Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LAFAUTEAROUSSEAU - Page 2

  • Grenoble lundi 19 novembre au Centre Lesdiguières, une conférence d'Henri Augier à ne pas manquer !

    Le CENTRE LESDIGUIERES

    vous convie le lundi 19 novembre à 20h à une conférence 

    d'Henri Augier

    président du Centre Lesdiguières 

    « Tout peut s'effondrer.  Et pourtant...» 

    Tout peut s'effondrer, nous disent les « collapsologues » (Pablo Servigne) et les catastrophistes éclairés (Jean-Pierre Dupuy) . Vrai ou faux ? Tout s'effondre déjà, nous dit Cyril Dion (Demain) Comment se préparer ? Après l'encyclique Laudato Si, avec les jeunes animateurs de la revue d'écologie intégrale Limite, avec des alliés de tous bords qui se réveillent face aux défis de l'impossible, comment entrer en résistance et emprunter une voie d'espérance ? La décroissance est-elle la seule réponse ? Le désespoir en politique est -il toujours la sottise absolue que Charles Maurras dénonçait dès 1905 dans l'Avenir de l'intelligence ? 

    10 place Lavalette, 38000 Grenoble - salle du 1er étage (Tram: arrêt « Notre-Dame ») (Participation aux frais) Courriel: centrelesdiguieres@gmail.com Merci de nous informer de votre participation par retour de courriel

  • Inscrivez-vous ! La Lettre de Lafautearousseau est gratuite, vous pouvez la recevoir tous les matins

     

    La lettre de Lafautearousseau est gratuite. Elle est adressée tous les matins  à la totalité des inscrits. Si ce n'est déjà fait, inscrivez-vous !

    Pour s'inscrire, il vous suffit de vous reporter à la rubrique Newsletter de notre page d'accueil, puis d'inscrire votre adresse de messagerie dans la case email et de cliquer sur Envoyer. (Colonne de droite, en partie haute).

    Ainsi, vous ne pourrez pas oublier de lire chaque jour nos nouvelles publications.

    Saisissons l'occasion pour remercier celui qui, tous les matins, vers 6h45 lance le processus d'envoi de La lettre de Lafautearousseau qui vous est destinée. Vous la recevrez assez tôt dans la matinée.

    Bien-sûr, il vous est de toute façon possible de lire Lafautearousseau au quotidien, quand vous le souhaitez, en l'intégrant à vos favoris ou en le recherchant sur Google. Bonne lecture à tous !   

    Lafautearousseau   

  • Ephéméride du 17 novembre

    L'Eurostar (mis en service le 17 novembre 1994)

     

    594 : Mort de Georges Florent dit Saint Grégoire de Tours 

    Evêque et historien, né en 538 à Augustonemetum (Clermont-Ferrand), Georgius Florentius est issu d'une famille sénatoriale.

    Ordonné diacre en 563, puis devenu évêque en 573, il assure la restauration de l'église Saint-Martin à Tours.

    Historien, il laisse plusieurs ouvrages dont le plus important, qu'il compose à partir de 575, est l'Historia Francorum, l'Histoire du peuple franc, des origines à 591. Les six derniers volumes constituent la source la plus intéressante d'informations historiques sur l'époque mérovingienne. 

    IRHT_106971-p.jpg 
    Sacramentaire de Marmoutier à l'usage d'Autun, Tours, collégiale Saint-Martin
     
     

    10 novembre,saint martin du canigou,charles vii,rouen,jeanne d'arc,louis xi,couperin,robespierre,notre-dame de paris,chaumette,dupleix

    Lire la suite

  • Élites nulles

    Benjamin Griveaux - Marc Bloch - Charles Maurras

     

    580234331.2.jpg

    Hier matin, Benjamin Griveaux - tout de même ministre et porte-parole du gouvernement - est sur France Inter pour commenter l'interview d'Emmanuel Macron, sur le Charles de Gaulle, la veille au soir. Donc, la situation politique et les propos du président. 

    2221779_ce-quil-faut-retenir-de-linterview-de-macron-depuis-le-charles-de-gaulle-web-tete-060147048591.jpgCe dernier ayant reconnu avoir échoué à réconcilier les Français avec leurs dirigeants, Griveaux opine : « Oui, c'est l'opposition classique Pays Réel - Pays légal, pour reprendre l'expression de Marc Bloch ». Sans commentaire.  

    Celui-ci toutefois : ce n'est après tout pas si grave ni si important que l'expression soit de Marc Bloch ou de Maurras. Ce qui compte aurait dit Pierre Boutang « c'est la chose même ». Sauf que la distinction Pays Réel - Pays Légal s'intègre dans une pensée politique déterminée, en l’occurrence dans ce qu'Albert Thibaudet avait appelé les idées de Charles Maurras. Pas dans celles de Marc Bloch ...  

    On a bien ri dans le landernau où l'on est, du reste, aussi ignorant que Griveaux ; on s’est bien moqué. D'autant que ce jeune Griveaux est, paraît-il, un habitué des bourdes de toutes sortes. Il pourrait sembler aux esprits simples ou irréfléchis que ce n'est pas forcément indiqué pour le porte-parole d'un gouvernement. Mais non, lui dit qu'il « s'en fiche ». Élégante désinvolture ... 

