UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En feuilleton : une visite chez Charles Maurras

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (29)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Illustrations du Mur des Fastes (VI/XIX)

     

    Illustrations du Mur des Fastes (VI/XIX)

     

    "...Madame de La Fayette, dans La Princesse de Clèves, introduisit Madame de Martigues aux plus secrètes beautés de la Cour de France..."

    (capture d’écran : Josée Steiner : Madame de Martigues - Anthony Stuart : l'ambassadeur ..)

    Extrait de "La Princesse de Clèves" :

    "...Madame de Martigues, qui n'avait pu partir avec la cour, lui promit d'aller passer quelques jours à Coulommiers. La faveur de la reine (Marie Stuart) qu'elles partageaient ne leur avait point donné d'envie ni d'éloignement l'une de l'autre; elles étaient amies, sans néanmoins se confier leurs sentiments.
    Madame de Clèves savait que madame de Martigues aimait le vidame ; mais madame de Martigues ne savait pas que madame de Clèves aimât monsieur de Nemours, ni qu'elle en fût aimée.
    La qualité de nièce du vidame rendait madame de Clèves plus chère à madame de Martigues; et madame de Clèves l'aimait aussi comme une personne qui avait une passion aussi bien qu'elle, et qui l'avait pour l'ami intime de son amant.
    Madame de Martigues vint à Coulommiers, comme elle l'avait promis à madame de Clèves; elle la trouva dans une vie fort solitaire.
    Cette princesse avait même cherché le moyen d'être dans une solitude entière, et de passer les soirs dans les jardins, sans être accompagnée de ses domestiques.
    Elle venait dans ce pavillon où monsieur de Nemours l'avait écoutée; elle entrait dans le cabinet qui était ouvert sur le jardin.
    Ses femmes et ses domestiques demeuraient dans l'autre cabinet, ou sous le pavillon, et ne venaient point à elle qu'elle ne les appelât. Madame de Martigues n'avait jamais vu Coulommier; elle fut surprise de toutes les beautés qu'elle y trouva et surtout de l'agrément de ce pavillon. Madame de Clèves et elle y passaient tous les soirs. La liberté de se trouver seules, la nuit, dans le plus beau lieu du monde, ne laissait pas finir la conversation entre deux jeunes personnes, qui avaient des passions violentes dans le coeur; et quoiqu'elles ne s'en fissent point de confidence, elles trouvaient un grand plaisir à se parler.
    Madame de Martigues aurait eu de la peine à quitter Coulommiers, si, en le quittant, elle n'eût dû aller dans un lieu où était le vidame. Elle partit pour aller à Chambord, où la cour était alors.

    Le sacre avait été fait à Reims par le cardinal de Lorraine, et l'on devait passer le reste de l'été dans le château de Chambord, qui était nouvellement bâti. La reine (Marie Stuart) témoigna une grande joie de revoir madame de Martigues; et après lui en avoir donné plusieurs marques, elle lui demanda des nouvelles de madame de Clèves, et de ce qu'elle faisait à la campagne. Monsieur de Nemours et monsieur de Clèves étaient alors chez cette reine.
    Madame de Martigues, qui avait trouvé Coulommiers admirable, en conta toutes les beautés, et elle s'étendit extrêmement sur la description de ce pavillon de la forêt et sur le plaisir qu'avait madame de Clèves de s'y promener seule une partie de la nuit.
    Monsieur de Nemours, qui connaissait assez le lieu pour entendre ce qu'en disait madame de Martigues, pensa qu'il n'était pas impossible qu'il y pût voir madame de Clèves, sans être vu que d'elle.
    Il fit quelques questions à madame de Martigues pour s'en éclaircir encore; et monsieur de Clèves qui l'avait toujours regardé pendant que madame de Martigues avait parlé, crut voir dans ce moment ce qui lui passait dans l'esprit..."

