Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Activités, Manifestations diverses - Page 3

  • A lire, demain mardi ...

     

    D_ccb64c0fc3.jpgNous lirons avec un réel intérêt cet article d'Hilaire de Crémiers qui resitue Charles Maurras à sa vraie place et lui rend toute sa dimension.

    Lafautearousseau, en revanche, ne fera pas grand cas de l'émission Les Terriens du Dimanche diffusée hier sur C8, pas plus que du reportage sur la maison de Charles Maurras à Martigues, réalisé par Franz-Olivier Giesbert.

    Tout d'abord en raison de la quasi-vacuité du dit reportage, ensuite eu égard aux propos grossiers de Franz-Olivier Giesbert lors du débat.   

    Notons toutefois que Luc Compain, porte-parole de l'Action Française en la circonstance, a fort opportunément rappelé au cours du reportage, notre demande, maintes fois exprimée ici, que la Maison du Chemin de Paradis soit classée parmi les Maisons des Illustres, label qui est décerné par le ministère de la Culture.  Lafautearousseau  

  • Un reportage sur la maison de Charles Maurras à Martigues aujourd'hui, dimanche sur C8. A ne pas manquer !

     

    Retrouvez ce dimanche 11 février à 19:05 dans l'émission Les Terriens du Dimanche sur C8, un reportage sur la maison de Charles Maurras à Martigues.

    Notre porte-parole en Provence, Luc Compain, était invité à s'exprimer sur ce sujet !   •

  • Le numéro de février de Politique magazine est paru : « L'homme de Davos »

     

    Et c'est un excellent numéro de Politique magazine, après les livraisons du dernier trimestre 2017. Nous publierons dans les prochains jours les analyses d'Hilaire de Crémiers. LFAR

    Au sommaire de ce nouveau numéro :

    UN DOSSIER : LACTALIS, pourquoi et comment 

    L'IMMIGRATION : la vraie question

    RELATIONS INTERNATIONALES : le déséquilibre

    Et aussi dans ce numéro…  54 pages d’actualité et de culture !

    IMG.jpg

    S’abonner à Politique magazine

  • Café Actualité d'Aix-en-Provence, prochaine réunion ce mardi 6 février. A ne pas manquer !

     

    Que faut-il en penser ? Régression sociale ou libéralisation du travail favorable à l'économie.?

    Venez débattre de ces questions essentielles qui feront l'objet d'un colloque en préparation.  

    18 h 45 : accueil. Entrée libre.

    19 h : conférence et débat animé par Antoine de Crémiers

    20 h 30 : fin de la réunion.

    Participation sous forme de consommation.

    Consommations à commander et régler au bar en arrivant. Merci !

    La soirée s'achèvera par un dîner réunissant les participants qui le souhaitent. 

    Inscriptions et renseignements: 06 16 69 74 85

  • Grenoble : ce lundi 5 février, conférence d'Antoine de Crémiers au Centre Lesdiguières. A ne pas rater

     

    L'effacement du bien commun signe la mort du politique, puis celle de la société.

    Cette disparition n'est-elle pas la cause essentielle de notre impuissance ? Peut-on espérer restaurer le politique comme souci du bien commun ?

    Ce bien commun est celui qui prend en compte la nécessité de transmettre un patrimoine collectif qui est la colonne vertébrale de la nation.

    Par un étrange retournement, l'idée d'un bien commun est aujourd'hui combattue comme source de violence... Parlons en ..  

    CONTACT

    centreslesdiguieres@laposte.net

  • Mémoire [Vidéo] • A Marseille, ferveur de la messe dite le 20 janvier pour Louis XVI et les victimes de la Révolution

     

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgCe sont des dizaines de messes pour le roi Louis XVI qui ont été dites en France, aux Etats-Unis, en Belgique, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, et en bien d'autres lieux, autour du 21 janvier.

    Nous en avons annoncé ici près de quatre-vingt, auxquelles s'ajoutent toutes celles dont certainement nous n'avons pas eu connaissance. Des messes nombreuses et recueillies, mais aussi beaucoup de rencontres, conférences, débats et manifestations de diverses sortes. En ces temps de trouble et d'inquiétude, le besoin de racines, de retour aux sources, nationales et historiques, apparaît ainsi bien plus prégnant qu'aux époques d'insouciance. Ainsi ces évocations du roi Louis XVI, du martyre de la famille royale et des horreurs révolutionnaires, prend-il un tour très actuel.

