Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 6 Janvier

Cathédrale Notre-Dame de Paris (clôture du choeur de la cathédrale, partie nord, XIVème siècle) : La Visitation, L'Annonce aux bergers, La Nativité, L'Adoration des Mages.

 

6 janvier : Date traditionnelle de la célébration de l'Epiphanie

 

La Marche des Rois, composée - et toujours jouée - à cette occasion fait incontestablement partie de ce très important fond de traditions populaires qui, par leur richesse et leur variété, sont l'une des sources de la Culture et de la Civilisation française.

On l'écoute ici dans la version élégante et raffinée qu'en propose Lully (et qui servit également de marche au Régiment de Turenne) :

 

Lully Marche des Rois Marche pour le Régiment de Turenne.mp3

 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1286 : Sacre de Philippe le Bel

          

De Jacques Bainville (Histoire de France, chapitre cinq, Pendant 340 ans, l'honorable maison Capétienne règne de père en fils) :

 

"Philippe le Hardi mourut en 1285 au retour d'une deuxième expédition, cette fois en Catalogne. Son fils, Philippe le Bel, n'avait que dix-sept ans, mais il était singulièrement précoce. Il jugea bientôt que cette affaire de Sicile était épuisante et sans issue et il s'efforça de la liquider avec avantage et avec honneur. Il appliquait déjà sa maxime : "Nous qui voulons toujours raison garder..."

 

PHILIPPE IV.JPG
 
5 juin 1286 : Édouard 1er, roi d'Angleterre rend hommage Philippe le Bel. La scène a lieu dans une salle du palais royal en présence de la cour. Tiré des Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet. 

            

"...Il n'était pas raisonnable de courir des aventures lointaines lorsque la France n'était pas achevée. Et puis, les dernières croisades, suivies de ces affaires italiennes et espagnoles, avaient été dispendieuses. Il fallait créer des impôts qui mécontenteraient le contribuable et demander de l'argent à tout le monde, même au clergé, ce qui fut l'origine des démêlés du nouveau roi avec le pape. C'est la première fois que nous avons à parler d'une crise financière. Mais la monarchie avait créé des finances, organisé l'administration. Ce qui se faisait autrefois au hasard, les dépenses qu'on couvrait par des moyens de fortune, par des dons plus ou moins volontaires, tout cela devenait régulier. La machine de l'État commençait à marcher, à distribuer de la sécurité, de l'ordre, mais elle coûtait cher. Faire la France coûtait cher aussi. Ces difficultés, que nous connaissons de nouveau aujourd'hui, dureront des siècles.

À beaucoup d'égards, il y a une curieuse ressemblance entre le règne de Philippe le Bel et celui de Louis XIV. Tous deux ont été en conflit avec Rome. Philippe IV a détruit les puissances d'argent, celle des Templiers surtout, comme Louis XIV abattra Fouquet. Philippe le Bel, enfin, a été attiré par la Flandre comme le sera Louis XIV, et cette province, d'une acquisition si difficile, l'engagera aussi dans de grandes complications. Il y a comme un rythme régulier dans l'histoire de notre pays où les mêmes situations se reproduisent à plusieurs centaines d'années de distance..."

 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1558 : François de Guise reprend Calais aux anglais

         

C'est François de Guise qui reprend la ville aux anglais, qui l'occupaient depuis 211 ans.

Avant de mourir, Marie Tudor, reine d'Angleterre, déclara : "Si on ouvrait mon cœur, on y trouverait gravé le nom de Calais".

 

guise.JPG
 

 Dans notre album L'aventure France racontée par les cartes, voir la photo "...et de son fils Henri II".

 

 6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1585 : Naissance de Claude Favre de Vaugelas

          

L'illustre grammairien s'inscrit dans la lignée de Ronsard et de la Pléiade, qui voulaient défendre et illustrer la langue française :

 

http://www.cosmovisions.com/Vaugelas.htm 


VAUGELAS.jpg
 

"Le grand dessein de Vaugelas était de doter la langue française de l'instrument qui lui manquait encore et qui devait être utilisé par tous les grands classiques. Plusieurs, avant lui, avaient compris cette nécessité : parmi eux les écrivains de la Pléiade, et en particulier du Bellay dans sa "Défense et Illustration de la Langue Française". Pour ceux-là, il s'agissait surtout de trouver un langage suffisamment riche et expressif, capable de rivaliser avec les illustres modèles de la Grèce et de Rome. Puis Malherbe vint, qui souhaita corriger les excès et les désordres, mais avec un souci d'épuration sans doute excessif... 

