Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mistral

  • Ephéméride du 8 septembre

    Frédéric Mistral [Voir plus loin]

     

    1239 : Première représentation du Miracle de Théophile, de Ruteboeuf

     

    8 septembre,mistral,lamartine,daudetSi l'on connait relativement bien la vie même de Ruteboeuf, et en tous cas ses moments les plus importants, on ne dispose, curieusement de presqu'aucune date en ce qui le concerne. C'est dans l'exposé suivant - très intéressant malgré son aspect un peu austère - que l'on trouve la date du 8 septembre pour la première représentation publique, sur le parvis de Notre-Dame, du Miracle de Théophile, oeuvre commandée au poète par l'évêque de la ville lui-même (ci contre, une partie du vitrail de la cathédrale de Beauvais, racontant le Miracle) : 

     http://books.openedition.org/pup/4481?lang=fr 

    On trouvera cette oeuvre expliquée et commentée dans notre Ephémeride/Evocation du 28 mai : 

     Quand la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais a reçu, au XIIIème siècle, son extraordinaire vitrail du Miracle de Théphile 

    Et, sur le lien suivant - très technique et sans intérêt pour le grand public et les non-spécialistes - un petit tableau, en haut à droite, qui donne accès à tous les textes de Ruteboeuf :  

    http://www.arlima.net/qt/rutebeuf.html 

    Bien sûr, pour le grand public, aujourd'hui, Ruteboeuf reste d'abord connu pour sa Griesche d'Hiver, ou Complainte Ruteboeuf (chantée ici par Léo Ferré) :  

    Que sont mes amis devenus
    Que j'avais de si près tenus
    Et tant aimés
    Ils ont été trop clairsemés
    Je crois le vent les a ôtés
    L'amour est morte
    Ce sont amis que vent me porte
    Et il ventait devant ma porte
    Les emporta

    Avec le temps qu'arbre défeuille
    Quand il ne reste en branche feuille
    Qui n'aille à terre
    Avec pauvreté qui m'atterre
    Qui de partout me fait la guerre
    Au temps d'hiver
    Ne convient pas que vous raconte
    Comment je me suis mis à honte
    En quelle manière

    Que sont mes amis devenus
    Que j'avais de si près tenus
    Et tant aimés
    Ils ont été trop clairsemés
    Je crois le vent les a ôtés
    L'amour est morte
    Le mal ne sait pas seul venir
    Tout ce qui m'était à venir
    M'est advenu

    Pauvre sens et pauvre mémoire
    M'a Dieu donné, le roi de gloire
    Et pauvre rente
    Et droit au cul quand bise vente
    Le vent me vient, le vent m'évente
    L'amour est morte
    Ce sont amis que vent emporte
    Et il ventait devant ma porte
    Les emporta

     

     

     8 septembre,mistral,lamartine,daudet

    Lire la suite

  • Ephéméride du 22 août

    L'Arc de triomphe du Carrousel (Voir, plus loin, Charles Percier)

     

    1647 : Naissance de Denis Papin 

    denis_papin 1.JPG
     
    Les premières expériences convaincantes faites avec la vapeur en tant que source d'énergie de propulsion remontent à la seconde moitié du XVIIIème siècle, et font suite à la découverte de la pression atmosphérique par Torricelli en 1643.
     
    Dès 1680, le Hollandais Christiaan Huygens avait eu l'idée d'un moteur fonctionnant suivant le principe du vide provoqué dans un cylindre par l'explosion de poudre à canon.
    Quelques années auparavant, le Français Hautefeuille avait utilisé le même procédé avec sa « machine pour aspirer l'eau ».   

    Lire la suite

  • Ephéméride du 30 Juillet

    La ville d'Arles de nos jours

     

    1178 : Frédéric 1er Barberousse est couronné en Arles Empereur du Saint Empire Romain Germanique   

    La cérémonie est présidée par l'archevêque d'Arles, Raimon de Bollène.