    A Marseille, samedi 20 janvier, à 11 h, une très belle messe, fervente et recueillie, a été célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul, en la basilique du Sacré-Coeur en présence d'une nombreuse assistance, et ce avant la rencontre enrichissante et réussie qui devait se tenir l'après-midi. 

    Voici, aujourd'hui, le reportage réalisé par nos soins, sur cette très belle célébration. L'homélie qui y a été donnée par Monseigneur Ellul, recteur de la basilique, s'y trouve intégralement. •   

    Messe LOUIS XVI Marseille 2018 from Lafautearousseau on Vimeo.

  • Paris ce vendredi 2 février, Jean-Louis Harouel au Cercle de Flore

     Renseignements : cercledeflore@actionfrancaise.net

     

    Calendrier du Cercle de Florecalendrier.png

  • À bientôt

     
     
    Par François Marcilhac

     

    3466611312.jpg

    Être politique, c’est refuser de se laisser submerger par l’émotion. Nul cynisme, en cela, encore moins de l’indifférence, mais la claire conscience que le devoir demeure, par-delà les aléas. Il ne s’agit pas seulement de mon dernier éditorial, ce qui, en soi, n’aurait aucune importance, même si plus de sept années passées à analyser l’actualité politique à la lumière de l’empirisme organisateur, «  selon le principe du Rempart  », aura été une tâche aussi lourde qu’exaltante ; mais, surtout, ce numéro est le dernier de L’Action Française 2000, puisque nous sommes contraints de cesser notre parution en raison de problèmes financiers que nous ne pouvons plus éluder. Cela peut paraître, en un sens, une victoire de l’oligarchie et de ceux pour qui la parole et l’action patriotes doivent absolument disparaître du paysage national. Avec la nation elle-même. Ils ont même remporté une autre victoire, cette semaine, avec le retrait de Maurras du Livre des commémorations nationales de 2018, à la suite d’une polémique qui en dit long sur l’état moral et intellectuel de nos élites autoproclamées, lesquelles font régner leur dictature sur le pays. La mutilation de la mémoire nationale, c’est évidemment celle de notre héritage, et donc de notre compréhension de nous-mêmes et, pour finir, de notre identité. Or, que cela plaise ou non, Maurras en fait pleinement partie.

    L’heure du renouveau

    Pourtant, que l’oligarchie et ses idiots utiles ne se réjouissent pas trop vite de ce qui peut apparaître au premier abord comme un recul de leurs adversaires à la fois les plus résolus et les plus conséquents. Si des raisons financières ne nous permettent plus de continuer de paraître, celles-ci ne disent rien ni de notre développement ininterrompu depuis cinq années, où nous avons vu le nombre des adhérents croître de manière exponentielle, comme en témoigne le succès sans cesse grandissant de notre université d’été et de nos actions militantes sur tout le territoire, ni, surtout, du progrès de nos idées en France, devant la déliquescence d’un régime dont le replâtrage macronien dissimule de plus en plus mal la décomposition – les dernières révélations sur l’affaire Fillon donnent la nausée en confirmant la nature de ce régime. Il nous faut tout simplement repenser notre présence politique pour accompagner notre renouveau. Comment n’entamerions-nous pas cette nouvelle étape avec exaltation l’année du cent cinquantième anniversaire de la naissance de Maurras, alors même que, une fois nettoyée de ses scories historiques – la tradition est critique –, sa doctrine demeure toujours aussi pertinente, voire d’une urgence tragique  ? Chaque jour qui passe confirme, malheureusement, la nécessité d’en finir avec un régime auquel le pays doit, depuis deux siècles, ses principaux malheurs et son érosion lente mais continue.

