Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense nationale

  • Macron face au Colonel Beltrame

     

    Par François Marcilhac
     

    3466611312.jpg

    Fallait-il parler aussitôt ? Nous ne l’avons pas pensé. Parce que le martyre du colonel Beltrame méritait mieux qu’une réaction à chaud, nécessairement politique, au sens le moins noble du terme, ou pire, purement émotionnelle. Il fallait aussi laisser passer l’hommage national, et le discours présidentiel, et ne pas juger celui-ci sur le moment, après l’avoir simplement écouté, sans l’avoir lu.

    L’exigence du pays réel

    Emmanuel Macron a senti que le pays réel ne supporterait plus un nouveau mensonge par omission, celui qui consiste à ne pas nommer l’ennemi. Il s’est ressaisi entre vendredi, jour du sacrifice, et mercredi, jour de l’hommage national. Nous n’avons donc rien à regretter de notre communiqué. S’il y a eu une rupture, du moins du côté de l’exécutif, c’est bien dans cette décision de nommer le mal, et de répéter son nom, l’islamisme, la barbarie du XXIe siècle. Oui, Emmanuel Macron a nommé clairement l’ennemi, sans accompagner cette désignation de ce bêlement hollandais sur le padamalgam. Une autre rupture, aussi, que tous ont indiquée : l’exécutif est sorti de la logique victimaire et faussement héroïque « du même pas peur ! » devenue indécente devant la dépouille du colonel Beltrame, pour la logique du sacrifice et du dépassement de soi. En évoquant les noms des plus grandes figures de l’histoire nationale, royauté et république réunies, et en invoquant leurs mânes, sa parole a su se hisser au niveau de la nation dans sa continuité millénaire. Il a su aussi définitivement rappeler que nous sommes en guerre, que l’ennemi est au cœur de la cité et qu’il convient de le combattre. Les armes à la main.

    En donnant comme modèle à la jeunesse de France ce héros du XXIe siècle, à la suite de Jean Moulin ou de Pierre Brossolette, des martyrs du Vercors ou « des ombres chevaleresques des cavaliers de Reims et de Patay, des héros anonymes de Verdun et des Justes, des compagnons de Jeanne et de ceux de Kieffer — enfin, de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui, un jour, avaient décidé que la France, la liberté française, la fraternité française ne survivraient qu’au prix de leur vie, et que cela en valait la peine », il a renoué avec les récits fondateurs non pas de notre roman, mais de notre récit national à travers les âges.  Le paradoxe, peut-être, est qu’il n’ait pas fait explicitement référence à la foi du colonel, contrairement à Mélenchon, à l’Assemblée. Ont-ils parlé à front renversé ? Qu’importe. La laïcité est un carcan, voire un boulet. Macron a déjà été critiqué pour avoir donné des gages aux « religions », même s’il s’agit manifestement d’un faux semblant comme le montrent les prétendus débats de la société civile sur les futures réformes sociétales. Aujourd’hui, seuls les anticléricaux revendiqués semblent avoir le droit de parler de foi dans l’espace public. Macron a toutefois évoqué « le ressort intime de cette transcendance qui […] portait » le colonel. « Là était cette grandeur qui a sidéré la France. ». Le mot vaudrait, en ce sens, pour Jeanne, nous l’avons vu, également évoquée, invoquée…

    Paradoxes

    Pourtant, Macron et le colonel Beltrame n’auraient jamais dû se rencontrer. Il a d’ailleurs fallu la mort du second pour que le premier croise son chemin, ou plutôt sa dépouille, et sa mémoire déjà auréolée. Tout les opposait. Ce n’est pas le moindre paradoxe. Car celui qui a fait un éloge sans fausse note du martyr Beltrame est celui qui, en même temps, incarne toutes les valeurs qui sont contraires aux principes qui animaient le soldat. Le mondialisme contre le patriotisme — Macron a fait gommer les mots France et nation du manifeste d’En Marche au profit de la seule Europe —, Davos contre l’abnégation, l’éloge des startuper contre le don, absolument gratuit, de soi. Le colonel Beltrame n’a pas non plus cherché à savoir si la femme dont il prenait la place était une gagnante ou, au contraire, faisait partie de ces gens « qui ne sont rien » : elle était là et elle était otage, cela lui a suffi. Il n’y a deux humanités que pour ceux que Bernanos appelait les petits mufles réalistes.

    Parler de cynisme ne serait pas à la hauteur de la situation. Chacun a sa fêlure, par laquelle le meilleur peut se frayer un chemin. Les catholiques croient aussi à la réversibilité des mérites. Quoi qu’il en soit, Macron a peut-être sinon appris, du moins senti l’autre jour, dans la cour des Invalides, qu’il existait d’autres valeurs que la compétition et la réussite matérielle et d’autre méthode que la division des Français pour régner. Et qu’avoir pour ambition de « devenir Beltrame », c’est autre chose, pour un jeune, que celle de devenir milliardaire. L’avenir seul dira si ce sacrifice a su, aussi, le hisser à la hauteur de la fonction régalienne qu’il occupe par le hasard des urnes.    

  • Le vrai courage

    Hommages ...  

    Par  Mathieu Bock-Côté 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgDans cette tribune du Journal de Montréal [27.03] Mathieu Bock-Côté distingue le vrai courage du faux. Et au-delà du simple courage, les héros qui eux sont prêts à l'ultime sacrifice. Et il ajoute à fort juste raison qu' « aucun peuple ne peut vraiment survivre s’il n’inculque pas au moins partiellement le sens du sacrifice à ceux qui le composent ».   LFAR  

     

    501680460.5.jpg

    On abuse aujourd’hui du mot courage. Un artiste qui pleure à la télé en racontant qu’il n’a pas eu une enfance heureuse mais qu’il s’en est sorti est jugé courageux. Une belle quinquagénaire qui pose en bikini aura droit au même compliment.

    Il en ira de même pour le politicien qui se permet de dire un peu ce qu’il pense sans répéter les fadaises du jour.

    Il lui suffira de se tenir droit le temps d’une controverse pour sortir du lot. Mais à voir sans arrêt des courageux partout, on ne sait plus comment qualifier le vrai courage lorsqu’il se manifeste. 

    France

    Et il s’est manifesté en France ces derniers jours, au moment de l’attentat terroriste de Trèbes où un lieutenant-colonel de la Gendarmerie française, Arnaud Beltrame, a échangé sa vie contre celle d’un otage. Sans surprise, il l’a payé de la plus atroce manière. Son meurtrier, Radouane Lakdim, fidèle à la méthode islamiste, l’a égorgé. 

    Un tel acte de courage peut sembler irrationnel pour notre époque. Elle y verra une folie gratuite, peut-être même le signe d’un esprit dérangé. Comment un homme peut-il donner sa vie pour une inconnue ? A-t-il passion malade du sacrifice ?

    Le philosophe François-Xavier Bellamy, dans une tribune du Figaro parue hier, nous convainc aisément du contraire. Aucune société ne peut durer sans des hommes prêts à se sacrifier pour quelque chose qui les dépasse.

    Et ce sacrifice ne vient pas d’un coup. Il faut s’y préparer toute sa vie. C’est à cela que préparent des institutions comme l’armée. Mais plus largement, aucun peuple ne peut vraiment survivre s’il n’inculque pas au moins partiellement le sens du sacrifice à ceux qui le composent.

    Héros

    Ce qui distingue les héros, c’est qu’ils sont prêts à aller jusqu’à l’ultime sacrifice. C’est pour cela qu’il faut leur être éternellement reconnaissant, les célébrer et préserver leur mémoire.     

    Mathieu Bock-Côté

    Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).

  • Arnaud Beltrame était en prépa à Saint-Cyr-l’Ecole : c’est Libération qui a l’air bête !

     

    Par Gabrielle Cluzel

    Nous avons aimé cette tribune parue hier dans Boulevard Voltaire

    Rappelons pour ceux qui l'ignoreraient que Gabrielle Cluzel a participé - d'ailleurs brillamment - au colloque du Cercle de Flore « Refonder le bien commun », du 13 mai dernier, à Paris (Illustration ci-dessous).  LFAR

     

    2654943674.jpg

    Le calendrier, parfois, a de ces ironies… Libération peaufinait sans doute depuis des semaines son dossier sur les classes préparatoires de Saint-Cyr-l’École – à ne pas confondre avec l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, sise à Coëtquidan, les premières étant censées préparer à la deuxième.

    On avait trouvé les témoins à charge, descendu du grenier de bons vieux amalgames ayant déjà fait leurs preuves, trouvé un titre-choc : « Lycée Saint-Cyr : une machine à broyer les femmes ». Allez, les gars, c’est parti, on publie jeudi soir : les garçons de Saint-Cyr-l’École sont de méchants-misogynes-qui-vont-à-la-messe-en-latin-le-dimanche-à-Versailles-et-collent-des-autocollants-de-la-Manif-pour-tous. Et France Info, en bonne copine, a fait écho, fustigeant des « élèves masculins, catholiques ultra-conservateurs, proches de l’extrême droite, homophobes, misogynes et donc hostiles à la présence des femmes dans l’armée ». Fermez le ban.

    Sauf que, vendredi matin, l’article n’a fait que fort peu de temps les gros titres. Toute la France avait les yeux rivés sur un Super U de l’Aude où un officier de gendarmerie avait obtenu d’un forcené islamiste de relâcher une caissière de 40 ans, mère d’une petite fille de deux ans et demi, en échange de sa personne. Et au terme de trois heures de face-à-face, y avait laissé la vie, dans les conditions tragiques que l’on sait.

    Un officier de gendarmerie qui, justement – son profil Facebook l’indiquait -, avait étudié… à Saint-Cyr-l’École. Issu de cette pépinière de « misogynes broyant les femmes », il avait donc sciemment fait don de sa vie pour sauver l’une d’entre elles. 

