Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 9 novembre

La salle des Rubens, au Louvre

 

1600 : Marie de Médicis arrive en France 

La nouvelle reine de France, seconde épouse de Henri IV - après la répudiation de la reine Margot, qui ne lui avait pas donné d'enfants (voir l'éphéméride du 24 octobre)... - débarque à Marseille, venant de Florence, via Libourne.

La riche et plantureuse Florentine, âgée de bientôt vingt-sept ans, arrive à Marseille sur une galère de soixante-dix pieds de long, couverte « au-dedans comme au-dehors » de nacres, de dorures et de pierreries... et escortée des quelque dix-sept autres galères du grand-duc de Toscane.

Ci dessous, son arrivée à Marseille, par Rubens. 

marie a marseille.JPG
A l'avant-plan, en plus des tritons et de Neptune, le peintre a représenté des Néréides, c'est-à-dire des nymphes marines. Dans une parfaite fusion entre l'histoire-réalité et l'allégorie-symbole, la reine débarquant d'une superbe galère aux armes des Médicis (très ornée et richement sculptée) est accueillie par la France en robe fleurdelisée et par la ville de Marseille, tandis que la Renommée porte la nouvelle au roi, façon de souligner l'enchaînement narratif inhérent à cette suite picturale

Avec une suite de deux mille chevaux elle entrera à Aix le 17 novembre suivant, à Avignon le 20, et sera à Lyon le 3 décembre.

Le mariage devait y être célébré le 17, mais le roi Henri, impatient, se présentera dès le 9 décembre au soir à son épouse, "venu à cheval sans avoir averti personne", avec l'espoir, "n'ayant pas de lit pour la nuit, qu'elle voudrait bien lui offrir la moitié du sien".   

Ainsi fut fait puisque, selon l'Estoile, Marie ne se trouvait évidemment là que "pour complaire et obéir  aux volontés de Sa Majesté, comme sa très humble servante...".

En 1622, la reine Marie de Médicis commande à Rubens une suite de vingt-quatre tableaux pour décorer la galerie occidentale du premier étage de son palais du Luxembourg à Paris (actuel Sénat). Cette série se trouve aujourd'hui dans une salle spéciale du Musée du Louvre, la Galerie Médicis  :

9 novembre,marie de medicis,henri iv,marseille,rubens,de gaulle,colombey,notre-dame de paris,apollinaire,pere la chaise

 https://www.ac-paris.fr/serail/jcms/s2_410664/rubens-et-la-galerie-medicis-au-musee-du-louvre


     

10 novembre,saint martin du canigou,charles vii,rouen,jeanne d'arc,louis xi,couperin,robespierre,notre-dame de paris,chaumette,dupleix

 
 
  

1844 : Mort de Marie Harel

 

9 novembre,marie de medicis,henri iv,marseille,rubens,de gaulle,colombey,notre-dame de paris,apollinaire,pere la chaiseC'est à Marie Harel, née Fontaine le 28 avril 1761, près de Vimoutiers, en Normandie que l'on doit l'invention du camembert.

En réalité, il se fabriquait, depuis la fin du XVIIème siècle un fromage renommé dans le pays de Camembert : Thomas Corneille signale dans son Dictionnaire géographique publié en 1708 : "Vimonstiers : ... on y tient tous les lundis un gros marché où l'on apporte les excellents fromages de Livarot et de Camembert".

Mais, là où l'affaire se corse, si l'on peut dire, c'est que Marie Harel aurait bénéficié des conseils d'un prêtre réfractaire, l'abbé Charles-Jean Bonvoust, caché vers 1796/1797 au manoir de Beaumoncel, où elle travaillait. Doit-on en déduire que... les royalistes sont à l'origine du camembert ? Et que, pour une fois, il ne faudrait pas parler de victime collatérale de la Révolution mais de conséquence heureuse (elles sont si rares !...) ?

Quoi qu'il en soit, la proximité de Marie Harel avec les contre-révolutionnaires est un fait historique, et cela mérite bien d'être rappelé à chaque fois que l'on évoque ce monument de la gastronomie française.

 

9 novembre,marie de medicis,henri iv,marseille,rubens,de gaulle,colombey,notre-dame de paris,apollinaire,pere la chaise

 

 

10 novembre,saint martin du canigou,charles vii,rouen,jeanne d'arc,louis xi,couperin,robespierre,notre-dame de paris,chaumette,dupleix

 

 

 

1918 : Mort de Guillaume Apollinaire

 

Ci dessous, sa tombe au Père Lachaise :

 

APOLLINAIRE.jpg
 
 
 
Engagé volontaire, le poète Guillaume Apollinaire se bat dans l'artillerie, puis comme sous-lieutenant au 96ème régiment d'infanterie. Alors qu'il vient d'avoir notification de sa naturalisation, il prend position le 14 mars au Bois des Buttes, à l'extrémité est du plateau de Craonne, au pied du Chemin des Dames. Il y est blessé, le 17, à quatre heures de l'après-midi, d'un éclat d'obus à la tempe droite.
 
Dans son carnet il écrit :
 
"Je lisais à découvert au centre de ma section, je lisais Le Mercure de France. A quatre heures un 150 éclate à 20 mètres, un éclat perce le casque et troue le crâne... On m'endort pour fouiller, l'éclat a enfoncé la boîte crânienne. et y est resté, on l'y laisse..."
 
