Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité France - Page 4

  • • Boussole anti Macron (IV)

    Lellouche rend sa carte de LR. Il a raison : "Pourquoi ne pas aller au bout de la logique et retirer les candidats LR en faveur de ceux d'EM" ?
     
    Immonde, nauséabond (pour parler comme "eux") : Delanoë a osé comparer le vote actuel des Patriotes anti-Macron et anti-mondialistes au nazisme des années 30. Trop grande fatigue ? Vieillesse ? Il faut savoir partir !...

    Vive le Parti Communiste Français ! Vive le Medef ! Vive leur candidat commun, Macron, candidat aussi au Prix Nobel du plus grand comique !... 

    La vérité est que, soutenu par le Parti Communiste (du moins ce qu'il en reste) et le Medef, Macron a réussi l'exploit de transformer la politique en Grand Guignol !

    Qui peut croire un seul instant en un candidat, un programme soutenu à la fois par le PCF et le Medef ? Qui peut trouver cela sérieux un seul instant ?...

    Pourtant, soutenu par le Medef et le PC, par les patrons et les communistes, Macron n'a pas hésité à braver le ridicule, jugeant "pas crédible" l'alliance Le Pen/Dupont-Aignan : mort de rire ! Il vaut mieux entendre ça que d'être sourd !

    Le maire socialiste d'Annezin, insulteur du peuple, a traité ses admistrés de connards car ils ont voté Le Pen à 70% et a voulu démissionner : ne faudrait-il pas une loi pour démettre d'office tout maire qui insulte ses administrés ? A 70 ans, trop fatigué, le Maire socialo ? Il faut savoir quitter la scène, avant qu'elle ne vous quitte...

    Macron, ni crédible ni sérieux : soutenu par Medef et Parti communiste, le pédophile Cohn-Bendit et Fillon-les-casseroles, Le Maire et Hue !

    "Chère Ségolène", Le Drian, Valls, Hollande, Cazeneuve, Hamon : tout le PS vote Macron. Masos, vous en voulez encore pour 5 ans ? Merci bien !...
     
    "Bayrou a cru nécessaire de faire connaître son "Immense honte" de voir qu'on s'opposait à son chouchou : il a fait élire Hollande, puis s'est fait élire par la droite à Pau, et maintenant soutient Macron mais, là, il n'a pas honte? Cambadélis a inventé, naguère, le ridicule slogan "Eh ! Oh ! la Gauche !..."; on pourrait l'adapter à ce pauvre Bayrou : "Eh ! Oh ! François !..."
  • Boussole anti Macron [3]

     

    Mur-bleu gds.jpgL'aura-t-on attendu ce "débat d'entre deux tours" ! Celui qui joue au jeune premier bellâtre n'aura finalement réussi qu'à offrir l'image d'un candidat malmené, plusieurs fois mis en difficulté, et au bout du compte indigne et sans qualité, alors qu'il prétend devenir président "de tous les Français", formule aussi convenue que fausse, puisque impossible : ils veulent tous "jouer au roi", les candidats, mais, élus d'une fraction de la France contre l'autre, ils n'ont d'un Henri IV ou d'un Louis XVIII que la nostalgie - peut-être - et le désir vain de leur ressembler...
     
    Avant ce décevant "débat", en meeting à Arras, Macron avait déjà beaucoup trop crié, et contre trop de monde (de la droite à Mélenchon). Syndrome de Robespierre ? Macron avait manié la vague menace, l'insulte, la haine, les cris. La Terreur, ce sera ça, gouverner autrement ? Attention : Robespierre a mal fini...

    Et puis, se remettre à hurler, genre hystéro-comique, comme lors de son tout premier meeting, où son final était particulièrement ridicule, est-ce bien raisonnable ? Il va finir par casser sa petite voix de bobo chéri des Unes glacées de la presse people...

    Macron l'avait promis, juré : il ferait « la politique autrement », il renouvellerait les visages. Au premier rang de son meeting à Châtellerault ? Raffarin et EDITH CRESSON ! 
     
    Jeudi 27 avril, 11h07, BFM-TV : Collard « mouche » en direct le journaleux : « Faites du journalisme au lieu de faire la propagande pour Macron ». Bravo ! Collard a raison :
     
    1. de rappeler à l'ordre ces journaleux prétentieux et malhonnêtes qui confondent carte de parti et carte de presse ;
    2. de rappeler que le rassemblement autour de Macron c'est le Musée Grévin de la politique, c'est le radeau de la Méduse, les morts-vivants !

