Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Idées, Histoire, Culture & Civilisation - Page 5

  • Mathieu Bock-Côté parle d'or : « À propos de la Ligue du LOL »

    Par Mathieu Bock-Côté 

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpg

    CHRONIQUE - Ce ne sont plus seulement de jeunes abrutis qui se sont comportés en harceleurs numériques, mais de jeunes mâles blancs, ce qui rendrait apparemment leur comportement encore plus grave. [Le Figaro, 15.02]. Qu'ajouter à la chronique de Mathieu Bock-Côté qui est aussi, in fine, un coup de gueule, même s'il est fortement motivé ? Lisez ce texte malgré tout jubilatoire car l'on y pressent que la réaction du « mâle blanc » reste possible. S'il ne continue pas à s'adonner inconsidérément à la sauvagerie décérébrante des réseaux sociaux.  LFAR 

    tile00x02.jpg

    L'étrange affaire de la Ligue du LOL a quelque chose d'ubuesque.

    À ce qu'on en comprend, pour l'instant, une petite bande de journalistes parisiens s'est comportée de la plus goujate des manières pendant des années sur Twitter, en intimidant virtuellement des internautes, souvent des femmes. Avec un total sentiment d'impunité, ils insultaient et pouvaient même s'amuser à défaire les réputations. L'histoire demeure encore nébuleuse et certaines parties du récit demeurent difficiles à comprendre et à valider. Les témoignages sont souvent contradictoires.

    Sermonneurs de métier

    On ne peut pourtant s'empêcher de le noter: les journalistes et personnalités médiatiques impliqués appartiennent pour l'essentiel à la presse de gauche la plus sermonneuse, qui n'aime rien tant que combiner snobisme et sentiment de supériorité morale au nom de la dernière cause progressiste à la mode. Dans les médias, le progressisme n'est pas qu'une philosophie, c'est aussi un plan de carrière. Obligés de s'expliquer, ils paniquent et multiplient les excuses grandiloquentes et piteuses. Comment ne pas voir derrière cela des garçons apeurés à l'idée de disparaître socialement et médiatiquement ?

    carron-glad-doucet-ligue-du-lol.jpgUn peu plus et on les entendra parler de leur double maléfique, comme autant de Mehdi Meklat à demi-schizophrènes, tiraillés entre leur vertu affichée d'un côté et leur désir d'injurier de l'autre. Ils font penser à ces politiciens américains ultraconservateurs faisant campagne sur leur moralité supérieure et dont on découvre ensuite une double vie en contradiction radicale avec ce qu'ils prêchent. Il faudrait toujours se méfier des sermonneurs de métier.

    La controverse pourrait s'arrêter là. Mais une mouvance idéologique qui verse dans le féminisme intersectionnel et l'antiracisme indigéniste entend récupérer cette minable histoire de cyberintimidation à son avantage. L'occasion est trop belle pour ne pas sortir la carte victimaire. Ainsi, ce ne sont plus seulement de jeunes abrutis qui se sont comportés en harceleurs numériques, mais de jeunes mâles blancs, ce qui rendrait apparemment leur comportement encore plus grave. On a vu des militantes qui se prennent pour des journalistes soutenir, dans une tribune publiée sur le site Internet du Monde , que cette crise serait révélatrice de la « domination masculine fondée sur la cooptation et l'entre-soi entre hommes, blancs et hétérosexuels ».

    Il serait même nécessaire de mettre en place des « formations sur le traitement médiatique des questions de genre et des minorités sexuelles ». Autrement dit, la mauvaise conduite des petites canailles de la Ligue du LOL devrait justifier une autocritique de toute la profession pour la convertir aux exigences de la pensée correcte. La chasse au mâle blanc est même lancée. « Il est plus que temps de casser les “boys club” […] et d'embaucher, en masse, des femmes, des personnes racisées, des personnes LGBTQ+ aux postes clés des rédactions. » En somme, le lobby diversitaire veut transformer la bêtise des uns en occasion de rééducation des autres.

    Ce lobby n'est pourtant pas étranger lui-même aux cabales médiatiques. Il suffit par exemple de suivre de près ou de loin la campagne de harcèlement permanente dont un Laurent Bouvet est la cible pour s'imaginer à quel point il peut être pénible de participer à la vie publique sous la surveillance mesquine d'inquisiteurs scrutant les moindres détails de son existence dans l'espoir de l'épingler et de le mettre à mort socialement. Étonnamment, les coups qu'il reçoit n'indignent pas autant que d'autres. Il est vrai qu'en tant que défenseur de la laïcité républicaine, il est classé parmi les suspects.

    Sauvagerie des médias sociaux

    ligue-du-lol-la-mairie-de-paris-aussi-touchee-1327761.jpgQue Twitter soit par excellence le lieu où une coalition de brutes qui carbure à l'humiliation harcèle et cherche à détruire des réputations ne fait pas de doute. La sauvagerie des médias sociaux n'est plus à démontrer et ceux qui la subissent savent à quel point elle est pénible. On trouve sur les réseaux sociaux une meute toujours à la recherche de sa cible du jour, et qui s'ennuie lorsqu'elle ne lynche pas. C'est l'utopie de la conversation démocratique désinhibée qui se retourne contre elle-même. Il arrive que le peuple s'exprime sur les réseaux sociaux. Il arrive aussi que la foule s'y défoule.

    Mais ce qu'on constate aujourd'hui, c'est que même les individus qui devraient être les plus sensibles à la civilité démocratique peuvent se comporter de la plus vile manière. Comme quoi le fait d'être socialement privilégié n'immunise pas contre la bêtise. Que cette affaire soit l'occasion de méditer sur les bonnes manières dans le débat public, tous en conviendront. Mais qu'elle justifie, comme d'habitude, le procès du grand méchant homme blanc hétérosexuel, on repassera. Il y a des limites à soumettre le réel à la monomanie idéologique.    

    Mathieu Bock-Côté 
    Le-nouveau-regime.jpgMathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (éd. VLB, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (éd. Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille (éd. Boréal, 2007). Ses derniers livres : Le multiculturalisme comme religion politiqueaux éditions du Cerf [2016] et le Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).   
     Lire aussi dans Lafautearousseau ...

    Éric Zemmour : « La Ligue du LOL ou Tartuffe chez les bien-pensants »

  • Retrouver notre série de 8 articles « Nietzsche par temps bleu »

    ooooooooooooo

    images.jpgCette série de huit articles de Rémy Hugues, « Nietzsche par temps bleu » , s'est étalée du 11 au 18 février. Elle a été rédigée à l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues s'et proposé de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie. Voici les liens qui vous permettront, si vous le souhaitez de relire en continu les huit articles de cette série. Bonne lecture !  LFAR

    Nietzsche par temps bleu
    [1]   [2]   [3]   [4]   [5]   [6]   [7]   [8]
     

  • Nietzsche par temps bleu [8]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous a proposé une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous avons suivi ce chemin au fil des derniers jours. Il se clôture aujourd'hui.. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    La duperie des Lumières 

    Mais comment lʼhomme régule-t-il, tempère-t-il, organise-t-il lʼordre et la proportion ? Par quels moyens fabrique-t-il à partir de ce qui a été élaboré par son Créateur ?

    CarlSchmittLeoStrauss.jpgCʼest par le truchement de lʼ « organum organorum », lʼorgane suprêmement noble, cʼest-à-dire ses mains, quʼil est rendu apte à la production artificielle, étant entendu depuis Leo Strauss dans sa critique de Carl Schmitt que lʼart, ontologiquement culturel, se manifeste toujours en fonction dʼune certaine nature. 

    Lʼabeille et lʼarchitecte 

    Par lʼactivité artistique, lʼhomme atteint un stade suprasensible et même supra-intelligible. Il sʼélève au-dessus de sa nature, rejoint la sphère métaphysique, car lʼordre de lʼimagination, lʼordre de lʼabstraction, se situe au-delà de la matrice existentielle, il projette lʼartiste vers lʼidéal, un idéal qui lʼémancipe, le rend pas seulement indépendant ou libre mais envahi par le bonheur. Cette projection suprasensorielle est décrite par Thomas dʼAquin dans Somme théologique (I, 15) : « Artifex intendit domum assimilare formae quae in mente concipit », que lʼon pourrait traduire de la manière suivante : lʼartiste procède dans la réalisation de son œuvre en ayant à lʼesprit lʼidée de la chose à réaliser.

    Marx dit quelque part que « ce qui distingue lʼarchitecte le plus malhabile de lʼabeille la plus adroite, cʼest que lʼarchitecte porte dʼabord la maison dans sa tête ». Il y a donc, chez lʼhomme, immersion dans un au-delà, assez proche au fond du monde des idées (ou essences) de Platon. Le projet qui nʼest au départ que réalité en filigrane provoque une vibration de lʼâme. Cela sʼexplique par la relation qui se noue alors entre le Créateur et sa créature. Lʼidée de lʼœuvre dʼart à produire, qui existe inchoativement dans lʼexemplaire divin, est prédéterminée par lʼopération cognitive de lʼartiste qui est amenée à la concevoir puis à la fabriquer. Le fil qui se crée, reliant (« religare ») le mortel à la transcendance, est cause de plaisir pour lʼartiste.

    Boileau.jpgLa volupté quʼil en retire nʼest pas la béatitude mais le bonheur, puisque la béatitude est un état propre à lʼau-delà céleste, ce que Nietzsche dénomme « arrière monde » et que le Fils a appelé Son royaume. Ce lien donne à lʼartiste un pouvoir démiurgique ; comme la référence de lʼesthétique classique, Boileau, le mit en évidence :

    « Il nʼest pas de serpent, ni de monstre odieux

    Qui par lʼart imité ne puisse plaire aux yeux »

    Il nʼy a pas dʼautre tâche à laquelle il nous faut sʼadonner sans relâche que lʼImago Dei, la réalisation du Soi, car elle est la voie du salut, si tant est que lʼon comprenne que lʼart est traversé par la lutte eschatologique.          

