. Le rejet de la classe politique n’a jamais été aussi unanime… Et comme s’il n’était pas suffisant, celle-ci ne cesse d’aggraver sa fracture avec les Français en portant préjudice à la seule démocratie qui trouvait encore grâce aux yeux de nos concitoyens – et avec raison : la démocratie municipale. En adoptant en 2015 le dernier volet de la réforme territoriale (après la création des métropoles et la réforme régionale) qu’est la loi NOTRe, qui contraint progressivement, contre l’avis de la majorité des maires, les communes à se fondre dans de grands touts abstraits et sans personnalité, autre qu’administrative, nos élites éloignent toujours un peu plus les citoyens des centres de décision et les privent des moyens de décider ou de faire pression dans un domaine, la vie communale, où ils sont pourtant les plus compétents et les plus directement intéressés. Désormais, la France se divise administrativement en métropoles, intercommunalités, régions artificielles dont les contours ont été dessinés sans autre justification que de répondre au souhait bruxellois de démantèlement des nations. Si bien qu’alors même qu’on leur demande d’élire le courtier français de la Commission européenne, dont on leur désigne d’avance le nom, les Français se voient parallèlement dépossédés de leurs pouvoirs de décision dans les affaires qui les concernent au plus près de leur vie quotidienne par l’instauration d’une centralisation à plusieurs étages, qui les prive de leurs libertés politiques fondamentales. Jamais l’analyse de Maurras selon laquelle il est impossible à la République de décentraliser n’a été aussi pertinente. Mais ce n’est plus au profit d’un État incapable de régner autrement qu’en imposant un pouvoir sans partage : cette centralisation répond, pour l’oligarchie, à la nécessité, pour asseoir sa dictature, d’éloigner, par la création de structures aussi obèses qu’artificielles, les citoyens des lieux de décision : le maire n’a plus aucun pouvoir. C’est l’interco’ qui décide, derrière l’interco’ la région, derrière la région, Bruxelles, l’État français étant désormais aux abonnés absents. Jamais on n’a autant parlé de proximité comme d’une valeur démocratique fondamentale ; jamais on n’a autant privé le pays réel de tout pouvoir de décision.

    Démocratie virtuelle

    La fracture entre pays légal et pays réel est devenue béante. Vivant en vase clos, ne s’occupant que de ses intérêts particuliers, ne percevant même plus le sens de l’expression “bien commun”, le pays légal a intégré l’idée qu’il faut priver à tous les stades de la vie publique les citoyens de tout regard ou de tout pouvoir. La démocratie numérique, tant vantée par nos ténors, surtout à gauche ? Une démocratie virtuelle. La proie pour l’ombre. L’Europe a été fondée pour déposséder du pouvoir de décision les politiques au profit de prétendus experts. C’est désormais à tous les stades de la vie publique que ce schéma technocratique, ô combien pervers, est appliqué.

    La démocratie est devenue une supercherie intégrale. Le citoyen-souverain est appelé à désigner directement le chef d’État, les députés, les différentes strates d’élus locaux. Aux deux extrêmes, la dépossession est totale : parce que depuis Maastricht les chefs de l’État ont bradé la souveraineté de la France ; parce que l’oligarchie a décidé de priver progressivement le maire de tout pouvoir. Quant aux députés, lorsqu’ils ne valident pas des décisions européennes, les lois qu’ils votent sont hypothéquées par le sacro-saint droit européen… Une élection présidentielle sera insuffisante à nous rendre notre liberté, même si les Français ont la bonne idée d’élire un chef d’État désireux de redonner au pays sa souveraineté – ce que nous souhaitons, évidemment. Car, même dans ce cas, il n’est pas certain qu’il trouve dans le régime la force de ses ambitions. Quant à François Hollande, il ne sort de son silence piteux de président discrédité que pour critiquer les « égoïsmes nationaux » et ânonner que le « nationalisme, c’est la guerre » – tarte à la crème de tous les fédéralistes européens. Pour, dans le même temps, rompre la solidarité européenne en se couchant devant Erdogan, qui a traité de nazis les dirigeants allemands et néerlandais, parce qu’ils ont refusé, à juste titre, l’organisation sur leur sol d’un meeting à la gloire du dictateur turc. Meeting qui a eu lieu sur le nôtre, en revanche, dimanche 12 mars. Jusqu’à la dernière minute, Hollande aura été indigne de sa fonction. 

