Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 19 octobre

 

1781 : Cornwallis capitule face aux indépendantistes américains

Les 7.500 soldats anglais de la base de Yorktown en Virginie se rendent aux Insurgents. Coupé de la mer par la flotte française du comte de Grasse, le général Charles Cornwallis accepte la défaite face aux 16.000 Français et Américains de George Washington et de Rochambeau qui encerclent la ville de Yorktown.

Cette ultime bataille marque la fin réelle de la Guerre d’indépendance américaine : le Traité de Paris, signé deux ans plus tard, en 1783, consacrera cette indépendance (voir l'éphéméride du 3 septembre).. 

De Michel Mourre : « La campagne qui mit fin avec succès à la guerre d'indépendance américaine nécessita une coopération franco-américaine très étroite : coopération sur terre, où il s'agissait de savoir si l'on se battrait pour New York ou plus au sud, en Virginie. Coopération terre-mer, avec l'appui de la flotte française de l'amiral de Grasse. En juillet, l'armée de Rochambeau rejoignit celle de Washington au nord de New York, mais de Grasse préféra intervenir en Virginie. Secrètement, les deux armées se portèrent alors sur Yorktown, où le général britannique Cornwallis s'enferma. De Grasse non seulement intercepta victorieusement la flotte anglaise de secours, mais, remontant la baie de Chesapeake jusqu'à Baltimore, il transborda 9.000 hommes de Washington et 7.800 de Rochambeau jusqu'à Yorktown ».
 
YORKTOWN 1.JPG
Ironie de l'Histoire, et condamnation sans appel de la Révolution et de ses ravages en France : alors que la flotte française - on vient de le voir - était reine des mers sous Louis XVI, traversait l'Atlantique avec une armée, écrasait la flotte anglaise aux Amériques, puis rentrait tranquillement au pays, traversant une deuxième fois l'Atlantique sans la moindre difficulté, vingt ans plus tard, notre flotte était détruite, d'abord à Aboukir, puis achevée à Trafalgar; et Napoléon se trouvait dans l'incapacité de faire franchir à son armée les malheureux trente petits kilomètres qui séparent la France de l'Angleterre, entre Calais et Douvres.
 
On mesure, par ce seul exemple, l'étendue de l'abaissement de la France qu'a représenté la Révolution.

De Jacques Bainville, Histoire de France, chapitre XV, Louis XVI et la naissance de la Révolution :

         

"...Disons tout de suite que Necker, appelé aux finances sous le couvert d'un homme de paille, parce qu'il était étranger, trouva les moyens de financer la guerre contre les Anglais. Mais à quel prix ! Par ses combinaisons d'emprunt, terriblement onéreuses pour le Trésor, il légua à ses successeurs un fardeau écrasant dont ils ont porté l'impopularité. Ici encore, quelle peine on a à choisir : s'il n'est pas juste d'accuser Calonne et Brienne des fautes de Necker, l'est-il de reprocher à Necker, chargé de trouver de l'argent pour la guerre, de s'en être procuré par des moyens faciles, qui avaient l'avantage de ne soulever l'opposition de personne, mais par lesquels, bientôt, nos finances devaient culbuter ?

L'engouement du public pour la cause de l'indépendance américaine aida Necker à placer ses emprunts et Vergennes à réaliser ses projets. L'Amérique, en se soulevant contre l'Angleterre, faisait écho à l'idée de liberté que le dix-huitième siècle avait répandue. Le "bonhomme Franklin", au fond un assez faux bonhomme, qui vint à Paris plaider pour son pays, sut flatter la sensibilité à la mode et fut reçu comme un personnage de Jean-Jacques Rousseau. Cet enthousiasme se traduisait par le départ, sur lequel le gouvernement ferma les yeux, de La Fayette et de ses volontaires. Un peu plus tard, la France envoya, en Amérique, avec de nombreux subsides, des troupes régulières sous Rochambeau. Il n'est pas douteux que, sans notre concours militaire et pécuniaire, les insurgés américains eussent été écrasés..."

 

 

 20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine

 

 

1812 : Début de la Retraite de Russie

 

retraite d erussie.JPG

                 

De Michel Mourre :

         

"...Napoléon rassembla la plus grande armée qu'on eût jamais encore vue en Europe : au total plus de 600.000 hommes participèrent à l'invasion de la Russie...

Le 29ème Bulletin de la Grande Armée, daté de Molodetchno, le 3 décembre 1812, devait révéler à la France l'étendue du désastre...

