Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 janvier 2012

Lu, vu, entendu : deux phrases, deux horreurs.....

        La première est de BHL : "Il y a  deux nations, la charnelle, la substantielle, celle dont on hérite, celle de Péguy et de Barrès qui n'a cessé d'engendrer la bêtise nationaliste, et fasciste; et puis il y a l'autre, la nation antilyrique, abstraite, sans couleur, sans odeur, celle de tous les hommes, la mienne."

         Tiens, on ne savait pas que BHL était devenu - est-ce ce qu'il faut conclure de son "idée" ?... - "contre" l'existence de l'Etat d'Israël.....

        La deuxième est de Pierre Bergé, dénonçant certains mots : "Patrie, c'est le plus dangereux ! Nous sommes quelques uns à ne plus nous reconnaître très bien dans cet hexagone égoïste, et à penser que la patrie a fait depuis longtemps éclater les frontières."

         Mais, elle se trouve où, la fortune bien égoïste de Pierre Bergé ? Et il l'a faite où ? Sur Sirius ?.....

Commentaires

Patrie, le mot le plus dangereux. Quel aveu !
Dangereux pour les apatrides qui veulent faire la loi.
C'est le mot qui leur fait mal.

Écrit par : olrik | jeudi, 19 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Ce fât BERGE voudrait-il tuer la poule aux oeufs d'or, cette FRANCE qui l'a enrichi??????????????

Écrit par : SETADIRE | jeudi, 19 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Vos sources SVP ? Lu, vu et entendu quand et où ?

Écrit par : cril17 | jeudi, 19 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

BHL est un con, le représentant le plus typique de cette caste de bobos mondialisée, apatride, et il ne mérite même plus qu'on relève ses paroles qui n'ont ni sens ni intérêt. Flatus vocis.

Écrit par : Jean de Maistre | jeudi, 19 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

(à CRIL) :

1. Pierre Bergé : éditorial de Globe, décembre 1986. M. Pierre Bergé disait le dégoût que lui inspirent des mots comme "ordre", "morale", "famille", mais surtout "patrie". En arrivant à "patrie", il marquait même son indignation. "Patrie : c'est le plus dangereux... Nous sommes quelques-uns à ne plus nous reconnaître très bien dans cet hexagone égoïste, et à penser que la patrie a fait depuis longtemps éclater les frontières."

2. Bernard-Henri Lévy : "L’Idéologie Française" (1981), pamphlet fustigeant l’enracinement et l’amour de la patrie charnelle : entre autres "Oui, je sais maintenant que la France, la France de ma culture, la France de ma mémoire, est aussi une France noire. Je sais son visage d’ordure, la ménagerie de monstres qui y habitent..."

Écrit par : lafautearousseau | jeudi, 19 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Vous êtes bien bon de répondre à la question agressive et comminatoire de cril. D'un autre côté, votre réponse circonstanciée fait qu'on ne l'entend plus, ce mal élevé.
Michel Audiard et Francis Blanche auraient dit que vous lui avez fermé son claquemerde.

Écrit par : olrik | jeudi, 19 janvier 2012

Mille mercis cher administrateur !
======
A l'attention d'olrik :

" Bave la Haine de la France aux Lèvres, dit “BHL” ou “BH(F)L ”

http://cril17.fr/

"Plus grave qu’hier, moins que demain …"

http://cril17.info/

Ou en raccourci, et en d'autres termes, avec des royalistes tels que vous, la porno-ripouxblic peut continuer à forniquer avec l'Etre Suprême en toute tranquilité, avant qu'elle ne soit obligée de mettre les voiles, un jour ou l'autre, grâce à un "ordre moral " venu d'ailleurs !...

Écrit par : cril17 | vendredi, 20 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Deux phrases tout simplement scandaleuses

Écrit par : DC | vendredi, 20 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Ce qu'il y a de stupéfiant chez BHL, c'est sa coiffure. Ce type qui n'a jamais eu besoin de se lever tôt pour gagner sa croûte doit passer sa matinée à peaufiner ce prodige d'équilibre instable. Je gage que les fabricants de laque sont aux petits soins pour un si bon client.
Il est vrai qu'hormis sa coiffure, le drôle n'a aucun intérêt.

Écrit par : olrik | vendredi, 20 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire