Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture & Civilisation

  • Soljenitsyne, le Vendéen [2]

    La Chabotterie, le logis rustique témoin de la capture du chef emblématique du soulèvement vendéen, Charette 

    par Dominique Souchet

    2293089609.14.jpgComment commémorer plus dignement qu'il n'a été fait à ce jour le centenaire du grand Soljenitsyne ? Et comment évoquer en même temps  l'écrasement de la Vendée par la fureur révolutionnaire autrement que par les indignations faciles et les formules toutes faites cent fois répétées ? Le superbe récit des relations entre Alexandre Soljenitsyne et la Vendée de Dominique Souchet que le dernier numéro de la Nouvelle Revue Universelle vient de publier répond à ce souci de façon passionnante. On a là un récit précis mais aussi une réflexion à l'altitude qui convient pour évoquer en les reliant Alexandre Soljenitsyne, la révolution russe et le massacre de la Vendée. L'horreur révolutionnaire en soi-même d'un siècle l'autre. Du XVIIIe au XXe. Nous avons entrepris hier dimanche la publication de ce récit qui s'étendra aux jours suivants. En remerciant Dominique Souchet et la N.R.U. de nous l'avoir donné.  LFAR 

     

    Le récit

    4273640-6459671.jpg

    UN ITINÉRAIRE VENDÉEN EN QUATRE ÉTAPES

    Des liens profonds unissent la Vendée et la Russie. Elles ont partagé une épreuve et un élan de même nature : une épreuve et un élan existentiels.

    C'est la force de ces liens qu'ont voulu mettre en évidence les quatre étapes de l'itinéraire suivi par Alexandre Soljenitsyne en Vendée : le Puy du Fou ; le logis de la Chabotterie ; Les Lucs-sur-Boulogne ; et la côte océanique à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

    Au Puy du Fou, le spectacle de nuit, la Cinéscénie, sera exception­nellement représenté pour lui, hors saison, par les bénévoles. Le produit de la soirée sera remis à Natalia Soljenitsyne, pour la Fondation d'aide aux victimes du Goulag et à leurs familles qu'elle préside. Le lendemain, le couple Soljenitsyne s'attardera longuement et passion­nément auprès de tous les artisans du Grand Parc, exprimant un amour profond pour la ruralité dans lequel Vendéens et Russes reconnaissent un de leurs traits majeurs communs. Au « village XVIIIe », il empoigne le marteau du forgeron pour forger lui-même un clou. Dans ses Mémoires publiés sous le titre Esquisses d'exil, Soljenitsyne revient longuement sur son passage au Puy du Fou, qui l'a littéralement fasciné : « De Villiers nous offrit d'assister à un extraor­dinaire spectacle populaire traditionnel (mais bénéficiant de la technique la plus avancée), avec ses effets de foule, représentant en plein air, dans une immense arène, de nuit mais avec quantité d'effets de lumière, l'histoire du soulèvement vendéen. Adia [Natalia, son épouse] et moi nous n'avions jamais rien vu de semblable et n'aurions même pu l'imaginer... Ce fut une impression poignante, qui ne s'effacera jamais. Quelqu'un pourra-t-il jamais, en Russie, reconstituer des scènes équivalentes de la résistance populaire au bolchevisme, depuis les junkers et les petits étudiants de l'armée des Volon­taires jusqu'aux moujiks barbus fous de désespoir, leurs fourches à la main ? » Le projet de création d'un « Puy du Fou » en Russie, c'est donc Soljenitsyne qui en fut l'initiateur véritable, avant Vladimir Poutine...

    35199086_521290081651640_5873474442792796160_n.jpgÀ La Chabotterie, le logis rustique le séduira par son charme propre sans doute, mais surtout parce qu'il est le témoin de la capture du chef emblématique du soulèvement vendéen, Charette. Un nom qui sonne familièrement aux oreilles de Soljenitsyne, un nom que l'illustre maréchal Alexandre Souvorov a rendu familier aux oreilles russes : dans une lettre qu'il lui adressa six mois avant sa capture dans les bois de La Chabotterie, il qualifiait Charette de « héros de la Vendée et illustre défenseur de la foi et du trône, éminent représentant des immortels Vendéens, fidèles conservateurs de l'honneur des Français. »

    Quant aux Lucs-sur-Boulogne, ils sont évidemment le cœur de l'itinéraire vendéen de Soljenitsyne, le lieu du grand discours qu'il va prononcer en guise d'adieu à l'Europe, après avoir inauguré, en compagnie de Philippe de Villiers, avec une émotion qu'il peine à contenir, le nouveau Mémorial érigé sur la rive sud de la Boulogne.

    Un discours qu'il porte et qu'il a préparé depuis longtemps. Un discours, inutile de le préciser, exclusivement de sa main. Un discours qu'il a soigneusement répété, dès son arrivée à Paris, sur le balcon de son hôtel, avec son ami et interprète Nikita Struve. Il y attache une telle importance qu'il revêt, ce soir-là, le costume qu'il portait le jour de la remise du prix Nobel, en 1974, à Stockholm.

    680816130.jpgLorsqu'il parvient au pied de la tribune, la clameur qui l'accueille est inouïe : elle paraît ne jamais devoir finir. C'était comme si cette foule immense ne parvenait pas à croire à la réalité de ce qu'elle voyait et était soudain prise de vertige devant la force symbolique de l'événement auquel elle participait : Alexandre Soljenitsyne, l'homme des brèches, était en train, par sa seule présence ici, au cœur de la Vendée suppliciée, d'abattre le mur de déni obstiné qui sub­sistait depuis deux cents ans. Même si la quête de reconnaissance devrait se poursuivre après son passage, quelque chose de décisif, cependant, était en train de se jouer. Un effet cliquet, sans retour possible. Et la houle des applaudissements se mettait à exprimer une reconnaissance infinie. Alexandre Issaievitch en était comme éberlué. Il murmurait : jamais, jamais, même lors de mon arrivée à Zurich en 1974, je n'ai vu une chose pareille... Les Vendéens l'accueillaient comme une grâce.

    Добровольцы_в_Киеве._Софийская_площадь.pngDernière étape, enfin, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Soljenitsyne est venu marcher sur les pas de l'une des plus grandes poétesses russes, Marina Tsvetaieva. Elle avait séjourné sur la côte vendéenne en 1926, attirée elle aussi par le souvenir du soulèvement de 1793. Au lendemain de la révolution d'Octobre, alors que son mari servait dans l'Armée blanche, elle avait publié un recueil de poèmes, Le camp des cygnes, qui s'achevait par une admirable poésie réunissant la Vendée et le Don :

    Du monde d'avant, l'ultime vision :

    Jeunesse. Héroïsme. Vendée. Don.