    Toc, toc, toc, il y a quelqu’un, chez Libé ? Il n’y a pas comme un problème, dans votre démonstration ? Cela ne mériterait pas un erratum, des excuses, une amende honorable, un semblant de contrition ?  

    Une enquête honnête aurait pu faire mention de cette « tradition » d’accueil peu amène – voire parfois très grossière – des filles voulant embrasser la carrière militaire perpétrée par certains. Mais aurait rajouté que si ces mufles vont à la messe le dimanche, ainsi que c’est écrit, ils n’ont pas tout compris : comme le dit évidemment sans détour le père Christian Vénard, aumônier militaire bien connu des lecteurs de Boulevard Voltaire« une tradition qui n’est pas empreinte de charité est une mauvaise tradition ».

    Sans excuser, bien sûr, ce comportement, cette enquête aurait pu au moins en partie l’expliquer, de façon très concrète et sans tabou idéologique, par l’amertume que peut susciter une discrimination positive féminine : à l’entrée de l’ESM de Saint-Cyr, convoitée par ces jeunes comme le Graal, les barèmes sportifs du concours sont moins élevés pour les filles, comme une barrière que l’on abaisserait obligeamment. Ce qui n’est pas toujours compris : soit un certain niveau physique – comme dans d’autres matières – est indispensable au métier, soit il ne l’est pas. Mais il ne peut l’être pour certains et pas pour d’autres. Imagine-t-on demander à l’oreille un service aux djihadistes pourchassant nos militaires sur le terrain : « Attendez un peu, comptez jusqu’à 100 pour leur laisser de l’avance, celles-ci sont des femmes ! »

    Et, surtout, Libération aurait dû brosser un portrait complet. Et préciser que si cette « tradition » de misogynie stupide perdure chez certains, elle ne doit pas occulter les mille autres – cultivant le courage, l’honneur, la ténacité, le sacrifice, le devoir – qui ont sans doute contribué à modeler, à l’âge où l’adolescent se mue en homme, Arnaud Beltrame. « Si on doit un jour ne plus comprendre comment un homme a pu donner sa vie pour quelque chose qui le dépasse, ce sera fini de tout un monde, peut-être de toute une civilisation », écrivait Hélie de Saint Marc, sorti de Cyr en 1947. Comme tous ses camarades, passé comme lui par Saint-Cyr-l’École ou par l’EMIA, Arnaud Beltrame a lu Hélie de Saint Marc. Et il l’a montré.    

    Ecrivain, journaliste

    Son blog

  • Notre avant-guerre ?

    La Chine investit près de 200 milliards de dollars/an pour son armée

     

    Ce que nous écrivions il y a 6 mois (19.09.2017) sur cette sorte d'atmosphère d'avant-guerre qui s'étend sur le monde, nous n'avons aucune raison de le démentir... Il semble au contraire que grandit une certaine prise de conscience dans les diverses opinions de l'aggravation des tensions et de la dangerosité du monde. Comme si ce n'était pas suffisant, et comme ce fut le cas dans les années 30 du siècle dernier, les va-t-guerre sont bruyants. Tel François Hollande tout récemment qui plaide pour une intervention française en Syrie. Faudrait-il que nous bombardions Damas avec les Américains, et seuls au besoin ? Cette folie est prônée ici et là. Les gens sages optent pour la paix.   LFAR 

    Publié le 19 septembre 2017 - Actualisé le 19 mars 2018

    En deux mots.jpg

    Périodiquement, il faudrait relire Giraudoux, esprit sage et subtil, bienveillant et souriant aux misères des hommes et des peuples, à leurs insuffisances et à ces fatalités qui, à intervalles réguliers, les conduisent dans de terribles malheurs. Par exemple les guerres modernes. Giraudoux en savait quelque chose, qui en avait vécu deux. Mondiales, pour la première fois. Mais on ne lit plus Giraudoux, on l'a oublié ou presque, on ne joue plus son théâtre. A notre société il manque la culture et au théâtre un Jouvet, qui avait fait de Giraudoux l'auteur dramatique de sa vie. 

    Ce qui nous a rappelé Giraudoux ces temps derniers, ce sont les prodromes d'une guerre, qui montent de l'actualité avec leur lot de ridicules, de dérision et de sourde inquiétude. C'est ce dont Giraudoux a superbement traité dans La guerre de Troie n'aura pas lieu. Et qui finalement aura lieu comme chacun sait. 

    Entre 1870 et 1914, on avait déjà cru une nouvelle guerre impossible. On pensait que le perfectionnement des armes la rendait trop meurtrière pour qu'elle fût tentée. On le croyait encore le 2 août 1914. Mais la guerre éclata quand-même le 3. Entre les deux conflits mondiaux on recommença : la tragédie avait été trop terrible entre 1914 et 1918, elle avait fait un trop grand nombre de morts - autour de 20 millions - pour qu'une guerre pût encore se produire. Et aussi on avait créé la Société des Nations, la SDN, ancêtre de notre ONU, pour, de toute façon, l'empêcher. Dérisoire illusion ! Hubert Védrine l'a fort bien dit : les institutions internationales ne sont que des lieux de rencontre. 

    Les grands conflits sont en général précédés de guerres dites régionales. La guerre d'Espagne, où les armées européennes, sauf la nôtre, s'étaient essayées, sur terre et dans le ciel, s'est terminée le 1er avril 1939 ; la Seconde Guerre mondiale éclata le 1er septembre. Nous avons aujourd'hui la guerre de Syrie, dont Eric Zemmour a dit - peut-être avec raison - qu'elle est notre guerre d'Espagne. Mauvais présage … Les aviations russe, américaine et accessoirement française, se croisent dans le ciel syrien, au risque, d'ailleurs, de s'y affronter. Des militaires de mêmes nationalités s'affairent sur son sol.  

    Précèdent aussi les conflits majeurs, ces rencontres entre « grands » où l'on fait assaut de pacifisme et de bons sentiments. Giraudoux, toujours, a restitué cette dramaturgie singulière dans La Guerre de Troie n'aura pas lieu, avec une infinie délicatesse et une lucidité amusée. En 1938, il y avait eu Munich. Nous avons les G7, les G 20, et les conférences au « format Normandie ». Trump, Poutine et Xi Jinping se sont rencontrés à Hambourg en 2017 ; les membres, plus chanceux, du G7 se sont offerts Taormine comme jadis on se retrouvait à Locarno. 

    La politique des « sanctions » fait aussi partie de la panoplie des avant-guerres. Comme il y eut, autour de 1935-1937, les sanctions contre l'Italie, aux funestes conséquences, nous avons les sanctions américaines contre Cuba et les sanctions, d'ailleurs réciproques, des « démocraties » contre la Russie, ou contre l'Iran et, aujourd'hui, les sanctions votées à l'ONU, contre la Corée du Nord. 

    Ajoutons encore à la panoplie des avant-guerre la prolifération des régimes autoritaires. Nous les avons, à Moscou, à Pékin, à Washington et, en un sens, à Paris qui a son Jupiter ... 

    C'est maintenant dans le Pacifique que semble s'être déplacée la perspective de grands affrontements. Loin de notre Europe, et c'est tant mieux. Les missiles de Pyongyang survolent à intervalles rapprochés le Pacifique et le Japon lui-même, qui d'ailleurs, avait occupé jadis la Corée. Elle ne l'a pas oublié. Les 160 000 Américains de l'île de Guam vivent dans la peur qu’un missile nord-coréen leur tombe dessus. Mais chacun sait que derrière la Corée du Nord il y a l'immense Chine et derrière la Corée du Sud et le Japon, les Etats-Unis. Contenue, pour un temps dont on ne peut dire combien il durera, par des motivations commerciales et financières, la rivalité sino-américaine n'en est pas moins un phénomène grandissant, derrière les sourires et les poignées de main. 

    Ces motivations pacifico-pragmatiques, toutefois, n’empêchent pas la course aux armements, dont on croit qu'on ne se servira jamais, comme on avait pensé jadis que la guerre de Troie n'aurait pas lieu. Ni celle de 14-18. Ni celle de 39-45 ! La course aux armements caractérise aussi les avant-guerres et nous conseillerons aux sceptiques de considérer l’ampleur et l’accroissement, étonnants pour les optimistes, des budgets militaires des grandes puissances d’aujourd’hui : les 622 milliards de dollars américains, que Trump vient de décider d’augmenter de 7% ; les presque 200 milliards de dollars chinois ; le programme militaire indien, en passe de rejoindre la Chine sur ce terrain ; sans compter l’éventuel réarmement du Japon, d’ailleurs déjà entamé. Que pèsent, en comparaison, les 44 milliards français et les 48 milliards russes ? 

    Justement, si le pragmatisme devait être abandonné, si un conflit majeur venait à éclater un jour ou l’autre dans les régions du Pacifique que nous avons évoquées, il ne faudrait pas dénier à l’Europe, qui s’est si longtemps épuisée à se battre chez elle, notamment la France, la chance de se trouver, pour une fois fort éloignées du théâtre du conflit, ni, nonobstant toutes alliances,  le droit de s’en tenir soigneusement à l’écart. Chacun sait que la guerre de Troie n’aura pas lieu. Mais si elle avait lieu tout de même ? Nous devrions dire comme Louis XV et rester sur le mont Pagnotte.  • 

     Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien ci-dessous

    En deux mots, réflexion sur l'actualité

  • Sur deux Spahis tués au Mali

     

    2293089609.14.jpgIl faut savoir que les opérations extérieures que l'Armée française mène en Afrique et ailleurs, ont un prix. Et tout particulièrement en jeunes vies françaises. Il faut savoir encore que ce tribut du sang est payé dans nos luttes contre l'expansionnisme islamique. Qui frappe aussi directement le territoire et les civils français.   LFAR

    Un communiqué de l’Elysée nous a appris « la mort en opération de deux militaires du 1er régiment de spahis de Valence, tués ce matin au Mali dans l’attaque à l’engin explosif improvisé de leur véhicule blindé ». Il s’agit d’un sous-officier et d’un militaire du rang. Ce sont les deux premiers morts en opération depuis le début de l’année, ce qui porte à 22 le nombre de militaires français tués dans les opérations Serval puis Barkhane.

