UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique et Religion

  • Islam et blasphème, par Annie Laurent

    Voici la suite des réflexions que nous avait fait parvenir Annie Laurent, et que nous avions publiées le mercredi 26 février dernier. Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien suivant : Annie Laurent, Islam et blasphème (I)
     
    Depuis deux décennies, la liberté d’expression et le blasphème sont devenus un enjeu du débat relatif à la présence musulmane en Europe. Plusieurs affaires en témoignent.

    1°/ En 2001, un procès a été intenté par la Grande Mosquée de Paris et la Ligue des droits de l’homme contre le romancier Michel Houellebecq pour avoir déclaré que la nature de l’islam est « de soumettre » (Lire, septembre 2001). Il fut relaxé en 2002 au motif que la critique d’une religion ne constitue pas un appel à la haine contre ses fidèles.

    2°/ En 2004, le film Soumission, considéré comme blasphématoire, a valu à son réalisateur, le cinéaste hollandais Théo Van Gogh d’être assassiné par des islamistes.

    3°/ En 2005, le quotidien danois Jyllands-Posten publia par solidarité une dizaine de dessins représentant Mahomet. Suite au tollé qui s’ensuivit, le gouvernement regretta cette publication puis le directeur du journal présenta des excuses, promettant de ne plus recommencer.

    4°/ En 2006, France-Soir reproduisit les caricatures, ce qui valut à son directeur d’être licencié.

    5°/ Puis, Charlie-Hebdo édita un numéro spécial reprenant les caricatures complétées par d’autres (février 2006). L’hebdomadaire fut relaxé en 2007, décision confirmée en appel en 2008. Mais, le 7 janvier 2015, 11 personnes travaillant à Charlie-Hebdo ont été assassinées par deux djihadistes.

    La justice française a certes tranché en faveur de la liberté d’expression, mais depuis lors une partie des musulmans se mobilise en faveur de la reconnaissance du délit du blasphème telle qu’elle se pratique dans les pays islamiques (cf. Petite Feuille Verte n° 68).

    Lire la suite

  • Plaidoyer pour l’unité, par Gérard Leclerc.

    L’Église, dans l’épreuve de la pandémie tient sa place propre d’instance spirituelle. Elle participe à l’élan de solidarité et d’unité. Mais il n’est pas toujours facile de garder son calme lorsque, par ailleurs, la polémique fait rage. Est-elle toujours illégitime ? Sans doute pas, à condition que le climat général n’en soit pas empoisonné.

    Lire la suite

  • Sur le site de nos amis de l'URBVM : Bénédiction de la Ville de Nantes...

    LFAR URBVM.png

    https://urbvm.fr/2020/03/20/benediction-de-nantes/?fbclid=IwAR2q1nuhZiWXTKWvH1CeqznKJLP2rWTW_gz_fNlfPl3Krj1G6Ohx9QVBjEI

  • Ferme-t-on les églises par manque de foi ?, par Gérard Leclerc.

     

    Saint-Nicolas de Veroce

    © Pascal Deloche / Godong

    L’attitude actuelle de l’Église dans la crise épidémique n’est pas toujours comprise. Elle donne même lieu à polémique. Les consignes de confinement ne sauraient pourtant être transgressées par les chrétiens sous peine de grave faute morale.

    Il est vrai que la situation présente de l’Église est déconcertante. On ne voit pas de précédents à cette décision de fermer toutes les Églises et de priver les fidèles de l’eucharistie. Que les sanctuaires de Lourdes soient fermés pour la première fois de leur existence, c’est aussi un paradoxe, alors que la grotte de Massabielle et les basiliques qui l’environnent sont les lieux privilégiées d’accueil des malades de toutes conditions [1].

    Lire la suite

  • Un étrange dimanche, par Gérard Leclerc.

    Que dire de l’étrange journée vécue hier ? Quelle pythonisse aurait bien pu prévoir la situation qui est la nôtre ? Un pays paralysé, une sourde crainte face à l’extension d’une pandémie qui s’est emparée de l’Europe entière alors qu’elle venait d’Asie, des fidèles privés de leur eucharistie dominicale. Et pour terminer le tableau, une journée de compétition électorale. On discutera à l’infini du bien-fondé de la décision du président de la République de maintenir le vote des municipales, alors que lui et son Premier ministre donnaient des consignes de plus en plus strictes en ce qui concerne la protection des personnes et donc la restriction maximum des occasions de rencontres et de contacts.