    Le journaleux en est resté coi... 

    Indécent Zidane : formé en France, il est parti faire fric et millions à l'étranger et donne maintenant consignes de vote et leçons de morale. Vil et bas !  
     
    Villepin est sorti du Royaume des Vieilles Lunes pour soutenir Macron, qui appelle ça « faire du neuf » et « renouveler les visages » : chapeau ! 
  • Boussole anti Macron [2]

    « Et toute la clique ... »

     

    Mur-bleu gds.jpg

    Soutien de poids et qualité : ex-conseillère de Pompidou Marie-France Garaud votera Marine Le Pen, « la seule à pouvoir rendre à la France sa souveraineté... ».

    « ...Elle a, je crois, le sens de l'Etat au point de préserver notre nation... manifestement, elle est la seule à avoir le tempérament pour rétablir la souveraineté de la France... aujourd'hui, elle est la seule candidate qui n'est pas pieds et poings liés devant les Allemands... »

    Sale temps pour le politiquement correct et le Front républicain tout pourri : Marie-France Garaud et Dupont-Aignan ont déchiré le voile, ont mis une grande claque à l'Etablissement, aux Tartuffes, au Système, à son bourrage de crâne. An 1 de la libération mentale ? 

    Ils peuvent bien hurler les généraux de l'armée morte (Sarko, Fillon, Bertrand, Estrosi, Le Maire, Raffarin, Juppé, NKM et toute la clique) : leur « machin » ne marche plus, et c'est tant mieux ! Dupont-Aignan a raison : « Tous ceux qui ont échoué depuis 30 ans sont avec Macron ». L'urgence ? Faire barrage à Macron, aucune voix pour lui !

    Dupont-Aignan a déposé plainte - et il a très bien fait - contre 3 voyous, qui l'ont insulté, comme des racailles qu'ils sont : 

    1. Benjamin Biolay: «À tes risques et périls petite teupu. Tu vas le payer cher» ;

    2. Mathieu Kassovitz : « espèce de trou du cul » ;

    3. Gilles Lellouche : « grosse merde » ;

    Conscients, mais trop tard, de l'énormité de leur haine et de leur racaillerie, ces trois énergumènes ont assez vite retiré de leurs comptes Instagram ou Facebook ces propos orduriers qui, pourtant, les reflétaient si bien, et les montraient sous leur vrai jour : ceux qui dénoncent une prétendue « haine » sont haineux; ceux qui se présentent, évidemment, comme des républicains et des démocrates, ce sont eux les « fâchistes », qui veulent faire taire leurs adversaires et faire régner leur ordre; ceux qui sont pour la tolérance et l'accueil de l'autre (sic !) sont férocement intolérants et radicalement hostiles  à toute autre idée que la leur. Dans leur tête, inconsciemment (?), la guillotine !... 

  • Ce qui bloque la France

     

    Par Bernard PASCAUD


    2920517656.jpgQuel que soit celui ou celle des (deux) candidats en lice à l'élection présidentielle qui parviendra au sommet de ses ambitions, la Ve République restera ce qu'elle est devenue, l'ombre d'elle-même.

    En cela elle s'apparente à toutes les Constitutions précédentes dont aucune depuis deux siècles n'a fonctionné comme il était prévu. Celle de 1958 visait à faire du chef de l'État la « clé de voûte » des institutions : un président qui arbitre mais qui ne gouverne pas. On est loin aujourd'hui de ce cas de figure. Le renforcement de l'exécutif, prétendue réponse aux errements et aux blocages des très parlementaires Ille et IVe Républiques, s'est régulièrement délabré. De l'élection du président au suffrage universel direct à l'adoption du quinquennat, en passant par les périodes de cohabitation, la dénaturation du régime voulu par De Gaulle est complète, ou presque. Le système désastreux des partis que critiquait le fondateur polarise à nouveau la vie politique, comme le démontreront à l'évidence les législatives à venir et l'Assemblée qui en résultera. (...) A cet affaiblissement des institutions nationales s'ajoute la perte de souveraineté consécutive à la construction européenne : juste soixante ans après le Traité de Rome, on mesure l'ampleur des atteintes faites à notre indépendance nationale et à nos libertés.

    Le désenchantement actuel s'explique aussi par le niveau calamiteusement bas du débat politicien. Aujourd'hui dans le contexte du dixième épisode de la série « Marianne V» la chansonnette ne prend plus. Elle susurre : De Giscard à Hollande, vous avez aimé le thème du changement, vous adorerez celui de la rupture. Mais rien n'y fait vraiment. La campagne a des allures de pavane pour espérances défuntes.

