Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture & Civilisation - Page 2

  • Histoire • Hitler vu par sa secrétaire

     

    par Anne Bernet

     

    938307326.pngL’ignorance, l’égoïsme et la sottise constituent-ils des excuses absolutoires ? Telle est la question que se posa jusqu’à sa mort Traudl Junge, qui fut, de 1941 à mai 1945, l’une des secrétaires personnelles de Hitler.

    Longtemps, ses proches, et même les organismes de dénazification, lui soutinrent que sa jeunesse, -elle avait vingt-deux ans quand elle avait été embauchée par le Führer.- l’absolvait et qu’il était vain de se reprocher le passé. Elle-même, pour tardive qu’eut été sa prise de conscience, n’en était pas très sûre et c’est ce doute qui la poussa, peu avant sa mort, en 2002, à accepter de publier ses Mémoires.

    Sous le titre accrocheur Dans la tanière du loup, du nom donné au grand quartier général de Hitler en Prusse Orientale, Mme Junge livra des carnets rédigés en 1947, à chaud, rédigés à la hâte dans la crainte d’oublier des détails importants. Tel quel, par son manque de recul dont elle se scandalisait en les relisant, ce texte constitue un document brut précieux à l’historien, et il a largement inspiré le film La Chute qui provoqua dans l’opinion une véritable commotion. La raison en est évidente.

    Mme Junge parle avec une sorte de tendresse nostalgique de son patron, un monsieur vieillissant, en mauvaise santé, très gentil, très attentionné, qu’elle admirait et aimait beaucoup. L’ennui étant qu’il s’agissait d’Adolf Hitler … Se pose alors une question dérangeante : peut-on vivre quatre ans aux côtés du Mal incarné sans s’en rendre compte, ou faut-il supposer que Hitler était un homme comme les autres ? Mais a-t-on le droit de lui restituer cette part d’humanité ?

    N’est-ce pas remettre en cause tout ce que Rousseau a dit de la bonté intrinsèque de notre espèce, voire admettre qu’il existe en tout humain une part noire qui serait la marque du péché originel ? La très naïve Mme Junge aurait été bien surprise de savoir que son modeste témoignage conduisait à de telles interrogations métaphysiques … 

    Dans-la-tanière-dHitler.jpg

    Traudl Junge , Dans la tanière du loup - Tallandier Texto ; 310 p ; 10,50 €

    Politique magazine -  Consulter ... S'abonner ...

  • Histoire & Actualité • Joseph de Maistre et le rôle de la femme ... après la journée qui vient de la célébrer

    Élisabeth Vigée Le Brun, autoportrait

     

    par Marc Froidefont

     

    En cette « journée de la femme » du 8 mars, relire Joseph de Maistre nous éclaire. « Le moyen le plus efficace de perfectionner l’homme, c’est d’ennoblir et d’exalter la femme » écrivait l’auteur des Soirées de Saint-Pétersbourg.

    L’éducation des enfants est une conséquence essentielle de l’union de l’homme et de la femme. Chacun des deux parents a néanmoins une attitude envers les enfants qui lui est propre : le père incarne la rigueur et la sévérité, tandis que la mère est plus tendre et affective. Dans l’antiquité romaine, Sénèque, avec son style prompt aux contrastes, a fort bien décrit cette double attitude : « Ne vois-tu pas combien la bonté des pères est différente de celle des mères ? ».

    Homme-femme mode d’emploi

    Les pères font lever leurs enfants de bonne heure, pour qu’ils se mettent au travail ; ils n’admettent pas qu’ils restent oisifs même les jours de fête ; ils font couler leur sueur et parfois leurs larmes. Mais les mères veulent les réchauffer dans leur sein, les tenir dans leur ombre, ne jamais les laisser pleurer, s’attrister, ou faire un effort » . Joseph de Maistre, au début du XIXe siècle, insiste lui aussi sur les fonctions respectives de l’homme et de la femme dans l’éducation des enfants, tout en soulignant l’importance capitale du rôle de la mère.

    Ce n’est pas que la place de la mère n’ait pas déjà été décrite avant lui, beaucoup s’en faut, il suffit, par exemple, outre Sénèque, de se souvenir des écrits de Fénelon à ce sujet. Selon l’évêque de Cambrai, la femme « est chargée de l’éducation de ses enfants » et doit veiller au bon ordre de la maison, ce qui implique un certain nombre de compétences et de qualités.

    Fénelon, tout en rappelant que l’épouse doit « être pleinement instruite de la religion » , ne fait, somme toute, que continuer la tradition occidentale, puisque dans les Économiques, Aristote écrivait déjà que « l’honnête femme doit être maîtresse des affaires intérieures de sa maison » .

    3080870472.jpgJoseph de Maistre fait l’éloge de la femme en magnifiant le rôle de cette dernière en tant qu’épouse et mère. En 1808, dans une lettre à sa plus jeune fille, Constance, laquelle n’est alors âgée que d’une quinzaine d’années, Joseph de Maistre fait la comparaison entre les mérites des hommes et des femmes. Les premiers ont réalisé de grandes choses, tant en littérature que dans les sciences, alors que les secondes n’ont fait aucun chef-d’œuvre dans aucun genre.

    Mais si nombreuses et éclatantes que puissent être les productions des hommes, les femmes « font quelque chose de plus grand que tout cela : c’est sur leurs genoux que se forme ce qu’il y a de plus excellent dans le monde : un honnête homme, et une honnête femme » . Maistre ajoute : « Si une demoiselle s’est laissé bien élever, si elle est docile, modeste et pieuse, elle élève des enfants qui lui ressemblent, et c’est le plus grand chef-d’œuvre du monde ».

    Maistre n’a donc flatté les hommes que pour les abaisser en comparaison de ce que font les femmes, car qu’est-ce que la production intellectuelle ou scientifique si elle n’est pas accompagnée de la morale, et qui donc peut mieux inculquer la morale à un enfant sinon sa propre mère ? On peut ici comparer Maistre à Sénèque quand le philosophe romain explique que la sagesse est une chose beaucoup plus importante que les arts libéraux et les sciences , mais plus encore qu’à Sénèque, c’est à saint Augustin que Maistre se réfère.

    Supériorité à l’homme

    L’auteur des Confessions ne dit-il pas que c’est grâce à sa mère que, tout jeune, il connut le nom de Jésus Christ ? Dans Les Soirées de Saint-Pétersbourg, Maistre met fortement en avant le rôle éducatif de la mère, tant en morale qu’en religion : « […] ce qu’on appelle l’homme, c’est-à-dire l’homme moral, est peut-être formé à dix ans ; et s’il ne l’a pas été sur les genoux de sa mère, ce sera toujours un grand malheur. Rien ne peut remplacer cette éducation. Si la mère surtout s’est fait un devoir d’imprimer profondément sur le front de son fils le caractère divin, on peut être à peu près sûr que la main du vice ne l’effacera jamais. Le jeune homme pourra s’écarter sans doute ; mais il décrira, si vous voulez me permettre cette expression, une courbe rentrante qui le ramènera au point dont il était parti » .

    La femme a donc un rôle éminent dans l’éducation des enfants, notamment dans l’éveil de leur sensibilité religieuse. Serait-ce à dire que la femme ne puisse faire ce que font les hommes, à savoir se lancer dans n’importe quelle activité, littéraire, scientifique, voire politique ? Il s’en faut de beaucoup que la femme ne puisse pas faire ce que font les hommes.

    Maistre a une vive admiration pour les écrits de Mme de Sévigné, il admire l’esprit de Mme de Staël, dont il réprouve pourtant les idées politiques. Maistre reconnaît qu’une femme peut gouverner un pays, comme le prouve l’exemple de la Russie . Selon Maistre, cependant, l’homme et la femme sont différents. « Chaque être doit se tenir à sa place, et ne pas affecter d’autres perfections que celles qui lui appartiennent » .

