Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

obama

  • Elections USA : Victoire à la Pyrrhus pour Obama...

    Après un milliard de dollars dépensés (le pouvoir s'achète, et for cher, aux USA...) Obama a donc gagné le droit de recommencer quatre ans... avec le statu quo actuel : à savoir une majorité républiciane à la Chambre des Représentants, dont le "speaker" (troisième personnage de l'Etat, tout de même) à d'ores et déjà annoncé que la Chambre refuserait catégoriquement de voter les augmenations d'impôts exigées par Obama.

    Ambiance...

    Le tout, sur une fracture idéologique renforcée : par exemple, plus d'un États-unien sur deux est hostile à la loi sur la santé pour tous, l'un des principaux "succès" d'Obama...

    etats-unis,obama,romney

  • Barak Obama accumule pour la deuxième fois un gigantesque trésor de guerre : car le pouvoir s'achète, ça se passe comme ça, en démocratie...

              Et la chose n'est pas taboue : on la crie même sur les toits, on ne s'en cache absolument pas. Sur le fil LCI du dimanche 1er janvier, on a pu lire un assez long article expliquant la stratégie d'Obama : se déclarer Président le plus tôt possible (ici, c'est l'inverse !...).

           Obama s'est déclaré candidat le 4 avril dernier car, selon la législation américaine, pour récolter des fonds et les verser sur son compte de campagne, il faut se déclarer officiellement candidat. Plus tôt c'est fait, plus vite il est possible d'amasser un trésor de guerre pour la bataille finale. Or cette année, malgré la crise, les observateurs estiment que le vainqueur devra débourser... un milliard de dollars  (contre 750 millions en 2008) !

    Lire la suite

  • Quelques leçons politiques de la crise économique, par François Reloujac

                La crise économique actuelle – ou les crises successives : économique, financière, politique – doit conduire chacun à examiner les raisons de son développement et à tirer les enseignements qui découlent des enchaînements auxquels on assiste. Sinon, il est vain de vouloir essayer d’en sortir, on ne pourra, au mieux, que retarder l’échéance. Il est difficile, dans un espace restreint d’exposer une analyse détaillée d’un phénomène complexe et ancien, c’est pourquoi il faut se contenter ici d’évoquer quelques grandes lignes.

                La première cause de la crise actuelle est politique. Elle résulte de la facilité qui a conduit les hommes politiques à réduire le fondement de leur pouvoir à une simple question financière. Depuis le triomphe américain aux lendemains de la Seconde guerre mondiale et surtout depuis l’effondrement du monde communiste, il est admis que celui qui a l’argent a le pouvoir. Dès lors, tout le discours politique contemporain a été orienté vers l’augmentation du pouvoir d’achat immédiat et son corollaire : l’achat – direct ou indirect – des voix aux élections !

    obama election par l'argent.jpg

    L’élection la plus chère de l’histoire : deux milliards de dollars, c’est le montant cumulé de l’argent levé par tous les candidats (primaires y compris). A ce petit jeu, le roi s’est appellé Barack Obama. Il a accumulé à lui seul près de 700 millions de dollars, dont 500 juste pour le dernier round. C'est parce qu'il avait le plus d'argent; c'est parce que - oui - l'élection s'achète, qu'il l'a emporté haut la main.....

     

    Lire la suite

  • Le Génocide Arménien reconnu aux Etats-Unis ? De l'eau dans le gaz entre les (ex ?) bons copains...

               Panique à bord ! Sous le titre alarmiste Ankara appelle Washington à bloquer la résolution sur le "génocide" arménien, le fil AOL du vendredi 5 mars fait état du brutal coup de froid qui vient d'affecter les relations entre le deux compères -Turquie/États-Unis- qui jusqu'ici s'entendaient plutôt bien; et en tous cas comme larrons en foire en ce qui concerne l'entrée de la Turquie en Europe. Donc sa mort, que souhaitent les Usa, favorables, pour cette raison, à l'intégration de la Turquie par l'Union Européenne.

               Patatras ! Le bel édifice va-t-il s'écrouler, et sombrer corps et âmes ? Et, en plus, à cause de cette satanée Arménie (on prend, bien sûr, le vocabulaire et les pensées des Turcs...) ? C'est ce qu'il semble...