Le but de Vaugelas fut de créer un mode d'expression à la fois claire et noble... Ses moyens : ne rien imposer de façon doctrinale, mais énoncer de simples remarques dictées par l'observation. Et cette observation concerne l'usage, c'est-à-dire "la façon de parler de la plus saine partie de la cour, conformément à la façon d'écrire de la plus saine partie des auteurs du temps".

Ce sera en humaniste qu'il considérera la grammaire, avec pour premier souci que la langue devienne un élément de la vie sociale : parler pour se faire comprendre d'autrui. D'où ses efforts contre le laisser-aller et l'anarchie de la prononciation, contre le flottement dans l'orthographe et la conjugaison, contre les incertitudes de la syntaxe et en particulier des accords...
(Paul Guichard : Histoire littéraire des Pays de l'Ain)

 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1649 : Louis XIV, enfant, quitte Paris afin d'échapper à la Fronde

 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesenerLe futur Louis XIV, enfant (il a à peine plus de onze ans, et ne sera sacré roi que le 7 juin 1654...), quitte Paris précipitamment, de nuit, pour Saint Germain en Laye, où il est d'ailleurs né 5 septembre 1638, afin d'échapper aux troubles de la Fronde.

Il n'oubliera jamais ce souvenir...

Louis XIV est le quatrième roi à avoir dû quitter Paris menaçant, afin d'y rentrer plus tard en maître : avant lui, Charles V et Charles VII, puis Henri III et le futur Henri IV avaient choisi la même tactique, même si Henri III, de fait, fut assassiné avant d'avoir pu pénétrer dans la ville, laissant son héritier, Henri IV, accomplir ce dessein.

C'est pour ne pas avoir eu - ou voulu avoir... - la même attitude que Louis XVI, qui s'était laissé enfermer dans Paris, perdit son trône, sa vie et celle des siens, et la monarchie...

On peut en dire autant de Charles X et de Louis-Philippe qui - même si l'on ne refait pas l'histoire... - auraient très bien pu abandonner temporairement la capitale, puis y revenir ensuite avec leurs partisans, Paris seule n'étant absolument pas représentative de l'immense majorité de l'ensemble de l'opinion publique d'alors, très largement royaliste. 

Thiers aura bien tout cela en tête lorsqu'il n'hésitera pas - devant l'ennemi prussien médusé et ironique... - à encercler puis envahir la capitale, rue par rue et maison par maison, afin d'y asseoir le nouveau pouvoir : on était bien loin de la pusillanimité de Louis XVI, refusant de faire tirer sur une populace qui ne représentait absolument pas le peuple français...

Et l'on se rappelle que, le 20 juin 1792, témoin de l'invasion des Tuileries par la populace - qu'il appelle "canaille" !... - Bonaparte confia à ses amis :


"...Comment a-t-on pu laisser entrer cette canaille ? Il fallait en balayer quatre ou cinq cents avec du canon, et le reste courrait encore !
Deux badauds se trouvent là, à deux pas; Napoleone les aborde en s’écriant :
- Si j’étais roi, cela ne se passerait pas de même !..." (Extrait de André CASTELOT, Bonaparte, Perrin, Paris, 1996, pp.103, 104.)

 

Sur les sentiments de Napoléon à propos de cette funeste journée, voir l'Ephéméride du 20 juin

 

doc-238.jpg
 

Morts à l'étranger, faits prisonnier sur le champ de bataille, préférant quitter Paris révolté afin d'y revenir après avoir dompté les rebelles, assassinés : plusieurs rois de France ont eu un destin hors du commun, que recensent quatre de nos Ephémérides :

pour les rois morts à l'étranger, voir l'Ephéméride du 8 avril;

pour les rois faits prisonniers sur le champ de bataille, voir l'Ephéméride du 11 février;

pour les rois ayant préféré quitter Paris révolté afin d'y revenir après avoir dompté les rebelles, voir l'Ephéméride du 21 mars;

pour les rois assassinés, voir l'Ephéméride du 30 juillet.

 

 6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1745 : Naissance de Jacques-Etienne de Montgolfier

 

http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/celebrations/montgolfier.htm 

 



 

Joseph-Michel (26 Août 1740 – 26 Juin 1810) et Jacques-Etienne Montgolfier (6 Janvier 1745 – 2 Août 1799)


Hiver 1782 : Joseph Montgolfier tremblotte devant la cheminée, il regarde la montée des fumées... Un éclair passe dans sa tête, il part aussitôt chez son frère... Les 2 frères joignent rapidement la papeterie familiale à Annonay, et construisent en secret un objet qui est capable de monter dans le ciel avec des hommes et des bêtes, grâce à... une source de chaleur : c'était la découverte de l'Aérostation...

 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

 6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1806 : Mort de Riesener

 

Né en Allemagne, le 4 juillet 1734, à Gladbeck, près de Münster, il se rendit rapidement en France, où il devint l'ébéniste favori de Marie-Antoinette et le maître incontesté du mobilier Louis XVI.

C'est lui qui acheva ce qui est probablement le meuble le plus fabuleux du monde, eu égard au nombre d'heures de travail et à l'ingéniosité qu'il a nécessité : le bureau à cylindres de Louis XV, celui de son Cabinet intérieur à Versailles.

 

http://www.chateauversailles.fr/l-histoire/versailles-au-cours-des-siecles/construction-du-chateau/jean-henri-riesener-1734-1806

 

http://www.chateauversailles.fr/les-actualites-du-domaine/evenements/evenements/autres-evenements/acquisition-du-bureau-de-riesener-pour-marie-antoinette

 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

 6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1831 : Mort de Kreutzer

 

Violoniste, professeur, compositeur et chef-d'orchestre, Rodolphe Kreutzer était né le 15 novembre 1766, à Versailles. C'est à Genève, où il mourut à 65 ans, qu'il fut inhumé. Il était le fils de Jean Jacob Kreutzer, musicien du roi dans le régiment des Gardes Suisses, et de Elisabeth Trabol; son parrain, Rodolfe Krettly, était également musicien du roi au régiment des Gardes Suisses...

Par son beau mariage avec Adélaïde-Charlotte Foucard, fille du valet de chambre du comte d'Artois, frère du roi et futur Charles X, Kreutzer put tenir une place importante dans la société : dans sa maison, "les célébrités les plus diverses tinrent à honneur d'être admises"...

Il s'était fit remarquer dès l'âge de 13 ans en exécutant avec une rare perfection un concerto qu'il avait composé lui-même. Il voyagea ensuite en Italie, en Allemagne et se fixa en France. À 16 ans, il fut nommé premier violon de l'orchestre royal à la suite de son père par faveur spéciale de la reine Marie-Antoinette.

Par la suite, il écrivit une quarantaine d'opéras, devint chef de l'Opéra Parisien et membre de l'Académie de musique. Il accompagna Bonaparte durant sa campagne d'Italie, puis Beethoven l'entendit jouer à Vienne en 1803 : subjugué par sa virtuosité, il lui dédia sa neuvième et avant-dernière sonate pour violon et piano, la célébrissime Sonate à Kreutzer...

 

 

15 novembre,galerie des glaces,versailles,louis xiv,le brun,colbert,lucas de nehou,saint gobain

 

 

 6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1852 : Mort de Louis Braille

 

http://www.typhlophile.com/louis-braille/coupvray.shtml )

 

http://www.canalacademie.com/ida5439-Louis-Braille-le-jeune-surdoue.html

 

braille.jpg
 
Son monument à Coupvray, sa ville natale
 
 
6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener
 
 
 
1923 : Maurice Vinot présente le premier journal parlé, diffusé par Radiola
 
 
Fondée par Emile Girardeau, Radiola est la première radio privée : elle deviendra Radio Paris, puis sera radio d’Etat en 1933.
 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 
 
 

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

 

1975 : L'I.N.A. reçoit son statut définitif...

 

Né de l'éclatement de l'ancienne ORTF, l'INA reçoit sa mission de l'article 3 de la loi du 7 août 1974 : l'Institut national de l'audiovisuel est chargé "de la conservation des archives, des recherches de création audiovisuelle et de la formation professionnelle".    

      

http://www.institut-national-audiovisuel.fr/

   

6 janvier,philippe le bel,braille,croisades,louis xiv,calais,fronde,vaugelas,montgolfier,riesener

Cliquez sur l'image.
 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

3 janvier,sainte geneviève,paris,pantheon,attila,gaule,puvis de chavannes,huns,saint etienne du mont,larousse,joffreCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

 

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

Commentaires

  • Merci beaucoup pour 2 minutes et quelques secondes de cette belle musique de Lully !

Les commentaires sont fermés.