    Pour ranimer les ardeurs électorales en même temps que révolutionnaires, Mélenchon en appelle à une Vie République. Mais le plus malin dans la tentative de réenchantement politique, c'est Macron. C'est aussi (...) le plus dangereux. Certains le prennent pour un Hollande rajeuni et enfin élégant ; d'autres pour une sorte de Giscard bobotisé.

    Dans les deux cas, ce n'est pas flatteur. Ce qui est certain c'est que les divers affluents qui ont fait le fleuve Macron charrient finalement une eau des plus troubles. Progressiste de coeur, libéral-mondialiste de raison et sectaire de tempérament, il essaie de ratisser large pour remplir sa « mission ». Car, bien sûr, il est de ces esprits brillants qui sont des faiseurs de solutions, quand tous les autres ne sont que des faiseurs de problèmes. « J'ai vu ce qui bloquait notre pays », a-t-il déclaré le soir du premier débat de campagne. Sous-entendu : « je sais ce qu'il faut faire et je sais le faire ». Veni, vidi, vici. Est-il de gauche, est-il de droite ? Ni l'un ni l'autre, prétend l'homme chauve-souris. « Moi souris...Je suis oiseau, voyez mes ailes ». De quoi ratisser large. On peut venir à lui de partout pour peu qu'on récuse comme lui et la droite intrinsèquement perverse et la gauche intrinsèquement inefficace. De gauche en lui il n'y a que le goût pour un socialisme à hauteur d'homme, et de droite le parti pour la liberté... prît-elle la forme d'un libéralisme déshumanisant. Rien de clair donc, encore moins de rassurant. Il promet de « nouveaux visages » et de « nouveaux usages ». En frétillent d'impatience les jeunes loups formatés sciences-po ou ENA, tous ceux qui comme lui se disent religieusement démocrates et pratiquement oligarques. Après tout ce goût de l'élitisme n'est-il pas aussi hérité des Lumières ? Il y a ceux qui savent et il y a ceux qui suivent. Ceux qui savent, les technocrato-mondialistes, toisent les peuples. C'est vrai au niveau national, comme au niveau européen. Les peuples n'ont qu'à suivre. Le contraire est du populisme ! Un peuple aujourd'hui ne saurait être qu'un marché. Écrasons le Peuple, le nouvel Infâme !

    Ce portrait du personnage n'est ici développé que parce qu'il est archétypal de ce que le conditionnement idéologique, les fiches à concours et l'état d'esprit mental et culturel actuels produisent de plus monstrueusement éloigné de ce qu'est la vraie politique. Ç'en est l'exact contraire et c'est pourquoi le réenchantement républicain escompté risque de finir au grenier des illusions.

    Pour réenchanter la politique il faudrait a minima s'attaquer aux problèmes qui inquiètent les Français encore lucides. A commencer par notre identité confrontée au risque de l'immigration et de l'islamisation ; nos emplois malmenés par la mondialisation ; nos libertés étouffées à Bruxelles. Sans cela le rêve d'une France soi-disant remise « en marche » se brisera sur les miasmes du quotidien et le manque de vue à long terme. Il est peu probable qu'avec une majorité introuvable ou incertaine, une durée limitée et une absence de direction dans l'action inspirée du Bien commun, un redressement significatif puisse devenir réalité. Pire, il est à craindre que l'oeuvre de déconstruction ne connaisse aucune rupture.

    Laissons la République enterrer la République. Ayant vu, nous aussi, mais plus clairement, ce qui bloque la France, cherchons à réenchanter le royalisme. Il y faut du labeur et de l'intelligence. Ne mêlons pas notre cri d'amour pour la France à celui du regret de ne pas avoir tout fait pour le redressement français.

