Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

louis xv

  • Ephéméride du 14 janvier

    La Philarmonie de Paris, inaugurée le 14 janvier 2015

     

    1684 : Naissance de Jean-Baptiste van Loo 

    Il est l'auteur de portraits fameux : ci dessous, Louis XV (dont il recevra deux commandes successives de portraits, ce qui est assez rare) :

    LOUIS XV.JPG

    14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre

    Lire la suite

  • Ephéméride du 4 Janvier

    Place de la Bourse à Bordeaux, œuvre de Gabriel

     

    1782 : Mort d'Ange-Jacques Gabriel 

    Premier architecte du roi, et jouissant de toute la confiance de Louis XV, on lui doit quelques unes des plus belles réussites architecturales de notre Patrimoine.

    Véritables merveilles, expressions achevées d'un art et d'une civilisation raffinées parvenues à leur apogée, les constructions d'Ange-Jacques Gabriel symbolisent et résument parfaitement la société du XVIIIème siècle français, arrivée au plus haut degré de perfectionnement.         

    250px-Ange_Jacques_Gabriel_door_Jean-Baptiste_Greuze_Louvre.jpg
    Portrait, par Jean-Baptiste Greuze
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 1er Janvier

    Salle des pôvres - Hospices de Beaune  

     

    1452 : Le premier malade est reçu aux Hospices de Beaune 

    Le tout nouvel hôpital des Hospices de Beaune, l'Hôtel-Dieu, crée à l'initiative de Nicolas Rolin (chancelier du duc de Bourgogne, Philippe II le Bon) et de son épouse Guigone de Salins accueille son premier patient :   

    http://www.hospices-de-beaune.com/   

    BEAUNE 2.JPG
     
    beaune 1.JPG
     
    Sur la fondation de ces Hospices, le 4 août précédent, voir notre éphéméride du 4 août ; et, sur le rôle et l'importance politique du chancelier Rolin, voir notre éphéméride du 18 janvier 
     
    C'est dans ces Hospices que se trouve l'extarordinaire Polyptique du Jugement dernier, de Van der Weiden : 

    1er janvier,hospices de beaune,charles quint,françois premier,chambord,charles ix,edit de roussillon,racine,phèdre,louis xv,la gazette de france,théophraste renaudot,maurras 

    8 janvier,philibert delorme,diane de poitiers,chenonceau,catherine de medicis,verlaine,stavisky,vincennes,tuileries

    Lire la suite

  • Ephéméride du 5 décembre

     Le Franc au temps où l'on ne prétendait pas que la France de toujours c'est la République ...

     

    1360 : Naissance du Franc 

    Le 5 décembre 1360, à Compiègne, le roi Jean II crée une nouvelle monnaie, le « franc », de même valeur que la monnaie existante, la livre tournois.

    La nouvelle pièce commémore sa libération comme l'indique son appellation (franc et affranchissement sont synonymes de libre et libération)... 

    JEAN II.JPG

    « Nous avons été délivré à plein de prison et sommes franc et délivré à toujours », rappelle le roi dans son ordonnance. « Nous avons ordonné et ordonnons que le Denier d'Or fin que nous faisons faire à présent et entendons à faire continuer sera appelé Franc d'Or ». 

    Le franc de 1360 est en or fin de 3,88 grammes. Il vient en complément de l'écu d'or qu'a introduit Saint Louis au siècle précédent, et de la livre tournois en argent. Il vaut une livre, ou vingt sous tournois.

    Le premier franc représente le roi à cheval avec la légende « Johannes Dei Gratia Francorum Rex ». Une version ultérieure du franc, en 1365, représentera le roi à pied (le « franc à pied ») 

    franc.gif
    Si la création du franc marque une étape majeure dans l'histoire de notre monnaie, il ne faut pas oublier qu' « une multitude de monnaies » (Michel Mourre) existèrent sous la Royauté : Louis XIII créera ainsi la plus importante d'entre elles, le louis d'or (voir l'éphéméride du 31 mars). 
    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 30 novembre

    Tréguier

    563 : Mort de Saint Tugdual, à Tréguier  

    Originaire du Pays de Galles, Tugdual vint avec 72 religieux évangéliser la petite Bretagne, débarquant à Trébabu dans le Léon. Il fut évêque de Tréguier et est considéré comme l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.

