Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité Monde

  • Société • La cigarette maudite : D'accord avec Mathieu Bock-Côté !

    Martin Luther King

    Par  Mathieu Bock-Côté

    Cette tribune roborative et jubilatoire de Mathieu Bock-Côté sur son blogue du Journal de Montréal traite d'un nouveau fanatisme. Oui, Mathieu Bock-Côté a raison d'avoir envie - et nous avec lui - de crier : « Bande de fanatiques ! »   LFAR  

     

    501680460.5.jpg

    Ville de Québec, automne 2017. Au théâtre du Trident, on joue une pièce. Dans cette pièce, un personnage fume. Et puisqu’il doit fumer, il s’allume une cigarette. Normal, non ?

    Non ! Pas aux yeux des maniaques qui sont en croisade contre la cigarette et veulent l’éradiquer non seulement de nos vies, mais même de la fiction.

    Cigarette

    Un spectateur a dénoncé la cigarette maudite aux autorités gouvernementales qui ne se sont pas fait prier pour envoyer une contravention au théâtre. Ce dernier l’a payée, pour éviter les problèmes, on le devine. 

    Quels termes utiliser pour parler de cet épisode ? Loufoque ? Grotesque ? Débile ? Autoritaire ? Je propose : toutes ces réponses. 

    Nous sommes devant une manifestation de puritanisme qui donne froid dans le dos. C’est le triomphe de la société hygiénique, propre propre propre, aseptisée, ennuyante à en mourir.

    Quelle sera la prochaine étape ? Devra-t-on proscrire sur scène les banquets où on mange trop ? Pourra-t-on y manger du saucisson ? Et des frites ? Et que faire des gros buveurs ? Faudra-t-il même censurer les personnages d’alcooliques ? Cette contravention n’a rien d’anecdotique.

    Elle est symptomatique d’une tentation hygiénique qui veut purifier la culture pour la soumettre à l’idéologie. On veut mettre la vie dans un bocal.

    Censure

    Allons plus loin.

    Faut-il soumettre l’art aux bonnes mœurs ? Mais qui décidera des bonnes mœurs et des mauvaises ? Devrons-nous revenir sur les grandes œuvres du cinéma pour les conformer à ce nouveau catéchisme qui se réclame de la santé publique ?

    Faudra-t-il se soumettre aux exigences idéologiques du nationalisme, du fédéralisme, du féminisme ou du multiculturalisme, selon l’idéologie à la mode du moment ?

    Il faut dire que c’est déjà le cas. Pour éviter la polémique, bien des créateurs font le choix de l’autocensure. Ils intériorisent les nouveaux interdits.

    On a envie de crier aux minables petits flics officiels et volontaires de la brigade puritaine 2017 : bande de fanatiques.  

    Mathieu Bock-Côté

    Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).

  • Objection, votre honneur !

     

    par Gérard Leclerc

     

    2435494823.jpg

    Le président Obama à Paris, c’est bien sûr un événement !

    L’aura du prédécesseur de Donald Trump brille d’autant plus que la gestion de celui-ci inquiète. Son caractère fantasque ne s’est pas corrigé à l’épreuve du pouvoir, et dans le monde tel qu’il est cela a de quoi déstabiliser. Obama, c’est le strict contraire de Trump, et l’on comprend que tout un auditoire choisi soit allé l’écouter avec ravissement, samedi, à la Maison de la radio. Cet homme c’est la classe, la distinction, la mesure et de surcroît l’optimisme. N’a-t-il pas déclaré d’emblée : « Nous vivons la meilleure époque de tous les temps. » C’était pour ajouter, il est vrai : « Beaucoup la considèrent comme une époque terrible. Je suis convaincu que nous pouvons remplacer la peur par l’espoir. » Comment l’auditoire n’aurait-il pas reçu un tel message cinq sur cinq ?

    Sans vouloir à toute fin briser le charme, il est quand même permis de se poser quelques questions. Tout d’abord sur son auditoire privilégié. Celui-ci est très loin de représenter toute la France dans son ensemble, et même la capitale. Pour avoir le privilège d’écouter Barack Obama, il faut faire partie d’un certain cercle, être admis par un organisme – qui s’intitule curieusement les Napoléons – capable de garantir un cachet de 400 000 euros à l’orateur. Certes, cela fait partie des mœurs de ce monde privilégié et des anciens dirigeants politiques tels Tony Blair, Bill et Hillary Clinton, et même nos anciens présidents à nous.

    Autre question. L’optimisme de Barack Obama semble pris en défaut quand il s’agit d’aborder certains problèmes cruciaux : le terrorisme et les mouvements migratoires de fond. On l’a trouvé un peu évasif là-dessus. Donald Trump l’est beaucoup moins. On peut le trouver brutal et souvent dangereux. L’actuel titulaire de la Maison Blanche n’en dispose pas moins d’un solide crédit du côté de l’électorat républicain. On pourrait en dire autant sur un certain nombre de dirigeants d’Europe centrale, qui, eux aussi, inquiètent, mais n’en sont pas moins en empathie avec les peuples qui les ont désignés. C’est que le seul optimisme ne suffit pas à rassurer. On ne fera pas l’économie d’une franche explication sur les sujets qui fâchent. Ceci dit, Barack Obama n’a pas forcément tort sur tout. On doit l’écouter non sans l’interrompre parfois : objection votre honneur !   

    Gérard Leclerc

    Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 4 décembre 2017

  • De notre politique africaine

    Emmanuel Macron accueilli par le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kabore à l'aéroport de Ouagadougou le 27 novembre 2017

     

    par Louis-Joseph Delanglade

     

    logo lundis.jpgIl n’est certes pas désagréable d’entendre le chef de l’Etat français répondre avec fermeté et justesse à certaines critiques récurrentes formulées en Afrique même contre la France.

    Mais le ton direct qu’il a adopté à Ouagadougou ne saurait faire oublier l’essentiel, à savoir son incapacité à penser clairement et de façon politique la relation que pourraient et devraient entretenir la France et certains pays d’Afrique - en fait la plupart de nos anciennes colonies. La première erreur de M. Macron aura été de tirer sur une sorte d’épouvantail bien commode, la « Françafrique », elle-même héritière de la très gaullienne « Communauté française » de 1958. MM. Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande ont successivement annoncé sa fin et pourtant existe toujours, qu’on le veuille ou pas, quelque chose de particulier. A preuve, la présence, même contestée, d’une monnaie (franc CFA), d’une armée (bases militaires), d’une langue officielle. 