    Lʼaveu de Zarathoustra 

    Nous dirions, pour clore cette recension, que Nietzsche est un immense poète dont Granarolo est le grand exégète. Mais il nous semble indispensable dʼajouter que notre auteur se fourvoie par sa lecture littérale de Nietzsche, qui doit être avant tout considéré comme un poète, plutôt que comme un philosophe. Et que disait Nietzsche-Zarathoustra des poètes ? Quʼil faut se méfier des sentences quʼils prononcent, quʼil ne fait pas se laisser berner par leur génie... qui est signe avant dʼêtre sens. 

    En atteste ce chapitre dʼAinsi parlait Zarathoustra intitulé « Des poètes » :

    « Pourtant que te disait un jour Zarathoustra ? Que les poètes mentent trop. – Mais Zarathoustra lui aussi est un poète. […] Zarathoustra secoua la tête et se mit à sourire. ʽʽLa foi ne me sauve point, dit-il, la foi en moi-même moins que tout autre.

    Ferrat.jpgMais en admettant que quelquʼun dise sérieusement que les poètes mentent trop : il aurait raison, – nous mentons trop. Nous savons aussi trop peu de choses et nous apprenons trop mal : donc il faut que nous mentions. […] Hélas ! il y a tant de choses entre le ciel et la terre : car tous les dieux sont des symboles et des artifices du poète. »[1] Oui, contrairement à ce que chantait Jean Ferrat à propos dʼAragon, le poète nʼa pas toujours raison.    (Suite et fin  

    [1] Friedrich Nietzsche, Œuvres, Paris, Robert Laffont, 1993, pp. 382-3. 

    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...

    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • Sacré Verlaine ! ... pour qui « tout blanc L’avenir flotte avec sa Fleur charmante »

     

    Devant l'incapacité, les errances et la dramatique théâtralité de nos politiques, il nous revient à la mémoire ce long poème de Verlaine (Sagesse XII) dont voici les premières et dernières strophes. 

    Or, vous voici promus, petits amis,
    Depuis les temps de ma lettre première,
    Promus, disais-je, aux fiers emplois promis
    À votre thèse, en ces jours de lumière.

    Vous voici rois de France ! À votre tour !
    (Rois à plusieurs d’une France postiche,
    Mais rois de fait et non sans quelque amour
    D’un trône lourd avec un budget riche.)

    À l’œuvre, amis petits ! Nous avons droit
    De vous y voir, payant de notre poche,
    Et d’être un peu réjouis à l’endroit
    De votre état sans peur et sans reproche.

    Sans peur ? Du maître ? Ô le maître, mais c’est
    L’Ignorant-chiffre et le Suffrage-nombre,
    Total, le peuple, « un âne » fort « qui s’est
    Cabré », pour vous espoir clair, puis fait sombre.

    ....................

    Vous, nos tyrans minuscules d’un jour
    (L’énormité des actes rend les princes
    Surtout de souche impure, et malgré cour
    Et splendeur et le faste, encor plus minces),

    Laissez le règne et rentrez dans le rang.
    Aussi bien l’heure est proche où la tourmente
    Vous va donner des loisirs, et tout blanc
    L’avenir flotte avec sa Fleur charmante

    Sur la Bastille absurde où vous teniez
    La France aux fers d’un blasphème et d’un schisme,
    Et la chronique en de cléments Téniers
    Déjà vous peint allant au catéchisme.

    dessin-de-fleur-de-lys-excellent-pin-by-martina-marie-souza-on-fleur-de-lis-pinterest-of-dessin-de-fleur-de-lys.jpg

    Tout est dit, ne trouvez-vous pas ?    

    Merci à Sylvie Hueber

  • Patrimoine cinématographique • Nocturama

     

    Par Pierre Builly

    Nocturama de Bertrand Bonello (2016)

    20525593_1529036520490493_4184281983923317414_n.jpgEt on tuera tous les affreux 

    Une dizaine de garçons et de filles (deux filles, en fait seulement), un peu plus ou un peu moins de vingt ans, venus de milieux sociaux évidemment très différents et d'origines ethniques diverses (euphémisme pour dire qu'il y a des Français de souche et d'autres issus de l'émigration) ravagent Paris dans le même instant : quatre attentats terroristes, l'assassinat d'un grand patron. Ils se retrouvent, la nuit venue, dans l'immensité d'un grand magasin. Ils attendent le matin. Ils sont repérés, abattus sans aucune pitié par les forces spéciales. Le film a été tourné à l'été 2015, c'est-à-dire quelques mois après les tueries de Charlie-Hebdo et de l’hyper casher, mais avant les massacres du Bataclan et des rues adjacentes. Y a-t-il un rapport ? Non ! Le film a été écrit en 2011 et ne fait naturellement pas référence à une revendication islamique. 

    nocturama033.jpgÀ qui fait-il penser, alors ? À Action directe, par l'effusion de sang gratuite, les meurtres sans états d'âme de gens qui sont, certes, des cibles politiquement identifiées, mais aussi des quidams qui avaient le simple malheur de se trouver là où qui, par leur métier, sont des symboles sociaux insupportables à l'Ultragauche (des vigiles, forcément chiens de garde du Capital). En fait, regardant le film, j'ai songé à deux sectes : l'une, bouffonne, farfelue et fantasmagorique, c'est la cohorte des Yams (Y'en a marre !) dans l'assez médiocre film La vengeance d'une blonde de  Jeannot Szwarc ; l'autre beaucoup plus sérieux, inquiétant et ancré dans la réalité, le groupe de Tarnac, accusé d'avoir saboté des caténaires de chemins de fer. Son fondateur et gourou, Julien Coupat est issu d'une famille très bourgeoise et diplômé de grandes écoles mais il a développé une sorte d'utopie alternative anticapitaliste, nihiliste, anarchisante dans un phalanstère corrézien. 

    Quelles sont les cibles, au fait, détruites à peu près simultanément par la remarquable organisation de nos jeunes terroristes assassins ? Une aile du Ministère de l'Intérieur (normal : c'est le ministère de la police, donc de l'oppression) ; un étage d'une tour, à La Défense qui abrite la multinationale Global - peut-être est-ce Total ? - (normal : c'est une grande entreprise, donc une organisatrice de l'oppression) ; quatre voitures garées aux alentours de la Bourse (normal : c'est le symbole de la finance anonyme sans cœur) ; et enfin la statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides (normal : Jeanne d'Arc est un symbole identitaire de la France ; et puis c'est là que l'extrême-droite aime se recueillir). Si on donnait les clés de la ville aux Blacks-Blocks, aux No Borders, aux triomphateurs de Notre-Dame des Landes, c'est assurément ce qu'ils détruiraient en premier (le château de Versailles est un peu trop grand pour eux). 

    Nocturama-2016-00-02-59.jpgDonc un ramassis de petites crapules idéalistes, après avoir fait de drôles de coups, se retranche dans l'étrange structure d'un grand magasin ; c'est, en fait, la carcasse de La Samaritaine, sur les quais de Seine qui est en train d'être réhabilitée pour devenir hôtel et centre commercial de luxe (pauvres enfants, vous n'avez pas deviné, donc, que c'est toujours l'argent qui gagne ?). On se demande à la fois pourquoi l'idée farfelue est venue aux anarchistes de se réfugier là et surtout comment ils ont pu si vite être repérés par la police (ou alors ils faut métaphoriser un maximum et conclure que la Révolte est toujours acculée aux dernières limites par la Réaction, quoi qu'elle fasse). 

    114919855_o.pngToujours est-il que dans le temple consumériste à la fois détesté et adulé par nos jeunes gens (excellent moment où l'un des terroristes, forcément révolté, se retrouve face à face avec un mannequin exactement habillé comme lui, Nike, Docker et Adidas : on n'échappe pas à la connerie de son époque, finalement). 

    Dans le capharnaüm du fric, les pauvres petits tueurs retrouvent peu à peu leurs réflexes d'enfants du Siècle : ils bâfrent, boivent, pillent les rayons, jouent des musiques sauvages, font l'amour. Jusqu'au moment où la réalité, au matin, arrive avec les Robocops de la police qui vont faire de jolis cartons. 

    nocturama-bonello.jpgDeux heures presque un quart pour montrer ça ? Pourquoi Pas ? Bertrand Bonnello n'est pas tout à fait un cinéaste manchot et il sait très honnêtement monter un film assez prenant, tout au moins au début : ainsi le cheminement des terroristes qui, dans le métro, dans les rues, se croisent, se frôlent, se retrouvent et se séparent pour placer leurs engins de mort est-il extrêmement bien filmé ; et le silence sur leurs absurdes criminelles motivations est aussi bien venu : comment, à dire vrai, expliquer la folie anarchiste ? Mais une fois les bombes posées, les attentats commis, le réalisateur reste un peu coi et tire à la ligne... 

    Restent de jeunes acteurs qui sont tous brillants et intéressants ; une mention spéciale pour André, le jeune bourgeois qui dit préparer l'ENA (Martin Petit-Guyot), Sabrina (Manal Issa) et le couple David (Finnegan Oldfield)/Sarah (Laure Valentinelli) ; certains, paraît-il, ont été rencontrés dans des lycées autogérés, des manifestations d'ultragauche. C'est bien ça qui fait frémir. Ces jeunes gens sont fous. L'avenir s'annonce tragique et sanglant. 

    49090.jpg

    DVD disponible pour environ 15 € .