    LFAR FLEURS.jpg

     

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (28)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Illustrations du Mur des Fastes (V/XIX)

     

    Illustrations du Mur des Fastes (V/XIX)

     

    "Le roi Charles IX vint à Martigues préparer l'union de nos trois cités, Jonquières, l'Ile, Ferrières, et lui confia le drapeau tricolore..."

    Voici un extrait du tome II de la Statistique du département des Bouches-du-Rhône, par le comte de Villeneuve, ancien préfet du Département, où il est question des armoiries et de la devise de la ville de Martigues :

    "En 1564, Charles IX étant venu en Provence, voulut voir les villes de Martigues.
    Il y arriva le 14 novembre vers le soir et il y reçut les députations des trois villes et des trois paroisses.
    Le lendemain, il se promena en bateau sur les étangs, et partit, après avoir accepté un dîner dans le château de l'Île.
    Dans les conférences qui eurent lieu avec les notables du pays, le roi fit entendre qu'il verrait avec plaisir la réunion des trois villes en une seule communauté.
    Ce projet, dicté par la raison et les convenances, ne put avoir lieu que le 21 avril 1581 (donc, sous Henri III, ndlr).
    L'acte d'union fut dressé dans l'église paroissiale de Ferrières entre les consuls et les habitants des trois communautés, sous la présidence du prince Henri d'Angoulême, grand prieur, amiral de France et gouverneur de Provence, assisté de M. de Coriolis, président au Parlement.
    L'article 1er porte : Les dites trois communautés seront réunies en un seul corps de ville appelé et institué d'hors en avant VILLE DE MARTIGUES, composée des quartiers de l'Isle, Jonquières et Ferrières.
    Les principales dispositions des autres articles sont qu'il y aura trois consuls, un de chaque quartier, et que la préséance sera donnée au plus âgé.
    La bannière de la ville de Martigues se forma de la réunion des bannières des trois quartiers et porta les trois couleurs. Les armes furent : de gueules, à la tour d'argent maçonnée de sable (c'est la tour de l'île Saint-Geniès), accostée de deux clefs du même, posées en pal et adossées (Jonquières et Ferrières), avec la devise :


    TUTA MANET IN PELAGO, DAMNOQUE FIT TUTIOR."

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (27)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Illustrations du Mur des Fastes (IV/XIX)

     

    Illustrations du Mur des Fastes (IV/XIX)

     

    "...Gérard de Martigues fonda l'Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, chevaliers de Rhodes et de Malte..."

    L'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte est une organisation catholique souveraine à vocation humanitaire, créée au milieu du XIème siècle.
    Installé successivement à Jérusalem, Chypre, Rhodes, Malte et enfin Rome, il est tourné vers les pauvres et les malades en vertu de la première règle de l'ordre : "Protéger la foi, secourir les indigents, accueillir les sans-logis, soigner les malades et œuvrer pour la paix et le bien dans le monde".

    Néanmoins, au cours de sa longue existence, il a été aussi un des principaux remparts de l'Occident chrétien, durant les Croisades dans un premier temps, puis à l'époque où ses marins aguerris sillonnaient la Méditerranée, avant de développer, à partir de la Renaissance, un savoir médical envié et mondialement reconnu.

    Son siège actuel est à ROME.


    Et sa devise depuis sa création est :


    "Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum",
    "Défense de la Foi et Assistance aux Pauvres"

    LFAR FLEURS.jpg

     

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (26)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Illustrations du Mur des Fastes (III/XIX)

    Illustrations du Mur des Fastes (III/XIX)

     

    "...au sommet de l'autre, le relief ovale des Tremaïe, réunissant les trois personnages cités par Plutarque : Marius, viril sous la toge; Marthe, la prophétesse syrienne, long voilé à l'oriental; Julie, à la toge romaine, la tante de César et femme de Marius, le fondateur des Légions romaines. Sur la stèle des Baux, Marthe est au centre, avec la mitre d'Orient, la crosse fleurie, le manteau agrafé sur l'épaule; Marius porte la toge d'avant Auguste; Julie est en retrait..."