    A cette époque, la Provence ne faisait pas encore partie du Royaume de France, mais était une province du Saint Empire, lequel avait le Rhône pour frontière. Et la ville d'Arles jouissait d'un prestige certain : favorisée par Jules César, puis par Constantin le Grand, elle accueillit plusieurs conciles, dont celui qui, en présence de l'Empereur Constantin lui-même, condamna le Donatisme.

    A partir de la chute de l'Empire romain, l'histoire de la région fut marquée par les diverses invasions (wisigoths, ostrogoths, sarrasins...), puis l'intégration à l'Empire de Charlemagne et, à la dislocation de celui-ci, une certaine indépendance, plus ou moins maintenue, jusqu'à l'absorption, en 1032, dans le Saint Empire. 

    En 1365, le 4 juin, un autre empereur germanique, Charles IV, se fera couronner comme son prédécesseur Frédéric Barberousse, roi d'Arles, à la cathédrale Saint-Trophime.

    arles,saint empire,barberousse,mistral,coupo santo,balaguer,éelibrigeEn ce temps-là, les bateliers qui descendaient le Rhône ne disaient pas « à droite/à gauche », ni « babord/tribord » mais, s'ils voulaient aller à droite, « Reiaume » (parce qu'il fallait aller du côté du Royaume de France); ou, s'ils voulaient aller à gauche, « Empèri » (parce qu'il fallait aller du côté du Saint Empire : on trouve là l'origine du nom du Château de l'Empèri, à Salon (ci contre).

    Il faudra attendre plusieurs siècles pour que la France atteigne sa « frontière naturelle » du côté des Alpes. La première réunion fut celle du Dauphiné, en 1349, réunion à partir de laquelle l'héritier du royaume devait porter le titre de « Dauphin ».

    Il faudra attendre Louis XI, en 1481, pour que la Provence devienne française à son tour.

    Enfin, il faudra attendre Napoléon III et les plébiscites de 1860 pour que Nice - détachée de la Provence en 1388 - et la Savoie (le Val d'Aoste ayant été malencontreusement « oublié » par les négociateurs français) intègrent à leur tour la communauté nationale. 

    SAINT EMPIRE VERS L'AN MIL.JPG

    arles,saint empire,barberousse,mistral,coupo santo,balaguer,éelibrige

    Lire la suite

  • Ephéméride du 21 mai

    Le canal du Midi, ouvert au trafic le 21 mai 1681

     

    1539 : Aux origines de la Loterie nationale  

    François Premier promulgue l'Edit de Chateauregnard, portant création d'une « Loterie royale » - ancêtre de l'actuelle Loterie nationale... -  « pour porter remède aux jeux dissolus et empescher nostables bourgeois, marchans et aultres de blasphemer Dieu, de consommer leur temps, labeur, vertues et necessaire en jeux de hasard... »  

    21 mai,françois premier,canal du midi,pierre paul riquet,mistral,felibrige,commune de paris,semaine sanglante,zemmour,bernanos,edit de chateauregnard

     21 mai,françois premier,canal du midi,pierre paul riquet,mistral,felibrige,commune de paris,semaine sanglante,zemmour,bernanos,edit de chateauregnard

    Lire la suite

  • Ephéméride du 17 mai

    La Patrouille de France , qui reçoit son nom le 17 mai 1953

     

    1642 : Fondation de Montréal    

    Une cinquantaine de Français débarquent en Nouvelle-France (Québec) pour créer une communauté catholique. Emmenés par Paul Chomedey de Maisonneuve, ils fondent le village de Ville-Marie de Montréal, sur une île située à 1 500 kilomètres à l'intérieur des terres, au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Prairies.