               Voici la page d'AOL : elle permet de mesurer le désarroi et, en même temps, l'arrogance et le cynisme des Turcs...

    1.jpg

    Ankara a appelé Washington à bloquer une résolution qualifiant de "génocide" les massacres d'Arméniens sous l'Empire ottoman, votée par une commission du Congrès américain, et a prévenu que le texte allait nuire aux efforts turcs de réconciliation avec l'Arménie.

    Lire la suite

  • Affaire Boeing/Eads: ou, comment les Etats-Unis se moquent du monde.....

                La déception des naïfs fait sourire: ils y ont cru, aux promesses sur la fin du protectionnisme et autre balivernes du même tonneau. Ils découvrent -mieux vaut tard que jamais !...- que la Chine ou les USA, s'ils parlent bien, agissent non pas en fonction de théories mais exclusivement en fonction de leur intérêt national immédiat. Comment, d'ailleurs, le leur reprocher ?...

                Quant à Obama, qu'ils imaginaient tout aussi naïvement être quelqu'un qui allait changer les choses, inaugurer de nouvelles relations et autres rêveries/cingleries... ils découvrent enfin qu'il est, avant tout, le président des États-Unis, et le défenseur, avant tout, des intérêts étasuniens: mais, là aussi, qui pourrait le lui reprocher ?

                Les naïfs et les niais n'ont qu'à sen prendre à eux-mêmes s'ils se sont laissés duper... par leur propre niaiserie et leur propre naïveté !....

                Aujourd'hui, c'est l'affaire Boeing qui vient, en effet, de sonner le glas de certaines illusions... Il n'est pas inutile de la raconter (1), dans ses grandes lignes, en commençant par le commencement, qui éclaire la suite: Boeing a son siège à Chicago, fief du président démocrate Barack Obama....

    obama-banlieux.jpg
    Pour les naïfs, les retours au réel sont toujours difficiles....

    Lire la suite

  • D'accords avec... le coup de gueule de Renouvin sur la guerre en Afghanistan.....

                Le numéro 959 de "Royaliste" est paru. On y trouve -entre autres...- en pages 6/7, Un entretien avec le Prince Jean, duc de Vendôme à l'occasion de la sortie de son livre Un Prince français.

                Et aussi l'éditorial de Bertrand Renouvin, intitulé Non à la guerre d'Obama, dans lequel il écrit ceci :

                "Le président des États-Unis a décidé d’envoyer trente mille hommes supplémentaires en Afghanistan. Il s’agit de finir le travail. L’expression favorite de George W. Bush est abjecte : la guerre n’est pas un « job » comme un autre. Elle signifie que Barack Obama est dans la logique de son prédécesseur - celle de l’imbécillité meurtrière, couronnée de surcroît par l’attribution d’un prix Nobel de la Paix.

              La guerre des Américains en Afghanistan est perdue. Le constat est vieux de trois ans....Cette stratégie absurde trouve son origine dans une absurdité...

                .....La France, l’Armée française, le peuple français sont pris dans ce piège sanglant. Il ne fallait pas s’engager militairement dans ce conflit mais agir en vue d’une solution politique.

                Pour lire l'intégralité de l'édito, cliquez ici: renouvin.pdf

    RENOUVIN.jpg
  • Le curieux mélange de réalisme et d'idéologie dans les propos du Président Obama.....

                 Barak Obama a prononcé plusieurs discours ou allocutions, lors de la cérémonie de remise de son prix Nobel de la Paix, et il a également répondu à plusieurs questions de journalistes. Ce qui frappe, si l'on considère l'ensemble de ses propos, c'est un curieux mélange entre bon sens ou réalisme, d'un côté, et rêveries, utopies, nuées, idéologie(s), de l'autre....

                 Qu'a-t-il dit, en effet, à Oslo ? Il a habilement déclaré que d'autres que lui auraient été plus qualifiés pour recevoir ce prix... surprenant (opinion partagée par un très grand nombre...); et surtout que le-dit Prix venait couronner quelqu'un qui fait la guerre, et dans deux pays à la fois !

