UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine, Racines, Traditions

  • Laideur de la peinture dite moderne, beauté de la peinture classique, par Gilles Lenormand

    (ci dessus, le Livre d'Heures de Jeanne de Navarre)

    Jean Le Noir est un enlumineur français, actif entre 1331 et 1380, disciple de Jean Pucelle (mort 1334).

    Il est actif à Paris, puis il vit à Bourages aux environs de 1375. Sa fille Bourgot est également une miniaturiste de talent.

    Jean Le Noir est mentionné pour la première fois le 30 juin 1332, dans les registres criminels de la justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris, comme "enlumineur de pincel", c'est-à-dire miniaturiste, et non comme simple apprenti ou valet.

    Il est ainsi probablement déjà indépendant, alors que Pucelle est encore en vie.

    Lire la suite

  • Tous les articles parus sur lafautearousseau depuis le début de notre campagne "Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !"

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ? Y a-t-il eu vol(s) ou dégradation(s) que la Mairie voudrait ou devrait cacher ? Mais un vol arrive partout : on a même volé la Joconde au Louvre au début du siècle dernier...

    Alors, quoi ? On nous parle de travaux, depuis plus de deux ans, et on nous dit qu'il va encore y avoir des travaux, pendant plus de deux ans : qui peut le croire ? La maison est grande est belle, certes, mais elle n'a tout de même pas les dimensions du Louvre !

    La question est donc simple : la Mairie cache-t-elle quelque chose, ou bien attend-elle, placidement que, faute d'entretien et de "vie", tout simplement, la maison ne s'effondre ?

    Nous voulons savoir, car nous aimons ce lieu que nous connaissons bien, et même plus que très bien, et nous voulons, comme nous l'avons fait tant de fois, retrouver le libre accès à ce lieu magnifique, chargé de sens et d'émotions.

    Nous n'avons rien dit ni rien fait jusqu'à présent. Il faut dire que le sujet est délicat, car, que dire, et que faire ? Que pouvons-nous, que savons-nous, que voulons-nous faire ? Il n'est pas facile de répondre à cette question. Mais peut-être les amoureux du lieu ont-ils eu tort, jusqu'à présent, d'attendre; car, on le voit bien maintenant, attendre quoi ?

    Si les choses continuent comme cela, un jour ou l'autre la maison s'écroulera. Et plusieurs éléments du jardin étaient déjà dans un état "d'effacement en cours" lors de la dernière visite publique que nous y avons organisée, il y a plusieurs années de cela.

    Nous nous sommes donc résolus à nous emparer du sujet à l'occasion des 36ème Journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre dernier, et nous en parlerons tous les jours, jusqu'aux prochaines élections municipales des dimanches 15 et 22 mars prochain, en espérant que l'actuelle bande stalino-sectaire (admirez le pléonasme...) aura perdu la Mairie...

    En mars, on verra selon la tournure qu'auront prise les événements et on avisera, en fonction : commençons par secouer le cocotier, et on verra bien ce qui tombe...

    Voici la liste complète des articles publiées sur ce sujet par lafautearousseau, depuis le vendredi 14 septembre, veille des Journées du Patrimoine :

    Lire la suite

  • Tous les articles parus sur lafautearousseau depuis le début de notre campagne "Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !"

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ?

    Lire la suite

  • lafautearousseau "lanceur d'alerte" : Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !...

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ? Y a-t-il eu vol(s) ou dégradation(s) que la Mairie voudrait ou devrait cacher ? Mais un vol arrive partout : on a même volé la Joconde au Louvre au début du siècle dernier...

    Alors, quoi ? On nous parle de travaux, depuis plus de deux ans, et on nous dit qu'il va encore y avoir des travaux, pendant plus de deux ans : qui peut le croire ? La maison est grande est belle, certes, mais elle n'a tout de même pas les dimensions du Louvre !

    La question est donc simple : la Mairie cache-t-elle quelque chose, ou bien attend-elle, placidement que, faute d'entretien et de "vie", tout simplement, la maison ne s'effondre ?