    Il suit de là que « les femmes ne sont nullement condamnées à la médiocrité, elles peuvent même prétendre au sublime, mais au sublime féminin » . Il est vain de vouloir comparer les hommes et les femmes, chacun a sa vocation propre et peut y exceller. Maistre condense son propos par une image : « en un mot, la femme ne peut être supérieure que comme femme, mais dès qu’elle veut émuler l’homme, ce n’est qu’un singe » .

    Si Maistre met tant en avant la différence entre l’homme et la femme, c’est pour une raison à la fois anthropologique et religieuse. Anthropologique car la femme suscite le désir, et religieuse car l’anthropologie est elle-même à comprendre en raison du péché originel. Que la féminité soit liée à l’idée de désir, et que le désir soit à son tour souvent attaché aux idées de séduction, de désordre ou de vice, c’est là un fait que Maistre trouve attesté dans toutes les cultures. Certes Aristote a écrit que la femme peut avoir un rôle important dans la maison, mais le plus souvent, il y a une défiance, voire une hostilité, envers le sexe féminin.

    « Exalter la femme »

    Dans l’Éclaircissement sur les sacrifices, Maistre rappelle les jugements défavorables de Platon et d’Hippocrate envers les femmes, il souligne aussi que « de nos jours encore, elles sont esclaves sous l’Alcoran » . Un discrédit pèse de tout temps sur la femme. La religion chrétienne elle-même reconnaît dans la Genèse que la femme a été créée après l’homme, et comme l’écrit saint Paul, que la femme « est tombée dans la désobéissance » .

    Contrairement aux autres religions, le christianisme cependant élève la femme, et cette élévation se fait par la maternité et l’éducation des enfants. Saint Paul, lui-même, juste après avoir évoqué la désobéissance d’Ève, ajoute que la femme « se sauvera néanmoins par les enfants qu’elle aura mis au monde, s’ils persévèrent dans la foi, dans la charité, dans la sainteté, et dans une vie bien réglée » .

    Grâce au christianisme, la femme acquiert une considération qu’elle n’avait pas avant lui, et qu’elle n’a pas hors de lui. Il en résulte, selon Maistre, que « la femme est plus que l’homme redevable au christianisme. C’est de lui qu’elle tient toute sa dignité » .

    Cette dignité c’est précisément la reconnaissance de son excellence, puisque sans elle, sans la tendresse, sans l’affection qu’elle porte à son époux et à ses enfants, nulle famille ne pourrait être, et sans famille nul ne peut être vraiment lui-même. Il suit de là, dit magnifiquement Maistre, que « le moyen le plus efficace de perfectionner l’homme, c’est d’ennoblir et d’exalter la femme » . 

    Politique magazine -  Consulter ... S'abonner ...

  • Le conseiller de Trump, Steve Bannon, lecteur du roman apocalyptique Le camp des saints

     

    Par Eugénie Bastié

     

    2944728943.jpgUn décryptage qui met en lumière le rayonnement du Camp des Saints de Jean Raspail jusque dans les plus hautes sphères gouvernementales de ce qui est - pour l'instant - la première puissance du monde [Le Figaro, 9.03]. Ce roman était surtout comme une vision - une pré vision - de ce qui allait advenir en Europe - l'invasion migratoire -, sous une forme en partie différente, mais conduisant à des résultats très comparables et tout aussi tragiques. On peut vouloir en limiter l'audience aux milieux qu'il est convenu, dans l'ère vacillante de la doxa et du politiquement correct, de nommer l'extrême droite. Cet article démontre le contraire même s'il sacrifie au vocabulaire à la mode. On s'apercevra plus tard que la dite extrême droite recouvrait surtout et même très au delà une large frange de Français, sans-doute majoritaires, attachés à la Tradition et à leur identité. Tel était bien le cas lorsque, dans les années où parut Le Camp des Saints, Jean Raspail s'adressait aux royalistes français, au rassemblement des Baux de Provence [Illustration ci-dessus, à gauche].  Lafautearousseau              

     

    picture-2563491-61xply87.jpgC'est le Huffington Post qui a mis en exergue cette information: Steve Bannon, le conseiller de l'ombre de Trump, devenu l'homme fort de la Maison-Blanche, cite régulièrement Le Camp des Saints, un roman de l'écrivain français Jean Raspail. «L'Europe centrale et de l'Est a quasiment subi une invasion du type Camp des Saints» dit-il par exemple en octobre 2015, en pleine crise migratoire, sur son site Breitbart News . Puis, en janvier 2016, «le problème de l'Europe, c'est l'immigration. C'est aujourd'hui un problème mondial, un ‘Camp des Saints' généralisé». Ou encore, en avril: «Quand on a commencé à en parler il y a environ un an, on a appelé ça ‘Le Camp des Saints'. Nous sommes en plein dedans, vous ne trouvez pas?»

    Connu pour ses positions nationalistes tranchées, et réputé être l'architecte du décret anti-immigration de Donald Trump, Steve Bannon est souvent décrit comme le «Raspoutine» du président américain, le nourrissant idéologiquement grâce à ses lectures variées. Un conseiller le décrivait sur le site Politico comme «la personne la plus cultivée de Washington».

    Une dystopie sur l'invasion migratoire

    La citation de Raspail n'a rien d'anodine. Son roman est devenu culte dans les milieux d'extrême droite identitaire et autres tenants du «Grand remplacement» depuis sa sortie en 1973. Marine Le Pen elle-même recommande sa lecture. «Aujourd'hui, c'est une submersion migratoire. J'invite les Français à lire ou relire Le Camp des Saints.» , disait-elle sur RMC en septembre 2015.

    Le roman raconte l'invasion de la France par une multitude de migrants venus d'Inde, fuyant la misère. Ils sont un million à débarquer sur les côtes du sud de la France, à bord d'une armada de fortune. Jean Raspail résume ainsi les enjeux de l'intrigue: «Ils sont l'Autre, c'est-à-dire multitude, l'avant-garde de la multitude. Et maintenant qu'ils sont là, va-t-on les recevoir chez nous, en France, «terre d'asile et d'accueil», au risque d'encourager le départ d'autres flottes de malheureux qui, là-bas, se préparent? C'est l'Occident, en son entier, qui se découvre menacé. Alors que faire? Les renvoyer chez eux, mais comment? Les enfermer dans des camps, derrière des barbelés? Pas très joli, et ensuite? User de la force contre la faiblesse? Envoyer contre eux nos marins, nos soldats? Tirer? Tirer dans le tas? Qui obéirait à de tels ordres? À tous les niveaux, conscience universelle, gouvernements, équilibre des civilisations, et surtout chacun en soi-même, on se pose ces questions, mais trop tard...» À la fin du roman, le pays est envahi, et il ne reste qu'une poignée d'irréductibles dans le sud qui tirent sur tout ce qui bouge. Le gouvernement prend finalement la décision de supprimer la loi du 9 juin 1973 qui interdit la discrimination. En arrière-plan de cette fresque cauchemardesque, des élites politiques médiatiques et religieuses qui, elles, plaident pour l'accueil des migrants. On trouve même un pape latino-américain progressiste… Il n'en faut pas plus pour que certains voient dans ce brûlot une dimension prophétique, comme le journaliste André Bercoff qui écrivait en septembre 2015 dans Le Figaro que «Le Camp des Saints [était] devenu chronique d'actualité».

    «Parabole» prophétique ou «morceau de névrose raciale»?

    Les médias américains parlent d'un «obscur roman», «étonnamment raciste». Pourtant, Le Camp des Saints a eu son petit succès, et Jean Raspail est un écrivain reconnu, qui a gagné le Grand prix du roman de l'Académie française en 1981 pour son roman Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie. À sa sortie en 1973, Le Camp des Saints reçut un accueil mitigé dans la presse et les ventes furent moyennes: environ 15.000 exemplaires. Mais deux ans plus tard, il est publié aux États-Unis par la prestigieuse maison d'éditions Scribner. Le magazine Kirkus Reviews le compare alors à Mein Kampf. Mais, selon Jean Raspail, le président américain Ronald Reagan et le théoricien du choc des civilisations Samuel Huntington l'ont lu et apprécié. Jeffrey Hart, professeur à Priceton, écrit dans National Review : «Raspail n'écrit pas à propos de race, mais de civilisation».