    Sur la dune de la Garenne, où Marina aimait venir contempler l'océan, on inaugura une stèle portant ces deux vers, gravés en russe et en français. Puis on relut et on commenta les poèmes et les lettres exprimant l'amour que Marina portait à « sa » Vendée. Soljenitsyne — qu'elle inspira — dit à quel point il admirait l'étonnante musicalité et l'exceptionnelle densité de la langue de cette poétesse russe.

    De tout ce voyage, Nikita Struve tirera ce profond commentaire « Au pied de la chapelle des Lucs et sur les dunes vendéennes, se retrouvait dans une même vérité la France et la Russie, deux époques, deux pays, mais en profondeur un seul et même destin, authentifié par les souffrances des uns et des autres et porteur d'un message universel de courage et de liberté »

    Le voyage en Vendée d'Alexandre Soljenitsyne n'eut en effet rien d'une excursion touristique. « Ce projet était cher à mon cœur » écrira-t-il dans ses Mémoires. C'est une mission pleine de gravité qu'il vient accomplir. Comme la Vendée était venue se loger dans son œuvre, lui-même va venir faire irruption dans l'histoire France, sans mesurer sans doute alors la force de l'onde de choc que va produire sa venue en Vendée. Le quotidien Le Monde titre même en première page : Vendée et Goulag : Un moment d'égarement

    Mais quel rapport Alexandre Soljenitsyne lui-même entretenait-il avec la Vendée ? Il n'y était jamais venu. Comment se fait-il qu'elle lui fût apparemment si familière ? C'est ce qu'il a fait apparaître manière solaire dans le discours des Lucs, un discours d'une exceptionnelle densité qu'il faut lire, relire et méditer. ■  

    A suivre, demain mardi.

    Lire l'article précédent ... 

    Soljenitsyne, le Vendéen [1]

    IMG.jpg

    La nouvelle revue universelle, 1 rue de Courcelles, 75008 PARIS - 4 numéros par an.  S'abonner

  • Histoire & Révolution • Soljenitsyne, le Vendéen [1]

     

    par Dominique Souchet

    2293089609.14.jpgComment commémorer plus dignement qu'il n'a été fait à ce jour le centenaire du grand Soljenitsyne ? Et comment évoquer en même temps  l'écrasement de la Vendée par la fureur révolutionnaire autrement que par les indignations faciles et les formules toutes faites cent fois répétées ? Le superbe récit des relations entre Alexandre Soljenitsyne et la Vendée de Dominique Souchet que le dernier numéro de la Nouvelle Revue Universelle vient de publier répond à ce souci de façon passionnante. On a là un récit précis mais aussi une réflexion à l'altitude qui convient pour évoquer en les reliant Alexandre Soljenitsyne, la révolution russe et le massacre de la Vendée. L'horreur révolutionnaire en soi-même d'un siècle l'autre. Du XVIIIe au XXe. Nous entreprenons ce dimanche d'été la publication de ce récit qui s'étendra aux jours suivants. En remerciant Dominique Souchet et la N.R.U. de nous l'avoir donné.  LFAR       

     

    Présentation de la Nouvelle Revue Universelle [Extraits]

    IMG - Copie.jpgLe discours prononcé par Alexandre Soljenitsyne le 25 septembre 1993 en Vendée pour le bicentenaire du soulèvement de 1793, alors qu'il était encore en exil, fut un événement considérable : une des plus grandes autorités spirituelles du XXe siècle finissant dénonçait à la face du monde la source « vendéenne » des totalitarismes de ce siècle de fer et de sang. […]

    Le rôle joué par Alexandre Soljenitsyne dans l'écroulement du Communise fut considérable. La publication en France, en 1973, de L'Archipel du Goulag, dont le manuscrit avait pu être transmis clandestinement, eut un effet déflagrateur dans l'opinion occidentale […]. Dès l'année suivante, déchu de la citoyenneté soviétique, Soljenitsyne était expulsé d'URSS et s'exilait aux États-Unis, dans le Vermont où il dut demeurer vingt ans. Autorisé à retourner en Russie en 1994 [...] il est mort à Moscou en 2008.

    Pour célébrer le centenaire de sa naissance, l’Institut catholique d'études supérieures de Vendée (Ices), à La Roche-sur-Yon […] a consacré une nuit entière, le 1er mars dernier, à ce géant de la littérature [..]. Lors de cette « nuit de l'histoire », née d'une initiative des professeurs Eric et Emeline Picard, Dominique Souchet, organisateur du voyage de Soljenitsyne en Vendée en 1993, a évoqué la relation privilégiée qu'entretenait avec la Vendée le grand dissident. Il a bien voulu confier le texte de son intervention à notre revue.

    Le récit

    4273640-6459671.jpg25 septembre 1993, Les Lucs-sur-Boulogne, il est 21 heures. Cette petite commune de Vendée (2600 habitants) a été choisie comme haut-lieu de la commémoration du bicentenaire du soulèvement de la Vendée et de l'extermination de sa population.

    Aux Lucs fut perpétré, non pas pendant la guerre, mais bien après la défaite militaire des Vendéens, l'un des plus effroyables massacres de population civile qu'aient commis les colonnes infernales. Le martyrologe relève 564 noms, dont 110 enfants de moins de sept ans. Le plus jeune avait 15 jours.

    La nuit est tombée. Il bruine sur la Vendée. 30 000 personnes pourtant se sont massées dans le vallon de la Boulogne, face à une immense tribune, emplie de musiciens et de choristes et implantée à l'endroit même où sera édifié, quelques années plus tard, l'Historial de la Vendée.

    Qui attendent-elles ? Le président de la République, venu saisir cette occasion unique de faire enfin entrer dans l'histoire de France la page de sang et de lumière, de terreur et de résistance, qui s'est écrite ici ? Non, il n'y eut aux Lucs, ce soir-là, ni président, ni premier ministre... "Pas même un ministre !", s'exclamera, horrifié, scandalisé, l'académicien Alain Decaux qui, lui, eut le courage de venir, malgré les pressions, et de parler : « J'ai cru que la République se grandirait dès lors qu'un historien républicain viendrait publiquement affirmer que les droits de l'homme ont été bafoués en Vendée. »

    35545483_527716967675618_5253698717675945984_o.jpgCe n'est pourtant pas Alain Decaux que cette foule attend. C'est une présence apparemment hautement improbable en ces lieux et en ces circonstances. C'est un personnage hors norme, qui a souffert dans sa chair et dans son âme la réalité de la Terreur, et que la Terreur n'a pas réussi à briser. C'est un Russe dans lequel les Vendéens se reconnaissent, parce qu'il actualise ce qui fut la raison d'être de leur soulèvement, il y a deux siècles. Il est ce qu'ils furent, une « conscience rebelle à la séduction de l'idéologie » : c'est ainsi que Philippe de Villiers, alors président du Conseil général de la Vendée, parle de celui qu'il a invité à présider la commémoration de 1793 et qui a immédiatement accepté l'invitation comme « un honneur ».