    Depuis sa naissance, en dépit des accidents de l’histoire, l’Action française a toujours été à la fois un journal et un mouvement politique. Les Camelots du Roi ont toujours été au centre de son action et ceux d’aujourd’hui n’ont en rien démérité de leurs aînés. Que ce soit l’occasion pour toute l’équipe de L’Action Française 2000 de saluer leur courage et leur abnégation. Ils sont le fer de lance de cette royalisation du pays sans laquelle rien ne sera jamais possible. Oui, l’année 2018 sera bien une année maurrassienne, n’en déplaise à tous les censeurs et diffamateurs de la pensée de notre maître. Notre site prend le relais – je vous y retrouverai chaque semaine. Les rédacteurs de La Nation Française, dans leur manifeste publié à la une du premier numéro, le 12 octobre 1955, déclaraient qu’ils s’efforceraient «  de résoudre chaque problème réel en fonction de l’intérêt bien entendu des Français honnêtes gens et efficaces, présents ou à venir, intérêt qui porte finalement le nom d’Intérêt national  », car «  le peuple français, qui travaille et subit le désordre établi, demeure sain dans ses profondeurs  »  ; «  sa décadence est surtout le fait de fausses élites qui l’aveuglent d’un écran de grossiers mensonges et l’étourdissent de modes et de mots  ». Avant d’ajouter  : «  Pour la plupart, les rédacteurs de ce libre journal pensent qu’une monarchie moderne, dessinée par l’expérience, sévère à toute vieillerie, serait la moins coûteuse condition de notre survie. Mais c’est le présent, la nécessité de rendre ce présent raisonnable et de créer enfin un esprit public, qui les a réunis.  » Telle sera toujours notre ambition  : parler au nom de l’intérêt commun, en vue de créer cet esprit public nécessaire à la résurrection de la patrie, tout en travaillant à la royalisation du pays, qui seule pourra donner un sens pérenne à la renaissance d’un esprit public. Comme Maurras en 1899, il nous faut toujours tenter de convaincre les Français, en premier lieu les plus sincèrement patriotes d’entre eux, de la nécessité d’incarner l’esprit public dans la personne du Roi.

    Des devoirs et des tâches

    Car aujourd’hui, assurément, fleurissent, et sont appelées encore à fleurir, ici ou là, des initiatives éditoriales qui vont dans le sens d’une telle renaissance. Nous ne pouvons que nous en réjouir, puisque ces initiatives témoignent, au milieu de la victoire apparente de tous les nihilismes, de cette contre-révolution spontanée en train d’accoucher que Maurras appelait de ses vœux. Toutefois, ces initiatives, pour si sympathiques qu’elles soient, ne vont jamais jusqu’à s’attaquer à la racine même de nos maux  : elles en sont toujours encore, malgré cent cinquante ans de décomposition continue, à chercher les conditions d’une bonne république. Comme si une bonne république n’était pas chose encore plus improbable que la réinstauration du régime qui a fait la France  ! C’est dire combien la présence de l’Action française est nécessaire, sous une forme ou sous une autre.

    «  Il n’y a que des devoirs et des tâches  »  : nous avons fait nôtre ce mot de Boutang au lendemain de la mort de Maurras. Parce que «  qui veut bien quelque chose en veut la condition  » et que «  cette condition préalable, c’est le Roi  »  ; «  pas de Roi, pas de puissance nationale, pas de garantie pour l’indépendance de la nation  »  ; «  pas de Roi, […] pas de résistance à l’étranger de l’intérieur, pas de réformes bien conduites ni sérieusement appliquées  ». Parce que «  c’est en cela précisément que réside le nationalisme intégral  »  ; «  il met en ordre les problèmes français, il permet de les comprendre, et ce qu’ils peuvent offrir de contradictoire sans lui s’accorde en lui parfaitement  »  ; alors, oui, «  la Monarchie est la condition de la paix publique  »  ; «  la Monarchie est la condition de toute renaissance de la tradition et de l’unité dans notre pays  ». Alors oui, «  c’est pour l’amour de cette unité, de cet ordre, que commence aujourd’hui notre guerre quotidienne au principe de la division et du mal, au principe du trouble et du déchirement, au principe républicain  ». Parce que cette déclaration, parue dans le premier numéro de L’Action Française quotidienne, le 21 mars 1908, n’a pas pris une ride, alors oui, nous pouvons conclure comme ses auteurs  : «  À bas la République  ! et, pour que vive la France, vive le Roi  !  » À bientôt  !    