    Retrouvez l'ensemble des chroniques hebdomadaires de Pierre Builly sur notre patrimoine cinématographique, publiées en principe le dimanche, dans notre catégorie Culture et Civilisation.
  • Nietzsche par temps bleu [7]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous avons suivi ce chemin au fil des derniers jours. Il se clôturera demain lundi.. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    La duperie des Lumières 

    Si donc Nietzsche ne peut pas être à proprement parler rangé dans la catégorie des philosophes modernistes, il a été néanmoins abusé par les mensonges des Lumières. À deux reprises – pages 78-9 et 182-3 – notre auteur, à partir des réflexions de Nietzsche, écrit : « Prisonnier dʼun espace ethnique et dʼune chronologie mythologique qui bornaient étroitement son regard, lʼhomme des sociétés traditionnelles, même sʼil bénéficiait grâce à ces frontières dʼune force et dʼune unité de style, ne pouvait quʼêtre un animal grégaire, et pouvait difficilement éviter de chercher en dehors ou au-dessus du monde sensible lʼéternité dont il avait soif. »

    Guénonlerègnedelaquantité.jpgRené Guénon contestait cette vision des choses chère aux modernes dans Le Règne de la Quantité. Il y affirme en effet : « alors quʼon vente la rapidité et la facilité croissantes des communications entre les pays les plus éloignés, grâce aux inventions de lʼindustrie moderne, on apporte en même temps tous les obstacles possibles à la liberté de ces communications, si bien quʼil est souvent pratiquement impossible de passer dʼun pays à lʼautre, et quʼen tout cas cela est devenu beaucoup plus difficile quʼau temps où il nʼexistait aucun moyen mécanique de transport. »[1] Les élites sacerdotales, les dynasties princières et certains ordres de compagnonnage étaient, si lʼon nous permet ce terme hypermoderne, « multiculturels ». 

    Jaurès.jpgLa modernité, en dépit de lʼeffort quʼelle poursuit pour obtenir lʼunité par la force des opinions et des faits, tend au morcellement, à la diversité, comme le fit observer Charles Maurras dans son éditorial de LʼAction Française du 2 août 1914 : « Lʼhistoire mieux interrogée aurait dû prévenir M. Jaurès (Photo) et les socialistes qui le subissaient tous quʼils tournaient le dos à leur siècle. Lʼévolution, comme ils disent, ne va pas à lʼunité, mais bien à la diversité. […] Cette diversification  croissante emporte des risques de guerre croissants. »            

    Le scepticisme chrétien, de Maurras à Granarolo 

    Il y a entre ce dernier et Granarolo, outre leurs liens très forts avec le sud de la France, un point commun : une absence de foi teintée de catholicité, un agnosticisme méthodologique qui se laisse imprégner par un attachement à la culture primordiale, celle de leur milieu dʼorigine.

    En atteste le point suivant : après avoir distingué deux christianismes, celui de la faute et celui de lʼenfant, notre auteur reconnaît quʼil se sent lié à ce second christianisme. Son athéisme nietzschéen ne lʼempêche pas dʼexprimer une forme dʼadhésion à un certain christianisme. Celui de Jeanne dʼArc plutôt que celui des clercs qui ont approuvé la mise à mort de la « Pucelle ».

    Balzac.pngCette dichotomie renvoie à celle dʼHonoré de Balzac, qui dit : « Politiquement, je suis de la religion catholique, je suis du côté de Bossuet et je ne dévierai jamais. Devant Dieu, je suis de la religion de saint Jean, de lʼÉglise mystique, la seule qui ait conservé la vraie doctrine. »[2]

    Nous constatons ainsi quʼil y a chez notre auteur une tension entre une rationalité cartésienne imposée par lʼaxiome « le surnaturel ne relève pas du pensable », et une inclination à aborder des thèmes typiquement religieux, comme lʼapocalypse, ou à avoir recours à des connotations au contenu implicitement religieux.

    Le cas le plus emblématique est celui où lʼanthropologie héritée de Darwin, qui assimile lʼhomme à cette masse dʼatomes que sont les végétaux et les animaux, est dʼun coup jetée aux orties, sans ménagement aucun : commentant le livre IV de Physique dʼAristote, Granarolo admet quʼ « il ne peut y avoir du temps sans lʼâme » et surtout que « lʼhomme possède en lui une part dʼéternité » (p. 122). Mais plutôt que de voir en ceci lʼeffet de lʼexistence de Dieu, il en fait la cause du malheur de lʼhumanité – de sa conscience malheureuse pour reprendre Hegel – lorsquʼil affirme que « cette part est la cause de notre détresse. » (p. 222)

    ThomasdAquin.jpgCe pessimisme fondamental de lʼauteur, qui considère page 223 la puissance de lʼhomme comme une pure négativité, devrait être tempéré par la thèse du maître de la scolastique saint Thomas dʼAquin selon laquelle lʼhomme, sʼil transforme cette puissance en faculté créatrice, peut atteindre le bonheur. Lʼart est pour lʼhomme le moyen du bonheur dans lʼici-bas, dans la mesure où il sʼinscrit dans une démarche appelée Imago Dei – imitation du Créateur –, lequel est lʼartiste par excellence, en tant que créateur de toute la beauté du monde. 

    Art et bonheur 

    Lʼart est une vertu opérative qui consiste en la production du Beau, entendu comme le modèle dʼun ordre reconquis. Lʼordre, explique Thomas dʼAquin dans Commentaire aux Noms divins, est avec la proportion qualité de la beauté du cosmos.

    Le Cosmos a, lʼon dit, pour créateur le divin ouvrier, Dieu ; il est donc ouvrage du Créateur, monumentale symphonie de la beauté, laquelle est une propriété transcendantale de lʼÊtre. 

    Il nʼest aucunement à cet égard incohérent de définir Dieu à la fois comme unité au-delà de lʼêtre, suivant les enseignements de Plotin, et comme cause exemplaire et plénitude de lʼêtre, à la suite de Thomas dʼAquin. Dans les deux cas, en raison de lʼidentité du vrai, du beau et du bien, Dieu est forcément supersubstantiale pulchrum, ou « Beau suprasubstantiel », ce qui signifie quʼil est primordialement, on lʼa vu, créateur de beauté dans le monde.  (À suivre  

    [1]  Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps, Paris, Gallimard, 1945, p. 143.

    [2]  Cité par Paul Le Cour, LʼÉvangile ésotérique de saint Jean, Paris, Dervy, 2002, p. 161. À ce propos, il y a un travail dʼanalyse littéraire à mener : le choix de Guy de Maupassant de donner aux deux frères rivaux de son roman Pierre et Jean le nom des deux Églises distinguées par le chef de la littérature française de son époque résulte-t-il de lʼinfluence de ce dernier et de la connaissance de sa dichotomie ?

    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...

    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • Cinéma •Colette

    Par Guilhem de Tarlé 

    A l’affiche : Colette, un film de Wash Westmoreland, avec Keira Knightley (Colette), Dominic West (Willy), Denise Gough (Missy, marquise de Belbeuf).  

    GT Champagne !.JPG

    Colette , née Sidonie-Gabrielle Colette (1873-1954) : une femme de lettres française…

    Mais le film, en VO, est américain avec un réalisateur britannique !

    Un train peut en cacher un autre et, après La Favorite, les héroïnes se suivent et se ressemblent… Vraiment le sujet n’est plus tabou… le lobby étale sa puissance qui nous pousse à demander qui ne l’est pas ?

    Moi qui ai fait une longue partie de ma carrière dans l’ancienne propriété et à côté du château construit au XVIIIe siècle par le Marquis de Belbeuf… J’ignorais l’existence de cette Missy ! 

    Je l’ai déjà écrit, j’aime les biopics qui vous font connaître plus intimement – si, en l’occurrence, je peux me permettre ce mot – des personnages dont on connaît seulement le nom et – plus ou moins - l’œuvre.

    colette.jpgPour moi, Colette, c’était un auteur de dictées… de longues phrases avec un vocabulaire choisi pour faire transpirer le blé en herbe dans les collèges. J’ai d’ailleurs aimé revoir dans le film ces cahiers d’écoliers et ces belles pages d’écriture avec des pleins et des déliés… (que je n’ai, personnellement, jamais su reproduire).

    Mon épouse se rappelle n’avoir trouvé aucun intérêt à la lecture d’un Claudine, et j’ai appris par elle que à l’école ou à Paris, celle-ci n’était pas un petit livre pour jeunes colette 6.jpgenfants, ni un personnage du Club des Cinq d’Enid Blyton. Le scénario porte précisément, et seulement, sur la petite quinzaine d’années où c’est son mari (le premier de 1893 à 1906), Henry Gauthier-Villars dit Willy, qui les signe… Comme quoi l’on peut être bisexuelle et femme soumise…

    Un film intéressant pour un personnage qui l’est peut-être un peu moins.   

    PS : vous pouvez retrouver ce « commentaire » et plusieurs dizaines d’autres sur mon blog Je ciné mate.

  • Nietzsche par temps bleu [6]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    Culture ou barbarie   

    Nietzsche se montre de surcroît lucide en écartant dʼun revers de main le mythe du progrès.

    La science peut aussi bien être « lʼennemie de la vie » (p. 201), comme lʼaffirment ceux qui tiennent le discours apocalyptique suivant lequel lʼamélioration des connaissances scientifiques et de la technique qui en découle amènera à la destruction de lʼhumanité par elle-même. Lʼexistence de la bombe atomique rend ces personnes-là plus que crédibles. Dans Aurore (fragment posthume), Nietzsche sʼécrie : « Un âge de barbarie commence, les sciences se mettront à son service ! » (cité p. 201) 

    Culture ou barbarie 

    Deux voies sʼouvrent pour lʼhumanité du temps de Nietzsche, qui se trouve donc à la croisée des chemins. Ce temps est marqué par le primat du scientisme, le règne de la science. Soit la voie de la culture, soit la voie de la barbarie, comme il le souligne dans Considérations inactuelles : « Dʼoù vient, où va, à quoi sert la science si elle nʼaboutit pas à la culture ? Serait-ce à la barbarie ? » (cité p. 178)

    À la différence des modernes stricto sensu, Nietzsche ne croit pas que lʼhistoire est écrite dʼavance. Le paradis terrestre quʼils annoncent est pour lui de lʼordre du possible mais pas du certain. Nietzsche « ne cesse de rappeler que lʼavenir nʼest pas joué et quʼil appartient à lʼhomme de donner un sens à un processus historique qui en soi nʼen a aucun » (p. 211), explique Granarolo. Dʼaprès son maître, lʼavènement dʼun âge de la barbarie correspondrait à la régression de lʼhomme, qui redeviendrait un singe évoluant dans un monde comparable à une jungle, cʼest-à-dire sauvage et impitoyable.