    Ce n'est ni si grave, ni si important, en effet. Mais l'inculture ! L'inculture ! Ça oui !   ■ 

    Retrouvez l'ensemble des chroniques En deux mots (105 à ce jour) en cliquant sur le lien suivant ... 

    En deux mots, réflexion sur l'actualité

  • La République s’apprête à traiter avec l’islam ...

     

    Par Philippe Mesnard
     

    maxresdefault.jpg

    Le concordat inutile

    Droit public de l'islam. La République a été capable de casser tous ses liens avec l’Église catholique qui a façonné et accompagné l’histoire de France, au nom de la laïcité, et elle s’apprête à traiter avec l’islam en lui accordant pour assurer sa paix des privilèges exorbitants.

     

    La conclusion du Rapport de l’Institut Montaigne sur La fabrique de l’islamisme est claire : si l’on veut éviter le séparatisme islamiste, il faut arracher les musulmans de France à l’idéologie islamiste, imaginée, promue et financée par l’étranger ; il faut créer un islam de France, et cet islam de France doit avoir une structuration française et un financement français pour garantir son indépendance. « En France, une réorganisation du culte pour lutter contre l’islamisme est indispensable et se traduirait par la création d’une institution chargée d’organiser et de financer le culte musulman (formation et rémunération des imams, construction des lieux de culte, travail théologique et lutte contre l’islamophobie et l’antisémitisme) : l’association musulmane pour l’islam de France (AMIF) (1). Cette institution viendrait pallier les lacunes organisationnelles et les conflits d’intérêts des organes actuels. En effet, la place prépondérante laissée aux pays d’origine des familles musulmanes et la mauvaise gestion de l’argent lié au commerce du halal, du pèlerinage et des dons individuels empêchent l’émergence d’un islam géré en France par des Français en fonction des intérêts des musulmans de France ».

    Et qui mieux que les musulmans serait capable de porter cette structure, son discours ? Personne. L’État doit donc s’engager dans la voie concordataire, avec les musulmans de France, et déployer son action anti-islamiste, et donc pro-musulmane, dans toutes les dimensions de son pouvoir : culturelle, éducative, diplomatique. « Il convient aussi d’assurer avec l’Arabie saoudite que l’AMIF aura un rôle central dans l’organisation du pèlerinage […] Plus largement, une coopération religieuse avec le Maghreb et les pays du Golfe est à envisager sérieusement ».

    Le concordat théorique

    Le Rapport, dans sa conclusion, évoque les quartiers arrachés à la loi républicaine et la masse des musulmans modérés, inaudibles et invisibles : « [L’État doit] mettre en place des dispositifs et plans d’action interministériels de reconquête républicaine dans les quartiers où c’est nécessaire. Il doit enfin assurer un travail de communication intense, qui encourage les musulmans modérés, jusqu’ici trop silencieux, à s’emparer des débats qui agitent l’islam. ». Le Rapport examine assez brièvement quartiers et musulmans dans leur différentes qualifications dans le premier chapitre L’islamisme en France : de la communauté au communautarisme de la partie IV du rapport Situation de l’islamisme en Occident. Il constate la sécession de fait, la compare avec d’autres « quartiers » européens, démontre que le halal commercial est un outil de soupçon permanent par rapport à la pureté et la licéité des mœurs mais aussi des produits comme des agents de l’État ! Enfin il dénonce la manière dont les élus ont acheté une fragile paix sociale aux « grands frères » (ceux qui avaient engagé la guerre…). Dans son rapport de 2016, 28% des musulmans seraient des sécessionnistes, selon Hakim El Karoui : ces opposants « se définissent davantage par l’usage qu’ils font de l’islam pour signifier leur révolte que par leur conservatisme. […] 28 % des musulmans de France peuvent être regroupés dans ce groupe qui mélange à la fois des attitudes autoritaires et d’autres que l’on pourrait qualifier de “sécessionnistes”. » C’est un groupe composé à 50% de jeunes.

    Il faut donc, d’après le rapport, réintégrer les sécessionnistes et donner une voix aux musulmans sécularisés, ces 46% qui sont « soit totalement sécularisés, soit en train d’achever leur intégration dans le système de valeurs de la France contemporaine ». Hubert Champrun remarquait alors, dans Monde & Vie, que les sécularisés étaient quand même réputés, de l’aveu même du Rapport, « faire évoluer [les valeurs républicaines] par leurs spécificités religieuses. » La solution concordataire permettrait donc d’homogénéiser toute la population musulmane en continuant à lui laisser développer ses spécificités : l’islam de France sera un islam en France, organisé et financé par les musulmans de France sous le contrôle diplomatique de l’État en charge de coordonner les discussions théologiques avec les autres grands pays musulmans, autrement dit de réguler le flux intellectuel qui justifiera l’évolution douce des mœurs françaises ! Comme il est dit ailleurs, il n’est pas certain que c’est de ce genre de concordat qu’a besoin la France.