    DERNIER REGARD SUR L'EUROPE AVANT LE RETOUR D'EXIL

    Dans quel cadre se place cette étonnante venue en Vendée de l'auteur de L'Archipel du Goulag ?

    À l'automne 1993, avant de rentrer définitivement en Russie après vingt ans de bannissement et d'exil, Soljenitsyne entreprend une tournée d'adieu à l'Europe. Il veut « prendre congé » des pays qui l'ont accueilli ou soutenu. Il conçoit cet adieu, comme toute chose, en stratège. Il a choisi deux hauts-lieux inattendus, où il prononcera les deux seuls discours de sa tournée : Vaduz et Les Lucs-sur-Boulogne. Ils s'inscrivent dans une géopolitique singulière : Soljenitsyne vient y rendre hommage à deux actes de courage. Au Liechtenstein, en Europe centrale : cette petite principauté, contrai­rement aux grandes puissances anglo-saxonnes, a refusé de livrer à Staline les anticommunistes russes qui y avaient trouvé refuge. Et, sur la frange occidentale de l'Europe, en Vendée : ici s'est tenu le soulèvement héroïque d'une population contre la libération totalitaire qu'on voulait lui imposer, ici eut lieu la première terreur idéologique. « C'est au cours du dernier été que je passai dans le Vermont, écrit Soljenitsyne dans Esquisses d'exil, second tome de ses Mémoires, que j'écrivis les deux discours que je devais prononcer à l'Académie inter­nationale de philosophie de Vaduz et en Vendée, et que je me préparai soigneusement à cet ultime voyage. »

    Après une promenade d'adieu dans Zurich, son premier port après son expulsion d'URSS, c'est la France, Paris puis la Vendée. « Me trouver en France, comme toujours, m'a fait chaud au cœur. Dans les rues, quantité de Parisiens me reconnaissaient et me saluaient, s'arrêtaient pour me dire un mot de reconnaissance ; depuis vingt ans, j'étais accoutumé à me sentir en France comme dans une seconde patrie tout à fait inattendue. » Un déjeuner chez Balladur, alors Premier Ministre ; une visite de Chirac, alors maire de Paris ; un passage chez Pivot, alors le roi des émissions littéraires ; un adieu à ses traducteurs et éditeurs et en route pour la Vendée !

    Après la Vendée, ce sera l'Allemagne, et la rencontre avec le président Weizsäcker, qui se déroulera à Bonn. Une audience délicate avec Jean-Paul II, le pape polonais, clôturera cette visite d'adieu à l'Europe.

    Tel fut le contexte de la visite d'Alexandre Soljenitsyne en Vendée. Quel allait y être son itinéraire ? Quatre jours, quatre lieux - là encore, rien n'a été laissé au hasard.   ■  (A suivre, demain lundi)

    La nouvelle revue universelle, 1 rue de Courcelles, 75008 PARIS - 4 numéros par an.  S'abonner

  • Action française • Jean-Christophe Buisson sur TV Libertés : « Il faut lire Maurras ! »

     

    logo-tv-libertes.jpgC’est le livre indispensable de l’été : la publication chez Bouquins-Robert Laffont d’œuvres importantes mais souvent introuvables du plus grand intellectuel de la première moitié du XXe siècle : Charles Maurras. Dans une impeccable préface, Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Figaro-Magazine, évoque sans rien cacher ou éluder, la personnalité hors norme de Maurras qu’il faut lire malgré les interdits du ministre de la Culture du moment. 

     

     

    2293089609.14.jpgCet entretien de l'excellent Martial Bild avec Jean-Christophe Buisson mérite d'être écouté avec empathie.

    D'abord parce que Jean-Christophe Buisson est doué de toutes sortes de talents, dont celui du style. Il a par surcroît un souci naturel de l'objectivité et du respect des faits ; il a enfin une liberté d'esprit et de ton qui est très rare dans la presse française. Il parle donc ici très objectivement de Charles Maurras. Il signale qu’il y'a quelques 20 ans il fut secrétaire général des étudiants d'Action française. Il est aujourd’hui directeur-adjoint du Figaro magazine. Il lui arrive d'être critique envers Maurras. Critique comme l'est notre époque et sur les mêmes sujets. Sujets dont nous ne traiterions pas tout à fait comme lui - l'antisémitisme, la guerre, l'Occupation. Il parle aussi de Maurras avec le regret sans remède que pèse toujours sur lui l'opprobre de cette condamnation de 1945 qui n'était pour Maurras qu'un « verdict infâme » sur lequel retentit « le grand rire de l'Immortel ». Maurras qualifiait le procès qui lui fut intenté à Lyon de « fumisterie ». Et il le fut sans l'ombre images7RTCAV2M.jpgd'un doute. Mais Jean-Christophe Buisson voit bien combien cette condamnation, quoique inique, quoique moquée par un grand nombre de personnalités françaises d'après-guerre, a pu nuire et continue de nuire à sa mémoire, à son œuvre, à la diffusion de ses livres et de ses idées. A ses continuateurs. Mais même en termes critiques, Jean-Christophe Buisson évoque toujours Maurras avec, à tous les sens du mot, une forme de reconnaissance. De même que Pierre Boutang voulait que l'on pût parler de Maurras comme de n'importe quel autre de nos grands auteurs, Jean-Christophe Buisson veut que l'on édite Maurras, qu'on le lise et que, contrairement à l'habitude, on le juge sur pièces. 

    Il serait insuffisant, pour un média qui se veut maurrassien, de mettre en ligne un entretien de cette qualité sans le moindre commentaire. Sans avis. En catimini. Nous nous devons au contraire de donner notre avis. Nous nous devons de proposer, notamment sur les sujets controversés, nos propres réflexions. On les retrouvera en suivant le lien noté ci-dessous.*  

    Fond d'image XXX 2.jpg

    Nouvelle « affaire Maurras » : Pour en finir avec le temps où les Français ne s'aimaient pas ...

    TV Libertés - Entretien du 9 juillet 2018

  • Livres & Histoire • Le Roi ou l’incarnation du pouvoir

     

    Par Anne Bernet

     

    2660702885.2.png

    Depuis la mort de Louis XVI, la France, en dépit des apparences républicaines, n’aura cessé de rechercher un remplaçant à la figure royale. En vain. Deux études historiques, complémentaires, permettent, en dépit de leurs défauts, de comprendre pourquoi aucun homme prétendu providentiel n’est jamais parvenu à remplacer le Très Chrétien.