    Nous voulons savoir, car nous aimons ce lieu que nous connaissons bien, et même plus que très bien, et nous voulons, comme nous l'avons fait tant de fois, retrouver le libre accès à ce lieu magnifique, chargé de sens et d'émotions.

    Nous n'avons rien dit ni rien fait jusqu'à présent. Il faut dire que le sujet est délicat, car, que dire, et que faire ? Que pouvons-nous, que savons-nous, que voulons-nous faire ? Il n'est pas facile de répondre à cette question. Mais peut-être les amoureux du lieu ont-ils eu tort, jusqu'à présent, d'attendre; car, on le voit bien maintenant, attendre quoi ?

    Si les choses continuent comme cela, un jour ou l'autre la maison s'écroulera. Et plusieurs éléments du jardin étaient déjà dans un état "d'effacement en cours" lors de la dernière visite publique que nous y avons organisée, il y a plusieurs années de cela.

    Nous nous sommes donc résolus à nous emparer du sujet à l'occasion des 36ème Journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre dernier, et nous en parlerons tous les jours, jusqu'aux prochaines élections municipales des dimanches 15 et 22 mars prochain, en espérant que l'actuelle bande stalino-sectaire (admirez le pléonasme...) aura perdu la Mairie...

    En mars, on verra selon la tournure qu'auront prise les événements et on avisera, en fonction : commençons par secouer le cocotier, et on verra bien ce qui tombe...

    Voici la liste complète des articles publiées sur ce sujet par lafautearousseau, depuis le vendredi 14 septembre, veille des Journées du Patrimoine :

    Lire la suite

  • Intégrer la Maison de Maurras au réseau des Maisons des Illustres...

    Rappelons d'abord à nos lecteurs, à tous, que, désormais, depuis 1997, et conformément au vœu formellement exprimé par Maurras, "sa" maison de Martigues a été donnée à "sa" chère ville de Martigues ("Mon Martigues plus beau que tout" écrit-il dans l'un de ses plus beaux poèmes, Où suis je ?)

    Maurras avait d'ailleurs réglé lui-même, dans les détails, cette donation, faisant même le compte de sièges que devraient occuper les différents partis (MRP, Socialiste, Communiste...) dans le Conseil d'administration !

    Lire la suite

  • IL FAUT SAUVER LA MAISON DE MAURRAS A MARTIGUES ! QU'ON L'AJOUTE AUX "MAISONS DES ILLUSTRES" !

    Les 21 et 22 septembre dernier, se sont déroulées les 36ème Journées du Patrimoine.

    De nombreux lieux sont restés fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras.

    Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble "maison/jardin" fermé, et en interdire l'accès au public; et celui-ci se trouve donc comme enfermé par un invisible mais bien réel "dernier mur de Berlin d'Europe"...

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire pour sauver cette très belle demeure, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras...

    Oui, il faut agir, car le temps commence à presser !

    La maison de Maurras, magnifique édifice des XVIIème et XVIIIème siècle est peu, pas ou mal entretenue; si on ne fait rien, elle s'écroulera : magnifique perspective que nous offre une très riche mairie stalinienne, qui se croit encore au temps du "génial petit père des peuples"...

    Agissons tous ensemble ! Il faut sauver la maison de Maurras, au nom de la Culture, de l'Intelligence, de l'Esprit français et aussi de l'histoire des Idées, au nom de la culture universelle, tout simplement...

  • IL FAUT SAUVER LA MAISON DE MAURRAS A MARTIGUES ! QU'ON L'AJOUTE AUX "MAISONS DES ILLUSTRES" !

    Les 21 et 22 septembre dernier, se sont déroulées les 36ème Journées du Patrimoine.

    De nombreux lieux sont restés fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras.

    Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble "maison/jardin" fermé, et en interdire l'accès au public; et celui-ci se trouve donc comme enfermé par un invisible mais bien réel "dernier mur de Berlin d'Europe"...

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire pour sauver cette très belle demeure, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras...