    Humaintrophumain.pngOr dans Humain, trop humain il envisage cette funeste fin pour mieux lʼéviter, quand il écrit que « cʼest justement parce que nous pouvons envisager cette perspective que nous serons peut-être en état de parer à un tel aboutissement de lʼavenir » (cité pp. 211-2).

    Utopia.jpgCet avenir radieux qui lʼenchante, cet âge de la culture fort désirable, ressemble beaucoup à lʼunivers imaginé par Thomas More dans Utopia (1516), lequel inspira lʼEldorado, où des fontaines sourd un délicieux sirop et où le sol regorge dʼor et de moult autres pierres précieuses. Ce pays du luxe et de lʼabondance a été imaginé par Voltaire dans Candide (1759).

    JohnLocke.jpgNietzsche était justement un grand admirateur de Voltaire, à qui il dédia Humain, trop humain. Cet extrait dʼAurore (fragment posthume) est une profession de foi nietzschéenne en faveur de la pensée progressiste, que Voltaire découvrit durant ses années dʼexil en Angleterre, auprès des Henri Bolingbroke, John Locke (Photo), Alexander Pope et Jonathan Swift, et quʼil exprima dans Le Mondain (1736) :

    « Au cours du prochain siècle, lʼhumanité accumulera peut-être par la domination de la nature plus de force quʼelle nʼen peut consommer, et il y aura alors chez les hommes une nuance de luxe dont nous ne pouvons avoir aucune idée aujourdʼhui. » (cité p. 178) Mais cela ne signifie pas que Nietzsche se serait rallié au courant dominant du progressisme, pour qui le nouvel Éden ne saurait quʼêtre intrinsèquement cosmopolitique, autrement dit sans frontières. Granarolo précise que Nietzsche nʼaurait pas soutenu le globalisme, sʼappuyant sur des passages où son maître « met en évidence que lʼunification technologique et commerciale de la planète pourrait prendre la forme dʼune effrayante uniformisation » (p. 178). 

    Un art nietzschéen 

    Lʼœuvre multiforme et polycéphale de Nietzsche a pu ainsi être aisément récupérée par les modernistes (ou progressistes), qui ne se sont pas embarrassés des subtilités de sa pensée. Elle a également été une très féconde source dʼinspiration pour les praticiens dʼarts typiquement modernes.

    2001lodysseedelespace.jpgQuand le rappeur MHD claironne dans La puissance quʼil nʼa « jamais connu la défaite de son existence », il est quelque peu nietzschéen sans le savoir. Outre le rap, le cinéma, qui a célébré sa pensée par le truchement de lʼun de ses géants, Stanley Kubrick, dont les 2001, lʼOdysée de lʼespace et Eyes Wide Shot sont des films éminemment nietzschéens. Et en France, le film Lʼéternel retour de Jean Delannoy (1943), qui est une adaptation du mythe de Tristan et Iseult, sʼinspire de lʼœuvre de Nietzche, comme lʼa admis Jean Cocteau. Enfin, dans le domaine littéraire, la science-fiction : les grands auteurs du genre font lʼobjet dʼun formidable name dropping de la part de Granarolo, qui donne à son lecteur une profusion dʼidées de romans à dévorer.

    Peut-être manque-t-il à sa pléthorique liste le pionnier Cyrano de Bergerac, qui rédigea entre 1657 et 1662 lʼouvrage LʼAutre Monde ou Histoire comique des États et Empires du Soleil, ainsi que Louis Sébastien Mercier dont le livre LʼAn 2440 ou rêve sʼil en fut jamais (1786) imagine le monde du IIIème millénaire. Mais mentionner ces auteurs aurait atténué lʼidée dʼun Nietzsche pionnier du genre. À noter aussi Pierre Boulle, dont le célèbre La Planète des Singes nʼest pas sans rappeler certains passages dʼHumain, trop humain. (À suivre  

    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...

    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • Nietzsche par temps bleu [5]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    Nietzsche ou lʼinterminable laïcisation du christianisme   

    La laïcité, religion de la sortie du christianisme, reposant sur un certain nominalisme (au sens quʼHenri Poincaré (Photo) donne à ce HenriPoincaré.jpgvocable dans La Science et lʼhypothèse), elle sʼaccomode voire requiert des prêtres laïcs dʼécoles de pensée diverses pour donner lʼillusion de la liberté dʼexpression, principe qui lui est constitutif, dans la mesure où ce principe est la sécularisation de celui de libre-examen.

    Et, sous la plume de notre auteur, Nietzsche de devenir un « humaniste » (p. 68), un instrument de lʼ « interminable laïcisation du christianisme » (p. 68), un énième avatar de ces « ombres de Dieu » (p. 68) qui pullulent depuis lʼirruption de la modernité afin de brouiller le sens exact de la Bonne Nouvelle[1]. 

    Ecce Homo Deus 

    Page 88 notre auteur pose cette étrange question : « Quʼest la religion de lʼesprit libre sinon le mythe du Surhomme donnant sens à la Terre et reliant à nouveau lʼindividu savant au cosmos ? » Pour lui ce concept relevant du mythos de Surhomme est une « image religieuse qui échappera inévitablement à son créateur, image qui engendrera une piété » (p. 88). Le champ lexical est résolument numineux ; lʼhomo religiosus Granarolo dévoile la subtile nature de la laïcité : non un processus de désacralisation en général, car Dieu est désacralisé – parce quʼanéanti – au profit de lʼhomme. Au théisme se substitue lʼhumanisme : Homo Deus voici venu ton âge !

    Granarolo ne peut sʼempêcher dʼériger son maître en figure religieuse : « Nietzsche est aussi prophète », écrit-il page 107. Nous aurions dit, nous, Nietzsche est aussi poète. Un poète à rapprocher du courant des symbolistes, à propos desquels MauriceBarrès.pngMaurice Barrès écrivit :

    « Gardons-nous peut-être de les saluer trop vite chrétiens, ces poètes. La liturgie, les anges, les satans, tout le pieux appareil, ne sont quʼune mise en scène pour lʼartiste qui juge que le pittoresque vaut bien une messe. Leur religion nʼa pas surgi soudain par la grâce dʼun élan de foi, cʼest la tristesse qui développa dans lʼintimité de leur âme des germes pieux héréditaires. »[2] 

    Nietzsche prophète donc ? Or selon Granarolo lʼune des vertus du nietzschéisme est son absence de finalisme. Comment dès lors admettre quʼil disposait de la faculté de savoir annoncer le futur, si ce futur est par nature indéterminé, le produit de la contingence la plus fortuite ? La notion de prophète ne présuppose-t-elle pas nécessairement un certain providentialisme ?

    À cet égard nous sommes convaincus que toutes les idéologies modernes ont en commun de prophétiser un paradis terrestre. Marc-Alain Ouaknine note que le mouvement vers Olam haba (le monde futur, à venir) « est le ʽʽpoint messianiqueʼʼ de lʼhomme »[3]

    En ce qui concerne le lien entre temporalité et modernité, Granarolo avance que « le manque de sens historique » (p. 111) est un trait distinctif de toute « idéologie moderne » (p. 111) à partir de la lʼétude dʼHumain, trop humain. Ce qui est faux sʼagissant du futur, comme nous venons de le voir. Les idéologies (religions profanes, sécularisées) portent la promesse des lendemains qui chantent. En revanche cʼest juste pour ce qui est du passé : elles tendent à nous couper du « lien qui nous unit inconsciemment au passé immémorial de nos ancêtres, et au-delà des humains qui nous ont précédés, à la totalité de lʼaventure de la vie terrestre » (p. 111). 

    Nietzsche et la modernité 

    Michéacomplexedorphée.pngLʼattitude proprement moderne, Jean-Claude Michéa lʼa exprimée par la métaphore du complexe dʼŒdipe, à qui il est interdit de se retourner, de regarder derrière lui. La modernité nous intime in fine de devoir « haïr le passé » (p. 127). Sur ce point la critique nietzschéenne de la modernité est précieuse. De même quʼest précieuse son étude de la science, domaine qui sʼest substitué depuis lʼâge moderne à la religion en tant que source légitime de la connaissance, que vecteur conduisant à la Vérité.

    Certes il y a un Nietzsche scientiste, rationaliste, celui de la période dite du « positivisme » (p. 182) – terme que notre auteur préfère à celui dʼAufklarüng, choisi par Eugen Fink –, qui veut poursuivre « la libération de lʼesprit entamée par la philosophie française du XVIIIème siècle » (p. 183), qui dédie son Humain, trop Voltairesalonphilosophes.jpghumain à Voltaire (Photo) et enfin qui écrit ceci : « Je sais si peu de choses des résultats de la science. Et pourtant ce peu me semble déjà dʼune richesse inépuisable pour éclairer ce qui est obscur et pour éliminer les anciennes façons de penser et dʼagir. » (Aurore, fragment posthume, cité p. 182)

    Mais cet éloge de la tabula rasa permise par la science est à confronter avec dʼautres textes. Le jeune Nietzsche la qualifie de « barbare » (p. 108). Granarolo indique en outre que Nietzsche voyait dans la science un facteur du nihilisme et soulignait « lʼillusion du jugement objectif » (p. 122), thèse que lʼon trouve notamment dans Par delà bien et mal, où les systèmes philosophiques (prétendument scientifiques, ce qui vise en particulier le marxisme) sont réduits à de pures subjectivités, à des auto-portraits de leur auteurs.  (À suivre  

    [1]  Jacob Boehme, un cordonnier allemand de la Renaissance, développa une pensée hétérodoxe. Dans une étude sur celle-ci, Nicolas Berdiaeff écrivit : « Le Mal est lʼombre du Bien » cité par Jean Phaure, Le cycle de l' humanité adamique. Introduction à l' étude de la cyclologie traditionnelle et de la fin des Temps, Paris, Dervy, 1994, p. 224. Et Carl Jung dit :« Dʼaprès les Pères de lʼÉglise, le Christ ʽʽa coupé son ombre de lui-mêmeʼʼ. Si nous accordons quelque poids à cette affirmation, nous pouvons reconnaître sans difficulté dans lʼAntéchrist la contrepartie ainsi coupée. LʼAntéchrist se développe dans la légende comme un imitateur pervers de la vie du Christ. Il est […] un esprit mauvais qui imite, qui suit en quelque sorte le Christ pas à pas, comme lʼombre suit le corps. », Aïon. Études sur la phénoménologie du soi, Paris, Albin Michel, 1983, p. 56. 
    [2]  LʼŒuvre de Maurice Barrès, t. 1, Paris, Club de lʼHonnête Homme, 1965, p. 398.
    [3]  Lire aux éclats..., ibid., p. 236. 