    Le concordat de fait

    5ee60b3_9335-1nwkyvp.jpgMais ce concordat à la mode AMIF est inutile… car il existe déjà un concordat de fait. La France n’a pas jugé bon de procéder comme le Canada à d’officiels accommodements raisonnables ; elle s’est contentée de promulguer des lois tout en incitant à ne pas les faire respecter. Si Redoine Faïd a pu rester caché trois mois en se déplaçant en burqa, dont le port dans l’espace public est illégal, c’est que personne ne contrôle, verbalise, arrête les femmes en burqa – parce que la hiérarchie conseille de ne pas contrôler, comme en témoignent les policiers. Si Gérard Collomb parle de deux populations « côte à côte » (tout en laissant son successeur face à face avec ce problème), c’est que tout a été fait pour que la population musulmane, sécularisée ou non, puisse se constituer de manière autonome. Manuel Valls parlait d’apartheid, ce qui avait effarouché les bons esprits). D’une part, en refusant tout traitement statistique qui aurait pu alerter officiellement sur les mutations démographiques en cours. D’autre part, en favorisant l’afflux d’immigrés musulmans, le sommet de l’absurdité étant atteint avec la Fraternité comme principe d’absolution des passeurs qui introduisent illégalement des immigrés (cf. Politique Magazine n° 172). Tout l’appareil judiciaire fonctionne en permanence dans la validation des mœurs islamistes, voile ou burkini par exemple, en amont et en aval, dans l’installation de zones de non-droit par le laxisme des jugements prononcés et des peines effectuées, les juges refusant de considérer et la lettre de la loi et le contexte sécessionniste des infractions. Les procédures sont compliquées à loisir et détournées à l’envi sans que jamais elles soient modifiées dans un sens efficace. Même le combat intellectuel est mené par la Justice contre les adversaires de l’islamisme, comme en témoigne le procès Bensoussan : non seulement le parquet avait jugé recevable la première plainte, mais il a fait appel du jugement de relaxe ! Et a laissé plaider le CCIF, pourtant irrecevable… Le CCIF et le PIR instrumentalisent une justice qui leur aplanit toute difficulté.

    L’islamisme a gagné

    Plus le péril est avéré, moins les politiques suivent, plus les discours de tolérance sont gravement pontifiés aux tribunes officielles. L’examen du budget prouve qu’aucun moyen n’est réellement dégagé pour les expulsions ; la police et la gendarmerie crient famine ; et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, débloque 15 millions pour l’intégration professionnelle des « réfugiés »… terme dont on sait qu’il ne veut plus rien dire. Tout le discours politique, sans parler du monde des médias et de la culture, sur les bienfaits économiques de l’immigration, sur les bienfaits culturels de la diversité et du multiculturalisme, n’est qu’une justification de la constitution d’une « nation islamiste », aux niveaux local, régional et national. C’est fait.

    Dans ces conditions, pourquoi un concordat ? Quels bénéfices réels la France tirerait-elle d’une population musulmane constituée en bloc officiel, les activistes libérés de leurs pénibles devoirs de besogneuse infiltration ou de harcèlements judiciaires, les indécis encouragés à basculer dans la revendication identitaire ; et la majeure partie des musulmans qui n’ont que faire d’un islam de France, car ils sont bien prêts de se laisser dissoudre dans la société telle qu’elle est – curieuse vertu de ses défauts, puisqu’elle dissout tout ! –,découragés et assignés à une soumission labellisée par l’État ?

    Le concordat arrimerait irrémédiablement les Français musulmans et les musulmans résidant en France à l’islam sans détacher le prétendu islam de France de la communauté des croyants, rattachés à leurs commandeurs saoudien ou marocain ou leurs califes. Le concordat ferait de la France une « terre de fidèles », avec ce que cela signifie, dans le fantasme et la règle islamiques, comme droits nouveaux et possibilités nouvelles.  

    Philippe Mesnard
  • Zemmour dit comme Boutang : il y a place en France pour différentes communautés, pas pour deux civilisations !

     

    2 minutes suffisent tout est dit. 

    Il suffit d'écouter.

      

     

  • 2018 ... La France sur un volcan ... Plus que jamais, pensez à Lafautearousseau !

    D'avance, merci à ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il ne nous est pas possible de remercier individuellement toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci ! 

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (105 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :
    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bellac - Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Camburat - Carignan de Bordeaux - Castres - Cergy - Chalon sur Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cirq - Cormontreuil - Courbevoie - Dammarie-les-Lys - Dignes-les-Bains - Draveil - Eguilles - Eyrans - Feucherolles – Fontaine – Fontainebleau - Fontenay-aux-Roses - Gercy - Gergy - Grenoble - Grosrouvre - Guilherand Granges - Langley - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Mâron - Marseille – Martigues – Melun - Menton -Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Montpellier - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - New-York - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Redon - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Roquemaure - Roquevaire - Rueil Malmaison – Saint-Blaise-du-Buis - Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Nauphary - Saint-Paterne-Racan - Saint-Sulpice-La-Pointe - Sainte-Mère-Église - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Spa (Belgique) - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Versailles - Vichy - Ville d’Avray - Voreppe. 

    1

  • Ephéméride du 16 novembre

    Charles Maurras (mort le 16 novembre 1952)

     

    1700 : « Messieurs, voici le roi d'Espagne » 

    Louis XIV accepte le testament de Charles II de Habsbourg, mort sans descendance, qui avait offert son royaume au Duc d'Anjou (ci-dessous), de toutes façons arrière-petit-fils de Philippe IV) en vue d'éviter la séparation de l'Espagne et de son Empire.

    Il est ainsi directement à l'origine des « Bourbons d'Espagne » (voir l'éphéméride du 5 septembre)

    Le Roi soleil avait longtemps réfléchi, et beaucoup hésité, car l'acceptation du testament impliquait une guerre certaine avec la plupart des puissances européennes, emmenées par l'Angleterre.