    Oui, il faut agir, car le temps commence à presser !

    La maison de Maurras, magnifique édifice des XVIIème et XVIIIème siècle est peu, pas ou mal entretenue; si on ne fait rien, elle s'écroulera : magnifique perspective que nous offre une très riche mairie stalinienne, qui se croit encore au temps du "génial petit père des peuples"...

    Agissons tous ensemble ! Il faut sauver la maison de Maurras, au nom de la Culture, de l'Intelligence, de l'Esprit français et aussi de l'histoire des Idées, au nom de la culture universelle, tout simplement...

  • Sur le site officiel du Comte de Paris

    Les journées du patrimoine sont chaque année l’occasion de nous rappeler notre chance mais aussi notre responsabilité comme dépositaires de notre Histoire. Ce patrimoine, il nous appartient à tous selon nos moyens de le mettre en valeur, de l’enrichir, et de le défendre.

    Frappée par un terrible incendie le 15 avril dernier, la cathédrale Notre-Dame de Paris, toujours debout, reflète la fragilité de ce legs, mais aussi l’esprit de résistance qui a caractérisé la France. J’ai ainsi tenu à m’investir et me tenir informé de près de l’avancement des travaux actuels de sauvegarde de l’édifice, qui devraient durer jusqu’en 2020. J’ai notamment été heureux d’apprendre que le grand tapis de chœur, commandé par Charles X et offert à la cathédrale par mon aïeul Louis-Philippe Ier, avait pu être mis à l’abri à temps et était en cours de restauration. C'est d'ailleurs sous son règne que fut créée la première Commission des Monuments Historiques.

    N’oublions pas non plus notre patrimoine immatériel. La langue française en est le coeur. L’année 2020, qui marquera les 50 ans de la Francophonie, lors d’un Sommet en Tunisie, sera l’occasion pour 88 Etats de montrer leur attachement à cette langue et à cette Histoire qui nous relie.

    Notre patrimoine immatériel, c’est aussi la Maison de France, dont j’incarne aujourd’hui l’héritage et qu’il m’appartient de développer. Sa solidité, sa constance, sa fermeté au gré des difficultés que peut traverser notre pays, sont une des conditions pour que la France puisse incarner un destin digne de son illustre passé.

    Bonnes fêtes du patrimoine à tous.

  • En vidéo, puisque la Mairie communiste l'interdit "en vrai" : lafautearousseau vous invite à visiter le Jardin de la Maison de Maurras à Martigues

    Hier, samedi, et aujourd'hui, dimanche, se déroulent les 36ème Journées du Patrimoine.

    On nous dit que de nombreux lieux seront fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras. Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble maison/jardin fermé, et en interdire l'accès au public.

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras.

    En attendant, et puisque ce sont, malgré tout, les Journées du Patrimoine, lafautearousseau vous invite à regarder - samedi et dimanche - une vidéo de 32 minutes, vous permettant de découvrir "Mon jardin qui s'est souvenu", comme le disait Maurras lui-même...

    Suivez le guide, François Davin, et... bienvenue dans le Jardin de Maurras !

    https://vimeo.com/showcase/3423813

  • Alsace : des vignerons de Gueberschwihr lancent une cuvée pour sauver leur clocher

    Bel exemple de patriotisme municipal, patrimonial et... spirituel : quatorze vignerons de Gueberschwihr ont décidé de participer à la restauration du clocher de l’église de la commune.

    Ils vont pour cela lancer une cuvée spéciale. Ils reverseront chacun un euro par bouteille vendue à la fondation du patrimoine : au pied du clocher à sauver, ils officialisent le lancement de la cuvée Saint Pantaléon...

    Lire la suite

  • Sur le site officiel du Comte de Paris

    Les journées du patrimoine sont chaque année l’occasion de nous rappeler notre chance mais aussi notre responsabilité comme dépositaires de notre Histoire. Ce patrimoine, il nous appartient à tous selon nos moyens de le mettre en valeur, de l’enrichir, et de le défendre.

