Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 13 janvier

Poitiers, de nos jours

 

367 ou 368 : Mort d'Hilaire de Poitiers 

Né dans une famille gallo-romaine païenne d'Aquitaine, noble et riche, Hilaire demande le baptême à 30 ans, puis est élu évêque de Poitiers. Il rencontre saint Athanase d'Alexandrie, alors en exil en Gaule à cause de l'hérésie arienne.

Combattant à son tour cette hérésie, il est exilé en Phrygie sur ordre de l'empereur Constance pour avoir défendu la foi trinitaire dans une Gaule acquise à l'arianisme. Il revient d'Orient après la mort de Constance pour finir ses jours à Poitiers en 367 ou 368.

En accueillant saint Martin, pour fonder le monastère de Ligugé, il favorisa l'instauration du monachisme. 

13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier

Saint Hilaire et Saint Athanase, champions de l'orthodoxie chrétienne face à l'arianisme. 

http://sainthilaire-culture.monsite-orange.fr/hilairedepoitiers/index.html

 

13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier

1129 : Hugues de Payns fonde l'Ordre du Temple

 

Le nouvel ordre - religieux et militaire - suit la règle de Saint Benoît, et ses membres deviennent vite célèbres sous le nom de Templiers.

Il fut créé par Hugues de Payns (prononcer "pin") au Concile de Troyes, sous forme de la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. Il reçut sa reconnaissance canonique dix ans plus tard, le 29 mars 1139.

Il ne dura pas tout à fait deux siècles, puisqu’il fut dissous le 22 mars 1312, par le Concile de Vienne.

En France, tous ses membres furent arrêtés d'un coup, le même jour, le 13 octobre 1307, sur ordre de Philippe le Bel (voir l'Ephéméride du 13 octobre) et le Grand maître de l'Ordre, Jacques de Molay, fut brûlé vif à Paris en 1314 (voir l'Ephéméride du 18 mars)  :

 

13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier

http://templiers.org/templiers.php

 

 13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier

 

1151 : Mort de Suger

 

On a presque tout dit de Suger et sur Suger - en tout cas on a cerné l'essentiel de son être profond... - lorsqu'on a rappelé sa célèbre et magnifique devise : 

De materialibus ad immaterialia...

Une règle de vie qu'il a tirée de l'inépuisable trésor constitué par la sagesse et la philosophie antique; qu'il a reçue et apprise de ces grecs et de ces romains dont nous sommes issus et à qui nous devons tout...

Toute la vie, toute l'oeuvre de Suger tient en cela en effet : amener les hommes, par des choses matérielles et sensibles, vers les choses supérieures et immatérielles.

On sait que Suger peut être légitimement regardé comme celui qui a, sinon inventé, du moins donné ses lettres de noblesse à ce que l'on appelle fort improprement l'Art gothique, et dont le nom véritable est Art ogival ou Art français. C'est précisément à travers cet Art, dont Saint Denis (qu'il a reconstruit, ci dessous) est le premier exemple que Suger a mis en application sa doctrine.

 

Voir notre Album : La Basilique de Saint Denis, nécropole royale.... 

ou ce même Album en version "vidéo" :  En vidéos : Lieux, Monuments, Personnages majeurs de nos Racines, de notre Histoire, de notre Être profond... )

 

PLC97_45.jpg    

Ce n'est pas tant la croisée d'ogives (connue par les architectes romans) qui caractérise le nouveau style que va imposer Suger. C'est bien plutôt le passage du mur porteur au pilier porteur, comme le montrent les deux croquis suivants :

suger structure ogivale.jpg
Les parties hautes (charpente, toiture...) sont désormais supportées par des ogives,
qui retombent non sur les murs mais sur des piliers.
 
 
 
 

Pour faire court, donc, le bâtiment roman "fonctionnait" par muralité, c'est-à-dire que le poids des parties supérieures (charpentes et toitures, sommet des murs et des tours etc...) reposait intégralement sur les murs extérieurs - alors que le nouveau style va "fonctionner" par piliers porteurs. Ceux-ci devaient donc être extrêmement épais et, par voie de conséquence, ne pouvaient ni monter très haut ni être percés de trop larges fenêtres, ce qui les aurait affaiblis et aurait entraîné l'écroulement de l'ensemble.

 

suger Croisee Ogive.JPG
 
Même chose, mais vue par en-dessous...
 

         

D'où, à l'intérieur, cette ambiance très intime de l'Art roman. Au demeurant fort belle et fort prenante, et tout à fait propre à élever l'âme...

Avec le nouveau style, et Suger, tout va changer, comme on le voit ci dessous avec ces deux vues intérieures de Saint-Denis :

 

Bas7.jpg

          La consécration du chevet de Saint Denis eut lieu le 11 juin 1144, six ans et demi avant la mort de Suger : voir l'Ephéméride du 11 juin

 

 

L'idée est, bien sûr, de faire se croiser les ogives, mais surtout et essentiellement de reporter au maximum la poussée des parties supérieures sur des piliers : énormes (voyez ceux de Notre-Dame de Paris) ces piliers vont soulager les murs; qui, du coup, pourront monter beaucoup plus haut mais, surtout, être percés de larges baies.

Voire même, comme à la Sainte Chapelle, disparaître presque complètement. D'où des édifices inondés de lumière à l'intérieur (voyez Amiens...) et une ambiance radicalement différente de celle de l'art roman.