    Lire la suite

  • Dans Politique Magazine, Contre l’épidémie : « Fermez les églises » !, par François Schwerer.

    Le président chinois, Xi Jinping a déclaré au directeur général de l’OMS, le 28 janvier 2020, que « l’épidémie est un démon. Nous ne pouvons pas laisser le démon se terrer. »

    Pour la Chine de toujours, « la politique n’est qu’une forme suprême de l’art médical ». Elle se doit donc de purifier l’ensemble du corps social de tout ce qui le corrompt. En 2017, dans un discours au Parti communiste chinois, il avait dénoncé l’extrémisme religieux comme un poison devant être éradiqué. Pour lui, seule la religion chinoise traditionnelle est bonne. C’est pourquoi les hôpitaux bâtis à la hâte dans la périphérie de Wuhan s’appellent « l’hôpital du dieu du mont tonnerre » et « l’hôpital du dieu du mont volcan ». « Ainsi la religion est considérée par le pouvoir chinois à la fois comme la source du mal qu’il faut combattre et comme la solution pour venir à bout de ce même mal : à la fois le poison et le remède. Lorsqu’elle est entre les mains du pouvoir qui l’utilise pour ses objectifs politiques, c’est un remède, mais lorsque la religion est vue par le pouvoir comme un phénomène incontrôlable qui propage des maladies idéologiques ou physiques dans le corps socio-politique, c’est un mal démoniaque contre lequel il faut lutter sans pitié » [1].

    Lire la suite

  • Zemmour/Taché : celui qui s'y connait vraiment "en Islam" face à l'apprenti sorcier...


    1. Commençons déjà par le vocabulaire, car il est révélateur : "altérité", "faire nation" et autres niaiseries du même tonneau : tel est le vocabulaire grotesque d'Aurélien Taché, que Zemmour, a bon droit, qualifie de "ridicule".

    En effet, on ne "fait" pas Nation mais on est une Nation, on la reçoit de l'Histoire et, n'en déplaise à Monsieur Taché, l'histoire de France est intimement lié au Christianisme... 

    2. Zemmour frappe encore juste lorsqu'il assène à Aurélien Taché que le coeur d'une civilisation c'est une religion. Pierre Boutang ne disait pas autre chose quand il affirmait qu'il y avait place en France pour plusieurs communautés mais qu'il n'y avait pas de place pour deux civilisations...

    3. C'est donc surtout l'Islam qui a été au coeur du débat. Un Islam favorisé de fait par Aurélien Taché et les siens pour effacer la religion traditionnelle de la France. Ces "idiots utiles", pour reprendre les mots de Lénine, se sont autoproclamés progressistes alors qu'ils ne sont en réalité que des régressistes; et ils se retrouveraient avec un Islam totalitaire et véritable théocratie qui balaierait les pseudo valeurs de la République si d'aventure les insensés comme Taché qui l'aident pour affaiblir le Christianisme lui permettaient de prendre une place prépondérante ici, chez nous...

    4. D'ailleurs même Macron a parlé de "séparatisme" ! et, hier, c'était Gérard Collomb, quittant son poste de ministre de l'Intérieur, disait que nous étions pour l'instant côte à côte avant de nous retrouver demain face à face... Mais Taché ne veut rien voir et rien entendre. Il reste un idéologue incurable. Il serait jeté dans "les poubelles de l'Histoire" par les musulmans qu'il aide aujourd'hui s'ils triomphaient demain. Cette fois, le mot n'est pas de Lénine mais de Trotsky...

  • La mission de la Croix-Rouge, par Gérard Leclerc.

