Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

moliere

  • Ephéméride du 18 novembre

    La Coupe du monde de football (créée le 18 novembre 1927)

     

    1548 : Le Parlement de Paris interdit la représentation des Mystères      

    L'évènement aura une grande conséquence car, en disparaissant, ils vont tout simplement céder toute la place... au Théâtre !

    Les Mystères représentaient généralement la Passion du Christ, ou un épisode de l'Histoire Sainte, en se nourrissant également de légendes et d'histoires populaires. Ils étaient écrits pour plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de personnes qu'ils mettaient en scène.

    Le document le plus irréfutable sur les Mystères, c'est la fameuse peinture de Jean Fouquet (ci dessous), une miniature, reproduisant une représentation du « Mystère de Sainte-Apolline » (vers 1450) d'Andrien de la Vigne. La scène se passe, en 249, à Alexandrie où la Sainte fut brulée vive après avoir été torturée. 

    appoline.gif
    Un « procès-verbal » de l'époque, compte-rendu de l'auteur-metteur en scène De la Vigne, corrobore ce que montre l'oeuvre de Fouquet. On peut y lire :

    « MJ = le Meneur de Jeu (l'auteur, ndlr), le livre de conduite et la baguette à la main, dirige la séance, soufflant leur texte aux uns, faisant respecter la mise en scène aux autres... L'aire de jeu, le hourt est ici terre battue. Ligotée sur une planche, Sainte Apolline est torturée par quatre bourreaux : 2 lui serrent les chevilles, un autre lui tire les cheveux. Le bourreau B lui arrache les dents avec une longue pince. A gauche, le Fou F s'est déculotté, en signe de dérision. Au fond, les échafauds en demi-cercle. Au "Premier Etage" : des loges dont seulement deux sont des mansions : le Ciel, l'Enfer (dont la Gueule d'Enfer occupe le rez-de-chaussée). Les autres loges sont occupées par le public, sauf une contenant les musiciens. La loge L est un "estal" ou "lieu". Le personnage, ici désigné par R, est sans doute le Roi. Puisqu'il joue, son fauteuil, entouré de public, est vide.... » 

    Les mystères.pdf

      

    10 novembre,saint martin du canigou,charles vii,rouen,jeanne d'arc,louis xi,couperin,robespierre,notre-dame de paris,chaumette,dupleix

    Lire la suite

  • Ephéméride du 14 octobre

    Hastings, de nos jours

     

    1066 : Victoire d'Hastings 

    Guillaume le Bâtard triomphe de Harold, le dernier roi anglo-saxon, et devient Guillaume le Conquérant : 

    https://www.herodote.net/14_octobre_1066-evenement-10661014.php 

    300px-Normans_Bayeux.jpg
    Un épisode du « Telle du Conquest » (communément appelé « Tapisserie de la reine Mathilde »), présenté dans notre éphémeride du 21 septembre, jour de l'embarquement du duc à Saint-Valéry-sur-Somme. 

    14 octobre,georges charpak,marie-antoinette,bourgeois gentilhomme,hastings,guillaume le conquérant,moliere,lully,chambord,iena

    Lire la suite

  • Ephéméride du 13 juin

    La comédie française, de nos jours

     

    1643 : Fondation de l'Illustre Théâtre 

    C'est avec quelques amis, dont la comédienne Madeleine Béjart, que Molière fonde L'illustre Théatre : un processus est lancé, qui ne s'arrêtera plus, et qui débouchera sur la création de la Comédie Française, par Louis XIV, en 1680.

    L'acte officiel (ci-dessous) sera signé le 30 :

    moliere illustre theatre.jpg

    Lire la suite

  • Ephéméride du 7 juin

    Sanctuaire des Grottes de Saint Antoine, étape du chemin de Compostelle, aujourd'hui rénové et ouvert à tous

     

    1226 : Antoine de Padoue est nommé Custode du Limousin 

    Le 7 juin 1226, Antoine est nommé Custode du Limousin, c'est-à-dire supérieur des couvents des frères mineurs de cette région, au chapitre provincial d'Arles.

    Il fonde en août 1226 le couvent de Brive, puis part pour Limoges, où il prononcera son premier sermon le 2 novembre suivant.

    C'est à Brive-la-Gaillarde qu'il retrouve miraculeusement un manuscrit dérobé, aventure qui lui vaudra sa « spécialité » de saint à qui l'on s'adresse pour retrouver des objets perdus.

