UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

*Monseigneur le Comte de Paris, Famille de France

  • Une interview du Comte de Paris donnée à notre ami Frédéric de Natal pour le quotidien "Royaliste"...

    1A.jpg

     "Je suis fier de mon ascendance brésilienne que je dois à ma grand-mère."  
    Une interview du Comte de Paris donnée à Frédéric de Natal pour le quotidien de la NAR sur ses liens avec la famille impériale brésilienne et l'importance de sauvegarder l'environnement de ce pays.
  • Sur le compte tweeter du Prince Jean, Comte de Paris...

    Prince Jean - Comte de Paris
     "Aujourd'hui, le Prince Gaston fête ses 13 ans. Le Comte et la Comtesse de Paris lui souhaitent le plus bel anniversaire.  Les portraits du Dauphin ont été réalisés au @Chateaucheverny. Avant de rencontrer le capitaine Haddock, il a posé devant un portrait de son homonyme."

    1A.jpg

    1AA.jpg

  • Sur le compte tweeter du Prince Jean, Comte de Paris...

    Monseigneur le Comte de Paris, accompagné du Dauphin, a visité le Prytanée militaire de la Flèche et le château du Lude avec les membres de l'association des Vieilles Maisons Françaises du Pays Basque et du Béarn. Une visite autour de la figure du Roi Henri IV.

    1A.jpg

    1AA.jpg

    1AA.jpg

    1A.jpg

  • Sur le compte tweeter du Prince Jean - Comte de Paris...

  • Dans Point de vue : "Jean IV, un Prince chrétien", par Philippe Delorme

    https://www.pointdevue.fr/histoire/histoire-de-france/jean-iv-un-prince-chretien?fbclid=IwAR0IEmBvKfhW_KbQEUo4Yaa5MMlCBVCNCQgYjHbnscr4ThQnNw6Te4pp0jY

    1A.jpg

    Philomena et Jean d'Orléans et leur famille au complet

     Courtesy of David Nivière

  • QUE PEUT-IL VENIR DE BON DE DREUX ? par Guy Adain

    1A.png

    Le 1er octobre 2020, je me posais cette question : 

     QUE PEUT-IL VENIR DE BON DE DREUX ?
     
    Pour paraphraser une citation biblique, du prophète  Nathanaël,
    « Que peut-il venir de bon de Nazareth ? »
    Philippe a répondu à Nathanaël : Viens et vois !
    Je ne suis pas Philippe, et pourtant, j’ai envie de dire, à tous les Gens de France : Venez et Voyez !
    L’Âme de la France était à Dreux !
    Dreux était « L’Ailleurs en France » où résidait la Famille Royale de France et son chef : « Le Comte de Paris » !
    Ils en sont partis… Sans doute : 
    « il n’y avait plus de place pour eux à la Fondation Saint-Louis »…
    Dommage pour la ville de Dreux qui perd une présence Historique !
     
    De Domremy, nous est venue Jeanne d’Arc, qu’aurait pu nous advenir de Dreux ?
    Jeanne a fait sacrer le Roi de France Charles VII à Reims, jusqu’où ira le Comte de Paris ?
    Les « Royalistes », (mais oui, il y en a encore quelques uns en France) scrutent avec attention la ville de Dreux…
    « Peut-il venir de Dreux quelque chose de bon » ?
    Le retour de la Famille Royale de France ! C’est une exigence ! 
    Nous y croyons ! 
    Des signes providentiels, comme la disparition de son père un 21 Janvier ont marqué l’avènement du nouveau Comte de Paris !
    La France est en souffrance, les temps sont difficiles, et l’espoir semble se perdre. On voudrait croire en nos femmes et hommes politiques, mais ce n’est toujours pas  le cas ! La confiance n’est plus de mise. 
    Plus personne ne croit en La Providence, et la morosité règne !
    Nous Royalistes, ne quittons plus des yeux votre bonne ville de Dreux, et espérons vous faire accoucher du prochain Royaume de France !
    La réinstallation de la Famille Royale de France au sein de sa bonne ville de Dreux est un préalable essentiel et incontournable !
    C’est fou bien sûr ! Qui peut le croire ?
    Essayons tout de même ! 
     