De la campagne de Russie ne revinrent au total que 110.000 hommes; Napoléon avait perdu 500.000 hommes (100.000 morts au combat, dont 70.000 français; 200.000 morts de froid, de faim, de maladie; 50.000 blessés abandonnés au cours de la retraite; 50.000 déserteurs; 100.000 prisonniers de guerre)".

 

 

Napoléon portera lui-même ce jugement sur cette désastreuse campagne :

" Cette guerre de Russie était une mauvaise affaire. Je me suis trompé non sur son but et son opportunité politique, mais sur la manière de la faire ... Je suis allé à Moscou, j'ai cru y signer la paix. J'y suis resté trop longtemps. J'ai cru obtenir en un an ce qui ne devait être exécuté qu'en deux campagnes...".

Et, comme s'il ne pouvait imaginer que le glas de l'Empire avait déjà commencé de sonner, il ajoutera : " J'ai fait une grande faute, mais j'aurai les moyens de la réparer ".

Un proche avenir allait lui enlever ses dernières illusions. Deux ans plus tard, succombant sous le poids de l'Europe entière coalisée contre lui, Napoléon était obligé d'abdiquer...

 

retraite de russie 2.jpg
Le commencement de la fin...
 
Sur cette désastreuse Campagne de Russie - le "commencement de la fin" - voir aussi les Ephémérides du 22 juin - Napoléon déclare la guerre à la Russie - du 7 septembre - bataille de la Moskova, ou de Borodino - du 15 septembre - l'incendie de Moscou - et du 26 novembre - le passage de la Bérésina...
 
 
 
 
 
 
 
   20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine

 

 

 

1862 : Naissance d'Auguste Lumière

 

AUGUSTE LUMIERE.jpg

Avec son frère, Louis, il est l'inventeur du cinématographe  :

http://cinematographes.free.fr/lumiere.html

 

 
 
  20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine
 
 
 
1916 : Naissance de Jean Dausset
 
 
Il reçut le Prix Nobel de Médecine 1980.

 

 JEAN DAUSSET.jpg

 http://histoire.inserm.fr/les-femmes-et-les-hommes/jean-dausset

 

 

 

 20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine

 

 

1943 : Mort de Camille Claudel

                 

CAMILLE CLAUDEL 1.jpg
Valse
 
 
 
 
 
 
 20 octobre,leszczynski,louis xv,navarin,ulm,rimbaud,alphonse allais,soeur emannuelle,lorraine
 
 
 
1997 : Thérèse de Lisieux est proclamée Docteur de l'Eglise par Jean-Paul II

 

therese de lisieux.JPG
 
      http://www.carmel.asso.fr/-Therese-de-Lisieux-.html

 

          http://www.therese-de-lisieux.catholique.fr/

 
 

 11 octobre,parachute,charles vii,versailles,le vau,toulouse,pierre fermat,mauriac,vaux le vicomte,jeanne jugan,sanch,perpignan

 

 

2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlisCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

 

Commentaires

  • Devons-nous nous féliciter de ce succès? La victoire des insurgents fut obtenue au prix de la banqueroute pour la monarchie française ; le gouvernement américain avait promis de rembourser notre effort de guerre sous dix ans. 220 ans plus tard, nous n'avons pas reçu un sou. La guerre d'indépendance américaine a occasionné d'autre part une grande fermentation des idées révolutionnaires qui ont été une des causes de la catastrophe de 1789. D'autre part l'irruption de cette nouvelle puissance a causé la perte des colonies françaises et espagnoles d'Amérique du nord et du sud. Pourtant nous avions été bien bons de ne pas tenir rigueur à Georges Washington de l'assassinat du lieutenant de Jumonville, officier parlementaire, dont le premier président des États-Unis s'était rendu personnellement responsable. Cet évènement était suffisamment grave pour avoir été une des causes de la guerre de Sept ans et justifié une lettre autographe de Louis XV à Georges III. En bref, cette victoire nous a coûté incommensurablement cher, et ne nous a rapporté que des satisfactions d'amour propre. Maurepas, un des pires ministres de la monarchie, aurait mieux fait de soutenir les insurgents sans leur donner d'avantage décisif, afin de laisser la plaie ouverte le plus longtemps possible. Telle aurait été une politique digne de nos plus grands rois.

  • Complètement d'accord mais Louis XVI n'était pas un cynique pour entretenir une plaie ouverte ; sa mort l'a grandi mais dans le climat de la fin du 18ème il n'était pas l'homme de la situation ni avant 89 ni sous la révolution .

  • Louis XVI a réussi à être un brillant stratège car ni Napoléon, ni Hitler ne réussiront à battre l'Angleterre sur terre et SURTOUT sur MER

Écrire un commentaire

Optionnel