    Selon l’état-major des armées, l’attaque a eu lieu à une soixantaine au sud de Gao, et à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Menaka, au cours d’une reconnaissance dans une mission de contrôle de zone. Trois spahis du régiment de Valence étaient à bord d’un Véhicule blindé leger (VBL). Deux ont été tués et un troisième blessé.

    Les deux Spahis tués au Mali sont le brigadier-chef Timothé Dernoncourt (à gauche sur la photo) et le sergent-chef Emilien Mougin ( à droite).  

    L'Opinion, Secret Défense

     

  • Défense : Priorités gouvernementales ?

     

    Par Mathieu Épinay

    Envisager l'avenir de notre Défense suppose d'abord de revenir au plus élémentaire bon sens. Le feu tue, comme disait l'autre. Pour se battre il faut des armes. Et on ne se bat pas n'importe comment. Les gens de métier le savent. 

    Après les tempêtes de l’été, les promesses budgétaires de l’automne : 1,8 milliard de plus ne guériront pas la blessure ouverte par le départ du général de Villiers. Les contrats opérationnels de la loi de programmation 2013-2018, dépassés de plus de 20%, ne pourront être reconduits dans la suivante. La fidélisation des jeunes militaires du rang ne fonctionne pas ; nombreux, ceux qui partent à la fin du premier contrat : marre d’arpenter les boulevards en servant de cible aux « islamistes », alors que rien n’est fait pour vraiment les détecter dans leurs repaires !

    Mais le Président et « sa » ministre ont d’autres priorités : « Plus d’Europe ! » répète à longueur de discours notre jeune chef des armées, reprenant les incantations éculées des riches vieillards qui l’ont financé, un « cabri », aurait dit le Général De Gaulle ! « Plus de femmes ! », s’énerve Madame Parly, sans préciser combien au juste.

    L’Europe de la Défense ou défense de l’Europe ?

    « La défense de l’Europe » soumise à une occupation islamique progressive, invasive et sans précédent est un sujet brûlant. Macron lui préfère le sujet abscons de « l’Europe de la défense ». Il veut « avancer ensemble », en marche, sans savoir où ! « Mieux nous coordonner », dit-il, mais ça fait bien longtemps qu’on sait faire, monsieur le Président : il suffit d’un objectif partagé et d’une décision politique.

    Il veut des militaires étrangers dans nos états-majors et prétend « ouvrir cette initiative », mais, de fait, ils y sont depuis longtemps et, comme partout dans le monde, on leur confie des dossiers secondaires pour y faire de l’affichage ! Les affaires sensibles se traitent évidemment en national, ou en groupe multinational ad hoc pour les programmes d’armement ou les opérations conjointes.

    Il veut « un fond européen de défense » ! Soit ! Pour financer l’industrie US que les acheteurs européens du chasseur F35 ont déjà gratifiée de 4 milliards ? Sait-il ce qu’il dit et ce qu’il fait ? Après avoir bradé Alstom à l’Américain General Electric et à l’Allemand Siemens, Macron aurait-il des projets pour notre industrie de défense ?

    Enfin son souhait de « créer une doctrine commune pour agir », que la revue stratégique 2017 du ministre reprend docilement, se passe de commentaire.

    Quand le féminisme devient idiot 

    Le ministre Florence Parly a aussi ses priorités : « On ne peut pas se satisfaire d’un taux de féminisation de 15% », assène t-elle. Très informée, elle ajoute : « Sur le terrain, il n’y a plus d’hommes et de femmes, il n’y a que des soldats ». Non, Madame, il y a toujours des hommes et des femmes et le colonel qui vous fait visiter son détachement au Mali ou en Irak ne vous dira pas les difficultés que cela génère, il n’est pas idiot. Pas plus ne vous en dira le capitaine de vaisseau qui commandera le premier sous-marin Barracuda avec des jeunes femmes à bord.

    Quant aux médecins militaires, ils pourront encore moins en parler, leur directeur central est une femme depuis septembre dernier. En Afghanistan, ils avaient dû pallier l’indisponibilité et le peu d’appétence de leurs consœurs, surreprésentées dans ce corps, jeunes mères de familles souvent.

    Madame Parly veut améliorer l’égalité professionnelle entre les « hommes soldats » et les 15% de femmes militaires. Elle ne nous explique pas pourquoi elles sont seulement 8% en opération. C’est pourtant simple : elles ont des enfants et choisissent plutôt des postes compatibles, ce qui est normal et fort bien. Elles ont peut être aussi moins de goût au baroud, et c’est rassurant ! Enfin leurs chefs sont des hommes réalistes, plutôt civilisés, pas des idéologues barbares de l’égalité homme-femme !

    Une femme, certes, peut piloter un Rafale, un tank, une moissonneuse-batteuse aussi bien qu’un homme ; les femmes militaires sont compétentes, courageuses et font preuve d’une réelle abnégation, mais la question n’est pas là. La mixité dans les armées complique le commandement, les opérations et la vie des familles, tout le monde le sait et le comprend. Des femmes dans l’Armée, personne n’y voit d’objection. Il n’en va pas de même de la féminisation à outrance. Si elle flatte les névroses sociétales de la ploutocratie au pouvoir, elle ne répond à aucun besoin militaire et pèse sur le budget et l’efficacité des armées. Simple vérité de bon sens.  

    photo-10.jpg

    Florence Parly s’adresse aux soldats de l’opération Barkhane. 

    Mathieu Épinay

    Collectif de spécialistes des questions de Défense
  • Le mammouth en marche ?

     

    Par Edouard de Saint Blimont

    Récemment, deux économistes ont donné une conférence à l’Ecole de guerre intitulée Le Jour d’après - le titre est évocateur - sur l’inéluctable crise économique qui vient, du fait notamment de l’effondrement de la démographie des pays occidentaux. Il convient donc, ont-ils souligné, que nos gouvernements s’engagent dans une politique nataliste vigoureuse, qu’ils ne rognent pas le budget de la défense car ce monde en crise sera nécessairement turbulent et qu’ils préparent les cerveaux à affronter « le jour d’après ». Si sur les deux premiers points, les acteurs politiques sont loin du compte, les mesures éducatives prises par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, ne vont-elles pas dans le bon sens ? 

    Demi-mesures ?

    Celles-ci semblent bien tourner la page du laxisme et de l’anarchie promues en principe de politique éducative par Belkacem. Elles manifestent d’abord le souci de restaurer l’ordre et la discipline : les portables qui transforment quotidiennement les élèves en autistes resteront dans les casiers, le port de l’uniforme est sérieusement évoqué et le redoublement serait à nouveau institué. Le ministre laisse le soin aux acteurs locaux de décider ou pas de la pertinence des activités périscolaires. Le travail est remis à l’honneur et les mesures prises rompent avec le vieux fantasme socialiste d’une école qui serait surtout un lieu de vie : les classes bilangues sont rétablies, l’enseignement du latin et du grec à nouveau promu, on veillera même à ce que les devoirs soient faits.

    Certes, on pourra toujours considérer qu’en recherchant surtout le consensus, le ministre sape ces mesures dans leur fondement. Deux exemples : le port de l’uniforme qu’il faudrait imposer par voie d’autorité serait laissé à la libre décision  des établissements mais alors si la diversité vestimentaire subsiste, l’uniforme cesse d’uniformiser ! On pourrait croire que l’opération devoirs faits invaliderait définitivement la thèse de ceux qui voulaient supprimer les devoirs à la maison au motif que ceux-ci amplifient les inégalités. En réalité, si les circulaires considèrent que les devoirs sont indispensables à une qualité de l’apprentissage … elles donnent aussi raison à « ceux qui y voient un risque d’accroissement des inégalités sociales. » C’est pourquoi, on les fera dans l’établissement. Le ministre pose ainsi des actes mais en laissant la possibilité au camp adverse de les discuter. Libéralisme quand tu nous tiens ! Ces mesures ont cependant pour elles d’introduire la possibilité d’une autre logique éducative.

    Neurosciences vs considérations sociologiques.

    Si Jean-Michel Blanquer souhaite obtenir le consensus sur des mesures qui répugnent à la sensibilité de gauche des acteurs éducatifs, il aspire en même temps à imposer comme une vérité transcendant tout débat les mesures en matière de lecture et d’orthographe. Exit la méthode globale : on remet à l’honneur la méthode syllabique. On a assez badiné avec l’orthographe. Dorénavant, une dictée par jour. Pour en convaincre définitivement les enseignants, le ministre s’appuie sur les travaux de Stanislas Dehaene, titulaire de la chaire de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France. Ce dernier, chargé de présider le conseil scientifique de l’Education nationale, considère qu’un apprentissage de la lecture par la méthode syllabique facilite très tôt le déchiffrement en libérant le cerveau pour d’autres tâches : « ce n’est que lorsque le décodage des mots devient automatique que l’enfant peut se concentrer sur le sens du texte », affirme Dehaene. Les recherches de Dehaene prouvent ainsi que la méthode syllabique est un instrument plus approprié que la méthode globale pour permettre à l’enfant d’acquérir des compétences authentiques en lecture. Blanquer rassure : il s’agit de convaincre, pas d’imposer.

    Retour du scientisme ? s’effraient les sociologues qui considèrent que cette approche revient à transformer l’enfant en rat de laboratoire, en faisant l’impasse sur sa psychologie, le contexte social dans lequel il se trouve, contexte qui détermine son désir d’apprendre. Lelièvre, Lussault, Meirieu, dont les inspirateurs sont, entre autres, les marxisants Bourdieu et Passeron, reviennent en force dans le débat pour défendre des positions dont la logique mène à l’inexorable abaissement du niveau.

    Quelle issue ?

