Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bhl

  • L'Afghanistan au Mali : une confirmation sans équivoque, et "de source autorisée", comme on dit...

            En complément/illustration/confirmation de notre note de mardi dernier sur l’Afghanistan au Mali ( L'Afghanistan au Mali.pdf… ) cette déclaration instructive, faite dans un entretien accordé à La Tribune de Genève, de Senda Ould Bouamama, alias Abou Mohamed, porte-parole et principal chef régional du mouvement Ansar Dine :

            http://www.tdg.ch/monde/afrique/L-application-de-la-charia-est-une-obligation-divine-pour-tout-musulman/story/13958369

    afghanistan,mali,ansar dine,senda ould bouamama,bhl

            Entre autres choses : "Nous sommes déjà un Emirat islamique. Et l’Afghanistan des talibans est notre modèle. Le seul avis qui nous importe est celui d’Allah. Le reste n’a aucune importance, y compris ce que les médias appellent la communauté internationale".

               Un temps, on a travaillé pour le Roi de Prusse; maintenant, on travaille pour la charia ? Où est BHL, et qui a entendu sa réaction ?...

  • Une politique "bernard-henry-lévienne" insensée, qui nous vaut un Afghanistan au Mali...

            Nous ne sommes évidemment pas les seuls à l'avoir dit, mais il est des occasions où il faut savoir répéter des évidences...

            Ce fut une erreur que de réintégrer le commandement unifié de l'Otan - qui n'a plus de raison d'être, depuis la chute de l'Empire marxiste-léniniste et la fin du Pacte de Varsovie; et qui n'est plus que le cache-sexe de la volonté de main-mise des États-Unis sur tout ce qui bouge, en dehors de chez eux...

             Et, si on la réintégrait, au moins un autre ministre des Affaires étrangères plus compétent (genre un Védrine...) aurait-il peut-être pu mieux négocier cette réintégration.  

    besida,afghanistan,mali,otan,sarkozy,bhl

    On nous avait doctement expliqué que nous partions, au loin, combattre "la" base du terrorisme, pour ne pas l'avoir "ici". Et, coucou, qui voilà ? : un rebelle d'ANSAR DINE, à Tombouctou, à deux pays de chez nous...

    Lire la suite

  • Propos va-t-en-guerre et boutefeux de BHL sur la Syrie : le sot périlleux...

            En une seule et même déclaration, qu'il a voulu mi-larmoyante, mi-théâtrale, BHL nous apprend à la fois qu'il est déçu par Hollande ("J'ai voté pour lui..."), ce dont on se fiche éperdument : de toutes façons, il n'est pas le premier - et il ne sera pas le dernier... - à se rendre compte qu'il s'est fait avoir.

            Mais aussi et surtout - et là on ne s'en fiche plus du tout, car "cet homme est dangereux", comme le disent les placards de police - il nous assène qu'il faut que ce soit la France, et un Français, qui prennent l'initiative de mettre à bas Bachar.

             Et, sur un ton comminatoire, qu'on le fasse maintenant. La Libye ne lui suffit plus, il veut mettre la Syrie à son tableau de chasse ! 

    bhl,syrie,libye,iran,ben laden

    En posant à Cannes, avec deux soldats syriens (?), BHL est bien en accord avec son action : quel meilleur endroit que cette capitale du film pour y faire son... cinéma ! 

    Lire la suite

  • Lu, vu, entendu : deux phrases, deux horreurs...

            La première est de BHL : "Il y a  deux nations, la charnelle, la substantielle, celle dont on hérite, celle de Péguy et de Barrès qui n'a cessé d'engendrer la bêtise nationaliste, et fasciste; et puis il y a l'autre, la nation antilyrique, abstraite, sans couleur, sans odeur, celle de tous les hommes, la mienne."

             Tiens, on ne savait pas que BHL était devenu - est-ce ce qu'il faut conclure de son "idée" ?... - "contre" l'existence de l'Etat d'Israël...

            La deuxième est de Pierre Bergé, dénonçant certains mots : "Patrie, c'est le plus dangereux ! Nous sommes quelques uns à ne plus nous reconnaître très bien dans cet hexagone égoïste, et à penser que la patrie a fait depuis longtemps éclater les frontières."