APOLLINAIRE 1.jpg
 
 
Casque d'Apollinaire et, à gauche, un poème écrit de sa main
 
 
 
 
 

10 novembre,saint martin du canigou,charles vii,rouen,jeanne d'arc,louis xi,couperin,robespierre,notre-dame de paris,chaumette,dupleix

 

 

1970 : Mort de Charles de Gaulle

 

Le Général s'éteint à Colombey-les-Deux-Eglises, un an et demi après sa démission. Selon ses vœux, son enterrement se fait dans l'intimité, seuls les habitants du village et ses compagnons de l'Ordre de la Libération étant invités à la messe. Toutefois, la cérémonie officielle à Notre Dame de Paris rassemblera plus de 80 présidents et Chefs d'Etat.

Ci dessous, l'arrivée à Notre-Dame pour le Magnificat (26 août 1944) :

 

ARRIVEE DE DE GAULLE A NOTRE DAME.JPG
 

         

"A mesure que l'âge m'envahit, la nature me devient plus proche. Chaque année, en quatre saisons qui sont autant de leçons, sa sagesse vient me consoler. Elle chante, au printemps : "Quoi qu'il ait pu, jadis, arriver, je suis au commencement ! Tout est clair, malgré les giboulées ; jeune, y compris les arbres rabougris ; beau, même ces champs caillouteux. L'amour fait monter en moi des sèves et des certitudes si radieuses et si puissantes qu'elles ne finiront jamais !"

Elle proclame, en été : "Quelle gloire est ma fécondité ! A grand effort, sort de moi tout ce qui nourrit les êtres. Chaque vie dépend de ma chaleur. Ces grains, ces fruits, ces troupeaux, qu'inonde à présent le soleil, ils sont une réussite que rien ne saurait détruire. Désormais, l'avenir m'appartient !"

En automne, elle soupire : "Ma tâche est près de son terme. J'ai donné mes fleurs, mes moissons, mes fruits. Maintenant, je me recueille. Voyez comme je suis belle encore, dans ma robe de pourpre et d'or, sous la déchirante lumière. Hélas ! les vents et les frimas viendront bientôt m'arracher ma parure. Mais, un jour, sur mon corps dépouillé, refleurira ma jeunesse !"

En hiver, elle gémit : "Me voici, stérile et glacée. Combien de plantes, de bêtes, d'oiseaux, que je fis naître et que j'aimais, meurent sur mon sein qui ne peut plus les nourrir ni les réchauffer ! Le destin est-il donc scellé ? Est-ce, pour toujours, la victoire de la mort ? Non ! Déjà, sous mon sol inerte, un sourd travail s'accomplit. Immobile au fond des ténèbres, je pressens le merveilleux retour de la lumière et de la vie."

Vieille Terre, rongée par les âges, rabotée de pluies et de tempêtes, épuisée de végétation, mais prête, indéfiniment, à produire ce qu'il faut pour que se succèdent les vivants !

Vieille France, accablée d'Histoire, meurtrie de guerres et de révolutions, allant et venant sans relâche de la grandeur au déclin, mais redressée, de siècle en siècle, par le génie du renouveau !

Vieil homme, recru d'épreuves, détaché des entreprises, sentant venir le froid éternel, mais jamais las de guetter dans l'ombre la lueur de l'espérance !"  ( Conclusion des Mémoires de guerre, t. 3, p. 290. )

 

colombey.jpg
L'immense Croix de Lorraine de Colombey-les-deux Eglises
Sur l'origine de cette Croix, voir notre Ephéméride du 5 janvier...

 

 

 11 octobre,parachute,charles vii,versailles,le vau,toulouse,pierre fermat,mauriac,vaux le vicomte,jeanne jugan,sanch,perpignan

 

 

2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlisCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

 

Commentaires

  • Texte surprenant et très impressionnant par sa finesse
    et par son ame.

    Meme si le général a pu se fourvoyer dans certaines décisions,
    meme si certaines zones d'ombre subsistent,il n'empèche qu'il se situait à des années lumières de ses prédécesseurs comme de ses successeurs.

    Pour l'Algérie,je crois qu'il aurait fallu diviser le pays en 3 zones cotières,avec une profondeur de 400 KM et donnant naissance a 3 pays distincts.

    Pour sécuriser le voisinage entre chaque pays,une zone couloir d'une largeur modeste (type 10 km) administrée par les français et donnant sur une zone désertique large a partir du point des 400KM pour gérer les réserves fossiles dont le revenu aurait ete partagé entre les 3 pays limitrophes du Nord et ceux du Sud en afrique noire.

    Les 2 zones couloir séparant les 3 nouveaux pays etant entierement "blindées/sécurisées" pour controler tout passage transversal afin d'éviter l'invasion de ces 2 zones couloirs réservées aux Europeens.

  • Faire de l'Algérie trois pays distincts me parait une vue de l'esprit inenvisageable et inenvisagé à n'importe quel moment depuis la soumission du pays à la France en 1830;

  • "Vieil homme, recru d'épreuves, détaché des entreprises, sentant venir le froid éternel, mais jamais las de guetter dans l'ombre la lueur de l'espérance !"

    Cette trouvaille de lettré a surtout déclenché l’hilarité. Publiés en 1959, ce Tome III a été écrit à partir de 1956 (publication du Tome II), il avait alors 69 ans ! Au lendemain de Mai 1958. En pleine forme. Voilà pour le vieil homme ! Quant aux épreuves, ayant démissionné à 56 ans, n’ayant jamais été en première ligne pendant le second conflit, et au repos pendant les douze années qui ont suivi avant d’être rappelé par l’Armée (Salan et Massu). On a connu plus fatigué. Ah ! ces hagiographes …

  • Il manque à cet éphéméride une date capitale pour notre époque : le 9 novembre 1989 jour de la chute du Mur de Berlin.

Écrire un commentaire

Optionnel