UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La France réaffirme son rang de première puissance militaire européenne, par Ludo­vic Lavaucelle.

« Il y a des décen­nies où rien ne se passe ; et il y a des semaines où des décen­nies se pro­duisent » aurait dit Lénine. La der­nière semaine de sep­tembre fai­sait par­tie de ces der­nières, selon Aris Rous­si­nos, ancien repor­ter de guerre grec pour le jour­nal en ligne Unherd (voir l’article en lien ci-des­sous). L’annonce d’un pacte de défense fran­co-grec fin sep­tembre, assor­ti d’un contrat d’achats de trois fré­gates de défense et d’intervention (FDI) plus une en option (pour près de 3 mil­liards d’euros), illustre la rapide évo­lu­tion du théâtre sécu­ri­taire en Europe.

Le Minis­tère grec de la Défense a fina­le­ment choi­si la France (face à l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et les Etats-Unis) pour ren­for­cer la marine grecque après une décen­nie d’austérité. Ces quelques fré­gates de nou­velle géné­ra­tion changent véri­ta­ble­ment la donne en Mer Egée, grâce au savoir-faire fran­çais. Les Grecs sont aus­si sus­cep­tibles d’acheter à la France plu­sieurs cor­vettes de classe Gowind. Si l’on ajoute les 24 chas­seurs Rafale récem­ment acquis, la France est deve­nue leur pre­mier four­nis­seur d’armes alors que le risque d’un conflit ouvert avec la Tur­quie paraît de plus en plus élevé.

Comme pour l’accord « AUKUS » entre puis­sances anglo-saxonnes dans le Paci­fique, l’importance de ce contrat réside plus dans l’alliance qu’il sous-tend que dans la valeur des équi­pe­ments qu’il délivre. Le « par­te­na­riat de défense et d’assistance com­mune » pré­voit qu’en cas d’agression sur le ter­ri­toire d’un des alliés, l’autre vien­dra à son aide, y com­pris par les armes ». Fran­çais et Grecs font déjà par­tie de l’OTAN comme la Tur­quie d’ailleurs… Or, quand les manœuvres turques en Mer Égée ont failli dégé­né­rer en conflit ouvert l’année der­nière, la France est le seul pays euro­péen et le seul membre de l’OTAN, à avoir sou­te­nu la Grèce. L’accord annon­cé for­ma­lise donc cette rela­tion stratégique.

Le Pré­sident Macron a dit lors de la signa­ture que les Euro­péens ne devaient plus être naïfs face à la mon­tée de puis­sances agres­sives mais prendre leurs res­pon­sa­bi­li­tés pour se faire res­pec­ter… Le Pre­mier Ministre grec a ren­ché­ri en affir­mant que cette alliance allait au-delà des obli­ga­tions en tant que membres de l’OTAN comme de l’Union Euro­péenne. Elle consti­tue, selon lui, un pre­mier pas vers une auto­no­mie de défense européenne.

Pas ques­tion donc, pour Emma­nuel Macron, de rem­pla­cer l’OTAN mais de faire mon­ter un pôle euro­péen qui serait auto-suf­fi­sant. Une telle stra­té­gie per­met d’aller dans le sens de la vision amé­ri­caine tout en met­tant l’Allemagne au pied du mur… La pre­mière éco­no­mie euro­péenne ne jure que par l’OTAN mais reste aux abon­nés absents quand il s’agit de sou­te­nir une auto­no­mie de défense euro­péenne. Paris a donc vu un « angle d’attaque » effi­cace pour s’affirmer comme le nou­veau patron mili­taire en Europe.

Cette alliance ren­for­cée est visi­ble­ment approu­vée par Joe Biden, sans doute heu­reux de trou­ver un moyen peu oné­reux de com­pen­ser la perte pour la France du « contrat du siècle » avec la marine aus­tra­lienne. Les auto­ri­tés grecques ont répé­té que l’OTAN res­tait au cœur de leur stra­té­gie de défense. Quel contraste avec la Tur­quie ! Dans le même temps, Erdo­gan ren­con­trait Pou­tine à Sot­chi pour dis­cu­ter d’un ren­for­ce­ment de leur coopé­ra­tion mili­taire. Les Turcs veulent ache­ter plus de mis­siles sol-air S‑400 et lan­cer un pro­gramme de déve­lop­pe­ment avec les Russes pour de nou­veaux navires de com­bat, des moteurs à réac­tion et des sous-marins…

Les rela­tions entre Washing­ton et Anka­ra sont deve­nues gla­ciales. La Grèce est en passe de rem­pla­cer la Tur­quie comme par­te­naire des Amé­ri­cains dans la région. La base aéro­na­vale de Sou­da en Crète est ouverte aux forces US. Les Grecs leur ont aus­si accor­dé l’accès aux bases aériennes en Thes­sa­lie et au port d’Alexandropouli en Thrace. Mesut Hak­ki Casin, le conseiller défense d’Erdogan, menace ouver­te­ment d’attaquer les Amé­ri­cains res­tant en Syrie et d’attaquer en Thrace. Les Turcs se sentent mena­cés d’encerclement. D’une part, les Grecs ren­forcent leurs capa­ci­tés mili­taires. D’autre part, les Amé­ri­cains ont construit une alliance au Moyen-Orient dont les membres sont hos­tiles à Anka­ra (Ara­bie Saou­dite, Egypte, Israël, Emi­rats Arabes Unis).

Washing­ton semble donc favo­rable à lais­ser Paris for­mer une sorte de sous-divi­sion de l’OTAN dans cette région sen­sible. Le Pré­sident Macron a pris à contre-pieds l’Allemagne et les pays de l’Est qui cher­chaient à res­ter direc­te­ment sous pro­tec­tion U.S. C’est cohé­rent avec la stra­té­gie amé­ri­caine de se concen­trer sur la menace chi­noise. D’ailleurs, les Amé­ri­cains lais­se­raient bien aux Bri­tan­niques le par­rai­nage d’une alliance avec les Scan­di­naves et les Pays Baltes – quand ils auront refor­mé leur armée…

En appa­rence, l’alliance fran­co-grecque per­met de sau­ver l’OTAN et donc l’hégémonie amé­ri­caine tout en affir­mant la pri­mau­té mili­taire fran­çaise en Europe. C’est pour­tant, dit Rous­si­nos, une pre­mière étape majeure vers une obso­les­cence de l’alliance for­gée pen­dant la Guerre Froide.

Source : https://www.actionfrancaise.net/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel