Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fontenoy

  • Ephéméride du 11 mai

     Le 11 mai 1946 la loi de Dévolution des Biens de Presse attribue l'imprimerie ultra-moderne de L'Action française à l'Humanité 
     
     
    Vers 477 : Célébration de Saint Mamert, premier des trois "Saints de glace"...
     
    Avant Pancrace et Servais, Mamert est le premier des trois "saints de glace", aujourd'hui disparus du calendrier "officiel", et remplacés par Sainte Estelle, Saint Achille et Sainte Rolande. Ces trois saints étaient pendant les trois jours correspondant à la dernière période durant laquelle, au Moyen-Âge, on pensait les dernières gelées possibles.

    Si l'on imaginait, autrefois, que durant ces trois jours de mai le risque de froid et de gelées était particulièrement important, les statistiques météorologiques prouvent que le risque de gelées est avéré durant toute la première quinzaine de mai (et jusqu'à fin mai en montagne ou dans les régions septentrionales) : en mai, on peut en effet observer des descentes d'air froid sur la France, et lorsque celles-ci coïncident avec une période anticyclonique se traduisant par un ciel dégagé, notamment la nuit, les températures nocturnes peuvent très vite chuter et entraîner des gelées (un peu comme au moment de la lune rousse), alors même que les journées sont douces grâce à l'ensoleillement.

    Aujourd'hui, bien que disparu du calendrier, Saint Mamert,  - Evêque de Vienne, dans le Dauphiné, à l'époque des Grandes invasions - est resté célèbre pour avoir institué les trois jours de Rogations, suppliques sous forme de grandes processions publiques, afin de demander la pluie ou la protection des récoltes.

    11 mai,louis xv,maurice de saxe,fontenoy,tournai,chambord,napoléon,feu grégeois,dupré,la bruyère,cernuschi 

     16 avril,buffon,hardouin mansart,versailles,galerie des glaces,orangerie,grand trianon,louvois,invalides,place vendome,ordinateur,jacques perret,vigee lebrun

    Lire la suite

  • 12 août 1914 ... C'est avec les tripes des pauvres b... qu'on fait la guerre !

    cp_001.jpgQuel silence ! Les journaux sont pour ainsi dire sans nouvelles. Les renseignements oraux sont invérifiables. Om me dit que le général Joffre a transporté son quartier général à Mézières. Tout fait pressentir que la poussée allemande se fera par le Nord, non par l'Est, qu'une formidable bataille va se livrer dans ces Flandres où le sort de la France s'est si souvent décidé... Bouvines, Azincourt, Rocroy, Denain, Fontenoy, Fleurus, Waterloo... Comment s'appellera la rencontre de demain ?...

    Je suis poursuivi par ce mot d'un jeune officier qu'on me répétait ces jours-ci :

    "La guerre moderne obéit à des lois telles que la préparation et l'organisation  y rendent inutile le génie lui-même."

    Le 1er août, à la gare Saint-Lazare, comme je causais avec des mobilisés, je leur disais que le commandement était plein de confiance. L'un d'eux, un mécanicien, je pense, un ouvrier de première classe, en tout cas, me répondit brutalement :

    -"Oh ! les chefs !... les chefs !... C'est avec les tripes des pauvres b... qu'on fait la guerre !

    Ce mot du jeune officier intellectuel et celui de l'ouvrier parisien se rejoignent. Est-ce qu'ils ne se rejoindraient pas dans la philosophie de Bergson, celle qui subordonne l'intervention de la raison et le rôle de l'intelligence ? 

    1914-le-destin-du-monde-de-max-gallo-927903138_ML copie.jpg