    Sa réédition en 2011 par Robert Laffont avait fait polémique. Le roman avait été qualifié d' «odieusement raciste» par Daniel Schneiderman dans Libération, et d' «authentique morceau de névrose raciale» par Aude Lancelin dans le Nouvel Obs. «Aujourd'hui, Le Camp des Saints pourrait être poursuivi en justice pour 87 motifs», convenait alors Jean Raspail dans une interview au Figaro . L'auteur se défend pourtant d'être raciste. Il affirme que le sujet du roman est d'abord celui de la mauvaise conscience occidentale face à l'autre. «Le Camp des Saints est une parabole où se condense le choc de toute conscience de Français de souche face à l'installation de la diversité», expliquait alors Raspail.   

    Eugénie Bastié     

    Journaliste et essayiste

    Ses idées

    509160193.jpg

    Son dernier livre Adieu Mademoiselle [19 €] 

          

  • 8 mars 1921 : Création du Premier Régiment étranger de Cavalerie

     

    Mur-bleu gds.jpgAujourd'hui, l'Armée française célèbre cet évènement d'importance : la création du 1er REC, qui est le seul régiment de cavalerie au sein de la Légion étrangère et le seul régiment de la Légion au sein de la cavalerie, ce qui justifie sa devise « A nul autre pareil » qui était aussi celle du Roi Soleil. 

    Mais cette création porte également en elle une autre charge émotionnelle forte, qui mérite d'être rappelée : ce régiment a été créé avec des contingents de cavaliers tsaristes, les « Russes Blancs », ceux de l'armée de Wrangel, qui luttèrent héroïquement contre la révolution bolchévique. 

    On connaît le mot célèbre des révolutionnaires bolchéviques, « Février, c'est 1789, Octobre c'est 1793 ». Les marxistes léninistes avaient pleinement conscience de revivre, mais en accéléré, la Grande Révolution fondatrice de 1789, qu'ils voulaient pousser jusqu'à ses extrêmes limites, et dont ils voulaient que « leur » révolution fût la quintessence, l'expression la plus achevée...

    Alexandre Soljenitsyne a parfaitement dressé le parallèle entre Vendéens et Russes blancs. Au moment où la Révolution française, puis la bolchévique, ont lancé au monde leur message idéologique, porteur du totalitarisme, de la Terreur, du génocide et du goulag, Vendéens et Russes blancs ont envoyé au monde le message exactement contraire : celui de la liberté intérieure de l'homme, face au totalitarisme ; celui de l'enracinement dans une terre, une histoire, des traditions, face à l'idéologie, abstraite et désincarnée. « Leur patrie, ils l'ont dans le cerveau - disait Charette - nous l'avons sous les pieds... »  

    Voici comment Soljénitsyne évoque l'héroïque petite Vendée de Tanbow, dans son discours prononcé le samedi 25 septembre 1993, aux Lucs-sur-Boulogne, pour l'inauguration de l'Historial de Vendée :  « La révolution russe, elle, n'a pas connu de Thermidor qui ait su l'arrêter. Elle a entraîné notre peuple jusqu'au bout, jusqu'au gouffre, jusqu'à l'abîme de la perdition. Je regrette qu'il n'y ait pas ici d'orateurs qui puissent ajouter ce que l'expérience leur a appris, au fin fond de la Chine, du Cambodge, du Vietnam, nous dire quel prix ils ont payé, eux, pour la révolution. L'expérience de la Révolution française aurait dû suffire pour que nos organisateurs rationalistes du bonheur du peuple en tirent les leçons. Mais non ! En Russie, tout s'est déroulé d'une façon pire encore et à une échelle incomparable. De nombreux procédés cruels de la Révolution française ont été docilement appliqués sur le corps de la Russie par les communistes léniniens et par les socialistes internationalistes. Seul leur degré d'organisation et leur caractère systématique ont largement dépassé ceux des jacobins. Nous n'avons pas eu de Thermidor, mais - et nous pouvons en être fiers, en notre âme et conscience - nous avons eu notre Vendée. Et même plus d'une. Ce sont les grands soulèvements paysans, en 1920-21. J'évoquerai seulement un épisode bien connu : ces foules de paysans, armés de bâtons et de fourches, qui ont marché sur Tanbow, au son des cloches des églises avoisinantes, pour être fauchés par des mitrailleuses. Le soulèvement de Tanbow s'est maintenu pendant onze mois, bien que les communistes, en le réprimant, aient employé des chars d'assaut, des trains blindés, des avions, aient pris en otages les familles des révoltés et aient été à deux doigts d'utiliser des gaz toxiques. Nous avons connu aussi une résistance farouche au bolchévisme chez les Cosaques de l'Oural, du Don, étouffés dans les torrents de sang. Un véritable génocide... »

    Ecoutez, en l'honneur de ces Russes blancs qui, comme nos Vendéens, ont tout tenté pour détruire la Révolution, le magnifique chant des Partisans Blancs, qui exalte leur sacrifice et leur grandeur. 

  • En 3' 25'', la réplique cinglante d’Eric Zemmour à Emmanuel Macron

     

    Aucun commentaire ne nous semble nécessaire.

     

    A lire aussi dans Lafautearousseau ...

    Alain de Benoist : Emmanuel Macron - tout le contraire d’un populiste ! 

     

  • Civilisation • Laurent Dandrieu : « l'Église doit défendre l'identité »

     

    ENTRETIEN. Quel est le rôle du pape dans le suicide de la civilisation européenne ? Rédacteur en chef des pages culture de Valeurs actuelles et spécialiste des questions religieuses, Laurent Dandrieu signe un livre choc sur la politique de l'Église face à l'immigration.

     

    dandrieu-2.jpgPROPOS RECUEILLIS PAR RAPHAËL DE GISLAIN

    Vous montrez que les migrations sont devenues pour l'Église le moyen de faire advenir « l'unité de la famille humaine ». La crise des migrants ne fait-elle que révéler ne posture idéologique de l'Église plus ancienne ?

    Le discours de l'Église sur les migrations est né très récemment et s'est inventé sans véritable ancrage dans la Tradition. Il se développe notamment dans les années 196o, où l'Église est marquée par un état d'esprit favorable à la mondialisation, qu'elle voit comme une réalisation avant l'heure de la « cité sans frontières de Dieu ». Dès lors, la migration est perçue comme un moyen de manifester « l'unité de la famille humaine » défendue par Jean XXIII dans Pacem in terris (1963).

    Aussi ne faut-il pas s'étonner si le droit de migrer, qui était encore soumis sous Pie XII à une exigence de nécessité vitale, devient sous Jean XXIII un « droit inhérent à la personne humaine » défini comme « la faculté de se rendre en tel pays où on espère trouver des conditions de vie plus convenables », et dès lors le droit des États à réguler les migrations devient secondaire par rapport à une migration qui, pour Jean-Paul II, symbolise le plan de rédemption de Dieu pour l'homme, et « contribue à cultiver le "rêve" d'un avenir de paix pour l'humanité tout entière. »

    Contrairement à l'image qu'il donne de lui, le pape François est-il un pape politique ?

    L'immigration est au coeur de son pontificat... Elle l'est par la force des choses, puisque ce pontificat coïncide avec la crise des migrants et l'explosion du terrorisme islamique en Europe. Mais alors qu'on aurait pu attendre que cela le pousse à davantage de prudence, on a assisté à une sorte de fuite en avant, avec un discours dévalorisant les frontières, dénonçant les politiques restrictives, et prêchant un accueil inconditionnel. C'est un discours qui ne cesse de se présenter comme exclusivement dicté par l'Évangile, mais qui est en réalité éminemment politique, comme lorsque le pape ramène . de Lesbos des migrants soigneusement choisis parmi les familles musulmanes. Quand le pape dit que, même s'il y a un risque d'infiltration terroriste, il faut accueillir car c'est un commandement de la Bible, ce primat de l'accueil sur la sécurité est en soi une position politique. En réalité, sur ces questions, tous les papes ont fait de la politique, prônant le regroupement familial ou condamnant les politiques d'assimilation. Et concrètement, les évêques occidentaux n'ont jamais cessé de condamner les politiques restrictives comme contraires aux droits humains. Le secrétaire général de la conférence épiscopale italienne, Mgr Galantino, nommé à ce poste par François, a même déclaré que l'accueil des migrants était une compensation que nous leur devions pour avoir pillé leurs pays durant la colonisation...

