Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poitiers

  • Ephéméride du 25 octobre

    L’A 380  (Premier vol commercial le 25 octobre 2007)

     

    732 : Charles Martel repousse les Maures 

    Probablement sur le territoire de la commune de Moussais (rebaptisé depuis Moussais-la-Bataille), les Francs commandés par Charles Martel ont repoussé une razzia menée par Abd el Rahman, lors de la bataille de Poitiers : 

    https://www.herodote.net/25_octobre_732-evenement-7321025.php 

    charles martel.JPG

    Partis de Pampelune, les musulmans - qui ont envahi l'Espagne en 711 - ont conquis le Sud-ouest et ravagé Bordeaux; ils ont aussi fait des incursions dans le Sud-est : des légendes locales (comme celle de la Cabro d'Or, aux Baux-de Provence) et la toponymie en gardent quelques souvenirs (le massif des Maures ; la Garde-Freinet...).

    Ils remontent maintenant vers le Nord-ouest, pour y piller les riches monastères. C'est là que Charles Martel - y gagnant son surnom... - stoppera définitivement leur avancée.  

    POITIERS.JPG

    Charles Martel mourra neuf ans plus tard, en 741 : sur son importance et le rôle politique qu'il a joué, voir l'éphéméride du 22 octobre. 

    brissot,bainville,révolution,girondins

    Lire la suite

  • Ephéméride du 19 octobre

     

    1781 : Cornwallis capitule face aux indépendantistes américains

    Les 7.500 soldats anglais de la base de Yorktown en Virginie se rendent aux Insurgents. Coupé de la mer par la flotte française du comte de Grasse, le général Charles Cornwallis accepte la défaite face aux 16.000 Français et Américains de George Washington et de Rochambeau qui encerclent la ville de Yorktown.

    Cette ultime bataille marque la fin réelle de la Guerre d’indépendance américaine : le Traité de Paris, signé deux ans plus tard, en 1783, consacrera cette indépendance (voir l'éphéméride du 3 septembre).. 

    De Michel Mourre : « La campagne qui mit fin avec succès à la guerre d'indépendance américaine nécessita une coopération franco-américaine très étroite : coopération sur terre, où il s'agissait de savoir si l'on se battrait pour New York ou plus au sud, en Virginie. Coopération terre-mer, avec l'appui de la flotte française de l'amiral de Grasse. En juillet, l'armée de Rochambeau rejoignit celle de Washington au nord de New York, mais de Grasse préféra intervenir en Virginie. Secrètement, les deux armées se portèrent alors sur Yorktown, où le général britannique Cornwallis s'enferma. De Grasse non seulement intercepta victorieusement la flotte anglaise de secours, mais, remontant la baie de Chesapeake jusqu'à Baltimore, il transborda 9.000 hommes de Washington et 7.800 de Rochambeau jusqu'à Yorktown ».
     
    YORKTOWN 1.JPG
    Ironie de l'Histoire, et condamnation sans appel de la Révolution et de ses ravages en France : alors que la flotte française - on vient de le voir - était reine des mers sous Louis XVI, traversait l'Atlantique avec une armée, écrasait la flotte anglaise aux Amériques, puis rentrait tranquillement au pays, traversant une deuxième fois l'Atlantique sans la moindre difficulté, vingt ans plus tard, notre flotte était détruite, d'abord à Aboukir, puis achevée à Trafalgar; et Napoléon se trouvait dans l'incapacité de faire franchir à son armée les malheureux trente petits kilomètres qui séparent la France de l'Angleterre, entre Calais et Douvres.
     
    On mesure, par ce seul exemple, l'étendue de l'abaissement de la France qu'a représenté la Révolution.

    Lire la suite

  • Ephéméride du 19 septembre

    Jean-Paul II aux cérémonies du 1.500ème anniversaire du baptême de Clovis

    1356 : Désastre de Poitiers  

    Vaincu par les Anglais, le roi Jean II le Bon est encerclé, dans les plaines de Maupertuis, en compagnie de son troisième fils, Philippe le Hardi Père, gardez-vous à droite; père, gardez-vous à gauche... »).

    Emmené prisonnier à Londres, le roi y restera quatre années. Il sera ainsi, après Saint Louis, le deuxième roi de France à être fait prisonnier (voir l'éphéméride du 11 février).

    C'est pendant la lieutenance de son premier fils, le Dauphin Charles, qu'aura lieu la tentative révolutionnaire d'Etienne Marcel : le Dauphin, prisonnier de fait des révolutionnaires,  se résoudra à quitter la ville, pour mieux y revenir, en vainqueur, cette fois (voir l'éphéméride du 21 mars). 

     

    19 septembre,poitiers,jean le bon,limoges,prince noir,pascal,montgolfier,louis xvi,la salette,clovis,reims,jean paul ii

     
     
     
     
    20 septembre,alesia,santos dumont,festival de cannes,saint john perse,cesar,vercingetorix,boutang,ile maurice,ile de france

    Lire la suite