    Le Duc d'Anjou prendra le nom de Philippe V, fondant la dynastie des Bourbons d'Espagne, dont descend l'actuel Roi Felipe VI...

    Il restera plusieurs mois en France, avant d'entrer en Espagne en 1701 : Versailles est ainsi le seul palais royal au monde à avoir abrité, et pendant un temps assez long, deux souverains régnants. 

    200px-Felipe_V%3B_Rey_de_Espa%C3%B1a.jpg

    Lire la suite

  • Quel ordre international ?

     

    Par Mathieu Épinay* 

    Géo-politique. Derrière les mots de bilatéralisme et de multilatéralisme, se cachent des luttes d’influence qui peuvent devenir terribles. 

    Le 24 septembre, dans un discours prononcé d’une voix grave et calme, le président Trump s’est expliqué devant l’assemblée générale des Nations unies : « Nous rejetons l’idéologie du globalisme et nous embrassons la doctrine du patriotisme ». « L’Amérique choisira toujours l’indépendance et la coopération plutôt que la gouvernance globale, le contrôle et la domination ».

    Après lui, dans un état d’extrême excitation, le président de la République française martèle des incantations incongrues, en frappant le pupitre de ses petits poings rageurs : « La France sera là pour rappeler au monde que le fracas des nationalismes conduit toujours vers l’abîme ».

    Deux discours, deux pensées politiques

    B9717040847Z.1_20180925205907_000+G9CC3RBB9.2-0.jpgTrump s’adresse aux Américains qui l’écoutent et attendent de lui qu’il les défende, America first, c’est son job après tout. Trump vante les résultats de son administration ; l’assemblée rit ; il s’en amuse ; la presse parisienne jubile : Trump est la risée du monde ! Mais Trump est puissant et le monde le sait. Et voici que Macron proclame : « Je viens d’un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses ». Mais de quoi parle-t-il ? Qui est-il pour humilier la France que les puissances d’argent lui ont livrée et qu’il veut fusionner dans un Reich européen ? Imagine-t-on Poutine cracher ainsi sur les Russes, Merkel sur la Prusse, Rohani sur les Perses ? Non, Macron ne fait pas rire à l’assemblée générale des Nations-unies.

    Pire, il dénonce « la loi du plus fort », « la voie de l’unilatéralisme qui nous conduit au repli et au conflit ». Au delà de ces mots vides de sens, « repli », « unilatéralisme », c’est là une immense hypocrisie qui ne fait décidément rire personne dans l’auditoire où le souvenir des bombes françaises sur Belgrade, Bagdad, Tripoli ou Damas et de l’immense gâchis à Kaboul est vivace. Toutes choses que Macron et ses protecteurs n’ont pas dénoncées comme « leurs erreurs…, de mauvaises choses » ?

    S’agissant de la Cour pénale internationale, Trump déclare : « Nous n’abandonnerons jamais la souveraineté des États-Unis à une bureaucratie mondiale non élue et non responsable». Sur le commerce et les « intolérables distorsions du marché chinois »…, « l’Amérique agira toujours dans son intérêt national ». C’est clair.

    Au contraire, Macron, valet de la « fortune anonyme et vagabonde », chantre du nomadisme et du citoyen hors-sol, fustige « un traitement bilatéral de nos différents commerciaux » et « un nouveau protectionnisme ».

    Le réalisme politique

    Pourtant, il faut nous défendre de mauvais produits, fabriqués sans respect de l’environnement par des malheureux sans protection sociale et importés par des trafiquants sans scrupules dans une Europe sans frontières. Il faut aussi nous défendre de cette déportation massive par d’autres trafiquants, armateurs de bateaux négriers en Méditerranée, qui vident l’Afrique des forces vives dont elle a besoin, avec la connivence d’employeurs qui les utilisent pour tirer les salaires vers le bas et d’idéologues qui croient submerger ainsi les fondements spirituels de l’Europe.

    Oui, les peuples, nous aussi, avons besoin de protection, même si ce protectionnisme réduit les marges des multinationales. On ne peut pas appliquer les mêmes règles commerciales à la Chine, au Mali, à l’Allemagne ou au Canada. Nos différents commerciaux exigent un traitement bilatéral. Même le CETA, sinon c’est n’importe quoi !

    Une semaine avant les jacasseries pathétiques de Macron sur le multilatéralisme – n’est pas Talleyrand qui veut –, la Russie et Israël donnaient une leçon magistrale de bilatéralisme dans une affaire dramatique qui aurait pu encore s’aggraver. La nuit du 17 septembre un missile syrien abattait un Illiouchine 20, quadrimoteur de surveillance des forces russes, près de Lattaquié ; Les 15 membres d’équipage étaient tués. Juste avant, quatre chasseurs israéliens avaient frappé un dépôt d’armements « destinés au Hezbollah », paraît-il. Un défaut de coordination de leur centre d’opération qui avait prévenu tardivement les Russes sans localiser précisément les avions, n’a pas permis d’éloigner l’Illiouchine de la zone d’attaque. La DCA syrienne en surchauffe a envoyé un missile sur l’avion russe pris pour un chasseur israélien. Il n’y a pas ici de provocation ou, comme un communiqué russe l’a prétendu, de manœuvre des pilotes israéliens pour se masquer derrière l’avion russe, techniquement impossible, tactiquement dangereux. Il s’agit bien d’une accumulation d’erreurs et de déveine.

