UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'interrogation de BHL: "Allons nous nous mobiliser pour mettre un terme a ce qui se passe au Tibet ?"

          Et si le vrai service était d'ordre intellectuel et philosophique ? Et si, plutôt que de lutter avec emphase contre les moulins a vent et de déclarer une guerre pichrocoline perdue d'avance face à l'énorme Chine "on" rendait le service de démonter les raisons politiques et philosophiques, au XX° et XXI° siècle, de cette explosion et de cette multiplication exponentielle des horreurs auxquelles nous avons assisté et auxquelles nous assistons encore ?

          Et qui trouvent, pour une bonne part, leur origine dans la révolution française. Catastrophe nationale mais aussi internationale, mondiale, comme l'évoquait Jean-François Mattéi dans son allocution du 21 janvier a Marseille.

          Quand les opinions publiques auront une claire conscience, une claire vision des origines idéologiques de ces horreurs contre lesquelles on veut nous mobiliser -à bon droit dans le fond, mais d'une manière irréaliste dans la forme- et sans nous expliquer le pourquoi du comment, les choses seront plus simples. Là les intellectuels, comme BHL, auraient un rôle à jouer.

          Oui, la révolution française, véritable apprenti sorcier, a déclenché, à l'échelle planétaire des forces qu'elle a été évidemment bien incapable d'arrêter, et ellle se trouve ainsi être l'une des causes directes de cette démultiplication de l'échelle de l'horreur, de l'échelle des horreurs...

          Ce que les révolutionnaires ont voulu faire ils l'ont malheureusement "bien" fait: ils ont déclaré la guerre a l'Europe pour y propager, et au monde aussi, leurs idées. Mais leurs idées ont nom totalitarisme, génocide... et elles ont, hélas, fait bien des émules...

Les commentaires sont fermés.