    Repris du n°48 de Restauration Nationale

  • Patrice de Plunkett a raison : « Les macronistes ne font pas de cadeaux »

    « C'est un cador, il va le fumer ! »  Scène de genre à Lille

     

    Un billet de Patrice de Plunkett

    Il y a un certain temps que nous ne sommes plus toujours - ni même souvent - d'accord avec Patrice de Plunkett. Mais cela arrive, notamment ici, où il est démontré que les mœurs du macroncosme ne sont, de loin, pas plus angéliques que celles des concurrents. Où le télé-évangéliste se change en tueur. Mœurs électorales ? Sans-doute. Comme en d'autres domaines de l'activité humaine ? Peut-être un peu plus. Et assez vilainement.  LFAR   

     

    887135739.3.jpgFrançois Lamy, ex-ministre de la Ville (2012-2014), a fait le mauvais choix en janvier : il a soutenu Benoît Hamon. Il se présente sous étiquette PS aux législatives de juin à Lille. Il a fait loyalement campagne pour Emmanuel Macron la semaine dernière, afin de « faire barrage au FN »... Mais voilà que dimanche matin, alors qu'il allait distribuer des tracts Macron sur un marché lillois, il ouvre le JDD et lit qu'En marche va présenter un candidat contre lui avec des intentions féroces 

    4129908017.jpgOn sait que « fumer » veut dire tuer par balles... Assez dépité, Lamy tweete son désarroi (sous hashtag #ça donne envie) :

    « Se lever un dimanche pour distribuer un tract appelant à voter Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen et lire ça dans le JDD ! » Mais comment un hamoniste pourrait-il résister à la nouvelle famiglia macroniste qui s'empare des grandes villes ?

    Selon La Voix du Nord (13/02), l'ex-socialiste Christophe Itier - qui a rejoint Macron dès mai 2016 -  est « l'homme qui veut faire de la métropole lilloise une Macronie ». Comme le clamait M. Macron hier à La Villette, En marche est une rupture radicale. Une rupture avec quoi ? S'il s'agit de fumer les concurrents, ça s'est toujours fait. 

    4191243052.jpg

    Patrice de Plunkett : le blog

  • Claude Lévi-Strauss à propos des « Valeurs de la République » : Nous ne disons rien d'autre ...

     

    « La révolution a mis en circulation des idées et des valeurs. On peut toutefois se demander si les catastrophes qui se sont abattues sur l'Occident n’ont pas trouvé aussi là leur origine. On a mis dans la tête des gens que la société relevait de la pensée abstraite, alors qu'elle est faite d'habitudes, d'usages, et qu'en broyant ceux-ci sous les meules de la raison, on réduit les individus à l'état d'atomes interchangeables et anonymes. »

     

    Claude Lévi-Strauss  

     

    De près et de loin, entretiens avec Claude Lévi-Strauss par Didier Eribon, Odile Jacob, 1988 ; rééd. 2008.

  • Après s'être affiché avec Macron, il s'affiche avec Luis-Alfonso : quand Stéphane Bern déraille...

     

    1903076588.10.jpgStéphane Bern a fait de nombreux Secrets d'Histoire excellents. Nous avons, à chaque fois, donc à plusieurs reprises, salué ces numéros magistraux, en signalant le grand service que rendait ainsi Stéphane Bern à l'établissement ou au rétablissement de la vérité historique, et par voie de conséquence, à bien des choses que nous défendons.   

    Voilà que, coup sur coup, Stéphane Bern commet deux erreurs : s'afficher avec Macron, hier, et Luis-Alfonso, aujourd'hui (voir Le Figaro magazine du 28 avril, pages 76 à 82). 

    Nous ne parlerons pas, ici, du soutien à Emmanuel Macron-Hollande : nous en parlons suffisamment par ailleurs. Nous nous en tiendrons seulement aux incongruités que l'on peut relever dans ces sept pages du Fig Mag.

    Et, d'abord, cette aberration que constitue la légende de la photo page 78 : « Le Comte de Chambord...dernier membre de la branche française des Bourbons ». Comment Stéphane Bern, qui s'y connaît en Histoire, a-t-il pu laisser « passer » une ineptie pareille ? Louis XIII eut deux enfants (deux garçons, pas de filles) le futur Louis XIV et son frère Philippe, titré duc d'Orléans. Si la branche aînée, descendante en ligne directe de Louis XIV, s'est bien éteinte avec le Comte de Chambord, en 1883, la branche cadette, issue du deuxième fils de Louis XIII, Philippe, est toujours là, et bien présente, comme nous le montrent la très sympathique famille du Prince Jean, avec ses quatre enfants, et celle de son frère Eudes.  

    Il faut donc en finir une fois pour toutes avec les ignorants qui s'imaginent que « les Orléans » sont une famille à part des « Bourbons » : « les Orléans » sont des « Bourbons », tout aussi « Bourbons » que les descendants, aujourd'hui éteints, de Louis XIV ! La seule différence est que, ces « Bourbons » là, sont, justement, toujours là... Et qu'ils offrent - voyez la famille du Prince Jean et de la Princesse Philoména - une image apaisée, rafraîchissante, porteuse d'espoirs et d'espérance, dans une actualité si grise, si déprimante et, pour tout dire, si souvent minable...