    On est frappé par la concomitance des paroles du pape François à Lampedusa ou à Lesbos et la décision d'Angela Merkel de laisser entrer un million de migrants... L'humanitarisme à l'excès met-il l'Église sur la voie d'une forme de libéralisme ?

    Je ne sais pas si c'est l'humanitarisme ou le libéralisme qui a primé dans la position de Mme Merkel. Ce qui est certain c'est que, depuis des décennies, les milieux libéraux et patronaux poussent à la roue de l'immigration de masse, en raison de la formidable pression à la baisse qu'elle exerce sur les salaires. L'archevêque hongrois Gyula Mârfi y a même vu une forme moderne d'esclavagisme. Il est donc d'autant plus désolant de voir l'Église prêter la main à ce phénomène.

    L'islamophilie à laquelle s'abandonne l'Église, particulièrement sous le pontificat actuel, se fait-elle au mépris de la nature véritable de l'islam ?

    Ce qui est certain c'est que le dialogue interreligieux engagé avec l'islam depuis les années 196o a poussé à mettre de côté certains sujets qui fâchent, notamment la question de la violence, mais aussi celle de l'incompatibilité de l'islam avec nombre de valeurs occidentales. Seul Benoît XVI a tenté d'aborder la question de la violence, retournant la violence islamique contre lui, mais aussi poussant nombre d'intellectuels musulmans à entreprendre une salutaire réflexion. François, lui, a décidé de revenir à l'angélisme, soutenant que le terrorisme islamique n'a rien à voir avec l'islam, « parce que le véritable islam et une adéquate interprétation du Coran s'opposent à toute violence » (Evangelii Gaudium, 2013). Ce faisant, il ne rend service ni aux musulmans, qu'il conforte dans leur déni, ni aux Européens, dont ce discours émollient affaiblit l'esprit de résistance.

    Alors qu'on assiste au retour des peuples en Europe, l'Église n'est-elle pas en décalage en refusant aux nations le droit légitime de se protéger ?

    En matière politique, l'Église a souvent un train de retard... Traditionnellement, elle avait pourtant toujours su miraculeusement tenir les deux bouts de la chaîne, comme dit Bossuet, entre l'universalisme qui fait partie de son ADN et la bénédiction des identités particulières qui sont le cadre concret de son évangélisation et le canal par lequel l'homme prend conscience de cette universalité. C'est pourquoi Pie XII écrivait, dans Summi Pontificatus (1939), qu' « il n'est pas à craindre que la conscience de la fraternité universelle, inculquée par la doctrine chrétienne, et le sentiment qu'elle inspire, soient en opposition avec l'amour que chacun porte aux traditions et aux gloires de sa propre patrie, et empêchent d'en promouvoir la prospérité et les intérêts légitimes ; car cette même doctrine enseigne que dans l'exercice de la charité il existe un ordre établi par Dieu, selon lequel il faut porter un amour plus intense et faire du bien de préférence à ceux à qui l'on est uni par des liens spéciaux ». Il est urgent que l'Église retrouve cet équilibre et permette aux peuples d'Europe de protéger leur identité nationale des menaces que fait peser sur eux l'immigration de masse, faute de quoi l'universalisme qu'elle prône ne sera qu'un vain mot et le cache-nez de l'anarchie et du chaos.

    9782750913618.jpg

    À LIRE : ÉGLISE ET IMMIGRATION, de Laurent Dandrieu, presses de la Renaissance, 18 euros.

    Politique magazine, février 2017  -  Consulter ... S'abonner ...

  • Culture & Loisirs • Le Puy du Fou veut ouvrir en Chine et en Espagne

    La « cinéscénie », le spectacle de nuit du Puy du Fou. - Photo : Alain Moneger

     

    Le Puy du fou, une réussite à la française

    Le parc d'attractions, qui fête ses 40 ans cette année, compte ouvrir trois sites à l'étranger, à l'horizon 2027.

    A 40 ans, le Puy du Fou est en pleine forme. Avec 2,2 millions de visiteurs accueillis l'an dernier (8% de plus qu'en 2015), le parc revendique la place de numéro deux en France en termes de fréquentation, loin derrière Disneyland Paris, mais devant le Futuroscope.

    En 2016, son chiffre d'affaires a franchi la barre des 100 millions d'euros de chiffre d'affaires (+21% par rapport à 2015). «En cinq ans, le parc a doublé son chiffre d'affaires et le nombre de visiteurs a progressé de 30% en trois ans», se félicite Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou.

    Fort de ce succès, le Puy du Fou, élu «meilleur parc du monde» en 2012 et 2014, veut accélérer hors de France. Son président annonce vouloir ouvrir trois nouvelles adresses dans le monde, d'ici 2027.

    Parcs consacrés à l'histoire de l'Espagne et de la Chine

    La première ouverture à l'étranger devrait se faire en Espagne, près de Tolède dans la région de Castille. Des discussions sont en cours avec les autorités locales. Ouverture prévue en 2021 pour ce parc, dont le thème sera consacré à l'histoire du pays. La construction doit débuter en 2019. Il représenterait un investissement de 140 millions d'euros, qui sera financé par des investisseurs.

    Parallèlement, des discussions sont en cours avec plusieurs partenaires chinois, pour exporter le Puy du Fou en Chine. «Nous serons fixés dans l'année sur la faisabilité d'un premier projet. Nous avons déjà repéré des lieux. Notre objectif est d'ouvrir un parc dans le pays, d'ici 2025», assure Nicolas de Villiers. Ce parc retracerait l'histoire de la Chine. Montant estimé du projet: 300 millions d'euros, là encore supporté par des partenaires.

    Un troisième parc, annoncé à l'horizon 2027, pourrait ouvrir soit en Chine, soit en Europe.

    Déjà des spectacles en Angleterre et au Pays-Bas

    «Des porteurs de projets -publics et privés- viennent nous voir depuis 2010, pour lancer des spectacles signés Puy du Fou, explique Nicolas de Villiers. Depuis quatre ans, nous en avons lancé un aux Pays-Bas, baptisé le Raveleijn Show, avec un partenaire hollandais. Nous avons conçu ce show, et les acteurs sont tous membres des équipes du Puy du Fou. En juillet 2016, nous avons inauguré avec un partenaire anglais, un spectacle nocturne de 8000 places assises, dans le château d'Oakland, au nord du pays. Il a affiché complet tout l'été. Nous souhaitons maintenant aller plus loin, en ouvrant de nouveaux parcs». Les ambitions en Russie, qui avaient donné lieu à un accord signé en 2014 entre Philippe de Villiers et Vladimir Poutine pour l'ouverture de deux parcs, en sont au point mort.

    Une dizaine d'autres pays ont été regardés depuis, avant que l'Espagne finisse par l'emporter.

    30 millions d'investissements cette année en France

    Le parc vendéen n'oublie pas pour autant la France. Les nouveautés de 2017 représentent un investissement record de 30 millions d'euros, destinés à financer un nouvel hôtel qui doit ouvrir en avril, deux nouveaux spectacles et deux restaurants.

    Créé en 1977, le Puy du Fou est une société par actions simplifiée (SAS), qui a deux actionnaires: deux associations de loi 1901. L'une s'occupe de la «cinéscénie» jouée par des bénévoles, l'autre protège l'incorporel (propriété intellectuelle). Depuis sa création, le parc a investi plus de 450 millions d'euros pour son développement. Les bénéfices qu'il réalise chaque année, soit «8 à 9% du chiffre d'affaires», sont tous réinvestis dans le parc. «Le Puy du Fou ne perçoit pas un centime d'argent public», insistent ses responsables.

    En plus de 3800 bénévoles, il emploie 1800 employés permanents et saisonniers. 

