Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

francs

  • Ephéméride du 1er mars

    Le G.I.G.N. - qui devient opérationnel le 1er mars 1974

     

    487 : Vengeance de Clovis à Soissons 

    Alors qu'il passe ses troupes en revue le roi des Francs reconnaît un soldat qui un an auparavant l'avait défié en abimant d'un coup de hache un vase liturgique en argent qu'il voulait offrir, ou restituer, à l'évêque de Reims.

    Il reproche à l'homme sa tenue négligée et jette ses armes à terre. Le guerrier se penche pour les ramasser et Clovis en profite pour lui asséner un coup de sa propre hache sur la tête. « Ainsi as-tu fait, à Soissons, avec le vase » lui dit-il.

    L'épisode est largement plus symbolique que proprement historique. Si plusieurs traditions le situent un premier mars, l'intérêt essentiel du fait n'est pas là. Ce qu'il est important de montrer, pour Clovis, c'est son attachement indéfectible et son alliance concrète avec l'Église. Dans un rapport d'aide, d'appui et d'intérêt mutuel et réciproque.     

    D'où l'importance de frapper les esprits par des symboles forts, comme l'histoire de ce soldat.

    Quant au vase lui-même, il ne fut pas brisé, mais simplement cabossé:

    http://histoireenprimaire.free.fr/citations/soissons.htm

     

    soissons.JPG

     « Pour moi, l'histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L'élément décisif pour moi, c'est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l'histoire de France à partir de l'accession d'un roi chrétien qui porte le nom des Francs » (Charles de Gaulle).

    Sur Clovis, et l'importance capitale de son règne, voir : l'éphéméride du 25 décembre (baptême de Clovis) ; l'éphémeride du 27 novembre (sa mort) ; et, sur les batailles décisives de Tolbiac et Vouillé, l'éphémeride du 10 novembre (bataille de Tolbiac), et l'éphémeride du 25 mars (bataille de Vouillé).

    1er mars,clovis,vase de soissons,francs,eglise,guerres de religion,huguenots,henri iv,essais,montaigne,la quintinie

    Lire la suite

  • Ephéméride du 14 février

     

    842 : Serment de Strasbourg 

    Passé entre Charles le chauve et Louis le Germanique, deux petits-fils de Charlemagne, qui décident de s'unir et d'associer leurs forces contre leur frère Lothaire, empereur d'Occident : 

    http://www.herodote.net/14_fevrier_842-evenement-8420214.php

     

    partagec.JPG

    Charles et Louis, alliés, avaient déjà battu leur frère à la bataille de Puisaye, en juin 841, huit mois auparavant (voir l'éphéméride du 25 juin).

    Lire la suite

  • Ephéméride du 4 décembre

    Charlemagne : statue équestre, au musée du Louvre

     

    4 décembre,traites de westphalie,charlemagne,pépin le bref,francs,musée du louvre,capétiens,charles quint,carolingiens,napoléon,richet,aix la chapelle771 : Charlemagne seul maître du pouvoir 

    Fils aîné de Pépin le Bref et de Berthe aux grand pieds, celui qui sera, bientôt, Charlemagne dut, à la mort de son père, partager le royaume avec son frère cadet Carloman, en 768.

    Trois ans après, celui-ci mourut, et Charles devint donc le seul roi des Francs...

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 27 novembre

     

    511 : Mort de Clovis, à l'âge approximatif de 46 ans 

    Il faudra attendre encore presque cinq cents ans pour que les Capétiens, inaugurant la troisième dynastie (après celle des Mérovingiens - fondée par Clovis - et celle des Carolingiens) posent les bases de "la France", dans l'acception actuelle du terme.   

    Pourtant le rôle, l'oeuvre et l'action de Clovis sont immenses, et à cet égard, celui qui s'est fait baptiser à Reims le 25 décembre 498 est bien le premier Roi de France :  

    « Pour moi, l'histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L'élément décisif pour moi, c'est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l'histoire de France à partir de l'accession d'un roi chrétien qui porte le nom des Francs » (Charles de Gaulle). 

