Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephémérides - Page 5

  • Ephéméride du 30 décembre

    En 1987, année du Millénaire capétien, au château d'Amboise, le défunt comte de Paris octroie le titre de duc de Vendôme à son petit-fils le prince Jean de France

     

    987 : Hugues Capet fait sacrer son fils Robert  

    Les six premiers Capétiens directs procéderont ainsi : après Hugues, Robert II le Pieux, Henri 1er, Philippe 1er, Louis VI et Louis VII feront sacrer leur fils de leur vivant.

    Philippe Auguste, septième roi de la dynastie sera le dernier sacré du vivant de son père, Louis VII : à sa mort, le trône était suffisamment solide pour qu'il se dispensât de cette précaution.

    Et, en effet, son fils Louis VIII lui succédera sans qu'aucune contestation ne s'élève. 

    FRANCE DE HUGUES CAPET.JPG

    Lire la suite

  • Ephéméride du 29 décembre

    Premières sanctions vaticanes contre l'Action Française (voir plus loin)

     

    1743 : Mort de Hyacinthe Rigaud 

    29 décembre,jean goujon,phidias,cariatides du louvre,cour carrée,fontaine des innocents,carnavalet

    Autoportrait au manteau bleu, Musée de Montfort l'Amaury 

    http://www.rivagedeboheme.fr/pages/arts/peinture-17e-siecle/hyacinthe-rigaud.html 

    http://hyacinthe-rigaud.over-blog.com/

    Lire la suite

  • Ephéméride du 28 décembre

    Drakkar « proue d'ours »

     

    856 : Raid des vikings sur Paris. La ville est incendiée 

    En fait, c'est dès la mort de Charlemagne, et après l'effondrement de son Empire que, passée cette parenthèse de force et de puissance, la Francia occidentalis de Charles le Chauve, faible et désorganisée, se retrouve la proie de ces hommes du nord (« north men », d'ou dérive « normands ») venus sur leurs drakkars. 

    drakkars_1.jpg 

    Lire la suite

  • Ephéméride du 27 décembre

    Les Dominicains, aujourd'hui

     

    1206 : Saint Dominique fonde l'Ordre des Prêcheur 

    La première maison qu'il établit est une branche féminine, fondée à Prouilles, dans la commune de Fanjaux (près de Montréal, dans l'Aude), mais cette première communauté est bien à la base du développement ultérieur de l'Ordre, qui se concrétisera dès 1215, dans la Maison Seilhan, à Toulouse.  

    27 décembre,pasteur,institut pasteur,ronsard,rigaud,eiffel,saint dominique

    L'un des rares vestiges de la fondation primitive, détruite, comme tant d'autres monuments, à la Révolution

    http://www.seilhan.org/maison/index.html  

    26 décembre,moliere,stendhal,la chartreuse de parme,de seze,convention,louis xvi,tempete 1999

    Lire la suite

  • Ephéméride du 26 décembre

    La Comédie Française joue l'École des Femmes

     

    1662 : Molière crée L'École des Femmes  

    La comédie, en 5 actes, est jouée au Palais-Royal à Paris.

    Très appréciée, et en même temps très critiquée par les jaloux, Molière en écrira la critique (ci dessous), pour répondre à ses détracteurs.

    On y trouve cette réplique de Dorante (scène VI) : 

    « Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire, et si une pièce de théâtre qui a attrapé son but n'a pas suivi un bon chemin. »  

    critique_ecole_femmes.jpg
     

    26 décembre,moliere,stendhal,la chartreuse de parme,de seze,convention,louis xvi,tempete 1999

    Lire la suite

  • Ephéméride du 25 décembre

     

    496 : Baptême de Clovis à Reims

     

    Agé de 32 ans, vainqueur des Alamans à Tolbiac, marié à une princesse chrétienne, Clotilde, Clovis - païen lui même - va se convertir au catholicisme...
     

    Les autres Rois, Burgondes ou Wisigoths, plus romanisés que lui, sont acquis à l'hérésie arienne. Clovis reçoit donc l'appui des évêques, rallie à lui la masse des fidèles gallo-romains, et apparaît comme le seul légitime des rois « barbares ».

     

    L'empereur d'Orient, Anastase, lui décerne les titres de Consul et de Patrice. Malgré une dernière tentative des Burgondes et des Wisigoths, qu'il brise net, le royaume franc est fondé, du Rhin aux Pyrénées, et Clovis choisit Paris pour capitale.

     

    Même s'il faudra attendre encore un demi-millénaire pour voir entamer réellement l'oeuvre de construction de la France, au sens où on l'entend aujourd'hui, et qui sera l'oeuvre des Capétiens, il n'en demeure pas moins qu'avec Clovis et son baptême commence la grande aventure... 