  • Café Histoire de Toulon, ce mercredi 31 janvier avec l'abbé Christophe Beaublat

     

    Christophe Beaublat tient une chronique régulière sur l'écologie intégrale . Il s agit de : «  Prends Soin De La Création » , que l'on peut suivre sur Radio Maria. Dans la continuité de deux causeries 2017 au Café Histoire sur les alter-écologistes et sur le transhumanisme, il évoquera « La décroissance au service du Bien ? ».

    La Décroissance est un sujet à l'ordre du jour au moment ou le Président de la République vient de prendre position sur l'aéroport de Notre-Dame des Landes. La problématique de la décroissance est-elle bien comprise des Français ? Est-elle tout simplement connue ? Pour sa part l'abbé Beaublat considère que les Papes nous ont fourni TOUS les éléments nous permettant de faire face à la crise écologique dans laquelle nous nous enfonçons. Il expliquera pourquoi.  

    Le Grall, Pub associatif des missionnaires de la Miséricorde (adhésion 1 €)
    377 avenue de la République , 83000 Toulon
    La soirée pourra se poursuivre autour d’une pizza (Participation aux frais)
    Contact : cafehistoiredetoulon@gmail.com

  • Vive Maurras !

    XVM6ccf6ac0-0414-11e8-b81b-18ee966ba3e1.jpg

    La milice de la pensée aura donc eu rapidement gain de cause : Mme Nyssen, ministre de la culture, n’écoutant que son courage, a retiré Maurras du Livre des commémorations nationales de 2018 à peine la polémique a-t-elle commencé à gonfler. 

    La France ne célébrera donc pas officiellement un de ses plus grands écrivains et philosophes politiques. Ne lui en déplaise, Mme Nyssen vient au moins de confirmer une thèse de Maurras : l’incapacité du pays légal à se réformer en sortant de ses ornières. Par cette mesure, il cherche simplement à priver le pays réel de la redécouverte d’un penseur et d’un acteur majeurs de la France du XXe siècle, que toute l’intelligence de l’époque a célébré : Proust, Apollinaire, Cocteau, Kessel, Malraux, De Gaulle ou même Lacan.

    Mais Mme Nyssen a préféré écouter les voix du politiquement correct, de l’antiracisme subventionné et de la libre pensée plutôt que celle de la pensée libre. De l’ancien Premier ministre Manuel Valls, allié pour ce mauvais coup au député de la France I’ “islamo-gauchiste” Alexis Corbière, aux inévitables chiens de garde de SOS Racisme et de la LICRA ou à Frédéric Potier, Délégué interministériel à la Lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les haines anti-LGBT (cela ne s’invente pas), le chœur des pleureuses a obtenu du Gouvernement une censure qui n’a qu’un objectif : mutiler la mémoire nationale de celui qui voyait dans le racisme son “plus vieil ennemi intellectuel” ou déclarait en 1934 : « Je le répète : il n’y a pas de plus grand danger national que l’hitlérisme et le soviétisme. À égalité ! Et ces égaux-là sont faits pour s’entendre. La carte le confirme. L’avenir le vérifiera. »

    Parce qu’en macronie on ne fait pas les choses à moitié, Mme Nyssen a également convoqué, comme un magistrat des primo-délinquants pour un rappel à la loi, les membres du Haut-comité qui a présidé au Livre des commémorations, parmi lesquels l’académicienne Danièle Sallenave et les historiens Jean-Noël Jeanneney et Pascal Ory. Iront-ils à repentance ?

    Qu’importe, au fond. Grâce aux censeurs, l’année Maurras est désormais lancée. Et l’Action française peut d’ores et déjà annoncer qu’entre rééditions chez de grands éditeurs, publications et colloques, elle sera riche.  

    Communiqué du Centre Royaliste d'Action Française

  • Louis XVI 2018 ! Une très, très longue liste ... Et les derniers rendez-vous aujourd'hui ...

     

    Women's_March_on_Versailles01.jpg

    « On est près du grand mouvement de l’inversion ». Lequel ? Celui qui mettra en cause la Révolution, la Révolution historique (« La terreur est dans son ADN ») mais aussi la Révolution agissant aujourd’hui. « Il y a des signes du sursaut ; des gens qui bougent ; des voix qui s’élèvent et qui parlent de plus en plus fort ». Philippe de Villiers 

    Vous trouverez ici, au fur et à mesure qu'elles seront annoncées, les messes et activités prévues dans votre région - du moins, toutes celles dont nous aurons eu connaissance. Vous aurez certainement à cœur d'y prendre part. Il ne s'agit pas de simples commémorations et votre présence, nombreuse, leur donnera leur plein sens actuel.  

