Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

denain

  • Ephéméride du 16 novembre

    Charles Maurras [Mort le 16 novembre 1952]

     

    1700 : « Messieurs, voici le roi d'Espagne » 

    Louis XIV accepte le testament de Charles II de Habsbourg, mort sans descendance, qui avait offert son royaume au Duc d'Anjou (ci-dessous, de toutes façons arrière-petit-fils de Philippe IV) en vue d'éviter la séparation de l'Espagne et de son Empire. Il est ainsi directement à l'origine des « Bourbons d'Espagne » (voir l'éphéméride du 5 septembre)

    Le Roi soleil avait longtemps réfléchi, et beaucoup hésité, car l'acceptation du testament impliquait une guerre certaine avec la plupart des puissances européennes, emmenées par l'Angleterre.

    Le Duc d'Anjou prendra le nom de Philippe V, fondant la dynastie des Bourbons d'Espagne, dont descend l'actuel Roi Felipe VI : 

    http://www.casareal.es/ 

    Il restera plusieurs mois en France, avant d'entrer en Espagne en 1701 : Versailles est ainsi le seul palais royal au monde à avoir abrité, et pendant un temps assez long, deux souverains régnants. 

    200px-Felipe_V%3B_Rey_de_Espa%C3%B1a.jpg

    Lire la suite

  • Ephéméride du 24 juillet

    Aujourd'hui, les illuminations de la cathédrale de Strasbourg 

     

    1439 : Achèvement de l'octogone et de la flèche de la cathédrale de Strasbourg  

    "Prodige du gigantesque et du délicat", selon Victor Hugo : 

    http://www.cathedrale-strasbourg.fr/horloge.aspx

     

    STRASBOURG CATHEDRALE.jpg
    STRASBOURG CATHEDRALE 1.jpg
     
     
     
    25 juillet,vezelay,henri iv,chartres,andre chenier,bleriot,manche,brasillach
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 17 juin

     

    1434 : Les Anglais lèvent définitivement le siège du Mont Saint-Michel

     

    Ce 17 juin, les Anglais, qui assiègent en vain le Mont Saint-Michel depuis dix ans, puissamment fortifiés sur le rocher de Tombelaine, et qui sont las d'une guerre d'escarmouches sur les grèves, décident de frapper un coup décisif : mais leur assaut est repoussé, les Anglais laissant même au bas des remparts plusieurs de leurs bombardes.

    Trois ans après le supplice de Jeanne d'Arc, le Mont Saint-Michel est ainsi la seule forteresse de Normandie qui aura toujours resisté aux Anglais et qui n'aura jamais été prise, terre de France toujours inviolée, jamais conquise... D'assiégeants qu'ils étaient, les Anglais deviennent assiégés dans Tombelaine, où ils vont tenir jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans et dont on les laissera sortir avec les honneurs de la guerre, obtenant, fait rarissime, de quitter la place avec armes et bagages.

     

    17 juin,charles gounod,bartholdi,statue de la liberté,new york,mississippi,de miribel,louis xiv,villars,denain

    17 juin,charles gounod,bartholdi,statue de la liberté,new york,mississippi,de miribel,louis xiv,villars,denain

    Voir notre album Racines (II) : Le Mont Saint Michel 

     

    16 juin,pétain,leon blum,de gaulle,paul reynaud,front populaire,iiième république,seconde guerre mondiale,communistes,socialistes,radicaux,michel mourre,marc bloch

    Lire la suite

  • 12 août 1914 ... C'est avec les tripes des pauvres b... qu'on fait la guerre !

    cp_001.jpgQuel silence ! Les journaux sont pour ainsi dire sans nouvelles. Les renseignements oraux sont invérifiables. Om me dit que le général Joffre a transporté son quartier général à Mézières. Tout fait pressentir que la poussée allemande se fera par le Nord, non par l'Est, qu'une formidable bataille va se livrer dans ces Flandres où le sort de la France s'est si souvent décidé... Bouvines, Azincourt, Rocroy, Denain, Fontenoy, Fleurus, Waterloo... Comment s'appellera la rencontre de demain ?...

    Je suis poursuivi par ce mot d'un jeune officier qu'on me répétait ces jours-ci :

    "La guerre moderne obéit à des lois telles que la préparation et l'organisation  y rendent inutile le génie lui-même."

    Le 1er août, à la gare Saint-Lazare, comme je causais avec des mobilisés, je leur disais que le commandement était plein de confiance. L'un d'eux, un mécanicien, je pense, un ouvrier de première classe, en tout cas, me répondit brutalement :

    -"Oh ! les chefs !... les chefs !... C'est avec les tripes des pauvres b... qu'on fait la guerre !

    Ce mot du jeune officier intellectuel et celui de l'ouvrier parisien se rejoignent. Est-ce qu'ils ne se rejoindraient pas dans la philosophie de Bergson, celle qui subordonne l'intervention de la raison et le rôle de l'intelligence ? 

    1914-le-destin-du-monde-de-max-gallo-927903138_ML copie.jpg