Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

camus

  • Ephéméride du 20 avril

    A Martigues, la maison de Charles Maurras, né le 20 avril 1868

     

    1251 : Dédicace de la cathédrale Saint Maurice de Vienne 

    C'est en 1130 que débuta la construction de l'édifice, dans le style roman; Guillaume de l'Oeuvre en serait l'architecte.

    Aujourd'hui, les parties les plus anciennes de la cathédrale restent romanes, alors que, à partir du XIIIe siècle, le chœur, le début et les parties hautes de la nef sont construits au goût du jour, c'est-à-dire en style « ogival ». Mais la construction se poursuivra jusqu'au XVIème siècle - avec, notamment, la façade - la dernière pierre étant posée en 1529.  

    20 avril,charles maurras,jean paulhan,marx,camus,philosophes,xviii° siècle,siècle des lumières,communisme,nazisme,avenir de l'intelligence

    diocese-grenoble-vienne.fr/cathedrale_vienne.html  

    lieuxsacres.canalblog.com/archives/vienn_cathedrale_primatiale_saint_maurice__38_isere.html          

     

    20 avril,charles maurras,jean paulhan,marx,camus,philosophes,xviii° siècle,siècle des lumières,communisme,nazisme,avenir de l'intelligence

    Lire la suite

  • Ephéméride du 4 Janvier

    Place de la Bourse à Bordeaux, œuvre de Gabriel

     

    1782 : Mort d'Ange-Jacques Gabriel 

    Premier architecte du roi, et jouissant de toute la confiance de Louis XV, on lui doit quelques unes des plus belles réussites architecturales de notre Patrimoine.

    Véritables merveilles, expressions achevées d'un art et d'une civilisation raffinées parvenues à leur apogée, les constructions d'Ange-Jacques Gabriel symbolisent et résument parfaitement la société du XVIIIe siècle français, arrivée au plus haut degré de perfectionnement.         

    250px-Ange_Jacques_Gabriel_door_Jean-Baptiste_Greuze_Louvre.jpg
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 7 novembre

    Vladimir Volkoff [né le 7 novembre 1932] au rassemblement royaliste des Baux de Provence

     

    1492 : Chute de la météorite d'Ensisheim 

    Tombée entre Mulhouse et Colmar, c'est la plus vieille météorite dont on connaît la date d'impact avec précision. 

    Elle présentait un poids d'environ 127 kgs. Elle s'était enfoncée a plus d'un mètre sous terre. Elle fut fragmentée et une partie, de 55 kgs, resta à la commune : elle est exposée actuellement au Musée de la Régence.

     

    meteorite.JPG
     
     

    1er novembre,saint hilaire,thomas becket,jean anouilh,philippe auguste,louis xiv,philippe v,bainville,boileau,levi strauss,la boëtie,folco de baroncelli

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 17 octobre

    Albert Camus reçoit le Prix Nobel de Littérature (1957)

     

    1260 : Dédicace de la nouvelle cathédrale Notre-Dame de Chartres 

    La cérémonie a lieu en présence du roi Saint Louis, qui ouvre la semaine de festivités marquant l'évènement, du 17 au 24 octobre :

     

    http://cathedrale.chartres.free.fr/p01.htm

     

    http://www.vitraux-chartres.fr/     

        

    chartresvitraux1.jpg

     La rosace nord

    Lire la suite

  • 31'37" avec Jean-François Mattéi...

                Il vient de sortir un nouvel ouvrage avec Chantal Delsol, L'Identité de l'Europe (1).

                Nous avions déjà pu l'écouter sur Canal Académie parler de son Regard vide, et de Camus.

                Jamais deux sans trois: Damien Le Guay reçoit Jean-François Mattéi, toujours sur la toujours excellente Canal Académie: trente et une minutes d'altitude mentale, pour reprendre l'expression de Proust..... Il parle cette fois de son Sens de la démesure.

                Vivement la prochaine, pour son dernier....

                http://www.canalacademie.com/ida5564-Jean-Francois-Mattei-Le-sens-de-la.html

     

     

    (1) :

    mattei identite de l'europe.jpg

    173 pages, 15,20 euros

     
    Les contributions sont d'Alain BESANÇON, Chantal DELSOL, Jacques DEWITTE, Gérard-François DUMONT, Mezri HADDAD, Jean-François MATTÉI, Philippe NEMO, Joanna NOWIKI et André RESZLER.

                En renonçant à assumer son identité, l'Europe enchaîne les paradoxes.

     

                Le premier est celui d'une culture universelle qui, Hugo, Valéry ou Camus en témoignent, n'a pas posé de problème aux créateurs qui s'en réclamaient.

     

                Le deuxième paradoxe est celui du refus de donner un contenu à l'idée d'Europe : parler de son identité serait une illusion rétrospective ou le masque d'un colonialisme culturel plus pernicieux que celui du passé.

