Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

...et les Etats latins d'Orient...(II/II)

...et les Etats latins d'Orient...(II/II)

La libération de la terre sainte voit la création de 4 Etats latins d'Orient conquis sur les terres du Dar al-Islam :
- Le comté d'Edesse. (1098)
- La principauté d'Antioche. (1098)
- Le comté de Tripoli. (1109)
- Le royaume de Jérusalem. (1099)

Ces Etats s'intitulent comté, principauté ou royaume. Bien que les croisades soient préchées par le pape et les évêques, ce sont des comtes, princes et rois qui mènent les soldats et pélerins.
Pour eux les croisades sont autant un pélerinage armé que la possibilité de s'approprier terres et richesses.

La position stratégique des Etats Latins d'Orient est difficilement défendable. Au sud, à l'Est et au Nord ils sont cernés par le Dar al-Islam.
Aussi ces Etats ont-ils constamment besoin de ravitaillement et renforts : les croisades de secours. Pour celà, ils ne peuvent compter que sur la route terrestre, qui passe par l'empire byzantin (1 an de marche) ou par les liaisons maritimes (1 mois de navigation). D'où deux conséquences :
La construction de nombreuses places fortes comme le krak des chevaliers. Elles permettent une guerre de position justifiée par la défense du territoire avec peu d'hommes en attendant les croisades de secours.
L'importance des cités maritimes, seules capables de fournir les bateaux pour assurer le ravitaillement et le transport des troupes. Ce sont Gênes, Venise et Pise.

Par ailleurs, et dans de tout autres domaines, un évènement aussi considérable que les Croisades, par leur nombre, leur durée et leur intensité, ne pouvait pas ne pas affecter profondément et durablement les sociétés européennes, bien au-delà du seul aspect religieux.

Du point de vue politique et humain, les Croisades servent à l'Europe en général, à la France en particulier, de défouloir. Elles sont l'occasion, pour le royaume, de trouver du calme : les seigneurs belliqueux et les frustrés du pouvoir peuvent déverser leur trop-plein d'energie, et leur agressivité sur les musulmans au lieu de s'en prendre à d'autres seigneurs : le puissant mouvement qui les a envoyaés guerroyer en Orient a donc aidé à ramener la paix en Occident.

Du point de vue géopolitique, les Croisades sont à l'origine des 4 états latins d'Orient qui survivront selon les cas de 50 ans (pour Edesse) à 2 siècles (pour Acre), du royaume de Chypre (3ème croisade) et de l'empire latin de Constantinople (4ème croisade).

Du point de vue culturel, on constate que la découverte d'un monde jusqu'alors inconnu aux occidentaux s'est opérée dans les états latins d'Orient . Le contact des civilisations donnera lieu à des emprunts ou échanges entre les deux cultures.

Du point de vue commercial : les courants commerciaux qui traversent la Méditerranée se modifient en se focalisant moins autour de Constantinople ou Alexandrie pour s'étendre en Syrie et au Liban, et la marine va globalement profiter de ce nouvel essor.

Une autre conséquence lointaine - et, au départ, forcément inattendue... - des Croisades : en vue de leur financement, chaque sermon se terminait par une invitation à faire des aumônes. Dès le fin du XIIe, les bulles des croisades précisaient que l'indulgence pouvait être acquise à ceux qui, incapables de partir eux-mêmes, fournissaient une aide pour l'équipement et l'entretien des croisés. Il s'agit du début du système de " rachat de voeux", qui susciterait, bien plus tard, de vives critiques....

Enfin, plus anecdotique, les croisés rapportèrent du Proche Orient des arbres fruitiers comme l'abricotier ou le pêcher; des fruits et des légumes nouveaux, comme le melon, les oranges, les citrons, les courges, les poivrons firent leur apparition sur les marchés en France et changèrent les habitudes culinaires des gens. Le citron est en fait le résultat de plusieurs hybridations réalisées en Asie entre le cédrat, la lime et le pamplemousse (ce fruit n'existe pas sous forme sauvage).