Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

catholicisme

  • Et si la crise papale relevait de la géopolitique ?

                Ce mois-ci, on a fêté à la fois l'anniversaire personnel du pape (83 ans, né le 16 avril 1927) et le cinquième anniversaire de son élection (le 19 avril 2005).
                A sa façon, Roland Hureaux a célébré -si l'on peut dire...- ce double anniversaire, dans Marianne 2 du mercredi 15 avril: dans un article extrêmement interéssant, il se demande si, au-delà des polémiques sur le pape, nous ne serions pas en train d'assister à un basculement géopolitique. Tandis que Moscou se rapproche de Rome, le monde anglosaxon entre en guerre contre la Vatican: l'assaut anti-pape signifie-t-il, en réalité, la rupture du monde libéral atlantiste avec le catholicisme ?
                Certains le croient, l'espèrent en tout cas, et le disent: Patrice de Plunkett, enthousisaste, n'hésite pas à écrire (sur son Blog) un laconique mais très expressif et très révélateur "alléluia !"
                Suivons l'argumentation de Roland Hureaux: pour lui "il est clair aujourd'hui que les temps ont changé"....
     
    roland hureaux.jpg

  • Québec : un coup de gueule qui en rappelle d'autres...

                Dans le journal canadien La voix de l'est ( http://www.cyberpresse.ca/la-voix-de-lest/ ), Jeannelle Cantin, de Farnham a poussé il y a peu un coup de gueule qui vaut aussi ailleurs qu'au Québec. On notera du reste que certains passages de sa lettre ressemblent furieusement à d'autres passages, tirés ceux-là du courrier des lecteurs du Monde que nous citions il n'y a pas si longtemps.

                Jeannelle Cantin n'est pas une journaliste, ni une philosophe ni quelqu'un de connu: c'est une madame toutlemonde, qui s'exprime avec ses mots simples - mais justes... - et qui dit l'exaspération de ceux qui ne parlent pas des choses mais qui les vivent, à la base. On est évidemment bien loin des microcosmes et des petits mondes en vase clos où des intellos, coupés du réel et idéologues jusqu'au trognon, décrètent souverainement ce qui est bien ou mal, juste ou faux... Et ce, en vertu de l'infaillibilité qu'ils se sont généreusement octroyée à aux-mêmes, dans le même temps qu'elle les révulse si c'est le pape qui ose la pratiquer !... 

                Bref, le coup de gueule de Jeannelle Cantin est à prendre pourc e qu'il est: l'expression d'un solide bon sens populaire, et le rejet, par la base, du conformisme et de la bien-pensance propagées par le conformisme ambiant. En gros: on veut bien accueillir l'autre, mais l'autre doit aussi nous accueillir, nous. C'est si simple, et si basique, que certains intellos semblent en même pas y avoir pensé...

                Extraits.....

    QUEBEC DRAPEAU.jpg

                "On est quoi, nous les Québécois catholiques, pour le gouvernement, des ignorants sans culture ? Qui a fondé les institutions ? Qui nous a sortis de l'ignorance et de la pauvreté ? Qui a créé les premiers organismes de charité ? J'aime bien la devise du Québec «Je me souviens». Je ne suis pas certaine que le gouvernement se souvient de sa culture ni de ses racines.

    Lire la suite

  • Deux nouveaux Ferry...

               Il y a 2000 ans, le christianisme était une secte. Comment est-il devenu une civilisation ? Et, aujourd’hui quel est son devenir ? C’est à ces deux questions que répondent deux dialogues de Luc Ferry : le premier avec Lucien Jerphagnon, l’un des plus grands esprits français de notre temps, et le second avec Philippe Barbarin, Archevêque de Lyon et Primat des Gaules.

               Ainsi commence la chronique....

               Voici ce qu'a répondu Luc Ferry à Philippe Vallet, au micro de France Info, le samedi 15 Août, jour de l'Assomption (1):

    LUC FERRY 2.JPG

    Lire la suite

  • A propos de l' "affaire" de Massat : réflexions sur l'état du catholicisme en France... (2/2).

                Poursuivons notre réflexion. Si le catholicisme souffre, et recule, il faut bien admettre que tout est en crise aujourd'hui, tout souffre et s'effrite, voire disparaît (le Parti communiste en sait quelque chose !....). Prendre du recul permet ainsi de relativiser un peu ce que l'on appelle -à bon droit, par ailleurs- la crise du catholicisme.....

                Il est de bon ton, dans une certaine gauche (Michel Onfray, Philippe Val...) de dénigrer hautainement l'Eglise catholique, et de déclarer, péremptoire, que critiquer le christianisme c'est tirer sur une ambulance. Cette fraction de la gauche, hargneuse, sectaire et méprisante, ne représentant évidemment pas l'ensemble de la gauche, dans laquelle plusieurs personnalités font au contraire preuve d'un état d'esprit diamétralement opposé....