    Annonces

    Nous publierons ici la liste des messes, conférences, débats et manifestations dont nous aurons eu connaissance. Une très très longue liste ...

    Les organisateurs de messes et manifestations autour du 21 janvier 2017 peuvent, d'ores et déjà, nous en communiquer les détails, pour être publiés ici. [Courriel : lafautearousseau@outlook.fr]

    VENDREDI 19 JANVIER

     Fontainebleau : 18h45, Eglise du Carmel, 6 bis Boulevard Maréchal Leclerc. 

    • Épinal : 18h30, Église Saint Antoine, 12, rue Armand Colle. 

    SAMEDI 20 JANVIER

    • Paris : 

    →11h, Saint-Germain-l'Auxerrois, paroisse des Rois de France, Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en présence des Princes de la Maison de France.  

    → Marche aux flambeaux, rdv à l'Eglise Saint Roch, 296 Rue Saint Honoré (1er arrdt), à 16h.

     Marseille : 

    →11h, Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, dite à la demande de la Fédération Royaliste Provençale et Action Française Provence, ainsi que du Souvenir Bourbonien, sera célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. Une rencontre suivra l'après-midi.

    →18h30, Eglise Saint-Pie X, 44 rue du Tapis Vert.

     Saint Denis : 12h, Basilique royale.

     Toulouse : 11h, Chapelle Saint Jean Baptiste, 7 rue Antonin  Mercié.

    • Dijon : 18h15, Prieuré de la Sainte- Famille, 4 rue Pierre Thévenot.

    • Strasbourg :  16h, Cathédrale Notre-Dame.

     Toulon :

    18h30, Eglise Saint-François de Paule.

     11h, Eglise Saint Pierre ès Liens, lotissement des Oliviers, route du Val d'Ardennes.

     Amiens : 18h30, Chapelle Saint-Vincent-de-Paul, 54 ter rue Jules Barni.

     Angoulême : 11h, Eglise de Roullet .

     Saint-Raphaël - Le Trayas  : 10h30, Chapelle Sainte-Thérèse, 382 boulevard Théodore-Guichard. 

     Chambéry : 19h, Cathédrale, 6 rue Métropole.

     Montélimar : 17h, Chapelle Notre-Dame de la rose. 

     Carcassonne : 17h, Basilique Saint Nazaire et Saint Celse.

    • Fontaine-les-Dijon : 11h00, Basilique de la Maison Natale de Saint Bernard, Place des Feuillants.

    • Quimper : 9 h, Cathédrale Saint-Corentin.

     Équemauville (Calvados) : 10h, Eglise d'Equemauville.

     Louailles (Sarthe) : 11h, Eglise de Louailles.

     Butry-sur-Oise (Val d'Oise) : 10h. Rue de la Division Leclerc.

     La Gaubretière : 10h30, Chapelle de la Sainte-Famille (Ramberge).

    Coligny (Ain) : Église Saint-Martin.

     Rambouillet : 18h30, Église Saint Lubin, Place Jeanne d’Arc.

    • Nantes, 17h, dépôt de gerbe et allocutions au pied de la Colonne Louis XVI.

     Versailles  : A 19h, Messe de requiem en l'église Notre Dame des armées, 4, impasse des gendarmes.

     Béziers : 17h, Chapelle des Pénitents bleus, 4 rue du 4 septembre.

     Lectoure : 11h, Cathédrale Saint Gervais et Saint Protais.

     Merigny (Indre) : 11h, Chapelle de la Fraternité de la Transfiguration, lieu dit Le Bois.

    Belgique

     Bruxelles : 11h, Eglise du Couvent Saint-Anne, avenue Léopold-Wiener.

    • Tournai : 10h Cathédrale Notre-Dame.

    DIMANCHE 21 JANVIER

     Paris : 

    → 10h, Rassemblement Place de la Concorde (statue de Rouen, devant l'Hôtel de Crillon)...

