Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 30 décembre

En 1987, année du Millénaire capétien, au château d'Amboise, le défunt comte de Paris octroie le titre de duc de Vendôme à son petit-fils le prince Jean de France

 

987 : Hugues Capet fait sacrer son fils Robert  

Les six premiers Capétiens directs procéderont ainsi : après Hugues, Robert II le Pieux, Henri 1er, Philippe 1er, Louis VI et Louis VII feront sacrer leur fils de leur vivant.

Philippe Auguste, septième roi de la dynastie sera le dernier sacré du vivant de son père, Louis VII : à sa mort, le trône était suffisamment solide pour qu'il se dispensât de cette précaution.

Et, en effet, son fils Louis VIII lui succédera sans qu'aucune contestation ne s'élève. 

FRANCE DE HUGUES CAPET.JPG

Il faut bien dire que c'était là, pour Hugues, l'une des seules façons d'affirmer son pouvoir et de préparer l'avenir. Que pouvait-il faire d'autre, lui qui ne régna que dix ans et dont la puissance réelle était dérisoire, que d'assurer le trône dans sa famille, en attendant que des jours meilleurs n'arrivent ?

Jacques Bainville l'a d'ailleurs bien écrit : "Les premiers règnes furent sans éclat".

Pourtant, malgré sa faiblesse, c'est une dynastie qui va régner huit siècles que Hugues vient de fonder. Et Bainville parle, par ailleurs, de la date de 987 comme de la plus importante de notre Histoire...

 

HUGUES CAPET 2.JPG

 

"Il s'appuiera essentiellement sur des évêques et quelques grands abbés, les seuls intellectuels qui puissent élaborer une théorie du pouvoir. Pour eux, malgré son insigne faiblesse, Hugues est l'héritier légitime d'une autorité supérieure, seule capable de maintenir l'ordre et la paix dans la société chrétienne. Abbon, l'abbé de Fleury (aujourd'hui Saint Benoît sur Loire) reprend des textes carolingiens pour définir les domaines où doit s'appliquer l'autorité royale : il offre ainsi une référence prestigieuse à ce roitelet, et exprime l'espoir que placent en lui les grands ecclésiastiques.

La rédaction d'un ordo, c'est-à-dire un manuel de la cérémonie du sacre royal, est un autre trait inattendu de confiance dans la royauté, qui souligne aussi son caractère religieux... Hugues est inhumé à Saint-Denis, parmi les tombeaux des Carolingiens, mais aussi ceux de ses ancêtres, patrons du monastère. La nécropole des rois de France est ainsi désignée dès les débuts de la dynastie." (in Larousse des Rois de France, page 29).

 

hcapet.jpg
Monogramme d'Hugues Capet, sur un diplôme du 20 juin 989.
 
C'est à Senlis, le 1er juin 987, qu'avait eu lieu l'élection, mouvementée, d'Hugues Capet (voir l'Ephéméride du 1er juin)...
 
 
 

30 décembre,hugues capet,robert ii,institut,gregoire xi

 
 
1370 : Election de Grégoire XI
 

Pierre Roger de Beaufort, 201ème pape jusqu'à sa mort, en 1378, fut à la fois le dernier pape français, celui qui ramena la papauté à Rome, après presque soixante-dix ans ans passés en Avignon, et celui après la mort de qui s'ouvrit le Grand schisme d’Occident, qui devait durer de 1378 à 1417...

Il y eut sept papes en Avignon, chefs incontestés de l'ensemble de l'Église catholique, le premier étant Clément V, celui de "l'affaire des Templiers", maudit sur son bûcher par Jacques de Molay ("...Pape Clément, Roi Philippe, avant un an, je vous cite à comparaître au Tribunal de Dieu..."). Maurice Druon a amplement développé cette histoire dans ses Rois Maudits...

Deux papes reviendront en Avignon, pendant le Grand schisme, qui dura presque quarante ans, mais  ils ne furent pas - bien au contraire... - les papes incontestés d'une Église unie... La fin du Grand schisme, en 1417, marqua aussi la fin définitive de toute présence papale - légitime ou non - en Avignon...

 

Dans notre Album L'Aventure France racontée par les cartes, voir la photo "La Papauté en Avignon..."



GREGOIRE XI DEPART POUR ROME.jpg

Départ de Grégoire XI pour Rome, Fresque de Benvenuto de Giovanni - 15ème siècle,
Ospedale Santa-Maria della Scala - Sienne

 

http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/GREGOIREXI.htm

 

http://www.horizon-provence.com/papes-avignon/index.htm

 

 

30 décembre,hugues capet,robert ii,institut,gregoire xi

 

 

1671 : Création de l'Académie Royale d'Architecture
 

Supprimée, comme toutes les Académies, à la Révolution, elle est réunie avec d'autres à la Restauration, en 1816, dans une Académie des beaux-Arts, et fait aujourd'hui partie de l'Institut de France, ce Parlement des Savants.

 

INSTITUT.JPG
 
 

30 décembre,hugues capet,robert ii,institut,gregoire xi

 
 
1812 : Mort d'Antoine-Louis Albitte
 
 
Surnommé "le tigre de l'Ain", il fut l'un des plus féroces représentants en mission de la Convention. Sévissant particulièrement dans le quart sud-est de la France (à Lyon, Marseille, Toulon, à l'armée des Alpes...), c'est lui qui est évoqué dans le célèbre Ligue noire :
 
"...J'en veux foutre cent par terre / Et de sang tout inonder ! / Oui, je veux, dans la poussière, / Rouler Albitte et Crancé..." (Crancé était l'autre "représentant en mission", complice d'Albitte en terrorisme de masse et crimes contre l'humanité...)
 
Lors de la séance de la Convention du 17 juillet 1793 - rapportée par le Moniteur, dans lequel était notée l'intégralité de débats de l'Assemblée - il brossa le tableau d'un Midi contre-révolutionnaire, le comparant à la Vendée, et se trouve ainsi directement à l'origine de l'expression Vendée du Midi, ou Vendée provençale...
 
Après avoir tant terrorisé et massacré, il mourut lamentablement, de froid et d'épuisement, lors de la retraite de Russie, quelque part dans l'actuelle Lituanie...
 

30 décembre,hugues capet,robert ii,institut,gregoire xi

Pour écouter La Ligue noire, en lire les paroles et en savoir plus sur les atrocités commises par ce sinistre individu, notamment à Lyon, voir notre Ephéméride du 8 août

 
 

11 octobre,parachute,charles vii,versailles,le vau,toulouse,pierre fermat,mauriac,vaux le vicomte,jeanne jugan,sanch,perpignan

 

 

2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlisCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

 
 

Commentaires

  • Décrivant le régime féodal, Fustel de Coulanges écrit : « En haut de la hiérarchie, le roi était entouré de ses
    grands vassaux. Chacun de ces vassaux était entouré lui-même de ses propres feudataires et il ne pouvait pas prononcer sans eux le plus petit jugement […]
    Le roi ne pouvait ni faire une loi nouvelle, ni modifier les lois existantes ni lever un nouvel impôt sans le consentement du pays […]
    Si l’on regarde de près les institutions de ce régime et si l’on en observe le sens et la portée, on verra qu’elles étaient toutes dirigées contre le despotisme.
    Si grande que soit la diversité qui semble régner dans
    ce régime, il y a pourtant une chose qui en fait l’unité ; cette chose-là, c’est la hantise du pouvoir absolu.
    Je ne crois pas qu’aucun régime ait mieux réussi que celui-là à rendre l’arbitraire impossible […]
    La féodalité était une association d’hommes libres »

Écrire un commentaire

Optionnel