Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

shoah

  • Assez, de ces travestissements de l'Histoire, de cette flagellation/repentance aussi inepte que malsaine. Ou : Cette France où l'on a tant sauvé de Juifs...(II/II)

    (Voici la suite - et fin - de notre réflexion entamée dimanche dernier, en réponse aux récents propos scandaleux de François Hollande, qui, finalement, ne font que rejoindre l'obsession de BHL, qui ne cesse de critiquer le "maurrassisme" et de dénigrer une France, selon lui, aigrie et haineuse... Une bonne façon, ces pages redécouvertes au hasard des lectures et relectures d'été, de rester dans l'actualité immédiate, et de mettre une fois de plus "les points sur les i"...)

     

    Des fleurs en enfer (2/2)

    Dans L’Express du 27.02.2008, François Dufay présente un dossier assez complet et bien documenté sur Ces Français qui ont protégé les Juifs. Nous en extrayons cet article, qui vient reprendre et confirmer le précédent, de dimanche dernier, 29 juillet. Bien entendu, nous ne l'approuvons pas en totalité. Par exemple, qualifier Vichy, en bloc, d' "entreprise criminelle" n'est évidemment pas soutenable. Nos lecteurs jugeront.  

                "Loin des récentes polémiques sur la mémoire de la Shoah, les historiens jettent un nouveau regard sur les années noires de l'Occupation. Face à la machine criminelle de Vichy, ils réévaluent le rôle joué par la chaîne de solidarité qui a permis de sauver des dizaines de milliers d'adultes et d'enfants. Et les survivants témoignent à leur tour sur cette résistance civile, à rebours de l'image d'une France «collabo».

    Lire la suite

  • Assez, de ces travestissements de l'Histoire, de cette flagellation/repentance aussi inepte que malsaine. Ou : Cette France où l'on a tant sauvé de Juifs (I/II)

    (En réponse aux récents propos scandaleux de François Hollande, qui, finalement, ne font que rejoindre l'obsession de BHL, qui ne cesse de critiquer le "maurrassisme" et de dénigrer une France, selon lui, aigrie et haineuse... Une bonne façon, ces pages redécouvertes au hasard des lectures et relectures d'été, de rester dans l'actualité immédiate, et de mettre une fois de plus "les points sur les i"...)

     

    Des fleurs en enfer  (1/2)

     

              Dans une pleine page du quotidien La Provence (1), Catherine Estève a mis avec bonheur à la portée du plus grand nombre ce qu’elle appelle, avec  justesse,  « une incroyable histoire », jusqu’alors connue seulement de l’Ordre des Dominicains et de quelques témoins.

              Il s’agit de ce que l’auteur appelle « L’histoire secrète des jeunes juives de la Sainte-Baume » (tel est le titre de son article), ou comment une vingtaine d’Allemandes et de Polonaises furent sauvées de la déportation par les frères dominicains. Catherine Estève avait commencé par rendre compte du récent ouvrage de Didier Nebot,  paru aux Editions Pascal (2) , « Et les enfants furent sauvés … »

    Lire la suite

  • Les Roms comme la Shoah ? On demande un peu de décence, SVP !.....(1/2).

                 Eh, oui, tout arrive ! : pour une fois, on va prendre le parti d'Eric Besson, sur ce Blog. Comme quoi, on n'est pas rancunier...

                 Son parti contre le député villepiniste Grand et toutes celles et tous ceux qui, comme lui, osent sans vergogne comparer l'action des forces de l'ordre pour faire cesser des occupations illicites et.. les rafles de la Seconde Guerre mondiale !.... 

    eric-besson-immigration-4142652mgeen_1715.jpg

    Lire la suite

  • Un grand souffle d'air frais, sur France 2, chez FOG.....

               Vendredi 5 février, Franz-Olivier Gisbert entame son émission, Vous aurez le dernier mot ! Il annonce, évidemment sous les applaudissements du public, qu'on va "partager, polémiquer, débattre et, si possible, en prenant du plaisir...".