    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...

    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • Nietzsche par temps bleu [4]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    Nietzsche poète-philosophe protestant 

    Ne peut-on pas considérer au fond Nietzsche comme un poète-philosophe protestant, très marqué par les textes vétérotestamentaires, et qui voit dans lʼÉglise de Rome une institution corrompue par le mal ?

    51iO7kpwSIL._SX210_.jpgEn témoigne son livre LʼAntéchrist. Lequel manque cruellement dans la partie consacrée par notre auteur au thème de lʼapocalypse, dʼoù est née la figure de lʼantéchrist. Seul un passage de lʼavant-propos est reproduit (p. 147), mais aucune mise en perspective nʼest faite entre ce volume de Nietzsche et le célébrissime texte johannique. 

    Un poète imprégné de protestantisme 

    Sʼil était indéniablement un anti-catholique rabique, il nʼest pas pour autant évident quʼil y ait chez Nietzsche « un véritable athéisme axiologique » (p. 68), comme lʼaffirme Granarolo. Peut-être plaque-t-il chez son maître à penser son propre athéisme, puisque dire que Dieu est mort présuppose quʼil a existé.

    À cet égard on peut comprendre la thèse présente dans le Gai Savoir et Ainsi parlait Zarathoustra de la « mort de Dieu » comme un constat dʼordre sociologique, qui ne réjouit ni nʼexcède Nietzsche, sa réaction face au phénomène de sécularisation étant « tantôt celle de lʼangoisse, tantôt celle de lʼespoir » (p. 68). 

    unnamed.jpgPuisque « Hegel et Feuerbach (Photo) ont contribué à lʼavènement de la pensée nietzschéenne » (p. 238), celle-ci est assimilable au protestantisme, qui est dʼessence adogmatique car prescrivant le libre-examen.

    Et si Dieu a progressivement disparu des sociétés protestantes, qui sont fortement sécularisées aujourd’hui, nʼest-ce pas le résultat dʼun croyance Extrait_Altona_1785_v3.jpgkabbalistique reprise par le rosicrucisme, lequel pava la voie au luthérianisme, en un retrait de Dieu, ou tsimtsoum ?

    Nietzsche, de notre point de vue, a su de manière remarquable exprimer la signification de la modernité. Il nʼa pas manqué de signaler quʼil avait aperçu « lʼapparition dʼune civilisation factice dissimulant derrière la frénésie de ses actions et de ses progrès scientifiques et techniques, derrière le bonheur matériel offert à la plupart de ses membres, un nihilisme profond sʼétendant peu à peu à lʼensemble de la société. » (pp. 180-1). 

    Toutefois, il a omis le fameux adage selon lequel la nature a horreur du vide. Il a buté sur le sens précis du mot civilisation, pensant à tort que la disparition était consubstantielle à la mort du dogme. Alors que « la civilisation qui se met en place sous ses yeux » (p. 181) est à lʼimage de celle quʼelle remplace, fondée sur un dogme. Elle est un système social et historique semblable aux religions cimentant les sociétés traditionnelles, « qui toutes sʼenracinent dans un texte sacré inaugural et immodifiable » (p. 126).

    Ledit écrit que Granarolo mentionne sans le mettre en questions au sujet de la « biurgie », à la page 113, est « notre Déclaration des droits de lʼhomme » à laquelle il suggère dʼajouter un droit nouveau, celui de ne pas subir des manipulations génétiques. 

    Les droits de lʼhomme négligés 

    la-promesses-de-la-fayette.jpgLa Déclaration des droits de lʼhomme, véritable impensé de la vision du monde post- nietszchéenne de notre auteur, est lʼÉvangile de la modernité, le Décalogue de lʼâge de la mort de Dieu. En ayant recours aux termes « cloître laïc », il montre quʼil nʼa pas pris la mesure de lʼimportance de cette notion de laïcité. Il utilise cet adjectif sans se douter de son absence de neutralité. La laïcité nʼest pas neutre, nʼest pas absence de la religion, mais elle la religion des droits de lʼhomme, comme lʼa reconnu Vincent Peillon dans son ouvrage La Révolution française nʼest pas terminée[1].

    Et cʼest la seule objection que lʼon pourrait faire à Granarolo, qui au demeurant a signé un livre de très haut niveau. Il nʼa pas respecté lʼinjonction nietzschéenne suivante : « Il faut donner à lʼhomme le courage dʼun nouveau grand mépris, par exemple à lʼégard des riches, des fonctionnaires, etc. » (p. 64) En devenant agent de la fonction publique, il a choisi la voie de la soumission à lʼordre philosophique établi, en dépit de lʼavertissement lancé par son maître. Se méprise-t-il lui-même pour avoir sciemment repris dans son livre ces lignes publiées à titre posthume ?

    En les mentionnant ne suggère-t-il pas à son lecteur quʼil a vidé le nietzschéisme de sa substance radicale en contrepartie de sa participation récompensée par des avantages matériels et symboliques à lʼentreprise idéologique de lʼÉtat républicain ?  (À suivre  

    [1] https://www.youtube.com/watch?v=4xluF5WOOJw 

    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • Alain de Benoist : « Si le référendum d’initiative populaire existait en France, les gilets jaunes ne seraient jamais descendus dans la rue »

    Par Alain de Benoist

    Alain de Benoist a donné à Boulevard Voltaire cet intéressant entretien qui peut donner matière à débat. [5.02]. Lisez !  LFAR 

     

    3650118671.7.png

    Vous disiez, il y a peu, que les gilets jaunes devraient faire primer leur revendication en faveur d’un référendum d’initiative citoyenne (RIC). Or, voici qu’on nous annonce qu’Emmanuel Macron envisage lui-même de faire un référendum. Qu’en penser ?

    Le chef de l’État est aujourd’hui en campagne électorale. S’il va jusqu’au bout de son projet, on sait par avance qu’il y a des sujets qui ne seront pas soumis aux Français, à commencer par l’immigration. Édouard Philippe l’a dit clairement : pas question de faire un référendum « sur n’importe quel sujet ». La grande caractéristique du référendum d’initiative citoyenne, que je préfère appeler référendum d’initiative populaire, est au contraire qu’il permet aux citoyens de susciter une consultation sur tous les sujets d’intérêt collectif qu’ils veulent, dans le domaine politique, économique ou social.

    En France, le philosophe Emmanuel Mounier fut l’un des premiers à théoriser cette forme de référendum dans son Manifeste au service du personnalisme, paru en 1936. Il n’a rien à voir, bien entendu, avec le référendum d’initiative partagée mis en place en 2008 par Nicolas Sarkozy, dont la complexité et la lourdeur rendaient l’application impossible – ce qui était, d’ailleurs, le but recherché, car il est très difficile à un gouvernement de s’opposer à une majorité référendaire (encore que le même Sarkozy n’ait tenu aucun compte du « non » au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen en faisant adopter, trois ans plus tard, le traité de Lisbonne par le seul Parlement).

    Comme près de 80 % des Français, je suis pour ma part très favorable à ce type de référendum, qui existe déjà (sous différentes formes) dans une quarantaine de pays et qui, dans la mesure même où il résulte de l’initiative populaire, sans que soit nécessaire l’accord du Parlement ou du chef de l’État, n’a pas le caractère plébiscitaire des référendums organisés par un gouvernement. Il a, en revanche, une légitimité supérieure dans la mesure où il réunit des gens qui peuvent par ailleurs voter pour des partis différents, voire opposés. Un tel référendum doit pouvoir être à la fois législatif, abrogatif, révocatoire et constitutionnel. S’il existait en France, les gilets jaunes ne seraient jamais descendus dans la rue.

    Quels sont les arguments que l’on oppose au référendum d’initiative populaire, voire à toute forme de référendum ?

    Passons sur les obstacles d’ordre technique, qui peuvent aisément être surmontés dès lors qu’un quorum de voix raisonnable (700.000 signatures, par exemple, soit 1,5 % du corps électoral) est fixé pour déclencher la procédure et que sont instaurés les délais nécessaires à la mise en œuvre de la « votation ».

    Viennent ensuite des arguments classiques : le peuple serait incompétent pour traiter des choses « complexes », il serait versatile, sensible aux simplifications outrancières des « démagogues », il s’empresserait d’exiger l’impossible, etc. On notera que ces objections pourraient tout aussi bien s’appliquer à n’importe quelle consultation électorale. Il est facile d’y répondre : la politique n’étant pas réductible à la technique dans la mesure même où elle doit arbitrer entre des idées ou des intérêts divergents, le peuple est certainement plus compétent que les élites pour décider de ce qui le concerne, et surtout mieux placé qu’elles pour dire ce qui, dans sa vie de tous les jours, lui apparaît ou non comme insupportable. Le but du référendum n’est, en outre, pas de dégager une « vérité » mais de faire en sorte que coïncident le plus possible la volonté populaire et la politique des dirigeants. Quant à l’« irréalisme » des électeurs, je rappellerai seulement qu’en mars 2012, une proposition visant à instituer une sixième semaine de congés payés a été rejetée par une forte majorité du peuple suisse.