     

    obama guerre.jpg

    Lire la suite

  • Afghanistan: Un 36ème français tué, huit GI's tués le 3 octobre et un le 10, la situation n'est pas brillante....

                .....si tant est qu'elle l'ait jamais été ! Jean-Claude Besida faisait remarquer récemment que l'intervention en Afghanistan dure maintenant depuis neuf ans, soit une durée égale à celle des deux Guerres mondiales réunies. Et pour quel résultats ?

                Renforts ou non ? Partir ou rester ? Ce n'est pas nouveau: les dirigeants des pays engagés en Afghanistan doivent faire face à ce dilemme. Ce qui est nouveau, c'est qu'ils sont dans une position de plus en plus inconfortable, et bientôt intenable, face à une opinion publique de plus en plus opposée à l'intervention contre les talibans. Comment prendre en compte les demandes des militaires sur place dans ces conditions ?

    afghanistan 1.jpg

    L'Otan a essuyé ses pertes militaires les plus lourdes depuis plus d'un an en Afghanistan avec la mort (le samedi 3 octobre) de huit soldats américains dans des combats dans l'est du pays, frontalier des zones tribales où sont cachés des éléments du réseau Al-Qaïda et des talibans.

    Lire la suite

  • Sur l'Iran... se poser, au moins, un certain nombre de questions

    Copie de Carte Blanche à Antiquus.png
      
                Sur l’Iran, j’aimerais que nous fassions preuve d’esprit critique et que nous nous posions un certain nombre de questions avant d’avoir une opinion sur la question.

    Lire la suite

  • Rions (un peu...) d' "eux" : Arme "blanche" et Pingouins Gays, mais que fait la Halde ?

                Vite ! Il faut appeler la Halde !

                D'abord parce que l'AFP a osé faire référence à la couleur "blanche", contrevenant ainsi directement -et odieusement- à la promotion de la diversité. C’est écrit là :

                "AFP-15/O7/2009. Bandes : Deux jeunes ont été grièvement blessés à l'arme "blanche" au cours d'une bagarre qui a opposé deux bandes dans la nuit de mardi à mercredi dans le XVIe arrondissement de Paris, a-t-on appris aujourd'hui de source judiciaire."

                Mais aussi parce qu'un pingouin gay a osé plaquer son mec (comme on dit dans le jargon) et, après dix ans d'une exemplaire vie commune avec son compagnon (comme on dit, toujours dans le jargon...) s'est remis avec une pingouine même pas lesbienne, même pas échangiste, même pas bi (comme on dit, toujours dans le jargon...) ! risquant par là de perpétuer et de reproduire, dans l'opinion, un schéma traditionnel de comportement sexuel, occultant la diversité des pratiques ayant cours dans la société (comme on le dit, dans le jargon de la Halde, vous allez voir plus bas...)

    halde pepper et harry.jpg
    LE MONDE, 24 Juillet 2009 : Zoo de San Francisco: une veuve esseulée brise le célèbre couple de pingouins gays

                 (Extrait) "Leur histoire aura fait couler beaucoup d'encre : après six ans de vie commune, Harry a abandonné son compagnon Pepper pour tomber dans les ailes de Linda, une veuve esseulée de l'île aux pingouins du zoo de San Francisco, d'après le Los Angeles Times du vendredi 17 juillet. Harry et Pepper, deux pingouins de Magellan qui filaient le parfait amour et n'hésitaient pas à couver les œufs abandonnés par leurs congénères, se sont séparés après qu'Harry fut parti s'installer dans le nid voisin avec une femelle de la même espèce, veuve depuis quelques mois...."

    Lire la suite

  • Un point de vue sur l'Afghanistan.

    CARTE BLANCHE REBOUL.png

                Vous avez eu, à mon avis, mille fois raison de soulever, à partir d’un article de Libération, la question de notre engagement en Afghanistan.

                Pour moi, sans prétendre que mon point de vue doive être celui des royalistes ni même de lafautearopusseau, la réponse est claire : la bataille d’Afghanistan est perdue (elle l’était d’avance) ; elle est une aventure de plus où les Américains se sont engagés et ont inconsidérément engagé l’Occident (si ce mot a encore un sens) ; elle est, une fois de plus, une erreur politique, idéologique, militaire, et stratégique, de première ampleur. Il faut s’en dégager au plus tôt. 

    Lire la suite

  • Afghanistan : Il faut en effet se poser la question.

    attentat suicide kaboul.jpg
    Attentat suicide à Kaboul devant le QG de l'Otan, 15 Août 2009.....

     

    Celle que pose l'éditorial de François Sergent, dans Libération du 14 août. Et toutes celles qui découlent de sa dernière interrogation...:

                            "Les Afghans n’aiment pas les envahisseurs. Ils les chassent : les Anglais, les Russes, les Soviétiques. Les Américains et leurs supplétifs, notamment français, pourraient bien devenir les prochains à être vaincus par ce pays violent et âpre. Après huit ans de guerre, malgré toute la technologie occidentale, le commandant en chef américain en Afghanistan a dû reconnaître que les talibans gagnaient. La bataille d’Afghanistan partait pourtant de nobles objectifs : libérer un pays de ces combattants obscurantistes qui brûlent les écoles de filles et veulent imposer un ordre islamiste moyenâgeux. Il s’agissait aussi de vaincre ce qu’il reste d’Al-Qaeda et de Ben Laden, réfugié entre les montagnes afghanes et pakistanaises. Cette guerre a échoué. Les Américains et leurs alliés ont privilégié les objectifs militaires au mépris de la population, qui perçoit l’étranger comme un ennemi. Les troupes occidentales n’ont apporté que terreur et instabilité aux populations civiles. Politiquement, l’Occident s’appuie sur Hamid Karzaï, un président inefficace, notoirement corrompu, qui mène une douteuse campagne pour sa réélection. Les milliards d’aides déversés en Afghanistan ont enrichi ses proches, alors que ses concitoyens doivent survivre sans routes, sans écoles, sans un système de santé même basique. Obama a décidé, à juste raison, de se retirer d’Irak, alors qu’il entend accroître l’effort de guerre en Afghanistan. Mais on perçoit mal quelle part la France, son président, ses militaires ont pris dans l’élaboration de cette nouvelle stratégie à hauts risques."

  • Les Tamouls (et les autres...) ont-ils quelque chose à exiger de la France ? La réponse est Non

                Petit retour en arrière sur quelque chose qui s'est passé, fin mai, à Paris, et qui mérite qu'on s'y arrête quelques instants...

                Plusieurs milliers de membres de la communauté tamoule de France se sont rassemblés pour signifier qu'ils ne "renonceraient pas" à leur autonomie au Sri Lanka malgré la défaite de la rébellion des Tigres face l'armée sri-lankaise après 30 ans de guerre civile.

     

                "Tant qu'il n'y aura pas de reconnaissance du peuple tamoul, nous continuerons, nous ne renoncerons pas", a déclaré à l'AFP Mahinthan Swasubramanian, le président de l'organisation des jeunes Tamouls de France, co-organisatrice de la manifestation.

     

    TAMOUL A PARIS 1.jpg

    Lire la suite

  • L'éditorial de Politique Magazine : Si "la crise" pouvait faire "réagir" !...

                Voici quelques lignes extraites du dernier éditorial de Politique Magazine (1), qui, à propos de la crise, revient sur le retour de ces réalités qu'on avait cru pouvoir oublier, et d'abord sur ce retour des Etats, dont certains avaient annoncé un peu vite la mort (mais c'était aux temps - déjà lointains !... - d'une euphorie aussi anésthésiante qu'insensée).

                "...Ce qui va apparaître de plus en plus –et les suites du G 20 ne feront que confirmer cette tendance-, c’est que ce sont les Etats qui, confrontés aux problèmes, tentent de les résoudre, et d’abord évidemment par et pour eux-mêmes. Et même s’ils seront amenés à essayer de cordonner leurs efforts, ils ne le feront qu’au vu de leurs capacités et de leurs intérêts.

                C’est tout simplement parce que c’est à ce niveau-là que se trouve la réponse appropriée, s’il en est une.

    (1) : http://www.politiquemagazine.fr/  (numéro 73).

    Lire la suite