    Illustration : la "stèle" des Baux, dont parle Maurras, rocher sculpté des Baux de Provence.
    Énorme bloc de rocher, qui s'est détaché voici plus de deux mille ans de la falaise sur laquelle se dresse le château, ce bloc a été sculpté, après la victoire de Marius, pour commémorer son triomphe.
    On l'appelle les "Tremaïe", ce qui veut dire, en latin, "tres marii imagenes" : les trois images de Marius : Marius lui-même; sa femme Julie, la tante de Jules César; et la prophétesse Marthe, qui lui insuffla l'ardeur nécéssaire en lui prophétisant sa victoire; sans Marthe, qui a su créér l'enthousiasme, rien n'aurait été possible : volià pourquoi, sur cette stèle, c'est elle qui est au centre, et non Marius, pourtant général victorieux...
    Le nom de "Tremaïe" est la transposition, en grec, du latin "tres marii imagenes" : en effet, à l'époque, toute la région d'Arles faisait partie de la Massalie, où l'on parlait grec, et non latin...

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (25)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Illustrations du Mur des Fastes (II/XIX)

     

    Illustrations du Mur des Fastes (II/XIX)

     

    "Cent deux ans avant notre ère, d'après Plutarque, le consul Marius combattant les Teutons promenait dans son camp la prophétesse Marthe, elle donna son nom au pays, Marthicum..."

    Sur un vaste arc de cercle, qui s'étend de Fos à Aix-en-Provence, plusieurs noms portent encore la trace de l'affrontement prodigieux entre Rome et les Barbares qui se produisit en 102 avant Jésus-Christ, et de la victoire totale remportée par le Consul Caïus Marius qui, ce jour-là, sauva Rome et la Civilisation qui devait en naître... :

      Martigues, on vient de le voir mais aussi... 
    Fos-sur-mer (du latin "Fossae Marianae", c'est-à-dire "les Fosses Mariennes", Marius ayant fait creuser un canal pour amener directement à la mer les eaux divaguantes du Rhône; il créait ainsi un obstacle aux barbares, un "mur liquide", les empêchant de suivre le chemin maritime vers Massalia puis Rome, et les obligeant à remonter le long du Rhône, vers Aix, où il les attendait pour les exterminer...
    le quartier des Mortisssons, à Saint-Rémy-de-Provence : "Morti sunt !" s'écrièrent les légionnaires romains, après avoir tué quelques barbares, pour la première fois, alors qu'ils vivaient dans la terreur de ces mêmes barbares depuis plus de dix ans...
    Maillane renferme le nom de Marius, mais sous sa désinence grecque Maiana...
    Pourrières fait référence à la quantité inimaginable de morts restés sur le terrain, et s'étant décomposés sur place...
    avant de devenir - récupérée par l'Église catholique - la Sainte Victoire, la montagne si chère à Cézanne fut d'abord, tout simplement, celle de la Victoire du Consul et de ses Légions sur les Barbares du Nord...
    enfin, on appelle toujours, aujourd'hui, en Provence "caïou" ces larges chemins de terre empierrée, qui furent tracés sur l'ordre de Marius afin que puissent arriver à lui, de toutes les contrées de la Massalie, amie et alliée de Rome, les fournitures, armements, munitions, nourriture etc... dont il avait besoin pour son armée...

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (24)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Illustrations du Mur des Fastes (I/XIX)

     

    Illustrations du Mur des Fastes (I/XIX)

     

    "...Six cents ans avant notre ère, au témoignage de Strabon, Aristarchè, prêtresse de Diane d'Éphèse, accompagna en Gaule les colons phocéens. Son monument a été retrouvé à Martigues..."

    Illustration : Artémis (pour les Grecs, et Diane, pour les Romains), Déesse d'Éphèse, majestueuse et nourricière de ses multiples mamelles.