    Un pouvoir sacré indépendant

    Que cela plaise ou non, à la différence de la plupart des modèles monarchiques à travers le monde et le temps, la royauté française relève héréditairement du sacré ; le pacte de Reims n’est pas un accord opportuniste conclu en 496 entre l’Église des Gaules et Clovis, puis renouvelé avec les dynasties successives, mais une réalité spirituelle unissant le royaume de la terre à Celui du Ciel. Perdre cela de vue, c’est se condamner, sous prétexte de rationalisme ou de dénonciation d’une « pensée magique » que notre époque éclairée ne saurait admettre, à ne rien comprendre à notre passé et aux façons d’être et de penser de nos ancêtres. Voilà sans doute, aujourd’hui, le pire écueil auquel se heurtent des historiens plus ou moins étrangers à la foi catholique et qui ont tendance à en parler comme ils le feraient des croyances de l’Égypte pharaonique. S’ils refusent d’admettre ce particularisme français, et que la Fille aînée de l’Église puisse avoir une place à part dans les plans d’un Dieu auquel il est de mauvais ton de se référer, toute leur vision de la longue geste royale s’en trouve d’emblée faussée. Voilà sans doute pourquoi, chacun à leur manière, Stanis Perez, qui signe Le corps du Roi (Perrin) et Marie-Claude Canova-Green, auteur de Faire le Roi ; l’autre corps de Louis XIII (Fayard), malgré d’impressionnantes recherches, restent à la surface des choses et passent à côté de l’essentiel.

    Un premier mystère, dans une société strictement matérialiste comme la nôtre, est d’admettre que le Roi « sacré », ce qui veut tout dire, entre dans une autre dimension et que, tout en restant un homme à part entière, car il ne s’agit pas, à l’instar du Pharaon, voire même du Principat romain dans certaines de ses manifestations, de diviniser le souverain, il devient cependant un lien, un intermédiaire entre ici-bas et En-haut, dimension qui comprend une part hautement sacrificielle, celle-là même que Louis XVI assumera jusqu’à l’échafaud. Faute de le comprendre – tout comme, d’ailleurs, notre époque devient incapable de saisir ce que sont les grâces du baptême ou le sacrement de l’Ordre – l’historien se focalise sur des points de détail ou pose de mauvaises questions. Vouloir réduire les rois de France à une « incarnation du pouvoir », ce que les juristes royaux au demeurant, savaient bien, c’est s’arrêter à mi-chemin de la réalité et perdre de vue ce rôle de « Lieutenant de Dieu » qui était le leur. C’est l’idée même d’un pouvoir chrétien procédant du divin, non de la volonté populaire, ou prétendue telle, qui heurte. Dès lors, les deux universitaires se perdent dans l’étude de ce qui leur semble relever de bizarreries dépassées.

    Le corps du Roi

    Qui dit pouvoir incarné dit fatalement corps. Le Roi est homme, avec ses défauts, ses faiblesses, ses passions, ses maladies, et sa condition mortelle qui, cependant, n’altère pas l’immortalité du système monarchique, ou du royaume, ou de l’État, conception plus compréhensible à nos contemporains.

    Stanis Perez scrute cet homme qui reste ancré dans son humanité, ne revendique nulle essence « divine » ; il le suit, de Philippe Auguste à Louis-Philippe, dans son quotidien le plus prosaïque. Pour lui, mais là encore, ce n’est que partiellement exact car le postulat de base de la sacralité du pouvoir reste la même à travers les siècles, l’image du Roi, ou celle du corps du Roi, se serait construite puis déconstruite au fil des siècles, de sorte que saint Louis n’aurait pas appréhendé son rôle et sa personne comme pouvaient les appréhender Henri III ou Louis XIV. Cette image renvoyée au peuple, cette propagande auraient pareillement fluctuée. Reste que le Roi demeurait le Roi, tant à ses propres yeux qu’à celui de ses peuples et que porter sur cela un regard « moderne », fausse fatalement l’objet de l’étude …

    Ce qui est intéressant, néanmoins, dans ce livre, relève du sociologique et de l’anecdotique. Si le Roi est un homme, et nul ne le nie, il naît, il grandit, il se forme, il mange, il prend soin de son corps, de son apparence, de sa santé, il engendre, et il meurt. Comment ?

    L’autre paradoxe est de parvenir à en imposer à ses sujets ou à ses ennemis tout en assumant son humanité et sa mortalité. Le cas extrême est celui de Charles VI, rongé par sa maladie mentale jusqu’à en perdre sa dignité humaine, mais jamais sa dignité royale, au point que le peuple a aimé son pauvre roi fou bien plus qu’il ne l’eût aimé sain d’esprit, dans la certitude mystique que le souverain expiait dans sa chair les péchés de la France. L’on touche là, une fois encore, à la dimension christique du pouvoir royal que nos contemporains ne savent plus appréhender. Elle est pourtant infiniment plus importante que de savoir si Louis XI jugeait indigne de se baigner en public ou que le contenu de l’assiette royale.

    Dans l’imaginaire, et dans l’idéal, il faudrait que le Roi soit toujours jeune, beau, en pleine santé, doté de toutes les vertus du corps et de l’esprit. Cela peut parfois arriver, cela ne dure jamais. Comment, sauf à imiter ces peuplades qui sacrifiaient le roi vieillissant ou malade, continuer d’en imposer ?

    Le roi est une incarnation

    Louis XIII n’était pas séduisant, il souffrait d’un sérieux défaut d’élocution, son caractère était difficile et angoissé, sa santé mauvaise depuis l’adolescence. Dans ces conditions, alors qu’il n’avait pour lui que son droit d’aînesse, comment a-t-il incarné son rôle ?

    Spécialiste du « spectacle de cour » dans l’Europe moderne, Marie-Claude Canova-Green voit, et, jusqu’à un certain point, elle a raison, Louis XIII, – mais ce serait vrai de tous les rois, – comme un acteur presque continuellement sur scène, obligé de jouer un rôle qu’il n’a pas choisi mais qui lui colle à la peau et dont il n’a pas le droit de se dépouiller.

    L’on en arrive ainsi à une vision quasi schizophrénique du monarque, pris entre son personnage royal qu’il doit assumer, et sa personne privée dans l’impossibilité de s’exprimer puisque la sphère intime lui est presque interdite. Faut-il vraiment supposer la coexistence, peu apaisée, de Louis de Bourbon et de Louis XIII dans un même corps ? Ne vaut-il pas mieux admettre que le Roi était un, même si, au siècle suivant, Louis XV, et Louis XVI plus encore, rechercheront, ce qui s’avérera une faute, les moyens d’échapper à cette épuisante et constante représentation ?

    Reste une analyse étonnante, et dure, de ce que l’historienne considère comme une sorte de dressage ou de conditionnement d’un enfant qui, né mâle et premier de sa fratrie princière, est destiné au trône, quand même ses qualités propres ne l’appelleraient pas spécialement à l’occuper.

