UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un nouveau cap a été franchi... à l'insu de notre plein gré !.....

           En 2007, le service des intérêts de la dette publique a dépassé pour la première fois le produit de l’impôt sur le revenu : 50 milliards € contre 49 milliards.

           On savait jusqu'à présent que les impôts en général, et l’impôt sur le revenu en particulier, servaient à payer les fonctionnaires de la police, de la justice, de l’éducation nationale, à construire les routes, à faire fonctionner les hôpitaux etc....

           A cette longue liste non exhaustive il faudra désormais ajouter qu'ils servent aussi - et bientôt de plus en plus !.....  - à tenter de payer les intérêts de la dette publique !

          Au train où vont les choses, il est à craindre en effet que, sous peu, nous ayons à emprunter pour honorer les intérêts de nos emprunts ! Chaque français qui travaille ne rembourse-t-il pas déjà 2.000 € tous les ans pour pallier le laxisme budgétaire des gouvernements successifs qui ont dépensé au-delà de leurs moyens, gouvernant la France à crédit, pour conserver celui de leur clientèle électorale ?

          N'est-ce pas là "manger son blé en herbe", comme on en parle chez Molière lorsque, dans l'Avare (Acte II, Scène I) La Flèche reprend Cléante, qui veut emprunter:


LA FLECHE

 -- Je vous vois, monsieur, ne vous en déplaise, dans le grand chemin justement que tenait Panurge pour se ruiner, prenant argent d'avance, achetant cher, vendant à bon marché, et mangeant son blé en herbe.


CLEANTE

-- Que veux-tu que j'y fasse ? Voilà où les jeunes gens sont réduits par la maudite avarice des pères ; et on s'étonne, après cela, que les fils souhaitent qu'ils meurent.

             Remplaçons l'expression "la maudite avarice des pères" par "l'irresponsabilité de gouvernants de passage". N'avons-nous pas une assez exacte description de la situation d'aujourd'hui ? Et n’a-t-on pas écrit il y a peu, un pamphlet dans lequel on trouvait cette phrase terrible: « nos enfants nous haïront » ? (1)

(1): Voir la note "Un brulôt: "France anti jeunes..." dans la catégorie "Polémique: France....".

Les commentaires sont fermés.