Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

Expansion de l'art roman...

Expansion de l'art roman...

Ce que l'on appelle Art Roman est la première manifestation d'envergure de l'Art, après les siècles de décadence dûs à l'effondrement de l'Empire romain, et le repli sur soi des populations qui en est resulté.

Art essentiellement religieux (mais, toutefois, pas uniquement), il se caractérise par son "fonctionnement par muralité" : lourd toit de "lauzes", charpentes, partie supérieures de l'édifice, tout est supporté par le seul mur; celui-ci, qui doit être extrêmement épais, ne peut donc ni s'élever très haut, ni être percé de trop larges fenêtres, d'où l'ambiance très intime qui règne à l'intérieur des édifices romans....
Contrairement à une opinion largement répandue, les architectes romans connaissaient l'ogive (dont on a, également, des exemples dans l'architecture romaine...). Mais ils n'ont pas eu l'intuition géniale qu'aura, après eux, Suger, et qui permettra l'éclosion de l'art ogival, ou art français (très improprement affublé du méprisant adjectif "gothique" à la Renaissance...).
Délaissant hardiment le "mur porteur", Suger, et avec lui les architectes de l'art nouveau, aura recours au "pilier porteur", ce qui lui permettra de développer à fond toutes les potentialités de la croisée d'ogives, ce qui était interdit aux architectes du roman, à cause de la pratique du mur porteur. Désormais, les murs pourront s'élever très haut (à Beauvais, 46,77 mètres !), être beaucoup moins épais, et, surtout, être percés de larges fenêtres, laissant entrer abondamment la lumière. C'est la "théologie de la lumière", chère à Suger : la lumière extérieure conduit les hommes vers la vraie et seule Lumière, le Christ...