    Quoiqu’il en soit, malgré l’embarras des deux parties qui conforte la thèse d’un accident, les Russes ont décidé la livraison aux Syriens des redoutables missiles S300, naguère suspendue sur demande israélienne. Ils seront synchronisés avec les systèmes de défense des Russes qui, en clair, en auront le contrôle. Tsahal devra se méfier !

    Plus au Nord, la poche d’Idlib, envahie par l’armée turque, refuge des derniers islamistes, constitue un baril de poudre et un abcès inacceptable pour la Syrie. En France les imbéciles relancent des menaces de frappes en cas d’attaque chimique par Assad et à Idlib les islamistes préparent les montages vidéo qui permettront d’y faire croire.

    Photo-monde-8.jpgLas, Poutine a anticipé ; autour de la poche d’Idlib il vient de signer chez lui un accord avec Erdogan. Une zone tampon autour de la poche d’Idlib va être démilitarisée et les voies de communication réouvertes. Cet accord bilatéral – encore un, Monsieur Macron ! – est issu du processus de Sotchi que le quai d’Orsay voulait torpiller au bénéfice de celui de Genève, piloté par « les pays-des-droits-de-l’homme ». C’est raté, et M. Le Drian ne peut rien faire d’autre que louer cette « désescalade » avec son homologue turc.

    Il manque à la France un chef à la hauteur de sa politique. Trump ou Poutine qui, indépendamment de l’enthousiasme ou de l’aversion qu’ils suscitent, sont, eux, de vrais chefs d’État. À leur manière. Certes, pas pour nous, mais pour leur pays.     

    Mathieu Épinay

    * Collectif de spécialistes des questions de Défense
  • Une défense européenne ? Jacques Myard - malheureusement - a encore raison !

     

    Par Jacques Myard

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgUn article où Jacques Myard frappe fort - et juste, à son habitude. Il a malheureusement raison ; en matière de défense européenne ses distinctions et ses diagnostics sont exacts. Emmanuel Macron persiste dans l'ambiguïté, l'utopie et, en fin de compte, l'enfumage : Jacques Myard l'explique fort bien.  [Boulevard Voltaire, 30.10]. 

    904710507.jpg

    Le Président Macron vient de tenir des propos sur la défense européenne qui dénotent une singulière méconnaissance des réalités. Selon lui, « on ne protégera pas les Européens si on ne décide pas d’avoir une vraie armée européenne [il faut] nous protéger à l’égard de la Chine, de la Russie et même des États-Unis. »

    Mais que lui est-il passé par la tête, à ce cher Jupiter, pour ignorer les réalités bien connues de tous ceux qui se sont occupés du sujet ? Qu’en pensent nos chers partenaires européens qui n’ont de cesse – il convient de le rappeler – d’acheter des matériels américains ?

    L’article 42-7 du traité de Lisbonne est explicite à ce sujet : « Au cas où un État membre serait l’objet d’une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l’article 51 de la charte des Nations unies. Cela n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres. »

    Tout est dit : nos chers partenaires – en dehors de l’Irlande et de la Suède, neutres – sont dans l’OTAN et n’ont nulle envie d’en sortir. Cette clause n’a pas été introduite dans le traité de Lisbonne que par la seule volonté de l’Angleterre, et si certains pensent que le Brexit peut changer la donne, ils se trompent lourdement; tous les pays de l’Est européens y tiennent mordicus et n’ont d’yeux que pour l’OTAN.

    L’attitude de Trump est-elle de nature à changer les choses ? Que nenni ! Le président américain grogne comme ses prédécesseurs sur les efforts insuffisants des pays européens, mais il n’a jamais dit qu’il allait sortir et laisser tomber l’Europe comme certains eurobéats naïfs l’espèrent, se disant que les Européens seront alors au pied du mur et devront prendre leurs responsabilités.

    La réalité est tout autre : l’OTAN est la première organisation POLITIQUE en Europe et elle est gouvernée par un logiciel américain. Ce n’est pas demain la veille que Washington va y renoncer, quelles que soient les foucades de l’actuel locataire de la Maison-Blanche. Faire payer, oui ; partir, non !

    Surtout, le prétendu repli de l’Amérique sur elle-même est impossible dans la nouvelle donne géostratégique du village planétaire : tout ce qui surviendrait de grave en Europe aurait des répercussions sur les États-Unis, qui ne peuvent l’ignorer. La crainte d’assister à la résurgence d’une Amérique isolationniste appartient à un temps révolu.

    Le Président Macron appelle de ses vœux une souveraineté européenne : c’est une pure chimère ! L’Union européenne est une union hétérogène et vouloir en faire un bloc est une faute qui ne peut qu’exacerber les différences et les antagonismes. La voie possible est celle de la coopération et, surtout, du renforcement de nos moyens nationaux.

    La défense de l’Europe passe d’abord par le maintien de notre crédibilité militaire, de notre force de frappe nucléaire dont la décision de mise en œuvre éventuelle ne peut être partagée, sauf à perdre toute crédibilité dissuasive…

    En matière de coopération, créer de nouveaux systèmes d’armes est une voie parfaitement possible mais, paradoxalement, elle ne doit pas se limiter aux seuls pays européens dont les compétences industrielles ne sont pas suffisantes pour couvrir tout le champ de développement des équipements projetés. La France (Safran) a su développer avec General Electric un moteur d’avion qui est un succès mondial sans équivalent. L’Europe n’est pas, en matière industrielle, un passage obligé !

