Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LAFAUTEAROUSSEAU - Page 3

  • Les lundis de Louis-Joseph Delanglade

     Fond d'image XXX.jpgInformation

    Les Lundis de Louis-Joseph Delanglade ce sont des analyses et des réflexions - hebdomadaires (hors vacances scolaires) - sur l'actualité politique (politique intérieure et politique étrangère généralement alternées) qui synthétisent ou définissent les positions de Lafautearousseau. A savoir notre ligne politique. 

    C'est pourquoi ces chroniques sont regroupées depuis leur origine (20.11.2012) et toutes consultables dans une annexe de Lafautearousseau :  

    Les lundis de Louis-Joseph Delanglade, 

    Elles forment aujourd'hui une somme de plus de 120 chroniques traitant de différentes sortes de sujets d'importance nationale ou internationale. Dans un esprit d'Action Française actualisé.  

    Vous pouvez donc consulter l'ensemble des chroniques déjà parues, en cliquant sur le lien ci-dessus ou à défaut sur l'icône les lundis de Louis-Joseph Delanglade. (Page d'accueil, colonne de droite).  

  • Les bobards de l’intervention occidentale en Libye et au Kosovo

     

    Par Marc Rousset 

     

    3890715347.jpg

    Quelque chose est en train de bouger ou de changer dans le royaume de France. Il est ahurissant qu’ait pu paraître sur la page 18 entière du Figaro du samedi 3 février 2018 un dossier aussi accusateur et politiquement incorrect que l’interview de Rony Brauman, ex-Président de Médecins sans frontières, par le grand journaliste Renaud Girard, Normalien, adepte de la « Real Politik », épris très souvent de vérité et d’un sens minimum de l’honnêteté intellectuelle.

    Rony Brauman vient en effet de faire paraître son ouvrage intitulé : « Guerres humanitaires ? Mensonges et intox » (éditions Textuel). Cette chronique dans le premier quotidien français pourrait être le point de départ d’une commission d’enquête parlementaire française sur les mensonges politico-médiatiques lors de l’intervention en Libye. Les accusations de Rony Brauman sont d’autant plus graves que le Parlement britannique a mené une enquête qui a confirmé la réalité des bobards. L’ancien Président Obama a pu qualifier l’expédition en Libye, tant vantée pourtant par Hillary Clinton, de « plus grande erreur de sa présidence ».

    guerres-humanitaires-rony-brauman-161x300.jpgLes bobards dépassent en intensité ceux des armes de destruction massive de Saddam Hussein pour justifier l’intervention américaine en Irak. On peut mieux comprendre à la lumière de cet ouvrage l’indignation des Russes et le désir de Poutine de ne pas être de nouveau le dindon de la farce en Syrie.

    Contrairement à ce qui a été prétexté, la rébellion armée de Benghazi était parfaitement à même de se défendre et de protéger son territoire. Personne n’a jamais vu, à supposer qu’elle ait existé, la prétendue colonne de chars de Kadhafi. Il n’était de toute façon pas nécessaire de commencer une guerre ; de simples survols de la « colonne fantôme » ou des tirs d’arrêt auraient suffi.

    Le colonel Kadhafi qui prétendait dans ses discours enflammés aller chercher les opposants « ruelle par ruelle », n’avait pas les moyens d’écraser la rébellion de Benghazi. L’attaque de manifestants à Tripoli par les avions de Kadhafi n’a également jamais eu lieu. Sarkozy, Cameron et Obama ont pu cependant déclarer : « Un chef d’Etat qui envoie son aviation contre son peuple n’est plus digne de gouverner ; il doit partir ».

    De même les charniers de Benghazi et de Tripoli n’ont jamais existé. Le représentant de la ligue libyenne des droits de l’homme faisait pourtant état de six mille morts ensevelis à la hâte en une dizaine de jours. La quasi-totalité des médias, des hommes politiques et des intellectuels ont repris et divulgué en 2011 cette fausse information.

    IL y a ceux qui voient ce qu’ils croient et ceux qui, comme les patriotes, croient ce qu’ils voient. La guerre était en réalité voulue par l’Occident. Il s’est passé seulement 5 semaines entre la première manifestation à Benghazi du 15 février 2011 et l’attaque aérienne française du 19 mars. Toutes les tentatives de médiation (Union africaine, Turquie, Sénégal, Afrique du Sud) ont été repoussées. Voilà ce que le politiquement correct et l’infâme BHL appellent une guerre juste !