    On nous dira peut-être que ce n'est pas Stéphane Bern qui a légendé ? Dans ce cas, on espérait un peu plus de sérieux et de connaissances historiques minimales de la personne qui a légendé cette photo. De plus, l'expression - erronée - est plusieurs fois reprise dans le cœur de l'article ...  

    Le Figaro se singularise déjà en faisant voter Macron. Qui l'écoutera, dorénavant, lorsqu'il fustigera, comme il le fait régulièrement, l'effondrement du niveau scolaire ? Voilà Le Figaro qui nous donne un « bon » exemple du désastre éducatif : il va falloir se retenir d'éclater de rire, dorénavant, lorsque le journal abordera le sujet...

    La vérité toute simple est que l'histoire de la famille des Bourbons est... très compliquée ! Du moins en Espagne. Et que l'aîné des Bourbons, Luis-Alfonso, aurait dû être roi d'Espagne. Il ne l'est pas, pour des raisons familiales internes et complexes. Mais, en aucun cas, ce onzième représentant des Bourbons partis régner à l'étranger ne peut être considéré comme l'héritier des rois de France. 

    L'héritier des rois de France - « l’héritier des siècles » comme le disait Chateaubriand - il est en France, il vit en France, au milieu de nous et parmi nous ; l'héritier des rois de France est et vit en France. Il la sert, il la défend et, au besoin, les princes de sa famille meurent pour elle, comme le prince François d'Orléans, au cours de la guerre d'Algérie.

    Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons un dossier que nous avons réalisé spécialement à cette intention. Nous le dédions à Stéphane Bern : il nous a fait tant de cadeaux, que nous pouvons bien lui offrir, en retour et à notre tour, un... Secret d'Histoire ! 

    Pour ceux qui veulent savoir qui est Luis Alfonso, d'où est-il, d'où vient-il, découvrez le dossier de LAFAUTEAROUSSEAU, en cliquant sur la généalogie ci-dessous.  • 

    Patienter, le temps du téléchargement

  • Au-delà de l'élection présidentielle : les lendemains sans joie.

     

    Par Jean-Philippe Chauvin

     

    1345578492.2.jpgL'élection présidentielle a montré, une fois de plus, la grande division des Français : « la France écartelée », titrait Politique Magazine il y a quelques semaines, et ce titre résume tout, en définitive, d'une situation politique qui n'est jamais rien d'autre que la conséquence d'un système électoral mais plus encore, d'un régime qui livre la « première place », la magistrature suprême de l’État, aux jeux électoraux et de clientèles. Ainsi, à chaque soirée électorale, l'on assiste aux mêmes scènes, l'allégresse des uns nourrissant le désespoir des autres, voire la colère. Hier, les libéraux de Droite se trouvaient dans la pire des situations, et il leur fallut boire un breuvage bien amer, avant que la coupe de ciguë du « ralliement » ne vienne achever leurs dernières espérances d'une cohabitation qui, pourtant (si elle a lieu, ce que rien ne laisse présager en ce moment), aggravera plus encore l'affaiblissement d'un État déjà bien amoindri dans son autorité par quelques décennies de renoncement et d'indécision. Mais les antilibéraux de Gauche n'étaient guère à la fête non plus, ayant cru en une élection dont ils condamnaient pourtant le système et la finalité mis en place par le fondateur de la Cinquième République, et se trouvant réduits désormais à ne devoir plus être considérés que comme une force d'appoint pour un candidat qui représente l'exact inverse de ce pour quoi ils se battent depuis tant d'années... On peut comprendre que ce rôle écrit d'avance et imposé par une oligarchie plus européenne que spécifiquement française ne leur convienne pas et qu'ils rechignent, à la suite de leur candidat, à se rallier au « candidat de l'Europe » comme le nomment, pour mieux le louer et le vendre à l'électorat, les grands médias du pays et de l'Occident, de New-York à Bruxelles, de Berlin à Francfort. 

    Cette élection, quoiqu'il arrive le 7 mai et lors des législatives suivantes, fera plus de mécontents que d'heureux, et la « démocratie des satisfaits » entraînera plus de frustrations et de colères encore qu'auparavant : les réactions au soir du vote du 23 avril le démontrent à l'envi, en particulier si l'on prend le temps d'écouter la parole des cafetiers et de leurs clients, travailleurs du matin, commis voyageurs ou retraités, celle de ce « pays réel » dont certains se moquent ou, même, nient l'existence... 

