Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 14 janvier

La Philarmonie de Paris, inaugurée le 14 janvier 2015

 

1684 : Naissance de Jean-Baptiste van Loo 

Il est l'auteur de portraits fameux : ci dessous, Louis XV (dont il recevra deux commandes successives de portraits, ce qui est assez rare) :

LOUIS XV.JPG

14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre

1788 : Mort de l'Amiral de Grasse

 
 
Il a pris une grande part dans la victoire des français et des Insurgents, en venant au secours de Washington et Rochambeau en 1781. Il déposa d'abord des troupes en Virginie et défit la flotte britannique lors de la bataille de la Chesapeake.
 
Mais surtout il mit en fuite cette flotte et assura le blocus des côtes, ce qui devait obliger lord Cornwallis à capituler, permettant ainsi la victoire et l'indépendance des Etats-Unis (voir l'Ephéméride du 3 septembre et l'Ephéméride du 19 octobre).
 
 
          degrasse.jpg

A voir : le Musée de la Marine de Grasse, qui propose trente maquettes de navire :

http://www.cotedazur-tourisme.com/ou-aller/musee-de-la-marine-memorial-amiral-de-grasse-grasse-N4fiche_PCUPAC0060000074-rub_5.html

 
 
 14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre

 

1867 : Mort de Jean-Auguste-Dominique Ingres
 
 
Le Musée Ingres de Montauban, sa ville natale, mérite le détour :

http://www.musees-midi-pyrenees.fr/musees/musee-ingres/ 

 
 
         
Le 31 janvier 2006, grâce au mécénat d'AXA, son très beau Portrait du duc d'Orléans est entré au Louvre : il s'agit du prince Ferdinand, l'un des cinq fils de Louis-Philippe, mort prématurément et accidentellement en 1842, dont descendent tous les représentants de la Famille de France jusqu'à nos jours.
 

ingres-duc-d-orleans.jpg

            

Ferdinand avait deux fils : Louis-Philippe et Robert, duc de Chartres.

Louis-Philippe Albert deviendra Philippe VII à la mort du Comte de Chambord, lorsque la fusion sera réalisée entre les légitimistes et les orléanistes ("...Les Orléans sont mes fils...").  Il fut le père de Louis-Philippe Robert, devenu Philippe VIII, mort sans héritier. A la mort duquel son cousin Jean, duc de Guise, devint Jean III. Jean III était le fils de Robert, duc de Chartres, le deuxième fils de Ferdinand. C'est donc du seul Ferdinand, et non des quatre autres, ou de l'un ou l'autre des quatre autres fils de Louis-Philippe, que descendent les représentants actuels de la Famille de France.

Jean III est le père d'Henri VI, lui-même père d'Henri VII, l'actuel Comte de Paris; lui-même père de l'actuel Prince Jean, qui sera donc Jean IV, et de son frère Eudes, duc d'Angoulême.

 

 
Pour une vision d'ensemble et plus détaillée des origines de l'actuelle Famille de France, voir l'Ephéméride du 21 septembre
 
 14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre
Le Comte de Paris et son fils, le Prince Jean - le Dauphin - lors de la naissance du prince Gaston : trois générations, et, depuis mille ans, une même Famille qui a fait la France et qui reste à sa disposition, pour la servir...
 
 
14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre
 
 
 
1875 : Naissance d'Albert Schweitzer
 
 
Il reçut le Prix Nobel de la Paix 1952.
 
 
albert-schweitzer4.jpg
 
 
 14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre
 
 
1964 : Création des Forces Aériennes stratégiques
 

 

La création du commandement des forces aériennes stratégiques (FAS) est officialisée par un décret du 14 janvier 1964.

Le 8 octobre 1964, la première prise d’alerte nucléaire est réalisée depuis la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan par un Mirage IV A armé d’une bombe au plutonium. La composante aéroportée de l’armée de l’air fut la première des composantes de la dissuasion nucléaire française. Entre 1971 et 1996, l’armée de l’air a également assuré la mise en œuvre d’une composante sol-sol (les missiles du Plateau d'Albion), la deuxième de la dissuasion avant la création de la force océanique stratégique (FOST) en 1972.

Les FAS assurent toujours la posture permanente de la composante aéroportée de la dissuasion, outil fondamental et structurant pour l’armée de l’air. Assujettie à un contrat opérationnel fixé par le président de la République, cette mission, ininterrompue depuis près de 50 ans, est la plus ancienne de l’armée de l’air. Elle positionne le commandement des FAS comme la première composante permettant à la France de garantir en toutes circonstances sa liberté d’appréciation, de décision et d’action dans le cadre de ses responsabilités internationales.