    CLOVIS.JPG
    Certains historiens placent le baptême de Clovis en 498, voire 499, mais toujours un 25 décembre :

    Lire la suite

  • Ephéméride du 24 décembre

     

    1761 : Naissance de Jean-Louis Pons 

    Ayant intégré l'observatoire de Marseille en 1789, comme simple concierge, il y obtient le poste d'astronome adjoint en 1813, et reste, pour l’Histoire, celui des astronomes qui a découvert le plus grand nombre de comètes : 37, entre 1801 et 1827, plus que n'importe qui d'autre dans toute les annales de l'astronomie.    

    24 décembre,anatole france,fremiet,renault,de dion,ariane,kourou,arianespace,guynemer,adolphe d'archiac,boucher de crevecoeur

    https://www.osupytheas.fr/?Jean-Louis-Pons-l-aimant-des 

    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi 

    Lire la suite

  • Ephéméride du 23 décembre

    Arras, aujourd'hui 

     

    1482 : La Bourgogne et la Picardie deviennent françaises 

    Par le Traité d'Arras, Louis XI et Maximilien de Habsbourg se partagent l'état bourguignon, à la mort de Marie de Bourgogne.

    C'est la fin sans gloire de cette orgueilleuse Maison, qui a plus d'une fois semblé être sur le point de l'emporter face aux rois de France. Une autre entité que la nation française aurait pu, en effet, se créer autour des Grands Ducs d'Occident. Malheureusement pour eux, ceux-ci sont tombés (à tous les sens du terme) sur... Louis XI !  

    http://www.codes-et-lois.fr/feeds/wikipedia/_8d78dbfd0d16cfffb4f57bd0b183bee8 

    Ci-dessous, le document du Traité d'Arras : 

    5816449.jpg

    Dans notre album L'aventure France racontée par les cartes, voir la photo « Acquisitions de Louis XI » 

    Et, sur les causes profondes de cette guerre entre la France de Louis XI et la Maison de Bourgogne, voir l'éphéméride du 24 juin et l'éphéméride du 3 octobre. 

    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 22 décembre

    Sully, portrait, par Quesnel

     

    1641 : Mort de Sully 

    De Michel Mourre :

    « ...Il mena une politique d'économies et de remise en ordre, réduisit les tailles, supprima les charges inutiles, poursuivit partout les abus et les prodigalités, et réussit par sa gestion rigoureuse à faire entrer dans les caisses de l'Etat de 12 à 13 millions de livres entre 1600 et 1610. Pour relancer l'économie, il donna la liberté aux exportations de blé et de vin, abolit un grand nombre de péages, fit construire des routes, des ponts, des canaux (canal de Briare). Il encouragea surtout l'agriculture, soutint les efforts d'Olivier de Serres pour l'élevage des vers à soie et proclama que "labourage et pastourage sont les deux mamelles dont la France est alimentée... » 

    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 21 décembre

    La Comédie française joue Andromaque, au Théâtre Antique d'Orange (2011)

    1639 : Naissance de Jean Racine 

    RACINE.jpg    
    «...Que tu sais bien, Racine, à l'aide d'un acteur,
    Emouvoir, étonner, ravir un spectateur !...» (Boileau) 
     
     
     
    En 2011, pour célèbrer les quarante ans des Chorégies d'Orange, c'est la pièce de Racine, Andromaque, qui fut choisie pour être jouée dans le Théâtre antique (voir l'éphéméride du 17 juin).
     
    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 décembre

    Le pays de Forcalquier, l'un des sièges de la cour de Provence, au temps de Raymond-Béranger

     

    1295 : Mort de Marguerite de Provence, épouse de Saint-Louis 

    Fille de Raymond-Béranger IV de Provence et de Béatrice de Savoie, elle a épousé le jeune Louis IX de France (1226-1270) en 1234, lorsqu'il avait vingt ans. Ensemble, ils ont eu 11 enfants dont l’un, Philippe III de France dit le Hardi (1245-1285), est devenu roi en lieu et place de son père après la mort de ce dernier sous les remparts de Tunis.

    Par son mariage avec le futur Saint-Louis, Marguerite fait entrer la Provence dans la sphère d'influence royale, et initie le long processus qui aboutira, en 1481, à ce qu'elle devienne française (voir l'éphéméride du 15 janvier).

    Devenue reine, elle vit également ses trois autres sœurs le devenir (elle n'eut pas de frères), et le fait mérite d'être brièvement raconté : le père de Marguerite, Raymond Bérenger IV de Provence, était l'unique fils d'Alphonse II, comte de Provence, et de Gersende, comtesse de Forcalquier, issue de la maison de Sabran. En 1209, alors que Raymond Bérenger IV avait environ douze ans, son père mourut à Palerme; son oncle, le roi Pierre II d'Aragon assura sa tutelle, mais il fut tué à la bataille de Muret, en 1213 (voir l'éphéméride du 12 septembre). De grands troubles s'ensuivent en Provence, pour savoir qui assurerait le pouvoir : finalement, la noblesse provençale prit le parti de Gersende de Forcalquier et, de fait, Raymond Bérenger assura solidement son pouvoir, Gersende lui cédant le comté de Forcalquier pour se retirer au monastère de Celles.