    De plus, pour réussir une coopération, il est indispensable qu’il y ait un pilote dans l’avion qui détermine les missions de chaque industriel. Toute coopération fondée sur un principe d’égalité politique est vouée à l’échec.

    Enfin, la question des exportations hors Europe est une question délicate. L’exportation des armements est un sujet très sensible qui relève de la politique étrangère mais aussi de considérations de politique intérieure. La France et l’Allemagne avaient conclu un « accord » en décembre 1971 et février 1972, arrangement Debré-Schmidt (alors ministres de la Défense) stipulant « qu’aucun des deux gouvernements n’empêchera l’autre d’exporter […] des matériels d’armement issus de développement ou de production menés en coopération ». Or, l’Allemagne, en 2014, a bloqué l’exportation, par la société MBDA, des missiles antichars Milan ER et la commande de VAB Mark 3 de Renault Trucks défense vers un pays du Golfe !

    En exposant en permanence des utopies, Emmanuel Macron ne peut que braquer nos partenaires, qui le considèrent de plus en plus comme un agitateur et un donneur de leçons arrogant !  

    Jacques Myard 
    Homme politique
    Député-maire de Maisons-Laffitte
    A lire dans Lafauteousseau ...
    I.E.I.
  • Une Victoire de 1918 au goût amer pour les royalistes ?

    Les ruines ... 

    Par Jean-Philippe Chauvin

    C'est là le troisième de plusieurs articles de Jean-Philippe Chauvin, rédigés pour ce centenaire de la victoire de 1918. Nous les publions au fil des jours. Ils nous parlent d'hier mais avec de fortes implications pour aujourd'hui.  LFAR

     

    1262631406.jpg

    Pleuvait-il il y a cent ans comme il pleut aujourd'hui sur la région parisienne ? Je n'en sais rien mais cette grisaille extérieure incite à la lecture plus qu'à la promenade, et mon livre du jour, usé d'avoir été trop lu et relu, commémore, à sa façon, la fin de la guerre : c'est le recueil des notices nécrologiques que Charles Maurras avait écrites au fil des tristes nouvelles venues du front, et qui constitue, sous le titre explicite de Tombeaux, une sorte de « cimetière » des royalistes d'Action Française et, sans doute, du « jeune royalisme » né dans les années 1890 autour d'Eugène Godefroy et de la « Jeunesse Royaliste », et poursuivi, d'une certaine manière, plus « intellectuelle et violente », par les Camelots du Roi de Maxime Real del Sarte et les étudiants monarchistes d'Henri Lagrange. Je ne suis pas certain que l'AF se soit jamais remise de ce choc de 14-18, si son histoire et sa « nécessité » peuvent, elles, se poursuivre au-delà de la guerre : les situations et conditions des lendemains de la guerre n'ont plus grand-chose à voir avec le monde d'avant-1914, et la Victoire de 1918 apparaît, malgré le sacrifice de dizaines de milliers de monarchistes, comme le triomphe sanglant de la République, comme le souligne la plupart des livres et articles parus à l'occasion du centenaire du 11 novembre 1918. A lire les dernières lignes de Tombeaux, j'ai la certitude que Maurras lui-même a saisi cette dimension particulière de la Victoire, et qu'il cache son amertume derrière une colère qui, elle, n'est pas feinte. 

    19624058011.jpgCes pages ultimes de l'ouvrage évoquent l'inhumation définitive dans l'hiver 1921 du jeune Pierre Villard dont l'important héritage financier permettra la naissance et la publication durant un quart de siècle de La Revue Universelle fondée et dirigée par Jacques Bainville. Elles forment une sorte de déambulation entre paysages des territoires de la guerre et souvenirs des espérances des débuts de l'Action Française, quand Maurras parcourt en train la distance qui sépare Paris de Verdun. Il y a une mélancolie certaine de Maurras, teintée d'une amertume qui se transforme en colère, cette sorte de « furia francese » dont Maurras, jadis polémiste de conquête, deviendra coutumier, non sans certaines raisons, et que le général de Gaulle, « ce maurrassien pressé d'agir » comme le nommera un rédacteur de la revue étudiante Insurrection en 1993, résumera par une formule bien trouvée : « Il a eu tellement raison qu'il en est devenu fou ! ». 

    C'est la remémoration qui semble accaparer une grande part du papier sur lequel court la plume de Maurras, et une leçon d'histoire nationale éminemment politique, mais qui sonne aussi comme un regret, ou comme une nostalgie, selon les lignes, mais sûrement pas comme un abandon : « Des esprits irréfléchis avaient beau jeu à accuser la légèreté française et à se tourner contre le génie et l'âme de la patrie. Mais la critique la plus aiguë d'un Pierre Villard n'avait pas à se charger de cette impiété. La France est exonérée dès que l'étude du régime a su faire apparaître les lacunes, les contradictions, les misères du gouvernement des partis. On gère mal l’État quand on change plus de soixante fois de ministère en moins de cinquante ans. On ne prépare ni la paix ni la guerre quand l'autorité et l'unité manquent à la direction politique. Un gouvernement de valeur moyenne et qui dure vaut mieux que trente-six gouvernements tapageurs dont les contradictions successives font tomber leur ensemble au-dessous de zéro.