    A noter qu’il en a été de même pour la guerre déclenchée par l’Otan en mars 1999 qui a bombardé pendant 83 jours Belgrade et les populations civiles serbes alors que la  Serbie souhaitait reprendre le contrôle du Kosovo, son berceau mythique ancestral avec ses monastères, perdu le 28 juin 1389 face à l’empire ottoman lors de la bataille du Champ des Merles, envahi par l’immigration d’origine albanaise devenue majoritaire.

    La véritable raison de l’agression par l’hyper-puissance américaine était alors le désir de justifier le maintien de l’organisation militaire de l’OTAN, de narguer les Nations-Unies, la Chine, l’Europe et la Russie, d’affaiblir l’Europe en favorisant le multi-ethnisme et l’islam, de poursuivre l’expansion militaire à l’Est et d’implanter la plus grande base militaire hors des Etats-Unis de « Bondsteel » forte de 10 000 hommes.

    Le droit de l’hommiste Bill Clinton avait eu alors le toupet de dire : « Nous intervenons pour édifier un Kosovo pacifié et multi-ethnique ».  • 

    41LRKbfMFHL._SL300_.jpg

    Économiste

    Ancien haut dirigeant d'entreprise

  • La banquet des Camelots du Roi de Provence s'est tenu samedi soir à La Ciotat

     

    1026011746.jpgCi-dessus, une première image de ce banquet sympathique et fervent, dans la tradition des Camelots du Roi, telle qu'elle s'est toujours maintenue en Provence. 

    La soirée s'est déroulée, comme il convenait, sous la présidence de Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale, l'organisation historique de l'Action Française en Provence. Il lui revenait de souhaiter la bienvenue aux participants. Guy Bertran responsable de l'Action Française Provence y est intervenu brièvement car - autre point de la tradition - il n'y a pas de discours dans les banquets de Camelots du Roi...

    Le repas et les chants ont suivi avant qu'un ancien, fils et petit-fils de Camelot ne remette l'insigne prestigieux porté par nos aînés à un jeune militant qui reprend la flambeau. « Au nom des traditions de l'Action Française, je te remets l'insigne des Camelots du Roi »... Telle est la formule consacrée.

    Les jeunes étaient d'ailleurs nombreux et dynamiques à ce banquet très réussi.  LFAR

  • Ephéméride du 19 février

     

    13 mars,germain pilon,renaissance,francois premier,henri ii,saint denis,jean goujonIl y a treize jours, dans l’année, pendant lesquels il ne s’est pas passé grand-chose, ou bien pour lesquels les rares événements de ces journées ont été traités à une autre occasion (et plusieurs fois pour certains), à d'autres dates, sous une autre « entrée ».

    Nous en profiterons donc, dans notre évocation politico/historico/culturelle de notre Histoire, de nos Racines, pour donner un tour plus civilisationnel  à notre balade dans le temps; et nous évoquerons, ces jours-là, des faits plus généraux, qui ne se sont pas produits sur un seul jour (comme une naissance ou une bataille) mais qui recouvrent une période plus longue.

    Ces jours creux seront donc prétexte à autant d'Evocations :  

    1. Essai de bilan des Capétiens, par Michel Mourre (2 février)

    • 2. Splendeur et décadence : Les diamants de la Couronne... Ou : comment la Troisième République naissante, par haine du passé national, juste après avoir fait démolir les Tuileries (1883) dispersa les Joyaux de la Couronne (1887), amputant ainsi volontairement la France de deux pans majeurs de son Histoire. (12 février)

    • 3. Les deux hauts lieux indissociables de la Monarchie française : la cathédrale Notre-Dame de Reims, cathédrale du Sacre, et la Basilique de Saint-Denis, nécropole royale. I : La cathédrale de Reims et la cérémonie du sacre du roi de France. (15 février)

    • 4. Les deux hauts lieux indissociables de la Monarchie française : la cathédrale Notre-Dame de Reims, cathédrale du Sacre, et la Basilique de Saint-Denis, nécropole royale. II : La basilique de Saint-Denis, nécropole royale. (19 février)

    • 5. Quand Le Nôtre envoyait à la France et au monde le message grandiose du Jardin à la Française. (13 mars)

    • 6. Quand Massalia, la plus ancienne ville de France, rayonnait sur toute la Gaule et, préparant la voie à Rome, inventait avec les Celtes, les bases de ce qui deviendrait, un jour, la France. (11 avril)

    • 7. Quand Louis XIV a fait de Versailles un triple poème : humaniste, politique et chrétien. (28 avril)