    En 1535, l'explorateur Jacques Cartier l'avait baptisé « Mons realis » (« Mont royal» en latin). Elle est aujourd'hui la deuxième ville francophone du monde, après Paris. 

    montreal.jpg
     
     
     
    17 mai,montreal,québec,canada,patrouille de france,cartier,talleyrand,louis xvi,louis xviii,charles x,napoleon,revolution,1814,mistral,arles,festo vierginenco
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 30 mars

    Mandy Graillon, Reine d’Arles. [Première élection de la reine d'Arles : 30 mars 1930]

     

    1349 : Traité de Romans, par lequel Charles V acquiert le Dauphiné 

    30 mars,charles v,dauphiné,dauphin,vauban,louis xiv,saint simon,verlaine,bourse de paris,mistral,reine d'arles,vigee lebrun

    Pour le Royaume de France, l'avancée territoriale, à l'est du Rhône, est très importante; elle est surtout le premier pas dans l'acquisition de la « frontière naturelle » du sud-est : les Alpes. Un processus qui demandera cependant cinq siècles et demi :

    en 1482, la Provence deviendra française (voir l'éphéméride du 15 janvier);

    en 1601, Henri IV réunira le Bugey, la Bresse et le pays de Gex, permettant ainsi à la France d'atteindre la rive nord du Léman (ou Lac de Genève) avec la possession de la ville de Versoix. Malheureusement, en guise de "punition" après les Cent Jours, Versoix et sept communes voisines nous furent enlevées et données au Canton de Genève, en 1815.

    enfin, en  1860, Nice et la Savoie deviendront françaises (voir l'éphéméride du 24 mars). Les deux communes de Tende et La Brigue, qui avaient voté pour le rattachement, furent "laissées" au roi d'Italie (comme domaine de chasse !...) et durent attendre une nouvelle consultation, en 1947, pour être, à leur tour rattachées à la France. Le Val d'Aoste avait été malencontreusement « oublié » par les plénipotentiaires de Napoléon III, et ne fut donc pas consulté : il y a fort à parier qu'il aurait voté dans le même sens.

    dauphine-.JPG

    Une des clauses du Traité de Romans stipule que le Prince héritier portera dorénavant le nom de Dauphin, le Dauphiné ayant à perpétuité le prestigieux honneur d'être l'apanage du fils aîné du roi de France, donc son héritier.

    Le blason évolue et indique le statut de fils de France par la juxtaposition des armes traditionnelles du Dauphiné de Viennois et des armes de France :

    Ecartelé de :
    1 et 4 - France moderne (d'azur à trois fleurs de lys d'or)
    2 et 3 - Dauphiné de Viennois (d'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules)

     
    30 mars,charles v,dauphiné,dauphin,vauban,louis xiv,saint simon,verlaine,bourse de paris,mistral,reine d'arles,vigee lebrun
     

    Lire la suite

  • 15 Août 2012 : invocation de Frédéric Mistral à l'Immaculée Conception...

    Vierge du Saint cordon, Valenciennes

    de Frédéric Mistral, "A l'inmaculado councepcioun" ("A l'Immaculée Conception"), dernière strophe :

    vierge du saint cordon valenciennes.jpg

    Santo Mario, fai nous lume !  - Sainte Marie, éclaire-nous !

    Que nosto raço noun s'embrume  - Que notre race ne s'enténèbre pas

    Dins l'embriagamen, dins lou fum e l'ourguei  - Dans les ivresses, la fumée et l'orgueil

    De la matèri ! Zou ! erstrasso  - De la matière ! Vite ! déchire

    De ti lusour la niue negrasso  - De ta splendeur la nuit obscure

    Que sus lou mounde entié lou mau escampo vuei :  - Que sur le monde entier le mal répand aujourd'hui :

    Emé toun fiéu qu'as sus ta faudo  - Avec ton fils que tu portes sur ton coeur

    Enca saunous, Maire, esbrihaudo  - Et qui saigne encore, éblouis, ô Mère,

    Touti li maufatan que semenon lou juei ! - Tous les malfaiteurs qui sèment l'ivraie ! 