    Il y a, enfin, les objections d’ordre idéologique. Les libéraux sont opposés au référendum parce qu’ils sont par principe hostiles à toute forme de souveraineté populaire, ce qui suffit d’ailleurs à montrer que libéralisme et démocratie ne sont pas synonymes. Les peuples ne sont, dans l’optique libérale, que des agrégats d’individus : le tout n’est que la somme de ses parties et les collectivités ne peuvent, en tant que telles, exprimer une opinion. « De cette question de souveraineté, bien sûr, le libéral se fiche totalement », lisait-on, le 30 janvier dernier, sur le site libéral Contrepoints ! Une autre officine libérale, l’IREF, écrit sans rire que le référendum est inutile puisque « le marché est déjà l’expression des choix permanents et spontanés des consommateurs » ! Le libéralisme dénonce volontiers le « despotisme de la majorité », mais s’accommode fort bien de la dictature des minorités. Il récuse, en outre, toute décision, même démocratique, qui irait à l’encontre de l’idéologie des droits de l’homme – ce qui pose la question de la légitimité d’une assemblée non élue telle que le Conseil constitutionnel. L’article 3 de la Constitution dit que « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Les libéraux, qui ne reconnaissent que la souveraineté de l’individu sur lui-même, s’en remettent aux seuls représentants, même (et surtout) lorsque ceux-ci ne représentent plus rien.

    Le référendum est-il pour autant la panacée ? Et la démocratie directe peut-elle se réduire à ce même référendum ?

    Évidemment pas. La démocratie directe est celle qui permet à un peuple d’être politiquement présent à lui-même. Elle a d’abord une dimension locale, voire communale, ce qui lui permet d’irriguer politiquement toute la vie sociale. Le référendum n’a pas non plus pour but de se substituer aux élections. Mais la loi électorale doit être modifiée par l’institution du mandat impératif, qui permet de destituer ou de révoquer tout représentant élu qui viole délibérément ses engagements ou engage une politique allant à l’encontre de ce que veulent ceux qui l’ont élu : le vote n’est, dès lors, plus un blanc-seing. L’autorité du Conseil constitutionnel, du Conseil d’État et des institutions supranationales du type de la Cour européenne des droits de l’homme devrait, par ailleurs, ne plus avoir la toute-puissance qu’on lui attribue actuellement. 

    Intellectuel, philosophe et politologue
     Revue Eléments
     
     
    Entretien réalisé par Nicolas Gauthier 
  • Nietzsche par temps bleu [3]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    Le concept de Surhomme 

    Cʼest dans Ainsi parlait Zarathoustra que sont contenues les réflexions les plus fécondes sur le Surhomme, qui est « la figure du lʼhomme du futur » (p. 125) espéré par Nietzsche, à qui, dʼaprès lʼauteur, « une ʽʽfuturationʼʼ du voir […] a été octroyée. » (p. 126) 

    zarathoustraT2.jpgToutefois ce dernier insiste sur « la ʽʽgrande nostalgieʼʼ éprouvée par Zarathoustra après quʼil ait été visité par lʼombre de la beauté du Surhomme » (p. 209). La nostalgie renvoie au passé, au regret que lʼon ressent vis-à-vis dʼune chose révolue, disparue. Le Surhomme nʼest en fait pas une figure de lʼavenir. Il est une figure du temps passé. 

    Nietzsche a projeté dans le futur un événement survenu à lʼorée des temps et négligé par la théologie chrétienne : lʼapparition dʼAdam parmi une masse de pré-adamites, apparition dont témoigne le septième verset du chapitre II de la Genèse, ultérieurement à lʼhumanité plurielle, « mâle et femelle », du vingt-septième verset du 1er chapitre de ce livre inaugurant le Pentateuque. 

    À la différence de cette humanité primitive, Adam a reçu un souffle divin dans ses narines, le pneuma. Le prédicateur Paul de Tarse nʼa pas manqué de prodiguer ce savoir, lorsque dans la 1ère épître aux Corinthiens (15 : 47) il dit : « Le premier homme est terrestre ; le second homme est du ciel ». 

    En outre, dans le 5ème chapitre de lʼépître aux Romains, il pointe du doigt cet homme supérieur, ce Surhomme, quʼest Adam : au verset 12 il écrit que « par un seul homme le péché est entré dans le monde ». La « transgression » – mot que lʼon retrouve au verset 14 – commise par Adam a consisté à se mêler génétiquement à lʼhumanité originaire ; moment tragique dʼ « innocence animale à tout jamais perdue » (p. 122) pour les descendants de ce croisement entre Adam et les hominiens, autre vocable qui pourrait désigner les pré-adamites.      

    Portrait_of_Friedrich_Nietzsche.jpgCe funeste épisode, la théologie chrétienne lʼappelle « péché originel ». Dans Humain, trop humain Nietzsche reprend cette expression pour signaler « le manque de sens historique » qui caractériserait « la totalité de lʼidéologie moderne » (p. 111), considération sur laquelle nous reviendrons. Mais avant cela, notons lʼusage que fait Nietzsche, le philosophe de la « mort de Dieu », du Dieu-fait-homme, du Dieu chrétien, de ce concept purement chrétien ; comme le mit en évidence Sigmund Freud dans LʼHomme Moïse et la religion monothéiste, alors que le texte de la Genèse est antérieur au christianisme. Freud y soutient que lʼidée de péché originel est née avec le christianisme, quʼelle en constitue même lʼun des deux maître piliers, le second étant dʼaprès lui le rachat du sacrifice. 

    Le vieux fonds chrétien de Nietzsche   

    718g67jMWXL._UX250_.jpgTelle est la deuxième grande leçon que lʼon peut tirer sur la pensée de Nietzsche à la lecture de lʼexcellent essai de Philippe Granarolo, qui depuis des années, sous le ciel azur et le soleil radieux de la Provence sʼacharne à aider chacun qui le souhaite à penser avec Nietzsche, de la manière correcte. Lʼœuvre du philosophe allemand est imprégnée dʼun christianisme latent, presque inconscient. La prose nietzschéenne porte indéniablement la marque de la culture chrétienne de son créateur. 

    Par exemple, ce passage du Gai Savoir, mentionné deux fois (pages 79 et 183) : « Que lʼon accorde à ce germe encore quelques siècles et plus, et il se pourrait quʼil finisse par produire une plante merveilleuse et dʼune non moins merveilleuse odeur, propre à rendre la terre plus agréable à habiter quʼelle ne le fut jusquʼalors ». Nietzsche caresse lʼespoir de lʼexistence à terme dʼune terre paradisiaque. Il emploie la métaphore de la merveilleuse odeur, qui est profondément biblique. 

    2964906227.jpgDu jardin dʼÉden exhalaient de délicieuses senteurs, dit la tradition, comme lʼatteste cet extrait de la Genèse, où Jacob bénit son fils Isaac, quʼil prend pour lʼaîné Édom : « ʽʽAvance-toi donc et baise-moi, mon fils !ʼʼ Il sʼavança et le baisa. Isaac sentit lʼodeur de ses habits et le bénit. Il dit : ʽʽVoici que lʼodeur de mon fils est comme lʼodeur dʼun champ que Iahvé a béniʼʼ » (Gen 27 : 26-27) 

    Au XVIIème siècle, le messie mystique Sabbataï Tsevi et ses fidèles se souvenaient bien de cela, quand ils prétendaient quʼun parfum fort agréable sortait naturellement de ses pores : « Coenen  rapporte […] un détail […] quand il nous dit quʼaprès 1648, le corps de Sabbataï exhalait une odeur très agréable et très parfumée (le fait est également mentionné par les sources sabbataïstes : les disciples prétendirent plus tard quʼil sʼagissait de lʼodeur du Jardin dʼÉden. »[1] 

    On peut citer de plus ces lignes de Généalogie de la Morale : « Pour pouvoir ériger un sanctuaire, il faut briser un sanctuaire : cʼest la loi » (p. 88). Elles renvoient implicitement au livre de lʼExode, quand Moïse brise les Tables de la loi. Le Midrach formule cette hypothèse : « Dieu aurait dit à Moïse : ʽʽBravo ! Tu as bien fait de les briser.ʼʼ »[2] Dans le Talmud, Rech Lakich affirme que « parfois lʼannulation de la loi constitue son fondement même. »[3] Et dans Ménahot 99b, figure cette réflexion : « Parfois, lʼannulation de la loi constitue son accomplissement. »[4] 

    0f3464c1f8d2fce7e2f31ce8a7ca83ed3ab706d3fb9848cce198c0c30700.jpgCette imprégnation du christianisme est dʼailleurs admise par Granarolo : « Quʼil sʼagisse du ʽʽSermon sur la montagneʼʼ et de son ʽʽlaissez venir à moi les petits enfantsʼʼ, ou de cette autre formule du Nouveau Testament qui nous exhorte à vivre sans souci du lendemain ʽʽcomme le font les oiseaux du cielʼʼ, nʼy a-t-il pas dans le Nouveau Testament des formules qui ont séduit le jeune Nietzsche et dont il a inconsciemment reproduit la structure dans son œuvre philosophique ? » (p. 240)    (À suivre  

    [1]  Gershom Scholem, Sabbataï Tsevi. Le messie mystique 1626-1676, Paris, Verdier, 1983, p. 150.

    [2]  Cité par Marc-Alain Ouaknine, Lire aux éclats. Éloge de la caresse, Paris, Seuil, 1994, p. 275.

    [3]  Cité par ibid., p. 276.

    [4]  Cité par ibid., p. 279.

    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • Nietzsche par temps bleu [2]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    Ce n'est pas un philosophe mais un scientifique qui a le plus profondément marqué Nietzsche

    Un autre grand mérite de Granarolo, qui, en plus dʼêtre un élu municipal, anime un café philosophique dans le Var, est dʼindiquer quels sont les auteurs qui ont le plus influencé Nietzsche. Et il ressort que ce nʼest pas un philosophe (comme par exemple Schopenhauer, comme on lʼentend souvent) mais un scientifique qui a profondément marqué sa pensée : cet homme cʼest Charles Darwin. 