    Mathilde Visseyrias           

    Le Figaro, 28.02

  • Livres & Histoire • Prince de Ligne : Mémoires

     

    Voici les mémoires du prince Charles-Joseph de Ligne (1735-1814).

     

    « Sensible très jeune aux récits des batailles de Charles XII, Turenne ou Condé, il s’engage précocement dans la carrière militaire. Avec l’armée impériale autrichienne, il participe à la guerre de Sept Ans, il prend part à la guerre de succession de Bavière (1777-1779) ; en 1789, aux côtés de Catherine II, il joue un rôle majeur dans la prise de Belgrade…

    Aussi à l’aise sur un champ de bataille que dans les salons des cours de Vienne, de Versailles ou de Moscou, le prince est l’ami des puissants de son époque : Marie-Thérèse d’Autriche, Marie-Antoinette, Joseph II, Frédéric de Prusse, Catherine de Russie, Mme du Barry.

    Madame de Staël, elle, admire l’homme de lettres qui a correspondu avec Voltaire et Rousseau, le passionné de galanterie complice de Casanova…

    Les Mémoires du feld-maréchal témoignent d’une souveraine liberté de ton, d’une élégance de style et d’un véritable art de vivre. Comme l’avaient été avant elle Byron, Barbey d’Aurevilly, Paul Valéry ou Paul Morand, Chantal Thomas a été séduite par cet écrivain passionnant, figure marquante du siècle des Lumières :  » Sa mémoire n’est jamais nostalgique. Il use de son pouvoir de reproduction non pour creuser le gouffre des années disparues, mais pour les faire ressurgir dans la diffraction d’un jeu de miroirs.  » 

    « Prince de Ligne. Mémoires. », préface de Chantal Thomas, Le temps retrouvé, 2017, 644 p.

    Source : Noblesse et royautés

  • Buisson : Retrouver la primordialité du génie français

    François Bousquet, La Droite buissonnière 

     
    François Bousquet à la racine du Buisson
     
    par Aristide Leucate

    François Bousquet brosse le portrait de Patrick Buisson : ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, il à contribué à rebattre les cartes de la bataille culturelle, où l’hégémonie de la gauche est désormais contestée. Plus qu'une recension - qui mérite une lecture attentive -, Aristide Leucate livre ici une réflexion utile et profonde sur une pensée politique - et métapolitique - qui est celle de Patrick Buisson et celle - toute une haute tradition française - à laquelle nous nous rattachons. Une pensée aujourd'hui renaissante, comme l'écrit ailleurs Mathieu Bock-Côté. Et à laquelle le royalisme français est originellement lié.    LFAR   

     

    3266751844.jpgLa Droite buissonnière, avec un titre au jeu de mot remarquablement idoine et incontestablement inspiré (d’Antoine Blondin à Pol Vendromme, tous deux adeptes d’escapades hors des sentiers sempiternellement empruntés), se veut un essai sui generis, pas tout à fait biographique, un tantinet autobiographique, narratif et analytique, descriptif et doctrinal. Bousquet parle de Buisson et ce dernier parle lui-même et sur lui-même. Mais surtout doit-on lire ce livre comme une introduction à une pensée d’ailleurs moins proprement buissonnière que typiquement de droite. À cette aune saisit-on le choix d’un titre qui résume dans sa quintessence absolue tout le propos de l’ouvrage.

    Bien plus qu’une biographie

    Si la médiocratie des médias s’est leurrée sur La Cause du peuple (le livre de Patrick Buisson paru à l’automne dernier) en le ravalant à un brûlot anti-sarkozyste, on s’illusionnerait tout autant à vouloir réduire La Droite buissonnière à une banale biographie – voire, du côté de Libé ou des Inrocks, à une partiale hagiographie. La lecture de l’opus est rendue des plus agréable par le style vif, nerveux, balancé et fluide de François Bousquet qui commet là, sans doute, l’un de ses meilleurs livres. Servi par une incroyable et intelligente érudition, le fond, mêlant réflexion et polémique au vitriol (les journalistes Chemin et Schneider y sont littéralement éreintées), convole allègrement avec une écriture alerte, emplie de panache, où les mots et les formules – parfois cinglantes, faisant l’effet de gifles magistrales – sonnent comme de joyeux cliquetis d’épées, un soir de duel où ce mousquetaire des Lettres multiplie les estocs contre la soldatesque du cardinal de Richelieu ! Après Patrick Buisson lui-même, seul François Bousquet pouvait se risquer à parler de Buisson – de la même façon que sans Bousquet, les évocations commémoratives de Jean-Edern Hallier paraissent plutôt pâlottes. Chez Buisson, le patronyme est trompeur, tant nous avons affaire à un Everest dont la force d’élévation vers des stratosphères à l’oxygène aussi rare que précieux n’a d’égal que l’enracinement du personnage dans une histoire aussi vieille que la France. Partir à l’assaut de tels sommets n’est pas à la portée du premier randonneur journalistique venu. Gravir ces abruptes parois incombe à un alpiniste intellectuel chevronné, un premier de cordée expérimenté des choses de l’esprit, un conquérant hautement cultivé des cimes de l’encyclopédie buissonnière.

    L’exégète d’un théoricien

    Au vrai a-t-on la persistante et troublante impression de relire La Cause du peuple non pas tant, évidemment, pour les anecdotes, çà et là distillées, des années sarkozystes, que par les thèmes spécifiquement buissonniers que l’on y retrouve. Plus troublant encore, selon nous, finit-on par ne plus guère dissocier l’exégète Bousquet du théoricien Buisson. Car la thèse centrale de La Droite buissonnière réside bien là : l’édification intellectuelle de la droite renaissant de ses cendres, sociale, nationale, anticapitaliste, authentiquement conservatrice et populaire. Mais, finalement, cette reviviscence dextriste n’est rendue possible que parce que la gauche, « frappée de péremption idéologique » sombre progressivement dans un coma ante mortem du même tabac– quand bien même fait-elle preuve de suffisamment de résilience, laquelle s’explique principalement par les positions institutionnelles auxquelles elle se cramponne.

    Un corset de plomb

    Quoi qu’il en soit, le chemin est encore long pour extirper la droite de son corset de plomb, lors même qu’il se fissurerait à moult endroits. L’élection buissonnière de Sarkozy en 2007 y aura avantageusement contribué. Surtout, cette droite peine à être elle-même, oscillant entre la fascination-répulsion réactionnaire et la tentation populiste. Apeurée, depuis Vichy, par ces deux volcans en activité qui constituent le “ça” de sa psyché idéologique, elle s’est lâchement réfugiée dans un entre-deux confortable, centro-libéral, économico-libertaire. C’est dire, quoi qu’on en pense par ailleurs, combien le triptyque de René Rémond conserve toute sa pertinence, ce que François Bousquet dénomme « l’appel du peuple » pour décrire très justement les vagues populistes qui viennent, de Moscou à Washington, apparaissant comme des avatars du césaro-bonapartisme. Que Napoléon ait précisément surgi au milieu des sanguinolents « autels de la peur » de la Révolution – selon la saisissante expression d’Anatole France – ne doit strictement rien au hasard. « Pour bien comprendre l’essence du populisme, il faut renverser la formule » tirée du célèbre échange entre le duc de Liancourt et Louis XVI : « C’est une révolution ? Non Sire, c’est une révolte ! » « La révolution veut contrôler le cours de l’histoire, la révolte, s’en détourner. Révolte et populisme disent “non”, rien de plus » ; la révolte « est moins projet que rejet » tentant « de renouer avec un ordre révolu ». À cette enseigne, ce que représentent Fillon, Juppé ou Marine Le Pen n’emprunte guère au populisme et bien moins à la droite, celle-ci ne ressortant, lessivée, de leur brouet économiste que sous une forme diminuée, rétrécie, amputée. Un nain politique (un impolitique eût analysé Lacan).