    L'élu du 7 mai prochain, quel qu'il soit, ne connaîtra sans doute pas d'état de grâce, et c'est bien l'instabilité et la colère permanente qui risquent de dominer le prochain quinquennat, avec une Union européenne qui, déjà, réclame des réformes « adaptées à l'intégration européenne » (selon les termes des membres de la Commission européenne et de la BCE) encore plus libérales, toujours au nom de la réduction des déficits, de cette immense dette publique dont notre pays ne sait comment se débarrasser, faute d'une stratégie économique et sociale de long terme. « L'Europe intrusive » ne pense désormais plus que les pays qui la composent, dont de vieilles nations historiques comme la France, puissent s'émanciper, et elle insiste, d'ailleurs, pour que cela ne soit plus possible, y compris à rebours de l'opinion des peuples et de la simple liberté des États pourtant nécessaire à toute harmonie politique et géopolitique. Or, cette forme de suzeraineté européenne, qui va à l'encontre des souverainetés, qu'elles soient dites nationales ou populaires, n'est pas satisfaisante ni saine, et elle est grosse de conflits, sociaux comme politiques, qui pourraient bien même remettre en cause l'Union européenne, ses pratiques comme ses formes, voire sa « légitimité » (mais existe-t-elle vraiment ?) et son existence. « Tout empire périra », nous rappelle l'histoire, et cette construction qui se fait (ou se veut) impériale (M. Dominique Strauss-Kahn parlait, en 2005, de « l'empire européen ») risque bien de connaître le sort de ses prédécesseurs, de l'empire romain au COMECON, cette « autre construction européenne » qui a disparu en même temps que l'Union soviétique... 

    incident1-1.jpgJe ne me satisferai pas du résultat du 7 mai, et je ne peux être satisfait de cette République qui, aujourd'hui comme depuis si longtemps, sacrifie les intérêts de notre pays et de ses citoyens pour des chimères et des causes qui ne sont pas nôtres ni, même, proprement européennes au sens politique du terme. L'alternance qui nous a été tant vantée ces dernières années n'aura pas lieu mais sans doute aussi n'était-elle pas l'alternative à cette politique qui ne fonctionne plus depuis des décennies... 

    Il faudra bien, un jour, repenser la politique et préparer une alternative qui ne soit pas le simple négatif de ce qui est aujourd'hui : en ce sens aussi, la Monarchie active pour laquelle je milite me semble la seule alternative crédible et efficace, pour « le moins mauvais des régimes », alternative royale à laquelle je travaille avec d'autant plus d'ardeur qu'elle me paraît nécessaire, mais aussi urgente...

    Le blog de Jean-Philippe Chauvin

  • Marie-France Garaud : pour Marine Le Pen et contre un IVe Reich !

     

    Par Nicolas Gauthier

    Une excellente chronique, comme souvent celles de Nicolas Gauthier, parue dans Boulevard Voltaire, le 29 avril. Elle relate un événement parmi d'autres, dans cette campagne présidentielle dont l'air est assez scélérat ; elle brosse aussi un portrait vivant de Marie-France Garaud, une femme politique de première importance. Une tête politique, enfin, dont le jugement importe. Ce qui donne à cet événement parmi d'autres, une importance singulière.  LFAR 

     

    745791051.pngLa vie politique française, parfois tourmentée, surtout en les temps qui nous occupent, offre parfois de délicieux moments de grâce. D’où la sortie, ce vendredi matin, de Marie-France Garaud dans Le Figaro, et non point de Marie-France Garo dans Le Figaraud, qui appelle à voter pour… Marine Le Pen.

    À quatre-vingt printemps largement sonnés, le loup-garaud a donc les crocs toujours bien aiguisés, et pas seulement les nuits de pleine lune. Il y a quelques années, dans l’émission « Ce soir (ou jamais !) », jadis animée par Frédéric Taddeï, elle n’hésitait pas à rappeler que Jean Monnet, père de l’Europe, n’était autre « qu’un agent américain payé par la CIA ». Grand moment de fraîcheur cathodique et de jouissance télévisuelle…

    Gaulliste revendiquée et figure historique du souverainisme, elle ne se contente plus aujourd’hui de renverser la table, mais de dynamiter le salon tout entier : « J’ai le sentiment que monsieur Emmanuel Macron n’a ni amour propre, ni lucidité. Il étale ses faiblesses avec un extraordinaire masochisme. Il a un petit côté chien battu. Il ne respecte pas la France et il est même en train de détruire le support de son existence politique. » Première salve d’avertissement…