    Les Rois ont maintenu la France à bout de bras pendant plus de mille ans, on pourrait réessayer ! 
    Les autres monarchies européennes ne se portent pas si mal (Grande-Bretagne, Espagne, Suède, Norvège, Danemark, Pays-bas, Belgique…)
    Et franchement, Monseigneur le Comte de Paris, et toute sa famille inspirent la confiance et transpirent plutôt l’Amour de la France !
    Quand j’ai envie de Beauté, et d’Amour, je me tourne volontiers vers les « People » étrangers pour satisfaire mes envies de Rois de Reines et de Princesses.
    Et pourquoi nous priverions-nous des nôtres ?
    La France a bien sûr besoin d’une gouvernance forte pour guider les Peuples de France et les mener sur les voies de la Paix et la Prospérité, mais il nous faut aussi le Rêve, l’Amour, l’Honneur, et tous nos Principes Chevaleresques qui nous font si cruellement défaut aujourd’hui…
     
    Amis de Dreux, et si vous étiez le berceau de la nouvelle France ?
     
    Je suivais une étoile, et elle vient d’arrêter sa course au dessus de votre Chapelle Royale…
    Les Rois Mages venaient d’Orient et beaucoup les accompagnaient…
     
    Et si nous décidions de faire de grandes choses ?
    La voie Royale est ouverte, marchez-y sans crainte vous entendrez la Voix Royale ne parler que d’Amour et Beauté !
     

    1A.jpg

     
    La réponse embaume aujourd’hui :
     
    Voilà un bon début, la rose devient Princesse, et la Princesse est déjà Reine des coeurs…

    La Rose de Dreux nommée « Princesse Philoména »

     

    Lundi 17 octobre 2022

    Je suis très touchée et émue que la rose ambassadrice de la ville de Dreux s’appelle « Princesse Philoména ».

    Dreux est une ville que je porte très fort dans mon cœur, une ville où j’ai vécu de si heureuses années, connu de si belles amitiés. Elle est la ville à laquelle nous nous identifions tous, sans exception. Si nous sommes tous très heureux de découvrir les merveilles de l’Occitanie, Dreux reste « La maison ».

    Le nom « Princesse Philoména » va à merveille à la Rose de Dreux, puisqu’il signifie « la bien aimée » et que Sainte Philomène était une princesse grecque. Avant même qu’elle soit connue en France, la Reine Marie-Amélie, épouse de Louis-Philippe et fille du Roi de Naples, avait une immense dévotion pour elle. C’est à Mugnano del Cardinale, au pied du Vésuve, que se trouvent les ossements de Sainte Philomène, à l’origine de tant de miracles au XIXe siècle.

    Une chose qui m’aurait amusée aurait été qu’elle s’appelle « Princesse PhilomènE » avec un grand E final, rappelant cet accent du sud-ouest qui m’enchante. Nous reviendrons à Dreux. La rose aurait pu être aussi l’ambassadrice faisant remonter pour nous les bons souvenirs, le soleil et la bonne humeur des habitants de l’Occitanie.

    Je remercie Pierre Frédéric Billet Maire de Dreux, son conseil municipal et tous ceux qui ont, d’une manière ou d’une autre, contribué à cette si délicate attention.

    Philoména

    Comtesse de Paris

  • Lettre ouverte à Monseigneur, la lampe sous le boisseau, par Guy Adain

    1A.jpg

    Monseigneur le Comte de Paris a été invité à témoigner de la présence capétienne en Occitanie auprès des jeunes élèves du lycée privé de la Sauque de La Brède venus effectuer un séjour historique et culturel à Carcassonne...
     
     
    Monseigneur,
     
    Nous n’en pouvons plus d’attendre, le temps passe et notre foi s’use, nous perdons patience, notre espérance s’amenuise et bientôt nous finirons par ne plus croire au retour du Roi !
    Sans doute sommes nous trop impatients, sans bien mesurer le temps de vie qui nous est alloué et la marche des siècles de l’Histoire de France !
    Notre jugement est altéré par le spectacle que nous donnent les petits politiciens, avec leurs petits mandats, leurs petites ambitions, leurs petites personnes ; à tenir la lorgnette dans leur sens, l’on finit par voir tout petit…
    Comme les Petits-boutistes du très petit roi de Liliput.
    Nos petits politiciens sont minuscules et nous donnent honte d’être encore de Grands Français ! Heureusement, les nombreux touristes qui visitent notre pays nous incitent à penser que nous ne sommes pas si riquiqui ; eux, nos visiteurs admirent la grandeur de la France, quand elle était un Royaume des grandes eaux et que le Roi était Soleil !
     
    Pardonnez, Monseigneur, l’insistance de cette supplique de vos Sujets. Certainement votre silence est assourdissant, mais pour nous Manants du Roi, l’attente est longue et le désespoir nous gagne
    Tout part en quenouille dans le Pays, bientôt le Pays sera occupé, nos mœurs dissolues, notre civilisation anéantie !