    Les Grecs partis de Phocée, avant d’arriver à Marseille, avaient fait étape à Éphèse, grande cité ionienne, pour consulter la grande déesse de l’époque : Artémis aux mamelles multiples.

    Artémis (ou Diane) annonça de bonnes augures pour l’épopée de Protis, si bonnes qu'Aristarchè, grande prétresse d’Éphèse, décida de les accompagner...

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (23)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Un merlon grec de Saint Blaise...

     

    Un merlon grec de Saint Blaise....

     

    Devant le Mur des Fastes, ce portrait/buste de Maurras, offert par une confrérie de pêcheurs, est l'oeuvre du sculpteur Henri Bernard, Grand prix de Rome.

    Il a été placé sur un merlon grec, provenant de l'établissement Grec de Saint Blaise, et offert à Charles Maurras par Henri Rolland.

    Ce merlon remonte à l'arrivée des Grecs en Provence, il est contemporain des vestiges de Marseille, l'antique Massalia, et ramène donc vingt six siècles en arrière...

    Tête-buste, détail :

    Tête-buste, détail

     

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (22)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Le Mur des Fastes (III/IV et IV/IV) : les deux bas-relief de gauche et de droite...

     

    1. Le bas-relief de gauche.

    Cette inscription est comprise entre deux modestes piliers carrés :

    au sommet de l'un, le bas-relief d'Aristarchè, copie fidèle de celui de l'Académie de Marseille...

    Le Mur des Fastes (III/IV) : bas-relief de gauche.

     

    2. Le bas-relief de droite..

    Cette inscription est comprise entre deux modestes piliers carrés :

    au sommet de l'autre, le relief ovale des Tremaïe, réunissant les trois personnages cités par Plutarque :
    Marius, viril sous la toge est à gauche; Marthe, la prophétesse syrienne, long voilé à l'oriental, est au centre;
    Julie, à la toge romaine, la tante de César et femme de Marius, le fondateur des Légions romaines, est à droite.

    Le Mur des Fastes (IV/IV) : bas-relief de droite..

     

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (21)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Le Mur des Fastes (II/IV)

     

    Le Mur des Fastes (II/IV)

     

    Buste du Consul Caïus Marius, exterminateur des Cimbres et des Teutons...



    "...Cent deux ans avant notre ère, d'après Plutarque, le consul Marius combattant les Teutons promenait dans son camp la prophétesse Marthe, elle donna son nom au pays, Marthicum."

    Cette inscription est comprise entre deux modestes piliers carrés :

    1. Au sommet de l'un, le bas-relief d'Aristarchè, copie fidèle de celui de l'Académie de Marseille.

    2. Au sommet de l'autre, le relief ovale des Tremaïe, réunissant les trois personnages citées par Plutarque :


    Marius, viril sous la toge;

    Marthe, la prophétesse syrienne, long voilé à l'oriental;

    Julie, à la toge romaine, la tante de César et femme de Marius, le fondateur des Légions romaines. (Sur la stèle des Baux, Marthe est au centre, avec la mitre d'Orient, la crosse fleurie, le manteau agrafé sur l'épaule; Marius porte la toge d'avant Auguste; Julie est en retrait...).

    Continuons notre lecture, par un saut de onze siècles :

    "Gérard de Martigues fonda l'Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, chevaliers de Rhodes et de Malte..."