    7 juin,camp du drap d'or,francois premier,henri viii,louis xiv,bainville,bossuet,voltaire,molière,mazarin,louis xv,louis xvi

    L'hôtellerie des Grottes de Saint Antoine, bâtie juste au-dessus des grottes a accueilli Saint Antoine de Padoue au XIIIe siècle. Devenues très vite un lieu de culte, les moines franciscains s'y installent pour recevoir les pèlerins : la grotte principale est alors transformée en oratoire.
    Après maints pillages, destructions, reconstructions, changement de propriétaires et d'occupants, le sanctuaire, étape du chemin de Compostelle, est aujourd'hui rénové et ouvert à tous. 

    grandmont.pagesperso-orange.fr/franciscains_les.html 

    7 juin,camp du drap d'or,francois premier,henri viii,louis xiv,bainville,bossuet,voltaire,molière,mazarin,louis xv,louis xvi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 4 juin

    Le Misanthrope représenté de nos jours à la Comédie française 

     

    1609 : Mort de François Miron 

     4 juin,molière,misanthrope,alceste,montgolfière,annonay,louis xviii,charte constitutionnelle de 1814,bainville,napoléon,république,révolution,louis xvi

    Fils de magistrat, François Miron eut une belle carrière : d'abord Maître des requêtes, il devint Lieutenant civil (c'est-à-dire responsable de la sécurité à Paris) et, enfin, Prévôt des marchands.

    Il édicta des règlements contraignants pour améliorer la salubrité de la capitale, aménagea des fontaines, pava les bords de la Seine, réglementa l'apparence des façades et l'alignement des rues ; il interdit en particulier les façades en saillie, dont les encorbellements risquaient de s'effondrer...

    4 juin,molière,misanthrope,alceste,montgolfière,annonay,louis xviii,charte constitutionnelle de 1814,bainville,napoléon,république,révolution,louis xvi

    Mais quand le roi décida d'aménager la place Dauphine (ci contre) et d'en réserver les habitations à des bourgeois et des commerçants, à l'exclusion des artisans, Miron écrivit une lettre à Henri IV pour l'en dissuader. Faisant preuve de beaucoup de sagesse, et d'un intuition fort politique, il parla sans détour au roi, avec une franchise qui l'honore :  

    « Cher Syre, permettez que je me retire ; en jurant fidélité au Roy, j'ai promis de soustenir la royauté ; or Votre Majesté me commande un acte pernicieux à la royauté... Je refuse; je le répète à mon cher maistre et Souverain bien-aimé : c'est une malheureuse idée de bâtir des quartiers à l'usage exclusif d'artisans et d'ouvriers. Dans une capitale ou se trouve le Souverain, il ne faut pas que les petits soyent d'un côté et les gros et dodus de l'autre, c'est beaucoup et plus sûrement mélangés ; vos quartiers pôvres deviendraient des citadelles qui bloqueraient vos quartiers riches. Or comme le Louvre est la partye belle, il pourroit se fait que les balles vinssent ricocher sur votre couronne... Je ne veulx pas syre estre le complice de cette mesure... » 

    Mélanger les « dodus » et les « menus », éviter de créer des ghettos, et leur préférer le brassage des populations : c'était assurément un sage conseil que Miron donnait là à son « cher » souverain.

    Celui-ci avait bien de la chance d'avoir de tels serviteurs, qui n'hésitaient pas à parler franc, pratiquant ainsi - avant même que Boileau ne l'exprimât - son sage précepte : « Aimez qu'on vous conseille, et non pas qu'on vous loue. »

    Dans une autre lettre à Henri IV, datée du 24 mai 1605, et relative à l'aménagement de la toute nouvelle Place royale (aujourd'hui, Place des Vosges), François Miron, toujours sincère, expliqua au roi ce que devait être, selon lui, le développement de Paris : 

    Lire la suite

  • Ephéméride du 17 Février

     

    1596 : La ville de Marseille se replace sous l'autorité d'Henri IV 

    La ville était, alors, dominée par Charles de Casaulx, consul, et par Louis d'Aix, viguier, qui avaient profité des troubles politico-religieux pour s'emparer du pouvoir dans la ville. Ils s'apprêtaient à la livrer aux Espagnols lorsque Pierre de Libertat retourna la situation : Casaulx fut tué, Louis d'Aix parvint à s'évader, et la ville fit sa soumission à Henri IV.

    Pour en savoir plus :

     http://perso.numericable.fr/perrin1/marseille.kharmi/casaulx.htm

     

    casaulx.jpg
     
    Devenu premier consul grâce à la Ligue, Casaulx rêve de faire de Marseille une république catholique indépendante et la gère en despote.
    Il est assassiné, le 17 février 1596, par le Corse Pierre de Libertat, alors qu'une escadre espagnole vient le secourir.

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 janvier

     

    1601 : Henri IV ratifie le Traité de Lyon 

    Signé le 17 janvier par les plénipotentiaires de France et de Savoie, ce traité met fin à la guerre entre les deux pays.

    La France s'agrandit du Bugey, de la Bresse, du Valromey et du Pays de Gex (dont elle perdra une partie lors du désatreux Traités de 185, consécutif aux folies révilutionnaires et napoléoniennes : voir l'Ephéméride du 20 novembre) 

    Dans notre album L'aventure France racontée par les cartes, voir la photo « Traité de Lyon (17 janvier 1601) ».