    Peut-être optimiste, la perspective du développement de la francophonie en Afrique centrale et occidentale n’est pas un facteur négligeable : tous les beaux discours, à commencer par celui de M. Macron, n’empêcheront pas le français d’être d’abord la langue de la France et de constituer un élément potentiellement fédérateur. Et surtout de permettre de circonscrire le champ de notre politique : il est évident que l’Afrique dans son intégralité, immense continent à la démographie explosive, est un trop gros morceau. Concentrons donc nos aides, notre action, nos projets dans le pré carré post-colonial. 

    Aussi la formule « il n’y a pas de politique africaine de la France » est-elle fort mal venue, d’abord et tout simplement parce que, les choses étant ce qu’elles sont, ne pas en avoir c’est en avoir une, la pire, celle qui nie les réalités. Certes, on ne peut que constater l’érosion avec le temps de la présence française. Mais c’est justement à cause de cela qu’il faut non pas nier mais repenser toute une politique. A défaut, il nous faudra subir cette forme de Françafrique qui existe toujours, celle que M. Zemmour (RTL, jeudi 30) dénonce justement, « un instrument que les dirigeants africains utilisent habilement pour défendre leurs intérêts ». 

    Or, la France se doit d’abord à elle-même. Il faut donc que ce que nous pouvons apporter à l’Afrique soit légitimement compensé. Notre aide, qu’elle soit militaire, financière, éducationnelle, etc. doit ainsi avoir deux contreparties essentielles : d’abord la garantie d’être la nation la plus favorisée dans tous les domaines car nous n’avons pas à tirer les marrons du feu au bénéfice des Chinois, Américains ou autres ; ensuite la mise sur pied d’un dispositif franco-africain pour limiter au maximum une émigration dangereuse pour tout le monde et favoriser le retour au pays de dizaines de milliers d’Africains qui n’ont rien à faire en France. 

    Ne pas oublier surtout que la France doit conserver sa propre souveraineté politique vis-à-vis de l’Afrique. Or, Il nous est de plus en plus difficile, et coûteux, d’agir seuls, notamment sur le plan militaire, et une aide de nos alliés européens serait la bienvenue. M. Macron veut « une relation renouvelée, passant par la construction de liens renforcés entre l'Afrique et l'Europe, et pour laquelle la France pourrait selon lui jouer un rôle d’intermédiaire » (Le Figaro, mardi 28). Pourquoi ne pas envisager, plutôt que cette dissolution déguisée dans une politique euro-africaine, de jouer notre rôle de nation européenne prépondérante ? Ce rôle étant profitable à tous nos partenaires, tous doivent nous soutenir, notamment sur le plan financier : on pourrait donc suggérer un réaménagement budgétaire, la France voyant sa facture européenne diminuer à proportion de ses dépenses militaires en Afrique. 

    Evidemment, cette redéfinition de notre politique africaine ne doit pas convenir à M. Macron, comme le montre sa prestation orale à Ouagadougou.  •

  • Éric Zemmour : « La Françafrique, toujours supprimée, mais toujours de retour »

     

    BILLET - « Il n'y a plus de politique africaine de la France » : tel est le message que le Président Macron a voulu faire passer lors de son premier voyage en Afrique. Eric Zemmour donne son analyse [RTL 30.11], comme toujours renseignée, lucide et éclairante. Elle diffère cependant quelque peu de la nôtre (cf. ci-dessus) parce qu'elle n'envisage pas - ce n'est pas son sujet - les raisons, les enjeux, les aspects positifs d'une politique africaine de la France qui serait bien conduite. Nous ne critiquerons rien, en revanche, car rien n'y est hélas inexact, de ce qu'Eric Zemmour a choisi d'exposer ici ...  LFAR 

     

     

    Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge

    « La Françafrique, c'est fini ». Le Président Macron l'a dit et répété. Tout le monde a compris. D'autant mieux que François Hollande, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et François Mitterrand (lors de son discours de la Baule en 1991) l'avaient déjà dit. La Françafrique, cent fois tuée et enterrée. Mais tel le Phénix qui renaît cent fois de ses cendres.

    Mais la Françafrique n'est plus ce qu'elle était. La Françafrique a une apparence : un groupe de pays africains, manipulés par l'ancien colonisateur qui, devenu puissance moyenne, se hausse du col sur les épaules du géant africain. Mais elle a une réalité : un instrument que les dirigeants africains utilisent habilement pour défendre leurs intérêts.
      

    Éric Zemmour

  • « Ne venez pas me faire la morale » : Macron très cash avec des étudiants burkinabè

     

    Par Challenges.fr [le 28.11.2017 à 20 h 29]

    Emmanuel Macron s'est montré direct lors de son déplacement au Burkina Faso, à l'occasion d'une rencontre avec des étudiants de l'Université de Ouagadougou.  Sur bien des points, il a raison, ses propos sonnent juste et le sont.  Sauf que, comme le dit Zemmour, Macron rime avec raison, mais pas avec action. Quelle peut et doit être la politique africaine de la France ? Nous y reviendrons lundi prochain.  LFAR 

     

    sans-titre.pngLe lieu : l'amphithéâtre de l'université de Ouagadougou, bondé. La climatisation tourne à fond, elle qui ne marche habituellement jamais. Les personnages : 800 étudiants du Burkina Faso, impatients de débattre. Face à eux, le président français Emmanuel Macron vient de discourir deux heures, appelant les Africains à résoudre eux-mêmes leurs problèmes.

    C'est le moment des questions-réponses. Les jeunes, souvent très politisés, reprochent pour beaucoup à la France un rôle néo-colonial. Les échanges s'enflamment dans un brouhaha croissant mais bon enfant. Au pupitre, Emmanuel Macron, sourire en coin, élève de plus en plus la voix, sans craindre d'en découdre, ravi de se jeter dans l'arène pour les convaincre. Ironie, autodérision, pédagogie, émotion, logique, moquerie, plaidoyer : le chef de l'Etat utilise toutes les facettes pour convaincre.