    Frappée par un terrible incendie le 15 avril dernier, la cathédrale Notre-Dame de Paris, toujours debout, reflète la fragilité de ce legs, mais aussi l’esprit de résistance qui a caractérisé la France. J’ai ainsi tenu à m’investir et me tenir informé de près de l’avancement des travaux actuels de sauvegarde de l’édifice, qui devraient durer jusqu’en 2020. J’ai notamment été heureux d’apprendre que le grand tapis de chœur, commandé par Charles X et offert à la cathédrale par mon aïeul Louis-Philippe Ier, avait pu être mis à l’abri à temps et était en cours de restauration. C'est d'ailleurs sous son règne que fut créée la première Commission des Monuments Historiques.

    N’oublions pas non plus notre patrimoine immatériel. La langue française en est le coeur. L’année 2020, qui marquera les 50 ans de la Francophonie, lors d’un Sommet en Tunisie, sera l’occasion pour 88 Etats de montrer leur attachement à cette langue et à cette Histoire qui nous relie.

    Notre patrimoine immatériel, c’est aussi la Maison de France, dont j’incarne aujourd’hui l’héritage et qu’il m’appartient de développer. Sa solidité, sa constance, sa fermeté au gré des difficultés que peut traverser notre pays, sont une des conditions pour que la France puisse incarner un destin digne de son illustre passé.

    Bonnes fêtes du patrimoine à tous.

  • En vidéo, puisque la Mairie communiste l'interdit "en vrai" : lafautearousseau vous invite à visiter le Jardin de la Maison de Maurras à Martigues

    Aujourd'hui et demain, dimanche, se déroulent les 36ème Journées du Patrimoine.

    On nous dit que de nombreux lieux seront fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras. Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble maison/jardin fermé, et en interdire l'accès au public.

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras.

    En attendant, et puisque ce sont, malgré tout, les Journées du Patrimoine, lafautearousseau vous invite à regarder - samedi et dimanche - une vidéo de 32 minutes, vous permettant de découvrir "Mon jardin qui s'est souvenu", comme le disait Maurras lui-même...

    Suivez le guide, François Davin, et... bienvenue dans le Jardin de Maurras ! :

    https://vimeo.com/showcase/3423813

  • Journées du Patrimoine : la Maison de Maurras toujours fermée, le scandale continue à Martigues (II/II)

    Retour sur un événement "mi Don Camillo, mi scandaleux" : la visite de Franz Olivier Giesbert - accompagné par nous - à Martigues...

     
    Le vendredi 9 février 2018, Franz-Olivier Giesbert est à Martigues, pour la chaîne C8. Il doit y réaliser un court reportage sur Charles Maurras destiné à l'émission de Thierry Ardisson Salut les terriens programmée le surlendemain dimanche en soirée.
     
    Franz-Olivier Giesbert souhaite visiter, sinon la maison,officiellement en travaux, du moins le jardin de Maurras, chemin de Paradis...

    Lire la suite

  • En vidéo, puisque la Mairie communiste l'interdit "en vrai" : lafautearousseau vous invite à visiter le Jardin de la Maison de Maurras à Martigues

    Demain et dimanche se dérouleront les 36ème Journées du Patrimoine.

    On nous dit que de nombreux lieux seront fermés, à cause des Gilets jaunes, à cause des Black blocs, à cause de ceci/cela...

    En Provence, à Martigues, il y a une belle maison, qui a une belle histoire, qui a un beau jardin, et qui a appartenu à un académicien français : Charles Maurras. Mais celui-ci est soit carrément ignoré par les médias qui fabriquent l'opinion, soit peu connu ou, pire encore, mal connu du grand public, parce que la vérité officielle, qui n'est qu'un immense mensonge officiel, a déformé son image, l'a travesti, fabriquant un faux Maurras, que, du coup, très peu de gens connaissent vraiment, et qu'encore moins ont lu... 