 

14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre

Deux Mirage 2000 de l'équipe de présentation des RAMEX DELTA

 

 (On aura une très complète genèse de la Dissuasion française en cliquant sur le lien suivant :
 
 

 14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre

 

2O15 : Inauguration de la Philarmonie de Paris

 

14 janvier,jean-baptiste van loo,louis xv,albert schweitzer,de grasse,washington,rochambeau,ingres,axa,louvre

http://philharmoniedeparis.fr/fr

 

Particulièrement vouée à la musique symphonique, la Philharmonie de Paris est incontestablement une très grande réussite, à "l'intérieur" : sa "Grande Salle" de 2.400 places offre une acoustique d'une remarquable qualité.

On ne peut malheureusement pas en dire autant de l' "extérieur" : située dans le XIXème arrondissement de Paris, sur un site s’étend sur 19.800 m², la Philarmonie occupe la partie sud-est du Parc de la Villette, face à la Grande Halle de la Villette et à côté de la Cité de la musique : dire que son "architecture" (?) ne contribue aucunement à relever un tant soit peu l'ensemble relève du doux euphémisme...

 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

3 janvier,sainte geneviève,paris,pantheon,attila,gaule,puvis de chavannes,huns,saint etienne du mont,larousse,joffreCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

 

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

Commentaires

  • MERCI de nous redonner la généalogie des ORLEANS mais
    nous n'oublions pas LE PRINCE MILITAIRE QUI A PERDU SA VIE EN EXERCANT SON DEVOIR et le COMTE DE PARIS est notre chef monarchique ce qui ne nous empêche pas d'avoir respect et affection pour les autres membres de la famille y compris les dames je pense affectueusement a notre PHILOMENA sans oublier la comtesse de MONTPENSIER il faut de tout pour faire un monde ROI ET MANANTS sans oublier nos ELITES ET NOS MILITAIRES comme l'a dit le PRINCE EVEQUE DES ARMEES 'ils ont jetés leur vie pour en sauver d'autres !!!

  • Pénible ce numérotage des Prétendants ! Sauf Louis XVII officialisé par le numéro de son successeur et le Comte de Chambord qui a failli régner. Un futur roi ne devrait pas prendre la suite de cette liste de fantômes qui ont assuré la continuité dynastique mais sont restés par malheur en dehors de notre histoire.

  • Vous n'y êtes pas! Le numéro correspond à la qualité de chef de Maison. Certains rois n'ont d'ailleurs pas réellement régné, comme Jean I° (mort né). Il est de coutume, quand on n'est pas royaliste, ou quand on ne s'exprime pas entant que tel, de mettre entre parenthèses le prénom et le numéro: (Henri V), par exemple.

  • Je comprends ce que veut dire Roger Carcellé. Et pourtant je ne crois pas qu'il ait raison.
    Certes, les princes qui auraient dû ou pu être rois et ne l'ont pas été diffèrent en cela substantiellement de leurs prédécesseurs qui ont eu la responsabilité effective de la France. Henri V ne sera jamais un équivalent d'Henri IV. En cela, Carcellé a raison : ils ont quelque chose de fantomatique. Même si la plupart d'entre eux ont eu à un très haut degré le sens de la France que n'avaient pas autant ceux qui gouvernaient vraiment le pays.
    En continuant de signer de leur prénom suivi du numéro d'ordre qui leur correspondait, les Chefs successifs de la Maison de France se sont d'abord conformés à la tradition de leur lignée.
    Cela permet aussi - lorsqu'on parle d'eux - de distinguer entre les Henri, ou les Philippe, ou encore entre les prétendants qui ont porté le titre de Comte de Paris.
    Plus important, me semble-t-il, est qu'ils aient maintenu - fût-ce comme fiction politique - une tradition fondatrice de la patrie française, dont absolument rien n'assure qu'elle ne devra pas être reprise un jour pour tirer la France de son déclin et de son avilissement.
    On s'apercevrait alors que ces fantômes - qu'étaient d'autre ceux qui ont gouverné à leur place ? - ont bien fait de maintenir la tradition dynastique française. Que ce faisant, ils auront servi le pays, lui auront conservé son âme et préservé son destin.

Écrire un commentaire

Optionnel