    • 8. Les Chambiges, père et fils (Martin et Pierre), constructeurs de cathédrales, élèvent à Beauvais (cathédrale Saint-Pierre) le choeur ogival le plus haut du monde : 46 mètres 77 (4 mai)

    • 9. Quand la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais a reçu, au XIIIème siècle, son extraordinaire vitrail du Miracle de Théophile (28 mai)

    • 10.  Quand Chenonceau, le Château des Dames, à reçu la visite de Louis XIV, âgé de douze ans, le 14 Juillet 1650. (26 juillet)

    •  11. Le Mont Saint Michel (11 août)

    •  12. Quand François premier a lancé le chantier de Chambord. (29 septembre)

    •  13. Quand Léonard de Vinci s'est installé au Clos Lucé. (27 octobre) 

    2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlis 

    Aujourd'hui : Les deux hauts lieux indissociables de la Monarchie française : la cathédrale Notre-Dame de Reims, cathédrale du Sacre, et la Basilique de Saint-Denis, nécropole royale.

    II : La basilique de Saint-Denis, nécropole royale (précédent : Reims, la cathédrale du Sacre,  éphéméride du 15 février) 

    mobilier_orants.jpg

     Pour en savoir plus : 

    • notre album (49 photos) : La Basilique de Saint Denis, nécropole royale.  

    • et ce même album mis « en mouvement et en musique »

    https://vimeo.com/42829624

    Lire la suite

  • Culture • Loisirs • Traditions

  • Famille de France • Le prince Jean rend hommage au prince Henrik de Danemark

     

    Le Dauphin de France, Monseigneur  le duc de Vendôme, a rendu hommage au prince Henrik de Danemark en publiant ce mercredi un message sur sa page Facebook : 

    « J’ai eu la tristesse d’apprendre la mort cette nuit du prince Henrik de Danemark, époux de la reine Margarethe II. Il était d’origine française et nos deux familles ont toujours été très liées. C’était un homme très cultivé, au tempérament artiste et bon vivant. Je garde de lui d’excellents souvenirs et je le confie à vos prières » 

    armes-du-dauphin-de-france-300x295.jpg

    Le site du Prince Jean de France

  • Société & Littérature • Michel Déon sans sépulture à Paris ? Antigone recommencée

     

    par Gérard Leclerc

     

    2435494823.jpg

    Étienne de Montéty a révélé cette étrange histoire dans Le Figaro. L’écrivain Michel Déon, membre de l’Académie française, se trouve privé de sépulture. Sa fille qui détient les cendres de son père, n’a pas obtenu de la mairie de Paris l’autorisation de les inhumer dans un cimetière de la capitale. Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de la Compagnie, n’a pas eu plus de succès auprès d’une autorité inflexible. Pénélope Komitès, adjointe chargée des affaires funéraires, affirme qu’elle n’a pas le droit de transiger avec les règles fixées par le code général des collectivités territoriales. Celles-ci exigent pour l’obtention d’une sépulture que la personne défunte soit domiciliée sur le territoire de la commune, ou à défaut qu’elle y dispose déjà d’une tombe, ou encore qu’elle soit inscrite sur les listes électorales. Michel Déon ne satisfaisant à aucune de ces conditions, la stricte égalité républicaine exigerait un refus sans équivoque à la requête de sa fille et de l’Académie française.

    antigone_deon_creon_hidalgo-570x300.jpgMais de bons juristes objectent à cet interdit que les conditions indiquées par Mme Komitès n’excluent nullement la possibilité d’une dérogation. Certes, lorsqu’elles ne sont pas remplies, la commune a la possibilité d’imposer son refus, mais elle peut parfaitement accepter, elle est libre de le faire. L’objection n’a pas troublé Anne Hidalgo qui a acquiescé aux raisons invoquées par son adjointe. Mme la maire de Paris a-t-elle entendu parler d’une certaine Antigone, l’héroïne de Sophocle, une des figures majeure de la tragédie grecque ? Sinon, on lui conseille très vivement de se faire communiquer la pièce dans une des excellentes bibliothèques de la capitale. Le centre Beaubourg tout proche de l’Hôtel de ville se ferait un honneur de lui rendre pareil service.

    Car la fille de Michel Déon est bien dans la situation d’Antigone. Antigone ne plaidait pas pour la sépulture de son père, mais pour celle de son frère. Le tyran Créon s’y opposait, invoquant lui aussi les lois de la cité. Mais Antigone résista de toute son âme, invoquant, pour reprendre les termes d’un écrivain cher au romancier, « les dieux de la religion, les véritables lois fondamentales de la Cité, les sentiments de la Cité vivante ». On vous en supplie, Mme Hidalgo, ne vous mettez pas dans la fâcheuse posture du tyran Créon, accueillez au plus vite la requête d’Antigone.    