    Car ce n’est qu’un début, le meilleur étant à venir : « Macron n’a pas de programme économique. Il ne peut pas en avoir parce que nous ne sommes plus qu’un territoire de l’intérieur de l’Union européenne. Il faut sortir de là le plus rapidement possible, quel qu’en soit le coût, car mieux vaut la liberté que l’esclavage. » Là, on passe du tir de mortier à celui de barrage, juste histoire de préparer la bataille à suivre…

    Réduction ad hitlerum prise à l’envers oblige, voilà maintenant que cette indécrottable chipie retourne à son profit les heures les plus pénibles de notre histoire, telle une chaussette ou une bande molletière, assurant, à propos de la sortie de l’Union européenne : « Il suffit de décider ce que nous voulons. À la fin de la guerre, deux hommes avaient compris cela, de Gaulle et Churchill, qui n’a jamais aliéné les pouvoirs de son pays.  

    Nous assistons à une tentative de domestication des pays européens, nous sommes placés devant l’éventualité d’un IVe Reich. » Bombardements massifs avant offensive terrestre… 

    À propos de l’Allemagne, donc : « La France n’a rien à lui dire. Elle doit sortir de l’Union européenne et ensuite, elle pourra échanger d’égal à égal. […] Nous n’avons plus d’État. Le quinquennat qui s’achève aura été inexistant et je note une carence historique extraordinaire chez nos dirigeants. Aujourd’hui, l’économie et la finance veulent remplacer la souveraineté. » Manu, si tu nous entends, sous ce tapis de bombes à phosphore et à fragmentation…

    D’ailleurs, ce pauvre Petit Chose, qu’en pense-t-elle ? La réponse coule de source : « Mais qui est Emmanuel Macron ? » Apocalypse Now et douce odeur de ce napalm largué au petit matin, ratiboisant tout sur son passage, hormis les quelques chrysanthèmes destinés à fleurir la tombe du sex-toy à la mère Trogneux…

    Marie-France Garaud, jadis vigie pompidolienne et pygmalion de Chirac, parle peu, mais toujours d’or. Il y a, chez cette vieille dame indigne, un je-ne-sais-quoi de réjouissant, quelque part entre la Ma Dalton de Morris et Goscinny et la Bette Davis du All About Eve de Joseph Mankiewicz. Mauvaise comme la gale et teigneuse comme pas deux. À chaque instant prête à sortir la pétoire de son sac Lancel et à tirer dans le tas tout en visant juste. Ainsi, à propos de Marine Le Pen : « Aujourd’hui, elle est la seule candidate qui n’est pas pieds et poings liés devant les Allemands. Manifestement, elle est la seule à avoir le tempérament pour rétablir la souveraineté de la France. »

    D’autres questions ? Non. Évitons, d’ailleurs. Des fois qu’une balle perdue…  

     
    Journaliste, écrivain
  • Gustave Thibon : « La démocratie c'est le règne de la quantité brutale sous la forme du nombre »

    Visuel Action Française Provence

     

    3808684623.2.jpg« La démocratie c'est le règne de la quantité sous toutes ses formes : la quantité brutale sous la forme du nombre, sous la forme de la masse, sous la forme de la pesanteur, c'est-à-dire le règne de tout ce qu'il y a d'anonyme, de matériel, de mécanique dans l'homme et dans le peuple. Autrement dit, la fatalité de la démocratie c'est de cultiver et de dilater jusqu'à l'éclatement le coté quantitatif du réel. »

    Gustave Thibon

    Discours au Rassemblement Royaliste de Montmajour - 1971 

    Illustration ci-dessus :

    Gustave Thibon, une haute pensée enracinée - Gustave Thibon s’adresse aux royalistes de Montmajour, en 1971. Il participera pendant vingt ans aux rassemblements qui suivront et les marquera profondément de sa pensée.

  • Un populisme lassé du système 

     

     

    par Louis-Joseph Delanglade

     

     

    Que cela plaise ou pas, le Front National est un parti politique inscrit dans le régime républicain, certains diront dans le « système ». Qu’il ait été ou non sciemment utilisé à partir des années Mitterrand pour diviser la droite puis servir de repoussoir est possible. M. Onfray le pense qui dénonce « cette étrange perversion qui consiste [notamment à gauche] à nourrir le monstre Le Pen qu’on prétend combattre » (Le Figaro, 23 avril). De fait, même si on est loin dans cet entre deux tours du déchaînement de haine et de violence de 2002, même si quelques fissures sont apparues dans ledit « système », s’affiche sans vergogne la connivence anti-Le Pen de la très grande majorité des journalistes et des politiciens, avec en amont leurs soutiens financiers plus ou moins avoués, et en aval leurs petits camarades censés représenter le monde socio-culturel.