               Eh bien, disons-le tout net, oui, on en a pris, du plaisir ! Et pas qu'un peu !....

               Pourquoi ? Parce que le thème de la soirée était le politiquement incorrect, et on a vraiment pris plaisirà entendre Gilbert Collard, Philippe Tesson, Marc-Edouard Nabe dénoncer l'étouffement de la pensée et la censure morale ambiante....

               Voici, simplement retranscris, certains passages parlants de la soirée...

    GIESBERT.jpg
    Ici avec Frédéric Mitterand, toujours pour Vous aurez le dernier mot !....

    Lire la suite

  • BHL confirme ses propos sur Pie XII..

                 Dans son entretien au Journal du Dimanche, daté du 6 février, BHL confirme ses récents propos positifs sur Pie XII :

     

                 « …Quant à Pie XII, je demande simplement qu’on s’en tienne aux faits. Le fait est que, contrairement à ce que répètent en boucle les crétins, la plupart des archives sont ouvertes et consultables. Le fait est que, dans le silence assourdissant du monde entier sur la Shoah, il a été plutôt le moins silencieux de tous. Le fait est qu’il a, sans avions ni canons, plus dit et plus fait que Churchill, Roosevelt et de Gaulle réunis. Bien sûr qu’il aurait pu dire et faire davantage. Tout le monde peut toujours dire et faire davantage. Mais le présenter comme le "pape d’Hitler", broder inlassablement sur ce fameux "silence de Pie XII" est absurde et assez dégueulasse... »

     
    BHL 1.jpg

     La photo qui accompagne l'entretien...

  • GRANDS TEXTES XVIII, ou ANTI GRAND TEXTE : Discours de Maximilien de Robespierre (première intervention, le 3 décembre 1792, au cours du pseudo procès de Louis XVI).

                Il y a 18 ans, le jeune Maximilien de Robespierre avait eu à féliciter le roi Louis XVI rentrant à Paris après son couronnement à Reims, le 15 juin 1775 (Maximilien avait alors 17 ans accomplis). C'était rue Saint-Jacques, devant le Collège Louis-le-Grand. Le professeur de rhétorique avait rédigé pour la cérémonie un compliment superbe en vers, que Robespierre fut chargé de dire, comme étant l'un des élèves les plus doués et les plus méritants. Il pleuvait à seaux ce jour-là, mais le jeune Maximilien était infiniment fier d'avoir eu «l'honneur» de saluer ce jeune roi qui incarnait aux yeux de la nation toute entière les espérance d'un avenir prometteur pour la France.

    robespierre1.jpg

    Robespierre, avant.....

                Aujourd'hui, dix-huit ans plus tard, ce 3 décembre 1792, il prononce les mots terribles que l'on va lire ci-dessous, dans ce véritable discours fondateur de tous les Totalitarismes modernes. C'est à l'ouverture du pseudo-procès de Louis XVI : c'est toujours le même Robespierre et, pourtant il n'est plus le même: le jeune élève brillant et prometteur est devenu un idéologue endurci, sec et froid.

                C'est à lui que s'adressera quelques jours plus tard le courageux De Sèze: "Français, la révolution qui vous régénère a développé en vous de grandes vertus ; mais craignez, qu’elle n’ait affaibli dans vos âmes le sentiment de l’humanité, sans lequel il ne peut y en avoir que de fausses !".

                De Sèze a courageusement et intelligemment démasqué les idéologues, se voulant régénérateurs et purificateurs, persuadés d'oeuvrer pour l'Homme, mais n'ayant aucune forme de pitié ou de considération pour les hommes. Mais Robespierre et la Convention n'entendront évidemment pas le message. Comment Robespierre et ses affidés, un Saint Just par exemple, pourraient-il l'entendre, ce message, lorsque le même Saint Just osait proférer (toujours lors du pseudo-procès de Louis XVI): "Je ne juge pas, je tue... Une nation ne se régénère que sur des monceaux de cadavres"...