  • L'Album Mistral disparaît temporairement... pour revenir le 29, revu, corrigé, augmenté...

            Cette annnée 2012 est une année bissextile : ce qui signifie que nous aurons, cette fois-ci, un 29 février. Et le 29 février, c'est le jour où, en 1904, Mistral a reçu le Prix Nobel de Littérature, premier et seul français à l'avoir reçu pour une oeuvre écrite en langue régionale.

             Bonne occasion pour enrichir notre Album Mistral : douze nouvelles photos sont en train d'être ajoutées - et "légendées - et deux ont été modifiées et "enrichies"...  : l'Album va donc passee de 70 à 82 photos...

             1. Les deux modifiées sont : - celle de "Mistral à 29 ans", pour laquelle nous n'avions pas, jusqu'à présent la certitude de la date. Elle est d'Étienne Carjat, et date du premier voyage de Mistral à Paris pour la publication de "Miréio".

                                                - et celle sur "la foi", enrichie d'un plaque contenant de très beaux vers sur "les purs", qui, "blancs comme lys", échapperont - grâce à la mort, qui est la vie - à la méchanceté du monde, "où les bons sont sans cesse lapidés"... 

             2. Les douze nouvellles représentent cinq photos de Mistral, seul ou en groupe, dont le premier portrait/dessin connu de lui; son acte de décès; le buste de Mireille imaginée par le sculpteur Brouchier; la plaque en l'honneur de Gérard Tenque, apposée par Mistral sur la Mairie de Martigues, le 11 août 1891; une vue de Toulon, avec quelques vers de Calendal, parlant de cette ville où s'arment et d'où s'élancent les grands navires du roi.....

                 Et, surtout, deux photos accompagnant deux très beaux textes de Jacques Bainville, publiés dans l'Action française juste après la mort du poète, les 30 mars et 7 mai 1914 (Mistral est mort le 25 mars 1914); les deux textes, pas très longs, mais très beaux et très émouvants, seront retranscrits en entier....

              Les Albums, sur Hautetfort, peuvent contenir 200 photos chacun. Voici donc, pour très bientôt, une nouvelle mouture du précédent, en attendant, pourquoi pas, de nouveaux enrichissements futurs..... 

  • Aujourd'hui, c'est une sorte de "journée Mistral" : Un nouveau PDF sur lafautearousseau...

            La date l'impose : aujourd'hui, huit septembre, c'est le jour anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral. Il y avait déjà, à vrai dire, un premier PDF, dans notre liste, qui lui était consacré. Ce nouveau PDF, qui lui succède, reprend les principales choses qui se trouvaient dans l'ancien, mais revues, corrigées, augmentées et mieux illustrées; il intègre également l'Album "Maîtres et témoins... (I) : Frédéric Mistral", qui se compose de 70 photos, avec leur commentaire.

            Il s'agit donc bien, dans la fidélité au premier, d'un nouveau PDF, consacré à nos Racines, à nos Traditions, à notre Identité. Car, ce n'est pas tout d'être fier et heureux d'être ce que nous sommes; ce n'est pas tout que de revendiquer notre identité : se dire et se proclamer identitaire, au bon sens du mot, c'est avant tout connaître ses Racines, ses Traditions; c'est les pratiquer et les fréquenter; c'est les vivre et en vivre, pour paraphraser Sacha Guitry...

            Frédéric Mistral, qui n'est pas un poète provençal d'hier, mais un poète universel, de toujours - à l'instar d'Homère ou de Dante... - Frédéric Mistral, donc, fait de toute évidence partie de notre identité commune à tous, français de langue d'oïl ou de langue d'oc, car le message qu'il délivre s'adresse à tous : qu'on lise La Coumtesso, et ce n'est qu'un exemple, et l'on verra que cette critique féroce du centralisme jacobin qui tue est toujours d'une brûlante actualité....