    « (…) Comment ces vérités indispensables à l'avenir étaient-elles cantonnées dans un monde relativement limité ? Comment toute l'élite morale et sociale ne mettait-elle pas en commun ses ressources en vue de la restauration de la Monarchie ? C'était le scandale de la jeunesse de Pierre Villard. Ainsi et ainsi seulement, pensait-il avec raison, l'on pourrait aboutir. » Mais la guerre a brisé l'élan monarchiste et la boue des tranchées a enterré plus sûrement la contestation royaliste que tous les arguments, défaits par les faits, de la République... Est-ce vraiment un hasard si, sur les quinze secrétaires généraux des étudiants d'Action Française d'avant-1914, treize trouveront la mort dans cette Grande Guerre, privant le mouvement royaliste des énergies les plus vives et les moins stériles ? 

    achille-patrocle-fuseli.jpgMaurras doit désormais se contenter d'établir un bilan et de rappeler l'histoire sans les moyens humains de la faire, ou de l'orienter différemment de la République : « Nos rois n'aimaient pas la guerre, mais ils savaient la préparer, la conduire, la terminer, l'utiliser : nous l'avons vu depuis la mort de Pierre Villard, notre paix démocratique, cette prétendue paix des peuples dictée par un consortium de banquiers à nos armes victorieuses, ne vaut pas non plus la paix de nos rois. » Effectivement, la suite lui donnera raison, malheureusement (et Maurras sera le premier à le regretter pour l'avoir tant annoncé et dénoncé) et douloureusement, et la guerre, la défaite, l'occupation, l'infamie même, seront au bout de cette paix des banquiers ! 

    La colère de Maurras va croissante au fur et à mesure de l'article, comme si la main se crispait un peu plus à chaque phrase et à chaque minute, devant ce temps présent de 1921 qui prouvait un peu plus la malfaisance de cette République-là, pourtant dirigée alors par les conservateurs du « Bloc national » de la « Chambre bleu-horizon » et animée par les éclats de voix de son ami Léon Daudet, député royaliste d'Action Française depuis les élections de 1919. Une colère qui devient bientôt fureur quand il rapporte sa visite sur les bords de la Meuse, à Verdun : « Autour de nous, à perte de vue, s'étendait un paysage de pans de murs fauchés à hauteur d'homme, de maisons décoiffées ou bien rasées de haut en bas. Seule, neuve, presque riante, refaite de pied en cap, ailes et toiture, une grande boîte de brique, de pierre et d'ardoise carrait et étalait l'orgueil d'une renaissance égoïste qui, jusque dans cette demi-ombre, offensait.

    « Je demandais qui était cette Nouvelle Riche.

    Le guide répondit : - La Banque. »

    Et Maurras d'exploser : « Ce n'était pas pour établir la sale royauté de l'or ou du papier que sont tombés tant de héros pleins d'intelligence et de vie. Devant la dictature financière que prépare la République, le souvenir des morts, royalistes ou non, ordonne d'en finir au plus tôt avec ce régime. » 

    Il est dommage que, au soir d'un « centenaire » si médiatisé, personne n'ait pensé à reprendre cette réflexion de Maurras, ce « nationaliste intégral » si amoureux de la vie, inconsolable et furieux de « la mort des meilleurs » : sa condamnation de la « sale royauté de l'or », qu'il fait au nom de la Royauté historique et nationale qu'il appelle de ses vœux, et qui termine ce Tombeaux oublié des historiens, n'est pas, elle, passéiste mais bien actuelle, au-delà de son année d'écriture et elle mérite répétition, diffusion et, surtout, exécution !   ■  

    Le blog de Jean-Philippe Chauvin

    A lire dans Lafauteousseau ...
    Tombeaux
    Jacques Bainville, ce royaliste qui annonça la guerre suivante, un matin de novembre 1918...
  • Le « Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs » s'interrompt pour quelques semaines

    enclave - Copie 6.jpg

    Le Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs que tient Péroncel-Hugoz et dont nous publions des extraits inédits chaque jeudi depuis près de trois ans (janvier 2016), s'interrompt pour quelques semaines.

    « Il faut - dit Péroncel-Hugoz - reposer le lecteur et le rédacteur »

    Nombre de nos lecteurs apprécient ces chroniques - certains nous disent les lire en premier, le jeudi -  qui enrichissent notre réflexion, notre culture et notre connaissance de l'Islam, de l'aire arabe ... et autres lieux. Un grand merci à notre confrère pour cette contribution.

    Cette publication du Journal de Péroncel-Hugoz reprendra bientôt. Vous serez nombreux à être impatients de la retrouver !  LFAR

  • Marseille, ce 15 novembre, conférence de Jean Sévillia : Les vérités cachées de la guerre d'Algérie

     

    Présentation : Plus d’un demi-siècle après l’indépendance de l’Algérie, est-il possible de raconter sans manichéisme et sans oeillères la guerre au terme de laquelle un territoire ayant vécu cent trente ans sous le drapeau français est devenu un État souverain ?

    La conquête et la colonisation au XIXe siècle, le statut des différentes communautés au XXe siècle, le terrible conflit qui ensanglanta l’Algérie et parfois la métropole de 1954 à 1962, tout est matière, aujourd’hui, aux idées toutes faites et aux jugements réducteurs.