                C'est trop tard: Robespierre est mort, du moins le jeune et brillant élève qui recevait et complimentait le Roi lors de son retours de Reims. L'a remplacé un idéologue aveuglé par sa confiance en lui-même et en ses principes, qu'il croit supérieurs et qu'il veut appliquer à tout prix, ne se rendant absolument pas compte, absolument plus compte, qu'il est devenu la parfaite incarnation de la terrible prophétie de Frédéric II à Voltaire: « Nous avons connu le fanatisme de la foi. Peut-être connaîtrons-nous, mon cher Voltaire, le fanatisme de la raison, et ce sera bien pire »...

                Oui, c'est bien un fanatique, sec et froid, qui s'exprime d'une façon presque métallique, pourrait-on dire, ce 3 décembre, lors de l'ouverture du pseudo-procès de Louis XVI. Et qui prononce les paroles monstrueuses que l'on va lire, et que reprendront mot pour mot les Staline, Hitler, Mao, Pol Pot et autres monstres secs et froids des Totalitarismes modernes, qui ont tous pour père et modèle le même et unique Maximilien de Robespierre.

                Oui, l'on entend déjà, en lisant ce monstrueux discours et cette aberrante logique, ce que diront les enfants de Robespierre plus tard, bien plus tard, eux qui auront bien compris et bien assimilé cette infernale logique:

               A quoi bon juger ces Juifs, dira Hitler, la race aryenne ne saurait être soupçonnée d'erreur(s) dans ses pensées, ses jugements ou ses actes, puisqu'elle est "supérieure" (!). Ces juifs doivent donc mourir, sinon c'est admettre l'idée que la race aryenne a pu se tromper, ce qui est impossible... A quoi bon juger ces dissidents, dira Staline, la classe ouvrière est l'avant-garde consciente qui a reçu pour mission de faire éclore l'Histoire et de l'achever. Elle marche dans le sens de l'Histoire, et l'idée même de juger quelqu'un qui s'oppose à elle -et qui ne peut donc être qu'un traître ou un malade- serait admettre l'idée que la classe ouvrière pourrait se tromper, ce qui est impossible.....

                Donc, on ne juge pas, on tue, pour reprendre telle quelle la formule de Saint Just, ce grand ami de Robespierre, et l'un de ses alter ego...

    ROBESPIERRE.JPG

    ...Robespierre

                On le voit, le tout de la mécanique infernale est contenu dans le discours de Robespierre, qui est une vraie bombe, insuffisamment lu, insuffisamment étudié. Ce discours est bien l'acte fondateur, la parole fondatrice de tous les procès nazis ou staliniens de l'histoire, de tous les Totalitarismes, de tous les Génocides....

    Lire la suite

  • Quand Marianne offre un bel exemple d'honnêteté intellectuelle...

                En effet, c'est un geste à signaler, que celui d'offrir une pleine page en dessous du titre suivant:

    Pie XII : et si Marianne se trompait?

    Notre une du samedi 02 janvier « le pape qui garda le silence face à Hitler », qui traitait de la possible béatification de Pie XII, a fait réagir. Y compris parmi nos chroniqueurs réguliers. Parmi eux, Roland Hureaux estime que, face à la Shoah, Pie XII a agi en homme responsable plutôt qu'en donneur de leçons....

               Vous lirez l'article entier en cliquant sur ce lien:

              http://www.marianne2.fr/Pie-XII-et-si-Marianne-se-trompait_a183428.html?com

     

    Pie XII - Deutsches Bundesarchiv - Wikimedia Commons - CC

  • Ne laissons pas dire; ne laissons pas faire...