            Vous trouvez donc, à partir de maintenant, ce 28ème PDF dans la Catégorie PDF à télécharger, à gauche de la page d'accueil, en dessous des Rubriques Contactez-nous, Liens et Catégories.

             Bonne lecture ! : Frédéric Mistral....pdf 

            Le samedi 24 septembre, lors de la Réunion de rentrée de la Fédération Royaliste Provençale, à Arles, sera récité le poème La Coumunioun di sant, sur les marches mêmes de l'église Saint Trophime (l'ancienne cathédrale de la ville), poème dans lequel Mistral met en scène les quatre saints dont les statues ornent le portail de cette superbe église : Trophime, Honnorat, Luc et Jean.

            Ainsi se vérifiera une fois de plus que la Tradition n'est pas un slogan creux, mais qu'elle se vit... 

    mistral

  • Tout ce qui est Racines est bon : En Provence, juste après l'élection de la Reine d'Arles, a eu lieu la Fête du costume...

            Chaque année, la Provence est en Fête pour célébrer celles qui choisissent de porter le costume arlésien : c'est la Fête vierginenco, inventée et voulue par Frédéric Mistral lui-même, dès 1903. On n'a pas dérogé à la Tradition, pour la 107èmes fois cette année, dans tout le Pays d'Arles, ambassadeur et miroir, pour l'occasion, de toute la Provence.

            Avec une particularité notable, cette année, que l'on ne retrouve que tous les trois ans : cette Fête vierginenco a suivi de quelques semaines l'élection de la Reine d'Arles. Celle-ci, élue pour trois ans, a donc été présentée au peuple d'Arles le premier mai dernier, et ce fut donc pour toute la Provence, comme tous les trois ans, une sorte de Fête double, ou de Fête continuée, pendant deux mois, cette année..... 

    reine d'arles,fete vierginenco,mistral,provence

    C'est le 30 mars 1930 qu'eut lieu la première élection de la Reine d'Arles, décidée par le Comité des Fêtes de la Ville, afin d'honorer Frédéric Mistral, pour l'année de son Centenaire....

    Lire la suite

  • Frédéric Mistral, illustre et méconnu, de Gérard Baudin

    MISTRAL.JPG
    HC Éditions, 150 pages, 300 illustrations, 24,50 euros

                 "Il y a trop de Français qui ne savent pas que le nom de Mistral peut être prononcé comme celui d'Homère, comme celui de Virgile, comme celui de Goethe... Tous les Français devraient "connaître Mistral", qui ne fut pas un poète provençal: qui est un poète universel, qui est un poète de la grandeur, de la fierté, de la noblesse, de l'émotion la plus haute, de l'expression la plus pure..." 

  • Avec Mistral, Paul Gilbert (pour la ré-édition du Soliloque du prisonnier), et Motte et Soutou, sans oublier Radio Courtoisie, célébrons à notre façon Charles Maurras, à l'occasion du 20 avril...

                Cette année, la date du 20 avril -naissance de Charles Maurras- est en quelque sorte célébrée en fanfare par l'actualité: en l'espace de même pas deux mois, on vient juste d'avoir la ré-édition du Soliloque du prisonnier, succédant à la parution, il y a quelques semaines à peine, du très interéssant Entre la vieille Europe et la seule France, Charles Maurras, la politique extérieure et la défense nationale, de Georges-Henri Soutou et Martin Motte. Lesquels sont passés à la radio (chez Radio Courtoisie) pour présenter leur ouvrage (vous aurez le lien permettant d'écouter l'émission plus bas).....

                La proximité de cette date-anniversaire du 20 avril est donc, de toute évidence, l'occasion rêvée de faire une petite pause dans l'actualité de ce qui passe, pour en revenir à ce Maurras dont le printemps, la jeunesse, l'actualité -dans ce qu'il a de meilleur...- ne passe, justement pas.... 

