Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

La Gaule sous Clovis...

La Gaule sous Clovis...

"Pour moi, l'histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L'élément décisif pour moi, c'est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l'histoire de France à partir de l'accession d'un roi chrétien qui porte le nom des Francs". Charles de Gaulle

De Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique d'Histoire, Tome C, article Clovis, page 999 :

"Successeur de son père Childéric 1er à l'âge de quinze ans, il reçut en héritage un petit royaume resseré entre la mer au Nord, l'Escaut à l'Est, les diocèses de Thérouane et de Boulogne à l'Ouest et le diocèse de Cambrai au Sud, mais il ne tarda pas à l'étendre en imposant son pouvoir, par la diplomatie ou par la force, aux chefs salyens et ripuaires. En 486, il défit Syagrius, dernier représentant de l'autorité romaine en Gaule, établit sa capitale à Soissons et occupa toute la Gaule jusqu'à la Loire. Il repoussa les Alamans à la bataille de Tolbiac (496 ?). Marié dès 493 à une princesse burgonde catholique, Clotilde, Clovis eut l'avantage de bénéficier de l'appui des évêques. Alors que les rois burgondes et wisigoths, plus romanisés que lui, étaient acquis à l'hérésie arienne, Clovis était encore païen, et, en adhérant à l'orthodoxie, il pouvait rallier à lui la masse des fidèles gallo-romains. Sous l'influence des évêques Avit et Rémi, ainsi que de son épouse chrétienne Clotilde, Clovis se fit baptiser à Reims, avec plusieurs milliers de ses guerriers (Noël 496 ?), devenant ainsi, aux yeux des catholiques, le seul légitime des rois barbares. "Votre foi est notre victoire", put lui écrire saint Avit, qui était pourtant évêque de Vienne (Dauphiné), au pays des Burgondes. Inquiets de ses ambitions, les souverains ariens, avec l'appui de Théodoric, formèrent une sorte de ligue contre Clovis, mais celui-ci imposa un tribut aux Burgondes (500), puis vainquit et tua le roi wisigoth Alaric à Vouillé (507) et conquit toute l'Aquitaine. Théodoric l'empêcha de s'avancer jusqu'à la Méditerranée (508), mais son pouvoir fut en quelque sorte consacré par l'empereur Anastase, qui lui décerna les titres de consul et de patrice. Clovis, le plus grand des Mérovingiens, avait fondé le royaume franc qui s'étendait désormais du Rhin aux Pyrénées; mais à sa mort, selon la coutume germanique des partages successoraux, ses Etats furent démembrés entre ses quatre fils, Thierry, Childebert, Clodomir et Clotaire."