    1AA.jpg

    ...Après avoir échangé avec les élèves, le Prince a particulièrement apprécié partager un repas avec les lycéens passionnés par la France.

     

    Il est plus que temps de réagir, il faut sonner le tocsin avant d’avoir à sonner le glas !
    La Voix Royale doit retentir ! Et nous entraîner sur la Voie Royale !
    On ne peut pas laisser le Pays plonger et s’abîmer dans le marasme.
    Ah quand notre bon Roi Henri IV savait. 
    Il promettait la Poule au pot pour tous.
    Mais ce temps de l’abondance est terminé aujourd’hui les Français sont mis au frais…Avant que les esprits ne s’échauffent et que les gilets ne jaunissent…
     
    Monseigneur, vous êtes la Lumière qui veille sous le boisseau, et nous, les Sujets faiblement éclairés allons la faire illuminer sur le Royaume !

    1A.jpg

  • Les Princes d'Orléans à Vincennes, pour la Sidi Brahim

    1A.jpg

    Les princes d’Orléans célèbrent les combats de Sidi-Brahim à Vincennes
    A l’occasion du 177ème anniversaire des combats de Sidi-Brahim, le prince Eudes, duc d’Angoulême et son épouse Marie-Liesse de Rohan-Chabot, Duchesse d’Angoulême, la princesse Marie, princesse Gundakar de Liechtenstein, et leur cousin le prince Charles-Louis, duc de Chartres, ont assisté au côtés des officiers de l’armée française à la prise d’armes et au défilé des chasseurs dans la cour d’honneur du château de Vincennes.
    Une bataille historique pour les chasseurs qui opposait l’armée de l’Emir Abd-el-Kader du Maroc aux Troupes françaises du 23 au 26 septembre 1845.
    On reconnaît sur cette photo au centre la princesse Marie, Marraine du 7e Bataillon de Chasseurs Alpins, et à gauche le prince Eudes, duc d’Angoulême, Parrain du Groupement de Recrutement et de sélection Île de France, héritier direct du 8e Bataillon de Chasseurs à pied
  • Sur la Page facebook du Prince Jean, Comte de Paris...

     

    1AAA.jpg

    Monseigneur le Comte de Paris a été invité à témoigner de la présence capétienne en Occitanie auprès des jeunes élèves du lycée privé de la Sauque de La Brède venus effectuer un séjour historique et culturel à Carcassonne.
    Après avoir échangé avec les élèves, le Prince a particulièrement apprécié partager un repas avec les lycéens passionnés par la France.

    1AA.jpg

  • La famille de France aux Journées du patrimoine : "Tout un symbole... royal !" (Jean-Philippe Chauvin)

    La Famille de France a tenu à participer aux Journées du Patrimoine 2022 afin d'encourager la mise en valeur des monuments de notre pays.
    Ce dimanche, elle s'est rendue au monastère dominicain de Prouilhe qui a été retenu par la Fondation du Patrimoine comme monument emblématique du département de l'Aude pour le loto du patrimoine de Stéphane Bern.
    Cette journée s'est déroulée en présence de Monsieur Pierre-Marie Ufferte responsable des travaux de rénovation du monastère, Madame Marie-Jeanne Jaffres déléguée départementale de la Fondation du Patrimoine, et Monsieur Aurélien Passemat maire de Fanjeaux. Monseigneur le Comte de Paris a souligné l'importance historique et architecturale de ce monument lors d'une prise de parole qui a précédé la visite menée par Soeur Marie-Josephina, prieure du monastère. Au milieu d'un large public, les Enfants de France ont pu alors découvrir le monastère comme sa forge encore en activité.

