Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mai 68

  • Les Verts, vus par Allègre....

           C'est assez bien vu, et c'est dans l'entretien qu'il donne à Frédéric Paya, dans VA du 21 avril, à propos de son nouveau livre, Faut-il avoir peur du nucléaire ? :

            "...J'affirme que les écologistes sont vendus, il faut bien comprendre cela. Pourquoi croyez-vous qu'il y a un lobby pour l'éolien ? Tout simplement parce que les sociétés qui exploitent les éoliennes financent les mouvements écologistes ! Les écologistes sont des gens d'extrême-gauche, ce sont les mêmes gauchistes qu'en Mai 68. Ils se sont reconvertis dans l'écologie mais ils n'ont pas changé leurs idéaux fondamentaux : ce sont des opposants aux sociétés dans lesquelles nous vivons..." 

    allegre nucleaire.jpg

    Plon, 168 pages, 9,90 euros

    Lire la suite

  • Besancenot interpellé par un salarié en colère : Le commencement de la fin ?.....

                Besancenot a-t-il mangé son pain blanc ? Il faut le souhaiter, et certains indices récents permettent de l'espérer vraiment.

                Son foirage avec Rouillan, qui a été finalement mal perçu, voire très mal, par presque tout le monde, y compris dans son propre camp; le fait que son NPA peine (et c'est peu dire...) à dépasser les 7.000 adhérents, chiffre très nettement en-deçà des espérances affichées lors de sa création; les finalement assez maigres 5% que lui promettent les sondages pour les prochaines européennes....

                 Et maintenant, avec un début de critique intéressant -quoiqu'incomplet...- venant de la base ouvrière, ce sobriquet, qui risque de lui rester, de kéké des caméras....

    BESANCENOT 8.jpg

    Lire la suite

  • Réflexions sur cette violence qui monte, qui monte, qui monte… : mais n'est-ce pas, finalement, assez logique ?

                Sabotage(s) de lignes de chemin de fer, séquestration de patrons, manifestations violentes (en Corse puis à Strasbourg), casse dans des Universités (comme à la fac des Sciences de Marseille Saint-Charles, affrontements quasi quotidiens entre bandes ethniques (tamoules, africaines...). Les violences, en elles-mêmes, ne sont pas nouvelles. Ce qui est nouveau c’est leur démultiplication, et le fait qu’elles soient donc de plus en plus rapprochées. Certain sociologues –tel Michel  Wieviorka- seraient presque prêts -semble-t-il-  à les excuser, voire les légitimer, lorsqu‘ils expliquent doctement qu’elles expriment « de la rage et une inquiétude »  face à l’incapacité du pouvoir « à offrir un traitement politique et une médiation ».

                Mais, n’est-il pas trop facile de dire que l’on est « inquiet » ou que l’on a « la rage » ?

    Lire la suite

  • "Une crise de civilisation qui, d'une certaine façon, a commencé dans les années 60..." : Yvan Blot a analysé "la crise" a Marseille.....

                La Fédération Royaliste Provençale a reçu Yvan BLOT, le 11 mars, à Marseille,pour une remarquable conférence : « Crise économique ou crise de l’Occident ? », que nos lecteurs pourront entendre en cliquant sur les liens ci dessous.

                Haut fonctionnaire, homme politique, ancien député aux parlements français et européen, co-fondateur du Club de l’Horloge, écrivain, Yvan Blot possède une large expérience dans les domaines économiques, politiques et sociaux.

                Le but de sa conférence a été de montrer que, au-delà de l’actuelle crise financière et économique dont les causes et les mécanismes sont maintenant bien connus, il existe une crise beaucoup plus profonde des bases et des fondements mêmes de nos sociétés, sur lesquelles un capitalisme générateur de progrès a pu s’épanouir mais sans lesquelles ce même capitalisme s’effondre.

                Ce sont, on l'entendra, les premiers mots d'Yvan Blot : "....(cette crise) Je voudrais en parler d'une façon un peu différente de ce qu'on entend d'habitude... C'est une crise de civilisation qui, d'ailleurs, aurait commencé d'une certaine façon dans les années 60, vers 1968...."

                Ainsi, dès la Renaissance, puis du XVIIIème au XXème siècle, le capitalisme se développe sur des bases sociales et politiques, sur un ensemble de traditions et de valeurs qui ne sont pas d’ordre économique (Analyses de Schumpeter).

    CIMG0934.JPG

    Lire la suite

  • La Gauche est morte ...

               ... Ou : comment les soubresauts qui agitent la gauche s’expliquent fondamentalement, et uniquement, par son échec intellectuel et, ce qui revient au même, par le non renouvellement de sa pensée (1) : la Gauche reste sans voix devant  l’échec planétaire de l’idéologie qui était son fond de commerce; et elle n’a plus rien de neuf non plus à proposer pour répondre aux grand problèmes de l’heure.....

               La chute du communisme semble avoir clôturé le cycle des révolutions ouvert en 1789 et ruiné l’idéologie révolutionnaire (photo : départ grotesque, dérisoire et sans gloire d'une statue de Lénine déboulonnée...). De ce fait, la gauche (et, plus largement d’ailleurs, la république française…) dispose-t-elle encore aujourd’hui d’un fondement, d’une légitimité idéologique ?

    DERISOIRE.JPG

    Lire la suite

  • De Jean-Louis Caccomo sur Mai 68...

              Cette brève citation d'un article plus long, et fort intéressant, dont nous donnerons l'intégralité le dimanche 18. Ce sera le troisième article complet sur cette période, après ceux de Patrice de Plunkett et de Cyril de Pins...

               Jean-Louis Caccomo n'est pas tendre avec les tenants et les ex-meneurs de ce mouvement, qui "devraient faire preuve de plus de modestie", car "ils se sont plantés sur toute la ligne dans leur lecture de l’histoire, cautionnant les pires régimes politiques. La plupart était maoïste au moment où Mao précipitait des millions de Chinois dans la famine au nom de la révolution culturelle"......

    Lire la suite

  • Deux remarques pertinentes d'Ivan Rioufol...

              ...où l'humour le dispute au bon sens. Elles sont tirées de son bloc-notes.

                La première concerne le Tibet: "...Au fait: se réjouir de voir les belles âmes, qui trouvent réactionnaire de parler d’identité française, se mobiliser pour l’identité tibétaine. Amorce d’une prise de conscience ou faute d’inattention ?"

                La seconde est pour évoquer Mai 68: "Les quarante ans de Mai 68. Pour la gauche passéiste, la France ne serait pas ce qu’elle est sans cette "révolution". En effet: d’autres pays voisins, qui l’ont évitée, sont plus avancés qu’elle…