    La droite hors les murs

    Reste la « droite hors les murs », cette droite conceptualisée par Buisson qui « ne se reconnaît dans aucune des dénominations de la droite ». Dont acte. Sauf qu’elle n’a manifestement pu accéder à la pleine propriété électorale et politique, faute d’impétrants éligibles, en dépit d’un large panel de candidats putatifs. Elle doit donc se résigner à la relégation pavillonnaire (qu’accentue le funeste acronyme d’HLM) du métapolitique. C’est déjà beaucoup. Bousquet, à la suite de Buisson, rappelle combien « les leçons de Gramsci et de Schmitt se rejoignent » ; « si le combat est culturel, la culture doit devenir un combat », traduisant par là l’essence du politique étroitement conjuguée au préalable métapolitique comme condition nécessaire de sa suprématie. Les tabous d’une droite de gouvernement tombent les uns après les autres, quand les totems de la gauche s’effritent sous les vents corrosifs d’un réel reprenant ses droits envers et contre tous les « déni-oui-oui », ces thuriféraires unanimistes de l’Autre duquel, avec des tremblements d’impatience, ils n’attendent qu’une seule et angoissante réponse énamourée à leur non moins unique et lancinante question existentielle : « Même-tu ? »

    Trajectoire singulière

    Trajectoire singulière que celle de Buisson, impalpable mais omniprésent, en retrait mais incontournable. Bousquet nous la rend cohérente et passionnante, foin des bûchers médiatiques qui eurent tôt fait d’immoler Buisson aux feux ardents et purificateurs d’une doxa inculte et sectaire. Pis, ces pyromaniaques de la crémation intellectuelle ont cherché, à travers Buisson, à commettre le plus criminel des autodafés. Si, comme le dit l’écrivain Amadou Hampâté Bâ, « un homme qui meurt est une bibliothèque qui brûle », alors ces amnésiques incendiaires ont-ils voulu supprimer celui qui, à travers, le cardinal de Retz, Chateaubriand, Balzac, Péguy, Bernanos, Barbey d’Aurevilly, Bloy, Aragon, Céline, Pasolini, Barrès, etc., voulut inlassablement dérouler le fil invisible mais incassable d’une longue généalogie ultra-historique – pour parler comme Dumézil – aux fins désintéressées de retrouver la primordialité du génie français : « En “objecteur de modernité”, dépositaire d’une tradition dont il se veut le continuateur, en aucun cas le taxidermiste. […] Plus radical que réac : le radical, insiste-t-il, c’est celui qui ne donne pas quitus aux apparences, mais qui va jusqu’aux racines des phénomènes. Racine, raciné, radical, radis. ». À la racine du buisson, en quelque sorte…  

    François Bousquet, La Droite buissonnière, éditions du Rocher, janvier 2017, 392 pages, 20,90 euros.

    Aristide Leucate

    Repris de l'Action Française 2000 du 02 Mars 2017.

  • « La fierté d'être conservateur » selon Mathieu Bock-Côté

    Edmond Burke : « L'homme qui n'aimait pas notre Révolution » 

     

    Mathieu Bock-Côté livre ici une remarquable réflexion à propos du dernier ouvrage de Guillaume Perrault, grand reporter au Figaro, qui, selon l'intellectuel québecois, consacre intellectuellement la renaissance d'une pensée politique longtemps oubliée et pourtant essentielle. On sait qu'en tout cas, la pensée de Mathieu Bock-Côté nous est proche, ce qu'on vérifiera ici. On lira cet article avec intérêt. Il ne s'agit pas là d' « un conservatisme chagrin et défaitiste ».  LFAR

     

    1985674552.3.jpgGuillaume Perrault est une des plus belles plumes du Figaro, et certainement une des plus appréciées. D'une chronique à l'autre, il éclaire l'actualité à la lumière d'une culture encyclopédique et défend la légitimité d'un conservatisme s'affranchissant des critères de respectabilité édictés par le tribunal de la gauche idéologique. Perrault n'appartient pas à cette catégorie d'hommes de droite qui rêvent d'être cooptés par la gauche et qui pour cela se condamnent à l'impuissance. Il ne cultive pas un conservatisme chagrin et défaitiste, mais courtois et sûr de lui. C'est dans cet esprit de conquête qu'il vient de faire paraître chez Plon un remarquable ouvrage. Le titre claque comme un drapeau dans la bataille : Conservateurs, soyez fiers!

    L'honneur de la France

    Ce terme, on le sait, est rarement revendiqué. Une philosophie politique meurt si elle n'est pas capable de se nommer. Alain Finkielkraut, dans L'Ingratitude, l'avait remarqué : le conservateur, c'est toujours l'autre. Perrault répond : le conservateur, c'est moi ! Encore faut-il retracer l'histoire de cette tradition intellectuelle, pour juger de ses mérites. Et c'est pour cela que Perrault consacre la première partie de son ouvrage à revisiter les grands moments de l'histoire de France depuis la Révolution jusqu'à la colonisation en passant par l'affaire Dreyfus, le Front populaire et la Résistance, pour y voir le rôle qu'y ont joué les conservateurs. Il montre bien comment les conservateurs, à leur manière, chaque fois, ont porté l'honneur de la France. Il montre aussi comment on leur a volé leur histoire. Perrault entend la leur rendre en la délivrant des mensonges sous lesquels elle était ensevelie. En un mot, ils n'ont pas démérité !

    Chaque fois, leur posture est la même : ils défendent une liberté éduquée par la civilisation. L'homme ne saurait renier ses appartenances sans s'avilir. Contre l'utopisme et le fanatisme, les conservateurs se veulent les gardiens du réel et entretiennent le sens des institutions. Au cœur de leur philosophie, on trouve un refus viscéral de la table rase, qui pousse à arracher l'homme à ses appartenances. L'homme est un héritier. Et l'homme français est un héritier de l'histoire de France. Comme l'écrit Perrault, « le patriotisme appartient à l'univers affectif des conservateurs ». Perrault classe le général de Gaulle parmi les conservateurs, et montre bien comment c'est une patrie charnelle et spirituelle qu'il défendait, et non seulement un pays abstrait se définissant par le seul culte des droits de l'homme. On en dira autant de Churchill. Au XXe siècle, ce sont les grands conservateurs qui ont sauvé la démocratie.

    L'appel de l'enracinement

    Il y a dans le conservatisme une défense de la dignité des gens ordinaires, qui travaillent fort, aiment leur pays et leur famille et en ont assez de voir les ingénieurs sociaux, identitaires et psychologiques chercher à les rééduquer. Le sens commun devrait avoir ses droits. Dans la deuxième partie de son livre, Perrault conjugue le conservatisme avec les grands enjeux contemporains, qu'il s'agisse de l'immigration, de la sécurité, de l'école, du travail ou des questions de société. Une conviction ferme le porte : la France n'est pas une pâte à modeler et on ne saurait mépriser le désir du peuple d'habiter un monde qui n'est pas toujours chamboulé au nom de l'innovation perpétuelle. Perrault nous convainc aisément de la pertinence du conservatisme comme philosophie appliquée.

    Perrault note tristement que « le regret attendri du pays de notre enfance est devenu un crime ». Il y a une beauté de la nostalgie, ce noble sentiment que les modernes méprisent. N'est-elle pas l'autre nom de ce que Perrault nomme « cette pieuse sollicitude envers l'héritage » ? Comment pourrait-on se réjouir de « la fin de tout sentiment de continuité » ? Il faut habiter un monde durable. L'espoir des conservateurs « est de compenser l'altération perpétuelle de toute chose en prenant appui sur des fondations aussi durables que l'airain et sur des invariants anthropologiques ». Il y a une telle chose que la permanence humaine.

    Perrault redonne ses lettres de noblesse à ce désir de durer, sans lequel il n'y a tout simplement pas de civilisation possible. Ce sont peut-être là ses plus belles pages.

