Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

De 1309 à 1376 : la Papauté en Avignon...

De 1309 à 1376 : la Papauté en Avignon...

Pendant la première période, de 1309 à 1376, sept papes se succédèrent en Avignon :
Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent VI, Urbain V et Grégoire XI.
Le premier d'entre eux, Clément V, est celui de "l'affaire des Templiers", maudit sur son bûcher par Jacques de Molay ("...Pape Clément, Roi Philippe, avant un an, je vous cite à comparaître au Tribunal de Dieu..."). Maurice Druon a amplement développé cette histoire dans ses Rois Maudits....
Et le dernier d'entre eux, Grégoire XI (Pierre Roger de Beaufort), 201ème pape jusqu'à sa mort, en 1378, fut à la fois le dernier pape français, celui qui ramena la papauté à Rome, après presque soixante-dix ans ans passés en Avignon, et celui après la mort de qui s'ouvrit le Grand schisme d’Occident, qui devait durer de 1378 à 1417....

L'installation du pape et de sa cour provoqua une formidable augmentation de la population. Avignon devait certainement compter près de 40 000 habitants, chiffre énorme pour cette époque, qui en faisait une des plus grandes villes d'Europe et sûrement la plus cosmopolite.
Le célèbre Palais des Papes, palais fortifié à l'envergure colossale, fut édifié à partir de 1335 sous le pontificat de Benoît XII.
A la fin de celui de son successeur Clément VI, en 1352, il était pratiquement terminé. Dans toute la ville et ses environs, les cardinaux se firent construire des "livrées cardinalices" somptueuses, rivalisant de magnificence et d'ostentation : le Petit palais et la Livrée Ceccano en sont de magnifiques exemples (cette dernière abrite aujourd'hui la bibliothèque municipale).
Le prestige et le faste de la papauté avignonnaise atteignirent leur apogée sous le brillant pontificat de Clément VI (1342-1352) qui racheta à la reine Jeanne la ville d'Avignon pour 80 000 florins d'or.

La seconde partie du XIII° siècle est une période troublée.
Pendant les nombreuses trêves de la Guerre de 100 ans, entre les royaumes de France et d'Angleterre, des bandes de mercenaires désoeuvrés forment les Grandes Compagnies.
Pour leur propre compte, ils pillent, massacrent la population et sèment la terreur sur leur passage. Certaines se dirigent vers Avignon, attirées par la concentration des richesses de l'Eglise.
En 1357 et 1358, le Comtat est dévasté et Avignon est menacée. Le pape préfère payer une rançon pour éloigner le danger.
Une nouvelle fois en 1360, le pape préfère payer mais l'insécurité persiste.
En 1365, Bertrand du Guesclin, en route vers l'Espagne à la tête d'une armée de routiers, s'arrête à Villeneuve et exige une énorme rançon, dont le pape Urbain V s'acquitte.
En plus des routiers, la peste est apparue en Europe. Les épidémies déciment régulièrement la population. La première, la peste de 1348-1349 fut la plus terrible. Les morts se comptent par milliers dans la ville. Elle est de retour en 1361, accompagnée de la famine.

Le pape Grégoire XI, pressé par les romains, motivé par les désordres et les révoltes dans ses États Pontificaux, rentre à Rome le 17 janvier 1377 après trois mois et demi d'un épuisant voyage. Il y meurt l'année suivante, le 27 mars 1378.

Ensuite, c'est "le Grand Schisme" : la mort de Grégoire XI ouvre une période trouble; sous la pression d'émeutiers romains, les cardinaux élisent un pape italien, qui prend le nom de Urbain VI. Puis certains d'entre eux, français pour la plupart, considérant cette élection comme nulle, se réunissent à nouveau et élisent un nouveau pape, Clément VII, qui s'installe en Avignon en 1379.
Le premier est soutenu par l'Italie du centre et du nord, l'empereur germanique, les Flandres et le roi d'Angleterre.
Le second par le royaume de Naples, la France et l'Espagne.
La division de l'Eglise catholique en deux obédiences durera jusqu'en 1417. Le successeur de Clément VII, Benoît XIII, va perdre progressivement tout ses partisans, jusqu'à se retrouver assiégé dans le palais des Papes par les avignonnais et y rester prisonnier pendant cinq ans.
Il s'en évade dans la nuit du 11 au 12 mars 1403, et meurt en 1409 chez son dernier partisan, le roi d'Aragon....
La fin du Grand schsime, en 1417, marqua aussi la fin définitive de toute présence papale - légitime ou non - en Avignon....