    Avec ce livre, Jean Sévillia affronte cette histoire telle qu’elle fut : celle d’une déchirure dramatique où aucun camp n’a eu le monopole de l’innocence ou de la culpabilité, et où Français et Algériens ont tous perdu quelque chose, même s’ils l’ignorent ou le nient. (éd. Fayard) Journaliste, essayiste et historien, auteur de nombreux ouvrages qui ont été des succès de librairie (Zita impératrice courage, Le Terrorisme intellectuel, Historiquement correct, Historiquement incorrect, Histoire passionnée de la France), Jean Sévillia est chroniqueur au Figaro Magazine et membre du conseil scientifique du Figaro Histoire.   

    S'inscrire auprès du Professeur Hervé Pasqua : hpasqua@unice.fr

  • Ephéméride du 15 novembre

    Aujourd'hui, le Collège des Bernardins 

    1280 : Mort d'Albert le Grand 

    La Sorbonne en particulier, et la ville de Paris en général, se souviennent que ce Dominicain, né en Souabe et mort à Cologne, a passé plusieurs années chez elles, à partir de 1241.

    Il résida d'abord au premier couvent dominicain de la rue Saint Jacques - le Collège des Jacobins - sous l'autorité de Guéric de Saint-Quentin. Il y obtint, en 1245, un poste de maître de théologie, puis en devint maître régent, en place de Guéric de Saint-Quentin, jusqu'en 1248. Il y eut pour élève le jeune Thomas d'Aquin.

    C'est parce qu'il fut promu Maître de l'université de Paris, et dirigeant de l'une des deux écoles des Prêcheurs qui étaient intégrées à celle-ci, qu'il reçut le nom de "Maître Albert", dont dérive, par contraction, en plein Quartier latin, le nom de notre actuelle Place Maubert : Paris rend ainsi hommage quotidiennement, en son coeur intellectuel, à celui qui fut également le maître de Saint Louis. 

    15 novembre,galerie des glaces,versailles,louis xiv,le brun,colbert,lucas de nehou,saint gobain

     En plein coeur du Quartier Latin, la Place Maubert : à deux pas du Panthéon et de la Sorbonne, « Maître Albert », devenu « Maubert » est toujours chez lui. 

    15 novembre,galerie des glaces,versailles,louis xiv,le brun,colbert,lucas de nehou,saint gobain

    Lire la suite

  • Comment le vin syrien devient un acte de résistance

    Le domaine Mont Bargylus 

    Par Antoine de Lacoste 

    1456949215.png

    A 60 kilomètres à l’est de Lattaquié, la grande ville alaouite qui fait face à la Méditerranée, dans le village de Deir Touma, deux frères libanais s’obstinent à cultiver la vigne et à produire un vin de qualité.

    Le domaine est situé sur le Mont Bargylus et porte d’ailleurs son nom. Ce mont (appelé aujourd’hui Jebel al-Ansaryé) s’étend de la vallée de l’Oronte, près d’Antioche (ce berceau du christianisme que le Front Populaire offrit honteusement à la Turquie) jusqu’à Homs.

    On y cultive la vigne depuis au moins 2000 ans et Pline l’Ancien le cite.

    2.-Intro_Les-vignobles-de-la-famille-JRS-4-600x450.jpgC’est là que les frères Saadé (photo), Karim et Sandro, ont décidé en 2003 de replanter des vignes. Les cépages sont classiques : Syrah, Merlot et Cabernet-Sauvignon pour le rouge, Chardonnay et Sauvignon pour le blanc.

    L’endroit n’était pas inconnu pour cette famille grecque-orthodoxe. Le grand-père, Rodolphe, y cultivait des agrumes, des olives et du coton. Mais lors de la brève fusion entre la Syrie et l’Egypte, tous ses biens furent nationalisés en 1960 sur décision de Nasser. Rodolphe quitta alors la Syrie pour le Liban. La famille se reconvertit dans le transport maritime avec une éclatante réussite.

    Toutefois, l’amour du vin tenaille la nouvelle génération incarnée par Karim et Sandro. Ils pensent acheter un grand cru dans la Bordelais, mais décident finalement de rester fidèles à leurs racines. Ils investissent dans un grand domaine dans la plaine de la Bekaa au Liban, appelé Marsyas.

    L’aventure syrienne fut plus complexe, mais le gouvernement syrien appuya la démarche et un décret ministériel, taillé sur mesure pour le Bargylus, permit de lancer l’exploitation. Des professionnels français sont venus former les employés locaux et conseiller les deux entrepreneurs.

    DDB-R2006.jpgLa guerre a failli tout remettre en cause. Les islamistes ont occupé des villages non loin de domaine et des obus ont atteint les vignes. Surtout, il n’est plus possible pour les deux frères de se rendre en Syrie. Même si les combats se sont éloignés grâce aux succès de l’armée syrienne, les risques d’enlèvement sont trop grands.

    Alors on travaille depuis Beyrouth et la Bekaa. Les vendanges sont organisées au téléphone. Des échantillons sont convoyés depuis la Syrie pour les goûter et prendre les bonnes décisions de vinification. Rien ne décourage les Saadé qui considèrent que la culture du vin est un acte de résistance face à la menace islamiste.

     D’ailleurs Deir Touma, le nom du village, veut dire Couvent de Thomas. Les moines aussi se sont beaucoup occupé de la vigne au Proche-Orient. Il est heureux que cette tradition perdure. ■

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.