    Les études de « genre » étant l’une des grandes préoccupations actuelles, il est beaucoup question ici, trop peut-être, d’« apprentissage de la masculinité », notion qui aurait sans doute laissé pantois nos aïeux du XVIIe siècle. Louis XIII ne s’est sûrement jamais demandé s’il devait assumer sa condition masculine, parce qu’il a toujours su et admis qu’il était un homme, et pas une femme …

    C’est parce qu’il était homme, et prématurément roi après l’assassinat de son père, qu’il s’est donné, sans pitié pour lui-même, les moyens d’assumer son destin. En toute conscience.

    Louis XIII ne s’est jamais pris pour Jupiter, pas plus que son fils ne se prendrait pour Apollon. Seulement pour ce qu’il était : l’homme, avec tous ses défauts et ses péchés, que les lois de dévolution de la couronne, et la volonté de Dieu, avaient fait roi de France et qui devait s’en rendre digne.

    Ne pas admettre cela, c’est renoncer à rien comprendre à la monarchie française.   

    Histoire4.jpg

    Le corps du Roi, Stanis Perez, Editions Perrin, 475 p, 25 € 

    Histoire5.jpg

    Faire le Roi, L’autre corps de Louis XIII, Marie-Claude Canova-Green, Editions Fayard, 372 p, 23 € 

    Anne Bernet
  • Cinéma • Le cercle littéraire de Guernesey

     

    Par Guilhem de Tarlé 

    Le cercle littéraire de Guernesey, un film de Mike Newell avec Lily James (Juliet Ashton), Michiel Huisman (Dawsey) et Matthew Goode (Sidney Stark), d’après le roman Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Schaffer et Annie Barrows.

     

    GT Champagne !.JPG

    D’abord un très beau film avec des photos magnifiques, une jolie Juliet qui fait rêver d’être Roméo Dawsey, enfin une histoire d’amours et d’amour, et cette dernière, bien que téléphonée, garde toute sa fraicheur. 

    Peut-être ce long-métrage aurait-il pu s’intituler « la bague », qui tient presque le premier rôle dans cette histoire… •  

    PS : vous pouvez retrouver ce « commentaire » et plusieurs dizaines d’autres sur mon blog Je ciné mate.

  • Civilisation • D'accord avec Guillaume Roquette : Pour l'amour de l'entrecôte, ne laissons pas les végans imposer leur façon de vivre

     

    2293089609.14.jpgGuillaume Roquette a raison et le sujet n'est pas anodin. On verra pourquoi en lisant cet article*.  Il ne s'agit pas seulement de « nous contraindre d'adopter une nouvelle façon de manger » - ce qui est déjà très grave en soi car notre « façon de manger » est l'un des éléments de notre culture et de notre civilisation. Il s'agit de tous les détruire.  LFAR 

     

    DouxuH4m_400x400.jpgLe malheureux boucher dormait au-dessus de sa boutique, à Jouy-en-Josas. Quand l'alarme s'est déclenchée, dans la nuit de dimanche à lundi dernier, il était trop tard. Sa vitrine était en miettes et maculée d'un tag bombé à la hâte : « Stop spécisme ».

    Depuis quelques mois, des dizaines de boucheries-charcuteries et autres commerces de bouche sont victimes des mêmes dégradations, commises par des militants qui se revendiquent, selon leur degré d'extrémisme, végans, animaliste's ou antispécistes. En partant d'une idée estimable, le respect dû aux animaux, ces écologistes d'un nouveau genre ont élaboré une idéologie inquiétante en allant jusqu'à prétendre (c'est la définition de l'antispécisme) qu'un agneau de lait a la même valeur qu'un être humain.

    Avant d'aller plus loin, précisons que chacun a naturellement le droit d'être végétarien, même si la vie doit être bien triste quand elle s'interdit à tout jamais le bonheur d'un gigot de sept heures ou d'une truite aux amandes. De même, il est parfaitement légitime de souhaiter que la filière de l'élevage traite convenablement les bêtes promises à la consommation. Mais les forcenés de la cause animale ne se contentent pas de cette juste ambition, ils veulent interdire à quiconque non seulement de manger de la viande ou du poisson, mais aussi de chasser, voire de monter à cheval ou simplement de porter des chaussures en cuir ! Au nom du respect des droits de la bête. C'est un trait de notre époque : quiconque est animé d'une conviction se fait désormais un devoir de l'ériger en norme pour essayer de l'imposer à la société tout entière. Grâce à une force de frappe inédite, celle des réseaux sociaux, et le recours plus ou moins avoué à la violence, une minorité d'activistes végans entend donc dicter sa loi à tous les braves gens qui voudraient juste continuer à vivre comme ils l'entendent. Les bouchers (sauf ceux qui sont halal, curieusement épargnés malgré la brutalité des règles de l'abattage rituel), auxquels on pourrait ajouter les chasseurs, sont aujourd'hui leurs cibles prioritaires. Mais, si la force publique ne ramène pas ces agités à la raison, ils ne s'arrêteront pas en si bon chemin.

    D'autant que leur militantisme n'est pas la manifestation d'un mouvement isolé. A y regarder d'un peu près, l'antispécisme n'est qu'une des innombrables déclinaisons du politiquement correct contemporain. C'est en effet la même idéologie qui veut nous contraindre d'adopter une nouvelle façon de manger, de boire, d'écrire ou d'aimer. L'objectif est toujours le même : abolir nos modes de vie pour créer un nouveau monde, sans mémoire, sans traditions et sans culture. Bref, sans identité. Ce n'est évidemment pas très réjouissant mais, grâce au Ciel, rien ne nous force à baisser la tête pour nous soumettre à tous ces diktats. De même qu'il est permis de s'opposer sans complexe à l'écriture inclusive et à la théorie du genre, on a encore la liberté de se faire griller une belle entrecôte. Résister à l'oppression est parfois un plaisir. 

    * Figaro magazine, dernière livraison [vendredi 6 juillet]

  • Culture • 25 minutes avec Jacques Trémolet de Villers sur TV Libertés à propos de Cicéron et d'autres sujets ...

     

    Anne Brassié reçoit Maître Jacques Trémolet de Villers qui présente son livre « En terrasse avec Cicéron », terrasse se situant à Vivario, en Corse. Une remarquable conversation sur la mort et la vieillesse, le bonheur et la souffrance.

     

     

    En terrasse avec Cicéron. Jacques Trémolet de Villiers. Ed. Les Belles Lettres.

    TVLIBERTES  TVLibertés

    A Lire aussi sur Lafautearousseau ...

    Quand Cicéron s'installe à la terrasse du bar à Vivario

  • Livres & Histoire • Centurion fidèle

    En opération en Algérie [1958] 

     

    par Claude Wallaert

     

    2939591524.jpgNez en bec de toucan, cheveux bruns rebelles, œil perçant, grande gueule au cœur d’or, Jacques Massu aura été mêlé à notre tumultueuse histoire des années trente à la fin des années soixante du siècle dernier.