             Mais, elle se trouve où, la fortune bien égoïste de Pierre Bergé ? Et il l'a faite où ? Sur Sirius ?...

  • LE BAZAR LEVY

            Il paraît que M. Lévy (Bernard-Henri pour les intimes, BHL pour la com.) est assailli d’appels téléphoniques de la part d’opposants syriens qui semblent voir en lui une sorte d’ultime recours.

            Cela ne doit pas être pour déplaire à ce Don Quichotte d’opérette, confortablement installé dans une aisance matérielle et intellectuelle qui lui permet de jouer, sans aucun risque, les donneurs de leçon(s).

            Après avoir – dans le rôle de Zorro (où, monté sur un char, il succède brillamment à M. Kouchner portant un sac de riz à des Africains affamés) - sauvé les Libyens des griffes de l’horrible Kadhafi, il affirme maintenant – dans celui du Dieu Vengeur (roulement de tambour) - que « Bachar El Assad est le prochain sur la liste » ! 

    bhl,zorro,don quichotte,syrie,kouchner,el assad,sartre 

    Lire la suite

  • Les "printemps arabes" ? Les réponses des faits aux nuées de BHL et Compagnie...

            La Charia comme seule source du droit décidée en Libye, avant même les élections; les islamistes en tête en Tunisie; 100.000 copte ayant fui l'Egypte durant ces dernières semaines....

            C'est beau, un BHL flamboyant, genre La liberté guidant le peuple de Delacroix. Sauf que c'est ridicule, comme le tableau lui-même, et que cela vient buter sur les faits qui, eux sont têtus. Il n'y aura pas de démocratie arabe, ni en Libye, ni en Tunisie, ni en Egypte ni ailleurs (en Syrie, par exemple...). Même si les dirigeants d'avant ne valaient pas grand'chose, les billevesées de BHL et consorts ont leur réponse : ce sera charia partout et pour tous, et pays vidés de leurs premiers habitants.

            Pour l'Irak, c'était déjà bien avancé, pour d'autres raisons; pour la Syrie, les gens qui savent sont très inquiets...

            On l'a déjà dit ailleurs : pseudo "printemps arabes", vrais hivers pour les autochtones, et la vraie liberté.... 

    LIBYE CNT CHARIA MUSTAPHA ABDELJALIL.jpg

    Mustapha Abdeljalil, membre éminent du CNT-cher-à-BHL annonce la charia avant même toute élection "démocratique" (!). Il y en a qui appellent cela "printemps arabe" !.... 

    Lire la suite

  • D'accord avec... Jacques Attali : "En Libye, il ne faut surtout pas armer des groupes incertains...

           C'est en page 138 de L'Express du 20 avril (n° 3120), en conclusion d'un article de bon sens, Le dentifrice et le tube : 

           "...Mais c'est oublier les leçons du passé : en Afghanistan, les armes données par Washington aux taliban pour les aider dans leur combat contre Moscou se sont retournées contre les américains dès les troupes soviétiques vaincues. Déjà, on voit accourir en Libye, des deux côtés, des combattants volontaires dont le seul intérêt est de se procurer des armes et de s'aguerrir pour d'autres luttes. 

    attali,libye,afghanistan,bhl,kadhafi

    Ô, mânes de Richelieu !....

    Lire la suite

  • BHL confirme ses propos sur Pie XII..

                 Dans son entretien au Journal du Dimanche, daté du 6 février, BHL confirme ses récents propos positifs sur Pie XII :

     

                 « …Quant à Pie XII, je demande simplement qu’on s’en tienne aux faits. Le fait est que, contrairement à ce que répètent en boucle les crétins, la plupart des archives sont ouvertes et consultables. Le fait est que, dans le silence assourdissant du monde entier sur la Shoah, il a été plutôt le moins silencieux de tous. Le fait est qu’il a, sans avions ni canons, plus dit et plus fait que Churchill, Roosevelt et de Gaulle réunis. Bien sûr qu’il aurait pu dire et faire davantage. Tout le monde peut toujours dire et faire davantage. Mais le présenter comme le "pape d’Hitler", broder inlassablement sur ce fameux "silence de Pie XII" est absurde et assez dégueulasse... »

     
    BHL 1.jpg

     La photo qui accompagne l'entretien...