    J’abordais hier la question épineuse d’un conflit de devoirs entre Realpolitik et urgence humanitaire. C’était à propos du chantage de la Turquie pressant une foule de réfugiés aux frontières de l’Europe. Je me contentais d’exposer les termes d’un dilemme, sans apporter de véritable réponse. On serait fondé à me le reprocher si je donnais le sentiment d’une impossibilité pratique. Face à l’inéluctable, au rapport de forces, il n’y aurait aucune échappatoire. En l’espèce, il faudrait se résoudre à abandonner ces pauvres gens, livrés à la cruauté d’une situation sans remèdes immédiats. Mais alors, le pape parlerait en leur faveur dans le vide, en pur idéaliste n’exprimant que des vœux pieux ? Il se trouve que l’éditorialiste du Monde aborde après moi cette même difficulté, dont il ne fait pas une aporie, c’est-à-dire un problème sans issue : « Plutôt que de céder à une quelconque panique, écrit-il, l’Union européenne doit faire montre à la fois de solidarité, de fermeté, de réalisme et d’humanité. »

    Lire la suite

  • Morale et Realpolitik, par Gérard Leclerc.

    Des milliers de migrants se pressent aux frontières de la Grèce, poussés par la Turquie qui exerce ainsi un chantage sur l’Europe pour faire plier ses dirigeants. L’exigence humanitaire doit-elle prévaloir dans pareille situation, alors que d’autres problèmes politiques se posent ?

    Lire la suite

  • Sur SACR TV, pourquoi etre royaliste ?

    Parce qu'il faut, toujours et continuellement orienter les indécis vers cette possibilité du bien que représente un minimum d'Etat, assurant le maximum de libertés concrètes, que représente l'harmonie des trois pouvoirs : Démocratie dans la commune, Aristocratie dans la province et Monarchie dans l'Etat (Aristote). Les esprits chagrins tousseront par l'absence de références historiques, ils ne tient qu'à eux d'ouvrir archives et textes pour réfléchir at ainsi devenir libre face à un "prêt à penser" destructeur, Notre jour viendra !! F.Winkler


    Lire la suite

  • Les archives de Pie XII, par Gérard Leclerc.

    Le futur Pie XII, Eugenio Pacelli, alors nonce en Allemagne lors du 900ème anniversaire de la ville de Bamberg en Bavière

     

    L’ouverture des archives du pontificat de Pie XII constitue, sans aucune doute, un événement historiographique de premier ordre. Pour les historiens de métier, c’est un immense champ de découvertes en tout genre qui s’offre à eux.

    Cela ne signifie pas que la connaissance du rôle du pape de la Seconde Guerre mondiale va s’en trouver bouleversée. Philippe Chenaux, qui travaille le sujet depuis de longues années, a pu déclarer ainsi à Nicolas Sénèze de La Croix : « Chacun devrait rester sur ses positions en fonction de ses convictions. Mais on pourrait quand même arriver à un certain consensus à partir duquel on ne pourra pas dire n’importe quoi. »

    Espérons-le !

    Lire la suite

  • L’Église face à l’épidémie, par Gérard Leclerc.

    L’épiscopat français a donné des consignes pratiques que l’on pourrait dire d’hygiène, afin de protéger les fidèles des risques de contagion du coronavirus dans les églises lors des messes. Certains s’en sont émus, ne trouvant pas admissible, par exemple, que l’on interdise la communion dans la bouche. Que dire alors des protestations qui s’élèvent contre la suppression pure et simple de la liturgie dans certaines régions en Italie, et pour ce qui concerne la France dans le seul diocèse de Beauvais qui recouvre le département de l’Oise ?

    Lire la suite

  • Contre les dérives de la vie religieuse, par Gérard Leclerc.

    Il n’y a pas que l’Église qui soit en état de crise, face à des révélations en chaîne qui mettent en cause son fonctionnement interne. Beaucoup de secteurs de la société se trouvent affectés par une avalanche d’accusations et il semble bien que c’est toute une civilisation des mœurs qui s’interroge sur ses fragilités et ses dévoiements. Le procès Weinstein, dont la première phase vient de se clore à New York, constitue, de ce point de vue, une étape intéressante, avec la condamnation d’un personnage hier tout puissant dans l’univers hollywoodien. Il se trouve, par ailleurs, que l’appareil de la justice permet d’échapper à certains processus pervers aboutissant à des lynchages incontrôlés.

    Lire la suite

  • Sur Sud Radio avec André Bercoff, François Pupponi -"L’Islam politique va peser dans les prochaines élections municipales".

    François Pupponi, auteur de « Les émirats de la République » est l'invité d'André Bercoff sur Sud Radio.


Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL