Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aubry

  • Question/réponse "à la Jeanne d'Arc" : Dieu aime-t-il les Roms ?

            Martine est furieuse contre Manu ! C'est peu de dire que le torchon brûle, entre eux deux : l'épisode caniculaire, à côté, ç'est à vous laisser froid comme un ours polaire sur sa banquise !...

            Pensez : deux campements de Roms établis sur des terrains appartenant à l'Etat et à la communauté urbaine de Lille ont été évacués la semaine dernière à Hellemmes et Villeneuve d'Ascq, dans l'agglomération lilloise, au lendemain d'un message de "fermeté" délivré par le ministère de l'Intérieur !

            Et si, puisqu'il s'agit de Roms, on s'inspirait de la célèbre question/réponse à Jeanne d'Arc, lors de son procès ? Question piège, évidemment, et redoutable; question qui tue, et qui est faite pour tuer (comme aujourd'hui pour les Roms) : "Dieu aime-t-il les Anglais ?".

            Aujourd'hui, la question qui tue est devenue, actualité aidant : "Dieu aime-t-il les Roms ?"

            On pourrait se sortir du piège, aujourd'hui comme hier, par une réponse qui s'inspirerait du même esprit de répartie et de finesse :

    roms,aubry,valls

    Lire la suite

  • Hollande, entre ce qu'il savait forcément, et ce qu'il ne voulait pas savoir...

    menard,hollande,aubryDéchaîné, Ménard, comme à son habitude, ce mardi 26, sur I télé, lorsqu'il reçoit Martin Leprince : durant les 8'44 de son entretien "sans interdit", il ne l'a pas lâché, le pauvre Martin, jusqu'à ce qu'il réussisse à lui faire dire ce qu'il voulait et qu'il fallait : Hollande, Aubry et les autres n'ont pas voulu savoir, pour les "affaires/magouilles" de la Fédération PS du Nord-Pas-de-Calais...

    Ajoutons à cela ce qu'ils savaient forcément sur Strauss-Kahn, malgré la pirouette du débat d'entre deux-tours (en substance, tout le monde s'en souvient, Hollande a eu le culot de dire : "...je ne suis pas au courant de la vie privée de DSK..." : dans la série "plus c'est gros, plus ça passe", plus gros que ça, tu meurs !...).

    Et nous avons une petite idée du "président normal" qui règne à l'Elysée, avec une "majorité" (!) à l'Assemblée nationale de 52% des sièges, pour 16,5 des inscrits et 29% des suffrages exprimés pour le PS : "monsieur Tiers"...

  • Quand Claude Allègre condamne le programme du PS, au nom de l’intérêt national

            Voici quelques extraits significatifs des déclarations de Claude ALLEGRE au Figaro Magazine de samedi dernier. C’est très intéressant : nous pouvons être d’accord avec presque tout. En tous cas, il faut que les Français sachent …

     

    allegre,nucleaire

    Claude Allègre publie « Faut-il avoir peur du nucléaire ? », aux Editions Plon, en collaboration avec Dominique de Montvalon, 164 pages, 9,90 €.

    Lire la suite

  • Prenons-le du bon côté, et avec le sourire : DSK hier, Charia hebdo aujourd'hui : deuxième porte-à-faux en six mois pour les bonnes consciences moralisatrices....

            ...et donneuses de leçons du politiquement correct, de la cléricature médiatique, du bobo/gaucho/trotskisme et de tout ce qui veut régenter l'opinion, à gauche et à l'extrême gauche.

             Oscar Wilde ne disait-il pas : "Life is too important to be taken seriously" ? Donc, ne boudons pas notre plaisir, et saisissons cette occasion de rire un peu que nous offre l'actualité : d'autres accumulent les discours sérieux, laborieux, ennuyeux -sérieusement ennuyeux... - sur "l'affaire" : partant du principe qu'il est très important de ne jamais se prendre trop au sérieux, voyons donc les choses, disons, d'un autre point de vue....

    Lire la suite

  • "Affaire DSK" : au moment où les rats quittent le navire, il est temps de faire un peu le point.....

            Il y a eu, cet été, la grave accusation d’accointance avec « le grand banditisme », lancée par Arnaud Montebourg, parlant de Guérini. Et le soutien d'Harlem Désir à Montebourg, le-dit Désir demandant à Guérini de démissionner : réponse du berger à la bergère, Guérini rappela alors à Désir que lui-même, Désir, ayant été condamné aurait dû - et devrait encore... - en toute logique, démissoner...

            Il y a eu aussi le tragi comique des Primaires : sur I Télé, le lundi 18 juillet, le journaliste ne s’y est pas trompé : en rendant compte du dimanche passé par Aubry, Valls et Hollande à Avignon, où François et Martine, ont soigneusement évité de se rencontrer, le journaliste a malicieusement déclaré qu’à ce moment-là le théâtre et la comédie se jouaient dans la rue, et que c’étaient François et Martine les acteurs ! Bien vu de la part du journaliste, pitoyable pour la politique, pour « le » politique…..

            Pourtant, malgré ces joyeusetés, pour le PS l'essentiel n'est pas là, ou plus là.

    Lire la suite

  • Son franc parler va manquer : le conformisme et le politiquement correct seront encore un peu moins "secoués"...

            Il avait souvent dit qu'il souhaitait mourir sur scène, comme Molière : il a été exaucé... A la surprise générale, Georges Frêche a fait un arrêt cardiaque, le dimanche 24 octobre.

            Jusqu'au bout il sera resté lui-même. Un dernier exemple : il parlait encore récemment d'Aubry et de Mitterand... et, bien sûr, en Frêche dans le texte ! :

            http://videos.tf1.fr/infos/2010/freche-mitterrand-a-toujours-ete-d-extreme-droite-6067629.html

    GEORGES FRECHE.jpg

    Georges Frêche est décédé dans la soirée du dimanche 24 octobre

  • Expulsions de Roms : Prix orange et prix citron…..

                L'affaire des expulsions de Roms, avec les remous qu'elle a provoqués, n'est pas terminée, contrairement à ce que pensent certains. Ni en France, à l'intérieur, ni en Europe, à l'extérieur, où elle aura, dans les deux cas, permis de libérer les langues et de briser des tabous.

                Elle aura, à l'intérieur, eu un autre mérite : celui de faire apparaître un vrai clivage, non entre la droite et la gauche, mais entre les gestionnaires réalistes (fussent-ils de gauche...) et les personnalités carrément démagogues.

                En voici deux exemples, parmi les plus représentatifs, l'un (ou plutôt l'une) qui mérite amplement le prix citron, pour ses contorsions, qui ont porté un sérieux coup à son image; l'autre, de gauche également, mais qui a eu le mérite de parler clair et vrai sur ce sujet, et qui s'est ainsi démarque totalement de sa consoeur en PS....

    Lire la suite

  • La laïcité selon Martine Aubry : Talisman ? Elle a bien dit "talisman" ?....

                Ainsi donc, Martine Aubry a parlé de la laïcité comme "du" talisman, "du" joyau que la France pourrait offrir au monde (1) !

                Mais, a-t-elle bien pesé ses mots, Martine Aubry ? Et, en l'occurrence, son mot ? Sait-elle bien ce que c'est qu'un talisman ?

                Voici, pêle-mêle, ce qu'on trouve dans les dicos :

    - gri-gri, talisman, fétiche porté autour du cou et sensé porter chance et/ou écarter les mauvaises influences de tous ordre...

    - objet auquel une bénédiction ou une magie confère de prétendus pouvoirs de protection

                  Et dans le Littré :

    - figure magique, horoscope ; le mot arabe vient du grec, proprement choses consacrées, puis nom donné aux statues des divinités païennes dans le Bas-Empire qui furent considérées comme malfaisantes. Nom qu'on donne à certaines figures ou caractères gravés sur la pierre, ou sur le métal, auxquels on attribue des relations avec les astres, et des vertus extraordinaires, suivant la constellation sous laquelle ils ont été gravés.

                Ouf !

                Le christianisme a deux mille ans, et malgré les bourrasques, il reste - selon le mot fort juste de Maurras - "la seule Internationale qui tienne...". La nouvelle religion républicaine n'a guère plus de deux cents ans, et elle a déjà sombré dans le fétichisme, la magie et tout ce genre de choses : sic transit !.....

    (1) : rappelons juste que, en fait de laïcité, dans sa bonne ville de Lille, Martine Aubry a concedé des horaires reservés dans les piscines aux femmes musulmanes ! Dans le genre contradiction assumée, on peut difficilement faire mieux ! A moins que ce ne soit - plus vraisemblablement - Georges Frèche qui ait raison, une fois de plus, lorsqu'il traite Martine Aubry de  "faux-cul"....

  • Pierre Boutang a déjà répondu à Martine Aubry (et à bien d'autres....).

                Il y a effectivement place en France -dit-il en substance- pour plusieurs communautés. Mais pas pour deux civilisations (1).

               La communauté bretonne est réellement différente de la communauté basque, ou alsacienne, ou corse, ou flamande etc.... Mais elle partage avec ces communautés différentes les mêmes socles communs, de la religion et de la philosophie au droit, en passant évidemment par une histoire bi-millénaire sinon tout à fait commune, du moins commune pour une large part; les héritages et les fondamentaux de toutes ces communautés qui font la France viennent tous de la même civilisation de base: européenne et blanche, gréco-latine, chrétienne.....

    Lire la suite

  • Un peu de politique-fiction : d'un dialogue bien réel, à un autre qui, même si l'on peut aisément l'imaginer, restera hélas dans l'ordre du virtuel...

                Au Printemps du Livre de Montaigu, le Prince Jean a pu dialoguer avec Eric Zemmour.

                Ensemble, ils ont parlé de la France, évidemment, de l’héritage romain et –comme nous le faisions remarquer récemment- du fait que, si les rois de France se voulaient effectivement héritiers de la politique de civilisation des empereurs, et porteurs comme eux d’une sorte de message universel – de ce point de vue de la Civilisation - les rois ont, dès la troisième dynastie (celle des Capétiens) rompu avec ce que Bainville appelle « la chimère impériale » dans laquelle s’étaient « épuisées » - ajoute-t-il encore - les deux premières : la Mérovingienne (fondée par Clovis) et la Carolingienne (de Charlemagne)…

    Lire la suite

  • Prix orange et prix citron.....

    le prix orange: à Alexis Brezet, pour son édito du 13 février, dans Le Figaro Magazine. D'abord, parce qu'il y redit certaines évidences qu'on ne redira jamais assez, face à la désinformation organisée des tenants de l'immigrationnisme à tout crin: "...Depuis quarante ans, la France est confrontée à la plus forte vague de peuplement de toute son histoire. On peut fort bien soutenir que l'immigration est uneALEXIS BREZET.jpg chance pour la France, qui s'enrichit de la "diversité". On peut, à l'inverse, estimer que cet afflux de populations extra-européennes fait courir un danger à nos principes, notre culture et notre mode de vie. Mais comment prétendre qu'un phénomène aussi massif ne changerait rien à notre identité ?..." 

                           Ou: "...Et l'on nous parle d'islamophobie ! Mais, au vrai, quand Jamel Debbouze dénonce le "racisme" des antiburqa, quand des militants de SOS Racisme, béret sur la tête et baguette sous le bras, manifestent devant Matignon, de quel côté est la stigmatisation ?

                          Mais, surtout, parce que Brezet -bien plus que ces rappels d'évidences, aussi utiles soient-ils- va à l'essentiel et tire vers le haut: il cite Simone Weil : "Le remède, il n'y en a qu'un: donner aux Français quelque chose à aimer. Et leur donner d'abord à aimer la France..."

                                                     Là, tout est dit.....

    le prix citron: à Martine Aubry, pour sa déclaration sur la Réunion, où serait le bonheur du vivre ensemble, la joie de vivre dans cette France métisse, qui serait la France qu'on aime... et gna...gna....gna....

                martine aubry.jpg                                Ce n'est évidemment pas la première fois que Martine Aubry se fait le chantre de cette manipulation idéologique, qui vise à bourrer le crâne des gens, en leur inoculant quotidiennement (et cela va de l’explicite au subliminal…) l’idée selon laquelle le fin du fin, c’est le métissage et que, de toutes façons, le métissage est l’avenir de l’Humanité. Surfant sur l'imprécision des termes, et le flou des idées qui en découle, elle feint de ne pas savoir qu'en réalité il n’est pas toujours facile d’être métis. S’il y a bien évidemment des métis heureux, on a aussi des tas d’exemples de personnes prises entre deux cultures, souffrant de ne pas trop savoir qui elles sont, et finalement rejetées -ou non intégrées...- des deux côtés.