Il s'agit bien là d'une conception théologique de la lumière, pourrait-on dire : cette lumière qui inonde tout, et qu'il faut laisser entrer à flots, pour Suger, c'est évidemment "la" seule et unique vraie lumière, celle du Christ, éclairant et illuminant les hommes.

Et voilà comment, "de materialibus"..., ceux-ci sont conduits "ad immaterialia"...

 

028.jpg

Dans notre album L'aventure France racontée par les cartes. voir la photo "Expansion de l'art ogival (ou "art français)"

 

http://www.tourisme93.com/document.php? project=basilique&locale=fr&level1=menu1_basilique_b1_1&level2=3&doc=dec_architecture&page=2

 

 

13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier

 

1654 : Mort de Jacques Lemercier

 

Architecte et Ingénieur du Roi, il s'est largement illustré à Paris, où il a bâti L'oratoire du Louvre, la Chapelle de la Sorbonne, le Palais-Royal (appelé d'abord Palais Cardinal), l'église Saint-Joseph des Carmes, le Val de Grâce (commencé par François Mansart, qui n'y travailla qu'une année, remplacé ensuite par Lemercier : voir l'Ephéméride du 10 février consacrée au Voeu de Louis XIII), le Pavillon de l'Horloge au Louvre, ainsi que le quart Nord-Ouest de la cour carrée : il double la façade de Pierre Lescot, élève le pavillon d'angle et commence l'aile septentrionale...

Il est aussi celui qu'a choisi Richelieu - à partir de 1631 - pour faire édifier la ville et le Palais de Richelieu : si le Palais a été, hélas, intégralement démoli à la Révolution, la ville, elle, reste un très intéressant exemple de modernité urbanistique à l'époque et de la cité idéale, telle qu'on la concevait alors... 

 

13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris 

 Jacques Lemercier, représenté devant une vue de la chapelle de la Sorbonne, construite entre 1635-1653, Philippe de Champaigne, 1644

 

          A propos de Richelieu (ville et Château) les deux vidéos suivantes permettent de se faire une petite idée de la beauté et de la richesse de ce Patrimoine dont nous a privé la Révolution :

 

          • Ensemble, extérieur et intérieur :

          http://www.dailymotion.com/video/x2kmkt_trailer-richelieu...

 

         • Extérieur et jardins seuls :

         http://www.dailymotion.com/video/x2k4r6_nautilus-richelie...

 

          Voici une vue de la ville de Richelieu dans son état actuel :

 

VILLE DE RICHELIEU.JPG
 
 13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier
 
 
1790 : Mort de l'Amiral de Guichen
 
 
Luc Urbain de Bouexic, comte de Guichen, entra dans la Marine royale à l'âge de 18 ans.
 
Il se distingua surtout pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, apogée de sa carrière militaire, même s’il est moins connu que de Grasse ou le Bailli de Suffren.
 
Les 17 avril, 15 mai et 19 mai 1780, il affronta par trois fois la flotte anglaise de l'amiral Rodney, épisode qui reste connu dans l'histoire de la marine comme les trois combats de Monsieur Guichen.
 

 13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier

 

2012 : Le Louvre acquiert "Le Christ de pitié soutenu par Saint Jean", de Jean Malouel

          
13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier
On n’avait jusqu’à présent que deux œuvres conservées, attribuées avec certitude à Jean Malouel, oncle des frères Limbourg (voir l'Ephéméride du 9 mars) et peintre du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, actif notamment à la Chartreuse de Champmol :
 
la Grande Piétà ronde, du Louvre (ci contre),
 
et, à Berlin, la Vierge entourée d'anges. 
 
 
 
 
De l'Encyclopedia Universalis : MALOUEL JEAN (av. 1370-1415)
 

"Né à Nimègue dans une famille d'artistes, Malouel (ou Maelwael) vient travailler à Paris où le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, l'engage en 1397 pour en faire son peintre en titre et le charger, à Dijon, des grands travaux de peinture de la Chartreuse de Champmol, récemment fondée ; il introduira auprès du duc ses neveux, les frères de Limbourg, et sera aussi peintre en titre du duc Jean sans Peur. Rien ne subsiste, ni des décorations à la Chartreuse, ni de la polychromie du Puits de Moïse sculpté par Clauss Sluter ou de celle du tombeau de Philippe le Hardi, ni des retables commandés pour les autels de l'église de Champmol en 1398.

En l'absence de documents, aucune œuvre ne peut lui être attribuée avec certitude, cependant on lui accorde généralement la Grande Pietà ronde (Louvre) ornée au revers des armes de Philippe le Hardi, peinte vers 1400, et la Vierge entourée d'anges, manifestement plus tardive (musée de Berlin-Dahlem). Ces œuvres sont caractéristiques de l'art dit « franco-flamand » pratiqué en Bourgogne, art issu de la stylisation raffinée et poétique du gothique international parisien et influencé par la vigueur et l'ampleur de la sculpture de Sluter..."

 

13 janvier,suger,saint denis,art gothique,art roman,ogive,croisée d'ogive,sainte chapelle,amiens,notre-dame de paris,richelieu,lemercier  

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

3 janvier,sainte geneviève,paris,pantheon,attila,gaule,puvis de chavannes,huns,saint etienne du mont,larousse,joffreCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

 

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

Les commentaires sont fermés.