    « Ne venez pas me parler comme ça des soldats français »

    « Imaginez une jeune femme qui vit à Angoulême, en France », dit-il à une étudiante qui critique la présence des soldats français au Burkina. « Elle n'a peut-être jamais entendu parler du Burkina. Son jeune frère est peut-être mort ces derniers mois pour vous sauver. Et vous la remerciez en disant ça ? Vous n'avez pas votre jeune frère qui est en train de se battre sur le sol belge ou français. Ne venez pas me parler comme ça des soldats français. Vous ne devez qu'une chose aux soldats français, les applaudir », dit-il récoltant... des applaudissements.

    « J'ai apprécié positivement son discours, cependant sur l'impérialisme français, la présence des bases françaises en Afrique, il a botté en touche », s'insurge Modeste Bagoro, étudiant en mathématiques.

    Alors qu'une étudiante lui demande si la climatisation restera branchée après son départ, il s'écrie : « Vous me parlez comme si j'étais toujours une puissance coloniale... Je ne veux pas m'occuper de la climatisation dans les universités du Burkina, c'est le travail du président (burkinabè Roch Marc Christian) Kaboré ! ». Et, se moquant de son homologue qui quitte la salle : « Du coup il s'en va ! Il est parti réparer la climatisation ! », plaisante Macron. Un malaise s'installe, certains craignent l'incident diplomatique, que le président Kaboré se soit vexé... Il reviendra plus tard, souriant.

    « N'ayez pas une approche bêtement post-coloniale »

    Le débat se poursuit. A une question sur le franc CFA et « l'or du Burkina » qui serait déposé à la Banque de France, et s'il a « peur » d'en parler, Macron rétorque : « Qui fait des études d'économie ici ? » Aucune main ne se lève... « Si quelqu'un peut me dire où l'or burkinabè est caché à Paris je suis preneur ! Il n'y en a pas, il faut être sérieux. Tout le monde va se calmer ». Avant d'expliquer, pédagogique, qu'il existe bien des dépôts de réserve à la banque centrale indispensables pour garantir une monnaie.

    « N'ayez pas des obsessions », poursuit-il sur le CFA. « Si demain quelqu'un décide de ne plus en être membre, il n'y est plus ». Se retournant vers le place toujours vacante du président Kaboré, il ironise : « Dès qu'il aura réparé la clim' de l'amphithéâtre il sortira de la zone franc, vous l'avez compris ! » 

    « Ce n'est pas aussi facile qu'il le dit car il y a un risque que la France retire tous ses intérêts. Donc la sortie du franc CFA se présente comme un couteau tranchant pour nous-mêmes », estime un étudiant. Macron s'agace : « N'ayez pas ce discours de revendication post-colonialiste qui n'est pas de votre génération. N'ayez pas une approche bêtement post-coloniale ou anti-impérialiste ».

    « C'est ridicule, qui va financer ça ? »

    Quand un étudiant lui demande d'ouvrir les frontières aux migrants, il répond : « Je ne peux pas expliquer à mes classes moyennes qui ont travaillé, qui paient des impôts, que c'est formidable, qu'on va accueillir tout le monde. C'est ridicule, qui va financer ça ? Vous allez nourrir le racisme et la xénophobie. Ca n'existe pas les frontières ouvertes à tous les vents, ça ne marche pas ».

    Sur l'esclavage en Libye, il attaque : « Qui sont les auteurs du trafic ? Ce sont des Africains, mon ami ! Posez-vous la question, arrêtez de dire que le problème, c'est l'autre. Il y a des Africains qui escalavagisent d'autres Africains. Nous les combattrons mais ne venez pas me faire des leçons de morale. Il ne faut aucun propos simpliste. Ces scènes sont intolérables pour moi autant que pour vous ». Beaucoup d'étudiants sont séduits... Surtout par la forme. « Son discours était beau mais qu'il se rappelle qu'il ne doit pas se limiter à la rhétorique », réagit Sawadogo François. Il est venu s'imprégner de nos réalités. On attend de voir ce qui va être fait en faveur de la jeunesse burkinabè et africaine. On espère qu'il mettra en application son discours ».  •

  • Le grand retour de la race

    Martin Luther King

    Par  Mathieu Bock-Côté

    Cette tribune [29.11] de Mathieu Bock-Côté sur son blogue du Journal de Montréal traite du fallacieux antiracisme qui ne fait que dissimuler un racisme antiblanc.   LFAR  

     

    501680460.5.jpg

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Occident, traumatisé par les horreurs du nazisme, a entrepris de neutraliser toute référence à la race dans les rapports sociaux.

    La lutte contre le racisme est devenue un principe de civilisation. C’est en son nom que les États-Unis ont combattu la ségrégation et que le monde occidental s’est mobilisé contre l’apartheid en Afrique du Sud.

    La discrimination raciale était devenue moralement insoutenable. 

    Antiracisme

    On constate, aujourd’hui, que ce bel idéal se décompose sous nos yeux. 

    Partout en Occident, la race est de retour. On trie les individus selon la couleur de leur peau. Dans les publicités, dans les concours, dans les administrations, dans les spectacles, on distingue entre les Noirs, les Blancs, les Asiatiques, les Latinos et ainsi de suite.

    Mais cette offensive racialiste, à la grande surprise de plusieurs, se réclame de l’antiracisme. C’est un antiracisme qui se dit de gauche, alors on lui pardonne tout. Le progressisme justifie encore une fois bien des sottises.

    Cet antiracisme qui domine la vie universitaire et médiatique n’est qu’une fraude intellectuelle et nous impose un jargon débile avec des mots comme « racisés », « appropriation culturelle » et « racisme systémique » avec lesquels il pratique l’intimidation idéologique.

    On a encore vu cet antiracisme à l’œuvre ces derniers jours avec la protestation de certains groupes contre la présence insuffisante des « minorités visibles » au conseil municipal et au conseil exécutif de Montréal.

    En gros, on ne s’intéresse pas à la valeur individuelle de chaque élu. On l’enferme dans son origine raciale et on le transforme en échantillon représentatif d’un groupe ethnique.

    On le voit aussi avec la discrimination positive qui pousse à embaucher quelqu’un selon son origine plutôt que selon sa compétence.

    Il y a quelque chose de loufoque à imposer une telle grille de lecture au Québec.