                Merci à Sébasto, qui nous communique un texte excellent  -il est coutumier du fait....- "pour répondre à cet "idiot utile" de Duhamel". Ce texte est d'Alfred Denoyelle, et vous pouvez le lire dans la rubrique Commentaires. Cependant, nous vous le mettons ici en Pdf, au cas où.. et pour ceux qui....  Posté par Sébasto.pdf

                Ses premières lignes annoncent la couleur:


                "Au nom de l'Eglise, le pape Benoît XVI reconnaît les mérites de Pie XII. On doit donc s'attendre à ce que les journalistes qui contrôlent et font l'opinion publique - bien qu'étant peu versés dans les questions historiques - s'emparent de l'information pour attaquer le Souverain Pontife. Ne laissons pas dire; ne laissons pas faire..."

                Très tôt dans la matinée, hier, un lecteur (fort matinal donc...) nous a envoyé -mais sans aucun commentaire- la citation suivante:

                   Albert Einstein, 1940 Time Magazine : "...Seule l'Église se tint solidement en travers du chemin du plan d'Hitler pour supprimer la vérité. Je n'avais jamais eu spécialement d'intérêt pour l'Église auparavant, mais je ressens à présent une grande affection et admiration parce que seule l'Église a eu le courage et la persévérence de défendre la vérité intellectuelle et la liberté morale. je suis ainsi forcé de confesser que ce que je méprisais avant, je le tiens sans réserve en plus haute estime maintenant...."

  • Du prix attribué à Yannick Haennel pour son Jan Karski à... la réhabilitation de Pie XII (2/2).

                Comme convenu, voici, pour clôturer notre réflexion entamée à propos de Patrick Haennel et de son Jan Karski, une information qui pourra apparaître sensationnelle à certains -désinformés et intoxiqués comme ils l'ont été: elle est tirée du blog de Daniel Hamiche, Americatho :  http://www.americatho.org/article-36668973.html).

                Pour l'association israélite Pave the Way, Pie XII doit être proclamé Juste parmi les nations ! Pourquoi ?....

    Lire la suite

  • Du prix attribué à Yannick Haennel pour son Jan Karski à... la réhabilitation de Pie XII (1/2).

                Le 8e prix du Roman Fnac a été attribué à Yannick Haenel pour son livre intitulé «Jan Karski» (Gallimard). C'est ce qui nous a valu l'intéressant article de Gilles-Martin Chauffier, dans Paris Match, que nous reproduisons ci-dessous.
                On va voir que ce Prix va beaucoup plus loin qu'un simple Prix littéraire. Mais commençons par le commencement, et par parler un peu du livre d'Haennel...
     
                Jan Karski, résistant polonais, qui tenta en vain d'alerter les Alliés sur le sort réservé aux juifs par les nazis, publia ses Mémoires en 1944. Quelque 40 ans plus tard, en 1985, il sortit du silence et apporta son témoignage dans le film de Claude Lanzmann, «Shoah».
                C'est ce personnage dont s'est emparé Yannick Haennel.
                Et voici ce qu'en dit Gilles-Martin Chauffier:
     
     
    haenel.jpg

    Lire la suite

  • Du Monde, sur Tariq Ramadan....

              Deux jours près un article sur Finkielkraut, élogieux, Le Monde publie un article sur Ramadan, extrêmement critique.

              Il est bon, en soi, que Le Monde, une Institution, qui a très souvent -voire le plus souvent...- joué contre les Traditions nationales, prenne la mesure des réalités et sonne le tocsin. Ce retour au réel est positif, et c'est pourquoi l'article de Caroline Fourest a retenu notre attention.

                Nous le publions ci-dessous, non sans effectuer au préalable la mise au point suivante. Caroline Fourest -dont on appréciera surtout la lucidité du dernier paragraphe......- épingle Ramadan, certes, mais on ne peut que se démarquer de la raison derrière laquelle elle se retranche dès la ligne 3 : dénoncer un Tarik Ramadan qui avance masqué, et le danger de l'Islam, oui. Mais parce que nous ne voulons pas qu'on nous change nos moeurs et notre société, et pas parce que nous prônerions de nouvelles valeurs (!) qui -justement- détruisent elles aussi cette société, en allant à l'encontre de ses traditions, de ses moeurs, de ses coutumes profondes.