                     Mais surtout, elle va contre le bon sens le plus élémentaire, qui est de laisser les choses évoluer normalement, loin de toute idéologie et d’arrière-pensées, en l'occurrence politiques. Ce qui se passe à la Réunion -ou encore plus au Brésil- est-il exportable tel quel en France métropolitaine ? Doit-on, et peut-on, le proposer comme modèle, sans retenue aucune ? Si le métissage a réussi, dans certaines zones de l'hémisphère sud -et, encore une fois, il faudrait bien s'entendre sur les termes...- c’est parce qu’il s’est agi d’un phénomène naturel, librement souhaité et vécu par une population non conditionnée. Qu'il ne s'agissait pas d'une sorte de mode artificiellement créée. Et qu'à côté de personnes métissées, il y en a tout autant -reprenons l'exemple du Brésil...- qui ont fait le choix de ne pas être métissées.....

                          Rien à voir donc avec cette machine de guerre contre la diversité française vraie, dont Martine Aubry a fait l'un de ses chevaux de bataille.....

  • Max Frérot en semi-liberté... (2/2): aux réflexions de fond, sur les origines de cette étrange mansuétude, en fait pas si étrange que ça...

    La fascination des héritiers et descendants de la révolution pour ses origines criminelles est quelque chose qui s'explique très facilement. Eric Zemmour notait il y a peu que Besancenot n’était pas ostracisé comme Le Pen, tout simplement parce que l’extrême gauche est « angélisé », disait-il, en France. 

    Et il a raison. Et c’est normal, ou du moins c’est compréhensible parce que c’est logique : la révolution est née dans la violence et la Terreur ; elle est née de et par la violence et la Terreur. Et c'est seulement parce qu'avec la Terreur elle a frappé de stupeur ses adversaires–au sens ancien et fort du terme stupeur—qu’elle a pu s’installer, se prolonger et se pérenniser.

    Comment ses descendants et héritiers n’éprouveraient-ils pas une sorte de fascination morbide et, disons-le, une certaine forme d'attirance voire de tendresse envers les criminels politiques (pourvu, bien sûr, qu'ils soient d'extrême-gauche) ? Et en tout cas une sorte de presqu'impossibilité -à tout le moins une répugnance extrême...- à condamner ces militants révolutionnaires dans lesquels, consciemment ou non, ils se reconnaissent, peu ou prou ?.....

    MAX FREROT.jpg
    Le même, vingt ans après. Toujours aucun remords, mais bientôt libre....
    Merci pour les victimes ...

    Lire la suite

  • Max Frérot en semi-liberté... (1/2): des réserves...

    Nous ne sommes pas des charognards; et pour nous la Justice n'est pas la vengeance. Nous ne sommes donc pas choqués, à priori, par le régime de semi liberté qui vient d'être accordé à Max Frérot, après une vingtaine d'années d'incarcération (1).

    La mesure pourrait n'être ni scandaleuse ni révoltante en soi, et pourrait se concevoir et se comprendre, en théorie; du moins si l'on en donnait des raisons valables, que justement on ne donne pas...

    max frerot 1987.jpg
    Max Frérot en 1987. Aucun remords...

    Lire la suite

  • Quand TF1 fait le point sur les 35 heures.....

               Sans a priori, et loin de tout esprit partisan, TF1 a proposé un très intéressant sujet sur les 35 heures, le dimanche 18 mai, lors du JT de 20 heures présenté par Claire Chazal. Concis, honnête, assez complet et surtout très clair: du bon travail, de bon journaliste. Propre à aider tout un chacun à se forger une opinion, ou à y voir plus clair dans le maquis des arguments avancés par les pour ou les contre....

               Non parce qu'on y apprendrait des choses qui bouleversent les connaissances sur le sujet; mais pour la présentation sans parti pris et sans arrières-pensées idéologiques de ce qu'est la réalité concrète, sur le terrain.

               Un travail utile, donc, de vulgarisation réussie....

    Lire la suite

  • Quand Alexis Brezet tire les vraies leçons du mariage annulé de Lille.....

              Voici un extrait de l'éditorial lucide et très pertinent qu'Alexis Brezet a consacré à l' "affaire" du mariage annulé de Lille, dans Le Figaro Magazine du 7 juin.   

              On ne peut qu'approuver cette saine colère, guidée par une fine analyse politique. On ne peut qu'être d'accord avec l'éditiorialiste lorsqu'il appelle un chat un chat,  et lorsqu'il expose, à son tour, le mécanisme de pénétration de notre Société -en vue de son asservissement- par les tenants d'un certain Islam, "radical et conquérant". On ne peut qu'être d'accord aussi avec lui quand il signale, à son tour, l'imminence du danger et l'étendue du mal; ainsi que les alliés objectifs de ce danger.....

    Lire la suite