    Saint-Cyrien, officier de la Coloniale, il découvre très tôt l’Afrique, dont il subira toujours le charme, et qui sera le théâtre de ses premiers combats.

    Rallié parmi les tous premiers à la France Libre pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est un des lieutenants les plus appréciés de Leclerc, et participe sous ses ordres à l’épopée de la mythique 2e DB, jusqu’au cœur du IIIe Reich, à Berchtesgaden. Très vite après l’armistice, c’est le départ pour l’Indochine, dans le contexte difficile du désarmement japonais, et des premiers troubles fomentés par le Vietminh. Retour en Afrique, et spécialement en Algérie, où il conduit et remporte la si célèbre et si décriée « Bataille d’Alger », et tente de son mieux de faire face aux désordres, aux factions violentes, aux bouleversements précédant l’indépendance.

    De retour en métropole, et investi du commandement des Forces Françaises en Allemagne, il sera pour le général de Gaulle le grognard fidèle et réconfortant lors de l’épisode de Baden-Baden aux heures sombres de 1968. Puis viendra la retraite, studieuse et active jusqu’au bout.

    Pierre Pellissier nous livre là un ouvrage passionnant : d’abord par la stature de cet officier au parcours exceptionnel, à la personnalité très attachante, économe de la vie de ses hommes, possédant la vivacité et le coup d’œil du guerrier, dont la fidélité envers ses chefs n’obère ni le sens critique, ni la rude franchise ; ensuite par l’évocation fouillée et très vivante des évènements et surtout des hommes : officiers, administrateurs, hommes politiques, terroristes, et aussi les humbles auxquels Massu s’est toujours intéressé, de concert avec sa femme, favorisant en particulier au plus fort de la bataille d’Alger la création d’œuvres sociales au profit des femmes et des enfants musulmans.

    En refermant ce beau livre, on a le sentiment d’avoir approché l’Histoire à travers l’engagement sans faille d’un valeureux soldat, d’un chef de guerre, et aussi d’un homme de cœur. 

    41Al6DNCRTL._SX319_BO1,204,203,200_.jpg

    MassuPierre Pellissier, Perrin 443 p., 24 €
  • Cinéma • Et mon cœur transparent

     

    Par Guilhem de Tarlé 

    Et mon cœur transparent, un film de David et Raphaël Vital-Durand, avec Julien Boisselier (Lancelot, alias Paul), Caterina Murino (Irina) et Sara Giraudeau (Marie Marie), adapté du roman éponyme de Véronique Ovaldé.

     

    GT Champagne !.JPG

    « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime  (…)
    Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
    Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème »

                                                           Paul Verlaine 

    Cette fois-ci c'est Sara Giraudeau qui nous a attirés avec son minois mignon et sa voix  douce. Elle m'a effectivement envoûté dans la série du Bureau des Légendes. Sa participation dans ce mauvais thriller est malheureusement trop brève.

    Rien ne dynamise ou dynamite ce film même si on explose de joie avec le laboratoire. Il faut dire que depuis le levothyrox les ennemis de nos ennemis sont nos amis, et l'échec de la Manif pour tous nous a mis du côté des partisans de la manière forte.

    Contre les labos, néanmoins, rien ne vaut l'excellente fille de Brest. •  

    PS : vous pouvez retrouver ce « commentaire » et plusieurs dizaines d’autres sur mon blog Je ciné mate.

  • Simone Veil au Panthéon : de quoi la Patrie doit-elle lui être reconnaissante ?

     

    En deux mots nm.jpgL'entrée de Simone Veil au Panthéon -  puisque c'est ainsi qu'il faut dire depuis celle de Jean Moulin marquée pour toujours par le discours de Malraux - nous est apparue chargée des particularités que nous allons tenter de signaler. 

    Il nous semble tout d'abord que c'est la première entrée au Panthéon qui se fasse aussi clairement - le discours du président de la République y a fortement aidé - sous le signe d'un communautarisme aussi évidemment ethnoreligieux. Ce n'est pas que ce soit indigne. Nous ne le disons pas. C'est qu'à notre connaissance c'est une première. Moulin aussi est icone d'une communauté : celle des ombres, celle des  suppliciés, celle du patriotisme et de la Résistance. Mais cette dernière communauté est composite. Les  croyances  et les origines y sont mêlées, subordonnées. Elles s'effacent devant le seul souci de la Patrie. L'entrée de Simone Veil au Panthéon - ainsi que de son époux - a été de fait étroitement liée au communautarisme du monde juif. Il est respectable, admirable même si on l'évalue à l'aune de la fidélité à son être particulier comme de son aptitude depuis des temps immémoriaux à en conserver justement la mémoire. Mais aucune des grandes ombres qui peuplent le Panthéon n'y repose à un titre analogue. Voilà qui nous semble signifier l'état de fracturation de la société française et la subordination croissante de la Nation et de l'attachement que nous lui portons, à ses composantes particulières. 

    La deuxième singularité de cette panthéonisation c'est que, même en cherchant bien, l'on peine à discerner quel est le vrai grand service que Simone Veil aurait rendu à la Patrie. Et dont la Patrie devrait lui être reconnaissante.  

    Peut-on ranger dans cette catégorie la loi légalisant l'IVG ? Même si l'on écarte de la réponse à apporter à cette question toute considération morale et religieuse, l'on ne pourra négliger l'incidence négative de cette légalisation sur la natalité française. A commencer par celle des Français de souche, ceux que Finkielkraut appelle drôlement les Souchiens, aujourd'hui en voie de marginalisation. Désormais le relatif dynamisme de la natalité française se maintiendra grâce aux mœurs natalistes ataviques des populations immigrées. 

    Est-ce à la condition féminine que Simone Veil aurait rendu le grand service justificateur de son entrée au Panthéon ? Dans ce cas, ce supposé service n'aurait pas été rendu à la Patrie mais à une partie d'elle-même. Fût-elle une moitié.  

    Nous ne disons pas que rien n'était à reprendre de la situation des femmes dans notre pays, où pourtant elles furent toujours admirablement  honorées, mais lorsqu'on observe les excès et même les dégâts auxquels le féminisme d'aujourd'hui donne lieu, la vulgarité avec laquelle il s'exprime, ses conséquences, enfin, sur la cohésion, l'ordre, et le moral, de notre société, il y a toutes sortes de raisons de douter que la part prise par Simone Veil dans le mouvement féministe français d'après-guerre ait constitué un quelconque service rendu à la Patrie. Simone Veil comme le voulait la doxa a surtout parlé de « droits » plutôt que de devoirs. Elle n'a fait que suivre, accompagner, apporter sa pierre au mouvement d'ensemble de notre délitement. 

