Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vatican ii

  • Mort de l'Abbé Georges de Nantes...

                Nous avons appris le décès de l’abbé Georges de Nantes.

                Malgré les circonstances, somme toute désolantes, qui ont marqué la fin de son activité, nous serons, sans doute, nombreux à conserver de lui un grand souvenir. Son autorité naturelle et sa prestance, son charisme, son intelligence puissante et vaste qui dominait de larges domaines – philosophie, théologie, politique, sciences – forçaient l’admiration, et suscitaient, simultanément, tantôt l’adhésion, tantôt le rejet.

                Il avait mené un combat farouche contre le concile Vatican II et s’était radicalement opposé, on s’en souvient, à Paul VI comme à Jean-Paul II. Il avait pressenti, mêlant, sans doute excessivement, le religieux et le politique, ce qu’un certain concile et ses conséquences allaient causer de torts à l’Église comme à la société civile.

                Nous publions ici la réaction de Gérard Leclerc, parue, ce jour, dans France catholique: Gérard Leclerc mort de l'abbé de Nantes.pdf

  • Le cardinal Barbarin et le Motu Proprio, le mot de la fin ?...

              ..... Ou : quand l'intelligence et le coeur permettent de sortir par le haut d'un problème qui n'aurait jamais du exister, et qui n'a jamais eu de véritable raison d'être.....

    Lire la suite

  • Le mot de la fin...

              Benoit XVI a donc promulgué son "motu proprio", accompagné d'une "Lettre aux évêques" dans laquelle il écrit, entre autre, que ce texte se propose essentiellement et explicitement "la réconciliation interne au sein de l'Église". C'est l'abbé Philippe Laguérie qui a fait le "commentaire" le plus serein, le plus apaisé et -somme toute- le plus juste et le plus intelligent sur ce "motu proprio": "Ce n'est pas la victoire d'un camp contre un autre, c'est la victoire de toute l'Église, qui reprend ses sources et ses fondements et les propose à l'ensemble de ses prêtres et à l'ensemble de ses fidèles. ...Personne n'a gagné, ou plutôt tout le monde a gagné aujourd'hui...."