    À nouveau un saut de cinq siècles : Maurras aurait voulu inscrire un Luxembourg Martigues, amiral de Charles VIII, mais une erreur, qui ne vient pas de lui, l'a empêché...; si l'on excepte cette lacune, "le reste est bel et bon", dit-il :

    "Le roi Charles IX vint à Martigues préparer l'union de nos trois cités, Jonquières, l'Ile, Ferrières, et lui confia le drapeau tricolore.
    Le capitaine Pierre Rouquier défendit notre Tour de Bouc contre les Impériaux. Le grand Malherbe fut blessé au siège qu'il avait mis devant Martigues. Madame de La Fayette, dans La Princesse de Clèves, introduisit Madame de Martigues aux plus secrètes beautés de la Cour de France.
    Jerôme Tenque, de l'Université de Montpellier, rédigea certains formulaires médicaux qui restèrent longtemps fameux. Claude Couture écrivit chez nous un Traité de l'olivier que firent imprimer les États de Provence. Vauban rebâtit notre Tour de Bouc.
    Vainqueur à Denain des ennemis du royaume, le maréchal de Villars fut prince de Martigues. Son fils, notre bon duc, fut l'idole du pays.
    Monsieur de Surian, évêque de Vence, membre de l'Académie française, fit ses études au Collège de Martigues.
    Barthélemy Vidal fut de l'Académie des Sciences.
    Le Bailli de Suffren commanda les marins de Martigues, surnommés les coursiers de la mer. Son cousin, l'abbé de Régis, lui dédia un vaisseau taillé dans le roc, grand bâtiment sans mouvement qui lui coûta beaucoup d'argent. Le minime Nuirate monta sur l'échafaud révolutionnaire.
    Joseph Boze fut peintre de Louis XVI.
    Joseph Scipion Sinisbaldi, dit Pistoye, quarante fois consul, député de Martigues aux derniers États Généraux de Provence fut maître de ce jardin."

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (20)

     

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Le Mur des Fastes (I/IV)

     

    Le blason de Martigues

     

    Montons donc, et arrivons au Mur des Fastes.


    En tête, la devise de Martigues :

    "Tuta manet in pelago, damnoque fit tutior".

    Pour laquelle on pourrait proposer une traduction comme :


    "Elle reste forte dans la mer calme et devient plus forte dans la tourmente..."

    Cette devise survole les armes parlantes de la ville :

    "De gueules à la tour donjonnée d'argent, ouverte du champ, ajourée et maçonnée de sable, adextrée de la lettre capitale F d'argent et senestrée d'une clef du même, le tout posé sur un pont de trois arches d'argent, maçonné de sable, lui-même posé sur une mer d'argent."


    Puis l'abrégé des gloires historiques en commençant par les plus anciennes :

    "Six cents ans avant notre ère, au témoignage de Strabon, Aristarchè, prêtresse de Diane d'Éphèse, accompagna en Gaule les colons phocéens. Son monument a été retrouvé à Martigues...

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (19)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : 11 Août 1891 : l'hommage de Mistral...

     

    11 Août 1891 : l'hommage de Mistral....

     

    Ce 11 Août 1891, c'est grande fête à Martigues : Frédéric Mistral et des repésentants de tout le Félibrige inaugurent une plaque en marbre, apposée au premier étage de la Mairie, l'Hôtel Colla de Pradines, pour rendre hommage à Gérard Tenque, fondateur de l'Ordre de Malte...

    La plaque porte ces mots :

    L'AN DÓU SAN CRIST MXL
    DINS NOSTO CIÉUTA DÓU MARTÈGUE
    NASQUÈ LOUS BENUROUS
    GERARD TENQUE
    FOUNDATOUR DI MOUNGE ESPITALIÉ
    DE SAN JAN DE JERUSALEN
    E
    LOU XI D'AVOUST
    MDCCCXI
    LI CIGALIÉ ME LI FELIBRE
    AN OUNOURA PER AQUEST MABRE
    LA MEMÒRI
    DÓU GRAND PROUVENCAU PIÉTADOUS

    L'an du saint Christ 1.040
    Dans notre ville de Martigues
    Naquit le Bienheureux Gérard Tenque
    Fondateurs des Moines Hospitaliers
    De Saint Jean de Jérusalem
    Et
    Le 11 Août
    1.891
    Les Majoraux (1) et les Félibres
    Ont honoré par ce marbre
    La mémoire
    Du grand provençal miséricordieux

    (1) : Le Félibrige possède en son sein une académie appelée consistoire (counsistòri), garante de la philosophie félibréenne, composée de cinquante "majoraux", dont le Capoulié, élus à vie par cooptation.
    Le majoral (majourau) est détenteur d’une cigale d’or : d'où ce nom de "CIGALIÉ"...