                Voici donc la réflexion de Paul Gilbert, sur le Soliloque du prisonnier; à laquelle nous avons joint la présentation -publiée le 1er mars- de l'étude de Motte et Soutou....

                Et puis, comme un peu de fantaisie -mais fantaisie sérieuse, ô combien !...- ne fait jamais de mal, nous mettrons également, dans une sorte de troisième partie, cette Ode à la race latine de Frédéric Mistral, que Maurras appréciait tant: elle s'insère merveilleusement dans ce contexte, et ce d'autant plus que -ne l'a-t-on pas dit mille fois, à juste raison ?...- la beauté sauvera le monde.

                Encore plus quand elle est poésie pure, et qu'elle tire vers le haut, en convoquant les hommes à la quête des sommets. Comme le dit "l'enchanteur de Bretagne", que cite Maurras dans le Soliloque "...l'homme ne se compose pas absolument de calculs positifs pour son bien et pour son mal, ce serait trop le ravaler; c'est en entretenant les Romains de l'eternité de leur ville, qu'on les a menés à la conquête du monde, et qu'on leur a fait laisser dans l'histoire un nom éternel....."

               Et que fait Mistral, dans cette poésie éminemment politique, si ce n'est entretenir les Latins de l'eternité de leur Héritage, et de leur mission ?....

    MAURRAS 12.jpg

    Lire la suite

  • Tout ce qui est Racines est bon : Folco de Baroncelli, aux origines de la Camargue moderne...

    Il est né un premier novembre, il y a bien longtemps: en 1869, cela fait près d'un siècle et demi. Et pourtant, il illustre à merveille ce qui ne meurt pas : la Camargue que nous connaissons aujourd'hui, pour une très large part, c'est lui. Il l'a plus que sauvée : il l'a rêvée, d'abord, il l'a inventée, puis, avec courage, obstination et fermeté, il l'a imposée, le mot étant pris ici au bon sens du terme.

    Voici, en ce jour anniversaire de sa naissance, une brève présentation du Marquis Folco de Baroncelli-Javon, qui se veut un acte de reconnaissance envers l'un de ceux dont nous sommes les héritiers, conscients du patrimoine et du trésor qu'il nous a légué...

     

    camargue 2.jpg    

    Lire la suite

  • Mistralisme et royalisme.

                « Seigneur, nous voulons devenir des hommes ».

     

                Cette fière imploration de Mistral dans son Psaume de la pénitence, écrit après la défaite de 1870, éclaire toute l’oeuvre du poète de la renaissance provençale. Car l’idée maîtresse de Mistral est que pour devenir des hommes, il faut savoir qui l’on est et d’où l’on vient : « Sian Gau-Rouman e gentilome » ; c’est cette identité qui fonde l’humanisme mistralien, mais aussi la haute politique qui se dégage de toute l’oeuvre du Maillanais. Médiation du particulier vers l’universel, la Provence de Mistral est à la fois patrie charnelle et patrie de l’âme, le lieu poétique de l’incarnation d’un projet politique ouvert sur la transcendance.

     

    MISTRAL 7.jpg
    Frédéric Mistral

    Lire la suite

  • Frédéric Mistral, Léon Daudet : deux menhirs en Provence…..

              Il n’y a pas que les cathédrales, les palais ou les châteaux qui soient des monuments. N’emploie-ton pas, à bon droit, ce terme de monument pour une grande œuvre musicale, un tableau ou une sculpture majeure ? Et aussi pour une personne qui a marqué son temps et lancé, telle une bouteille à la mer, un message, une leçon aux siècles à venir ?

              On connait notre refrain : Tout ce qui est Racines est bon ! Frédéric Mistral en est une bonne illustration.  Le samedi 27 septembre, les royalistes provençaux iront chez lui, à Maillane ( ci dessous, sa maison ) .... 

    MAISON MISTRAL.JPG

    Lire la suite