    Gérard Leclerc

    Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 15 février 2018

  • Ephéméride du 18 février

     Premier vol en hélicoptère, le 18 février 1921

     

    1800 : Louis de Frotté est fusillé  

    Au plus fort de ses succès, il avait réussi à entraîner une troupe de plus de dix mille hommes.

    Le Premier Consul - Bonaparte... - avait fait presque une affaire personnelle de l'élimination du « Général des royalistes de Normandie ».

    Arrêté par traîtrise à Alençon, alors qu'on lui avait délivré un sauf-conduit pour aller négocier, il sera condamné par une commission militaire, sans avocat ni témoin. 

    250px-Louis_de_Frott%C3%A9.jpg
     
    À la guerre de Vendée - « Guerre de Géants », pour citer Napoléon - ont succédé des guérillas de l'ombre, les chouanneries, qui, par landes et forêts, harcèlent les gouvernements de la République, de la Convention jusqu'au Consulat, de 1793 à 1800.

    Partout, pour Dieu et pour le Roi, l'Ouest se rebelle, au sud de la Loire, en Bretagne, dans le Maine et l'Anjou. La Normandie n'est pas en reste. Dès l'automne de 1793, des bandes s'y organisent : Louis de Frotté en prend le commandement en 1795.

    Il sera le dernier Général des Chouans, « ce Frotté à l'écharpe blanche, tué par le fusil des gendarmes, avec un sauf-conduit sur le cœur » qu'évoque Barbey d'Aurevilly dans L'Ensorcelée.            

    Dans notre album : Totalitarisme ou Résistance ? Vendée, « Guerres de Géants » voir les deux photos, « Frotté » et « La stèle de Louis de Frotté » 

    18 fevrier,frotté,bernadette soubirous,lourdes,helicoptere,oehmichen 

    Lire la suite

  • Culture • Loisirs • Traditions

  • Education • L’effet Jean-Michel Blanquer

     

    par Gérard Leclerc

     

    2435494823.jpg

    Pardon de mon ignorance, mais lorsque fut annoncée la liste du gouvernement d’Édouard Philippe, le nom de Jean-Michel Blanquer m’était inconnu. Fort heureusement, il me fut signalé sur le champ que sa nomination comme ministre de l’Éducation nationale pourrait être la meilleure bonne surprise de cette nouvelle équipe appelée à gouverner le pays. N’avait-elle pas provoqué une mimique singulière de réprobation de la précédente titulaire de la rue de Grenelle, Najat Vallaud-Belkacem ? Ce pouvait être le signal que quelque chose d’essentiel se préparait. Et de fait, depuis lors, tout ce qui s’annonce par la voix du ministre paraît décisif pour un véritable redressement de notre système scolaire. Je sais que Jean-Michel Blanquer a ses adversaires qui dénoncent un retournement total par rapport au projet d’après-guerre qui voulait promouvoir le plus grand nombre possible grâce à un modèle unique, capable de réduire les inégalités.

    Mais cette objection n’arrive pas à me convaincre, car je ne crois pas du tout que ce système ait contribué à réduire les inégalités. Il a abouti, au contraire, à enfermer dans l’échec ou à conduire sur des voies de garage un nombre considérable de jeunes, alors que la culture générale de l’ensemble s’affaiblissait. Pour notre système, les évaluations auxquelles procèdent les enquêtes internationales se sont révélées cruelles. Alors, un homme qui à lui seul prend, si j’ose dire, le taureau par les cornes pour nous tirer de la spirale de l’échec, est par définition estimable.

    Je serais incapable de faire une synthèse des inflexions voulues par le ministre, qui s’accumulent de semaine en semaine. Nous en sommes, en ce moment, à la réforme du baccalauréat, un très gros dossier. Je n’en retiens qu’un détail significatif, qui concerne la philosophie. Celle-ci est définie par le rapport Mathiot, qui inspire l’esprit et les lignes de force de cette réforme, comme « une épreuve universelle ». Pour moi, c’est une excellente nouvelle, même si on peut s’interroger sur la façon dont on pourra éveiller l’intérêt des jeunes gens pour une réflexion fondamentale, que le naufrage de la culture générale a sabordé. Le principal, c’est que se réveille le désir de cette réflexion qui ouvre au sens et au goût de la vie.   