     

                Le troisième paradoxe tient à ce que cette critique de l'Europe utilise ses propres outils intellectuels pour mettre en doute son existence. Mais en suivant la forme de ses récits, de ses connaissances et de ses oeuvres, il est possible de donner un sens à la quête de l'identité européenne. Si l'Europe n'ose plus se réclamer de sa culture en abdiquant son origine et son destin, elle se dissoudra sans voir qu'elle se prive tout simplement de sa présence au monde.

     
    DELSOL.jpg

     

     
                 Si "l'utilisation de la notion d'identité commence par une critique de cette notion", notait Claude Lévi-Strauss dans son séminaire sur L'identité, il est indispensable, nuançait-il, de voir en elle le "foyer virtuel" qui rassemble les traits dominants d'une culture.
    L'Europe a ainsi constitué son identité mouvante à travers les siècles en intégrant rétrospectivement dans ce foyer les sources grecque, romaine et chrétienne ainsi que de multiples influences extérieures. Tel est son premier paradoxe : sa culture particulière s'est reconnue comme le foyer de la culture universelle en soumettant le monde à une investigation rationnelle et critique. Mais lorsque la critique retourne la raison contre elle-même, elle succombe à la tentation de désavouer sa propre culture.
                 Tel est le second paradoxe de l'Europe : en doutant aujourd'hui de sa vocation à exprimer l'universel, elle se résigne à ce que Valéry appelait, dans Regards sur le monde actuel, "l'illusion perdue d'une culture européenne".
     
    MATTEI 2010.JPG
  • La conception algérienne de la "diversité", ou : Camus est-il un "étranger" en Algérie ?...

                Nous en rebattent-ils les oreilles, ici, les bobos/gauchos/trotskos, de leur diversité bidon, qui n'est rien d'autre qu'une arme de guerre contre la spécifité française qui, elle, est bien l'une de ces diversités qui enrichissent le monde; et dont le résultat le plus assuré de leur action, si elle triomphait, serait de la faire disparaître, sous couvert d'un pseudo combat pour ... la diversité ! N'est-ce pas stupéfiant ?

                Ils feraient bien de s'inquiéter plutôt un peu (beaucoup...) de ce qui se passe en Algérie, où, là, on n'a pas ces états d'âme, à propos de la diversité: là-bas, la diversité, c'était "avant"....

                On en a encore un exemple ces derniers temps, pour ceux qui en douteraient encore, avec le cinquantenaire de la mort d'Albert Camus :

                http://nadorculture.unblog.fr/2010/02/26/algerie-lannee-camus-naura-pas-lieu/

    CAMUS ETRANGER EN ALGERIE.jpg
    La réponse est claire:
    dans l'Algérie de Boutef, qui se fiche comme d'une guigne de la Culture,
    et pour qui la "diversité", manifestement, c'est bon pour "les autres"
    Camus , c'est ... "L'Etranger" !...
  • Rencontres avec Jean-François Mattéi...

    I : Jean-François Mattéi invité de La Matinale sur Radio Notre-Dame, le mardi 13 avril, à 7h20 :

    L’auteur sera interviewé au sujet de son essai Le sens de la démesure en direct par Louis Daufresne dans la chronique Le Grand Témoin de la tranche matinale de la radio.

    Radio Notre-Dame : 100.7 fm - http://www.radionotredame.net/

     

    II : Jean-François Mattéi,  rencontre sur la citoyenneté au CUM, à Nice, le vendredi 16 avril, à 18h00 :

    Le philosophe est invité à débattre avec Antoine Sfeir sur la notion de citoyenneté.

    Le Centre Universitaire Méditerranéen - 65, Promenade des Anglais – 06 000 Nice - Tél. : 04.97.13.46.10

    http://www.cum-nice.org/ / cum@ville-nice.fr

    MATTEI 5.jpg
  • Rencontres avec Jean-François Mattéi...

    I : Jean-François Mattéi, conférence sur Albert Camus et la pensée de midi, à Marseille, le mardi 6 avril, à 19h00 :

    Le philosophe, auteur de l’essai Le sens de la démesure, donnera une conférence sur Albert Camus et la pensée de midi, invité par l’association PEP.

    Association PEP 6 11, rue de la Boiseraie - 13 012 Marseille -Tél. : 04.91.85.37.25

     

    II : Jean-François Mattéi invité de La Matinale sur Radio Notre-Dame, le mardi 13 avril, à 7h20 :

    L’auteur sera interviewé au sujet de son essai Le sens de la démesure en direct par Louis Daufresne dans la chronique Le Grand Témoin de la tranche matinale de la radio.

    Radio Notre-Dame : 100.7 fm - http://www.radionotredame.net/

     

    III Jean-François Mattéi,  rencontre sur la citoyenneté au CUM, à Nice, le vendredi 16 avril, à 18h00 :

    Le philosophe est invité à débattre avec Antoine Sfeir sur la notion de citoyenneté.