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (18)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Les deux reliquaires de la Madeleine (I/III)

     

    Les deux reliquaires de la Madeleine (I/III)

     

    Dans l'église de l'Île (l'église de la Madeleine, ou de Sainte Madeleine) que les martégaux appellent aussi volontiers "la cathédrale" se trouvent deux reliquaires de Gérard Tenque (son corps se trouvant à Manosque).
    On les aperçoit tout au fond de l'église, en hauteur, derrière le maître-autel, sur les deux piliers de droite et de gauche :

    Les deux reliquaires de la Madeleine (II/III), Détail : sur le pilier de gauche, derrière le maître-autel...

    Les deux reliquaires de la Madeleine (II/III)

     

    Les deux reliquaires de la Madeleine (III/III)Détail : sur le pilier de droite, derrière le maître-autel...

     

    Les deux reliquaires de la Madeleine (III/III)

     

    À Manosque, et ci-dessous, le buste en argent de Gérard, dans la Mairie de la ville, classé Monument historique depuis 1909. À l’origine, cette tête faisait partie d’un buste-reliquaire contenant les ossements de Gérard Tenque. 

    Au 17ème siècle, deux bustes en argent furent réalisés pour contenir ces reliques : l’un commandé par le bailli Jean-François de Puget-Chasteuil, le second, réalisé par Pierre Puget. En 1793, les cloches et objets en métal des couvents et chapelles ont été envoyés à la fonderie et les deux bustes en argent également. Quelques fragments de reliques furent sauvés et enfermés sous le maître-autel de l’église Saint-Sauveur. Quand la situation s’apaisa, on retrouva la tête d’un des deux reliquaires, celle-là même qui est aujourd’hui visible à l’Hôtel de Ville. Mais il est impossible de savoir s'il s'agit de celle commandée par le bailli de Puget-Chasteuil ou de celle de Puget... 

    1A.jpg

     

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (17)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Mémoire de Gérard Tenque (III/III)

     

    Mémoire de Gérard Tenque (III/III)

     

    "Cette prière est faite pour exhâler l'âme et le génie du jardin. Il me plaît qu'elle soit redite par tous les arrivants sachant lire le provençal ou se le faire déchiffrer."

    À ce stade de notre visite, faisons deux rapides mises au point.

    Sur le nom de Gérard d'abord. Maurras emploie de préférence "Gérard" à "Gérard Tenque", car on n'est pas sûr des noms de famille à l'époque, comme on l'est aujourd'hui, si l'on est sûr et certain du prénom.
    Il y avait bien des Tenque, à Martigues, se réclamant de Gérard mais le doute subsistant, il vaut mieux s'en tenir au prénom, qui est sûr, lui...

    Ensuite, considérons l'endroit où nous nous trouvons : l'oratoire de Gérard est donc à la base de la composition; de lui partent neuf degrés de pierre blanche qui mènent à la terrasse supérieure. Celle-ci est longée, au couchant, d'une bande de buis assez haut (ouest), son centre est complanté de myrtes.
    Au nord, la limite de fond, courant d'est en ouest, est la dentelle végétale d'une douzaine de cyprès devant lesquels monte le Mur des Fastes.


    Nous allons donc devoir monter.

    Nous comprenons bien qu'il y a là une double symbolique : en partant de ce Gérard, qui est à la base de tout, nous allons monter et nous élever, corps mais aussi coeur et esprit...