    Reste son engagement européen auquel Macron, dans son intervention, nous a semblé se raccrocher d'un mouvement quasi pathétique, comme un naufragé à  une inutile bouée de sauvetage. L'Europe en laquelle Simone Veil a cru se trouve être en perdition. Si une autre Europe arrive à se reconstruire,  elle devra tourner le dos aux principes faillis qui furent ceux qu'elle a connus en un temps qui nous apparaît déjà bien lointain.  

    Il y a de tout au Panthéon. Notamment quelques furieux antisémites infiniment célèbres et universellement honorés, auxquels nul ne songe à faire de reproches. Ce sont les hommes dits des Lumières en qui, pourtant, l'antisémitisme moderne de droite et de gauche prend sa source. Simone et Antoine Veil devront les côtoyer, sans-doute pour quelques siècles.  

    Ce que nous venons de dire c'est que nous ne croyons pas que Simone Veil ait rendu à la Patrie quelque signalé service que ce soit. Nous ne nions pas qu'elle ait affronté le malheur avec courage et dignité. Ce n'est pas rien. Elle a montré sa vie durant, y compris en politique, le visage de ces qualités conservées. Puisqu'on a décidé de la faire entrer au Panthéon, qu'elle y repose en paix. Mais, quant au fond, rien ne nous interdit la lucidité.   ■ 

    Retrouvez l'ensemble de ces chroniques - celle-ci est la 90ème - en cliquant sur le lien suivant ... 

    En deux mots, réflexion sur l'actualité

  • Les Idées à l’Endroit • Où Alain de Benoist conduit un remarquable débat sur Charles Maurras

     

    Maurras sous l’œil des experts

     

    2293089609.14.jpgTV Libertés - dont nous recommandons l'écoute en raison de l'excellence de ses émissions - a mis ce débat en ligne le 14 juin. Il nous a paru en tous points d'un intérêt exceptionnel. Nous n'en ferons pas le commentaire : la discussion est toujours ouverte sur Lafautearousseau. Nous préférons laisser aux lecteurs le soin d'écouter, d'apprécier. Ce débat d'une soixantaine de minutes ne dit pas tout. Mais on y retrouve le vrai Maurras dans toute son ampleur, son importance, et parfois sa complexité. Ne nous contentons pas à son propos de quelques clichés, ne restons pas superficiels. Ce débat est à l'inverse de ces travers.  LFAR

    logo-tv-libertes.jpgPrésentation de TV Libertés

    Alain de Benoist reçoit Olivier Dard, Frédéric Rouvillois, Gérard Leclerc et Aristide Leucate pour évoquer la vie de celui qui fut journaliste, écrivain, polémiste, poète, chef d’une école de pensée, théoricien politique et dirigeant d’un mouvement politique : Charles Maurras. Ils débattent de son parcours, de son influence et de son actualité alors qu’il a été retiré du livre des commémorations par le ministère de la Culture après les protestations d’associations antiracistes. 

    TV Libertés

  • Retrouvez ce reportage nîmois inédit de Péroncel-Hugoz entre culture et actualité !

    3679871411.3.jpgCe reportage est en cinq parties. Il suffit de suivre les liens ci-dessous.

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [1] 

    Des Africains jeunes et moins jeunes

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [2]

    Auguste et Antonin

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [3]

    De Napoléon III à Vichy 

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [4]

    Un duo à la mode bobo 

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [5]

    Des Africains jeunes et moins jeunes 

    Bonne lecture d'été ...

  • Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [5]

    Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes

     

    Par Péroncel-Hugoz

     

    IMG - Copie.jpg

    Dimanche 10 juin 2018

    150 km d’autoroute tôt le matin, le jour du Seigneur, de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume à Nîmes, ce n’est rien ; notre époque a parfois des avantages. 

     

    Des Africains jeunes et moins jeunes 

    Ce n’est pas tout, car en errant dans Nîmes, ce dimanche, outre quelques bruyantes familles gitanes, pardon roms, on croise des groupes de jeunes Africains  l’air désœuvré, occupés seulement sur les bancs publics, à tripoter leur portable ou leur tablette dernier cri  -  mais vivant la plupart aux crochets de la France car décrétés « mineurs isolés »… On voit de grands dadais paraissant 25 ans bien sonnés se donner pour des ados de 15 ans. Les « assoces » s’opposent farouchement, à Nîmes et ailleurs, à ce que les praticiens examinent ces migrants à statut privilégié, afin d’évaluer leur âge véritable….

    Il y a en France,  pays représentant à peine 1 % de la population mondiale, 52 « aides sociales », distribuées par milliards à longueur d’année aux migrants économiques, officiels ou clandestins. Les aides françaises à la « misère du monde » ont représenté en 2017 15% de toutes les aides sociales données à travers la planète. Ce n’est pas demain que nos impôts baisseront …  

    sarcophage-720x420.v1521195557.pngIl est vrai qu’en parcourant le musée de la Romanité on oublie un peu, face aux grandeurs de notre passé, ces chiffres sociaux, à la fois terribles et sordides ; la France n’a plus les moyens de ces largesses à tout vent mais elle ne sait pas comment s’y prendre pour commencer à réduire le train de vie social de l’État.

    Peyrefitte-Alain-C-etait-De-Gaulle-Tome-1-Livre-275798646_L.jpgEt puisque notre Romanité est, par les temps actuels, un sujet à la fois de consolation et de fierté, pour accentuer ce dernier trait, si je rencontrais Jean-Paul Fournier, huguenot du terroir, fils d’un gendarme (comme le maréchal Juin) et, depuis 2003, maire chiraquien, juppeïste, puis sarkoziste, de Nîmes, toujours « guerrier anti-Front national » , je lui demanderais simplement de graver sur le grand mur d’entrée du Musée, cette phrase de De Gaulle, figure dont M. Fournier se réclame parfois : «  Nous sommes avant tout un peuple européen de race blanche, de CULTURE GRECQUE ET LATINE et de religion chrétienne* »   ■  FIN

    *Alain Peyrefitte, de l’Académie française, C’était de Gaulle (Tome 1. P. 52)  

    Le Musée de la Romanité à Nîmes est ouvert tous les jours de 10 h à 19 h en juin, de 10 h à 20 h en juillet-août. Ensuite, tapez ou cliquez museedelaromanite.fr                                                                                          

    Retrouvez les quatre articles précédents :

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [1]

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [2]

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [3]

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [4]

    Texte_captif_forme_1-02.jpg

  • Livres • Zemmour en vérité

     

    Par Hilaire de Crémiers

     

    1841978860.5.jpg

    Eric Zemmour a la simplicité du courage vrai, avec en plus ce courage moral qui est devenu aujourd’hui une vertu si rare.