    Il n’est donc pas certain que le mammouth se remette si facilement en marche. On peut craindre qu’il ne connaisse à nouveau un « grand hiver », pour reprendre le titre du beau roman d’Ismaël Kadaré, si ceux qui ont contribué à son perpétuel enlisement ne reprennent in fine le pouvoir, en faisant valoir que leur position est plus humaine que celle des neurosciences. Il est vrai qu’on ne peut faire valoir la suprématie des thèses neurocognitives si, dans le même temps, on admet la possibilité pour des thèses alternatives, pour ne pas dire contraires, de faire valoir leur point de vue. Il est urgent de sortir du consensus ou d’une logique strictement scientifique pour s’arrimer à une analyse philosophique qui fera apparaître les tenants de la pédagogie moderne pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des imposteurs, coupables d’avoir fait régresser les écoliers de France. Pour cela, il est urgent de définir les voies d’un redressement. Un ultime exemple le fera comprendre : Jean-Michel Blanquer veut qu’on donne à nouveau des repères chronologiques en histoire. Certes, mais à quoi servent les repères si on ne définit pas une direction ? On le sait mieux avec les travaux de Paul Ricoeur,  qui constitue une référence pour Emmanuel Macron : la narration historique s’effectue en lien étroit avec les attentes du présent. Or quelles sont-elles aujourd’hui pour nous, chrétiens soucieux de préserver notre civilisation des dérives qui la menacent ? Préserver notre civilisation de l’aventure islamique ? On lira alors avec profit Aristote au Mont Saint Michel de Sylvain Gouguenheim qui effectue une mise au point salutaire : ce sont les penseurs chrétiens qui ont été dans l’histoire les dépositaires, les traducteurs et les passeurs de la pensée grecque, sans laquelle notre civilisation ne serait ce qu’elle est. Les « penseurs » musulmans n’y sont pour rien. Veut-on écarter définitivement le spectre de la résurgence d’une révolution dévastatrice ? Tournons-nous vers Stéphane Courtois qui dresse la figure monstrueuse de Lénine ou vers  François Furet qui insiste sur les aberrations de 1789.

    Ce sont des travaux de savants… au même titre que ceux de Stanislas Dehaene, dans son domaine. J.M Blanquer serait bien inspiré de demander aux auteurs de manuels (puisqu’il favorise leur retour) d’intégrer les leçons de ces scientifiques pour construire un récit national qui nous soit enfin profitable. Et puis, cela nous évitera de tomber dans la stupide commémoration de 68 qu’on nous prépare.  

  • Défense - Afrique, Orient, quelle place pour la France ?

     

    Par Mathieu Épinay

    Aujourd'hui, devant les nouvelles situations, la France doit, soit retrouver sa place avec des moyens cohérents, soit y perdre progressivement ses forces.

     

    « Le chef d'état-major des années (CEMA), parce qu'il porte les opérations du ministère, porte aussi, par fonction, des responsabilités en matière de cohérence générale, à la fois de la programmation et des engagements budgétaires », déclarait en septembre le nouveau CEMA. Le général Lecointre entend donc garder ses prérogatives, dans la ligne de son prédécesseur et en opposition frontale avec le discours présidentiel qui avait décidé Villiers à partir. Macron, chef des armées, décidément bien léger, est « contré » par deux CEMA !

    DES ARMÉES MAL AIMÉES

    Commettant une nouvelle faute, il vient d'abaisser dans le protocole l'amiral Rogel, chef de l'état-major particulier à l'Elysée, qui passe ainsi après le directeur de cabinet. C'est mesquin et stupide ! Ancien chef d'état-major de la Marine, Rogel appartient à cette élite ultra-sélectionnée des commandants de sous-marins nucléaires, intelligence brillante servie par le mental d'acier du sous-marinier, c'est un chef respecté avec une indiscutable légitimité opérationnelle et stratégique. Ce « déclassement » ne l'affecte pas, mais c'est une provocation pour les militaires. Elle affiche sur le fond la défiance du président à leur égard et, sur la forme, trahit un discernement altéré par des failles psychologiques... inapte au commandement d'un sous-marin ! Le fossé continue donc à se creuser entre Macron et ses armées, c'est ennuyeux, car la situation y est préoccupante.

    En effet l'activité qui leur est demandée dépasse les contrats opérationnels pour lesquels elles avaient été dimensionnées. D'où un surcoût de près d'un milliard d'euros par an à prendre sous enveloppe dans un budget « défense » qui ne le prévoit pas. Il faut donc chercher ce milliard dans l'équipement des forces : les programmes sont retardés, les matériels ne sont pas remplacés conduisant à l'érosion inéluctable de l'ensemble.

    DES POLITIQUES STUPIDES

    Pourtant il reste beaucoup à faire en Afrique, nos forces s'usent sans résultats durables. Tant que l'Afrique n'aura pas les structures politiques robustes qu'on n'acquiert pas en 50 ans de colonisation, toute pacification restera fragile et il faudra y rester pour l'accompagner.

    Mais cette situation, nos gouvernants l'ont aggravée en bombardant la Libye jusqu'au lynchage de Kadhafi.

    Resté au pouvoir, il aurait traité le soulèvement islamo-tribal de Benghazi, interdit le scandaleux trafic d'êtres humains vers Lampedusa, acheté les Rafale qu'il nous avait commandés. Une poignée de coopérants militaires français ou italiens aurait alors suffi pour accompagner le « roi des rois d'Afrique » dans la stabilisation du Sahel et la neutralisation des infiltrations islamiques à quoi nos armées s'épuisent actuellement.

    Au Levant, les opérations ne mobilisent que 1500 hommes mais coûtent cher en équipement, en activité aérienne et en logistique. Les frappes portent leurs fruits surtout grâce à la Russie qui appuie sans réserve l'armée syrienne. Ses bombardiers à long rayon d'action interviennent après décollage du territoire russe et survol de l'Iran. Ils sont protégés par les chasseurs Sukhoï 27 basés en Syrie. Nos 14 Rafale de l'armée de l'air et de la marine basés en Jordanie et aux Émirats seraient plus efficaces en coopération avec les Russes mais notre stupide politique arabe l'interdit. Heureusement, face à l'évidence, la France ne fait plus du départ d'Assad un objectif prioritaire. L'expérience libyenne aurait-elle fait réfléchir ces esprits étroits, juste bons pour l'oral de l'ENA ? L'accueil du maréchal Sissi à Paris, malgré la hargne médiatique contre le tombeur des frères musulmans, ouvrirait-il une ère nouvelle ?

    Dès 2013, il fallait se démarquer de la campagne anti-Assad et des mensonges euro-atlantistes pour se positionner en puissance indépendante dans le règlement d'une crise attisée par des intérêts pétroliers inavouables. Notre statut nucléaire, nos liens immémoriaux avec la Syrie et le Liban nous en donnaient la légitimité. L'affaire se serait jouée entre la France et la Russie et nous n'en serions pas là. Mais c'était l'époque où Hollande et son poulain Macron poussaient un ambassadeur homosexuel au Vatican et torpillaient la vente des « Mistral » aux Russes, où Fabius saluait le travail d'al-Nosra violeur et tueur de chrétiennes. On a la diplomatie qu'on peut !

    DU NOUVEAU EN ARABIE

    Et voici que, sans que le quai d'Orsay ait rien anticipé, un jeune prince de 32 ans, Mohammed ben Salman, propulsé au rang d'héritier par son père de 81, prend le pouvoir à Riyad. Là-bas, l'usage était plutôt de le recevoir à 75 ans de son frère. Depuis cette désignation inattendue en juin, il a rencontré Pouline à Moscou, autorisé les femmes à conduire, renvoyé les « Mutawa » dans leur casernes ; cette police religieuse bastonne celles qui se décoiffent et ferme les commerces aux heures de prière. Il veut aussi nettoyer le corpus islamique des hadits criminogènes et vivre en bonne intelligence avec les autres religions. Le 5 novembre, par un quasi-coup d'État, il renvoie ou arrête pour corruption les élites en place, princes, ministres, hauts fonctionnaires, bloquant leur comptes en banques et leurs jets privés. Simultanément, sur fond de tensions avec l'Iran, le Premier ministre libanais sunnite Hariri vient à Ryad pour y annoncer sa démission. Craint-il de finir comme son père, déchiqueté par une bombe chiite ? Serions nous à l'aube d'un tremblement de terre géostratégique que seul Moscou aurait vu venir ? Le président Macron s'essaye à sauver Hariri.

    DES POLITIQUES POSSIBLES

    Depuis 30 ans l'armée française est engagée dans des affaires qui l'épuisent par les parvenus qui se déchirent pour le pouvoir. Aucune culture historique, aucune vision politique à long terme, juste une idéologie imbécile, une diplomatie du fric et des appétits personnels qu'il faut satisfaire avant la fin d'un mandat !

    Serbie, Irak, Afghanistan, Libye, Syrie, partout nous aurions pu faire autrement ! Une vision souveraine aurait épargné le sang, préservé notre appareil de défense et accru notre crédibilité.

    Ainsi, en 2003, la France est sortie grandie de son veto sur l'Irak et confortée par ses conséquences tandis que l'Armée britannique s'embourbait à Bassorah. Elle ne s'en est jamais remise.

    Face aux bouleversements qui se dessinent dans le Golfe, allons-nous y retrouver notre place ou continuer à jouer, pour notre perte, les zélés supplétifs de ceux qui veulent nous voir disparaître dans le « machin» européen ?

    Lucide, le nouveau CEMA réclame une révision à la baisse de ces engagements interminables qui nous affaiblissent. C'est possible avec une autre politique, avec du courage, de l'intelligence et cette vision à long terme qui manque à nos démocraties, mais pas au jeune prince Ben Salman à Riyad. Il nous en faudra alors que là bas vient de tomber Rakka, l'ultime bastion du califat islamique, et que d'autres défis nous attendent ici dans ces banlieues que les préfets interdisent aux gendarmes.

    putin_saudija_reuters.jpg

    Le 30 mai 2017, le président Poutine reçoit au Kremlin le prince Mohammed ben Salman.