    LENINE 2.JPG
    Sic transit... Tout ça, pour "ça" ? Quelle dérision !

    Lire la suite

  • A propos de l' "affaire" de Massat: réflexions sur l'état du catholicisme en France.....(1/2).

                Massat, c'est cette petite ville du Sud-Ouest où le maire, communiste, qui boit du petit lait, met l'église du village -qui compte aussi deux chapelles- en vente.... Certains ne voient pas l'enjeu, d'autres en sourient, parlant même (on l'a entendu à la télé !...) de Peppone et Don Camillo.

                Patrice de Plunkett livre une analyse intéressante et assez juste de cette "affaire", à laquelle il nous semble que l'on pourrait malgré tout rajouter deux ou trois choses.

                L'analyse de Plunkett, d'abord:

    massat.jpg
    Massat, dans l'Ariège, pays de montagnes....

    Lire la suite

  • Julliard l'attachant...

              Sous le titre La modernité étrillée, Jacques Julliard donne un très intéressant entretien dans la Nef (numéro 197, octobre 2008), que l’on pourra consulter en cliquant sur le lien suivant :

              http://www.lanef.net/archives_de_la_nef/culture/litterature/la_modernite_etrilleejacques_julliard.asp?page=1

              Tout y est intéressant, et même extrêmement intéressant, comme à chaque fois avec Julliard, qui est vraiment une personnalité fort attachante. Voici son paragraphe de conclusion :

    Lire la suite

  • En attendant le Pape...

              De Denis Tillinac, dans Valeurs actuelles du 4 septembre, l'intéréssant petit billet suivant :

              Le pape Benoît XVI va venir en France. J’attends de cette visite davantage que la très respectable leçon de sagesse dispensée récemment par le dalaï-lama.

    Lire la suite

  • Sarkozy au Vatican: des paroles fortes. Se traduiront-elles dans les faits?.....

              A suivre simplement les étapes de la visite, et à ne faire que lire les communiqués et compte-rendus officiels, la "rupture" avec Chirac, sa personne et sa mentalité, est évidente, et l'on ne peut que s'en féliciter.

    5a5f1a17e00008be53d7d4982b02f8a8.jpg

     

    Lire la suite

  • Un mot, pourtant, sur la "Repentance"...

              Pourtant, disons-le simplement, on peut souhaiter apporter une correction sur la "repentance" qu'il a souhaité, vers laquelle il a tendu et qu'il a, d'une certaine manière (car tout ne dépendait pas de lui seul...) rendu possible. Entendons-nous bien: nous ne sommes pas du tout hostile au fait de regarder lucidement notre Histoire, en face, et d'en déceler les zones d'ombre; ce que Jean-Paul II appelait "purifier la Mémoire" ne nous choque pas du tout; c'est même souhaitable et nécessaire. Savoir qu'il s'est passé en France des choses peu glorieuses, avoir l'honnêteté de les reconnaître et le courage de les assumer, cela n'a rien qui puisse ou doive nous effrayer. L'ennui c'est que cette repentance a largement manqué de nuance(s).

              On a rappelé, certes, le passé, mais ce rappel ne peut qu'aller de pair -si l'on veut être honnête- avec un autre rappel: a savoir que la France, le Peuple français, est celui qui a donné le plus grand nombre de "Justes parmi les Nations", et qui a sauvé le plus grand nombre d'enfants juifs; qui a eu en cela le meilleur comportement des pays d'Europe livrés à la barbarie nazie (héritière directe, rappelons-le, de la révolution française); une barbarie a laquelle la France fut livrée (rappelons-le aussi) par la défaite républicaine suite à une guerre non préparée. Et nous avons la faiblesse de croire que si le Peuple français s'est si bien comporté pendant ces années sombres que nous ne devons qu'à l'incurie républicaine, ce sursaut lui vient du tréfonds de son Histoire, de sa Mémoire, de son éducation, façonnés par ses mille ans de Catholicisme et de Royauté....

  • Le mot de la fin...

              Benoit XVI a donc promulgué son "motu proprio", accompagné d'une "Lettre aux évêques" dans laquelle il écrit, entre autre, que ce texte se propose essentiellement et explicitement "la réconciliation interne au sein de l'Église". C'est l'abbé Philippe Laguérie qui a fait le "commentaire" le plus serein, le plus apaisé et -somme toute- le plus juste et le plus intelligent sur ce "motu proprio": "Ce n'est pas la victoire d'un camp contre un autre, c'est la victoire de toute l'Église, qui reprend ses sources et ses fondements et les propose à l'ensemble de ses prêtres et à l'ensemble de ses fidèles. ...Personne n'a gagné, ou plutôt tout le monde a gagné aujourd'hui...."