    1AA.jpg

    1AAA.jpg

    1AAAA.jpg

    1AAAAA.jpg

  • Tout le monde ne peut pas être Français ! par Guy Adain

    1A.jpg

    Je comprends la tristesse des étrangers, c’est certainement dur et frustrant de ne pas être Français !
    C’est vrai, notre pays est « Le plus beau royaume sous le ciel » (Sic)
    Tout nu, il était déjà pays de Cocagne, bien proportionné, bordé de monts, baigné de mers et océans, il est serti tel un joyau de grande valeur et toujours convoité par nos voisins trop aimants…
    Notre pays n’est ni l’Amérique, ni le Pérou, mais il est la France, et c’est un privilège d’en être !
    Notre emblème est le coq, nous sommes cocardiers et fiers de l’être. Nous n’avons donc pas honte d’affirmer ces vérités. Certainement la France est belle puisque des millions de touristes étrangers la visitent avec plaisir et joie chaque année.
    Notre gastronomie est unique et savoureuse,  notre mode est de haute couture, personne ne le niera, notre culture est sans égale, et d’accord notre chauvinisme aussi…
    Notre histoire est royale, sainte par Saint Louis et Jeanne d’Arc, grandiose par François 1er, Louis XIV et Napoléon. Parmi ses titres, la France est aussi, « Fille aînée de l’ Église ».
    Elle s’enorgueillit et à juste titre du Louvre, de Versailles et de la Tour Eiffel, qui battent des records de fréquentation.
    Aussi, on pourrait dire, la France mériterait bien le nom de Royaume…
    Mais, nous l’avons également !!! 
    Dans son jardin secret, planté de lys royaux, la Famille Royale de France, qui a tout subi, tout traversé, du martyre à l’exil, mais est toujours là pour Servir les Français :
    • Le Prince Jean, Comte de Paris,
    • La Princesse Philomena, notre Dame de France,
    • Le Prince Gaston, le Dauphin,
    • La Princesse Antoinette,
    • La Princesse Louise-Marguerite,
    • Le Prince Joseph,
    • La Princesse Jacinthe.
    Voilà, la boucle est bouclée,  Tout le monde ne peut pas être Français…
    Mais comme dans notre Légion étrangère, nous accueillons les bonnes volonté conformément à sa devise avec « Honneur et Fidélité ».
    Pour nous, soyons fiers et heureux, conscients de notre chance, poussons notre cri de ralliement :
                              
                                           « Mont-joie Saint Denis ! » 

    1AA.jpg

  • La Famille de France en France, été 2022...

    La Famille de France s'est retrouvée au grand complet, après les camps scouts des uns et des autres, au Le Puy-En Velay, Auvergne, France, pour la fête de Saint Jacques.
    Elle y a passé quelques jours pour revisiter les principaux monuments et sanctuaires de la ville : Notre Dame de France (jusque dans la couronne !), Saint Joseph d'Espaly, les chapelles Saint Clair, (pour trouver le bon compagnon de vie), Saint Michel d'Aiguilhe, Saint Gabriel (pour l'inspiration et la compréhension), Saint Raphael (pour les bons voyages et la bonne santé), la cathédrale Notre-Dame du Puy, la Pierre Noire des Fièvres (pour demander des guérisons) et le Camino, musée et lieu d'accueil des pèlerins cher à Monseigneur Brincard, qui avait envoyé le Prince Jean sur le chemin de Saint Jacques en 2008.
    Si l'on est ancien ou futur pèlerin, croyant ou non, ou bien si l'on cherche à se ressourcer quelques jours dans une atmosphère intemporelle, le Puy, par la richesse incroyable de son patrimoine naturel, culturel, historique et religieux est un incontournable absolu.

    1A.jpg

    1AA.jpg

    1AAA.jpg

     

    1AAAAAA.jpg

    1AAAAAAA.jpg

    1AAAAAAAA.jpg

     

  • Un couple merveilleusement normal... qui fait irrésisitiblement penser à notre Famille de France

    Notre rédacteur Guy Adain nous fait parvenir le document suivant, qui nous a amenés à la réflexion que vous allez lire après ce document...

    https://opusdei.org/fr/article/un-couple-merveilleusement-normal-documentaire/

    Ci dessous, voici une belle photo de l'anniversaire de la princesse Antoinette, dans le foyer du Comte et de la Comtesse de Paris :

    1A.jpg

    Photo, on en conviendra, en parfaite cohérence avec le texte du témoignage : il s’agit d’une famille nombreuse, très religieuse, très chrétienne, c’est une apologie du mariage et de l’amour. Parfait exemple d'une famille comme celle de Thomas et Paquita, symbole d’une famille unie, aimante, amoureuse et qui répand la joie et l’amour autour d’elle…
     
    Voilà notre Famille Royale de France : la beauté, l’amour…un modèle royal. 
    Notre Dame de France Philoména est notre icône et forme avec notre Prince Jean de France un couple merveilleusement Royal
     
  • Du Prince Jean, à l'occasion de l'anniversaire de la Comtesse de Paris...

    Prince Jean - Comte de Paris
     
    La Comtesse de Paris vous remercie infiniment pour tous les agréables messages qu'elle a reçu à l'occasion de son anniversaire. 

