UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité Monde

  • La Chine est-elle notre ennemi ? par Antoine de Lacoste

     

    Les Chinois n’ont finalement pas que des défauts. Ils ont en tout cas une grande qualité : ils aiment le cognac. Cette appellation, célèbre dans le monde entier depuis des siècles, n’est plus beaucoup prisée dans notre pays. Les Français boivent moins mais pas mieux. Des breuvages étranges venus d’ailleurs supplantent progressivement nos gloires nationales, nos bons vins et nos grands digestifs.

    SAUVER LE COGNAC

    L’hygiénisme militant est solidement installé (quand serons-nous libérés de l’insupportable « à consommer avec modération » infligé par la loi Evin ?) et mène avec succès une offensive générale contre l’alcool. Sauf la bière que notre président consomme volontiers lors de ses sorties hors protocole. Il est certain que les boissons énergisantes, les faux jus de fruits chimiques et le coca-cola sont bien meilleurs pour la santé que les fruits de la vigne cultivés depuis des millénaires (environ -3000 avant Jésus-Christ pour le premier vin produit en Géorgie).

    Lire la suite

  • L’Egypte ou l’islamisme vaincu, par Antoine de Lacoste

    L’Égypte, le pays qui a vaincu l’islamisme

    Le voyageur qui désire aller en Egypte s’y rend le plus souvent pour admirer les somptueux vestiges de l’ère des pharaons. Il n’est généralement pas déçu. Beaucoup de ces monuments ont été parfaitement conservés. De plus, d’admirables fresques aux couleurs intactes ornent des tombes ou d’autres monuments à la gloire des pharaons et des multiples dieux de l’Egypte.

    Mais si ce même voyageur compare ce patrimoine avec celui des civilisations grecques et romaines, il ne pourra s’empêcher d’établir une comparaison fatale : le monde des pharaons n'a rien engendré. Il s’est autodétruit et a manqué au premier devoir de toute civilisation et, au-delà, de tout être humain, la transmission. Le catholique français d’aujourd’hui sait ce qu’il doit au monde gréco-romain mais il n’a rien reçu de l’antique civilisation égyptienne. Un trait révèle bien l’état d’esprit de cette longue période, c’était le souci de bâtir en ne changeant rien aux principes architecturaux de la période précédente, pour ne pas insulter ses aînés. C’est très touchant mais les progrès ne sont alors guère rapides et il est heureux que nos bâtisseurs de cathédrales n’aient pas raisonné ainsi.

    L’Egypte pour nous, commence donc avec Jules César qui s’éprit de Cléopâtre, la dernière reine d’Egypte. Tout un symbole. Ce pays qui fut si puissant mettra vingt siècles à recouvrer son indépendance.

    Cette mise sous tutelle et l’expansion du christianisme qui l’accompagna, permit à l’évangéliste Saint Marc de prêcher et de convertir cette région qui persécuta tant Moïse et son peuple, mais accueillit la Sainte Famille dans sa fuite. Premier évêque d’Alexandrie, Saint Marc y mourut martyr. Ses reliques, dont Alexandrie était si fier, furent volées au IXe siècle par des marchands vénitiens. La basilique Saint Marc de Venise devint ainsi un important lieu de pèlerinage au grand dam des chrétiens égyptiens.

    Lire la suite

  • L’Amérique va-t-elle lâcher l’Ukraine ? par Antoine de Lacoste

    Les Etats-Unis vont-ils bientôt laisser tomber l'Ukraine ? - YouTube

    Pour l’Amérique, seule l’Amérique compte. Les innombrables guerres auxquelles l’Empire a participé, qu’il a favorisées, soutenues ou déclenchées, doivent toujours être analysées sous ce prisme, assez naturel somme toute mais poussé à l’extrême. Toutefois, un second constat doit compléter le premier, l’Amérique ne sait que rarement comment conclure ses initiatives belliqueuses. Sans dresser ici la liste complète de ses guerres directes ou indirectes, il est intéressant, à travers quelques exemples, d’observer que l’Amérique semble très douée pour la phase initiale, beaucoup moins pour la phase finale.

    La phase initiale c’est par exemple de voler au secours de la Corée du sud en 1950 alors qu’elle est agressée par la Corée du Nord communiste. A la tête d’une coalition internationale, les Etats-Unis vont fort bien réussir le début de leur guerre en bloquant les forces communistes. Mais, forte des soutiens soviétiques et chinois, l’armée nord-coréenne résista. La situation semblait figée et Washington mit fin au conflit. Un match nul dont on ne sait pas encore s’il correspondait au but de guerre initial.

    Lire la suite

  • La prudente stratégie iranienne, par Antoine de Lacoste

    Les conflits au Moyen-Orient avec Antoine de Lacoste - YouTube
     

    Depuis l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre dernier et l’incroyable violence de la riposte israélienne, le monde scrute le comportement de l’Iran, acteur essentiel de la poudrière orientale.