    Mathieu Épinay

  • Défense - Armée de l’air : ce qu’il faut faire et ne plus faire

     

    Par Mathieu Épinay

     

    Les temps changent. La France doit songer sérieusement à se défendre. Les Français conscients le comprennent mieux. Encore faut-il avoir une vraie politique. 

    2007 Afghanistan, 2011 Libye, 2013 Mali, 2014 Levant, autant d’opérations lointaines où notre aviation, entrée dans l’ère du Rafale, s’est aguerrie, tout en absorbant réductions d’effectifs et restrictions budgétaires.

    Politiquement vaines en Afghanistan, désastreuses en Libye, les premières interventions aériennes furent exemplaires quant à l’exécution tactique. Nécessaires et légitimes, d’autres opérations continuent maintenant au Levant et en Afrique.

    Au Levant, 10 Rafale de l’armée de l’air, renforcés par 4 Rafale de la marine, privés du porte-avions en carénage, pourchassent Daech. En Afrique 6 Mirages appuient nos forces terrestres. Sur un théâtre aussi vaste que l’Europe l’armée de l’air fait des prouesses pour assurer la mobilité et la logistique des « terriens ». Les premiers Airbus A400M se posent au plus près de l’action, mais les vieux Transall doivent encore tenir quelques années avant la relève complète et nos 14 Hercules leur apportent une aide précieuse. Quatre commandes supplémentaires de ces avions de transport américains permettront le ravitaillement en vol de nos hélicoptères. 

    En 2018 les forces aériennes stratégiques (FAS) remplaceront les derniers Mirage 2000 N par des Rafale. Parallèlement, la relève des vieux Boeing par des Airbus de ravitaillement en vol commencera. Comme le Rafale, ces avions polyvalents des Forces nucléaires sont souvent détachés pour des missions conventionnelles demandées par Paris.

    Au fil des opérations, l’armée de l’air a acquis une expertise unique en Europe des processus et systèmes de conduite des opérations. Le centre de commandement du Mont Verdun à Lyon reçoit la situation aérienne sur les différents théâtres, comme les vidéos prises par les drones au confins du Sahara. Tout est retransmis instantanément par nos satellites militaires. Sans ôter au commandant local ses prérogatives, cette vision centralisée permet d’accélérer la décision et d’optimiser l’emploi des flottes entre Sahel et Levant.

    Avec le recul des ans, de vieilles controverses font maintenant sourire. Des Rafale monoplace partis de France frappent au Mali après 9 heures de vol ; des drones sans pilote, avec 24 heures d’autonomie, en surveillent les moindres recoins. Pourtant, dans les années 90, on avait frauduleusement obtenu d’un ministre que 60% des Rafale de l’armée de l’air soient des biplaces plus chers. En 2000, le chef d’état-major de la marine en voulut aussi ; pourtant le Rafale embarqué monoplace convenait à ses pilotes. Il eut gain de cause. Mais, deux ans plus tard, à Paris, une poignée d’officiers forts de leur légitimité opérationnelle et de leur réalisme écrasaient dans l’oeuf ces surenchères coûteuses. Pas de biplaces pour la marine et une majorité de monoplaces pour l’armée de l’air, décidait le Ministre. Gain pour La Défense : 400 millions. Quinze ans plus tard, personne ne s’en plaint.

    L’éviction récente des Mirage 2000D d’Irak pour les reléguer au Mali, moins dangereux, a agité les cercles initiés. Ce chasseur bombardier, conçu dans les années 90 sans radar ni missile crédible, est aveugle et désarmé. Au lieu de pallier ces carences, on s’est saigné pour y installer la « liaison 16 ». En 2010, le scandale de cette liaison de données tactiques américaines obsolète, verrouillée par le Pentagone et pourtant intégrée sur tous nos chasseurs, éclatait discrètement (secret Défense oblige). Il y eut quelques bruissements vite étouffés au Palais-Bourbon et au Sénat et on en resta là. Perte pour La Défense : 500 millions. Sept ans plus tard, plus personne n’en parle.

    Ces fautes ruineuses, une nouvelle génération de chefs mieux sélectionnée que celle de mai 68 ne les commettra pas et c’est tant mieux, car les projections budgétaires optimistes du président Macron n’ont pas dépassé le stade des promesses.  •

    Mathieu Épinay

  • Notre avant-guerre ?

    La Chine investit près de 200 milliards de dollars/an pour son armée 

     

    En deux mots.jpgPériodiquement, il faudrait relire Giraudoux, esprit sage et subtil, bienveillant et souriant aux misères des hommes et des peuples, à leurs insuffisances et à ces fatalités qui, à intervalles réguliers, les conduisent dans de terribles malheurs. Par exemple les guerres modernes. Giraudoux en savait quelque chose, qui en avait vécu deux. Mondiales, pour la première fois. Mais on ne lit plus Giraudoux, on l'a oublié ou presque, on ne joue plus son théâtre. A notre société il manque la culture et au théâtre un Jouvet, qui avait fait de Giraudoux l'auteur dramatique de sa vie. 

    Ce qui nous a rappelé Giraudoux ces temps derniers, ce sont les prodromes d'une guerre, qui montent de l'actualité avec leur lot de ridicules, de dérision et de sourde inquiétude. C'est ce dont Giraudoux a superbement traité dans La guerre de Troie n'aura pas lieu. Et qui finalement aura lieu comme chacun sait. 

    Entre 1870 et 1914, on avait déjà cru une nouvelle guerre impossible. On pensait que le perfectionnement des armes la rendait trop meurtrière pour qu'elle fût tentée. On le croyait encore le 2 août 1914. Mais la guerre éclata quand-même le 3. Entre les deux conflits mondiaux on recommença : la tragédie avait été trop terrible entre 1914 et 1918, elle avait fait un trop grand nombre de morts - autour de 20 millions - pour qu'une guerre pût encore se produire. Et aussi on avait créé la Société des Nations, la SDN, ancêtre de notre ONU, pour, de toute façon, l'empêcher. Dérisoire illusion ! Hubert Védrine l'a fort bien dit : les institutions internationales ne sont que des lieux de rencontre. 

    Les grands conflits sont en général précédés de guerres dites régionales. La guerre d'Espagne, où les armées européennes, sauf la nôtre, s'étaient essayées, sur terre et dans le ciel, s'est terminée le 1er avril 1939 ; la Seconde Guerre mondiale éclata le 1er septembre. Nous avons aujourd'hui la guerre de Syrie, dont Eric Zemmour a dit - peut-être avec raison - qu'elle est notre guerre d'Espagne. Mauvais présage … Les aviations russe, américaine et accessoirement française, se croisent dans le ciel syrien, au risque, d'ailleurs, de s'y affronter. Des militaires de mêmes nationalités s'affairent sur son sol.  

    Précèdent aussi les conflits majeurs, ces rencontres entre « grands » où l'on fait assaut de pacifisme et de bons sentiments. Giraudoux, toujours, a restitué cette dramaturgie singulière dans La Guerre de Troie n'aura pas lieu, avec une infinie délicatesse et une lucidité amusée. En 1938, il y avait eu Munich. Nous avons les G7, les G 20, et les conférences au « format Normandie ». Trump, Poutine et Xi Jinping se sont rencontrés à Hambourg en 2017 ; les membres, plus chanceux, du G7 se sont offerts Taormine comme jadis on se retrouvait à Locarno. 

    La politique des « sanctions » fait aussi partie de la panoplie des avant-guerres. Comme il y eut, autour de 1935-1937, les sanctions contre l'Italie, aux funestes conséquences, nous avons les sanctions américaines contre Cuba et les sanctions, d'ailleurs réciproques, des « démocraties » contre la Russie, ou contre l'Iran et, aujourd'hui, les sanctions votées à l'ONU, contre la Corée du Nord. 

    C'est maintenant dans le Pacifique que semble s'être déplacée la perspective de grands affrontements. Loin de notre Europe, et c'est tant mieux. Les missiles de Pyongyang survolent à intervalles rapprochés le Pacifique et le Japon lui-même, qui d'ailleurs, avait occupé jadis la Corée. Elle ne l'a pas oublié. Les 160 000 Américains de l'ile Guam vivent dans la peur qu’un missile nord-coréen leur tombe dessus. Mais chacun sait que derrière la Corée du Nord il y a l'immense Chine et derrière la Corée du Sud et le Japon, les Etats-Unis. Contenue, pour un temps dont on ne peut dire combien il durera, par des motivations commerciales et financières, la rivalité sino-américaine n'en est pas moins un phénomène grandissant, derrière les sourires et les poignées de main. 

    Ces motivations pacifico-pragmatiques, toutefois, n’empêchent pas la course aux armements, dont on croit qu'on ne se servira jamais, comme on avait pensé jadis que la guerre de Troie n'aurait pas lieu. La course aux armements caractérise aussi les avant-guerres et nous conseillerons aux sceptiques de considérer l’ampleur et l’accroissement, étonnants pour les optimistes, des budgets militaires des grandes puissances d’aujourd’hui : les 622 milliards de dollars américains, que Trump vient de décider d’augmenter de 7% ; les presque 200 milliards de dollars chinois ; le programme militaire indien, en passe de rejoindre la Chine sur ce terrain ; sans compter l’éventuel réarmement du Japon, d’ailleurs déjà entamé. Que pèsent, en comparaison, les 44 milliards français et les 48 milliards russes ? 