  • Jean-François Mattéi ? Présent !

     

    Mur-bleu gds.jpgIl est des dates joyeuses. Il en est de tristes.

    A vrai dire, celle du 24 mars, pour nous, n'est pas triste, à proprement parler, car nous savons où et pour quel vrai Royaume il est parti, nous quittant ce jour-là, nous qui étions ses amis, et lui le nôtre. Mais elle est grave, elle nous ramène à ce que Boutang - qu'il connaissait si bien, qui avait été son maître - appelait le « souci ». Nous partagions en effet avec Jean-François Mattéi - que nous avons eu la grande chance de connaître de très près, et de fréquenter, au sens premier du terme - le souci du Bien commun, de l'Europe et de son futur, de la Civilisation. 

    Nous étions éblouis à chaque rencontre, à chaque repas partagé avec lui, à chaque Colloque ou Conférence qu'il donnait volontiers, par l'immensité de sa culture, son ouverture d'esprit mais aussi - et en un certain sens, peut-être, surtout... - par sa simplicité, sa bienveillance, son urbanité rare. 

    Si nous avons eu beaucoup de chance de connaître Pierre Debray, Pierre Boutang, Gustave Thibon, il est clair que nous en avons eu beaucoup, aussi, de connaître, et si familièrement, Jean-François Mattéi.

    Le 24 mars, lorsqu'il nous quitta, il ne fut fait aucune mention de lui sur les ondes radios/télés de la misérable chose qui ose encore s'appeler Service public. Par contre, une obscure chanteuse de variétés américaine reçut un éloge funèbre de plusieurs minutes, plusieurs fois répété dans la journée ! Mais laissons-là, pour les plaindre, ces pauvres inconscients, qui ne savent même pas à côté de quoi ils sont passés...

    Jean-François Mattéi connaissait bien Lafautearousseau, il l'aimait, le lisait et avait même accepté d'y écrire. Plus que son agenda surchargé, comparable à celui d'un ministre, c'est la maladie et sa mort, soudaine, qui l'empêchèrent de réaliser ce vœu, qu'il ne put concrétiser que pour un seul article, que nous donnons ci-après*, accompagné du petit logo que nous avions imaginé pour ce qui devait être « sa » rubrique. Cet article fut publié le mardi 23 mai 2013, et il traite d'un sujet que Jean-François Mattéi connaissait bien et qui lui tenait à cœur, la théorie du genre...

    Moins d'un an plus tard, le 24 mars 2014, dans lafautearousseau, nous annoncions son décès aussi brutal qu'inattendu et cette perte immense pour la pensée et l'esprit français**.

    Laissons à un poète - à Frédéric Mistral - l'envoi de ce message d'amitié et d'affection à celui qui, mystérieusement, ne nous a jamais quittés :

    « E lou grand mot que l'ome oublido, veleici : la mort es la vido !

    E li simple, e li bon, e li dous, benura !

    Emé l'aflat d'un vent sutile, amount s'envoularan, tranquile,

    E quitaran, blanc coume d'ile,

    Un mounde ounte li sant soun, de longo, aqueira...

     

    « Et le grand mot que l'homme oublie, le voici : la mort, c'est la vie !

    Et les simples, et les bons, et les doux, bienheureux !

    A la faveur d'un vent léger, au ciel ils s'envoleront tranquilles,

    Et quitteront, blancs comme des lis,

    Un monde où les saints sont continuellement lapidés ! »  

    (« Miréio » , Chant X)  •

    3629826291.jpg

    *   Le Père Goriot et la Mère Vauquer, par Jean-François Mattéi

    ** Non omnis moriar

        Décès de Jean-François Mattéi : par dessus tout, une perte pour la pensée française

  • La monarchie, au bénéfice du petit ! A retenir ... A méditer ...

    Source : Action française Provence

     

    Lire aussi dans Lafautearousseau ...