    Mais le monde change : longtemps moqués, les conservateurs reviennent au cœur de la vie publique au moment où se dissipe le récit enchanté de la modernité. Le conservatisme renaît lorsqu'une société entend de nouveau l'appel de l'enracinement, comme c'est le cas dans les temps tragiques. La poussée conservatrice qui travaille en profondeur la France depuis quelques années vient de trouver son manifeste. C'est un manifeste courtois, honnête, civilisé, sans hargne, mais un manifeste résolu. Ce très beau livre, qui réussit l'exploit d'être aussi subtil qu'affirmatif, restera : en donnant à nouveau le droit aux conservateurs d'avancer fièrement sous leur propre bannière, il consacre intellectuellement la renaissance d'une tradition politique essentielle.   

    XVM66263d38-f84a-11e6-b182-27a8794d746f-197x300.jpg

    Par Guillaume Perrault, Plon, 248 P., 15,90 €  

    Mathieu Bock-Côté

    [Le Figaro, 21.02]

    XVM7713ddbc-9f4e-11e6-abb9-e8c5dc8d0059-120x186.jpgMathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (éd. VLB, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (éd. Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille (éd. Boréal, 2007). Son dernier livre, Le multiculturalisme comme religion politique, vient de paraître aux éditions du Cerf.

  • Raciste, stigmatisant, discriminant, francophobe... : mais, c'est Bernard-Henry Lévy !

     

    Mur-bleu gds.jpgImaginez un seul instant que lafautearousseau - ou qui que ce soit, du reste... - ait écrit l'équivalent du misérable petit texte précédent, imité de lui mais contre l'Islam.

    Quelque chose comme :
     
    « Bien sûr, nous sommes résolument anti-cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est bled, djellaba, darbouka, fantasia, bref, "mouslim" ou vert-prophète nous est étranger, voire odieux » : que diraient le CRAN, SOS Racisme, ou toute autre organisation (qu'il faut d'ailleurs dissoudre) ? Il est assuré qu'elles porteraient plainte.
     
    Nous, nous ne risquons rien, car nous nous livrons à un exercice assumé de parodie et de détournement.
     
    Mais est-il normal qu'un riche bobo de gauche, prétendument philosophe (philosophe du pauvre, un vrai philosophe, c'est Platon, c'est Aristote.) vienne se moquer de tout un peuple, de ses moeurs et coutumes ? Certes, nous dira-t-on, le texte date un peu (1985) : mais, justement, il ne l'a pas renié, il n'a jamais fait son mea culpa, ni présenté ses excuses. Ce qui aggrave son cas.
     
    Mais BHL n'en a  cure : cet intello mégalo des salons dorés de la bourgeoisie parisienne friquée sait qu'il ne risque rien : il vit dans un pays où il « fait » son sale fric, mais il crache sur ce même pays ; il hurle avec les loups, il fait partie du Système, de la bien-pensance et du politiquement correct ; il caresse l'opinion au pouvoir dans le sens du poil. Ou plutôt, il la fait. Il peut dire ce qu'il veut, dont le millionième inverse serait interdit à n'importe qui d'autre. Nous, par exemple. C'est cela qui est odieux.
     
    On ne peut que lui rappeler que, après ce qu'il a fait en Libye, et la catastrophe qui en a découlé, la seule chose qu'il y aurait à faire, pour lui, serait de se cacher le plus loin possible, de se  faire oublier, s'il se peut, et de disparaître des écrans radars. Mais, non ! La coqueluche des mangeurs de caviar à la louche continue, sans se lasser. Dernière opération médiatique : dénoncer « une rafle obscène » à propos du décret Trump interdisant, pour 90 jours,  l'entrée aux USA des ressortissants de sept pays jugés « à risque » par la présidence étatsunienne.
     
    Ce qui est « obscène », c'est la caste de ces nantis/privilégiés parfaitement incarnée par BHL, qui se permet de pérorer sur tout et n'importe quoi, pour dire et faire tout et, surtout, n'importe quoi, sans que jamais personne n'ose lui rabattre son caquet. 
  • Religions • Un athée face aux religions

     

    Par Péroncel-Hugoz

    Lors de son récent séjour en Europe, notre confrère a été frappé par la véritable « occupation » des médias réalisée par le néo-philosophe Michel Onfray dont les prestations naguère au Maroc ne passèrent pas inaperçues non plus… D'où ce récit vu du Maroc, et cette analyse par les textes.

     

    peroncel-hugoz 2.jpgC’était il y a cinq ou six ans dans l'espace des pas perdus de l’Institut français de Casablanca. Je m’y trouvais en compagnie d'un fameux psychanalyste et essayiste marocain, le docteur Rouchdi Chamcham*, qui m’y présenta l'une de ses connaissances françaises, l’essayiste Michel Onfray, spécialiste de l’athéisme ou, plutôt, selon sa propre formulation, de l’« athéologie ». 

    Changement de thème

    Il nous précisa qu’il était venu à Casa pour « s’y adresser à des étudiants ». Pour leur parler de quoi ? « D’athéologie », nous répondit-il, ce qui me conduisit à lui dire que l’athéisme n’était pas du tout bien vu par le Maroc officiel ou populaire. Pas de réaction de sa part, si ce n’est une moue dubitative, mais rencontrant quelque temps plus tard l'un des étudiants ayant assisté à la conférence de M. Onfray, il m’apprit que ce dernier avait finalement parlé d’une autre de ses spécialités : « l’art de jouir », bref « l’hédonisme »… 

    Une place à part

    Se définissant lui-même, dans ses écrits, comme « d’aucun sérail, d’aucune coterie, d’aucune tribu », Michel Onfray occupe, il est vrai, depuis bientôt vingt ans une place à part au sein de l’intelligentsia de l’Hexagone : issu d’un milieu populaire et provincial, en Normandie, il a créé avec succès dans cette province industrielle et agricole, une « université gratuite », ouverte à tous et très courue. Regardé de haut à Paris par la « gauche caviar » mais ayant conquis de très nombreux lecteurs ou auditeurs grâce à ses textes ou émissions non-conformistes sur Albert Camus, Nietzsche, les Freudiens, les Libertins, il est peu à peu devenu, comme on dit, « incontournable ». Il faut ajouter qu’il est avenant, qu’il sait parler, qu’il est rarement ennuyeux, et puis, il y a eu un phénomène de mode, drainant même des intellos très parisiens vers les percutants cours publics du « Maître » en sa bonne ville de Caen, un lieu peu « branché » jusqu’ici… 

    Près de cent volumes…

    Suivant une tendance de plus en plus marquée de l’édition française actuelle, Onfray l’athée militant, l’hédoniste proclamé, s’est donc mis à publier sur les religions, notamment sur les deux principales fois révélées : le christianisme et l’islam. La bibliographie de cet auteur relativement jeune encore (il est né en 1959) frise déjà la centaine de volumes. Pour nos suiveurs, nous avons sélectionné quelques définitions très « onfreïennes», extraites notamment de trois ou quatre de ses plus récents entretiens ou essais, par exemple Décadence. De Jésus à Ben Laden, vie et mort de l’Occident (Flammarion, Paris) et Penser l’Islam (Grasset, Paris). 

    Du Vatican à Israël 

    « Le Concile Vatican-II (réputé avoir « modernisé » l’Eglise) a évacué la transcendance et le sacré, pour confiner le catholicisme dans un moralisme politiquement correct ».

    « Une civilisation vit tant qu’elle résiste à ce qui veut sa mort ».

    «Le catholicisme triomphe médiatiquement parce que le pape François sait en user, en jésuite, mais (…) le catholicisme est épuisé ».

    « La France blanche et catholique va vers sa disparition ».

    « Si d’aventure un Mélenchon ou une Marine Le Pen arrivaient au pouvoir pour mener une autre politique, ils auraient le même destin que Tsipras et Syriza [en Grèce] ».

    « L’Islam bénéficie d’un jugement favorable : la fameuse religion de paix, de tolérance et d’amour…»

    « Si les droits de l’homme  étaient la véritable raison des attaques françaises, [contre les jihadistes], pourquoi n’attaquerions-nous pas (…) la Chine, Cuba, l’Arabie, l’Iran, le Pakistan ? ou même les Etats-Unis sinon Israël… ? ». 

    De l'Irak à la Libye

    « Le droit d’ingérence, théorisé par (le ministre français) Kouchner, permet à l’Occident de continuer sa politique impérialiste sans en avoir l’air ».