    Mais on pousse cette passion racialiste encore plus loin.

    En France, ces derniers jours, on a beaucoup parlé de l’initiative d’un syndicat qui a organisé des ateliers racialement « non mixtes ». Traduisons : ceux qu’on appelle les Blancs en sont exclus. De telles activités sont de plus en plus fréquentes.

    Heureusement, chez nos cousins, cette discrimination fait clairement scandale.

    Si nous avions le sens des mots, on parlerait tout simplement de racisme antiblanc et de haine des Blancs. Et on constatera que ce racisme-là est non seulement toléré, mais encouragé.

    Salauds de blancs !

    On y voit même une stratégie de libération contre l’oppresseur. Contre les Blancs, vous pouvez tout dire tout en exigeant qu’ils se taisent.

    Pire : ceux qui ne se soumettent pas à cette vision du monde sont accusés de racisme !

    Revenons sur terre. Peut-on vraiment fondre dans une même catégorie les Norvégiens, les Allemands, les Russes, les Lettons, les Québécois et les Canadiens anglais ? Doit-on faire de même avec les Kenyans, les Haïtiens, les Sénégalais ?

    Cet antiracisme de contrebande vient abolir les individus, les cultures, les peuples et les civilisations : il ne voit sur terre que des races en lutte entre elles.

    C’est un délire toxique à combattre.  

    Mathieu Bock-Côté

    Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).

  • Quand les Kurdes négocient avec Daesh

    Abou Kamal près de la frontière iraquienne, zone baignée par l'Euphrate

     

    Par Antoine de Lacoste

     

    1456949215.png

    La prise de Raqqa (capitale de l'Etat islamique) a été saluée comme une grande victoire contre Daesh. Ce sont les FDS, cette coalition composée majoritairement de Kurdes et organisée par les Etats-Unis, qui ont fait le siège de la ville.

    L'affaire a pris plusieurs mois. Les bombardements américains ont détruit 80% de la ville mais les forces kurdes ont longtemps piétiné devant les derniers réduits de Daesh, sans vraiment s'y attaquer.

    Et puis soudainement, malgré l'absence d'offensive finale, les Américains ont triomphalement annoncé la reprise complète de la ville.

    Un long cortège de civils s'est alors dirigé vers le nord, en direction de la frontière turque, fuyant une ville devenue inhabitable.

    Mais très vite, des doutes sont apparus sur le sort des derniers combattants islamistes. Les Russes ont accusé les Américains de les avoir laissés s'en aller, mais personne ne les a écoutés. Des rumeurs faisaient état de départ négocié vers Deir ez-Zor que l'armée syrienne tentait de reprendre à Daesh, les Américains ont démenti.

    Il a fallu une enquête de la BBC pour qu'une partie de la vérité apparaisse.

    Il y a bien eu négociation entre les Kurdes et les derniers combattants de Daesh afin que ceux-ci puissent évacuer Raqqa avec leurs familles et leurs armes. Ils se sont massivement dirigés vers la Turquie et ont, pour la plupart, franchi la frontière.

    Les Turcs n'ont évidemment pas été informés de la situation, ni par les Kurdes (c'est assez logique) ni par les Américains (ce qui ne va pas arranger leurs relations). Et c'est un peu par hasard que deux responsables importants de Daesh ont été arrêtés peu après en Turquie.

    Les autres sont maintenant disséminés un peu partout...

    Le Ministre des Affaires étrangères russe, Serguei Lavrov, a violemment dénoncé cette opération peu après, preuves à l'appui.

    Ne pouvant plus démentir, les Américains ont cette fois reconnu la réalité de la négociation, arguant du fait qu'il n'était pas possible de faire autrement.

    Il n'est d'ailleurs pas certain qu'ils aient eu tout à fait leur mot à dire. En effet, les Kurdes étaient bien décidés à perdre un minimum d'hommes dans une bataille dont l'importance était plus symbolique que stratégique. Raqqa était totalement isolée, et la plupart des combattants avaient fui avant le début des combats vers Deir ez-Zor, Mayadin et Abou Kamal, dernière ville tenue par Daesh, près de la frontière iraquienne. C'est l'armée syrienne qui devra finir de reprendre cette zone baignée par l'Euphrate.

    Les Américains voulaient une victoire de prestige à moindre frais et il serait assez naïf d'être surpris par une telle négociation. Les Kurdes, quant à eux, sont dans une logique de conquête territoriale préparant une négociation politique, et le combat anti-islamiste est tout à fait accessoire pour eux.

    On évalue à 250 le nombre de combattants islamistes ainsi exfiltrés par les Kurdes. Si l 'on rajoute les familles, ce sont presque 2000 personnes qui ont été autorisées à partir.

    Il ne faudra pas s'étonner d'en retrouver un jour en Europe...   

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • Mensonges sur le chômage aux Etats-Unis : vers une crise économique mondiale pire qu’en 1929

     

    Par Marc Rousset 

     

    3890715347.jpgLe jeudi 24 octobre 1929 (jeudi noir), c’est le krach à Wall Street. Tout le monde veut vendre ses titres et personne n’achète. À midi, l’indice Dow Jones a perdu 22,6 %. La baisse se poursuit pendant trois ans ; les cours chutent de 87 % et les banques font faillite. La production industrielle baisse de moitié de 1929 à 1932 et le taux de chômage passe de 3,1 % à 24 %.

    La prochaine crise économique, monétaire et financière qui nous attend sera pire que celle de 1929 ; elle sera apocalyptique et conduira à l’écroulement du Système. Pourquoi ? Parce qu’on nous ment, parce que le taux de chômage réel aux États-Unis est déjà de 20 % et non pas de 4,7 %, parce que le Système public et privé dans le monde entier est déjà bien plus endetté qu’en 1929, parce que l’économie moderne très fragile offre beaucoup de biens et services non indispensables, moins primaires et essentiels qu’en 1929, parce que partout dans le monde libre-échangiste dangereusement interconnecté (Europe, États-Unis, Japon, Chine), on a déjà eu recours à une politique monétaire hyper-laxiste, avant même que le krach boursier ne se soit produit.

    Dès le krach boursier, la création monétaire de la Réserve fédérale et de la BCE s’amplifiera et le monde connaîtra une situation hyperinflationniste semblable à celle de l’Allemagne en 1923. L’euro, excellente chose, ne pourra alors malheureusement qu’exploser face au chaos économique et à l’inévitable chacun pour soi national dans des situations aussi graves.