    « Un roi immédiatement » ... Un livre dont on parle déjà beaucoup, dont on reparlera

    « Un roi immédiatement » ... Réactions dans les commentaires ...

    (Re)vive le roi ! Macron n’a pas de programme, Marin de Viry, oui !

    Entretien • Marin de Viry : « Le roi, c’est la France telle que l’éternité l’a voulue »

  • Les chiffres et la dure réalité condamnent Mélenchon et ses incantations révolutionnaires...

     

    Mur-bleu gds.jpgIl faut reconnaître ses mérites à Mélenchon : il est cultivé, il est sans-doute personnellement honnête même si - il l'admet - il vit bien du Système, et surtout, c'est un vrai militant. Et, en tant que tel, il mérite le respect des militants que nous sommes nous-mêmes.

    Cela étant dit, il faut bien reconnaître que son discours d'ensemble est assez répétitif, depuis un nombre d'années assez grand maintenant, et que ses incantations mille fois reprises sur la République et la Révolution ont de plus en plus de mal à « passer ». Tout simplement parce qu'il y a une question que Mélenchon ne se pose pas, et c'est bien là le problème.

    Ecoutez-le parler (par exemple, ce samedi, place de la République). Parler ou, plutôt, prêcher, envoûter un public conquis d'avance; l'enflammer, lyrique, par les souvenirs glorieux - dit-il et croit-il - de la Révolution, de la Commune, de Jaurès, de la République et tout le tremblement... Tout cela est bel et bon, mais ce que Jean-Luc ne nous dit pas c'est comment il se fait que, avec des ancêtres pareils, et le régime qu'ils nous ont donné, la France en soit réduite à l'état lamentable où elle est aujourd'hui...

    Il y a, depuis 1875, 142 ans que la République est installée, en France. Elle affirme hautement sa filiation avec la révolution qui s'est produite il y a 228 ans, dans laquelle elle trouve son fondement.

    L'arbre a donc eu tout le temps nécessaire pour produire de bons fruits. Or, les fruits se révèlent être pourris. Et Jean-Luc Mélenchon ne s'en rend pas compte. Au lieu d'arracher cet arbre, qui produit de si mauvais fruits, il va chercher mille et une excuses (et même une sixième république !) au lieu de se poser la seule question qui vaille :  comment se fait-il qu'un si merveilleux Système ait transformé en vil plomb l'héritage fastueux qui était celui de la France ?

    La République idéologique endette la France de 2.700 euros par seconde, le règlement des seuls intérêts de la dette engloutit chaque année 50 milliards d'euros (c'est le second poste de dépenses, après le budget du lamentable Ministère de la des-Education nationale !), et la dette dont la même république a chargé la France atteint les 2.105 milliards d'euros ! A titre indicatif, cela signifie que la république idéologique, tant vantée par Mélenchon, a contracté, pour chaque Français, 30.000 euros de dette !

    1687822_7_1a99_lors-de-la-maniefstation-pour-la-vie_19d1787fded0186eb1bcc73fa70373d3.jpgEt c'est ce régime-là, ce Système de folie que Mélenchon idolâtre, et fait acclamer par une foule dont on se demande si, un jour, les mots « réflexion », « bon sens », « simple observation du réel » ont eu un sens, du sens. 

    Encore ne s'en tient-on, ici, qu'à l'aspect matériel des choses, à l'échec patent du Système dans sa gestion des choses et des gens, à la catastrophe purement monétaire et financière qu'il nous a apportée. Les dégâts immatériels, parce que moraux, sur l'esprit public et le mental du peuple français étant plus importants encore, et condamnant évidemment encore plus ce Système, que Mélenchon, lyrique, extatique, persiste à voir, contre toute évidence, comme un grand soleil levant, mais que nous voyons, nous (pour reprendre le mot de Jacques Julliard) comme « un soleil levant drapé de deuil... un immense cauchemar ». 

  • Entretien • Marin de Viry : « Le roi, c’est la France telle que l’éternité l’a voulue »

     

    Entretien - d'un grand intérêt, notamment pour nous, royalistes - paru dans l'Action Française 2000 [[n° 2951 du 16 Mars 2017]]].

