Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

traités de westphalie

  • Ephéméride du 4 décembre

    Charlemagne : statue équestre, au musée du Louvre

     

    4 décembre,traites de westphalie,charlemagne,pépin le bref,francs,musée du louvre,capétiens,charles quint,carolingiens,napoléon,richet,aix la chapelle771 : Charlemagne seul maître du pouvoir 

    Fils aîné de Pépin le Bref et de Berthe aux grand pieds, celui qui sera, bientôt, Charlemagne dut, à la mort de son père, partager le royaume avec son frère cadet Carloman, en 768.

    Trois ans après, celui-ci mourut, et Charles devint donc le seul roi des Francs...

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 novembre

    Le Fort Saint Jean à Marseille

     

    1423 : Début du sac de Marseille par les Aragonais 

    Pendant trois jours, jusqu'au 23 novembre, les troupes du roi Alphonse V d'Aragon vont saccager la ville : la raison profonde de cet épisode - l'un des plus tragiques de la cité phocéenne... - est à rechercher dans l'affrontement de la seconde maison d'Anjou-Provence et de la maison d'Aragon - déjà détentrice de la Sicile - pour la possession du royaume de Naples. Marseille fit donc, là, les frais d'un conflit qui ne la concernait que très vaguement, et de très loin.

    Dix-huit galères et douze vaisseaux aragonais longèrent les côtes provençales, en ce mois de novembre 1423, passant au large de Nice puis de Toulon. La ville de Marseille était notoirement désarmée et, surtout, privée de sa flotte.

    Une chaîne amovible devait interdire l'entrée du port, mais elle se composait en fait de deux chaînes de quinze mètres environ, fixées, au milieu de la passe, à une sorte de tour en bois : la défense était donc assez illusoire, et plutôt symbolique.

    Le 18 novembre, les postes de guet de Marseilleveyre et de la Garde signalèrent l'arrivée de la flotte aragonaise. Le 20 novembre un premier contingent de soldats débarqua et, malgré la résistance acharnée des défenseurs de la tour Maubert (reconstruite par la suite, et devenue aujourd'hui la célèbre Tour du roi René dans le Fort Saint-Jean) la chaîne qui barrait l'entrée du port fut brisée et les galères catalanes pénétrèrent dans le port.

    Alors commença le pillage de la ville : les habitants se défendirent maison par maison, mais les catalans mirent le feu partout. Avec le violent mistral, celui-ci se propagea très rapidement. Le pillage et l'incendie durèrent trois jours.

    Alphonse V repartit en Aragon à la fin du mois de novembre, en emportant comme trophée les deux parties de la chaîne du port. Mais, à cause des malfaiteurs, qui continuèrent le pillage, les habitants mirent du temps à revenir dans la ville, qui "disparut" ainsi, en quelque sorte, cessant presque d'exister, pendant plusieurs jours.

     

    20 novembre,cugnot,fardier,louis xv,traite de paris,1814,1815,traites de westphalie,cent jours,grand louvre,plumier,guimet

    Depuis 1423, la chaîne qui barrait l'entrée du Port de Marseille est exposée dans la cathédrale de Valence, en Espagne 

     

    3 novembre,azincourt,charles d'orléans,liège,charles le temeraire,perron,tour eiffel,malraux,olympe de gouges,saint hubert

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 24 octobre

    Les Capétiens partout - Œuvre de Georges Mathieu

     

    996 : Mort d'Hugues Capet 

    Elu Roi en 987, il n'aura pas régné bien longtemps ! 

    Et pourtant Jacques Bainville - qui écrit avec raison  « ...les premiers règnes furent sans éclat...» - affirme que l'année 987, qui l'a vu accéder au trône, est néanmoins la plus importante de notre Histoire.

    Ci dessous, en orangé, on voit ce qu'était réellement ce qui allait devenir « la France » à l'avènement d'Hugues Capet : 

     

    HistoCarte02.jpg

    Dans notre album L'aventure France racontée par les cartes, voir la photo "La situation au début du règne d'Hugues Capet". 

    Lire la suite

  • Jacques Bainville sur France Info....

    Pour écouter l'intégralité de la chronique, cliquez ci-dessous.

    podcast