    « Nous avons bombardé des pays musulmans qui ne nous menaçaient pas directement : Irak, Afghanistan, Libye, Mali aujourd’hui, l’Etat Islamique ».

    « La plupart des intellectuels (occidentaux) ayant pignon sur rue ont soutenu les guerres quand ils ne les ont pas voulues ; je songe au terrible rôle de Bernard-Henry Lévy (philosophe parisien ayant poussé le président Sarkozy à intervenir en Libye pour y éliminer Kadhafi) ».

    « Islamophobe au-dehors la France est islamophile au-dedans ».

    « Aujourd’hui l’Islam est une religion exponentielle, en pleine forme, forte de ce que Nietzsche appelait la grande santé ».

    « Islamophobe renvoie, par le suffixe « phobe » à la peur : avoir peur de l’islam n’est pas le détester (…) Est-ce être islamophobe que de préférer la paix à la guerre ? »

    Conclusion provisoire

    Comme le montrent éloquemment les citations ci-dessus, Michel Onfray ne redoute ni les paradoxes, ni les oxymores, ni de bousculer maintes idées présentement dominantes… 

    * Auteur d’essais marquants sur La psychanalyse au Maroc (Eddif, Casablanca) et La circoncision au Maroc (Afrique-Orient)

    Péroncel-Hugoz

    Repris du journal en ligne marocain le360 du 3.02.2017

  • Histoire • La monarchie contre l’esclavage

     

    Relevé sur le site du Salon Beige ces quelques éléments d’Histoire utiles à connaître et à faire connaître.

     

    Le 4 février 1776 : abolition de l'esclavage en France.

    Selon_le_droit_de_Nature_chacun_doit_naître_franc.jpgL'esclavage en France métropolitaine n'a jamais existé ! Dans Institutions coutumières, (éd. Loysel, livre I, art. 6), il est rappelé qu'un édit du 3 juillet 1315, de Louis X le Hutin, stipule que : 

    « Le sol de France affranchit l'homme qui le touche ». 

    Encore un mensonge de l'histoire officielle, car ce n'est pas la Convention, qui en 1792 abolit l'esclavage en décidant d'accorder la citoyenneté aux hommes libres de couleur, mais bien le roi Louis XVI qui promulgue, dès 1776, un édit condamnant fermement la possession d'esclaves sur le territoire français. Et la République se garde bien de nous rappeler que trois ans plus tard, le roi va plus loin, puisque le 8 mai 1779, Louis XVI abolit par ordonnance, le servage, le droit de suite et affranchit tous les « mains mortables » [les serfs] des domaines royaux, ainsi que les hommes de corps, les « mortaillables » et les « taillables ».  

    Encore un mythe mensonger destiné à draper la république d'habits respectables qu'elle ne mérite pas. Où sont la liberté, l'égalité et la fraternité quand on justifie l'esclavage ? 

    En effet, l'Assemblée Nationale de 1790 réaffirme par deux décrets, du 8 mars et du 12 octobre 1790, que l'esclavage est légal ; abolissant une liberté de plus en supprimant ainsi la réforme royale. L'Assemblée rejette ainsi la publication de Brissot Adresse à l'Assemblée Nationale pour l'abolition de la traite des Noirs

    Ce n'est que devant son impuissance face aux révoltes des esclaves des colonies qu'elle finit par abolir l'esclavage en 1794 et, comme par hasard, le 4 février ! La France est par l'action réformatrice de son roi l'une des premières nations du monde à abolir l'esclavage et le servage. 

    Mais qui sait encore qu'à l'époque un esclave qui met le pied sur le sol du royaume devient automatiquement libre, ou « franc» ? Le serf dépend du seigneur, qui en échange de son travail, lui doit protection ; il est attaché à sa terre, mais on ne peut la lui retirer. Avec le temps, le servage disparaît, ne subsistant que sous des aspects secondaires, variant selon les endroits. Quant aux corvées, elles sont un impôt en nature et n'ont rien à voir avec l'esclavage. L'esclave est une « chose », un « bien meuble » (conception du droit romain reprise à la Renaissance), tandis que le serf n'a jamais cessé d'être une « personne », possédant la personnalité juridique. Tempéré par le Code noir de 1685, qui est un progrès pour l'époque, l'esclavage demeure aux colonies, et est effectivement confirmé en 1790. Ce qui est moins connu, c'est l'esclavage des Blancs aux Antilles, par d'autres Blancs, sous la forme de « l'engagement ». Il existe tout au long du XVIIe siècle. 

    Merci à Michel Franceschetti de sa transmission

    Lire aussi sur Lafautearousseau ...

    Louis X le Hutin : « Considérant que notre royaume est dit et nommé le royaume des Francs ... ».

  • Histoire [Vidéo] • J. Trémolet de Villers parle de Jeanne d'Arc et Louis XVI, deux martyrs français

     

    Publié le 28.01.2017 - Actualisé le 25.02.2017 

    « Du procès de Rouen au retour de l'anneau »

    Cette remarquable et très brillante conférence de Jacques Trémolet de Villers a été donnée à Marseille, devant une assistance nombreuse et passionnée, le 21 janvier à la suite de la messe de chaque année, à la mémoire du roi Louis XVI.

    De nombreux lecteurs ayant souhaité réécouter cette conférence, c'est bien volontiers que nous la reprenons ici, aujourd'hui.

    A lire aussi dans Lafautearousseau ...

    Marseille : Retour en images sur la réunion du 21 janvier avec Jacques Trémolet de Villers

     

    Fédération Royaliste Provençale

  • Cinéma • Mystique d'une empoisonneuse

    Déborah François

     

    PAR RAPHAËL DE GISLAIN

    Cela commence par les jeux d'une enfant qui tourbillonne sur une falaise bretonne. Le cadrage est libre, comme pour mieux rendre le sentiment d'ivresse qui envahit Fleur de tonnerre au souffle du vent et de la nature.

    Cette petite poupée au visage d'ange, nul ne peut encore deviner la sinistre destinée qui la guette. Hélène Jégadot se révélera la plus grande empoisonneuse de l'histoire, ayant semé sur son passage quelque vingt-cinq cadavres, et plus probablement une soixantaine si l'on se fie aux reliques qu'elle emportait en souvenir de ses victimes. Guillotinée en 1852, son procès mit fin à plus de dix-huit années de crimes à travers le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine...

    Stéphanie Pillonca s'est emparée du roman de Jean Teulé paru en 2013 pour signer une adaptation toute en ombres et nuances, d'où filtre une impression de mystère et de romantisme un peu décadent. Baignant l'image d'une sorte de halo, elle esthétise une Bretagne vaporeuse et crépusculaire où revivent les mythologies primitives, à une époque où l'école et le catéchisme n'ont pas encore pétris les imaginaires. On pense parfois à Barbey d'Aurevilly et à sa Normandie réenchantée par tout un vieux fond de légendes populaires... Orpheline à l'âge de sept ans et élevée par sa marraine, la jeune Hélène pactise secrètement avec l'Ankou, l'ouvrier de la mort, qui la guide en sa macabre mission. Elle arpente la campagne profonde avant d'entrer comme domestique au service de couvents, d'abbayes et de divers maîtres, dont un certain Matthieu Veron, qui deviendra son amant, interprété par un Benjamin Biolay décidément plus doué pour le cinéma que pour la chanson. Plus loin, on croisera aussi le chanteur Miossec, en habit de prêtre... Dans le rôle principal, il faut saluer l'intensité du jeu de Déborah François dont le charme vénéneux infuse lentement l'image jusqu'à la suffocation hystérique. Malheureusement, le tableau n'est pas parfait. La lenteur envahissante de l'action dilue la trame et l'emploi du mode mineur d'un bout à l'autre du film, à base de silence et de voix feutrées, entraîne une certaine monotonie. Un film qui parvient malgré tout à saisir l'âme bretonne et son étrange magnétisme.

    FLEUR DE TONNERRE, de Stéphanie Pillonca, en salles

    Politique magazine - Consulter ... S'abonner ...