    Justement, si le pragmatisme devait être abandonné, si un conflit majeur venait à éclater un jour ou l’autre dans les régions du Pacifique que nous avons évoquées, il ne faudrait pas dénier à l’Europe, qui s’est si longtemps épuisée à se battre chez elle, notamment la France, la chance de se trouver, pour une fois fort éloignées du théâtre du conflit, ni, nonobstant toutes alliances,  le droit de s’en tenir soigneusement à l’écart. Chacun sait que la guerre de Troie n’aura pas lieu. Mais si elle avait lieu tout de même ? Nous devrions dire comme Louis XV et rester sur le mont Pagnotte.  • 

     Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien ci-dessous

    En deux mots, réflexion sur l'actualité

  • Macron-Défense : l’affaire Villiers n’est pas qu’une question de chiffres

     

    Par Roland Hureaux

    Au delà des chiffres et des budgets, Roland Hureaux se livre ici [Causeur - 16.08] à une fine et exacte analyse du rapport personnel de l'actuel président de la République avec nos Armées. Rappelons que Roland Hureaux fut l'un des participants au colloque d'Action française du 7 mai 2016, à Paris, « Je suis royaliste, pourquoi pas vous ? »    LFAR

     

    1871659358.jpgPour beaucoup, le différend qui a opposé le président Macron au général Pierre De Villiers, chef d’état-major des armées, pourrait être ramené à une question de chiffres, ce qui serait après tout normal s’agissant d’un président issu de I’Inspection des finances. Mais une telle approche serait bien réductrice.

    Question de chiffres : Macron avait promis dans son programme électoral de remonter le budget de la Défense à 2 % du PIB. Une promesse qu’avaient d’ailleurs faite aussi Marine le Pen et François Fillon. Comment Emmanuel Macron, adepte inconditionnel de l’OTAN, aurait-il pu proposer autre chose que le minimum que cette organisation a fixé et qui a été rappelé récemment par le président Trump. Mais 2%, c’est beaucoup, environ 44 milliards ; à un budget actuel de 32 milliards, il faudrait donc en ajouter 12.

    Autre chiffre, le déficit autorisé par l’Union européenne : 3 % du même PIB, soit 66 milliards qui sont déjà une tolérance, assortie de la promesse française de le ramener à zéro, jamais respectée par le gouvernement Hollande (dont Macron était le ministre des Finances). Ce n’est pas en effet en accumulant des déficits (et donc avec un supplément d’endettement de 3 % l’an) que l’on réduira une dette qui atteint aujourd’hui les 100 % du PIB. Il reste qu’Emmanuel Macron, qui a voulu entrer en fanfare sur la scène européenne, et pour qui les consignes de Bruxelles, comme les souhaits de Berlin,  sont la Loi et les prophètes, veut à tout prix, pour assurer sa crédibilité, redescendre à ce niveau. Il lui manque pour cela 8 milliards. L’habitude de Bercy dans ce cas-là est de ponctionner les ministères régaliens, à commencer par la Défense à qui, au lieu d’accorder 12 milliards, on demande 850 millions tout en gelant 2,7 milliards.

    Cette logique n’explique pas seule que le mécontentement des armées justement exprimé par leur chef d’état-major en commission de la Défense soit devenu une affaire d’Etat.

    Au-delà des chiffres, le choc des cultures

    On est surpris du degré de mépris dont le président Macron fait l’objet sur la toile dans de nombreux  textes, anonymes ou pas, issus de la communauté militaire. Nicolas Sarkozy et François Hollande, que les militaires n’aimaient pas beaucoup, n’ont jamais essuyé pareille hostilité. Et surtout pas moins de trois mois après leur prise de fonction.

    On peut faire la part des maladresses du nouveau président, de son absence de sensibilité militaire : même s’il fanfaronne ici ou là au milieu des troupes, il est le premier président à n’avoir pas fait de service militaire. La génération X-Y !

    Il faut cependant aller plus profond. La personnalité d’Emmanuel Macron rebute bien des gens, surtout dans les armées. Il porte avec lui un air de légèreté qui n’est pas vraiment le genre de la maison. Depuis la République romaine et sans doute avant, le chef militaire, confronté chaque jour à la mort, réalité ultime, est un homme grave. C’est cette gravitas, signe d’une maturité accomplie, que les militaires attendent du chef de l’Etat qui est aussi le chef des armées. Le moins qu’on puisse dire est que le nouveau président a, en la matière, des progrès à faire. Beaucoup, dans le grand public, ont été par exemple choqués par sa visite à Oradour-sur-Glane où il multipliait de tous côtés les poignées de main à la Chirac semblant confondre ce lieu de mémoire tragique avec un comice agricole.

    Sans doute sa vie privée n’appartient-elle qu’à lui. Mais pour exercer l’autorité, il faut donner le sentiment d’une personnalité accomplie. Or Jacques Lacan nous l’a enseigné, c’est la résolution du complexe d’Œdipe qui ouvre douloureusement le sujet au monde réel. Nous ne dirons pas qu’Emmanuel Macron ne l’a pas résolu. Mais en politique, seules les apparences comptent.

    Militaires contre idéologues

    Il y a plus : sur presque tous les sujets, Emmanuel Macron a fait campagne sur les marqueurs idéologiques qui, depuis 15 ans, définissent ce qui est politiquement correct :  Europe, libre-échange, dépassement de la nation (la France étant accusée par lui de « crime »), mépris des considérations   culturelles et ethniques par l’ouverture à l’immigration, antiracisme, non-discrimination, hyper-écologie, théorie du genre, vaccins à tout va, etc. Sur aucun sujet Macron n’a pris la moindre distance par rapport à la doxa dominante. Il s’est bien gardé aussi de désavouer celles qui ravagent des secteurs comme l’Education nationale (méthode globale) ou la justice (culture de l’excuse). Non pas parce que cela plaisait à ses électeurs, bien au contraire. Mais parce que cela plaisait à ces prescripteurs essentiels que sont les gens de médias, largement inféodés à l’idéologie.

    Presque tous les ministères ont aujourd’hui la leur, qui suscite généralement l’ire de populations pas toujours conscientes de ce qui leur arrive: l’Intérieur veut à toutes forces supprimer 30 000 petites communes, l’équipement veut interdire toute construction hors des périmètres déjà construits, quelles que soient les traditions locales, la Santé veut fonctionnariser la médecine libérale etc. Le ministère de la Défense n’est pas entièrement exempt de telles idéologies (qui ne sont généralement pas beaucoup plus que des idées simplistes jamais remises en cause), mais seulement en manière d’organisation, où les civils ont leur mot à dire : ainsi les bases de défense, répondant à la culture du regroupement, ont mis plus de désordre qu’elles n’ont fait d’économies. Mais dans l’ensemble le ministère de la Défense demeure relativement préservé de l’idéologie. La raison : les engagements opérationnels multiples dans lesquels nos armées sont impliquées permettent un retour d’expérience constant, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des administrations civiles. « Quand le canon tonne, les cons se taisent », dit un vieux dicton militaire. Les idéologues aussi, l’idéologie ayant pour caractère de faire perdre le sens du réel, éminemment nécessaire au combat.

    Il semble que l’idéologie et le déficit œdipien aillent ensemble. C’est l’immaturité qui explique le succès des idéologies, particulièrement dans une classe intellectuelle ou médiatique plus à l’abri que le peuple du contact direct avec le réel, parfois si dur. Sur ce chapitre, Emmanuel Macron est bien un enfant du siècle.  

    est essayiste.
  • Caroline Galacteros : « Du bon usage des armes de la France »

     

    Caroline Galacteros a publié ces intéressantes réflexions sur le site de l'ASAF, l'Association de Soutien à l'Armée Française [25.07]. Nous ne pouvons que l'approuver, ayant, nous-mêmes, dans le même esprit, consacré de nombreux articles au sujet crucial dont il est ici question. LFAR  

     

    caroline_galacteros_3a92567ba9213106e7832bf876cd46d7.jpgÊtre un chef. Tout un programme. Mais surtout une exigence première, profonde : protéger les siens, ceux qui dépendent de vous, de vos choix, ceux qui remettent leur vie entre vos mains parce qu'ils ont confiance, vous respectent et savent que vous ne les livrerez pas légèrement à l'adversité et, pour commencer, à l'adversaire.

    Pour un sous-officier ou un officier, il s'agit de protéger ses hommes, de les engager à bon escient et dûment équipés.

    Pour un chef militaire et évidemment pour le premier d'entre eux, il s'agit de protéger nos armées de la pensée comptable et des raisonnements à courte vue de Bercy qui, depuis 30 ans, les met à nu impunément, tout en leur demandant toujours plus. Pour notre chef de l'État, chef des armées ès qualités, c'est encore protéger celles-ci pour leur permettre de remplir leur mission… de protection du peuple français et de la France dans toute l'ampleur et la diversité de ses intérêts matériels et immatériels. 

    La loyauté du chef d'état-major des Armées envers le président de la République est totale et naturelle. Elle n'est pas à géométrie variable ni de nature politicienne, attachée à un homme ou un camp, mais bien plutôt à une fonction incarnée par un individu donné, choisi par les urnes à un moment donné.

    Dans le cas de Pierre de Villiers, c'est la loyauté d'un soldat de grand prestige envers le dépositaire de la souveraineté populaire, quel qu'il soit. C'est cette loyauté qui lui a fait devoir d'informer les représentants du peuple, en l'espèce les membres de la commission des Forces armées de l'Assemblée nationale, de l'état réel de nos armées, et du caractère insoutenable d'une nouvelle salve de coupes budgétaires décidées par des technocrates inconscients du coup ainsi porté à la chair de la patrie pourtant si manifestement en danger. 

    Dangereux coup de rabot 

    Un énième coup de rabot arrivant après des annonces de gel et de surgel de lignes budgétaires, qui pourrait bien sonner le glas, après bientôt trente ans d'efforts financiers endurés sans mot dire, de notre efficacité opérationnelle ; donc in fine de la crédibilité militaire de la France et de celle du président qui l'incarne, notamment à travers la disposition et l'emploi éventuel de « l'outil militaire ».