    La ville de Tréguier est une étape du pèlerinage médiéval des sept saints de Bretagne appelé Tro Breizh (Tour de Bretagne) : 

    tugdual.JPG
     
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 novembre

    Le Fort Saint Jean à Marseille

     

    1423 : Début du sac de Marseille par les Aragonais 

    Pendant trois jours, jusqu'au 23 novembre, les troupes du roi Alphonse V d'Aragon vont saccager la ville : la raison profonde de cet épisode - l'un des plus tragiques de la cité phocéenne... - est à rechercher dans l'affrontement de la seconde maison d'Anjou-Provence et de la maison d'Aragon - déjà détentrice de la Sicile - pour la possession du royaume de Naples. Marseille fit donc, là, les frais d'un conflit qui ne la concernait que très vaguement, et de très loin.

    Dix-huit galères et douze vaisseaux aragonais longèrent les côtes provençales, en ce mois de novembre 1423, passant au large de Nice puis de Toulon. La ville de Marseille était notoirement désarmée et, surtout, privée de sa flotte.

    Une chaîne amovible devait interdire l'entrée du port, mais elle se composait en fait de deux chaînes de quinze mètres environ, fixées, au milieu de la passe, à une sorte de tour en bois : la défense était donc assez illusoire, et plutôt symbolique.

    Le 18 novembre, les postes de guet de Marseilleveyre et de la Garde signalèrent l'arrivée de la flotte aragonaise. Le 20 novembre un premier contingent de soldats débarqua et, malgré la résistance acharnée des défenseurs de la tour Maubert (ci dessus, reconstruite par la suite, et devenue aujourd'hui la célèbre Tour du roi René dans le Fort Saint-Jean) la chaîne qui barrait l'entrée du port fut brisée et les galères catalanes pénétrèrent dans le port.

    Alors commença le pillage de la ville : les habitants se défendirent maison par maison, mais les catalans mirent le feu partout. Avec le violent mistral, celui-ci se propagea très rapidement. Le pillage et l'incendie durèrent trois jours.

    Alphonse V repartit en Aragon à la fin du mois de novembre, en emportant comme trophée les deux parties de la chaîne du port. Mais, à cause des malfaiteurs, qui continuèrent le pillage, les habitants mirent du temps à revenir dans la ville, qui "disparut" ainsi, en quelque sorte, cessant presque d'exister, pendant plusieurs jours.

    20 novembre,cugnot,fardier,louis xv,traite de paris,1814,1815,traites de westphalie,cent jours,grand louvre,plumier,guimet

    Depuis 1423, la chaîne qui barrait l'entrée du Port de Marseille est exposée dans la cathédrale de Valence, en Espagne 

    3 novembre,azincourt,charles d'orléans,liège,charles le temeraire,perron,tour eiffel,malraux,olympe de gouges,saint hubert

    Lire la suite

  • Ephéméride du 12 novembre

     

    994 : Premières « Ostensions limousines »  

     

    12 novembre,louis xvi,louis xv,maupeou,rappel des parlements,renvoi des parlements,bainville,bourget,air inter,jacques charles,rodin,montgolfier,gay lussacDepuis 2013, les Ostensions limousines font partie du patrimoine culturel mondial de l'humanité : ainsi en a décidé la Commission ad hoc de l'UNESCO, réunie cette année-là... en Azerbaïdjan.

    Les Ostensions limousines sont de grandes processions autour de reliques des saints limousins dans plusieurs villes et villages de la région. Elles ont lieu tous les 7 ans.

    La décision de l'UNESCO est une immense reconnaissance pour l'association qui les organise, les Confréries limousines.

    Cette inscription est venu à point nommé clôturer l'absurde et mesquine polémique sur les subventions publiques accordées en 2009 à cet événement : elles avaient été purement et simplement annulées par le conseil d'Etat à la demande du mouvement de la Libre-pensée car... contraires à la laïcité ! 

    Dans notre catégorie Racines, voir la note Tous les sept ans, les  Ostensions du Limousin 

    15 novembre,galerie des glaces,versailles,louis xiv,le brun,colbert,lucas de nehou,saint gobain

    Lire la suite

  • Ephéméride du 25 octobre

    L’A 380  (Premier vol commercial le 25 octobre 2007)

     

    732 : Charles Martel repousse les Maures 

    Probablement sur le territoire de la commune de Moussais (rebaptisé depuis Moussais-la-Bataille), les Francs commandés par Charles Martel ont repoussé une razzia menée par Abd el Rahman, lors de la bataille de Poitiers : 

    https://www.herodote.net/25_octobre_732-evenement-7321025.php 

    charles martel.JPG

    Partis de Pampelune, les musulmans - qui ont envahi l'Espagne en 711 - ont conquis le Sud-ouest et ravagé Bordeaux; ils ont aussi fait des incursions dans le Sud-est : des légendes locales (comme celle de la Cabro d'Or, aux Baux-de Provence) et la toponymie en gardent quelques souvenirs (le massif des Maures ; la Garde-Freinet...).