    Il se débarrassa de son rival le comte de Toulouse, également marquis de Provence, dont la famille voulait annexer la Provence, et n'hésita donc pas à soutenir la croisade contre les Albigeois : il conquit Avignon avec le roi de France Louis VIII en 1226.

    C'est lui qui fit bâtir l'église Saint Jean de Malte premier édifice gothique de Provence à Aix-en-Provence, où il est enterré.

    De son union avec Béatrice de Savoie sont issues quatre filles, qui devinrent, donc, toutes reines, Raymond Bérenger ayant suivi les sages avis de son bon conseiller, Romée de Villeneuve :

    Marguerite de Provence (1221-1295), reine de France par son mariage avec Louis IX;

    Éléonore de Provence (1223-1291), reine d'Angleterre par son mariage avec Henri III;

    Sancie de Provence (v.1225-1261), comtesse de Cornouailles par son mariage avec Richard de Cornouailles, aussi roi des Romains;

    Béatrice de Provence, à qui son père laissa la Provence en héritage lorsqu'il mourut, épousa Charles 1er d'Anjou (1227-1285), comte d'Anjou et du Maine, roi de Sicile et de Naples...

    On montre aujourd'hui, dans le pays de Forcalquier, la Ferme des Quatre Reines : singulier destin que celui de cette famille de quatre filles, à l'avenir d'abord mal assuré, et qui devait finalement se révéler si heureux. 

    marguerite de provence sceau.JPG

    Sceau de Marguerite de Provence, femme de Louis IX, reine de France et dame d’Étampes, conservé aux Archives Nationales 

    Robert de Clermont, sixième et dernier garçon du couple, et dixième et avant-dernier de ses onze enfants, est aux origines de la Maison de Bourbon, actuelle Maison de France : voir l'éphéméride du 7 février. 

    20 décembre,louisiane,napoleon,louis xiv,cavelier de la salle,mississippi

    Lire la suite

  • Ephéméride du 19 décembre

    L'abbaye de Saint-Victor, à Marseille 

     

    1370 : Mort du Pape Urbain V 

    Guillaume de Grimoard était abbé de Saint-Victor, à Marseille, lorsqu'il fut appelé au Pontificat.

    Enterré dans « son » abbaye de Marseille, qui domine le Lacydon des Grecs fondateurs de la ville, son corps fut si bien caché durant la Révolution qu'on ne l'a pas retrouvé depuis.

    Pétrarque a écrit de lui :

    « O grand homme, sans pareil dans notre temps et dont les pareils en tous temps sont trop rares ».

    URBAIN V.jpg
    Gisant d'Urbain V, Avignon, Petit palais
     
    Pour en savoir un peu plus sur Urbain V, voir l'éphéméride du 27 octobre : et, sur l'Abbaye de Saint Victor de Marseille, voir l'éphéméride du 21 juillet. 

    19 décembre,louis xi,guise,guerres de religion,conjuration d'amboise,port cros

    Lire la suite

  • Ephéméride du 18 décembre

    La Grotte Chauvet (Découverte le 18 décembre 1994)

     

    821 : Mort de Théodulphe 

    Il fut l'un des grands artisans de la renaissance carolingienne impulsée par Charlemagne.

    D'origine wisigothique, né vers 750 ou 760 en Espagne, il se réfugie avec sa famille dans le Sud-Ouest de la Gaule vers 778, pour fuir l'avancée musulmane. Très cultivé, à la fois théologien, savant, poète, il devient enseignant en Italie, où il est repéré par Charlemagne, qui l'accueille à sa cour pour participer à la « Renaissance carolingienne » aux côtés notamment d'érudits comme l'anglo-saxon Alcuin ou le lombard Paul Diacre.

    Le trésor de la cathédrale du Puy en Velay et la Bibliothèque Nationale de France conservent deux manuscrits remarquables, et de très grande valeur : les deux seules Bibles qui nous restent des huit qu'avait fait exécuter Théodulphe.

    Le Manuscrit du Puy (ci-dessous) est l'une des oeuvres les plus prestigieuses de la renaissance carolingienne :

    bible de théodulphe.JPG

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/media/00/02/2137593352.pdf

    http://www.clioetcalliope.com/medieval/charlemagne/culture.htm 

     18 décembre,charles quint,chambord,françois premier,le creusot,theodulphe,charlemagne,renaissance carolingienne,biologie,lamarck,saint françois de sales,cauchon

    Lire la suite

  • Ephéméride du 17 décembre

    Présentation du texte final de la déclaration d'indépendance au Congrès américain (tableau de John Trumbull).