    Charles_Darwin_painting_by_Walter_William_Ouless,_1875.jpgLʼinfluence du darwinisme 

    Page 92 Granarolo écrit que la « science du XIXème siècle, et le darwinisme en particulier » libèrent la philosophie. Il reprend ainsi à son compte la « préhistoriographie » actuelle fondée sur la théorie de lʼévolution qui veut que des « milliards dʼannées ont pu conduire de lʼêtre monocellulaire originaire à lʼanimal humain »[1].

    La théorie de lʼévolution est le principe – au sens à la fois de point de départ et de pierre angulaire – du nietzschéisme. Notre auteur nous apprend que le « premier texte philosophique écrit par Nietzsche alors quʼil avait à peine dix-sept ans (Fatum et histoire) inscrit ses première intuitions dans le cadre de ce quʼil convient de qualifier dʼévolutionnisme » (p. 104) Selon cette vision des choses la détermination de la nature des êtres vivants est « livrée au jeu du hasard » (p. 104), et non plus à lʼUn omnipotent, omniscient et omniprésent, Dieu.

    1280px-Lepas_anserifera.jpgPlus loin, lʼauteur relève ce fragment posthume, que Nietzsche a écrit en 1881 : « Lʼépoque des expérimentations ! Les affirmations de Darwin sont à vérifier – par des expérimentations ! De même la naissance dʼorganismes supérieurs à partir des plus bas. Il faut inaugurer des expérimentation pour plusieurs millénaires ! Éduquer des singes pour en faire des hommes ! » (cité p. 106).

    Lʼimportance dans le darwinisme du principe de struggle for life (« lutte pour la vie ») plaît à Nietzsche : « Une formidable cruauté a existé depuis le début de la vie organique, éliminant tout ce qui ʽʽressentaitʼʼ autrement – La science nʼest peut-être quʼun prolongement de ce processus éliminatoire, elle est totalement inconcevable, si elle ne reconnaît pas lʼʽʽhomme normalʼʼ en tant que la ʽʽmesureʼʼ suprême, à maintenir par tous les moyens » (cité p. 109), écrit-il durant cette même année 1881. 

    Nietzsche, en sʼécartant du fixisme de lʼanthropologie classique (ou adamisme) – Granarolo précise quʼil craignait une « immobilisation de lʼhumanité » (p. 112) –, a participé à la négation de la nature divine de lʼhomme, à sa désacralisation, et donc à la sécularisation des esprits. « Rien dʼimmuable, et pas la moindre origine transcendante, dans lʼhumain » (p. 112), pour citer lʼécrivain varois.

    Fruit de nombreuses mutations, nous, êtres humains, ne serions ainsi quʼun « terme provisoire » (p. 114) – dans le sens de « nouveau-né dans une chaîne biologique de plusieurs milliards dʼannées » (p. 210) – que « lʼhominsation (nous) a séparés des singes. » (p. 130)

    Humain-trop-humain.jpgEt Nietzsche dʼaller jusquʼà dire que le singe est non seulement notre ancêtre, mais aussi notre descendant ! Dans Humain, trop humain on peut effectivement lire que « lʼhomme sorti du singe redeviendra singe, sans que personne ne prenne le moindre intérêt à ce bizarre dénouement de la comédie. » (cité p. 151)

    De surcroît, dans un fragment posthume rédigé vers 1888-1889 il montre quʼil ne fait pas sienne la thèse du progrès inéluctable de la condition humaine : « Quel type prendra un jour la relève de lʼhumanité ? Mais ce nʼest là quʼidéologie de darwiniste. Comme si une espèce avait jamais été remplacée ! Ce qui mʼintéresse, cʼest le problème de la hiérarchie au sein de lʼespèce humaine, au progrès de laquelle, dʼune manière générale, je ne crois pas, le problème de la hiérarchie entre types humains qui ont toujours existé et qui existeront toujours. » (cité pp. 151-2)

    Granarolo admet volontiers lʼinfluence quʼa exercée Darwin dans la pensée de Nietzsche, quand page 210 il évoque les « découvertes biologiques et la théorie évolutionniste : « Darwin a, nul ne lʼignore, profondément marqué la pensée nietzschéenne » (p. 210). Il dit même quʼà certains égards Nietzsche était « profondément darwinien » (p. 114). 

    Nietzsche, un darwinien critique 

    Cependant il faut nuancer cette assertion car ce dernier reprochait à Darwin de présenter la sélection naturelle comme un processus aboutissant à la pérennité du plus fort, ayant pour effet lʼamélioration nécessaire des espèces. Dans Crépuscule des idoles, Nietzsche note que la vie naturelle régie par lʼimpitoyable loi de la jungle « se termine au détriment des forts, des privilégiés, des heureuses exceptions ! Ce nʼest pas en perfection que croissent les espèces. Les faibles lʼemportent de plus en plus sur les forts. » (cité p. 114)

    En considérant que le darwinisme était avant tout un « avatar de lʼhégélianisme » (p. 114), Nietzsche ne négligeait-il pas les origines essentiellement hobbesiennes de la Weltanshauung (ou « conception du monde ») de lʼauteur des Origines des espèces ? Il avait fait état à son élève bâlois Baumgartner de la grande admiration quʼil éprouvait pour Thomas Hobbes, nous indique notre auteur page 64.

    800px-Thomas_Hobbes_(portrait).jpgOr le darwinisme se situe dans le droit fil de pensée de lʼauteur du Léviathan. Karl Marx avait relevé ce lien, lorsquʼil écrivait à son ami Friedrich Engels que la théorie de Darwin nʼétait rien d’autre que la « transposition pure et simple du domaine social dans la nature vivante, de la doctrine de Hobbes (Photo) : bellum omnium contra omnes, et de la thèse de la concurrence chère aux économistes bourgeois, associée à la théorie malthusienne de la population. »[2]

    Si Nietzsche se détache du darwinisme stricto sensu, il conserve son évolutionnisme qui se rapporte à toutes les espèces dont lʼhomme, ainsi quʼun déterminisme qui sʼaffranchit du providentialisme pour ériger le « hasard heureux »[3] en cause première et décisive.

    Et ce darwinisme partiel représente la condition de possibilité de ce concept qui est sans doute le plus célèbre de Nietzsche, celui de Surhomme. Granarolo avance à ce sujet que « lʼévolutionnisme biologique et culturel […] éclaire sa venue. » (p. 67)  (À suivre  

    [1]  Il fait référence à A. Giudicelli qui estime que « la vie terrestre a des milliards dʼannées, que la vie de lʼespèce  humaine au moins trois millions dʼannées », p. 111.
    [2]  Lettre à Engels (1862), citée par André Pichot, Aux origines des théories raciales, de la Bible à Darwin, Paris, Flammarion, 2008, p. 167.
    [3]  Termes que lʼon retrouve dans LʼAntéchrist, cité pp. 114-5.
    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png

  • « Djihadistes français : de la trahison »

    Par Mathieu Bock-Côté 

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpg

    CHRONIQUE - La France doit-elle accepter le retour de combattants qui ont renié la nation et ses valeurs ? Les grilles d'analyse traditionnelles ne permettent pas d'apporter une réponse efficace et satisfaisante. Car les djihadistes français ne sont pas simplement des criminels, mais des traîtres. [Le Figaro, 8.02]. On verra que Mathieu Bock-Côté repousse très loin ou très profond les limites de son analyse. De sorte qu'elle sous-tend une seconde question : n'y a-t-il pas aussi trahison de la part de ceux - gouvernants, élites, médias - qui leur ouvrent les portes de leur retour ? C'est très clair pour nous : la réponse est oui.   LFAR 

    tile00x02.jpg

    L'impuissance politique et intellectuelle des nations occidentales

    Il y a peu de questions aussi délicates que celle du retour des djihadistes occidentaux dans leurs pays respectifs, et elle fait débat en France en particulier. Faut-il accepter qu'ils reviennent, et si oui, à quelles conditions ? Que faire de ceux qui se sont engagés dans une « guerre sainte » contre leur civilisation et leur pays, et qui aujourd'hui, espèrent souvent y revenir en étant traités comme des citoyens de plein droit.

    Dans-son-coeur-sommeille-la-vengeance.jpgMême la question des enfants, aussi déchirante soit-elle, ne se laisse pas traiter en des termes simplement humanitaires, comme l'a finement posé Sonia Mabrouk dans son roman Dans leur cœur sommeille la vengeance, consacré aux lionceaux de Daech. Mais ce qui frappe, surtout, au-delà des questions prosaïques posées par le retour des djihadistes, c'est la confusion intellectuelle qui l'entoure. Comment les considérer du point de vue de la communauté nationale ? C'est là que surgit un terme que la philosophie politique contemporaine semble proscrire : la trahison. Nous avons une étrange difficulté à dire : ce sont des traîtres. Comme si ce terme heurtait la conscience contemporaine, qu'il était trop dur. Raymond Aron était le premier à convenir du flou qui entoure la notion de trahison, mais il ne la congédiait pas pour autant. Une philosophie politique incapable de la prendre au sérieux est une philosophie politique de temps de paix. 

    On a tendance à dissoudre la question de la trahison dans une forme de relativisme reconnaissant à chacun de bonnes raisons à son engagement. Le djihadiste français ne trahirait que de notre point de vue. Du sien, il servirait une cause légitime justifiant le plus grand sacrifice, ce qui devrait presque nous pousser à le comprendre, voire à le respecter. C'est oublier que la nation n'est pas qu'une fiction historique mais qu'elle nous engage dans le monde et qu'on ne saurait se retourner contre elle en lui déclarant la guerre sans rompre radicalement avec elle, de manière irréversible.