    Le Hamas a dû être déçu : dans les jours qui ont suivi son offensive, l’Iran n’a pas bronché et n’envisage pas de le faire. Les spéculations selon lesquelles les mollahs de Téhéran étaient derrière le 7 octobre ont fait long feu. On le sait d’ailleurs maintenant avec certitude : personne n’était au courant et tout le monde a été stupéfait, l’Iran comme la Russie, le Qatar ou l’Arabie Saoudite.

    Une fois ce point acquis, la question restait entière : qu’allait faire l’Iran ? Envoyer le Hezbollah libanais attaquer Israël au nord ?Organiser des bombardements sur l’Etat hébreux par milices irakiennes chiites interposées ? Rien de tout cela ne s’est produit.

    Lire la suite

  • Faut-il mourir pour Zelensky ? par Antoine de Lacoste

    1A.jpg

    Un des drames de la démocratie moderne est son obsession de la communication. Ce que l’on dit est plus important que ce que l’on fait et si un épisode médiatisé s’est mal passé, il faut vite le remplacer par autre chose, et être prêt à dire n’importe quoi, l’essentiel c’est qu’on en parle.

    Le Salon de l’agriculture ayant été calamiteux pour Emmanuel Macron, ce qui était à peu près sûr, un contre-feu, bien au chaud, fut promptement activé. Il s’appelle Ukraine, a pour titre « la Russie ne doit pas gagner cette guerre » et pour nouvelle idée générale, il faut être prêt à tout pour l’empêcher de gagner, ce qui, en sabir macronien, se traduit par « en dynamique rien ne doit être exclu ».

    Lire la suite

  • Le Sud global contre l’occident ?

    carte sud global


     

    La guerre en Ukraine, déclenchée il y a presque deux ans, a largement rebattu les cartes de la géopolitique mondiale. L’occident, sûr de son bon droit et de sa supériorité morale, a eu la surprise de constater que « le reste du monde » n’était pas acquis à sa croisade anti-russe. Il a pris acte, bien à regret et sans être encore allé au bout de sa réflexion, du fait que les pays de son ancienne sphère d’influence voulaient agir et penser par eux-mêmes.

    Ce reste du monde, qualification condescendante et obsolète, est appelé dorénavant « sud global », en attendant mieux. Car en effet, les pays concernés par cette appellation ne se situent pas tous au sud du globe. Qu’est-ce donc que ce sud global qui contrarie les plans de l’empire américain et de ses vassaux ?

    Qu’est-ce que le Sud global ?

    Lire la suite

  • L’année de l’élection américaine, par Antoine de Lacoste

    L'année de l'élection américaine - Le Salon Beige

     

    Deux grands conflits retiennent l’attention du monde, en Ukraine et dans la bande de Gaza. Nous ne savons pas quand ils se termineront : peut-être jamais en Israël, peut-être en 2024 en Ukraine. Pour ce dernier, cela dépendra, entre autres, du bras de fer opposant républicains et démocrates aux Etats-Unis.

    Ce bras de fer va être d’une intensité croissante en raison des élections présidentielles à venir en novembre prochain. D’ici-là, la longue litanie des primaires va démarrer le 15 janvier dans l’Iowa et s’étirer sur des mois.

    Lire la suite

  • La guerre en Ukraine à un tournant, par Antoine de Lacoste

    1A.png

    Vingt et un mois après le déclenchement de la guerre en Ukraine, le conflit semble être à un tournant. La croisade occidentale lancée contre la Russie sous la houlette de Washington a clairement échoué, et dans tous les domaines.

    Lire la suite

  • L’Arabie Saoudite, au cœur du basculement géopolitique, par Antoine de Lacoste

    1A.jpg

    Depuis le déclenchement de l’opération Z par la Russie, les équilibres (ou déséquilibres) géopolitiques ont été bouleversés.

    La croisade dans laquelle s’est lancée l’Occident, sous la houlette de Washington et de Londres, n’a pas convaincu ce qu’il appelle avec un brin de mépris, "le reste du monde ".

    Lire la suite

  • Mathieu Bock-Côté nous le conseille : "Il vaut la peine de lire ce texte de Paul St-Pierre Plamondon, qui pose très bien les enjeux liés à l'immigration massive au Québec..."

    POLITIQUES COMPLÈTEMENT IRRESPONSABLES EN IMMIGRATION :
    VERS UNE CRISE SOCIALE SANS PRÉCÉDENT
    Paul St-Pierre Plamondon
     
     
    Image
     
    La CAQ (Coalition Avenir Québec, ndlr) a présenté cette semaine un plan sur deux ans en immigration et annoncé une hausse des seuils à environ 64 000. Non seulement il s’agit à nouveau d’un bris évident d’une promesse électorale qui avait été jouée à gros trait, lorsque le premier ministre disait que c’était « suicidaire » d’augmenter à plus de 50 000 et que la « Louisianisation » nous guettait, mais en plus, la CAQ se joue de nous à nouveau en trafiquant les chiffres pour nous faire croire que les seuils demeurent à 50 000, ce qui est absolument faux.