                  Ce que l'on doit combattre chez Ramadan c'est son désir de vouloir islamiser notre continent et notre pays de Chrétienté, mais cela ne doit pas nous mener à nous opposer à lui systématiquement, et quoi qu'il dise; ni à nous allier systématiquement à toute personne ou tout groupe qui s'oppose à lui, du simple fait que cette personne ou ce groupe s'oppose à lui.

                  Cette précision ayant été apportée en vertu du principe selon lequel ce qui va sans dire va encore mieux en le disant, lisons Caroline Fourest.....

    tarik ramadan.jpg
    ( Si on était à "Questions pour un champion"...)
    "Je pratique le double langage, j'avance masqué, je noie le poisson... Je suis...

    Lire la suite

  • Aussi sufffisant qu'insuffisant, Philippe Lioret est cependant content. De lui...

                A l'occasion des divers Festivals qui fleurissent en été, et entre autres à l'occasion des Rencontres cinématographiques de Cavaillon, Philippe Lioret s'est répandu dans la presse pour dire et redire - on n'est jamais si bien servi que par soi-même... - combien son Welcome l'avait rendu heureux, combien il était fier de lui, et combien il était un esprit libre, et combien il se trouvait beau, et combien il s'aimait comme ça etc... etc...

                Bref, dans la série je-me-passe-la-brosse-à-moi-même, il a fait fort, et même très fort...

    philippe_lioret_reference.jpg

    Lire la suite

  • Shoah et CM2...

              Lundi 18, sur RTL, Xavier Darcos a déclaré ceci: "Ce qui m'inquiète, moi, c'est que, aujourd'hui, au lycée un élève sur deux ne sait pas ce qu'est la Shoah..."

    Lire la suite

  • Shoah et CM2...

              La république veut flétrir le génocide nazi et entretenir perpétuellement le souvenir de la Shoah (fût-ce en l'occurrence par des moyens surprenants et contestables...). Fort bien. Mais....

    Lire la suite

  • Un mot, pourtant, sur la "Repentance"...

              Pourtant, disons-le simplement, on peut souhaiter apporter une correction sur la "repentance" qu'il a souhaité, vers laquelle il a tendu et qu'il a, d'une certaine manière (car tout ne dépendait pas de lui seul...) rendu possible. Entendons-nous bien: nous ne sommes pas du tout hostile au fait de regarder lucidement notre Histoire, en face, et d'en déceler les zones d'ombre; ce que Jean-Paul II appelait "purifier la Mémoire" ne nous choque pas du tout; c'est même souhaitable et nécessaire. Savoir qu'il s'est passé en France des choses peu glorieuses, avoir l'honnêteté de les reconnaître et le courage de les assumer, cela n'a rien qui puisse ou doive nous effrayer. L'ennui c'est que cette repentance a largement manqué de nuance(s).

              On a rappelé, certes, le passé, mais ce rappel ne peut qu'aller de pair -si l'on veut être honnête- avec un autre rappel: a savoir que la France, le Peuple français, est celui qui a donné le plus grand nombre de "Justes parmi les Nations", et qui a sauvé le plus grand nombre d'enfants juifs; qui a eu en cela le meilleur comportement des pays d'Europe livrés à la barbarie nazie (héritière directe, rappelons-le, de la révolution française); une barbarie a laquelle la France fut livrée (rappelons-le aussi) par la défaite républicaine suite à une guerre non préparée. Et nous avons la faiblesse de croire que si le Peuple français s'est si bien comporté pendant ces années sombres que nous ne devons qu'à l'incurie républicaine, ce sursaut lui vient du tréfonds de son Histoire, de sa Mémoire, de son éducation, façonnés par ses mille ans de Catholicisme et de Royauté....