  • Bernard Henry Lévy défend Benoît XVI et Pie XII..

                 A lafautearousseau, on aime bien, lorsqu'on critique franchement quelqu'un, rétablir l'équilibre -si l'on peut dire- et faire ressortir, après s'être opposé à tel ou tel,  des points de convergence, chaque fois que cela est possible.

                 Nous l'avons fait avec Michel Onfray -avec qui nous n'avons pas été tendres à plusieurs reprises- mais chez qui nous notons avec intérêt une certaine évolution dans la pensée et le discours, depuis quelques temps....

                 Et nous le faisons bien volontiers, aujourd'hui, avec Bernard-Henry Lévy, avec qui non plus nous n'avons pas toujours été d'accord, loin s'en faut. Raison de plus pour apprécier, vraiment, les propos qu'il a tenu -sur Pie XII et Benoît XVI- dans le Corriere della Sera, et que rapporte ainsi le journal La Croix (1)

    Lire la suite

  • Affaire Polanski : BHL persiste et signe...

                Le flamboyant-de-salon BHL vient donc de publier une lettre de Polanski, valant remerciement pour ces innombrables anonymes qui -il l'assure - l'ont assuré de leur soutien. On n'a aucune preuve de ce que Polanski affirme (qu'ils soient une telle masse à l'avoir soutenu) mais BHL s'en fiche, il le croit. Et, du coup, cela veut dire qu'il avait raison de soutenir son copain Roman.

                Donc, il persiste et il signe, BHL. Il n'y a pas de loi commune, s'imposant à tous, et partout. Ou plutôt, si: il y en a une, de loi commune: pour la plèbe, pour le vulgum pecus, pour vous et moi, c'est-à-dire le commun des mortels. Mais "eux" en sont exemptés. Qui donc, "eux" ? Mais, "eux", bien sûr, l'élite, les guides de la pauvre piétaille que nous sommes, incapable de rien comprendre à rien, et à qui il faut qu'en permanence ses guides (BHL par exemple...) disent quoi faire et quoi penser.

                Et, pour cette piétaille, là oui, il faut une loi, et même sévère: par exemple, la pédophilie est un crime odieux. Mais plus si elle est pratiquée par un de la haute. Vous ne comprenez pas ? C'est normal, vous n'en faites pas partie, de la haute...

                Comment BHL qui, malgré tout, n'est pas un sot, ne voit-il pas qu'en agissant de la sorte il donne des arguments à l'hydre que, par ailleurs, il appelle à combattre ?...

     

  • Le sourire du dimanche : dédié à la gauche idéologique.....

     
    .....après les déclarations de BHL au Journal du Dimanche (19 juillet 2009)/
     
     
     
    caricature 2.jpg

  • « Le PS est une maison morte » (Bernard-Henry Lévy) ? Mais c'est toute la gauche idéologique qui est un vaste cimetière !...

                Oui, nous pensons qu’il  a raison, BHL (1). Mais ce n’est pas seulement le PS qui est mort. On a bien vu récemment la mort du PC. En fait, c’est toute la gauche idéologique qui est morte. Morte de l’échec et de la mort de la révolution d’octobre,quintessence de la grande Révolution originelle, mère et matrice de toutes celles qui ont suivi, jusque dans l’extrême-orient  de Mao et de Pol Pot.

                 Le tsunami, né à Paris en 1789, a atteint sa limite extrême. Il est fini, il est mort. La vague reflue. C’est ce que BHL ne sait pas, ne peut pas ou ne veut pas voir.    

                 Pourtant, cela apparaît et apparaîtra de plus en plus comme une évidence aveuglante à tous, y compris dans les rangs de la gauche idéologique.

    BHL.jpg

    Lire la suite

  • L'interrogation de BHL: "Allons nous nous mobiliser pour mettre un terme a ce qui se passe au Tibet ?"

              Et si le vrai service était d'ordre intellectuel et philosophique ? Et si, plutôt que de lutter avec emphase contre les moulins a vent et de déclarer une guerre pichrocoline perdue d'avance face à l'énorme Chine "on" rendait le service de démonter les raisons politiques et philosophiques, au XX° et XXI° siècle, de cette explosion et de cette multiplication exponentielle des horreurs auxquelles nous avons assisté et auxquelles nous assistons encore ?