    Son talent, c’est l’écriture et la parole, une parole qui n’est chez lui qu’une autre forme d’écriture. Tout ce qu’il dit, même à l’emporte-pièce, a déjà été pensé, travaillé dans son esprit et c’est pourquoi il est toujours pertinent. Il l’est même de plus en plus ; c’est le fruit d’une expérience soutenue avec constance, d’une activité intellectuelle continue, d’un souci permanent de l’exactitude et de la justesse, tant dans la connaissance et le jugement que dans l’expression pour la meilleure des compréhensions. Lire ou entendre un billet de Zemmour est un régal pour un Français cultivé, honnête et de bonne foi. Inutile de qualifier ce qui caractérise ses ennemis, ceux qui ne peuvent supporter sa personne ni ses propos.

    Il déplaît comme il plaît et pour les mêmes raisons.

    Alors, pourquoi plaît-il ? Cette question suffit et la réponse vaudra de même pour l’interrogation contraire. Pour le savoir il suffit de lire le remarquable essai que Danièle Masson lui consacre. C’est plus et mieux qu’une biographie, avec ces mêmes qualités d’intelligence, de clarté, de style juste et direct pour analyser ce qu’il convient d’appeler « le cas Zemmour ». En chapitres rapides, précis, elle traite de son sujet qui l’a, par sa singularité, « interpellée » pour reprendre le mot du jargon actuel, en fait étonnée, intéressée, à la vérité captivée. La vie et l’œuvre de Zemmour passent sous son regard attentif, aigu et bienveillant, aussi admiratif qu’amusé. Danièle Masson est philosophe sans le dire ; elle a côtoyé Gustave Thibon et Maurice Clavel ; nul mieux qu’elle ne connaît Simone Weil et, élève de Jacqueline de Romilly et de Pierre Grimal, rien de la pensée antique ne lui échappe – « rien de ce qui est humain ne lui est étranger » – , pas plus que de la pensée moderne qu’elle a analysée et critiquée. C’est toute notre tradition helléno-latine et française qui, en quelque sorte, à travers elle, regarde Zemmour, et qui se réjouit finalement du seul fait qu’il existe et tel qu’il est. Il fallait rien moins qu’un fils de famille juive d’Algérie, né à Montreuil, grandi dans le peuple et avec le peuple, au milieu des Français de souche et des Maghrébins, qui sait donc tout de la société en vérité et qui n’a cessé d’approfondir comme naturellement, mais en une longue persévérance, son amour de la France, de l’histoire, de la littérature, de la vie de son pays.

    C’est ce qui fait toute la force de son jugement qui n’en devient que plus redoutable. Il dit tout haut ce que la France, la vraie France, pense tout bas. Et toute la bande des bourgeois qui prétendent mener la France, gouverner les Français, penser pour eux, tous élevés dans les bonnes écoles, tous profiteurs de la société, tous renégats de leur religion, de leur histoire, de leurs familles, de leur patrie, ne peuvent pas le supporter, évidemment. Il leur dit la vérité, leur vérité. Il les a dépeints tels qu’ils sont : répugnants et ridicules. Tous amis de la trahison, au cours des quarante dernières années de décadence où ils se sont servis !

    Et, cependant, Zemmour n’est pas un bloc figé de pensées et d’attitudes : son œuvre et sa vie en témoignent. Il aime Napoléon qui a pu incarner – mais trop à sa manière – une force et une gloire françaises ; et de Gaulle pareillement ; mais, il aime de plus en plus, à l’école de Bainville, les quarante rois qui, en mille ans, ont fait la France. Danièle Masson, dans les derniers chapitres de son essai, note sa réflexion religieuse. Éric Zemmour est si français qu’il attache la plus extrême importance à la conservation du catholicisme traditionnel qui est l’âme de la France. Il se désespère de voir l’islam conquérir peu à peu et inexorablement notre pauvre pays avec la complicité active de dirigeants politiques et religieux d’une lâcheté et d’une imbécillité inqualifiables. Il est triste pour la France. Il voit, il dit, il prédit : il y a du prophète chez Zemmour.      

    livre13.jpg

    Éric Zemmour, Itinéraire d’un insoumis, Danièle Masson, Essai, Pierre Guillaume de Roux, 258 p, 23 €

    Hilaire de Crémiers

  • Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [4]

    « Gladiateurs héros du Colisée »

     

    Par Péroncel-Hugoz

     

    IMG - Copie.jpg

    Dimanche 10 juin 2018

    150 km d’autoroute tôt le matin, le jour du Seigneur, de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume à Nîmes, ce n’est rien ; notre époque a parfois des avantages.

     

    Les gladiateurs en gloire

    Donc, entrons dans le musée proprement dit :    beaucoup d’escaliers, de planchers et parois en verre, de lumières électriques mais on oublie vite tout cela devant la romanite-big-1000x1000.v1521195488.jpgsplendeur, la rareté, la variété des pièces exposées : mosaïques, marbres, statues, bijoux, armes, tout y est. Et les armes, sujet pourtant peu « correct » chez nous, par les temps qui courent, bénéficient même jusqu’au 24 septembre d’une foisonnante expo temporaire sur « les gladiateurs au Colisée ». Bravo !

    Parmi les raretés des collections permanentes, relevons une tête de l’empereur Tibère, contemporain de Jésus Christ ; et surtout deux têtes de ces princesses syriennes, dites les « Julia » qui furent très influentes sous les Sévères, autre dynastie romaine glorieuse, après les Antonins. Ces femmes d’Orient, mère ou femme d’empereurs, jouèrent donc un rôle de premier plan à l’époque sévérienne. On peut s’étonner que nos féministes , toujours à l’affut de figures  « émancipées » ’dans les siècles écoulés, ne se soient pas emparées des cinq ou six Julia qui gouvernèrent l’Empire romain en concertation non conflictuelle avec les césars. Il est vrai que ces Syriennes étaient monarchistes dans l’âme ce qui a dû heurter nos actives féministes, féminardes et autres fémens…

    En sortant du temple moderne de la Romanité, grand tour de ville, de la Maison Carrée à la Fontaine au Crocodile, des jardins XVIIIe de la Fontaine à la caserne Montcalm (1695) où Jean Bousquet, alors député- maire, fit placer en 1993 une plaque célébrant la brillante intervention de la Division française Daguet deux ans auparavant en Irak.

    Les mahométanes en voile sont apparemment moins nombreuses à Nîmes qu’en Arles, sauf aux feux rouges où d’ailleurs ce ne sont pas des Nord-Africaines mais des Syriennes qui réclament l’aumône au lieu de rentrer dans leur pays où plus de 80% du territoire a été libéré et pacifié  sous l’étendard du tenace dictateur christianophile  Bachar El Assad, appuyé sur ses solides alliés russes et persans.    

    Massillargues-attuech-Jardins-de-la-fontaine-a-nimes.jpg

    Nîmes, les jardins XVIIIe de la Fontaine

     

    A suivre demain, lundi …

    Lire les articles précédents :

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [1]

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [2]

    Nîmes - La romanité aux prises avec « la diversité » [3]

    Texte_captif_forme_1-02.jpg