    Lire la suite

  • La fin du Haut Karabagh, par Antoine de Lacoste

    1A.jpeg

    Le jeudi 28 septembre 2023 l’enclave arménienne du Haut-Karabagh a cessé d’exister. Trois ans et un jour après la première offensive azérie qui avait abouti à la perte de presque la moitié du territoire, le dictateur Aliev a porté le coup de grâce dans une apathie générale. L’impunité de son agression était acquise et il le savait bien.

    L’Azerbaïdjan a pourtant violé l’accord de paix imposé par les Russes après la défaite arménienne de 2020, mais cela n’a intéressé personne. Tout le monde a regardé ailleurs.

    Lire la suite

  • Le terrorisme islamiste/islamique ? Merci mais... NON MERCI !

    1A.jpg

    Ce mardi 30 octobre, l’ambassadeur israélien à l’ONU, Gilad Erdan, porte une étoile jaune à sa poitrine face aux "atrocités du Hamas"...

    CONTRE LE TERRORISME ISLAMIQUE,

    PARTOUT DANS LE MONDE,

    SOLIDARITÉ MONDIALE !

    Aujourd'hui, ce sont les Arméniens du Haut Karabakh (puis de l'Arménie...); les Serbes du Kosovo; les chrétiens un peu partout dans les mondes musulmans; les Juifs en Israël... que le totalitarisme islamique veut soumettre, comme il a soumis par la force brute tant de pays et de civilisations depuis sa naissance (Égypte, Perse, Afrique du Nord...).

    Mais ce mouvement de mise sous tutelle et d'éradication ne s'arrêtera pas là : c'est toute la Terre que les musulmans génocidaires/exterminateurs veulent soumettre à leur Islam et à leur charia...

    Déjà, partout en Europe, ses troupes s'agitent et manifestent : les loups sont entrés dans la bergerie, car "on" les a laissé y entrer. Et ces masses de l'armée barbare d'invasion n'ont qu'un but : nous offrir le choix entre la conversion et la mort (ou la fuite vers un pays libre, tant qu'il en restera un).

    Jusqu'au jour ou, c'est leur but, il n'en resterait plus ! Alors, la Terre entière serait musulmane : c'est leur rêve fondamental, et ce serait l'horreur fondamentale.

    Il est temps d'arrêter ce rêve fou - tant qu'il en est encore temps... - et de briser la vague d'invasion, comme l'ont fait les Espagnols (envahis en 711 et qui se sont libérés... en 1492 !); comme l'a fait l'Europe de l'Est (envahie en 1453 et lentement libérée, jusqu'au XIXème siècle, sauf Constantinople, une partie de Chypre et l'Asie mineure).

    ISLAM ? CHARIA ?

    MERCI, MAIS... NON MERCI !

  • Sur notre Page facebook, après le tremblement de terre au Maroc...

     
    Peut être une image de 1 personne et texte
     
    En hommage et solidarité au peuple marocain, nous recommandons de voir ou revoir « Fils d’un Roi » de Cheyenne Carron, réalisé en 2019; narrant l’histoire d’amitié entre un jeune Français et un jeune Marocain qui, épris de liberté et de rébellion contre un système qui les rejette, viennent au Roi.
    Voici un bref synopsis :
    « Kevin, fils d'ouvriers, est désemparé depuis que sa mère a été la victime d'un accident du travail. Le patron de l'entreprise ne veut pas reconnaître sa faute et les assurances renâclent à couvrir les frais médicaux de sa mère clouée sur son lit. Se sentant rejeté par la République, il commence à étudier la Monarchie avec son meilleur ami Elias. Ils découvrent ensemble l'héritage réel de la Monarchie Française… »
    La république jacobine baragouine, bafouille face à ce « petit Marocain » qu’elle souhaite « instruire et libérer » en lui expliquant que tuer le Roi était un acte fondateur pour la Liberté en France. Elias, sans hésiter, répond à ses professeurs que « Tuer le Roi, c’est s’en prendre à Dieu… ».
    Force au peuple marocain qui a gardé son Roi et qui fait front courageusement au Maghreb en renvoyant dos à dos la corruption islamiste comme celle de la fortune anonyme et vagabonde.
     
     

  • Gérontocratie et climat de guerre civile dans l’Empire américain? par Antoine de Lacoste

    1A.jpg

    Les prochaines élections américaines (novembre 2024) promettent d’aimables réjouissances. Les deux camps sont plus divisés que jamais, la haine y est implacable et le gouffre entre deux modèles de sociétés vertigineux. De plus chaque protagoniste a ses soucis judicaires qui atteignent un niveau inédit.

    Donald Trump est, comme prévu, l’objet de multiples attaques de la part des juges. Quatre inculpations lui ont été notifiées : « l’assaut » du Capitole, la tentative de « fraude électorale » en Géorgie, le recel de documents classifiés et des paiements secrets à une actrice porno en échange de son silence. Cela peut sembler impressionnant mais comme plus personne ne croit à l’impartialité de la justice dans nos démocraties occidentales, cela peut aussi s’interpréter comme une tentative de coup d’Etat judiciaire.

    Lire la suite