                        FRANCE HENRI IV TRAITE DE LYON 1601.gif

    http://ch.revues.org/index227.html

     

    21 janvier,henri iv,bugey,pere la chaise,anne d'autriche,louis xiii,louis xiv,louvre,mazarin,val de grace,moliere,ampere,la fontaine

    Lire la suite

  • Ephéméride du 26 décembre

    La Comédie Française joue l'École des Femmes

     

    1662 : Molière crée L'École des Femmes 

     

    La comédie, en 5 actes, est jouée au Palais-Royal à Paris.

    Très appréciée, et en même temps très critiquée par les jaloux, Molière en écrira la critique (ci dessous), pour répondre à ses détracteurs.

    On y trouve cette réplique de Dorante (scène VI) : 

    « Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire, et si une pièce de théâtre qui a attrapé son but n'a pas suivi un bon chemin. »  

    critique_ecole_femmes.jpg
     
     

    26 décembre,moliere,stendhal,la chartreuse de parme,de seze,convention,louis xvi,tempete 1999

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 12 décembre

    Le pèlerinage de Compostelle de nos jours

     

    460 ou 461 : Célébration de Saint Corentin  

    Evêque de Quimper, il fait partie des Sept-Saints qui évangélisèrent la Bretagne :

    saint Tugdual de Tréguier;

    saint Paterne de Vannes;

    saint Samson de Dol;

    saint Pol de Léon;

    saint Malo;

    saint Brieuc.

    Né en Armorique, Corentin vécut pendant plusieurs années la vie érémitique, dans les bois qui couvraient le versant sud du Ménez-Hom, en Plomodiern. Le prince Gallon s'égara un jour dans ces bois, au cours d'une partie de chasse et prit avec sa suite un repas dans la cabane de Corentin. Pour le récompenser, le prince lui fit don d'un vaste domaine. Corentin y construisit un monastère et une école pour les enfants.

    Quelques années plus tard, Gallon, désireux de fonder un évêché dans sa province, envoya Corentin à saint Martin de Tours, dont la juridiction s'étendait sur toute la Bretagne, et qui lui donna la consécration épiscopale. Au retour de Corentin, Gallon lui offrit son château de Kemper pour en faire une église. Aujourd’hui, on l’oublie souvent, le nom complet de Quimper est Quimper Corentin

    Les reliques du saint, dispersées lors des invasions normandes (Marmoutier - Abinbdon, Waltham et Glastonbury en Grande-Bretagne), furent partiellement restituées à la cathédrale de Quimper (ci-dessous) en 1623.  

    12 décembre,pere joseph,richelieu,alexandre,racine,moliere,radiguet,cocteau,surcouf,flaubert,corentin,quimper

    12 décembre,pere joseph,richelieu,alexandre,racine,moliere,radiguet,cocteau,surcouf,flaubert,corentin,quimper

     

    Lire la suite

  • « Quoi de neuf ? Molière… » : A Versailles, et jusqu’au 30 juin, la seizième édition du Mois Molière…

                   moliere mois moliere 2011.JPG                            "Quinze ans radieux", comme le dit le maire de Versailles, François de Mazières.               

                 Depuis quinze ans, maintenant, et pour la seizième fois, cette année, le Mois Molière renoue avec la tradition du théâtre populaire. Depuis sa création par le maire, en 1996, ce Mois est devenu le premier Festival d'Île-de-France. Il promeut des troupes de qualité, non subventionnées, car il se veut aux antipodes d'une certaine logique actuelle :

               "Lorsque la logique financière est première, elle gangrène et pervertit la culture", dit, non sans raison, François de Mazières, qui ne se cache pas, par ailleurs, de proposer une "fête de la culture familiale, pour la population, dans un esprit de convivialité et d'ouverture et un souci de qualité"....

    Lire la suite

  • Un nouveau cap a été franchi... à l'insu de notre plein gré !.....

               En 2007, le service des intérêts de la dette publique a dépassé pour la première fois le produit de l’impôt sur le revenu : 50 milliards € contre 49 milliards.

               On savait jusqu'à présent que les impôts en général, et l’impôt sur le revenu en particulier, servaient à payer les fonctionnaires de la police, de la justice, de l’éducation nationale, à construire les routes, à faire fonctionner les hôpitaux etc....

               A cette longue liste non exhaustive il faudra désormais ajouter qu'ils servent aussi - et bientôt de plus en plus !.....  - à tenter de payer les intérêts de la dette publique !

    Lire la suite

  • Un converti hargneux, ou l'ardeur des néophytes...

              Jean-François Bastin, un Belge de 65 ans, coiffé d'un turban à carreaux et la barbe teinte au henné, s'appelle aujourd'hui Abdullah Abu Abdulaziz Bastin. Converti à l'islam, il a fondé en 2004 le Parti des jeunes musulmans.

               Abdullah ne serre pas la main des femmes. «C'est tromper Allah", lâche-t-il. C'est aussi tromper celle à qui l'on donne la main, en lui faisant croire que vous êtes égaux...." Charmant ! et révélateur...

    Lire la suite