    → 10h30, Chapelle Expiatoire, Square Louis XVI, 29 Rue Pasquier (8ème). 

    → 11h, Eglise Saint Eugène - Sainte Cécile, 4 Rue du Conservatoire (9ème).

    → 18h30, Saint Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins (5ème)

    • Marseille : 16h30 Monastère Orthodoxe du Saint Archistratège Michel de Marseille, 2, rue Briffaut.

    • Lyon : 10h, Eglise Saint-Georges.

     Lille : 10h30, Chapelle Notre-Dame du Rosaire, 56 Avenue Emile Zola.

     Nantes : 10h, Chapelle du Christ-Roi, 88 rue d’Allonville.

    • Nancy : 10h30, Eglise Marie-Immaculée, 33 Avenue du Général Leclerc. A partir de 12h30, Fête des Rois de l'USRL et de La Lorraine Royaliste : repas à l'Auberge de Maître Marcel, angle route de Martinvaux et Maron-Chaligny (renseignements : lalorraineroyaliste@yahoo.fr ou 06 65 64 73 17).

    • Angers : 8h, Église Notre-Dame des Victoires, Place Imbach.

     Aix-en Provence : 10h, Chapelle des Pénitents gris, dits Bourras, 15 rue Lieutaud.

    • Brive-la-Gaillarde : 10h45, Église Saint-Paul-de Rivet, 52-58 Boulevard Roger Combe.

     Faye-d'Anjou : 11h, Prieuré Saint-Louis-Marie Grignion de Montfort, Route Chavagnes Bonnezeau.

    • Metz : 9h, Église de l'Immaculée-Conception, 47 rue des Trois Évêchés.

    • Nice :

    10H, Chapelle des Pénitents rouges (dans le Vieux-Nice).  

    10h30, Eglise Saint Paul, avenue de Pessiscart (paroisse Sainte Jeanne d'Arc).

     Salency (Oise) : 18h, Église Saint Médard

     Afa (Corse) : 10h, Prieuré Notre-Dame-de-la-Miséricorde (lieu-dit Corociole).

     Belloy-en-France : 11h, Eglise de Belloy.

     Biarritz : 11h, Eglise Saint-Martin, 4 Rue Saint-Martin.

     Villefranque (Loire Atlantique) : 10h30 Chapelle Notre-Dame des Naufragés Chemin Bellevue Z A Duboscoa.

     Chemillé (Maine-et-Loire) : 10h30O, Chapelle Saint-Joseph, 14 rue du Presbytère, à 10h30.

     Montargis : 10h, Chapelle du Château, 2 rue du Château.

     Utrecht (Pays-Bas) : 17h à Minrebroederstraat 21.

     Meudon : 9h30, Eglise paroissiale.

     Tonnay-Charente : 10h30, Eglise Saint Étienne.

     Bordeaux : 10h, Paroisse Saint- Éloi, Rue saint James - Grosse Cloche. Paroisse Saint- Éloi.

     Tonnay-Charente : 10h30, Eglise Saint Étienne.

     Verdelais (Gironde) : 15h, Notre-Dame-de-Verdelais

     La Chapelle d'Angillon (Cher) : 18h, Chapelle du château de Béthune.

     Massais : 19h30, Eglise saint Hilaire.

    Pays-Bas

     Utrecht : 17h à Minrebroederstraat 21.

    LUNDI 22 JANVIER 2018

     Paris : 19h, Paroisse Saint Eugène Sainte Cécile, Rue du Conservatoire (ème arrdt).

     Grenoble : 18h, Collégiale Saint André, Place Saint André.

    • Saint-Étienne : Chapelle Saint-bernard, 9 rue Buisson.

     Olonne-sur-Mer (Vendée) : 18h30, Chapelle du Sacré Coeur.

     Lyon : 18h30, Prieuré Saint Irénée, 23 quai Perrache.

     Perpignan : 18h30 église Saint Matthieu.

     La Rochelle : 18h30 Cathédrale Saint-Louis.

    Grande Bretagne :

    • Hainault : 18h30 (heure locale), Church of the Assumption, 98, Manford Way, Chigwell, Essex. 