    Nous vivons, en fait déjà depuis 2008, une grande dépression larvée et masquée par une bulle folle spéculative sur les actions, l’hyper-endettement, les taux bas d’intérêt, la politique monétaire laxiste, les mensonges des gouvernements et des médias. Le taux de chômage réel des États-Unis est particulièrement élevé dans la réalité ; il remet donc en cause tout le cinéma médiatique anglo-saxon sur la prospérité états-unienne. Ce n’est pas pour rien que Donald Trump a été élu.

    Officiellement, les États-Unis comptent 8 millions de chômeurs déclarés, mais en réalité, il convient d’ajouter à ce chiffre 94 millions d’Américains en âge de travailler sans emploi. Si vous êtes désespéré d’être au chômage aux États-Unis et que vous avez cessé de chercher un emploi au cours des quatre dernières semaines, le département du travail ne vous comptera plus comme chômeur.

    Si vous effectuez une heure de travail aux États-Unis et que vous êtes payé au moins 20 dollars pour avoir tondu une pelouse, ou si vous avez travaillé dix heures à temps partiel, vous ne serez pas officiellement enregistré comme chômeur.

    Aux États-Unis, 251 millions de personnes sont en âge de travailler, mais seulement 157 millions (soit 62 %) travaillent ou cherchent un travail. Dans les 38 % restants, soit 94 millions de personnes, 54 millions ne travaillent pas suite à l’explosion des maladies, du diabète, de la drogue, des invalidités, et 40 millions sont sans emploi, qui tentent de survivre comme elles peuvent, ayant renoncé à chercher un travail. Ce n’est pas un hasard si le nombre de bénéficiaires en paupérisation accélérée des bons alimentaires du programme « SNAP » explose.

    Comme en France, le taux de chômage réel aux États-Unis est plutôt de l’ordre de 20 %. Après le krach boursier à venir, le chiffre du chômage ne serait plus de 24 %, comme en 1932 aux États-Unis, mais il pourrait bien alors atteindre le chiffre réel apocalyptique et révolutionnaire de 30 à 40 % ! Macron ne serait manifestement plus l’homme de la situation.  

    41LRKbfMFHL._SL300_.jpg

    Économiste

    Ancien haut dirigeant d'entreprise

  • Le français est-il de trop à Montréal ?

     

    Par  Mathieu Bock-Côté

    Cette tribune [22.11] est de celles que Mathieu Bock-Côté donne sur son blogue du Journal de Montréal et que nous reprenons volontiers, souvent, tant elles sont pertinentes, proches de nos propres idées, et collent, de façon vivante, intelligente et claire, à l'actualité la plus intéressante. Il s'agit ici de la situation menacée du français au Québec et comment cela ne nous toucherait pas, ne nous concernerait pas ?  En soi, d'abord.  Mais aussi parce qu'en ce moment même chez nous en France, défaite de la pensée et stupidités linguistiques mortifères que l'on tente de nous imposer, vont funestement de pair.  ?  LFAR  

     

    501680460.5.jpg

    La scène s’est passée aujourd’hui à Montréal, mais soyons honnêtes, des scènes comme celles-là, il y en a tous les jours. Après quelques mois de fermeture, la boutique Adidas rouvrait ce matin au centre-ville, sur la rue Sainte-Catherine. L’essentiel de la présentation s’est déroulé en anglais. Certains nous diront probablement, en haussant les épaules, que c’est normal dans une ville qui s’anglicise et où le français est de plus en plus considéré comme une langue de second ordre. Pourquoi s'indigner devant l'inéluctable ? Pourquoi résister à un mouvement qu'on nous présente comme irréversible et poussé par le sens de l'histoire? La plupart du temps, les Québécois se couchent devant cela. Mais le gérant de la boutique, au moment de s’adresser aux gens présents dans la salle, a senti le besoin d’en rajouter en disant : « je vais dire un mot en français pour accommoder la ville de Montréal et les médias francos ». C’était peut-être la provocation de trop. Sur les médias sociaux, ils sont nombreux à avoir exprimé leur écœurement devant une manifestation aussi décomplexée de mépris à l'endroit de ceux qu'on appelle souvent pudiquement les francophones ou les gens d'ici.

    Comment ne pas rager, hurler et gueuler quand on lit une telle saloperie ? Comment ne pas voir dans cette phrase une insulte ? Désolé d'exister ! Désolé de vous embêter, vous qui rêvez d'un monde mondialisé où notre peuple en trop ne vous embêterait plus. Certains annoncent qu'ils feront la grève du magasin. Comment le leur reprocher ? On aurait presque envie d’aller faire un tour à la boutique et de parler français au personnel simplement pour les troubler et les désorienter. En d’autres mots, le gérant s’est plié avec un mélange de mépris et de dédain, à une formalité linguistique locale, avant d’en revenir à l’anglais et de mener une entrevue en anglais avec un invité français – oui, deux francophones ont échangé en anglais dans une ville francophone pour s’assurer que tous les comprennent. Il est beau le progrès ! En d’autres mots, il fallait bien faire une phrase ou deux en français, pour contenter les locaux, et on se surprend probablement qu’ils ne s’en satisfassent pas. En d’autres mots, toujours, on a fait une petite prière linguistique pour saluer les anciens québécois, puisqu’il fallait bien le faire, et on a vite oublié leur présence. Le gérant lui-même était un Québécois francophone. C'est ce qu'on appelle renier les siens.

    Cet événement n’a rien d’une anecdote et tout d’un symptôme. En d’autres mots, il est révélateur. Il nous en dit davantage sur l’état du français à Montréal que bien des études statistiques cherchant à documenter les tendances linguistiques. Résumons : les Québécois francophones, à Montréal, sont désormais traités comme une minorité agaçante, qu’on veut bien accommoder, mais qui ne doivent pas trop en demander. Ils sont des étrangers chez eux et leur langue, pour laquelle ils se sont tant battus, agace désormais ceux qui veulent vivre selon les codes de la modernité nord-américaine, où la différence québécoise est considérée de plus en plus comme folklorique, avant de devenir tôt ou tard inconcevable. Notre minorisation démographique a des effets politiques. Nous sommes passés de bonjour, à bonjour/hi, à hi. Et maintenant, qui dit bonjour commet presque une incivilité. Qui exige d’être servi en français passe pour un rustre, un provincial borné ou même un xénophobe. Et les Québécois francophones eux-mêmes s’assimilent à ce nouveau peuple montréalais qui se définit essentiellement par son rejet du Québec historique, décrété homogène, frileux et ennuyant. C’est peut-être le prix à payer pour ne pas avoir choisi l’indépendance. Quand ils étaient sérieux, les souverainistes n’hésitaient pas à le dire : l’indépendance est essentielle à la survie du peuple québécois.