    Depuis la professionnalisation, nos armées ont subi de plein fouet l'utopie délétère des « dividendes de la paix ». Elles se sont réformées, ont réduit puis réduit encore leurs formats opérationnels. Elles ont vu fondre leurs effectifs, vieillir leurs équipements, s'amoindrir constamment la protection de leurs soldats engagés au loin, tandis que le spectre des menaces et des théâtres de leur projection ne cessait, lui, de s’accroître, désavouant tragiquement des « Livres blancs » iréniques et inconséquents. Tandis aussi que le politique, de plus en plus impuissant ou défaillant au plan intérieur, voyant en cette institution loyale, structurée, dévouée, résiliente et courageuse, un vecteur spectaculaire inespéré et commode de démonstration d'autorité, en usait et abusait. 

    La défausse du politique sur le militaire est allée trop loin, jusqu'à remplacer la définition et la mise en œuvre d'une politique étrangère cohérente et ambitieuse, toujours introuvable. Les résultats de ce double grand écart sont là. Nos armées sont aujourd'hui massivement engagées dans le monde aux avant-postes de la menace islamiste, mais aussi sur le territoire national, où l'on ne peut plus esquiver sans irresponsabilité l'anticipation de leur engagement potentiel en appui de forces de sécurité insuffisantes ou débordées par une éventuelle contestation communautaire intérieure sur fond de déstabilisation islamiste. 

    Préserver l'essentiel 

    On a donc sur-sollicité et sous-financé nos armées et elles se sont vaillamment mais trop longtemps sans doute exécutées, cherchant à « préserver l'essentiel », à trouver la martingale de « la juste suffisance », escomptant qu'on ne les affaiblirait pas jusqu'à devoir avouer qu'elles ne pouvaient plus remplir leur mission de protection de la France et des Français. Ce que précisément a dû reconnaître le général de Villiers, la mort dans l'âme. Un crève-cœur. 

    L'arithmétique budgétaire, c'est sympa, c'est magique…, mais compter des soldats et des équipements comme des choux peut aboutir à bientôt devoir compter des «morts pour la France» bien légèrement consentis. Et qui rendra alors des comptes ?

    Les politiques ? Que nenni !

    Ce seront naturellement les chefs militaires car eux seuls connaissent le prix de la vie et ont conservé l'habitude d'assumer leurs actes et responsabilités. Et sans même parler des hommes, sait-on seulement dans les couloirs de notre ministère des Finances au cœur froid qu'il faut au bas mot dix ans pour retrouver une capacité opérationnelle sacrifiée d'un trait de plume par nos comptables nationaux ? 

    Caprice présidentiel ? 

    Mais au-delà du caprice présidentiel ou de l'autoritarisme confondu avec une démonstration d'autorité, la décision budgétaire du président traduit quelque chose d'infiniment plus grave : l'incompréhension manifeste d'une urgence qui devrait pourtant, toutes affaires cessantes, l'occuper et le préoccuper. La défense est, comme chacun sait, le premier devoir d'un État. Il faut enfin se résoudre à établir des priorités, à structurer une vision stratégique digne de ce nom, et à définir – d'autorité pour le coup – un périmètre du régalien incompressible, sanctuarisé, auquel doivent être affectées les ressources nécessaires à la manifestation d'une crédibilité de la France dans ses projections de puissance et d'influence.

    Sinon, parler de leadership européen, de rang retrouvé, de grandeur et de valeurs n'a aucun sens, au moment même où nos partenaires allemands font une remontée budgétaire sensible en matière de défense, et alors que la menace islamiste et ses manifestations sanglantes, au-delà de reculs territoriaux actuels de l'organisation État islamique, sont en pleine explosion idéologique et numérique. 

    Jupiter donc ? Pourquoi pas, après tout ? On a suffisamment souffert de la normalité pathétique. Mais Jupiter armé d'un foudre en bon état et qui fasse vraiment peur !

    Le successeur de Pierre de Villiers est aussi un soldat de grande valeur, qui mêle bravoure, haut niveau de réflexion doctrinale, humanité et intelligence de situation. Gageons qu'il ne sera pas plus docile que son courageux prédécesseur qui se retire dans l'honneur, mais qu'il saura saisir l'opportunité de cette grave crise de confiance et de commandement pour convaincre notre jeune président qu'il est de son devoir, mais aussi de son intérêt, de protéger nos armées qui ne demandent qu'à être justement considérées et traitées pour servir et obéir avec cœur et panache.  •

    Caroline Galacteros 

    A lire aussi dans Lafautearousseau ...

    Un mauvais coup porté à la France

  • Macron, Villiers et le piège des 3%

     

    Par Jean-Michel Quatrepoint

    Patriotisme économique et patriotisme tout court commandent à ceux qui s'en réclament, dont nous, dont les royalistes, de suivre avec attention, comme nous l'avons fait souvent ici, les publications de Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique lucide, informé et ... patriote. Il revient, dans cette tribune [Figarovox, 21.07] sur la crise entre Emmanuel Macron et les armées mais, surtout, sur l'avenir de nos armées et de notre industrie, notamment de Défense, mises à mal par une impossible équation budgétaire . LFAR

     

    4163199303.jpgLe général Pierre de Villiers est tombé au champ d'honneur… des 3 %. Ce trop fameux critère de Maastricht, inventé il y a plus de trente ans par la technocratie française, est la cause du « clash » avec Emmanuel Macron. Ce dernier est prisonnier de ses engagements vis-à-vis de l'Allemagne et de Bruxelles, dont il a fait la pierre angulaire de sa stratégie. Pour relancer le couple franco-allemand, redonner à la France une place éminente, il estime qu'il n'y a pas d'autre solution que d'obéir aux dogmes : à commencer par les 3 % de déficit budgétaire et la réforme du marché du travail. C'est le prix à payer, estime t-il pour se faire à nouveau respecter par les Allemands. « En même temps », le président doit respecter les promesses faites en matière de fiscalité du capital (réforme de l'ISF, flat tax de 30% sur les revenus de capitaux mobiliers).

    Un instant, son gouvernement, face à une équation budgétaire impossible, a été tenté de repousser ses promesses. Les milieux d'affaires ayant vivement réagi, Emmanuel Macron a réaffirmé que son programme de baisses d'impôts ciblées seraient tenues. Dès lors, face à un budget 2017 qui - ce que chacun savait - dérapait, Emmanuel Macron n'avait plus qu'une option: sabrer dans les dépenses publiques et mettre les collectivités territoriales à la dette. C'était, à vrai dire, ce que l'on attendait de lui à Bruxelles et à Berlin. Mais pas dans les grands ministères régaliens. À commencer par les Armées, qui ont un autre agenda, avec également un chiffre: 2% du PIB pour le budget de la Défense. Un objectif qui correspond aux règles de l'OTAN et qui doit s'appliquer à tous les pays européens.

    Pour comprendre ce qui se joue, il faut faire un bref retour en arrière. En 1995, les militaires ont obtenu de Jacques Chirac la fin du service militaire et la professionnalisation des Armées. Avec, du moins l'espérait-il, une double retombée. D'une part une amélioration des soldes et des conditions de vie. De l'autre, une modernisation des équipements. C'était sans compter sur Bercy, qui voyait dans le budget de la Défense une variable d'ajustement. Ainsi, chaque année, au nom de la lutte contre les déficits, on rognait allègrement les dépenses d'équipement. Ce qui ne faisait qu'en accroître, in fine, le coût. C'est ainsi que l'armée française s'est peu à peu paupérisée, comme la police, la justice et les affaires étrangères.

    Sous le quinquennat de François Hollande, le rapport de forces avait quelque peu changé : lutte antiterroriste et opérations extérieures obligent ! Jean-Yves Le Drian et son très puissant directeur de cabinet Cédric Lewandoski gagnaient la plupart des arbitrages. D'autant que le ministre se révélait un remarquable VRP pour les industriels de la Défense. La jeune technostructure de Bercy rongeait son frein. En attendant de prendre sa revanche. L'élection d'Emmanuel Macron allait lui en donner l'occasion.

    Pierre de Villiers, lui, au contact direct des troupes, connaissait parfaitement l'état d'obsolescence d'une partie des équipements. Au-delà des forces spéciales et des quelque Rafales qui interviennent sur les théâtres extérieurs, l'Armée manque de tout. Les hommes sont épuisés par l'opération Sentinelle. À l'automne, quand la campagne présidentielle a démarré, le chef d'État-major militait pour porter le budget de la Défense à 2% dès 2018. Puis il avait repoussé les délais à 2022. Ce que tous les grands candidats à l'élection présidentielle avaient repris à leur compte. À l'exception d'Emmanuel Macron qui avait déjà fixé à 2025 l'échéance. En 2016, nous étions à 1,78%. Ce pourcentage va baisser en 2017. Pour tomber avec les dernières économies réclamées (850 millions) à moins de 1,75%.

    Certes, Emmanuel Macron a promis qu'en 2018 les Armées seraient le seul budget en augmentation et qu'il atteindrait 34,02 milliards contre 32,5 en 2017. En réalité, ce ne sera qu'un rattrapage et la montée en puissance pour atteindre les 2% en 2025 est sujette à caution. Pour les Armées, le compte n'est pas bon, car les dépenses d'équipement sont considérables si l'on veut maintenir la France dans le peloton de tête des grandes nations militaires. À un moment où bien des pays réarment. À partir de 2020, la modernisation de la force de frappe va absorber 6 milliards d'euros au minimum par an, contre 3,5 actuellement. Il faut d'urgence lancer le successeur du Charles de Gaulle, l'idéal étant d'avoir enfin deux porte-avions, afin qu'il y en ait toujours un d'opérationnel. Les chars, véhicules blindés arrivent en bout de course. Notre flotte aérienne se rétrécit. En matière de cyber défense ou de drones, nous avons beaucoup à faire.