    Gérard Leclerc

    Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 14 février 2018

  • Société • « De la neige à Paris, au mois de février ! » par Éric Zemmour

     

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgBILLET - Les intempéries de ces derniers jours ont bouleversé la vie des Français. De la neige à Paris : pouvait-on encore y croire ? « Notre époque était vraiment celle de tous les possibles et de tous les exploits », raille Éric Zemmour. [RTL 8.02]. Une satire désopilante, bourrée d'esprit, emplie de sens. Satire de la société postmoderne, idéologiquement écologiste, mais existentiellement coupée de la nature comme jamais. C'est bien clair : Zemmour est mieux qu'un réactionnaire : un antimoderne.   LFAR

     

    Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge 

    C'était un événement inédit, un événement inouï, hors du commun. Les enfants ne l'avaient jamais vu et les plus vieux souhaitaient le revoir une dernière fois avant de mourir.

    On tapotait nerveusement sur son téléphone portable pour être sûr que la rubrique météo ne nous trompait pas. La baisse des températures nous avait bien alertés, mais on ne voulait pas y croire. Les plus méfiants avaient balayé l'information d’un revers de main.  

    Éric Zemmour

  • Cinéma • Vers la lumière

     

    Par Guilhem de Tarlé 

    Vers la lumière, un drame de Naomi Kawase, avec Ayame Misaki 

    Il y a deux ans exactement, après ne pas avoir goûté Les Délices de Tokyo, de la même réalisatrice, j’avais dit que je ne me japonerai pas au cinéma asiatique…

    Je récidive, et je récidive d’autant plus que ce scénario Vers la lumière est encore en-deçà du précédent, et ladite lumière n’éclaire même pas les quelques jolies photos éparses au milieu des Délices. 

    Ce film, en outre, cultive le paradoxe qui nous emmène dans l’univers des « malvoyants » dans le cadre de la réalisation d’un film en « audiodescription ».

    J’avoue que cette expression m’intriguait, que j’ai maintenant parfaitement comprise. L’aveugle ne pouvant pas voir les images qui défilent sur l’écran, l’audiodescription consiste précisément à les lui décrire, les lui commenter, les lui faire ressentir et surgir dans son imagination.

    Dommage, une fois encore, que la réalisatrice n’ait pas eu, pour son long (et très lent) métrage, l’idée lumineuse de  mettre cette audiodescription en pratique, au lieu de nous imposer  un sous-titrage à la fois rapide et ennuyeux. 

    Je dois dire que le critique Frédéric Pic, sur TV Liberté, avait insisté sur la difficulté d’entrer dans le film…

    Moi… Je n’y suis pas entré.   

    PS : Je vous propose mon blog  Je ciné mate avec déjà une quarantaine de films. Vous pouvez vous y abonner (en bas à droite) pour recevoir automatiquement les mises à jour et surtout y retrouver d’anciennes notices grâce au bouton Recherche (je continuerai de le compléter progressivement, à votre demande, de mes « critiques » 2016 et 2017)Merci, outre vos commentaires éventuels, de m’indiquer les difficultés que vous rencontrez, les corrections nécessaires ou les améliorations à apporter à ce blog.   https://jecinemat.wordpress.com

  • Provence : Le banquet des Camelots du Roi 2018 aura lieu ce samedi 17 février. Qu'on se le dise !

     

    IMG.jpgLe prochain banquet des Camelots du Roi de Provence est fixé au samedi 17 février 2018 à 20 heures.

    Ce banquet se tient dans la tradition et dans l'esprit des Camelots du Roi, anciens et à venir. Banquet privé, sur invitation, réservé aux Camelots du Roi de Provence et à leurs invités.

    Fondés en 1908 pour servir l'Action Française, les Camelots du Roi ont été dissous en 1936 par le gouvernement d'alors mais leurs traditions, leur esprit ont toujours été maintenus.

    La participation des anciens des Camelots du Roi est vivement souhaitée. Les jeunes militants d'Action Française sont également bienvenus.

    Les lecteurs de Lafautearousseau qui souhaiteraient participer peuvent en faire la demande [Par courriel : lafautearousseau@outlook.fr ou téléphone : 06 08 31 54 97].

    Prix du banquet : Jeunes 15 € - Anciens : 25 €

    Règlements avant le 10 février

    Par chèque à l'ordre de la Fédération Royaliste Provençale (F.R.P. 48 rue Sainte-Victoire 13006 Marseille)

     Par PayPal en spécifiant « Banquet des Camelots du Roi »

    Le lieu du banquet sera communiqué à chaque participant dès réception du règlement.