    Les Québécois sont désormais traités comme un vieux peuple résiduel appelé à se dissoudre grâce au passage du temps. Dans le Canada, le peuple québécois en vient à faire de son autodestruction une marque de progrès. Tôt ou tard, et plus tôt que tard, ils seront appelés à se dissoudre dans la modernité anglophone, mondialisée et diversitaire. L’assimilation s’accélère dans une métropole qui se détache mentalement du Québec. On s’anglicise souvent en franglisant. Puis un jour, on s'anglicise tout simplement. Et ceux qui refusent ce mouvement et y résistent sont présentés comme des retardataires historiques ou des réactionnaires déphasés incapables de s’adapter à une époque qui fait de la-diversité-une-richesse, pour reprendre le slogan consacré. Faut-il s’en surprendre? L’idéologie dominante nomme souvent racisme le simple instinct de survie des peuples qui ne veulent pas se laisser dissoudre par la mondialisation, l’américanisation ou le multiculturalisme à la canadienne. Un jour, défendre la prédominance ou la simple présence du français à Montréal sera assimilé à une position d’extrême-droite. Et ce jour est proche.  

    Mathieu Bock-Côté

    Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).

  • Film • Le documentaire « La persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde » projeté à Paris

     

    LA PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS AUJOURD'HUI DANS LE MONDE. Une éradication sournoise et violente...

    210 millions de femmes, d'hommes et d'enfants, dans 50 pays, sont persécutés en raison de leur foi.

    Imaginez si, sur les 508 millions d'habitants d'Europe, les Français, les Italiens, les Allemands et les Belges étaient chaque jour en bute aux pires maltraitances : bastonnade, lapidation, tortures en tous genres, viols, emprisonnement, discrimination, assassinat. Sur simple dénonciation, pouvant à tout moment être accusés de blasphème. Et cela, dans le silence assourdissant des États, et des Commissions des droits de l'homme de l'ONU, et de l'Union européenne.

     Le film entend montrer ce que recouvre le terme générique de "persécutions" avec l'aide de témoins ; comprendre pourquoi au XXI° siècle on tue des chrétiens ; mettre à jour la faillite des États, la disparition de la liberté religieuse et de conscience, promise en 1948 avec la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Il tente aussi d'y voir plus clair avec la charia négatrice de la liberté religieuse, pourtant acceptée comme référence au sein des organisations internationales.

    Prenez 90 minutes de votre temps, et venez découvrir l'ethnocide qui se déroule à un jet de pierre de notre conscience. Car, si rien n'est fait pour arrêter le flot destructeur, plus tard, que restera-t-il des chrétiens en dehors des lieux sanctuarisés ? Si un tel malheur arrivait vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

    UNE SEULE SALLE A PARIS

    À compter du 15 novembre 2017

        Le complexe cinéma le LUCERNAIRE

        53, rue Notre Dame des Champs 75006 Paris

    Séances mercredi et jeudi à 20 h 30. Vendredi, samedi et dimanche :

    14 h 30 - 16 h 30 - 18 h 30 - 20 h 30

    L'on peut acheter le billet d'entrée sur Internet en tapant réservation cinéma Lucernaire.

     

  • Livres • Un prophète d’un nouvel âge ?

     

    par Gérard Leclerc

     

    2435494823.jpg

    Faut-il ériger l’historien Yuval Noah Harari en prophète de notre temps ? On pourrait sérieusement l’envisager, rien qu’à constater le nombre de lecteurs enthousiastes que suscite son best-seller intitulé Homo Sapiens, traduit en une quarantaine de langues et diffusé à plus de huit millions d’exemplaires. Le président Barack Obama s’est passionné pour cet essai qui prétend nous raconter l’histoire de l’humanité en une synthèse complète. Et il est rejoint par un nombre impressionnant de personnalités, acteurs majeurs du monde actuel, tels Bill Gates ou Mark Zuckerberg. Et il semble que le second essai d’Harari, intitulé Homo Deus. Une brève histoire de l’avenir, rencontre un succès identique. Le savoir-faire de l’auteur y est pour beaucoup, car il faut du talent pour rendre crédible un tel tour de force. Mais il faut ajouter que sa prétention à nous offrir une explication globale de l’aventure humaine et à nous révéler vers quel accomplissement nous nous dirigeons a de quoi intriguer et même fasciner.

    Les deux livres d’Harari font penser à une œuvre de jeunesse d’Ernest Renan L’avenir de la science, car nous y trouvons le même projet qui consiste à imaginer le devenir de notre espèce grâce à la trajectoire du développement scientifique. Dans un cas comme dans l’autre, nous avons affaire à une sorte de gnose scientiste, un substitut de religion, puisqu’il s’agit de donner du sens à l’existence, tout en s’émancipant des âges révolus de l’humanité.

    Renan se demandait si la science n’obtiendrait pas l’ultime secret du monde, celui qui donnerait à l’homme le pouvoir de créer, qui jusqu’ici n’appartenait qu’à Dieu. Harari, lui, est aussi fasciné par les progrès de l’esprit de l’homme, mais il se montre angoissé par le développement d’une intelligence artificielle, que ce même homme a fabriquée et qui risque demain de le mieux connaître que lui-même ne se connaît. Ce n’est plus exactement la gnose scientiste de Renan, mais elle est encore plus inquiétante avec sa projection transhumaniste. Et c’est dans ce climat culturel-là, que les chrétiens ont à faire connaître la Bonne Nouvelle, dont saint Irénée montrait, qu’avec le Christ, elle était la nouveauté absolue. C’est un sacré défi !  