    Certes, après une guerre civile, il peut être nécessaire de rassembler des fils divisés, qui se sont accusés mutuellement de trahison pendant un temps. C'est le rôle d'un grand réconciliateur, capable de réparer la pire des fractures, celle du corps politique. Mais ce n'est pas de cela dont il s'agit ici. Nous sommes devant de vrais renégats, qui se sont rendus coupables de félonie. Cette déloyauté absolue n'entre pas dans les catégories ordinaires du droit. Quel que soit le traitement qu'on leur réserve, on ne saurait les considérer comme des citoyens parmi d'autres. Il y a des limites à l'humanitarisme sénile. Un juridisme extrême condamne à l'impolitique. Leur geste implique un traitement d'exception qui ne relève pas de l'évidence. Quand elle est possible, la déchéance de nationalité devrait au moins aller de soi.

    On ne saurait se laisser bluffer non plus par cette mauvaise blague en forme de théorie de psychologie populaire qu'est la déradicalisation. La déradicalisation postule que l'homme parti faire le djihad est un dérangé, troublé psychiquement, et non pas, tout simplement, un ennemi qui a consciemment décidé de s'enrôler dans une « guerre sainte ». On s'imagine qu'il suffirait de trouver les bons arguments, et les bons mots, pour qu'au terme d'une thérapie modératrice, il réintègre la communauté nationale. Ici, le djihadiste est victimisé. Justin Trudeau, au Canada, a même laissé entendre que les ex-djihadistes repentis pouvaient servir d'exemple à leurs concitoyens, pour les dissuader de basculer dans le terrorisme. Au mieux, cela relève du comique involontaire. 

    Ce qui surgit en fin d'analyse, c'est la question de la nation, qu'on ne saurait plus enfermer dans une définition strictement juridique, seule censée correspondre aux « valeurs républicaines ». Quoi qu'on en dise, la nation n'est pas qu'une construction formelle. Elle a une part charnelle, affective, qui engage le cœur et l'âme. Mais rappeler cela fait désormais scandale.

    18076816lpw-18077004-article-arrestation-jihadiste-syrie-jpg_5940006_660x281.jpgOn est en droit de se demander si les djihadistes n'étaient pas que des Français entre guillemets, jouissant de droits qu'ils n'ont jamais équilibrés avec quelques devoirs, qu'ils n'ont jamais aimés non plus. Leur cas n'est-il pas symptomatique d'une décomposition identitaire grave  ? Ces hommes auraient-ils senti monter en eux la vocation au djihad s'ils avaient vécu dans un environnement culturel cultivant une représentation du monde qui lui est favorable ?

    Dès lors, la question des djihadistes français qui après leur aventure syrienne, espèrent revenir chez eux, et trouvent des alliés pour les soutenir, révèle surtout l'impuissance politique et intellectuelle des nations occidentales, et leur difficulté à comprendre leur basculement dans des temps tragiques.    

    Mathieu Bock-Côté 
    Le-nouveau-regime.jpgMathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (éd. VLB, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (éd. Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille (éd. Boréal, 2007). Ses derniers livres : Le multiculturalisme comme religion politiqueaux éditions du Cerf [2016] et le Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).  

     

    À lire dans Lafautearousseau ...
    La justice ou la guerre
  • Nietzsche par temps bleu [1]

    Par Rémi Hugues

    images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec Nietzsche, Rémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu » dont voici le premier. Il s'agira de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

    Photo.png

    Tout philosophe nʼest pas poète, mais tout poète expose sa philosophie à travers ses œuvres.

    À peu près au même moment que lʼépigone de Charles Baudelaire et amant de Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, composait les Illuminations ou Une Saison en Enfer, de lʼautre côté du Rhin Friedrich Nietzsche lutinait Sophia en remplissant des cahiers entiers de prose irrévérencieuse et dʼaphorismes percutants, elle qui nʼaime que les guerriers insoucieux, moqueurs et violents.      

    9782343155708r.jpgLe premier mérite du dernier opus du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec Nietzsche et que la maison dʼédition LʼHarmattan vient de publier, est de nous plonger dʼemblée dans ce qui fonde la puissance de la pensée de Nietzsche, à savoir, pour employer un vocable à la mode, son côté disruptif. La méthode de ce dernier est restée au fil de ses œuvres la même : chercher à nier lʼévidence, à tordre la doxa, à remettre en question les postulats qui semblent indiscutables. 

    Apollon et Dionysos 

    Le livre commence par la contestation de lʼopposition qui est généralement faite entre la vie à lʼétat éveillé et la vie onirique. Lʼauteur souligne que chez Nietzsche le rêve est comme lʼéveil un état « apollinien » c’est-à-dire un état de sobriété. 

    220px-StatueApollon2.jpgLes mots Apollon et apparence commencent tout deux par le préfixe « ap- » : veille et rêve participent du même ordre. Ils forment un tout, un réel perceptible par le truchement de notre raison, qui coordonne lʼactivité sensorielle. Il nʼy a ainsi selon Nietzsche non point une différence de nature mais seulement de degré entre ces deux états de lʼapparence ; le rêve étant ainsi lʼapparence de lʼapparence. Or lʼusage raisonné de nos sens peut déraisonner, être affecté par des passions, telles la force, lʼinstinct ou la nature. 

    Amoureux de lʼhéritage grec, Nietzsche se sert de la syzygie, (paire dʼopposés) Apollon – Dionysos comme pilier de son raisonnement[1]. On accède au monde dionysiaque par lʼivresse, la musique et la tragédie. 

    La tragédie est le thème du premier succès littéraire de Nietzsche. Dans Naissance de la tragédie, sʼappuyant sur les écrits de Lucrèce, il soutient la thèse dʼaprès laquelle les divinités grecques sont apparues dans lʼesprit des hommes lors des rêves. 

    La tragédie, voie dʼaccès vers le « dionysiaque » prend donc sa source dans lʼ « apollinien ». Il nʼy a donc pas étanchéité stricte entre ce couple de contraires imaginé par le philologue de profession Nietzsche. Et cette syzygie est déterminante pour comprendre lʼensemble de sa pensée, dont le fil conducteur consiste à batailler contre la philosophie depuis Platon, taxé de « mauvaise métaphysique, parce quʼelle nie ou du moins sʼefforce de nier le fonds dionysiaque de lʼunivers. » (p. 19) 

    Lʼessence du nietzschéisme 

    Au cœur de la pensée de Nietzsche il y a lʼidée que lʼémergence du christianisme nʼa pas marqué de rupture philosophique. La théologie a repris la conception socratique et platonicienne dʼun homme défini comme un animal rationnel. En attestent les mots dʼAugustin dʼHippone, pour qui lʼhomme est un « être raisonnable et mortel »[2]. 

    Nietzsche entendait rappeler à lʼhomme sa dimension irrationnelle (dionysiaque), ce qui lʼamena à développer une nouvelle anthropologie. Celle-ci pose que lʼessence de lʼhomme nʼest pas sa rationalité mais sa « libido dominandi », sa volonté de puissance. 

    Martin Heidegger examina cette leçon centrale de Nietzsche et lui objecta quʼune telle conception ne clôt pas le cycle inauguré par le platonisme, car elle conserve lʼidée dʼanimalité de lʼhomme. 

    À rebours, Heidegger considère que lʼhomme est lʼ « un-tout », du fait de sa spécificité qui est de disposer dʼun logos[3], singularité que le philosophe désigne par le concept de Zusammengehörinkgkeit (appartenance mutuelle de lʼêtre et de lʼhomme). On retrouve cette  anthropologie qui pose lʼhomme comme point de rencontre du microcosme et du macrocosme dans dʼautres cultures, notamment dans la tradition asiatique (Tao-te-king, XXV) à travers la notion de Wang (« Roi »), la sagesse arabo-musulmane à travers le vocable El-Insânul-kâmil (« Homme universel ») ou la kabbale, à travers le concept dʼAdam Qadmôn. 

    94395237_o.jpgQuand, à ce sujet, Emmanuel Lévinas (Photo) écrit les lignes qui suivent – « « lʼhomme serait le lieu où passe la transcendance […]. Peut-être tout le statut de la subjectivité ou de la raison doit-il être révisé à partir de cette situation »[4] – est-ce dans le but dʼopérer la synthèse entre la critique heideggerienne du nietzschéisme et lʼésotérisme juif ? En tout cas toutes ces références ébranlent la vision selon laquelle lʼhomme serait une « créature orgueilleuse qui se croit beaucoup plus distincte des autres espèces quʼelle ne lʼest en réalité. » (p. 127) 

    Nietzsche ne pouvait en revanche en aucun cas concevoir la part acosmique – transcendante – de lʼhomme, puisquʼil envisageait lʼenfer et le paradis comme des arrière-mondes, autrement dit pures fictions, pures inventions, pures illusions. (A suivre)   

    [1] Dichotomie féconde, puisque le syndicaliste révolutionnaire Édouard Berth lʼutilise dans Les méfaits des intellectuels (1914) pour établir un parallèle entre Charles Maurras et son maître Georges Sorel : « LʼAction française, qui, avec Maurras, est une incarnation nouvelle de lʼesprit apollinien, par sa collusion avec le syndicalisme qui, avec Sorel, représente lʼesprit dionysien, va pouvoir enfanter un nouveau grand siècle, une de ces réussites historiques qui, après elles, laissent le monde longtemps ébloui et comme fasciné. », cité par Georges Navet, « Le cercle Proudhon (1911-1914). Entre le syndicalisme révolutionnaire et lʼAction française » in Mil neuf cent, n°10, 1992, 62. Ce numéro de la revue est dʼailleurs résolument nietzschéen, car son titre est « Proudhon, lʼéternel retour ». 
    [2]  La Cité de Dieu,  II, Paris, Gallimard, 2000, p. 661.
    [3]  Dans La dévastation et lʼattente, il soutient que lʼhomme recueille « lʼun-tout unitivement ajointé en son jaillissement originel. » Dans Être et Temps il qualifie lʼhomme de Dasein, dʼ « étant exemplaire », sa spécificité impliquant quʼune partie de lui-même ne lui appartient pas.
    [4] LʼAu-delà du verset, Paris, Minuit, 1982, p. 175.
    A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
    (Cliquer sur l'image)

    Couverture_livreM68.png