    Sur Clovis, et l'importance capitale de son règne, voir : l'éphéméride du 25 décembre (baptême de Clovis); sur le sens véritable de l'épisode du vase de Soissons, voir l'éphéméride du 1er mars; et, sur les batailles décisives de Tolbiac et Vouillé, l'éphémeride du 10 novembre (bataille de Tolbiac), et l'éphémeride du 25 mars (bataille de Vouillé)

     

    CLOVIS.JPG

    Lire la suite

  • Prix orange et prix citron...

    le prix orange: à Yvan Rioufol, pour son analyse de l' "affaire Hortefeux", sur laquelle nous nous rejoignons complètement:

      rioufol.jpg                                     "Si Hortefeux a eu tort, au-delà de son éventuelle blague pataude, c'est de n'avoir su résister aux coupeurs de tête. C'est à eux qu'il avait offert, il y a peu, celle du préfet Paul Girot de Langlade. Alors que ce dernier jurait n'avoir rien dit d'offensant à propos d'une broutille, le ministre avait voulu croire, sans preuve, la parole des accusateurs. Cette faiblesse devant des intimidations n'a pas fini de le poursuivre....

                 Mais une question se pose : pourquoi craindre encore cet antiracisme falsifié et instrumentalisé au profit de minorités ? Au-delà de la déplorable réflexion de bistrot prêtée au ministre, il devrait être légitime de débattre des évidentes difficultés à intégrer non plus des individus, mais des communautés qui veulent conserver leur mode de vie et leur culture. Les interdits sont tels qu'ils empêchent la droite d'aborder ces enjeux autrement qu'en récitant, avec Besson : "La France est une terre d'immigration et de métissage."

     

    le prix citron : à Jean-François Copé, pour son interview du Monde dans laquelle il estime que "la Nation se fissure en silence parce qu'il n'y a pas de discours sur l'identité". Ce ne serait pas, plutôt, parce ce que, depuis son installation, la République idéologique qui nous gouverne mène une guerre incessante contre nos Racines historiques, et promeut inlassablement tout ce qui défait la société traditionnelle que nous avions héritée de l'Histoire ?

                         Impayable -et imperturbable- Copé poursuit, avec la même inconscience, ou la même inculture (on ne sait pas...): "Il faut que l'on positive le fait d'être une population aussi diverse que l'est devenue la nôtre, qu'on le vive comme une chance." Il oublie juste de dire que cette évolution est imposée au peuple français, qui ne l'a jamais demandée, et qu'elle est donc très loin d'être une évolution normale, naturelle: elle est le fruit d'un calcul idéologique visant, justement, à dissoudre ce qui persiste encore, deux siècles après la Révolution, à ne pas entrer dans le moule des nuées des grands ancêtres. Si c'est une chance, "ça" !...

     

    copé 1.jpg

                         Enfin, cerise sur le gâteau: "Que l'on arrête de vouloir faire croire à nos enfants que nos ancêtres étaient tous des Gaulois".  Mais, à part les manuels scolaires de Jules Ferry et de la République idéologique, qui a dit une chose pareille ? Copé confond tout (volontairement, ou par ignorance ?....) et fait exprès de ne pas comprendre. Quel rapport entre un Clovis et ses Francs qui, certes étrangers au départ, viennent chez nous pour oublier leur langue, et prendre la nôtre; oublier leur religion, et prendre la nôtre; oublier leurs moeurs et coutumes et prendre les nôtres. Quel rapport, donc, entre ces "étrangers" là, et ceux d'aujourd'hui, qui viennent chez nous en branchant leurs antennes paraboliques sur Alger, ou sur n'importe quelle ville d'Afrique, en conservant langue, religion et moeurs incompatibles avec les nôtres (polygamie, excision, charia...) et professent ouvertement leur mépris et leur haine de ce que nous sommes, ainsi que leur volonté de nous assimiler à eux ?

                         Pauvre Copé !....