    Gérard Leclerc

    Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 16 novembre 2017

  • Nouvelle crise politique au Liban

    Le roi d'Arabie Saoudite Salman Ben Abdulaziz al-Saoud avec l'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri, à Riyad le 6 novembre 2017

    Par Antoine de Lacoste

     

    1456949215.png

    Le premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission le 4 novembre dernier à la télévision...saoudienne.

    Certes, Hariri a la double nationalité libanaise et saoudienne, mais le fait reste tout de même surréaliste. De là à penser que l'homme d'affaires sunnite a été contraint à ce geste par le régime saoudien, il n'y a évidemment qu'un pas, d'autant qu'Hariri est toujours à Ryad. Il ne s'est donc pas rendu au Liban pour remettre sa démission au Président Aoun comme l'exige la Constitution.

    Est-il libre de ses mouvements ? On peut penser que non. Voulait-il vraiment démissionner ? C'est peu probable mais Hariri est totalement dépendant de Ryad. Son groupe de BTP, Saudi Oger, dont il a hérité de son père Rafic, est en faillite. La corruption généralisée qui entourait l'activité de l'entreprise rend facile une intervention de l'Etat saoudien pour faire pression sur Hariri qui pourrait encourir une longue peine de prison pour toutes ses activités frauduleuses.

    Que veut Ryad en organisant ce scénario improbable ?

    Toutes les clés ne sont pas encore connues mais il est toutefois évident que cette démission s'inscrit dans la prise de pouvoir progressive du prince héritier du royaume wahhabite, Mohamed Ben Salman (MBS pour les intimes) qui succédera à son père Salmane, âgé de 82 ans.

    Il est décidé à moderniser le royaume et à affronter la puissance iranienne afin que l'Arabie Saoudite demeure la principale puissance de la région.

    C'est pourquoi il a déclenché la guerre au Yémen afin d'empêcher les rebelles houttistes, proches de Téhéran, de prendre le pouvoir.

    C'est aussi pourquoi il a instauré un blocus brutal contre le Qatar, coupable de trop parler avec l'Iran.

    C'est enfin pourquoi une vague d'arrestations a frappé le royaume saoudien où des dizaines d'hommes d'affaires, de princes et de ministres ont été assignés à résidence avec interdiction d'exercer toute activité. Tout ceci sous le prétexte de lutter contre la corruption. Celle-ci est réelle mais elle est consubstantielle à l'Arabie Saoudite et c'est en réalité un moyen commode de se débarrasser d'opposant potentiels.

    La démission forcée d'Hariri s'inscrit dans la même logique.

    L'Arabie saoudite a perdu, par procuration, la guerre en Syrie que l'Iran, elle, est en passe de gagner. Ceci a considérablement renforcé le Hezbollah libanais, également très actif dans le conflit syrien contre les islamistes dont beaucoup étaient financés par Ryad.

    MBS considère dès lors qu'Hariri, son pion sunnite à Beyrouth, ne peut plus exercer le pouvoir de façon crédible face à un Hezbollah qui est clairement un Etat dans l'Etat. Le Président chrétien Michel Aoun étant lui-même proche des chiites et de Damas, il est devenu nécessaire de mettre fin à la caution saoudienne.

    C'est un signal clair envoyé à Téhéran et le pauvre Liban se retrouve une fois de plus le jouet de conflits qui le dépassent.

    Personne ne sait comment cette nouvelle crise institutionnelle va se terminer mais une chose est certaine, c'est bien la rivalité Ryad-Téhéran qui est au cœur de l'actualité du Proche-Orient.

    Le conflit entre les sunnites et les chiites ne connait décidement aucun répit.  

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • Pourquoi le Dow Jones et les Bourses mondiales vont bientôt s’écrouler

     

    Par Marc Rousset

     

    3973556484.jpg

    Le Dow Jones a atteint le chiffre stratosphérique de 23.539 points vendredi dernier (3.11), tandis que le CAC 40 continuait sa remontée jusqu’à 5.517 et que le Bitcoin, autre indice de la folie spéculative en cours, se dirige allègrement vers les 10.000 dollars. Plus dure et plus violente sera, cette fois, la chute de Wall Street après les corrections de 46 % en 1973, 41 % en 1987, 39 % en 2002, 54 % en 2008 !

    Entre 1921 et 1969, soit pendant 48 années, le Dow Jones a été multiplié par 9, s’élevant de 80 à 720. S’il avait continué au même rythme tendanciel de long terme, il devrait donc être aujourd’hui, en 2017, de l’ordre de 6.300. Il se trouve qu’il est aujourd’hui à 23.539, soit à un niveau quatre fois plus élevé. Pourquoi ?

    Parce que Nixon, en 1971, en abandonnant l’étalon-or et la convertibilité du dollar en or, a fait place nette à l’impérialisme non justifié du dollar, au laxisme monétaire de la Fed et au crédit illimité. De 1969 à 2017, la dette globale des États-Unis (publique + particuliers + entreprises + institutions financières) a été multipliée par 47, passant de 1.500 milliards de dollars à 70.000 milliards de dollars.

    Pendant la même période, le PIB américain, lui, n’a été multiplié que par 19 au lieu de 47. Cela signifie qu’il faut 2,5 dollars de dettes aux États-Unis pour générer un dollar de PIB supplémentaire. Plus grave encore, le PIB états-unien a même baissé de 8 % depuis 2006 en termes réels, selon les chiffres calculés et ajustés par l’inflation de la société Shadowstats, même si les chiffres officiels indiquent une augmentation nominale trompeuse du PIB de 16 %.

    Les dettes énormes et la création monétaire laxiste par la Fed n’arrivent donc plus à s’investir suffisamment dans l’économie productive réelle ; elles se tournent vers la spéculation, l’économie financière, les bulles et les mystérieux 2,5 millions de milliards de dollars des produits dérivés des banques. 

    L’or, lui, paradoxalement, ne réagit pas car il est manipulé par la Fed et les banques occidentales qui font baisser les cours par des prêts d’or des banques centrales tout en intervenant sur les marchés papiers de l’or à terme ; les banques commerciales seraient bien incapables de fournir l’or physique des contrats à terme en cas de nécessité si tous les acheteurs demandaient livraison physique de l’or acheté.