     
    Redoutant la faillite de l’État, Marin de Viry appelle à lever l’hypothèque qui pèse sur l’avenir. Dans cette perspective, il explique qu’un roi, facteur d’unité, contribuerait à redonner à la France la confiance qui lui manque.

    Un roi immédiatement : tel est le titre de votre dernier livre. La Ve République ne répondrait-elle plus à sa définition de monarchie républicaine, conciliant un exécutif fort avec les exigences d’un parlementarisme raisonné ?

    La Ve République n’a plus rien à voir avec le régime que les constituants avaient imaginé en 1958. Pas seulement pour des raisons institutionnelles – certes, les institutions ont un peu évolué et l’Europe a changé la donne –, mais aussi et surtout à cause de l’esprit politique qui a conduit depuis quarante ans à hypothéquer d’abord l’avenir – pardon de parler d’argent, mais je pense à la dette que nous allons rembourser encore longtemps, nos enfants naissant avec plus de 30 000 euros de dette publique dans leur berceau –, ensuite le présent – c’est-à-dire les politiques que nous n’avons plus la capacité de mettre en place en raison de cette dette – et enfin le passé – le capital qui nous a été transmis et que nous allons dilapider pour payer cette dette. Aucun régime ne résiste à une dette aussi énorme que la nôtre, qui touche à la fois l’héritage, l’action présente et l’action future. Le quantitatif agresse le qualitatif, la civilisation est menacée par notre compte en banque, et le scandaleux destin de la Grèce nous pend au nez. Quand vous êtes en quasi-faillite, vous n’avez plus d’espace politique, plus de souveraineté, vous n’avez plus le droit de penser votre avenir tout seul. Le roi est nu. Il ne vous reste qu’à espérer que le régime a assez de force pour redresser la situation. La Ve République était un régime supposément fort et équilibré. Pas sûr qu’il résiste au stress de la faillite. Quant au parlementarisme raisonné, l’expression avait un sens quand l’exécutif était raisonnable et les parlementaires exagérément généreux : les parlementaires dissipaient, l’exécutif gardait, et les finances publiques étaient bien gardées. Aujourd’hui, les deux dissipent…

    La Ve République vous semble avoir laissé de côté la société civile. Une monarchie vous semblerait-elle mieux à même de laisser vivre et se développer les élites du pays réel ?

    Le pays réel… Je ne vais pas vous taquiner là-dessus. Disons plutôt le pays du principe de réalité. Le pays des Français qui ont une certaine idée d’eux-mêmes, de leur réalisation, de leur idéal, et qui se frottent aux réalités. Quand d’une part les réalités deviennent très dures et l’idée qu’ils se font de leur réalisation est méprisée, et que d’autre part la source de ce mépris et de ces difficultés est la même, c’est-à-dire tout ce qui est “officiel”, où il y a le gouvernement mais aussi les médias et la vie culturelle, alors le résultat est mécanique, politique, humain, ce que vous voulez, mais il est clair : ils détestent cette source. D’aucuns l’appellent le “système” ; dans le système, le principe de réalité n’agit pas, tout simplement. S’il agissait, nous aurions le sentiment d’une certaine raison dans les politiques et d’une certaine stabilité dans la situation. Dans l’idéal, la monarchie apporterait une réponse à cette question, en distinguant les citoyens – ou les sujets, je ne suis pas très regardant sur la terminologie – qui seraient véritablement utiles ; et au sommet, véritablement nobles, c’est-à-dire ayant administré la preuve qu’ils font passer leur honneur, lequel est toujours au service des hommes et donc de la société, avant leur intérêt personnel. Le principe de réalité, c’est tout simplement le champ d’application de l’intelligence pratique qui vise un principe. Je vise quelque chose, j’ai des moyens pour le réaliser et je cherche la bonne combinaison. Quand j’écoute beaucoup de responsables politiques, je me dis que l’intelligence les a désertés. Non pas qu’ils soient idiots, mais l’esprit de l’intelligence ne leur est tout simplement pas utile pour réussir. Il leur suffit de se promener avec des grilles de lecture en l’air, comme des cerfs-volants, pour réussir.