    1A.jpg

  • Le Comte de Paris, dans Valeurs actuelles : "Il y a une dérive oligarchique du pouvoir" 

    Le 25 février dernier, Nicolas Boutin s'entretenait avec le Prince, pour Valeurs actuelles. L'ensemble de l'article est réservé aux abonnés, mais en voici l'entame... 
     
    Prétendant à la couronne de France et descendant direct de Louis XIII, le prince Jean d’Orléans vit dans le Sud de la France. Alors que la France doit désigner son prochain chef de l’État, il nous livre ses impressions et ses inquiétudes sur le pays, la politique et la crise sanitaire. Entretien.
    Le prince Jean d'Orléans et sa famille rencontraient Emmanuel Macron, à l'occasion du 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, à Amboise, le 2 mai 2019. Photo © PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
     

    Valeurs actuelles. Vous vivez aujourd’hui dans le sud de la France, en territoire rural. L’occasion pour votre famille de garder le contact avec une certaine France profonde ?


    Prince Jean d’Orléans. Depuis le retour d’exil de mon grand-père, notre famille a toujours été implantée au milieu du village qu’est la France. Mon grand-père avait parcouru le pays pour connaître la France en profondeur, ce que j’ai fait ensuite un certain nombre d’années, jusqu’à la sortie de mon livre « Un Prince Français » (Pygmalion). Un tour de France des différentes régions pour prendre le pouls du pays. Aujourd’hui dans notre environnement immédiat, j’ai eu l’occasion de revoir le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, de visiter l’école Ozar Hatorah de Toulouse, qui avait été visée par Mohammed Mérah en 2012. Je rencontre aussi un certain nombre d’acteurs politiques, économiques et sociaux. Pour moi, c’est vital.

    Quel est le but de ces rencontres ? Quel sens voulez-vous donner à votre présence ?
    Il faut savoir ce que pensent les Français, dans leur spécificité, prendre la mesure des attentes du pays dans l’ensemble de ses composantes. C’est une démarche discrète mais nécessaire pour être capable de réfléchir aux mesures à prendre. On ne peut pas prendre des décisions sans voir la réalité des choses.

    A la sortie de ces rencontres, dans quel état se trouve la France aujourd’hui, de votre point de vue ?
    La France est sous contrainte et perfusion. Avec la pandémie, les Français ont dû adapter leur façon de travailler. Malgré toutes les restrictions imposées, dont on ne sait pas si elles ont vraiment servi, de nombreux Français ont continué à diriger leurs entreprises, à garder leurs clients, etc. Nous avons vu des circuits courts se développer, des solidarités se mettre en place. Nous avons pu ainsi garder notre allant, nos villes « franches », notre liberté d’entreprendre…

    2022 est une année présidentielle. Allez-vous jouer un rôle d’aiguillon, d’observateur, d’acteur ?
    J’espère pouvoir le faire sereinement. Ces échéances sont importantes. La France doit retrouver une certaine dynamique, assez absente ces deux dernières années. Le débat est resté sur cette pandémie alors qu’il y a de nombreux autres sujets qui préoccupent nos compatriotes : la justice, la sécurité, le travail, la retraite, la santé… L’hôpital est malade, depuis des années. La pandémie n’a fait que révéler ces difficultés. Il y a aussi un nombre de fractures incroyables. Les pauvres sont laissés de côté au profit d’une société française qui dérive vers l’oligarchie. Il n’y en a que pour les privilèges. La présidentielle doit remettre au centre toutes ces problématiques.

    Doit-on conserver ce mode de gouvernance ?
    C’est une question institutionnelle. Avec le quinquennat, le modèle de la Ve République ne colle plus. Soit on revient au septennat pour avoir deux rythmes qui cohabitent et collaborent : le rythme long du président de la République qui gère les affaires importantes et qui donne les directions, s’occupe de la cohésion nationale. Et le gouvernement, avec un rythme différent, qui peut être d’un parti opposé et qui joue sa partition et gère le quotidien. Avec ce dernier quinquennat, on observe un glissement institutionnel, vers une vision égoïste des choses et des privations de libertés individuelles et publiques. Ce n’est pas un bon système. S’ajoute à cela l’élection qui favorise le clientélisme. Une fois élu, il faut une année pour se mettre en place, trois ans pour exercer et une année pour préparer les prochaines élections. Que peut faire un président de la République ? A côté de cela, il n’y a plus de contre-pouvoir. Les syndicats ont disparu, l’Église est empêtrée dans ses difficultés, les hautes chambres et les ministres sont pris dans des liens d’intérêts économiques et financiers..