    Le krach boursier à Wall Street est d’autant plus probable que la chute peut provenir également d’un écroulement soudain de la monnaie dollar. L’Iran demande à la Russie de Poutine d’éliminer le dollar pour les transactions en pétrole. La Chine continue son travail de sape dans le même sens par ses pressions sur l’Arabie saoudite et les pays producteurs pour accepter des cotations en yuan, par ses contrats nouveaux de pétrole en yuan-or, et en renforçant le rôle mondial de Shanghai, en collaboration avec Hong Kong, sur le marché de l’or où les livraisons doivent se faire en or physique.

    Si le ratio Dow Jones/cours de l’once d’or – qui était de 1 en 1980, pour passer à 42 en 1999, pour redescendre ensuite à 6 en 2012, pour remonter aujourd’hui à 20, en raison de la bulle boursière sur les actions et de la réévaluation toujours insuffisante du prix de l’or – devait passer en dessous de 0,5, Wall Street connaîtrait cette fois-ci un krach qui correspondrait à l’écroulement complet des Bourses mondiales, du système bancaire et du système financier actuel. 

      41LRKbfMFHL._SL300_.jpg

    Économiste

    Ancien haut dirigeant d'entreprise

  • Recul général des islamistes en Syrie

    Le Ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov

     

    Par Antoine de Lacoste

     

    1456949215.png

    Les forces de Daesh sont de plus en plus acculées sur la frontière irakienne, prises en étau entre l'armée syrienne (appuyée par les Russes dans les airs et les Iraniens au sol) et l'armée irakienne. Les Kurdes, depuis la rive gauche de l'Euphrate, suivent et surveillent les mouvements syriens sans vraiment combattre les islamistes. C'est ainsi depuis la prise de Raqqa, conformément aux consignes américaines.

    Les islamistes se défendent avec acharnement et, plus d'un mois après l'offensive syrienne, Deir ez-Zor n'est toujours pas totalement libérée. Il est vrai que de nombreux étrangers sont parmi eux (Caucasiens, Tunisiens, notamment, sans oublier les "Français") et, n'ayant pas beaucoup de clémence à attendre en cas de reddition, sont bien décidés à se battre jusqu'au bout. Mais leur défaite ne fait plus aucun doute.

    Dans l'autre place forte islamiste, la province d'Idleb (au nord-ouest de la Syrie), c'est le Front al Nosra (rebaptisé Fatah al-Cham) qui domine. Mais depuis le déploiement de l'armée turque, la situation évolue.

    On sait qu'Ankara et Moscou, depuis leur réconciliation et les discussions d'Astana, se sont mis d’accord pour une installation durable des Turcs dans le nord de la Syrie. Idleb est en effet la quatrième zone de "désescalade" après la Ghouta (dans la banlieue est de Damas), Deraa (dans le sud) et Homs (au centre). Et ce sont les Turcs qui sont chargés de veiller au bon déroulement des accords.

    Erdogan avait de toute façon bien l'intention de ne pas laisser une zone kurde autonome s'organiser tout le long de sa frontière sud, et une implantation solide dans le nord de la Syrie lui permet d'atteindre cet objectif. Quant à l'armée syrienne, occupée à l'est, elle n'a pas les moyens de mener plusieurs opérations d'envergure en même temps.

    Al-Nosra a choisi de ne pas combattre les Turcs, faute de moyens suffisants et malgré l'affaiblissement incontestable de l'armée turque depuis les purges d'Erdogan. Elle les a donc accueillis et doit, progressivement, leur céder plusieurs de ses bases. Cette docilité en dit long sur l'état de ses forces dans une région où, pourtant, les islamistes pullulent.

    De plus, al-Nosra est minée par les divisions. Deux courants s'opposent : l'aile dure, dite jordano-égyptienne, composée des anciens d'al-Qaida et hostile à la Turquie, et une aile plus modérée (si l'on peut dire...) dite syro-saoudienne. Les services secrets turcs jouent de ces divisions, espérant, à terme, provoquer une scission.

    Al-Nosra s'inquiète d'autant plus que des assassinats ciblés continuent de l'atteindre. Ces derniers jours, six dirigeants importants ont été discrètement liquidés. Les auteurs sont potentiellement nombreux : services secrets russes, turcs voire syriens (toujours très actifs), règlements de comptes internes ou venant d'un autre mouvement islamiste.

    Sur le front diplomatique les choses avancent également. Une nouvelle réunion a débuté lundi à Astana où Russes, Iraniens et Turcs vont poursuivre leurs discussions en présence du gouvernement syrien et de représentants de l'opposition.

    Le Ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, mène les discussions avec l'habileté qu'on lui connait.

    Les Russes ont toujours la main en Syrie.  

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • Éric Zemmour : « Comment Donald Trump cherche à mobiliser l'Asie contre la Chine »

    Port de guerre chinois à Djibouti

    BILLET - Le président américain tente de fédérer tous les pays d'Asie qui ont peur de la domination chinoise. Une situation dangereuse, selon Eric Zemmour, lucide comme toujouyrs ! [RTL 9.11].  Sur ce même sujet, on lira avec profit le analyses de Lafautearousseau [Liens ci-dessous].  LFAR 

     

     

    Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge

    Donald Trump a débuté un voyage officiel en Asie qui durera onze jours. Ce n'est pas un voyage, mais un périple. Pas du spectacle, mais de la grande politique. L'Asie est devenue le cœur des préoccupations américaines. Loin, très loin de l'Europe. Après avoir longtemps joué les modestes, pour mieux attirer les grands groupes américains, la Chine assume désormais son ambition hégémonique : placer la Chine au cœur du libre-échange mondial.

    Comme les Américains après 1945, les Chinois multiplient les institutions financières qui attirent le reste du monde. Mais il n'y a pas que l'économie : ils veulent faire de la mer de Chine un lac chinois et en expulser la marine américaine. Alors Donald Trump tente de fédérer tous les pays d'Asie qui ont peur de la domination chinoise. Mais sur le plan économique, les Américains ont déjà perdu la bataille. Il ne leur reste que l'arme militaire.
      

    Éric Zemmour

    Lecture recommandée : Les analyse de Lafautearousseau sur le sujet ...

    Notre avant-guerre ?

    A quoi tient la renaissance de la puissance chinoise ?

    La Chine construit un port de guerre à Djibouti