    Ils remontent maintenant vers le Nord-ouest, pour y piller les riches monastères. C'est là que Charles Martel - y gagnant son surnom... - stoppera définitivement leur avancée.  

    POITIERS.JPG

    Charles Martel mourra neuf ans plus tard, en 741 : sur son importance et le rôle politique qu'il a joué, voir l'éphéméride du 22 octobre. 

    brissot,bainville,révolution,girondins

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 octobre

    Agen, de nos jours

    303 : Martyre de Saint Caprais 

    Fils d'un fonctionnaire romain d'Agennum, aujourd'hui Agen, Caprais devait en devenir le premier évêque, puis mourir martyr, décapité lors de la grande persécution de Dioclétien, entre 303 et 304. 

    20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine

     La cathédrale Saint Caprais d'Agen

    http://catholique-agen.cef.fr/extranet/site/1802.html?w=1802.html 

    20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine

    Lire la suite

  • Ephéméride du 28 septembre

    La galère La Réale, de Louis XIV

     
    1748 : Suppression des galères par Louis XV
     
    C'est à la fin du Moyen-Âge que remonte, sans doute, l'origine des galères.
     
    Pour la France, tout ce qui se rapportait à elles fut centralisé, d'abord, à Marseille : c'est là que logeait « l'Amiral des Galères », et leur présence est à l'origine de l'agrandissement considérable de la cité, notamment par le développement du Quai de Rive neuve, en face du premier quai de la ville, l'historique Quai du Port, où se trouve l'Hôtel de Ville.
     
    Puis l'ensemble des Galères fut déplacé à Toulon, où elles restèrent jusqu'à leur suppression par Louis XV. 
     
     
    28 septembre,pasteur,galères,louis xv,juifs,louis xvi,malesherbes,moissan

    Lire la suite

  • Ephéméride du 22 août

    L'Arc de triomphe du Carrousel (Voir, plus loin, Charles Percier)

     

    1647 : Naissance de Denis Papin 

    denis_papin 1.JPG
     
    Les premières expériences convaincantes faites avec la vapeur en tant que source d'énergie de propulsion remontent à la seconde moitié du XVIIIème siècle, et font suite à la découverte de la pression atmosphérique par Torricelli en 1643.
     
    Dès 1680, le Hollandais Christiaan Huygens avait eu l'idée d'un moteur fonctionnant suivant le principe du vide provoqué dans un cylindre par l'explosion de poudre à canon.
    Quelques années auparavant, le Français Hautefeuille avait utilisé le même procédé avec sa « machine pour aspirer l'eau ».   

    Lire la suite

  • Ephéméride du 12 juillet

        Le Québec adopte la Loi 101 le 12 juillet 1977 : une véritable charte de la langue française  

     

    1764 : Découverte de la première nébuleuse 

    L'astronome Charles Messier - que Louis XV appelait le Furet des Comètes - découvre la première nébuleuse de l'histoire, et l'inscrit au n° 27 de son catalogue (M27 ou Dumbbell).

    Charles_Messier.jpg
     
    14 juillet,bayeux,tapisserie de la reine mathilde,philippe auguste,chateaubriand,talleyrand,furet,gallo,marc bloch,armee française

    Lire la suite

  • Ephéméride du 7 juin

    Sanctuaire des Grottes de Saint Antoine, étape du chemin de Compostelle, aujourd'hui rénové et ouvert à tous

     

    1226 : Antoine de Padoue est nommé Custode du Limousin 

    Le 7 juin 1226, Antoine est nommé Custode du Limousin, c'est-à-dire supérieur des couvents des frères mineurs de cette région, au chapitre provincial d'Arles.

    Il fonde en août 1226 le couvent de Brive, puis part pour Limoges, où il prononcera son premier sermon le 2 novembre suivant.

    C'est à Brive-la-Gaillarde qu'il retrouve miraculeusement un manuscrit dérobé, aventure qui lui vaudra sa « spécialité » de saint à qui l'on s'adresse pour retrouver des objets perdus.