    Voilà pourquoi la décision d'Emmanuel Macron de sabrer dans les dépenses d'équipement, avec une phrase sibylline, qui semblait reprocher au chef d'État-major d'être trop à l'écoute des industriels de la Défense, est inquiétante. Y a-t-il un agenda caché dans tout cela ? Après avoir laissé tomber, depuis un quart de siècle, des pans entiers de l'industrie, s'apprête-t-on à liquider, sous couvert de coopération européenne, nos industries de défense ? L'Allemagne ne cache plus ses ambitions dans ce domaine. D'ores et déjà, son budget de la Défense dépasse celui de la France. Il atteint, cette année, 37 milliards, dont 11,1 milliards pour les seuls équipements. Une Allemagne qui n'a pas la charge de la dissuasion nucléaire, ni des opérations extérieures. En 2020, ce budget atteindra 39 milliards. Cette montée en puissance permet aux industriels allemands de se positionner sur leurs secteurs traditionnels (sous-marins, chars), mais aussi sur des créneaux qu'ils avaient délaissés jusqu'alors. Avec des succès à l'exportation surprenants. C'est un fusil allemand qui va désormais équiper les armées françaises !

    Le prochain scénario que l'on va nous communiquer, nous vendre est celui de l'indispensable coopération franco-allemande en matière de défense. Ce fut l'objet d'un conseil franco-allemand à Paris, à la veille du 14 juillet, avec l'annonce du projet d'un futur avion de combat commun, d'un programme sur la cyber guerre, sur les drones, les avions de transport, etc. Puisque nous n'avons plus les moyens financiers, il nous faut donc partager les coûts avec ceux qui ont l'argent. Ce que l'on n'a peut-être pas compris à Paris, c'est qu'à terme c'est un marché de dupes. Le même que celui que nous avons fait lors de la création d'EADS. La France a perdu le pouvoir au sein d'Airbus, en partie par sa faute. Les Allemands ont méthodiquement grignoté, récupéré les parties les plus juteuses. Ce sont eux qui règnent sur les activités de défense du groupe. Ils fabriquent l'Eurofighter, un vieil avion dépassé concurrent du Rafale. Ils ont donc besoin d'un successeur et du savoir-faire des Français. Attention à ce que ce futur avion européen ne soit pas le moyen de nous phagocyter. L'Allemagne estime que tout ce qui relève de l'industrie lui revient. Et on peut se demander si notre jeune président, dont les yeux brillent surtout pour les start-up, ne pense pas au fond de lui-même que l'avenir de notre pays ne passait plus par l'industrie, quelle qu'elle soit. Le piège des 3% se referme donc sur nous et sur ce qui restait encore de l'excellence industrielle française : les industries de défense. 

    « Après avoir laissé tomber, depuis un quart de siècle, des pans entiers de l'industrie, s'apprête-t-on à liquider, sous couvert de coopération européenne, nos industries de défense ? »

    Jean-Michel Quatrepoint

    Jean-Michel Quatrepoint est journaliste économique. Il a travaillé entre autres au Monde, à La Tribune et au Nouvel Économiste. Il a écrit de nombreux ouvrages, dont La crise globale en 2008 qui annonçait la crise financière à venir. Il est membre du Comité Orwell. Dans son livre, Le Choc des empires. États-Unis, Chine, Allemagne: qui dominera l'économie-monde? (Le Débat, Gallimard, 2014), il analyse la guerre économique que se livrent les trois grands empires qui règnent en maîtres sur la mondialisation. Son dernier livre, Alstom, scandale d'État - dernière liquidation de l'industrie française, est paru en septembre 2015 aux éditions Fayard.

  • Gare à la politique des sanctions ! Gare à l'engrenage des alliances !

     Premiers exercices navals russo-chinois en Baltique, théâtre de tensions Russie-Otan

     

    En deux mots.jpgL'idée que la prépondérance dite désormais inéluctable de l'économique sur le politique garantirait à l'avenir la paix et l'unité du monde, a fait long feu, naufrage. Comme on voudra. La fin de l'Histoire n'est plus au programme.

    Même le postmoderne Macron l'a déclarée tragique dans son discours devant le Congrès. Et, naturellement, l'Histoire ne finit pas. Il y a quelques années, nous n'étions que quelques-uns - à vrai dire nous étions presque seuls - à rappeler ces permanences. Ceux qui les niaient hier, les reprennent aujourd'hui à leur compte, sans s'en sentir autrement gênés. Ne nous en plaignons pas. Le mouvement des idées est fait de tels retours depuis les lointains de l'Histoire.

    Réarmement partout ; foyers de conflits - pour l'instant régionaux - en plusieurs points du globe ; menaces guerrières, manœuvres et contre-manœuvres : russes, américaines, chinoises, nord-coréennes ; sanctions croisées, expulsions réciproques massives de diplomates, etc. Ce sont là des mots mais surtout des réalités, qui ne font plus peur, qui deviennent même banales et qui pourtant rappellent furieusement notre dernière avant-guerre. Mots et réalités dont, en effet, on ne s'inquiète pas outre-mesure, quoique de sinistre mémoire. Et dont au moins quelques-uns savent à quoi tout cela peut préluder. Ainsi se pourrait-il que la génération qui monte ait à vivre, comme les précédentes, un nouveau conflit mondial.

    Ainsi la guerre d’Espagne – dont la guerre syrienne pourrait bien être une sorte de réplique – comme les sanctions contre l’Italie, précédèrent la Seconde Guerre Mondiale.

    Une autre idée devrait être présente à nos esprits - surtout à ceux de nos dirigeants - et c'est le risque de l'engrenage des alliances ; le risque d'un engagement automatique dans un conflit que nous n'approuverions pas, où nos intérêts ne seraient pas menacés, où, en fin de compte, nous devrions mourir pour d'autres. Par exemple en cas d’un inepte conflit américano-russe où nous n’aurions rien à défendre …Tout à perdre. Sans-doute est-ce le moment pour la France de se souvenir que par deux fois au siècle dernier, elle a été entraînée dans un conflit mondial par l'engrenage d’alliances dont elle avait négocié les conditions sans précaution ni prudence. C'est évidemment le cas de la guerre de 1914-1918, dont on a pu dire que personne ne l'avait réellement voulue ni décidée. Et qui fut un drame européen.

    Que nous devions en toutes circonstances rester maîtres de nos engagements, devrait redevenir pour nous, dans les temps bellicistes qui s'annoncent et courent déjà, un impératif de survie.

    Que cette considération devrait nous conduire à réviser les conditions de nos alliances est une évidence. Et ceci concerne en particulier notre appartenance, non pas à l'alliance américaine, mais en tout cas au moins au commandement intégré de l'OTAN.  

  • Pas de dogmatisme en matière économique ! Plus de relâchement en matière de Défense et de souveraineté !

    Chantiers STX de Saint-Nazaire 

     

    En deux mots.jpgPour juger valablement des affaires industrielles et dans le détail - acquisitions, ventes, fusions, participations au capital, stratégie, etc. - il faudrait avoir les dossiers en mains et une solide expérience des sujets.

    Cette indispensable connaissance est réservée, en pratique, aux protagonistes.

    On est en donc, si l'on peut dire, réduits aux principes. Ils ne sont pas sans importance.

    En décidant la nationalisation - provisoire - des chantiers STX de Saint-Nazaire, Emmanuel Macron s'attire la désapprobation - sourde ou déclarée - des idéologues du libéralisme et de l'européisme, qui sont, d'ailleurs, souvent les mêmes.

    A-t-il dû combattre en son propre fond ces deux tropismes ? Ou son pragmatisme et son patriotisme économique liés ont-ils, en l’espèce, prévalu chez lui sans difficulté ? En tout cas, il s'agissait en l'occurrence de trancher, de décider. Pragmatisme national et idéologie libérale-européiste ne pouvaient être pratiqués « en même temps ». Le premier terme a prévalu. Du moins, à ce jour.

    Ce qu'il y a d'idéologie - d'ailleurs largement méta-économique - dans le libéralisme une fois répudié, la plus ou moins grande liberté qu'il convient de laisser aux entreprises n'est pas affaire de doctrine, ni de dogmatisme. C'est affaire d'opportunité, c'est à dire de circonstances, de situation. C'est affaire des paramètres du contexte du moment. Et le critère est l'intérêt national ou, si l'on préfère, le Bien Commun. 

    En l'occurrence, il s'agissait à Saint-Nazaire, de conserver à la France la pleine maîtrise d'un chantier naval de première importance industrielle et stratégique, doté d'outils de production de taille et de qualité exceptionnelles. Les Italiens les convoitent et probablement, derrière eux, en sous-mains, les Chinois dont on connaît l'ambitieux programme, l’appétit grandissant, d'équipements militaires, notamment navals.

    La décision d'Emmanuel Macron ne s'est pas embarrassée de solidarité européenne ou franco-italienne. Ni du dogme libéral. Quoique sœurs latines, France et Italie n'en ont pas moins chacune leurs intérêts, leurs ambitions, et il n'est nullement exclu qu'ils s'opposent, même si, en d'autres cas, d'autres domaines, des coopérations notamment intereuropéennes sont possibles, souhaitables, et pratiquées.

    Il se trouve qu'à Saint-Nazaire, même si ce n'est pas une activité inintéressante, on ne construit pas que des navires de croisière, mais aussi des corvettes, des porte-hélicoptères, des porte-avions. Comme le Charles De Gaulle. Il n'y a même semble-t-il guère que là qu'on peut en construire d’un semblable format.

    La France ne pouvait laisser passer un tel outil industriel, hautement stratégique, sous autorité étrangère.

    Une nationalisation – provisoire - de STX, ne serait-ce que pour amener les Italiens à composition et permettre la poursuite de la coopération existante où la France gardera la main, n’est donc nullement critiquable.

    Il est seulement à regretter que cet acte de patriotisme économique – et aussi de Défense – soit si isolé et qu’on en observe si peu d’exemples.

    Les Français ne s’y sont pas trompés qui approuvent massivement ce qui a été décidé. De même que nombre d’observateurs des milieux habituellement classés comme patriotes.   •