    Et donc, à Martigues, depuis plusieurs années, bien qu'il n'y ait pas de Gilets jaunes ni de Black blocs, une Mairie communiste sectaire jusqu'à la caricature, qui se croit encore au temps de Peppone et Don Camillo, interdit, tout simplement l'accès au lieu.

    Alors que cette très belle maison, et ce très beau jardin, pourraient devenir un Centre culturel de tout premier plan, bénéfique à la ville de Martigues, à la Provence, à la France et, surtout, à l'Intelligence et à la Culture non seulement française mais universelle, la Mairie préfère, d'une façon insensée, laisser l'ensemble maison/jardin fermé, et en interdire l'accès au public.

    Jusqu'à ce que la maison ne s'écroule ? On peut envisager cette hypothèse...

    Nous allons voir ce qu'il est possible de faire, puisque les élections municipales qui approchent vont nous permettre, peut-être, de braquer les projecteurs sur cette Maison de Maurras.

    En attendant, et puisque ce sont, malgré tout, les Journées du Patrimoine, lafautearousseau vous invite à regarder - samedi et dimanche - une vidéo de 32 minutes, vous permettant de découvrir "Mon jardin qui s'est souvenu", comme le disait Maurras lui-même...

    Samedi et dimanche, donc, suivez le guide, François Davin, et... bienvenue dans le Jardin de Maurras !

  • Journées du Patrimoine : la Maison de Maurras toujours fermée, le scandale continue à Martigues (I/II)

    Nous avons contacté la Mairie, le Musée Ziem (qui, en théorie , "gère" la Maison et le Jardin, et leurs visites), nous nous sommes rendus sur place (en Mairie) : le résultat est clair, net et sans appel : cette année encore, Maison et Jardin sont "fermés" aux visites, officiellement pour des "raisons de sécurité" ou alors - c'est selon l'interlocuteur... - pour "des travaux", qui vont durer "oh, là, là, monsieur, au moins deux ans... !" 

    Donc, le "scandale Maurras" continue...

    Un lieu superbe, chargé d'émotion, d'histoire et de sens est interdit de fait par une sorte de dernier mur de Berlin en Europe. Par une municipalité qui ne s'honore pas en agissant de la sorte; et qui propage même des mensonges, comme lorsque ce représentant de la Mairie déclare à Franz-Olivier Giesbert, que nous avons accompagné à Martigues, pour son émission avec Ardisson :  

    « Nous ce qu'on dit, c'est que cette maison elle n'est rien. Ce n'est pas un musée. C'est quatre murs où a vécu Charles Maurras. Rien d'autre. Eh oui ! C'est tout. »
     
    Nous sommes des dizaines à pouvoir affirmer que la personne qui a prononcé ces mots a menti : nous sommes des dizaines à avoir visité dix fois, cent fois, et le Jardin et la Maison, qui est toute pleine des meubles, objets, souvenirs et, bien sûr, livres de Charles Maurras. Qui contenait - nous l'avons vu - l'uniforme d'Académicien complet, depuis mis en lieu sûr.
     
    Alors que cherche la nouvelle mairie sectaire de Martigues ? A attendre patiemment que la maison ne s'écroule ? Cela n'est pas à exclure. A Paul Lombard, communiste mais patriote martégal, dont nous parlerons demain, a succédé un non martégal, Gaby Charroux, natif de Châteauneuf, lui aussi communiste, mais sans l'ouverture d'esprit et le patriotisme municipal de son prédécesseur.
     
    Et l'équipe qui entoure le nouveau maire brille à la fois par son ignorance et son sectarisme haineux envers Maurras, que manifestement aucune des personnes qui le haïssent comme ils le font n'a lu.
     
    Personne, dans la bande sectaire qui est aux commandes de la très riche commune de Martigues n'a cherché à connaître réellement Maurras, quitte à le combattre, sur le plan des idées : on préfère le sectarisme haineux à la chance de posséder un Académicien français, dont la belle maison pourrait devenir un Centre culturel qui ne serait que bénéfique à l'ensemble de la commune de Martigues...
     
    Nous allons en reparler, souvent...
     
    (à suivre, demain...)