     

    1198 : Création de l'Ordre des Trinitaires 

    TRINITAIRES.jpg

    C'est le provençal Jean de Matha, né le 24 juin 1160 à Faucon, près de Barcelonette, qui est à l'origine de la création de cet Ordre : ayant entamé ses études à Marseille, puis à Aix, il les poursuivit à Paris, où il fut encouragé par l'évêque Maurice de Sully lui-même (le « constructeur » de Notre-Dame...).  

    Lors de la célébration de sa première Messe, le 28 janvier 1193, il eut la vision du Christ libérant deux esclaves, un noir et un blanc. D'abord retiré dans la forêt de Cerfroid (dans l'Aisne) avec Félix de Valois et quelques ermites et universitaires il constitua la première Fraternité Trinitaire ; puis il se rendit à Rome pour exposer son projet au Pape Innocent III (avec qui il avait étudié à l'université de Paris).

    Le 17 décembre 1198, le pape approuva la règle de l'Ordre de la Très Sainte Trinité pour la rédemption des captifs.

    Jean de Matha se mit à parcourir l'Europe pour récolter de grandes sommes d'argent afin de racheter les prisonniers esclaves des musulmans : on a calculé qu'en 1789, plus de 600.000 esclaves avaient été rachetés par les Trinitaires, le plus célèbre d'entre eux étant évidemment Miguel de Cervantés, qui avait passé cinq années dans les geôles d'Alger.

    Il faut se souvenir que, jusqu'aux débuts du XIXème siècle, la Méditerranée, surtout dans sa partie sud, était une mer dangereuse, infestée de pirates barbaresques, et que le commerce international en était très affecté. Plusieurs puissances firent des efforts importants et répétés, mais toujours en vain, pour faire cesser cette dangerosité. L'échec le plus cuisant fut celui de Charles Quint, qui, s'il occupa quelques temps quelques villes de la côte n'arriva à aucun résultat durable ni significatif.

    Ce fut finalement la France de Charles X qui libéra l'Europe et le monde de ce fléau : après le débarquement des troupes françaises à Sidi Ferruch, et le bombardement du Fort l'Empereur par l'artillerie française, le dey capitula et l'armée française occupa Alger.

    Dans un ordre du jour le 5 juillet 1830, le général de Bourmont déclara : 

    « Vingt-trois jours ont suffi pour la destruction d'un État dont l'existence fatiguait l'Europe depuis trois siècles ».

    (Voir notre éphéméride du 14 juin) 

    Quant à Jean de Matha, « son » Ordre ayant été approuvé un 17 décembre, c'est également un 17 décembre qu'il mourut, à Rome, à l'âge de 53 ans, en 1213. 

    trinitaires croix.jpg

     La croix des Trinitaires, en latin Ordo Sanctissimae Trinitatis et captivorum : le blanc représente le Père et le rouge l'Esprit saint; le bleu représente à la fois le Christ et la couleur de sa Passion.

    http://trinitairesdefrance.free.fr/  

    http://trinitairesdefrance.free.fr/faucon/index.htm   

    nouveau couilllard.jpg

    Lire la suite

  • Ephéméride du 16 décembre

    Notre Dame de Paris, aujourd'hui

     

    1431 : Henri VI d'Angleterre sacré roi de France à Notre Dame de Paris 

    C'est le cardinal de Winchester qui officie; à ses côtés, l'évêque Pierre Cauchon, celui-là même qui a « orienté » dans le sens que l'on sait le procès de Jeanne d'Arc...

    Mais il est trop tard pour les prétentions anglaises. Si celles-ci ont paru plus d'une fois être sur le point de l'emporter, lors de cette interminable Guerre de Cent Ans, le vent a tourné, définitivement.

    D'abord, les droits d'Henri VI sur le Trône de France sont révoqués, en vertu de l'adage « Nemo ad alium transfere potest quam ipse habet » (on ne peut transmettre plus de droits que l'on en possède), qui implique que sa mère, Catherine de Valois, fille de Charles VI de France, ne pouvait lui transmettre des droits à la succession de la Couronne, puisqu'elle-même n'en possédait pas.

    Mais, surtout, tout tourne maintenant en la faveur de Charles VII, sacré Roi à Reims deux ans et cinq mois auparavant, grâce à l'intervention de Jeanne d'Arc (voir l'éphéméride du 19 mai).

    La fin de la guerre interviendra dans une vingtaine d'années, marquée par la bataille de Castillon (voir l'éphéméride du 17 juillet). 

    200px-KarlVII.jpg 
     
    11 décembre,le grand condé,rocroi,petit palais,bainville,louis xiii,richelieu,concorde,turcat,berlioz,musset,fabry,aerospatiale 

    Lire la suite