     

    Pourtant, on ne peut nier que le Front National représente aussi quelque chose de plus profond : la France des petits et des oubliés ; ni urbaine, ni nantie, ni… d’origine immigrée, une France des pauvres qui existe bel et bien (il suffit de regarder les images télévisées) et qui croît au fil des mois. Aucun point commun entre cette France-là  et un système dont elle est la première victime. Rien de plus explicite qu’une carte de géographie : celle du premier tour fait apparaître une fracture entre ceux que M. Zemmour nomme « les vainqueurs et les vaincus de la mondialisation » (RTL, 25). Dans ces conditions, et même si la formule paraît discutable, on peut voir dans l’affrontement du second tour « un vote de classe ». M. Slama va plus loin : « La lutte des classes ressurgit politiquement à la faveur d'un duel de second tour qui va opposer le libéral Emmanuel Macron à la souverainiste Marine Le Pen. » (Figaro, 24).

     

    Il est probable, mais rien n’est certain, que M. Macron va l’emporter. Cela ne signifie nullement que le parti de la France des profondeurs soit vaincu, voire éliminé. Bien au contraire. Mieux vaut sans doute pour le Front National capitaliser afin de mieux rebondir dès les élections législatives. De toute façon, l’intérêt pour le pays d’un parti comme le F.N., c’est d’abord que celui-ci permet, malgré ses erreurs et maladresses, d’imposer dans le débat public des thèmes capitaux, comme celui de l’immigration. Cependant, et c’est frustrant, la présente élection n’a pas fait la part belle aux angoissantes questions de civilisation. Les onze candidats du premier tour s’en sont ainsi tenus pour l’essentiel, quand ils ne se contentaient pas des imprécations et incantations habituelles en pareil cas, à des propositions de prétendue bonne gestion : on pouvait penser qu’il s’agissait d’élire un secrétaire d’Etat, au mieux un Premier ministre - fonctions hautement respectables, mais fonctions gestionnaires. Certes, pour le second tour, Mme Le Pen (par exemple dans son discours de Nice) et M. Macron (par exemple dans son déplacement à Sarcelles) semblent se chercher sur leurs conceptions de la France. Mais cela semble plutôt être chez l’un et l’autre purement tactique, tant l’approche de l’élection renvoie forcément chacun à ses fondamentaux politiciens. Peut-être en ira-t-il différemment à l’occasion du débat de mercredi.

     

    Un parti politique peut-il, pourra-t-il, porter la nouvelle réforme, mieux la révolution intellectuelle et morale dont ce pays a besoin ? On peut tout à la fois l’espérer et en douter. Sans doute faudra-t-il d’abord que se manifeste, selon l’heureuse formule déjà employée dans ce blog, « un populisme lassé du Système ». 

  • Éric Zemmour : « Le front républicain a des ratés »

     

    BILLET - Comme en 2002, de nombreuses voix appellent à la constitution d’un « front républicain » pour faire barrage à Marine Le Pen. On n'est pas forcément d'accord. Sauf que Lafautearousseau est plutôt d'accord ici avec Zemmour. Notamment lorsqu'il dépeint le pauvre électeur de droite comme ayant « la tête de  celui qui découvre que sa femme couche avec son meilleur ami »  • 

     

    3 minutes 42

     

    Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge 

    « Il y a comme un manque. Pas de jeunes dans la rue. Pas de cris 'le fascisme ne passera pas'. Pas d’émission sur France Télévisions pour rappeler les heures les plus sombres de notre histoire. Tout fout le camp », constate Éric Zemmour, qui note que « le front républicain a des ratés ». Et d'ajouter, un brin railleur : « Heureusement, il reste les représentants des religions (...) pour se mettre comme un seul homme derrière Emmanuel Macron ».

    « Pourtant, tout avait commencé sur les chapeaux de roue », constate le journaliste, rappelant qu'au soir du premier tour François Fillon s'est « empressé d'annoncer son ralliement à son rival heureux ». Sauf que « Jean-Luc Mélenchon, lui, ne jouait pas le jeu et refusait de se coucher devant le nouveau maître ». 

    Éric Zemmour