    Mardi 23 janvier

     Caen : 18h45, Eglise saint Sauveur, Place Pierre Bouchard.

    • Tarbes : 18h Cathédrale Notre Dame de la Sède.

     Vannes : 18h30, Eglise Saint-Patern, 2 Place Sainte Catherine.

    JEUDI 25 JANVIER

    • Mulhouse : 18h30, Église Saint-Étienne. 

    SAMEDI 27 JANVIER

     Nîmes : 11h, Eglise Saint Baudile, Place Gabriel Péri.

    • Tarascon : 18h30, Collégiale royale Sainte Marthe, en présence de S.A.R. le prince Sixte Henri de Bourbon Parme. (Repas après la messe : 06 46 33 56 95).

     Bergerac : 16h, Maison Saint-Georges.

     Lanvallay (Côtes d'Armor) : 11h, Prieuré Sainte-Anne, Avenue de Beauvais.

  • Marseille : Un 21 janvier avec Louis XVI et notre engagement pour la France d'aujourd'hui

     

    Entrée, apéro, vin chaud et buffet-dînatoire 

    Anciens 12 € - Jeunes 8 €

    Inscriptions et renseignements par courriel ou par téléphone 

    Courriel : lafautearousseau@outlook.fr 

    Téléphone : 06 08 31 54 97

    Règlements de préférence par PayPal (Noter : « Louis XVI »)

     
    ou règlement sur place.
     
    Le nombre de places étant limité, il est conseillé de s'inscrire au plus tôt.
    A noter qu'il ne sera pas envoyé d'invitations par poste. Pour s'inscrire ou se renseigner, prière d'utiliser téléphone ou courriel.
    A faire suivre, diffuser, transmettre ... Merci.
     
  • Paris ce vendredi 19 janvier, Frédéric Rouvillois au Cercle de Flore

     Renseignements : cercledeflore@actionfrancaise.net

     

    Calendrier du Cercle de Florecalendrier.png

  • Grenoble : ce lundi 15 janvier, au Centre Lesdiguières, projection du film « Gustave Thibon, Il était Une Foi ». A ne pas rater

    Le catholicisme a-t'il encore un avenir ? La disparition d'une ancienne croyance est-elle programmée ? Comment vivre à l'ère de la communication avec une vérité absolue dont le propre est d'être de plus en plus incommunicable ? Une vérité d'autant plus difficile à transmettre que le choix est désormais entre la faiblesse d'un Dieu désarmé et la puissance de l'homme magnifiée par la science et la technique. Quelle est donc cette religion nue « où l'attente du miracle fait place à l'adoration du mystère » ?
    En faisant dialoguer le philosophe, le conteur, le théologien que fût Gustave Thibon avec lui-même, ce film restitue l'inquiétude des chrétiens confrontés depuis le milieu du XXe siècle à une mutation technique, culturelle et anthropologique sans précédent.
    Plus qu'une méditation, à voix haute, il fait entrer en résonance les images et la parole, la musique et le verbe pour tenter d'ouvrir d'autres "chemins vers l'invisible".
    Par delà l'ascèse d'un esprit qui nous entraîne dans une ascension vertigineuse, ce documentaire pose aussi la question du coût de la sortie du religieux pour une société qui ne veut plus connaître que des « icônes » ou des idoles.
    La projection de ce film sera suivie d'un échange présentant la vie, l'oeuvre et les grandes intuitions de ce philosophe paysan de St Marcel d'Ardèche, qui était notre guide et notre ami.
    Nous partagerons ensuite la galette des Rois et évoquerons en ce début d'année nos voeux pour notre patrie, la France le monde et nos proches.

    CONTACT

    centreslesdiguieres@laposte.net

  • Paris ce mardi 9 janvier, Jean des Cars aux Mardis de Politique magazine, une conférence à ne pas rater ...

     

    Rendez-vous à partir de 19 h 00 - Conférence à 19 h 30 précises
    Participation aux frais : 10 euros -  Etudiants et chômeurs : 5 euros

    Salle Messiaen, 3 rue de la Trinité  Paris 9° - Métro La Trinité, Saint-Lazare

    sans-titre pm.png

    Renseignements : Politique magazine, 1 rue de Courcelles Paris 8° - T. 01 42 57 43 22