    7 juin,camp du drap d'or,francois premier,henri viii,louis xiv,bainville,bossuet,voltaire,molière,mazarin,louis xv,louis xvi

    L'hôtellerie des Grottes de Saint Antoine, bâtie juste au-dessus des grottes a accueilli Saint Antoine de Padoue au XIIIe siècle. Devenues très vite un lieu de culte, les moines franciscains s'y installent pour recevoir les pèlerins : la grotte principale est alors transformée en oratoire.
    Après maints pillages, destructions, reconstructions, changement de propriétaires et d'occupants, le sanctuaire, étape du chemin de Compostelle, est aujourd'hui rénové et ouvert à tous. 

    grandmont.pagesperso-orange.fr/franciscains_les.html 

    7 juin,camp du drap d'or,francois premier,henri viii,louis xiv,bainville,bossuet,voltaire,molière,mazarin,louis xv,louis xvi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 16 mai

    L'opéra royal du château de Versailles, aujourd'hui

     

    1770 : Mariage du duc de Berry (futur Louis XVI) avec Marie Antoinette d'Autriche 

    Ou : Voulu par Louis XV, le renversement des alliances en action.

    Un triomphe de la lucidité politique, mais qui devait, de fait, dresser une opinion passéiste et rétrograde, qui raisonnait au « passé prolongé », contre la monarchie, novatrice et « progressiste » au véritable sens du terme : les vraies « lumières », les vrais « éclairés » étaient du côté de Louis XV et de la royauté, et l'obscurantisme et le passéisme du côté de ceux qui deviendront... les révolutionnaires !

    De cette époque date aussi la « tradition négative » d'admiration de la Prusse, partagée par un grand nombre des autoproclamés « philosophes », et la formulation du funeste « principe des nationalités », qui devait aboutir à l'unité allemande : Lumières, Révolution, première République, premier et Second Empire et partisans de « l'amitié » franco-allemande sous la IIIème République, tous travaillèrent ainsi dans la plus parfaite « intelligence avec l'ennemi »... pour la création et la consolidation d'un État prussien, puis allemand, qui nous fit tant de mal. 

    LOUIS XVI DUC DE BERRY.jpg
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 15 mai

    Maxime Real del Sarte, sculpteur, fondateur des Camelots du Roi - Décédé le 15 mai 1954

     

    1685 : Le Doge de Gênes est à Versailles pour « demander pardon » à Louis XIV 

    En 1684, Louis XIV fit bombarder Gênes, dont le Doge, Francesco Maria Imperiali Lercari avait pris parti pour l'Espagne - alors en guerre avec la France - et avait autorisé la construction, pour elle, de quatre galères. Par ailleurs, le Doge avait aussi permis la livraison de diverses fournitures aux pirates barbaresques d'Alger, eux aussi en conflit - mais permanent, celui-là - avec la France.

    Le roi avait, au préalable, suggéré au Doge de ne prendre ni l'une ni l'autre de ces décisions, mais celui-ci passa outre : toute une flotte française appareilla donc de Toulon, et lança 14.000 bombes sur la ville de Gênes. Puis Louis XIV obligea le Doge en personne, accompagné des quatre principaux sénateurs de Gênes, à venir lui présenter sa soumission à Versailles.

    Or, la loi perpétuelle de Gênes interdisait à tout Doge de quitter la ville un seul instant, et destituait d'office tout Doge en exercice absent un seul jour de la ville : il fallut donc aux Gênois voter une loi spéciale, autorisant exceptionnellement leur doge à quitter Gênes pour Paris...

    Michel Mourre assure que Louis XIV sut « adoucir les exigences de sa politique par l'urbanité de son accueil ». De son côté, le Doge Imperiali, qui ne manquait pas d'humour, fit cette réponse à ceux qui lui demandaient ce qu'il trouvait de plus remarquable à la Cour de France : « C'est de m'y voir...» 

    15 mai,corse,genes,choiseul,louis xv,sampiero corso,pascal paoli,pierre curie,charles perrault,dio vi salvi regina

    Réparation faite à Louis XIV par le Doge de Gênes, Francesco Maria Imperiali, dans la Grande Galerie du château de Versailles, le 15 mai 1685 - Tableau de C.G. Halle, Musée national du Château de Versailles

    15 mai,corse,genes,choiseul,louis xv,sampiero corso,pascal paoli,pierre curie,charles perrault,dio vi salvi regina

    Lire la suite