    Le Centre Universitaire Méditerranéen - 65, Promenade des Anglais – 06 000 Nice - Tél. : 04.97.13.46.10

    http://www.cum-nice.org/ / cum@ville-nice.fr

    MATTEI 5.jpg
  • La dernière livraison du Réseau Regain...


                Au sommaire de la dernière mise en ligne du Réseau Regain, ce premier avril (entre autres...) : Albert Camus entre la justice et la foi, L'écologie, science ou idéologie.....

                http://reseau-regain.net/

    reseau regain.jpg
  • Jean-François Mattéi à Sciences-Politiques, le lundi 15 mars, à 14h30...

                L’auteur du Sens de la démesure participera à un débat sur Albert Camus avec Jean Daniel et Alain Finkielkraut.

               Sciences Po, 27, rue Saint-Guillaume, 75 007 Paris.
               Informations : 01.45.49.50.50 / http://www.sciences-po.fr/portail/

     

    A noter également: Jean-François Mattéi à la Fnac de Nice, le mercredi 24 mars, à 17 h 30 :

               Le philosophe participera à une rencontre sur Albert Camus en compagnie de José Lenzini (Les derniers jours de la vie d'Albert Camus) et de Franck Planeille (recueil de correspondances entre Camus et René Char).

               Forum Fnac Nice, niveau+3 - Fnac La Riviera, 44-46, avenue Jean-Médecin - 06 008 Nice

    MATTEI 5.jpg
  • Rencontre avec Jean-François Mattéi...

                Après ses interventions aux Bernardins (le 3 février, sujet: La crise du sens dans le monde moderne.) et au Cercle Aristote (le 4 février, sujet: Comprendre l’identité européenne : le sens de la mesure.), puis à Toulon et Montpellier, Jean-François Mattéi sera à Marseille...

    MATTEI 2010.JPG

                   ....à la Fnac (1), le samedi 27 février à 17h30, sur le thème : Camus et la pensée de midi.

                   Cinquante ans après sa disparition, que reste-il de la figure à multiples facettes d'Albert Camus ? La postérité semble rendre justice à sa création artistique et à ses combats...

                   Débat en présence de Jean Yves Guérin, Dictionnaire Albert Camus (Robert Laffont), Thierry Fabre, Eloge de la pensée de midi (Actes Sud), Jean-François Mattei, Albert Camus & La Pensée De Midi (Ovadia), Le Sens de la démesure (Sulliver).

    (1) : Centre Bourse,13001 Marseille.

  • Eléments biographiques sur Soljénitsyne...

                Vous avez apprécié l'article sur Camus/Soljénitsyne du Réseau Regain, vous apprécierez les prolongements que vous propose Danièlle Masson: bien que vous soyez maintenant suffisamment informés pour y aller tout seuls, nous vous indiquons -au cas où...- qu'elle entreprend maintenant de nous parler de Soljénitsyne. Elle y consacrera trois notes :

    1) Quelques repères biographiques

    2) Une approche de son oeuvre

    3) Sa pensée : sur l’Occident, sur la Russie postcommuniste, sur la nation et sur l’orthodoxie.....

               Voici le lien menant à la première de ces notes, "Quelques repères biographiques":

              http://www.reseau-regain.net/SoljenitsynePDF_files/soljenitsynePDF_files/2Gb08-SoljenBiographie1-3.pdf

    SOLJENITSYNE 3.jpg

     

  • Albert Camus / Soljénitsyne: même combat ?...

                Tel est le titre du fort intéressant article de Danièle Masson -agregée de l'Université- dans le dernier numéro proposé par le Réseau Regain.

                Pour celles et ceux qui -parmi nos nouveaux lecteurs, puisque nous en comptons beaucoup, à chaque mois qui passe...- ne connaîtraient pas le Réseau Regain, nous dirons simplement qu'il s'agit de l'ancien Escritoire, qui, à partir de juillet 2008, a quitté l'imprimé pour le Net. Paraissant depuis 35 ans, "L'Escritoire" est un revue de haute qualité qui, autour de Michel et Danielle MASSON, a rassemblé de nombreuses signatures (Pierre GOURINARD, Antoine de CREMIERS, Philippe LALLEMENT, Nicolas PORTIER, Jacques LERMIGEAUX, Michel MICHEL, Georges LEROY...). Pour toucher un plus large public, et consacrer à des tâches évidemment bien plus utiles le temps très important consacré à la fabrication d'un journal-papier, l'Ecritoire est donc devenu le Réseau Regain.

                Voilà: en très peu (trop peu...) de mots, vous savez, sinon tout, du moins assez pour vous plonger sans retenue dans la découverte de ce Réseau Regain, à connaître et à faire connaître. Et sur le site duquel vous vous rendrez toujours avec profit....