    Mais voyons d'abord comment Gérard Tenque est également honoré, à Martigues :
    dans l'église de la Madeleine (quartier de l'Île) qui contient deux reliquaires de lui);
    sur la façade de l'Hôtel Colla de Pradines, l'ancienne Mairie de la ville, où Mistral vint apposer une plaque en 1891;

    et sur la façade de l'église Saint Geniès, du quartier de Jonquières...

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (16)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Mémoire de Gérard Tenque (II/III)

     

    Mémoire de Gérard Tenque (II/III)

     

    (illustration : Statue de Gérard, au fronton de l'église Saint Geniès, de Jonquières).

    "Le portrait somme l'oratoire.
    À mi-hauteur de l'édicule, sur un bandeau qui en fait le tour, se lit une attestation adressée à notre corps municipal de 1727, et tirée des archives de la Mairie.
    Elle est signée d'une autorité compétente :


    "N'ignorant pas que ce grand homme est originaire de votre ville, nous voyons avec satisfaction que sa naissance vous paraît la chose la plus glorieuse pour votre patrie", signé Manoel, grand maître de l'Ordre de Malte...


    Dans l'intervalle de ce titre fondamental et du masque supérieur une table de marbre porte un texte provençal de ma composition :


    "Benesi, Ounoura, glourifica Siegue longo mai grand prouvencau, Maje martegau, lou benurous Gerard, nascu sus noste ribeirès, l'an dou sant Crist MXL, et que l'an MCXX mouriguè dins Jerusalèn, ounte avié coungreia animous, ufanous, pietadous, sis Espitalié de Sant Jan de Jerusalèn, d'abord mounge, piéi chivalié de Santo Terro e per bello finido quouro de Rodo en Mauto aguèron navega, endevengu segnour e mèstre de la mar."

    Ce qui signifie :

    "Béni, honoré et glorifié soit à jamais grand provençal, plus grand citoyen de Martigues, le bienheureux Gérard, né sur notre rivage l'an du Saint Christ 1040 et qui, l'an 1120, mourut dans Jérusalem où il avait groupé ses courageux, glorieux, charitables Hospitaliers de saint Jean, d'abord moines, bientôt chevaliers de la Terre Sainte et, pour belle couronne, lorsque de Rhodes à Malte ils eurent navigué, devenus les seigneurs et maîtres de la mer".

     

    LFAR FLEURS.jpg

  • Notre feuilleton : Une visite chez Charles Maurras (15)

     

    (retrouvez l'intégralité des textes et documents de cette visite, sous sa forme de feuilleton ou bien sous sa forme d'Album)

     

    lfar espace.jpg

     

    Aujourd'hui : Mémoire de Gérard Tenque (I/III)

    Mémoire de Gérard Tenque (I/III)

     

    (C'est en 1113 que Gérard Tenque, né à Martigues en 1040, fonda en Palestine l'Ordre qui devait devenir pour tout le monde "L'Ordre de Malte".
    Gérard mourut en Terre sainte en 1120.
    Illustration : la Croix de l'Ordre de Malte)

    Remontons donc l'allée centrale, et passons le losange où Roger Joseph a inscrit "le jardin".
    Là, tournons tout à fait à gauche et rendons-nous devant la colonne dédiée à Gérard.
    Et reprenons notre Maurras :

    "Le jardin avait deux niveaux, deux étages. Il s'agissait de les relier au moyen de quelques gradins que l'on borderait de balustres, en y distribuant un petit nombre d'inscriptions où étincelleraient les fastes du pays... Sur un fond de cyprès tirés du nord au sud, comme un rideau sur la campagne, devait se détacher son oratoire avec le masque gérardien qui le surmontait.
    Ce masque n'est point imaginaire mais sculpté d'après le moulage authentique de la tête d'argent fondue il y a trois siècles par notre grand Puget pour la Commanderie de Manosque où les restes de Gérard ont été ramenés de Jérusalem".

     

    LFAR FLEURS.jpg