              Et qui trouvent, pour une bonne part, leur origine dans la révolution française. Catastrophe nationale mais aussi internationale, mondiale, comme l'évoquait Jean-François Mattéi dans son allocution du 21 janvier a Marseille.

    Lire la suite

  • A Bernard-Henry Lévy, qui a -semble-t-il- "un problème" avec Maurras.....(1)

              Mardi 9 octobre, sur France Inter...: quelle mouche a donc piqué Bernard-Henry Lévy? Il se lance dans une attaque surprenante et inattendue contre Henri Guaino, qui laisse rêveur: le philosophe fustige "le mec qui fait les discours de Sarkzoy" et qui est "d'inspiration maurrassienne". Il ajoute: "Guaino, il est raciste. C'est lui qui a fait ce discours ignoble" de Dakar, "où on disait que si l'Afrique n'était pas développée, c'est parce que les Africains n'étaient pas inscrits dans l'Histoire". "Dire cela en effaçant complètement la colonisation, la destruction du pays par cette époque honteuse du colonialisme, c'est du Guaino et c'est du racisme"....

              La réponse de Guaino ne se fait pas attendre, et elle est cinglante: "Ce petit con prétentieux ne m'intéresse pas. Qui est-il donc? Qu'a-t-il fait dans sa vie de si extraordinaire pour se permettre de juger comme ça? Je n'ai jamais rencontré BHL. Il ne m'aime pas, moi non plus. Il n'aime pas la France, moi si. Il a la bave aux lèvres, avec la haine qui suinte de partout." Et de poursuivre : «J'assume le discours de Dakar ligne à ligne, mot à mot, à la virgule près. Mais ce discours, c'est celui du président de la République: s'il ne voulait pas le prononcer, il ne l'aurait pas fait. Des crétins y en a toujours eu. Qu'est-ce que vous voulez que je réponde à autant de conneries?»

              Nous ne nous mêlerons pas du contentieux -puisque contentieux il semble y avoir...- entre BHL et Henri Guaino; mais nous ne laisserons pas ce dernier répondre seul au "philosophe strass et paillettes", madone et diva des soirées mondaines, dans les salons dorés.... ; nous aussi, puisqu'il a cru devoir "mettre Maurras là-dedans", nous avons deux mots à lui dire: d'abord, qu'il devrait cesser, comme il semble être en train d'en prendre l'habitude, de confondre échanges d'idées et insultes; dès qu'il n'aime pas quelqu'un, il le traite de "Maurrassien", pensant tenir là l'injure du siècle; mais "Maurrassien" n'est pas une insulte, et il n'est pas infamant de l'être; que l'on sache il n'y a pas (pas encore?...) d'Index des livres et des auteurs réprouvés, qu'il serait interdit de lire ou qui, si on les lisait, vous excluraient de la communauté des "bien-pensants"! à moins que BHL ne nourrisse secrètement, dans un coin de son cerveau, un tel "rêve"? Soyons sérieux: on peut très bien ne pas être d'accord avec les idées de Maurras, mais de là à traiter tous ceux qu'on n'aime pas de "Maurrassiens", avec mépris et dédain, comme le fait BHL, voilà qui passe les bornes, et qui relève tout simplement de la niaiserie. Nous n'irons pas jusqu'à parler de "TOC" (Trouble Obsessionnel Compulsif...) "au niveau du langage", mais c'est bien pour ne pas tomber dans la polémique stérile.....

              On pourrait -plus sérieusement- rappeler à BHL que, malgré qu'il en ait, Maurras reste un "continent" selon l'heureuse formule de Stéphane Giocanti; on pourrait...on pourrait....on pourrait....mais, plutôt que de nous lancer dans un plaidoyer "pro Maurras", nous préférons "appeler à la barre" un témoin que l'on pourra difficilement récuser, et à qui nous allons nous en remettre; un observateur impartial, qu'on ne pourra pas suspecter de complaisance; nous avons donc choisi de laisser la parole à Jean Paulhan, cité par Pierre Boutang, dans le passage qui suit, et de "dédier" ce beau texte à BHL, pour qu'il voit comment d'autres que lui (et non des moindres!...) ont parlé de Charles Maurras :(à suivre...)