    Par sa présence, écrivez-vous dans votre livre, le roi fait peuple. Pouvez-vous préciser votre pensée ?

    C’est d’abord un vieux paradoxe : nous serions plus unis, donc plus peuple, par un roi catholique qui n’aurait pas été choisi que nous ne le sommes par un président qui a été choisi, mais pas par tous, et qui a une durée de légitimité de plus en plus faible. Le roi est à l’abri des trolls de Facebook et d’ailleurs qui font et défont la popularité. Ensuite, c’est une affaire de métaphysique : le roi, c’est la France telle que l’éternité l’a voulue. Pas une sorte de communauté de rencontre que l’on traîne d’accident en accident jusqu’à son éventuelle disparition matérielle. Il faut croire que Dieu a voulu la France, ou alors c’est un nom de marque comme Coca-Cola. Enfin, le roi est une personne, et la république un mot. Le hasard ou la providence, l’éternité, l’incarnation : sous ces trois idées, dans un pays donné, chacun peut se sentir le voisin de l’autre.

    Vous demandez un roi immédiatement. Il y a donc urgence selon vous… Quels sont les principaux défis que notre pays a à relever ?

    Un seul : celui d’une belle conscience de lui-même, car il le mérite. Généreuse, forte, intelligente, humble, entreprenante, ardente : les idées de démocratie directe et de monarchie peuvent beaucoup contribuer à introduire ces adjectifs dans la conscience collective et individuelle. Dans ce pays, il nous manque un sommet et une base. Nous avons un milieu en perdition, qu’on appelle le système. Il faut s’en débarrasser sans haine, avec des idées claires sur la manière dont plus de libertés donneraient de meilleurs résultats dans tous les domaines. Mais ne perdons pas de temps.

    Votre conception de la royauté est solidaire de votre foi catholique : la laïcité ne vous semble-t-elle pas avoir tenu ses promesses ?

    Ce qu’il faut garder de l’esprit de la laïcité, c’est qu’aucune puissance ne doit être autorisée à prendre le contrôle des consciences. L’Éducation nationale doit continuer d’exister, avec le mandat de développer les connaissances, la capacité critique de chacun, mais en lien étroit avec la notion d’intérêt général ; elle doit cultiver une discrétion bienveillante, prudente, respectueuse, en ce qui concerne les croyances de la personne et de la famille de la personne. Il se trouve qu’être citoyen n’épuise pas les aspirations de la personne. La laïcité laisse un vide et laisse une liberté. Laissons le roi donner l’exemple d’un vide comblé, et laissons les hommes libres de le combler à leur guise. Sacrons le roi, et laissons les hommes reconnaître Dieu, ou pas. Garantissons la permanence de la présence du catholicisme en France, et laissons l’Église polariser les âmes si elle le peut. Mais c’est bien au christianisme catholique que nous devons donner les clefs des symboles, c’est-à-dire de l’union de ce qui est séparé. Le lien entre l’homme et Dieu, entre les hommes, entre les sexes, entre la France et les Français. En un prodigieux travail multiséculaire, le catholicisme a délégitimé la violence, a donné à chacun les clefs d’un destin individuel pacifique, utile, aimant, maintenu l’espérance en les fins dernières, et constamment maintenu l’invisible présent dans le visible. Ce n’est pas assez que de rappeler que le catholicisme est dans nos racines. Il est ce que nous sommes. Un roi catholique, c’est le début de la fin de la haine de nous-mêmes. 

    Marin de Viry, Un roi immédiatement, éditions Pierre-Guillaume de Roux, mars 2017, 144 pages, 18,50 euros.

  • « La monarchie royale confère à la politique les avantages de la personnalité humaine »

     

    Ces considérations - qui datent d'il y a plus de trois-quarts de siècle - sont largement en concordance avec les propos de Marin de Viry. (cf. article ci-dessus).

    Elles valent d'abord par elles-mêmes et n'ont rien perdu de leur actualité.

    Sur le roi, figure humaine, sur la capacité d'incarnation d'une monarchie royale, on verra que Marin de Viry et Charles Maurras disent, tout simplement, la même chose. LFAR