     

                Vous lirez tout entier, en cliquant sur le lien suivant: http://reseau-regain.net/index.html , l'article qui nous sert de titre, mais nous ne résistons pas, en guise de mise en bouche, en quelque sorte, au plaisir de vous en donner le paragraphe de conclusion.

                Le reste est à l'avenant...

    Albert-Camus_01.jpg

    Lire la suite

  • Rencontres avec Jean-François Mattéi...

                 Après ses interventions aux Bernardins (le 3 février, sujet: La crise du sens dans le monde moderne.) et au Cercle Aristote (le 4 février, sujet: Comprendre l’identité européenne : le sens de la mesure.), Jean-François Mattéi sera à Montpellier, Toulon et Marseille :

    MATTEI 2010.JPG

    - A la Fnac Montpellier, le vendredi 12 février à 17h30, sur le thème : De la pensée de midi à l'œuvre universelle.

    Centre commercial Le Polygone, 1, rue des Pertuisanes, 34000 Montpellier.

    - A la Fnac Toulon, le mercredi 17 février à 17h30, sur le thème : Camus et la Méditerranée.

    (A l'occasion de la commémoration des 50 ans de la disparition d'Albert Camus, la Fnac propose une rencontre avec José Lenzini auteur de Les derniers jours de la vie d'Albert Camus (Actes Sud), Jean-François Mattéi auteur de Albert Camus & La Pensée de Midi (Ovadia), Le sens de la démesure (Sulliver) et Jacques Ferrandez auteur de L'Hôte d'après Camus (Gallimard).

    Centre Commercial Mayol, Rue du Murier, 83000 Toulon.

    - A la Fnac Marseille, le samedi 27 février à 17h30, sur le thème : Camus et la pensée de midi.

    (Cinquante ans après sa disparition, que reste-il de la figure à multiples facettes d'Albert Camus ? La postérité semble rendre justice à sa création artistique et à ses combats.Débat en présence de Jean Yves Guérin, Dictionnaire Albert Camus (Robert Laffont), Thierry Fabre, Eloge de la pensée de midi (Actes Sud), Jean-François Mattei, Albert Camus & La Pensée De Midi (Ovadia), Le Sens de la démesure (Sulliver).

    Centre Bourse,13001 Marseille.

  • Albert Camus dégage le sens profond de l'assassinat de Louis XVI...

    Il y a cinquante ans, Albert Camus se tuait dans un accident de voiture. Ce fils des rivages d’Afrique du Nord, malheureusement fort éloigné du christianisme, n’en avait pas moins saisi le sens profond de l’assassinat de Louis XVI, beaucoup mieux que la grande majorité des hommes politiques et même que certains hommes d’Eglise qui rêvent de “baptiser” la Révolution ::

     « Le 21 janvier, avec le meurtre du Roi-prêtre, s’achève ce qu’on a appelé significativement la passion de Louis XVI. Certes, c’est un répugnant scandale d’avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l’assassinat public d’un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s’en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien. Dieu, jusqu’ici, se mêlait à l’histoire par les Rois. Mais on tue son représentant historique, il n’y a plus de roi. Il n’y a donc plus qu’une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.

      Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l’Evangile. En fait, ils portent au Christianisme un coup terrible, dont il ne s’est pas encore relevé. Il semble vraiment que l’exécution du Roi, suivie, on le sait, de scènes convulsives, de suicides ou de folie, s’est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s’accomplissait. Louis XVI semble avoir, parfois, douté de son droit divin, quoiqu’il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi. Mais à partir du moment où il soupçonne ou connaît son sort, il semble s’identifier, son langage le montre, à sa mission divine, pour qu’il soit bien dit que l’attentat contre sa personne vise le Roi-Christ, l’incarnation divine, et non la chair effrayée de l’homme.

     Son livre de chevet, au Temple, est l’Imitation de Jésus-Christ. La douceur, la perfection que cet homme, de sensibilité pourtant moyenne, apporte à ses derniers moments, ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et, pour finir, sa brève défaillance sur l’échafaud solitaire, devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix, si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre, tout cela laisse imaginer que ce n’est pas Capet qui meurt mais Louis de droit divin, et avec lui, d’une certaine manière, la Chrétienté temporelle. Pour mieux affirmer encore ce lien sacré, son confesseur le soutient dans sa défaillance, en lui rappelant sa « ressemblance » avec le Dieu de douleur. Et Louis XVI alors se reprend, en reprenant le langage de ce Dieu : « Je boirai, dit-il, le calice jusqu’à la lie ». Puis il se laisse aller, frémissant, aux mains ignobles du bourreau ».

     Albert Camus, L’homme révolté, La Pléiade, p. 528-529.

    Albert-Camus_01.jpg